Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Le silence et le son comme armes

Prisonniers du son

La prison de Saydnaya en Syrie

Maria Ristani

Résumé

Cet article propose d’explorer les différentes façons dont la violence carcérale et acoustique peuvent s’associer, comme dans le cas de la prison militaire de Saydnaya – tristement célèbre prison du gouvernement syrien spécialisée dans la torture. Comme le révèlent les témoignages de survivants ainsi que la récente reproduction numérique des lieux (disponible sur le site d’Amnesty International : https://saydnaya.amnesty.org/), le son semble faire partie intégrante de la dynamique de pouvoir en place dans la prison syrienne. Une grande partie de la violence qui y est perpétrée est acoustique, une violence minutieusement élaborée à partir de propriétés déterminantes de l’expérience auditive. Le recours au son en tant qu’arme à Saydnaya est peu abordé dans la littérature existante, en dehors de réflexions sur les mesures extrêmes visant à réduire les détenus au silence (Abu Hamdan 2019 ; Parker 2019). Cette étude vise à compléter ce travail par une enquête plus approfondie sur les interactions entre le son et le silence dans cette prison syrienne, ainsi que sur la manière dont l’écoute en tant que telle est transformée en un mécanisme de surveillance, de torture, mais aussi (paradoxalement) de réaction et de survie. Je m’appuie pour cela sur des approches théoriques existantes en matière de son, de silence et d’écoute, envisagées à l’aune des réalités vécues dans cette prison syrienne. Saydnaya est ici théorisée en tant que lieu acoustiquement contrôlé, lieu d’écoute extrême et de privation sensorielle partielle délibérée, de violence acousmatique, se servant du silence comme d’une arme, c’est-à-dire une violence sonore dont on ne peut visuellement identifier l’origine. Ces pratiques ne relèvent pas d’un cas exceptionnel ; Saydnaya vient plutôt s’ajouter, de ce point de vue, à la tristement inépuisable liste de pratiques de guerre sonore – la part sombre de l’histoire du son – qui a récemment été mise en lumière par un certain nombre de théoriciens critiques du son qui ont attiré l’attention sur les armes soniques, et plus particulièrement sur la toute-puissance acoustique en milieu carcéral (Chornik 2013 ; Cusick 2013 ; Duarte 2015 ; Grant 2013, 2014 ; Hemsworth 2016 ; Kutzler 2014 ; McCoy 2006 ; Papaeti 2012, 2013). La présente étude repose sur les témoignages auditifs d’anciens détenus publiés dans des rapports d’Amnesty International (2016, 2017) et non sur des travaux de recherche originaux de l’auteur. Par conséquent, bon nombre des arguments avancés ici conservent un caractère hypothétique, et donnent les pistes pour que la recherche future puisse les vérifier pleinement.

Entrées d'index

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Dans Saydnaya

Saydnaya est une prison militaire, située à plusieurs kilomètres au nord de Damas, la capitale de la Syrie, et gérée par la police militaire du régime de Bachar el-Assad. Faisant partie d’un réseau complexe de prisons secrètes pratiquant la torture en Syrie, elle a principalement accueilli des officiers militaires et des soldats, mais également des détenus civils, soupçonnés de s’opposer au gouvernement (en particulier depuis le début de la guerre syrienne en 2011). Son usage systématique de la torture, de pratiques dégradantes et de la terreur, ainsi que les exécutions massives de dizaines de milliers de détenus sont notoires. Amnesty International (AI) estime qu’entre septembre 2011 et décembre 2015, 5 000 à 13 000 personnes ont été exécutées à Saydnaya (Amnesty International 2017 : 6). Ce lieu a longtemps été un espace clandestin, une zone d’ombre inexplorée et impénétrable, interdite aux regards extérieurs. Pendant de nombreuses années, strictement aucune documentat...

Auteur

Aristotle University of Thessaloniki, Grèce

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search