Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que l’autorité ?

 | 
Emmanuel Droit
, 
Pierre Karila-Cohen

Partie III. Contourner, résister, louvoyer : l’autorité en question

« Le camarade J. ne veut pas reconnaître qu’il a fait une erreur et qu’il doit se corriger »

La domination comme pratique sociale dans le parti communiste est-allemand

Michel Christian

Texte intégral

  • 1 Landesarchiv Berlin (désormais LAB), C Rep 902-1750, Beschwerde der HGL Schillingstrasse 30, 8 déce (...)

1En décembre 1966, un bien étrange courrier parvient aux services de la commission centrale de contrôle du Parti socialiste unifié allemand (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED), le parti au pouvoir en République démocratique allemande (RDA). Cette commission, organe suprême en matière disciplinaire au sein du parti, était un organe redouté, auquel on ne s’adressait pas à la légère. Or le courrier qu’elle reçoit en ce jour de décembre lui est adressé par le camarade J., habitant l’« immeuble coopératif » Solidarité à Berlin, pour se plaindre d’une augmentation jugée arbitraire du loyer de 48 à 58 marks1.

2Cet incident, qui va se développer en un conflit entre le camarade J. et l’appareil du parti, peut adéquatement servir de point d’entrée pour observer le fonctionnement des mécanismes de domination interne au SED. En tant que parti communiste, unique et dictatorial, le SED passe pour avoir incarné l’institution « totalitaire » par excellence. Cette caractérisation me semble doublement limitée, tout d’abord parce que l’existence d’un régime aux prétentions totales n’a jamais empêché l’existence de logiques sociales autonomes qui s’y sont opposées, adaptées ou même l’ont servi ; ensuite, parce que l’interprétation totalitaire suppose une différence de nature entre un « pouvoir dominant » et une « société dominée ». En réalité, ce pouvoir est lui-même une réalité sociale, avec ses propres acteurs et ses propres logiques, et les mécanismes de domination que le parti est supposé exercer sur le reste de la société, s’exercent aussi sur ses propres membres. Ceux-ci sont plus de 1,5 million dans les années 1960, qui deviendront 2 millions dans les années 1980, soit un actif sur cinq. En partant du cas du camarade J., mon objectif est donc d’aborder la question de l’exercice du pouvoir au sein même des institutions de domination pour démontrer que le pouvoir dit totalitaire n’est pas d’une nature telle que les outils traditionnels des sciences sociales ne parviennent à en analyser les mécanismes (Rowell, 2006 : 2-7).

3L’historiographie allemande de la RDA, du moins celle qui s’est donné l’exigence de produire une histoire sociale (Christian, Droit, 2005 : 118- 133), a beaucoup utilisé depuis la fin des années 1990 le couple notionnel de « domination » (Herrschaft) et de « quant-à-soi » (Eigen-Sinn) pour analyser les sociétés sous domination communiste (Lüdtke, 1993 ; Lindenberger, 1999 : 13-41). L’intérêt de ces notions était de rendre attentif à la manière dont les groupes et les individus s’adaptaient ou s’appropriaient à leur manière (notion de quant-à-soi) un rapport de domination imposé par le régime (notion de domination). Cet outil a fait florès dans nombre de travaux récents, car il répondait au besoin d’un cadre méthodologique pour caractériser l’autonomie relative constatée de nombre de réalités et de processus sociaux. On en a souvent tiré la conclusion que la société est-allemande « malgré » le pouvoir communiste, disposait tout de même d’« espaces d’autonomie », sorte de « niches » à l’abri de la domination (Gaus, 1980). Cette interprétation me semble montrer ses limites dès lors qu’elle est appliquée aux institutions de domination elles-mêmes : qu’en est-il de l’autonomie des acteurs en position de domination ? Dominer, est-ce n’avoir aucune forme d’autonomie ? Il semble plus pertinent de partir du fait que la société est-allemande était « dominée de part en part » (Kocka, 1994 : 547-553) : c’est ainsi que l’on peut retrouver les logiques sociales autonomes, non pas « sous » les fonctionnements formels, mais inséparablement mêlées à eux, aussi bien au sein de la société qu’au sein des institutions supposées la dominer. La domination est une pratique sociale et doit donc s’étudier comme telle (Herrschaft als soziale Praxis) (Lindenberger, 1999 : 34-35 ; Kott, 2002 : 11).

  • 2 LAB, C Rep 902-1750, 1966-1967, Untersuchung zur Eingabe der Mitglieder der AWG « Solidarität » des (...)

4Je vais donc utiliser l’histoire du camarade J., de ses déboires et de ceux qu’il a causés aux responsables du parti qui se sont confrontés à lui pour illustrer ce point de vue mais aussi pour préciser ce à quoi l’on pense exactement lorsqu’on oppose « domination » et « quant-à-soi ». La nature conflictuelle des faits relatés procure justement un point de vue privilégié sur le fonctionnement interne du parti. En situation de conflit, les différents acteurs sont en effet conduits à réaffirmer les bases de leur légitimité à agir. L’écart par rapport à la norme permet à la fois d’observer quelle représentation ils s’en font, quelle formulation ils en donnent et quels moyens ils utilisent pour la rétablir. En outre, une organisation bureaucratique, pour traiter le conflit, produit des documents écrits qui fournissent une riche base documentaire. C’est justement la découverte d’un dossier du nom d’« Immeuble coopératif Solidarité » dans les archives de la commission de contrôle de Berlin qui m’a permis de reconstituer l’histoire du camarade J.2.

« Le règlement de ce genre de questions ne relève pas des compétences d’une commission de contrôle »

  • 3 LAB, C Rep 902-1750, 12 décembre 1966, Schreiben der ZPKK zur Übersendung der Beschwerde.

5Lorsque la commission centrale de contrôle du SED reçoit la plainte du camarade J. en décembre 1966, ses services décident de ne pas la traiter. Ce n’est pas parce que la question du montant des loyers serait un problème local, qui n’aurait pas à être traité par une instance centrale. Il était en effet courant pour les citoyens est-allemands d’adresser des requêtes (Eingaben) au Conseil d’État (Staatsrat), autrement dit à la plus haute instance de l’État, ou même directement au chef de l’État. Ces requêtes étaient comptabilisées, on en faisait des statistiques destinées à démontrer la grande confiance que les citoyens avaient en leur État, et elles étaient dans la très grande majorité des cas redistribuées à l’échelon local d’où elles provenaient (Merkel, 2000 : 9-32). Ce n’est donc pas le fait de s’adresser à l’échelon central qui semble déplacé aux services de la commission centrale, mais celui de s’adresser à elle pour un motif qui n’a aucun lien ni avec le parti ni avec aucune affaire disciplinaire pour laquelle la commission serait compétente. Si le camarade J. intervient, c’est bien en sa qualité de membre du parti : il écrit sa plainte non pas en s’adressant au Conseil d’État comme tout citoyen, mais à la commission centrale de contrôle, comme seul peut se le permettre un membre du parti, du moins le pense-t-il. Les services de la commission centrale sont d’un avis différent : sans même accuser réception de la plainte, ils la transmettent à la commission de contrôle du district de Berlin, non sans préciser : « au cas où des membres de notre parti se trouveraient dans cet immeuble coopératif, il faudrait avoir une discussion avec eux pour leur expliquer que le règlement de ce genre de questions ne relève pas des compétences d’une commission de contrôle »3.

  • 4 Statuten der SED, 1950, § 46.
  • 5 Statuten der SED, 1954, § 43.
  • 6 Il est le plus souvent analysé comme une conséquence du soulèvement du 17 juin 1953 qui a tout à la (...)

