Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Le silence et le son comme armes

Chatila sous le son

Cultures, pratiques et perceptions sonores dans un camp de réfugiés au Liban

Nicolas Puig

Résumé

Ce chapitre engage certaines questions centrales de l’histoire, de la mémoire et de la dynamique des appartenances des camps de réfugiés palestiniens au Liban à partir de la culture sonore des habitants. Que peuvent nous dire les contenus musicaux en particulier et l’environnement sonore en général, généré par le voisinage, les oiseaux ou les scooters qui circulent dans les ruelles étroites, de la vie dans l’un de ces camps, et du quotidien d’un groupe national placé depuis plus de 70 ans dans une marge citoyenne du monde ? Prenant l’exemple de Chatila à Beyrouth, trois dimensions de cette culture sonore sont abordées : les discours sur la communauté et ses espaces dans la production musicale (chanter le camp) ; les pratiques sonores à l’intérieur du camp (sonoriser le camp) et, enfin, la description de ce dernier et de ses environs par les habitants à partir de parcours sonores (écouter le camp). L’analyse prend d’abord appui sur les contenus des chansons pour décrire ce que la musique exprime de la vie dans les camps de réfugiés. Une deuxième exploration détaille les pratiques sonores ordinaires qui contribuent à établir la singularité de Chatila et des quartiers environnants comme la zone commerciale de Sabra. Dans un troisième temps, les perceptions des lieux par leurs habitants sont décrites à partir de la méthode des parcours sonores. Au final, il ressort que les pratiques sonores confèrent au camp de réfugiés, devenu avec le temps un quartier cosmopolite de la pauvreté, une identité spécifique, et contribue à l’établissement de familiarités avec les lieux tout en créant des frontières entre les groupes. Elles répondent à la nécessité pour tous les habitants d’agir sur et dans leur lieu de vie, depuis cette marge urbaine où ils se trouvent durablement « confinés ».

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Saïda, Liban, octobre 2017 : le Khan el-Franj, un caravansérail du xviie siècle situé à l’entrée de la vieille ville, accueille deux jours durant un festival palestinien. Les discours, concerts et récitations poétiques s’accompagnent d’expositions d’artefacts emblématiques de la culture palestinienne à l’extérieur de la grande salle voûtée du Khan. L’association pour les objets patrimoniaux al-Mī’ārī lil-turatiyyāt, présidée par Abū Rashīd al-Mī’ārī, présente ainsi quelques objets du quotidien des Palestiniens avant l’exil de 1948. Alors que les musiques et les chants s’échappent de la salle et résonnent dans la cour intérieure, une radio et un ventilateur, disposés sur un coffre en bois, lui aussi relique de la Palestine mandataire, demeurent inanimés (fig. 1). Le silence qui les fige contraste singulièrement avec le rappel sonore de la salle, et souligne leur statut de témoins du passé préexilique des réfugiés palestiniens au Liban. Al-Mī’ārī me confie alors : « Tu sais, celui qui...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search