Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Le son et la musique comme outils de survie

Faire de la musique en exil et combattre la violence aux frontières

Émilie Da Lage et Beshwar Hassan

Résumé

Ce chapitre est écrit en collaboration avec Beshwar Hassan, musicien kurde ayant passé plusieurs mois dans le camp de Grande-Synthe, près de Dunkerque (France). La musique a beaucoup contribué à son rôle moteur dans la vie du camp, notamment par sa capacité à divertir la communauté et à attirer l’attention et la sympathie des travailleurs humanitaires et des bénévoles, qui ont soutenu ses efforts. Il est « devenu » musicien durant cette période, grâce à la reconnaissance de ses talents en tant que musicien et leader. Cette étude analyse la façon dont il a développé sa présence en ligne, à travers sa relation avec la musique, par l’utilisation de Facebook à la fois comme réseau social et comme outil technique, c’est-à-dire un espace où la musique est « médiatisée » au moyen des capacités techniques de la plateforme et est utilisée pour partager des récits de l’exil avec un public composé d’amis du réseau Facebook. Ce travail de recherche a commencé alors que Beshwar Hassan et sa famille vivaient dans le camp de Grande-Synthe, et s’est achevé un an plus tard, lorsqu’ils ont obtenu l’asile au Royaume-Uni.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Nous nous servons de nos mains pour écrire au sujet des autres, pourquoi ne pas faire de la musique avec elles, nous en servir comme langue, comme arme, comme pont, comme lien entre nous ? » Beshwar Hassan, 11 mars 2019

La migration forcée en Europe aujourd’hui se caractérise par un contexte de « violence aux frontières » de nature hautement politique et institutionnelle. Celle-ci est souvent étudiée à l’aune des atteintes physiques que les migrants subissent au cours de leur voyage avant de franchir les frontières européennes, et peut être estimée au regard du nombre dramatique de morts, notamment celles résultant de périlleuses traversées de la mer Méditerranée1.

Cette violence a un lourd passé. Comme l’a démontré Abdelmalek Sayad dans le contexte français de l’immigration des années 1980, elle a, sous différentes formes, accompagné de longue date la vie quotidienne des immigrés du « Sud » (Sayad 1991). Il a décrit le lien étroit qui existe entre l’exclusion politique et les viole...

Auteurs

Université de Lille

Musicien, étudiant

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search