6Cette réaction témoigne d’un certain stade de rationalisation des pratiques de domination atteint par les organes du SED au milieu des années 1960. Lors de sa création en 1948, la commission centrale de contrôle avait des compétences extrêmement larges, celle notamment de « contrôler les décisions prises par le Congrès et le Comité central »4, ce qui lui donnait la capacité d’agir à tous les échelons du parti et dans tous les domaines. Elle a ainsi supervisé les purges du parti entre 1948 et 1951, qui entraînèrent la perte de plus de 300 000 membres (Klein, 2002 : 145-151), elle a organisé des procès politiques à huis clos, elle a fait sur le terrain nombres d’enquêtes (Untersuchungen) aux conséquences imprévisibles et a lancé elle-même les procédures de parti (Parteiverfahren) contre les membres du parti qu’elle a désignés. L’appareil disciplinaire étant très centralisé et peu fourni au niveau local, la commission centrale a été assez rapidement débordée et a privilégié pendant cette période la rapidité des décisions à leur justesse. C’est à partir de 1954 seulement qu’elle a vu ses prérogatives rationalisées : la commission centrale jouait désormais un rôle d’instance suprême au sommet de l’appareil disciplinaire du SED, formé de commissions de contrôle régionales et locales dans les districts (Bezirke) et dans les arrondissements (Kreise)5. C’est en vertu de ces attributions mieux définies que les services de la commission centrale savent si le courrier qu’ils reçoivent du camarade J. relève ou non de sa compétence. Ce processus de rationalisation n’est pas propre au seul SED, il touche l’ensemble des institutions est-allemandes à partir de 19536 et favorise une bureaucratisation de la domination, au sens wébérien du terme : une domination qui devient sectorielle, hiérarchisée et donc partiellement prévisible.

« Il faut beaucoup de patience pour convaincre le camarade J. de la coïncidence des intérêts de la société avec ceux de l’individu »

  • 7 Entre 1878 et 1890, une loi élaborée par Bismarck interdit les organisations sociales-démocrates : (...)

7Une fois le courrier arrivé à la commission de contrôle du district de Berlin, cette dernière, en la personne de son président, décide d’organiser une entrevue avec le camarade J., comme l’avait souhaité la commission centrale. C’est ici que nous en apprenons un peu plus sur l’histoire de J. Né en 1931, dans une famille communiste, il a connu le nazisme enfant. Son père est aussi membre du SED, son grand-père a été membre de la gauche du Sozialdemokratische Partei Deutschlands (Parti social-démocrate d’Allemagne, SPD), passée au Kommunistische Partei Deutschlands (Parti communiste d’Allemagne, KPD) en 1921, par le biais de l’Unabhängige sozial-demokratische Partei Deutschlands (Parti social démocrate indépendant d’Allemagne, USPD) et son arrière-grand-père a été membre du SPD au xixe à l’époque des lois contre les socialistes de Bismarck7. Le camarade J. entre quant à lui au SED en 1954, à 23 ans en tant qu’ouvrier. Soudeur de formation, il exerce différentes activités, dont celle de marin. Depuis 1965, il travaille toutefois dans l’administration municipale de l’arrondissement de Köpenick, un arrondissement de la banlieue de Berlin-Est. Il suit en parallèle des cours de droit par correspondance à l’université Humboldt. Avec sa généalogie et son parcours personnel, on ne peut guère l’accuser ni d’être hostile au parti ni d’y être entré par conformisme. Ouvrier conscientisé et travaillant à son développement intellectuel, c’est même un représentant modèle des nouvelles élites socialistes voulues par le régime.

  • 8 LAB, C Rep 902-1750, 19 décembre 1966, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom 15.12.1966.

8La discussion a lieu le 15 décembre 1966. Un membre de la commission de contrôle du district de Berlin explique au camarade J. pourquoi sa manière de procéder n’est pas appropriée. Dans le compte-rendu de cette discussion, le premier précise ainsi : « J’ai rendu le camarade J. attentif au fait que la collecte de signatures, comme dans le cas présent, ne correspond pas aux normes de la vie de parti (Normen des Parteileben), ce qu’il a reconnu8. »

9Ces « normes de la vie de parti » ne sont pas explicitées, car elles sont connues du camarade J. comme de son interlocuteur. Celui-ci lui reproche notamment de ne pas s’être adressé en premier lieu à l’organisation de quartier du SED (Wohnparteiorganisation). D’après les « normes de la vie de parti », qui sont dérivées des principes du centralisme démocratique, chaque membre a en effet le droit de prendre la parole pour donner son avis, mais doit se soumettre à la décision de la majorité (qui se conforme aux décisions des organes du parti). Cependant, ce droit d’expression est aussi une obligation : tout sujet important non seulement peut mais doit être débattu au sein du parti. Un membre du parti ne peut donc pas parler en son nom seul, mais doit pour toute initiative publique, passer d’abord par l’organisation de base du parti concernée.

10Le problème que pose le camarade J. n’est donc pas seulement d’avoir adressé sa plainte au mauvais destinataire, mais aussi d’avoir risqué une réunion potentielle d’intérêts autour de sa personne et en dehors du parti, là où on aurait au contraire attendu de lui qu’il se comportât en camarade discipliné acceptant et justifiant l’augmentation. L’observation des « normes de la vie de parti », en faisant passer la plainte par l’organisation de base de quartier, aurait joué un rôle de filtre en réorientant et en encadrant la plainte, peut-être aussi en en réfutant la pertinence. Ce rappel à l’ordre nous fait voir l’un des modes de domination essentiels pour comprendre la stabilité des régimes communistes après leur prise de pouvoir : dans les années de construction des structures de pouvoir, c’est-à-dire principalement entre 1948 et 1953, la domination s’est le plus souvent exercée de manière centralisée sous la forme du commandement ou de la contrainte directe. C’était une domination réactive, car agissant souvent après coup, et expéditive, car privilégiant l’efficacité. Dans les années 1960 au contraire, l’enjeu n’est plus la prise du pouvoir, mais l’entretien de sa stabilité : la domination prend donc une forme non plus réactive mais préventive, non plus expéditive mais mesurée. Dans le même temps, elle s’exerce de manière plus diffuse : pour l’observer, il faut se placer à une échelle fine, celle par exemple des organisations de base, où l’on peut voir les efforts quotidiens des acteurs pour canaliser les conflits, reformuler les revendications et éviter les incidents publics qui attireraient l’attention sur eux, ce qui entretient la stabilité générale du régime. Ce faisant, la domination devient de plus en plus « socialisée », dans la mesure où elle implique dans sa reproduction un nombre toujours plus élevé d’acteurs sociaux (Jessen, 1995). C’est toute cette évolution qu’illustre cette première entrevue avec le camarade J., au cours de laquelle le représentant d’un organe répressif interne du SED prend le temps d’expliquer à un membre du parti qu’il doit d’abord soumettre ses initiatives à une organisation de base du parti avant de s’adresser en haut lieu.

  • 9 Cette obligation existe dès 1946, mais n’apparaît dans les statuts qu’à partir de 1950 (cf. Statute (...)

11Cependant, le rappel à J. des « normes de la vie de parti » ne rencontre pas chez lui beaucoup d’écho et pour cause : il connaît très mal les membres de l’organisation de quartier, ne sait pas combien ils sont dans l’immeuble, ni même qui est le secrétaire de l’organisation. C’est qu’en réalité les organisations de quartier étaient souvent peu actives, car les membres du SED étaient enregistrés non sur leur lieu de résidence, mais sur leur lieu de travail, dans les organisations d’entreprises du SED (Betriebsparteiorganisationen)9 : dans l’idéologie marxiste, le lieu de la production était considéré comme l’espace politique par excellence. Les organisations de quartiers ne rassemblaient donc que les inactifs ou les professions libérales. Avec leurs retraités, leurs quelques artisans et leurs femmes au foyer ou en congé maternité, elles constituaient un petit monde distinct qui n’avait guère de lien avec les membres inscrits dans les entreprises. En principe, ces derniers devaient se manifester au secrétaire de l’organisation de quartier, mais l’obligation semble avoir été peu suivie, puisque le camarade J. n’a même pas songé à cette éventualité et semble découvrir cette obligation lors de la discussion à laquelle le membre de la commission de contrôle l’a invité. Dans un espace faiblement quadrillé par le parti, il n’est donc pas surprenant qu’une forte personnalité comme J. parvienne à prendre des initiatives en tant que membre du parti tout en échappant au contrôle de ce dernier.

