Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Le silence et le son comme armes

Après la catastrophe, la musique

Le cas du festival humanitaire Vanuatu Wan Voes Kivhan1

Monika Stern et Jean-Pierre Sam

Résumé

En mars 2015 le cyclone Pam, d’une intensité jamais enregistrée pour cet archipel mélanésien, frappait le Vanuatu de plein fouet. À sa suite, des flots d’aides humanitaires ont convergé vers le pays, déclenchant tensions et enjeux de pouvoirs entre les ONG nationales, internationales, et le gouvernement. Très vite, les habitants ont mis en place des réseaux d’entraide. Le 18 avril, plus de 30 musiciens locaux ont enregistré un clip dédié aux victimes du cyclone et le 9 mai, un concert de charité a été organisé afin de collecter des dons. Le festival Vanuatu Wan Voes Kivhan (VWVK) est ainsi né. Dans ce chapitre, nous analysons comment la mise en place de ce premier festival de bienfaisance, initié par des acteurs du monde musical de la capitale (Port-Vila), a pu voir le jour en quelques semaines, en mobilisant des réseaux musiciens préexistants. Ce contexte post-cyclonique a engendré pour les organisateurs du festival une transformation du sens de cette forme d’expression, dans laquelle la dimension charitable chrétienne du don et la valorisation d’une industrie musicale fragile deviennent complémentaires. Cela nous amène également à repenser le paradigme inégalitaire des analyses des grandes actions internationales humanitaires.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Le 13 mars 2015, le cyclone Pam, d’une intensité jamais enregistrée pour le Vanuatu, frappait cet archipel mélanésien de plein fouet. Si le nombre de morts a été relativement bas en regard de la force du phénomène, les dégâts matériels ont été énormes2. De nombreuses personnes se sont retrouvées sans eau potable ni nourriture, sans logement, dans des abris improvisés ou dans des centres d’hébergement mis en place par différents organismes. Cette catastrophe a suscité un déferlement médiatique à l’échelle internationale (bien que de courte durée) qui contrastait fortement avec le silence habituel des médias au sujet de ce petit pays. Dès la fin du cyclone, des flots d’aide humanitaire ont convergé vers l’archipel. En conséquence, beaucoup d’encre a coulé, tant sur la manière dont cette aide a été apportée (Calandra 2017 ; Garcia 2017 ; Hazelgrove-Planel 2015 ; Vachette et al. 2017) que sur les modèles économiques et de développement qui l’ont sous-tendue (Wittersheim 2015...

Auteurs

Chargée de recherche au Centre de recherche et de documentation sur l’Océanie (CREDO, Aix-Marseille Université/CNRS/EHESS), puis au Centre de recherche en ethnomusicologie (CREM) du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC, CNRS/UPN)

Musicien ni-Vanuatu, membre des comités organisateurs de plusieurs festivals

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search