Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Le son et la musique comme outils de survie

Écouter pour survivre : musique classique et conflit dans le roman musico-littéraire

Katie Harling-Lee

Résumé

This article addresses the possibility that Western classical music might be used as a source of hope for a post-conflict future by considering a literary depiction of music and conflict resolution. As a case study, Steven Galloway’s The Cellist of Sarajevo (2009) is identified as a “musico-literary novel,” and established within the framework of Stephen Benson’s (2006) “literary music” and Hazel Smith’s (2016) methodological development of musico-literary studies through extended interdisciplinarity. The novel features three Sarajevan citizens who hear a cellist play in the rubble-strewn streets, and their music-listening experiences motivate them to work towards a post-conflict future. To consider the potential insights and blind spots surrounding ideas about music’s potential power in this narrative, the soundscape of the novel is identified (Schafer 1994; Toop 2011) to establish the significance of sound, music, and active listening in the text; parallels are highlighted between the ending of The Cellist of Sarajevo and Michael Walzer’s Just and Unjust Wars (2015), revealing music as an active moral force; and similarities between Galloway’s novel and Craig Robertson’s “Music and conflict transformation in Bosnia” (2010) are illustrated, demonstrating how interdisciplinary analysis of a musico-literary novel can offer a valid contribution to discussions surrounding the use of music to exit violence.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« L’absence de bombardement ressemble presque à de la musique », Le violoncelliste de Sarajevo

Introduction

Le violoncelliste de Sarajevo de Steven Galloway (2009) est une exploration fictionnelle des moyens par lesquels la musique peut contribuer à la résolution des conflits. Le récit se déroule lors du siège de Sarajevo (1992-1996) et relate l’expérience musicale de trois citoyens de la ville qui entendent un violoncelliste jouer dans les rues en ruines1. L’image d’un homme jouant du violoncelle dans une ville assiégée pourrait sembler une illustration grossièrement romantique de la guerre, mais Galloway s’est inspiré d’événements historiques pour écrire Le violoncelliste de Sarajevo : en 1992, Vedran Smailović a joué l’Adagio d’Albinoni vingt-deux jours de suite, en hommage aux vingt-deux victimes d’une explosion survenue alors qu’elles faisaient la queue pour du pain. Cet événement a suscité l’intérêt du monde entier et a inspiré de nombreuses œuvres, dont le roman de Galloway, bi...

Auteur

Durham University, UK

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search