  • 10 LAB, C Rep 902-1750, 21 janvier 1967, ABI Bezirksinspektion, Bericht über Abschluß der Eingabe.

12L’entrevue achevée, le responsable de la commission transmet la plainte de J. aux pouvoirs publics locaux, indiquant bien par ce geste que le parti ne saurait se mêler de ce genre de détails. La plainte est plus exactement transmise à l’Inspection des ouvriers et paysans (Arbeiter- und Bauer-Inspektion), un organe d’État chargé d’enquêter sur les incidents matériels et les dysfonctionnements économiques en général. Comme les commissions de contrôle, dont elles reprennent une partie des prérogatives – les enquêtes « techniques » –, ces commissions étaient structurées au niveau local, régional et central. La plainte est considérée avec attention et le directeur de l’Inspection des ouvriers et paysans du district de Berlin invite même le camarade J., ainsi que la présidente de l’immeuble coopératif, à venir en parler de vive voix. Le 21 janvier 1967, lors d’un entretien de plus de deux heures, il leur « explique le caractère justifié de la décision prise par le Sénat de Berlin de modifier les loyers étant donné le contexte économique ». À l’issue de cette discussion, il constate qu’« il faut beaucoup de patience pour convaincre le camarade J. de la coïncidence des intérêts de la société avec ceux de l’individu » et ajoute à la fin de son rapport : « J’ai eu du camarade J. le sentiment qu’il se laisse conduire par des intérêts égoïstes rigides. Et ce faisant, il lui est indifférent d’entrer en conflit avec le parti ». La hausse de loyer est tout de même ramenée à 53 marks au lieu de 58, ce dont le directeur informe l’ensemble de locataires par un courrier qu’il écrit lui-même10.

« Le camarade J. est cependant capable d’évoluer »

  • 11 LAB, C Rep 902-1750, 14 février 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom 14.2.1967.
  • 12 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Genn. U.
  • 13 LAB, C Rep 902-1750, 14 février 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom

13À la suite de cette discussion, la coopérative adresse pourtant dès le début du mois de février une nouvelle plainte, cette fois non plus à la commission centrale de contrôle du SED mais au Conseil d’État : c’était comme on l’a dit plus haut la voie normale employée par la plupart des citoyens est-allemands pour adresser leurs plaintes ou leurs requêtes. Le nom de J. n’apparaît pas dans ce courrier, mais il reconnaîtra en être l’instigateur11. Dans l’immeuble, la fronde continue : certains locataires, membres du parti, refusent de payer le nouveau montant du loyer. Dans le hall d’entrée, une main anonyme a écrit sur le mur : « Le parti dit que tout le monde doit vivre mieux, c’est pour cela que nous payons le loyer plus cher !12 ». C’est à ce moment que la commission de contrôle de Berlin décide d’ouvrir une enquête (Untersuchung) pour examiner la situation et en tirer des conclusions13.

  • 14 Februar 1967.
    La généralisation de la requête pour exprimer son mécontentement a eu pour effet de pa (...)

14Cette décision n’est pas motivée par une infraction clairement établie sur le mode légal. Les instructions de la commission centrale destinées aux commissions de district et d’arrondissement dans les années 1960 insistaient au contraire sur le fait que celles-ci ne devaient pas agir « de manière routinière », mais toujours au cas par cas (Christian, 2006 : 53-70). L’activité des commissions de contrôle n’obéissait donc à aucune règle formelle, mais plutôt à des habitudes flexibles. À l’origine d’une enquête les commissions de contrôle devaient donc seulement indiquer un « signal » (Signal), c’est-à-dire un incident, une rupture de l’ordre établi, qui attire l’attention sans forcément déboucher sur une action répressive. Le « signal », ici, c’est la coalescence d’un mécontentement qui se développe par interconnaissance sur une base locale, en mêlant membres et non-membres du parti. Ce mécontentement sort de l’expression atomisée et canalisée admise par le régime, celle qui prend la forme d’une plainte ou d’une requête individuelle écrite (Eingabe) dont les autorités seules décident de la pertinence14 (Gehrke, 2007 : 103-131) ; il prend au contraire une forme publique, impliquant le nom du parti et certains de ses membres. Le président de la commission de contrôle, qui a convoqué J. pour un nouvel entretien le 14 février, l’exprime à sa manière en lui disant qu’« on ne peut pas permettre que des camarades se fassent meneurs de pétitions contre les mesures du gouvernement et de la justice ! ».

  • 15 LAB, C Rep 902-1750, 21 février 1967, Beurteilung des Gen. J. durch APO-Bauwesen Rat des Stadtbezir (...)

15Pour commencer son enquête, la commission de contrôle de Berlin doit se procurer la nouvelle plainte, derrière laquelle elle soupçonne l’action du camarade J. Redirigée par le Conseil d’État, celle-ci a été envoyée au ministère des Finances. La commission de contrôle du district contacte son homologue du ministère dont elle obtient le contenu du courrier dès le 17 février. Cette rapidité de l’information montre avec quelle rapidité l’organisation partisane fonctionnait en parallèle des structures de l’État et des entreprises. De même, pour s’informer plus précisément sur le camarade J., la commission va s’adresser à l’organisation de base de son lieu de travail, en demandant à ses responsables de lui fournir une « évaluation » (Beurteilung) de sa personne. Réalisée en quelques jours et fournie le 21 février, celle-ci révèle une description assez nuancée du camarade J.15 :

« À cause de l’activité qu’il a eue auparavant, il ne s’est pas beaucoup confronté aux problèmes idéologiques de base et aux questions de politique du parti et a également peu participé à la vie de parti. […] Malgré les faiblesses idéologiques qu’il conserve en partie, le camarade J. a une bonne conscience de classe et une relation solide avec le parti, qui se fondent encore beaucoup cependant sur l’enthousiasme et le sentiment de son bon droit. Sur le plan du caractère, c’est une personne difficile et compliquée. »

16La phrase suivante est soulignée en marge par son lecteur de la commission de contrôle : « [Le camarade J.] est encore très irrégulier, très obstiné et se place toujours d’abord dans une attitude d’opposition ». L’évaluation se finit cependant sur une note positive : « Il est cependant capable d’évoluer (entwicklungsfähig). Il reconnaît la critique après de longues réflexions et cogitations ».

  • 16 Ce phénomène générationnel est connu sous le nom de « génération des fondateurs » (Gründergeneratio (...)

17Grâce à cette évaluation, nous en apprenons davantage non seulement sur la personnalité de J., mais aussi sur la représentation que s’en font les représentants du parti par comparaison avec une norme implicite, celle du camarade dévoué, instruit de la chose politique et régulier. Ces caractéristiques font partie de ce que l’on pourrait appeler un capital politique d’appareil, qui exige et favorise la discipline personnelle comme disposition la plus importante : savoir surmonter ses propres opinions, obéir aux décisions du parti qui incarnent l’intérêt commun et en comprendre les raisons. C’est en privilégiant ces dispositions que le SED a recruté pour son appareil régional et local un grand nombre de jeunes gens pendant les années 1940 et 1950, qui avaient souvent été socialisés aux Jeunesses hitlériennes dans les années 193016 (Wierling, 2002 : 17-31). Le fonctionnement de l’appareil du parti, reposant avant tout sur la discipline, a donné à beaucoup d’individus, le plus souvent étrangers à la tradition du mouvement ouvrier, la possibilité de faire carrière. En apportant des réponses simples sur le passé et en offrant des perspectives pour l’avenir, l’appareil du parti a été pour nombre de jeunes gens le lieu d’un nouveau départ, après les bouleversements collectifs et individuels liés à la guerre et à la chute de l’Allemagne nazie.

