Version classiqueVersion mobile

Lieux de mémoire sonore

 | 
Luis Velasco-Pufleau
, 
Laëtitia Atlani-Duault

Lieux de mémoire sonore

Luis Velasco-Pufleau et Laëtitia Atlani-Duault

Résumé

Dans cette introduction, nous affirmons que les expériences sonores en contexte de violence organisée peuvent être comprises comme des « lieux de mémoire sonore ». Indissociables de l’expérience individuelle et collective des lieux, ils constituent des réseaux de relations non prédéterminées, dans lesquels la mémoire des silences et des sons se construit et s’actualise. Nous soutenons aussi que les lieux de mémoire sonore peuvent être appréhendés sous une double perspective, à la fois la face sombre et la face lumineuse d’un même phénomène. D’une part, le son, la musique et le silence sont utilisés comme des armes en contexte de violence organisée, que cela soit par exemple dans certains lieux de détention ou en situation de guerre ou de conflit politique. D’autre part, ils constituent des ressources symboliques qui contribuent à la (re)construction de subjectivités, notamment dans des situations faisant suite à des expériences d’exil forcé et de violence organisée. Dans tous les cas, les pratiques sonores et musicales sont des ressources constitutives des êtres humains.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’essor des sound studies et d’une anthropologie du sonore ont renouvelé la façon de penser les liens entre politique et son, en déplaçant l’attention vers les expériences de ce qui est audible et inaudible, les sons et les silences (DeNora 2000). En parallèle, les travaux en anthropologie politique de la musique ont montré à quel point « la musique, c’est du son, mais c’est aussi un lieu : un lieu de tension et de relâchement ; un lieu de rencontre avec soi-même et avec l’autre ; un lieu de réalisation, de mise en scène et de consommation ; un lieu de reproduction mais aussi de transformation. Bref, un lieu de pouvoir, un lieu du politique » (Pandolfi et McFalls 2018 : 7).

Mais quels sens donner aux pratiques sonores et musicales dans les situations de violence organisée ? Comment penser la relation dynamique qu’entretient le son avec l’expérience sensible des lieux, des personnes et des événements ?

Ce livre est organisé autour de deux propositions. La première est que les expérienc...

Auteurs

Walter Benjamin Kolleg, Université de Berne, Suisse. ORCID: https://orcid.org/0000-0002-1330-974X

CEPED, IRD, Université de Paris, France. Institut COVID19 Ad Memoriam. WHO Collaborative Center for Research on Health and Humanitarian Policies and Practices

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2021

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search