Version classiqueVersion mobile

Racisme et jeu vidéo

 | 
Mehdi Derfoufi

Alt-right, fachosphère et jeu vidéo

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Un article publié en avril 2016 sur le site clubic.com et intitulé « Religion, racisme et ultra-violence : l’histoire des jeux polémiques » rappelle le cas de Custer’s Revenge (1982). Ce jeu d’action pornographique avait provoqué à sa sortie la colère d’associations antipornographie et de représentantes des Amérindiens. En effet, on y joue le général Custer, de sinistre mémoire, qui apparaît à l’écran en érection et dans le plus simple appareil (à l’exception d’un bandana, d’un chapeau et de bottes). Le but est d’éviter les tirs de flèches de tribus indiennes hostiles et d’atteindre une Amérindienne nue et ligotée à un cactus pour la violer… L’article cite également un jeu néo-nazi de 1990, KZ Manager, diffusé en dehors des circuits conventionnels en Autriche et en Allemagne, dans lequel le joueur/la joueuse doit gérer un camp de concentration. Ou bien encore un label néonazi étasunien, Resistance Records, dont deux titres, Ethnic Cleaning (2002) et ZOG’s Nightmare (2003), proposent...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search