18Mais ce parcours n’est pas celui du camarade J. Sa légitimité de membre du parti ne se fonde pas dans le temps court de l’après-guerre, mais dans une tradition politique familiale qui remonte, avec son arrière grand-père, à la fin du xixe siècle. De plus, né en 1931, enfant d’une famille communiste, J. a probablement connu les brimades et n’a en tout cas pas fait l’expérience des Jeunesses hitlériennes. En outre, il a toujours été ouvrier : dans l’échelle de valeurs promue par le régime après 1948 pour bâtir la nouvelle société socialiste, cette origine sociale lui donne un avantage important, tout en produisant aussi des effets d’identité sur les individus ainsi valorisés. Ce type de « référentiel identitaire » est en effet partagé aussi bien par ceux qui définissent l’échelle de valeurs que par ceux qui l’utilisent, la contournent, l’intériorisent, mais s’en imprègnent d’une manière ou d’une autre (Pudal, Pennetier, 2002 : 17). Le camarade J., doté de son identité sociale ouvrière, a donc grandi à partir de la fin de l’adolescence, avec le sentiment de sa propre valeur. De plus, il a exercé des métiers peu courants, comme celui de marin, qui l’a conduit à voyager à l’étranger, y compris « à l’étranger capitaliste » (im kapitalistischen Ausland), chose rare et preuve de fiabilité dans un pays dont les frontières étaient fermées. De sa généalogie comme de son parcours, le camarade J. tire une légitimité propre, que l’on pourrait qualifier de capital politique militant, fondée sur une expérience personnelle spécifique, inscrite dans sa biographie et faite de dévouement et d’épreuves. Avoir été enfant de communistes sous le nazisme ou marin à l’étranger deviennent autant d’éléments qui font que le camarade J. ne tire pas sa légitimité de la seule discipline partisane.

  • 17 En 1953, 15 % des membres du SED ont été membres du SPD ou du KPD avant 1933, cf. Stiftung Archiv d (...)

19Il est en cela proche de tout un groupe d’ouvriers socialisés pendant l’entre-deux-guerres17, qui ont forgé leur identité politique dans les rangs des partis ouvriers ou dans l’action syndicale et ont passé les années de nazisme dans la marginalité, voire dans la résistance. Le capital politique de ces individus trouvait sa valeur moins dans la discipline au service d’une organisation que dans la capacité à résister à un ordre dominant injuste. Pour le régime qui se met en place dans la zone d’occupation allemande sous la houlette du SED, ils constituaient une ressource politique absolument indispensable, tout d’abord parce que ce groupe incarnait la légitimité antifasciste du régime et sa continuité avec les combats de l’entre-deux-guerres, ensuite parce qu’il était un vivier de cadres loyaux dans une situation d’urgence et d’insécurité permanentes pour le régime. Mais les nombreux incidents conservés dans les archives des commissions de contrôle montrent que les tensions étaient nombreuses avec ces militants d’ancienne date, dont la capacité et l’inclination à critiquer et à remettre en question l’ordre dominant demeuraient la disposition principale, si bien que l’on peut parler les concernant d’un véritable habitus protestataire. Un des enjeux clés pour la stabilisation du régime est-allemand a donc été la domestication de ce groupe de militants, c’est-à-dire la conversion sous contrainte de leur capital politique militant en un capital politique d’appareil : ils devaient désormais apprendre à servir, leur expérience personnelle perdait de sa valeur et ne pouvait plus être convoquée que dans un cadre réglé, celui notamment des commémorations, qui prennent leur essor à partir des années 1960, lorsque la plupart de ces vieux militants prennent leur retraite.

  • 18 LAB, C Rep 902-1750, Aussprache Gen. W. Schmidt, Leiter der Bezirksinspektion mit Gen. J. und Frau (...)

20À l’instar de ces militants historiques, le camarade J., fort de sa légitimité ouvrière et de son parcours, n’hésite donc pas à critiquer ce qu’il considère comme une injustice, même si pour cela « il doit entrer en conflit avec le parti18. » Dans le même temps, lui, le militant ouvrier, est cependant soumis à l’injonction de s’instruire, de devenir moins « irrégulier » et d’apprendre à surmonter son « caractère difficile ». La note finale, lui accordant qu’il est « capable de progrès » témoigne d’ailleurs d’un processus de conversion en cours de son capital politique militant en capital politique d’appareil. Le camarade J. rejoue donc cet épisode de l’histoire collective du SED, mais avec une génération de décalage, car le contexte n’est plus celui des années 1950. Entre 1946 et la fin des années 1950, l’intégration des anciens militants issus des partis ouvriers de l’époque de Weimar ne s’est faite qu’au prix de nombreux conflits individuels entraînant la perte par exclusion de bien des membres qui avaient conservé une posture d’opposition y compris face aux représentants du nouveau pouvoir de l’État socialiste. Dans le contexte d’insécurité politique du nouvel État, une obéissance absolue était requise, puisque la survie même du régime semblait en dépendre. Au contraire, dans le contexte de stabilisation dans lequel se trouve l’État et la société en RDA depuis 1953 et surtout depuis la fermeture de la frontière en 1961, les effets négatifs des conflits avec les membres apparaissent de plus en plus nettement : ils donnent une image de division interne et ternissent l’image du parti. Parallèlement à la rationalisation de leur action, la prise en compte des dégâts que de tels conflits peuvent causer en termes d’image devient l’un des critères déterminant de l’action des commissions de contrôle, qui sont encouragées à favoriser la prévention sur la répression (Christian, 2006 : 57-61).

Le dispositif disciplinaire et ses limites

21La commission de contrôle de Berlin, chargée d’enquêter sur J. et sur la situation dans l’immeuble coopératif Solidarité, se trouve donc face à une situation délicate : comment discipliner un membre de manière à le conserver et à le rendre utile au parti ? Comment sanctionner sans briser ? Par son parcours, le camarade J. est la preuve vivante que ce sont bien les ouvriers qui conduisent l’État « des ouvriers et paysans ». Pour sanctionner sans exclure – c’est-à-dire pour discipliner – ce bon élément qui travaille par son existence même à la légitimité du régime, la commission de contrôle va mettre en place un dispositif disciplinaire, c’est-à-dire qu’elle va créer une situation dans laquelle le camarade J. pourra à la fois reconnaître son erreur et être réintégré au sein du groupe. Ce type de dispositif n’est pas propre aux partis communistes. Il est au contraire décrit par Michel Foucault comme constitutif de notre modernité occidentale, dans les prisons, dans les écoles ou dans les casernes : au fur et à mesure que le pouvoir cesse de s’exercer comme droit de vie et de mort, il prend de plus en plus la forme d’une disciplinarisation, dans laquelle l’économie des peines lie désormais la sanction et la réintégration comme deux faces d’un même processus, ce que Foucault nomme la « sanction normalisatrice » (Foucault, 1975 : 200-227). Pour les membres de la commission de contrôle, le dispositif disciplinaire est tout trouvé : une réunion de l’organisation de quartier du SED est convoquée pour la fin du mois de mars ; le camarade J. devra y exprimer sa position, qui sera discutée. Ce dispositif contraindra le camarade J. à parler non pas comme porte-parole d’un groupe de mécontents, mais comme membre du SED soumis à la discipline de parti. Un membre de la commission de contrôle participera à la réunion pour condamner publiquement l’attitude du camarade J. et pour clore l’incident, une fois qu’il aura fait amende honorable.

  • 19 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aktennotiz über Aussprachen mit Gen. H., R.., U., S.
  • 20 Les efforts commencent dès 1946 pour imposer l’enregistrement et la mobilisation sur le lieu de tra (...)

22Pour préparer cette réunion, la commission de contrôle envoie dans la deuxième semaine de mars quelques-uns de ses membres prendre contact avec les membres du parti qui habitent dans le même immeuble que J. Ils sont recensés et un entretien est organisé avec chacun d’entre eux sur la question du loyer19. Certains acceptent le nouveau loyer et n’ont pas signé la pétition, mais d’autres refusent de payer ou, tout en payant, approuvent ceux qui ne paient pas le montant total du nouveau loyer. Au prix de longues discussions, tous les membres du parti sont toutefois ramenés dans le droit chemin. Au cours de leurs discussions, les membres de la commission de contrôle chargés de l’enquête sont cependant étonnés de constater que les membres du parti de l’immeuble ne se connaissent souvent pas les uns les autres ; certains connaissent J. de vue sans même savoir qu’il était membre du SED. Encore une fois, on peut observer les effets de deux décennies d’investissement politique et organisationnel du SED dans les organisations d’entreprises20 (Weitz, 1997 : 160-187) : ces organisations sont effectivement devenues le centre de gravité de la vie de parti, au point que celle-ci se confond peu à peu avec la vie professionnelle. Du même coup, l’emprise du parti sur ses membres diminue nettement dès que l’on sort de l’entreprise : les obligations partisanes sur le lieu de travail ne s’imposent que parce qu’elles accompagnent les obligations professionnelles et restent largement théoriques sur le lieu de résidence. C’est donc sur le lieu de travail que peuvent se créer, lorsqu’elles existent, des sociabilités partisanes, beaucoup moins que sur le lieu de résidence, ce qui explique que les membres ne se connaissent pas les uns les autres et ne se considèrent pas soumis à la discipline de parti sur leur lieu de résidence.

  • 21 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aussprache mit Gen. K.

23Les membres de la commission de contrôle, qui semblent découvrir cet état de fait, craignent donc logiquement que la solidarité spontanée entre locataires ne prenne le dessus sur l’appartenance partisane, dont l’emprise sur les individus s’émousse visiblement dès que l’on quitte la sphère professionnelle. Ces visites et ces entretiens, qui prennent beaucoup de temps, ont justement pour but de rétablir le clivage entre membres et non-membres parmi les habitants de l’immeuble, afin d’éviter la coalescence des mécontentements. Les membres du SED sont tous invités à l’assemblée de l’organisation de quartier, où le camarade J. doit faire son apparition. Une fois ramenés à la raison, c’est donc à leur tour de s’adresser aux autres locataires pour qu’ils acceptent le nouveau montant du loyer. En ce qui concerne les autres locataires non-membres du SED, un rapport précise que, « s’il devait y en avoir qui ne sont pas prêts à payer le loyer à la hauteur des 53 marks, il faudrait faire deux ou trois exemples en résiliant leur contrat de coopérative et en les renvoyant dans de vieux immeubles »21, ce qui semble effectivement, étant donné l’état de décrépitude du bâti ancien en RDA, une sanction exemplaire.

« La prise de position du camarade J. n’a pas l’esprit de parti »

  • 22 LAB, C Rep 902-1750, 17 mars 1967, Aktennotiz über Zusammenkunft der Gen. des Hochhauses vom 17.3.1 (...)
  • 23 Statuten der SED, 1963, § 7.
  • 24 LAB, C Rep 902-1750, Protokollauszug Lfd. Nr. 142 vom 7.4.1967 vom Sekretariatssitzung der Bezirksl (...)

24Arrive le jour de la réunion de l’organisation de quartier, qui se tient le 21 mars, en présence de deux membres de la commission de contrôle de Berlin22. Contre toute attente, le camarade J. ne reconnaît pas ses torts et réaffirme sa position initiale. Les efforts entrepris par la commission sont donc en grande partie ruinés, puisque le camarade J., pièce maîtresse de son plan, n’agit pas de la manière attendue. C’est cette attitude qui entraîne contre lui la décision d’une procédure disciplinaire (Parteiverfahren), c’est-à-dire une procédure interne conduisant à une sanction (Parteistrafe), tel que stipulé dans les statuts du SED23. Ces procédures étaient généralement mises en œuvre dans l’organisation de base du membre concerné, plus rarement par une commission de contrôle. Celle de Berlin choisit cependant la procédure régulière en en déléguant l’exécution à l’organisation de base du camarade J. sur son lieu de travail à Köpenick. Les responsables de l’organisation du parti du secteur Bâtiment de l’administration d’arrondissement de Köpenick se voient donc chargés d’« examiner quelles intentions il a lorsqu’il se manifeste contre les décisions de l’appareil d’État et quels buts il veut atteindre »24, formulation toute stalinienne qui suppose a priori que l’accusé entretient de toute façon des intentions hostiles au régime. En renonçant à exécuter elle-même la procédure, la commission de contrôle de Berlin témoigne cependant d’une certaine modération : la confrontation avec les membres de son organisation de base constitue probablement pour la commission une occasion supplémentaire pour imposer au camarade J. une « sanction normalisatrice ».

25Cette occasion supplémentaire de faire amende honorable, le camarade J. ne s’en saisit pas. Bien au contraire, dans une stupéfiante « prise de position face au reproche de comportement non partisan du camarade J. », datée du 1er mai, ce dernier réfute un à un les reproches qui lui sont faits. Indigné, il écrit : « On me demande d’expliquer pour quelles raisons je lutterais contre les mesures de mon État, contre mon État, et ainsi contre ma classe ! » Plus loin, il affirme encore, après avoir rappelé sa généalogie politique : « Je dois tout à mon parti ! » La récurrence de l’adjectif possessif témoigne du rapport personnel que le camarade J. entend imposer, un rapport qui ne le lie pas « au » parti, mais à « son » parti. Il attire ainsi la justification non sur le terrain de la discipline, mais sur celui de la sincérité, où la valeur de son capital politique militant est maximale. De même, accusé d’avoir « discrédité » le parti, il ridiculise la rhétorique de la procédure disciplinaire en répondant que « d’après le dictionnaire, “discréditer” signifie ruiner la confiance, médire, créer de la méfiance » et que lui-même n’a toujours fait que « critiquer » sainement. En prenant appui sur l’évidence du sens commun, qu’illustre le recours au dictionnaire, il se place ainsi en position d’avoir raison contre le parti, mais conformément aux principes du parti. Il exploite enfin avec adresse le décalage, déjà souligné plus haut, entre un conflit né sur son lieu de résidence, mais dont il doit rendre compte devant ses camarades sur son lieu de travail. Il reproche ainsi à la commission de contrôle d’avoir chargé son organisation de base de la procédure disciplinaire :

« Les membres de mon organisation de base me connaissent, je les estime, avec leurs opinions et leurs critiques. Les commissions de contrôle exigent d’eux que je leur rende des comptes. Mais je ne les ai jusqu’ici pas importunés avec ces problèmes. Comment voulez-vous qu’ils puissent évaluer objectivement l’état des choses ? »

26À chaque étape de cette affaire, les organes de contrôle ont fait preuve de mesure en donnant l’occasion au camarade J. de faire amende honorable : dans une première discussion avec la commission, puis avec l’Inspection des ouvriers et paysans, lors de l’assemblée de quartier et jusque dans le cadre de la procédure disciplinaire lancée contre lui. À chaque fois, les organes de contrôle ont su créer les dispositifs rendant possibles la réintégration du camarade J. et le retour à l’ordre. Et à chaque fois, celui-ci a réaffirmé non seulement son refus de céder sur la question des loyers, mais de plus en plus également son refus de la logique disciplinaire en tant que telle.

27Le 16 mai 1967, la commission de contrôle de district réagit par le commentaire agacé de son président :

  • 25 LAB, C Rep 902-1750, 2 mai 1967, Aktennotiz des Gen. Behring zur Stellungnahme Gen. J.

« La prise de position n’a pas l’esprit de parti [ist nicht parteilich]. Le camarade J. ne veut pas du tout reconnaître qu’il a fait une erreur et qu’il doit se corriger. Il ressort de sa prise de position que le camarade J. pense que c’est le parti ou la commission de contrôle qui doit se corriger. Il est clair que cela ne va pas. Il va être nécessaire d’agir sur le camarade J. de manière éducative25. »

  • 26 LAB, CRep 902-1750, 6 juin 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. in der ZPKK.

28Le 6 juin, une réunion est organisée dans les locaux de la commission de contrôle : on y trouve J., le secrétaire de son organisation de base, des membres des commissions de contrôle de Berlin et de l’arrondissement de Köpenick, et même deux membres de la commission centrale de contrôle, celle-là même à qui le camarade J. avait envoyé sa toute première lettre26. L’un de ces deux membres prend la parole pour condamner le comportement irresponsable du camarade J. Il s’agit d’un vieux militant communiste, membre des Jeunesses communistes dès les années 1920, entré au KPD en 1929, passé à la clandestinité en 1933, emprisonné entre 1935 et 1945 en maison de correction puis dans le camp de concentration de Sachsenhausen. On a le sentiment que, pour discipliner le camarade J., il faut non seulement un responsable de haut rang qui le tance, mais aussi une personnalité militante dont les états de fait historiques sont supérieurs aux siens. Dans cette situation, le camarade J. accepte finalement de reconnaître ses torts. On décide que son organisation de base statuera sur son cas comme il avait été prévu, tout en précisant que ses actes ne sont pas le plus grave, mais que la décision a été considérablement compliquée par son obstination. Le dossier ne présente pas d’autres documents permettant de connaître la décision de l’organisation de base du camarade J., mais sa fiche personnelle, consultable dans le fichier des membres sanctionnés de la commission de contrôle de Berlin, ne porte pas mention d’une sanction en 1967. Cela permet de conclure qu’il n’a reçu aucune sanction au sein de son organisation de base, mais probablement un simple rappel à l’ordre.

  • 27 Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokra (...)
  • 28 BStU, Berlin, AIM 1613/91, partie I/1 : 72.

29Pour que le récit soit complet, il faut cependant y ajouter un dernier chapitre. Une recherche dans les archives de l’ex-ministère de la Sûreté de l’État (Ministerium für Staatssicherheit – Stasi) m’a permis de découvrir que le camarade J. a signé, précisément en 1967, un « engagement à la confidentialité » (Schweigeverpflichtung) avec la Sûreté de l’État, pour qui il été actif en tant qu’« agent non officiel » (inoffizieller Mitarbeiter) « de manière non étroite » entre 1967 et 198127. Il a fourni des informations et a participé à une opération de ses services, avant de mettre à disposition son logement, une activité impliquant également son épouse, dont il s’est séparé dans les années 1970. Il n’est pas exclu que cet engagement en 1967 ait conduit la Sûreté de l’État à influencer la décision de la commission de contrôle. L’incident est en tout cas connu, puisque J. est interrogé à ce sujet par un officier en 1971, ce qui lui redonne l’occasion d’écrire « que sa démarche n’avait pas été correcte, mais que les autorités berlinoises avaient aussi fait des erreurs. Il rappelle qu’il n’a « pas reçu de blâme » et que « la confrontation s’est finie ainsi28 ».

30Les traits de caractère mis au jour par ce conflit ne disparaissent pas pour autant, ils resurgissent même dans le cadre de sa collaboration avec les services de la Sûreté de l’État. Le document qui y met fin en 1981 fait ainsi un constat qui rappelle celui que la commission de contrôle avait formulé quatorze ans auparavant :

  • 29 BStU, Berlin, AIM 1613/91, partie I/1 : 249.

« Bien qu’on puisse estimer que le camarade J. soutient d’un point de vue idéologico-politique la politique de notre parti et de notre État et a été prêt à en donner la preuve par sa collaboration non officielle, force est d’estimer que ses faiblesses de caractère peuvent aussi mener chez lui à des défaillances, par exemple à sous-estimer le rôle du collectif et à agir de son propre chef. Pendant les années où il a collaboré de manière non étroite avec nos services, il n’a pas su surmonter ses faiblesses de caractère. C’est pourquoi la collaboration est arrêtée29. »

Un incident peu représentatif, mais à fort pouvoir révélateur

31Cet incident n’a pas en lui-même de valeur représentative, notamment à cause du profil de son protagoniste principal et ce n’est pas pour illustrer ce que serait une affaire disciplinaire typique des années 1960 que je l’ai décrit ici avec tant de détails. L’affaire de l’Habitat coopératif Solidarité se distingue des autres par sa longueur, puisqu’elle dure six mois là où la plupart des affaires sont traitées en moins de deux mois, et par sa complexité, puisqu’elle fait intervenir des représentants du parti et d’autres institutions de tous les échelons. Sur ce dernier point, le cadre berlinois de l’affaire explique qu’on ait pu si facilement rassembler des responsables de tous les échelons de l’appareil, puisque l’immeuble Solidarité, le siège de district du SED, et celui du comité central se trouvaient tous dans le centre de Berlin, à une distance d’un quart d’heure à pied, et qu’il faut à peine une demi-heure pour se rendre à Köpenick en train de banlieue. Mais, à côté de ce facteur spatial, il y a bien sûr surtout un facteur personnel qui explique la durée et la complexité de l’affaire : le capital politique militant du camarade J., qui a une valeur tout à fait ambivalente aux yeux des responsables du parti, explique à la fois l’importance des efforts consentis pour discipliner le camarade J. et la ténacité qu’il met à ne pas se soumettre.

32Pour toutes ces raisons, l’intérêt de cette affaire disciplinaire ne réside donc pas dans son caractère exemplaire, mais dans l’ensemble des logiques sociales internes au parti qu’elle révèle (Passeron, Revel : 2005) : la distinction et la hiérarchisation de capitaux politiques d’origines différentes, l’évolution des pratiques de domination, de l’exclusion vers la disciplinarisation, ainsi que l’apparition d’une géographie de l’implantation du SED dont le centre de gravité se trouve sur le lieu de travail. C’est justement parce que le profil du camarade J. n’est pas commun qu’on voit fonctionner ces diverses logiques sociales, qui témoignent de tendances longues et profondes au sein du SED. Par ce biais, j’ai l’espoir d’avoir convaincu le lecteur que les « partis communistes de dictature » étaient aussi des espaces sociaux complexes non réductibles à leur organigramme affiché, mais accessibles à la connaissance par l’emploi d’outils sociologiques tout à fait traditionnels.

Domination et quant-à-soi : de quoi parle-on exactement ?

33Outre son intérêt pour l’histoire du SED, l’étude de ce cas incite aussi à revenir sur la notion de domination. Confirmant en cela la conception wébérienne d’un pouvoir pensé avant tout comme relation asymétrique, ce cas d’étude prouve que la forme prise par la domination dépend toujours en même temps de ce qu’en font les dominés. Il montre ainsi qu’il n’y a pas d’exercice mécanique de la domination, mais que celle-ci doit être étudiée avant tout comme une pratique sociale, en prenant en compte les modalités selon lesquelles les dominés s’approprient la relation de domination qui leur est imposée. Les notions de domination et de quant-à-soi ont précisément été conçues dans ce but, mais – victimes de leur succès – elles ont aussi parfois été utilisées à mauvais escient et ont ainsi entretenu plusieurs malentendus, que je voudrais tenter de dissiper.

34Tout d’abord, le quant-à-soi n’est pas forcément résistance : il englobe tout le spectre des comportements possibles de l’opposition ouverte à la conformité parfaite, cette dernière étant aussi une modalité d’appropriation de la domination. Il est donc simpliste de croire que c’est le fait d’être pour ou contre le régime dominant qui va définir le sens que les acteurs vont donner à leurs comportements, dans la mesure où ceux-ci s’inscrivent dans des horizons de sens multiples le plus souvent étrangers à cette alternative. Dans cette lecture, le quant-à-soi du camarade J. constitue d’ailleurs un cas intéressant de conformité non conforme avec la domination partisane qu’il subit et revendique à la fois, dans deux registres différents. Pour comprendre comment se stabilise un régime dans la durée, il faut donc – en dictature comme en démocratie – chercher la domination là où elle s’applique, c’est-à-dire sur les individus eux-mêmes, dont on peut du même coup observer la manière dont ils se l’approprient. C’est la raison pour laquelle les archives des commissions de contrôle, toujours consacrées à des cas individuels, se prêtent si bien à l’étude de la domination.

35La notion de quant-à-soi se rapproche ensuite de celle d’intérêt, car elle présuppose la capacité des acteurs à agir en fonction d’une fin qu’ils se représentent comme souhaitable. On peut ainsi faire une lecture utilitariste de la conformité non conforme de J. en utilisant les notions de défection (exit), de protestation (voice) et de loyauté (loyalty) développées par Albert O. Hirschman (Hirschman, 1970), y compris sur le cas est-allemand (Hirschman, 1993 : 173-202). Les possibilités de défectionétaient nulles ou s’avéraient coûteuses pour J. : il était presque impossible d’obtenir un nouvel appartement conforme à ses vœux et rendre sa carte du SED aurait été interprété comme un acte hostile aux graves conséquences personnelles et professionnelles. En l’absence de toute défection possible, qu’elle soit spatiale, sociale ou politique, J. a donc choisi la protestation. Toutefois, ce n’est pas parce que la défection est impossible quelle qu’en soit la forme que sa protestation prend des formes extrêmes, mais bien parce qu’elle est vécue comme une forme de loyauté à « son » parti. À cet égard, cette situation de conformité non conforme fait apparaître une limite de la typologie d’Hirschman (Barjoit, 1988 : 325-345) : en utilisant la notion de loyauté comme catégorie résiduelle regroupant tous ceux qui ne partent ni ne protestent, celui-ci range dans une catégorie unique des attitudes hétérogènes et parfois contradictoires, d’autant plus que la protestation requiert aussi une forme de loyauté, comme le reconnaît d’ailleurs Hirschman. Il est donc nécessaire de distinguer dans le spectre des comportements passifs ceux qui relèvent d’une confiance dans l’organisation (la loyauté, dont la forme active est la protestation) de ceux qui relèvent de la défiance (l’apathie, dont la forme active est la défection). De ce point de vue, la protestation de J. n’est pas l’exact contraire de la défection, mais de l’apathie : elle implique non seulement d’être actif, mais aussi d’être loyal à l’organisation, là où l’apathie, sans doute l’attitude la plus répandue dans les rangs du SED, ajoute la passivité à la défiance. Le camarade J. ne va aussi loin dans la confrontation que parce qu’il lie protestation et loyauté.

36Toutefois, malgré ses finesses, l’approche utilitariste comporte des limites, qui tiennent au fait que la notion de quant-à-soi est plus large que celle d’intérêt. Une vision de l’action sociale dans laquelle l’individu est appréhendé en tant qu’homo economicus anticipant rationnellement le résultat de ses actions en termes de coûts et de bénéfices a des effets réducteurs sur la compréhension de l’action sociale. Le camarade J. n’agit pas en effet en fonction d’un calcul entre coûts et bénéfices, mais par rapport à un certain nombre de représentations qu’il entretient, de lui-même, de « son » parti et du monde qui l’entoure. Dans la relation de domination dans laquelle il est pris, son quant-à-soi s’exprime non par la faculté de calculer, mais par celle de donner du sens, de donner son propre sens à la relation que lui impose le parti. Le terme d’Eigen-Sinn joue d’ailleurs sur les deux lectures que l’on peut faire de ce terme en allemand : à la fois obstination (Eigensinn) et capacité de donner son propre sens (einen eigenen Sinn) à une situation donnée. Dans le cas est-allemand, la réduction des réactions des dominés à un simple calcul aboutit en général à souligner le cynisme d’une population indifférente ou hostile au régime. Cette attitude a bien sûr existé : c’est l’une des formes possibles d’appropriation de la domination. Mais la présupposer dans tous les cas conduit à faire l’impasse sur toutes les autres formes d’« habitus politiques » qui ont pu exister en RDA (Geulen, 1998 : 186-244).

37Enfin, le quant-à-soi ne doit pas être confondu avec un simple espace de liberté. Les individus ne choisissent pas d’exercer ou non leur quant-à-soi : celui-ci existe dès le moment où apparaît une relation entre dominants et dominés. Faire preuve de quant-à-soi ne revient donc pas à échapper à la relation de domination : c’est au contraire le signe que l’on y est impliqué. En développant le premier la notion de quant-à-soi – également traduit par « espace réservé » –, Alf Lüdtke ne souhaitait d’ailleurs pas décrire un espace de liberté, mais cherchait à rendre compte de la situation des ouvriers allemands de la grande industrie soumis à des formes d’encadrement et de contrôle toujours plus étroites dans leur travail : ceux-ci parvenaient à sauvegarder l’idée qu’ils se faisaient d’un travail « bien fait » en persistant à travailler à leur manière dès qu’ils le pouvaient (Lüdtke, 2000 : 27-62). Thomas Lindenberger a repris à son compte les notions de domination et de quant-à-soi en les appliquant à l’échelle de la société est-allemande, considérée comme une société sous domination d’un pouvoir unique (Lindenberger, 1999), tout en précisant bien par la suite qu’il n’y a pas « moins » de domination là où il y a « plus » de quant-à-soi, mais que l’un et l’autre sont indissociablement liés (Lindenberger, 2007 : 23-47, ici 33). La notion de quant-à-soi n’a donc pas été créée pour décrire les espaces de liberté, mais pour porter systématiquement le regard sur la manière dont les individus s’approprient la relation de domination qu’ils subissent et à laquelle ils contribuent ainsi à donner sa forme originale. Plus précisément, elle ne classe pas les actions individuelles en actions libres ou contraintes, mais les placent sur un continuum qui va de l’opposition à la conformité, en laissant de côté la question de la liberté. Cela revient en fait à dire que la liberté individuelle ne peut pas s’exercer indépendamment de tout rapport social préexistant. En ce qui concerne la RDA, il a bien sûr existé des espaces qui échappaient à la domination directe du parti et des institutions de l’État, espaces formels comme les Eglises ou espaces informels, comme l’espace privé (Christian, Kott, 2009). Cependant, ils faisaient l’objet d’une pénétration particulière de la part de la police politique (Gieseke, 2001 : 152-155). De plus, ces « niches » ont au final plutôt servi la stabilité du régime en atomisant les espaces de liberté individuelle, voire en reproduisant à leur échelle certains schémas de domination du régime (Kott, 2001 : 137-155). C’est donc bien la situation de domination qui a donné à ces espaces leur configuration, leur valeur et leur limite. Dans une certaine mesure, ces espaces de liberté définis par le régime relevaient donc aussi d’une forme d’adaptation à la situation de domination politique.

38Toutefois, cela ne remet pas en question l’autonomie des acteurs collectifs et individuels : comme dans le cas du camarade J., les acteurs sociaux sont toujours dotés de représentations, d’expériences et de dispositions qui leur sont propres et qui suivent en partie leur propre cours plus ou moins conforme à la relation de domination dans laquelle ils se trouvent impliqués. De ce point de vue, la notion de quant-à-soi me semble pouvoir être rapprochée de celle d’habitus, définie par Pierre Bourdieu comme un ensemble à la fois évolutif et relativement stable de dispositions acquises et intériorisées (Bourdieu, 1980 : 88-89). La notion de quant-à-soi partage avec celle d’habitus l’idée essentielle qu’un individu se situe toujours sur une trajectoire sociale dans laquelle il persistera même placé dans un contexte étranger, en conservant sa manière d’être et son propre horizon de sens. La conformité non conforme du camarade J. trouve ainsi son explication dans sa trajectoire sociale et dans la nature de son capital politique en voie de conversion. Toutefois, l’amalgame n’est pas total entre habitus et quant-à-soi, car les deux notions n’impliquent pas la même conception de la domination. Dans la sociologie de Bourdieu, la domination résulte des différentiels de capital entre agents plus ou moins dotés. Elle est donc le propre de toute relation sociale. Au contraire, la notion de quant-à-soi implique une domination incarnée dans une institution, qui s’impose à l’individu considéré non pas comme agent, mais comme acteur. En ce sens, les notions de quant-à-soi et de domination se rapprochent plutôt de la sociologie des organisations, qui se fonde justement sur les concepts d’acteurs, de systèmes et d’action stratégique (Crozier, Friedberg, 1977). En outre, en utilisant les notions de quant-à-soi et de domination, on ne fait pas de cette dernière la caractéristique générale de toute relation sociale, mais seulement d’un type de situation où existe une institution coercitive.

39Étrangères à ces clivages de pensée français, les notions de quant-à-soi et de domination présentent ainsi l’avantage d’un équilibre entre une approche par les agents et par les acteurs, entre une grille déterministe et une grille stratégique. Cela tient peut-être au fait que ces notions n’ont pas été pensées comme base pour une théorie sociologique générale, mais comme une greffe sociologique en terrain historique, réalisée pour résoudre un problème historique précis. En tant qu’outils inventés pour rendre compte de la complexité des situations de domination institutionnalisées, elles ont rendu et rendront encore de nombreux services.

Bibliographie

Bibliographie

BArjoit Guy, 1988. « Exit, voice, loyalty… and apathy. Les réactions individuelles au mécontentement », Revue française de sociologie, vol. 29, n° 2 : 325-345.

Boltanski Luc et Chiapello Ève, 1999. Le nouvel esprit du capitalisme. Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre, 1980. Le sens pratique. Paris, Minuit.

Christian Michel, 2006. « Ausschliessen und disziplinieren. Kontrollpraxis in den kommunistischen Parteien der DDR und der Tschechoslowakei », in Sandrine Kott et Emmanuel Droit (dir.), Die ostdeutsche Gesellschaft. Eine transnationale Perspektive. Berlin, Links : 53-70.

Christian Michel et Droit Emmanuel, 2005. « Ecrire l’histoire du communisme : l’histoire sociale de la RDA et de la Pologne communiste en Allemagne, en Pologne et en France », Genèses, n° 61 : 118-133.

Christian Michel et Kott Sandrine, 2009. « Introduction. Sphère publique et sphère privée dans les sociétés socialistes. La mise à l’épreuve d’une dichotomie », Histoire@Politique. Politique, culture, société, n° 7.

Crozier Michel et Friedberg Erhard, 1977. L’acteur et le système : les contraintes de l’action collection. Paris, Le Seuil.

Foucault Michel, 1975. Surveiller et punir. Paris, Gallimard.

Gaus Günther, 1983. Wo Deutschland liegt : Eine Ortsbestimmung. Hambourg, Hofmann & Campe.

Gehrke Bernd, 2007. « 1968, das unscheibare Schlüsseljahr der DDR », in Bernd Gehrke et Gerd R. Horn (dir.), 1968 und die Arbeiter. Studien zum„ proletarischen Mai“. Hambourg, VSA : 103-131.

Gieseke Jens, 2001. Mielke-Konzern : Die Geschichte der Stasi 1945-1990. Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt.

Geulen Dieter, 1998. Politische Sozialisation in der DDR : autobiographische Gruppengespräche mit Angehörigen der Intelligenz. Opladen, Leske + Budrich.

Hirschman Albert O., 1970. Exit, Voice and Loyalty : Responses to Decline in Forms, Organizations and States. Cambridge, Harvard University Press.

— 1993. « Exit, Voice and the Fate of the German Democratic Republic. An Essay in Conceptual History », World Politics, vol. 45, n° 2 : 173-202.

Jessen Ralph, 1995. « Die Gesellschaft im Sozialismus. Probleme einer Sozialgeschichte der DDR », Geschichte und Gesellschaft, vol. 21, 1995 : 96-110.

Klein Thomas, 2002. Für die Einheit und Reinheit der Partei : die innerparteilichen Kontrollorgane der SED in der Ära Ulbricht. Cologne, Böhlau.

Kocka Jürgen, 1994. « Eine durchherrschte Gesellschaft », in Jürgen Kocka et al. (dir.), Sozialgeschichte der DDR. Stuttgart, Klett Cotta : 547-553.

Kott Sandrine, 2001. Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande. Paris, Belin.

— 2002. « Pour une histoire sociale du pouvoir en Europe communiste : introduction thématique », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 49, n° 2 : 5-23.

Lindenberger Thomas, 1999. « Einleitung », in Thomas Lindenberger (dir.), Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur : Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR. Cologne, Böhlau : 13-41.

— 2007. « SED-Herrschaft als soziale Praxis. Herrschaft und Eigen-Sinn : Problemstellung und Begriffe », in Jens Gieseke (dir.), Staatssicherheit und Gesellschaft. Studien zum Herrschaftsalltag in der DDR. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht : 23-47.

Lüdtke Alf, 1993. Eigen-Sinn : Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus. Hambourg, Ergebnisse.

— 2000. « Le Domaine réservé : affirmation de l’autonomie ouvrière et politique chez les ouvriers d’usine en Allemagne à la fin du xixe siècle », in Alf Lüdtke (dir.), Des ouvriers dans l’Allemagne du xxe siècle : le quotidien des dictatures. Paris, L’Harmattan : p. 27-62.

Merkel Ina, 2000. « Eingaben und Öffentlichkeit », in Ina Merkel et Felix Mühlberg (dir.), « Wir sind doch nicht die Meckerecke der Nation ». Briefe an das Fernsehen der DDR. Berlin, Schwarzkopf & Schwarzkopf : 9-32.

Passeron Jean-Claude et Revel Jacques, 2005. Penser par cas. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Pudal Bernard et Pennetier Claude, 2002. « La volonté d’emprise. Le référentiel biographique stalinien et ses usages dans l’univers communistes (éléments de problématique), in Mauro Boarelli, Bernard Pudal et Claude Pennetier (dir.), Autobiographies, autocritiques, aveux dans le monde communiste. Paris, Belin : 15-40.

Rowell Jay, 2006. Le totalitarisme au concret : les politiques du logement en RDA. Paris, Economica.

Weitz Eric D., 1997. Creating German Communism 1890-1990. From Popular Protests to Socialist State. Princeton, Princeton University Press.

Wierling Dorothee, 2002. « Erzählungen im Widerspruch ? Der National-sozialismus und die erste Nachkriegsgeneration der DDR », Werkstatt Geschichte, vol. 30 : 17-31.

Notes

1 Landesarchiv Berlin (désormais LAB), C Rep 902-1750, Beschwerde der HGL Schillingstrasse 30, 8 décembre 1966.

2 LAB, C Rep 902-1750, 1966-1967, Untersuchung zur Eingabe der Mitglieder der AWG « Solidarität » des Hochhauses Schillingstrasse 30.

3 LAB, C Rep 902-1750, 12 décembre 1966, Schreiben der ZPKK zur Übersendung der Beschwerde.

4 Statuten der SED, 1950, § 46.

5 Statuten der SED, 1954, § 43.

6 Il est le plus souvent analysé comme une conséquence du soulèvement du 17 juin 1953 qui a tout à la fois déstabilisé et conforté le régime, puisqu’il y a survécu.

7 Entre 1878 et 1890, une loi élaborée par Bismarck interdit les organisations sociales-démocrates : celles-ci sont réprimées, marginalisées dans la clandestinité et il ne siège aucun parti socialiste au Reichstag.

8 LAB, C Rep 902-1750, 19 décembre 1966, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom 15.12.1966.

9 Cette obligation existe dès 1946, mais n’apparaît dans les statuts qu’à partir de 1950 (cf. Statuten der SED, 1950, § 59).

10 LAB, C Rep 902-1750, 21 janvier 1967, ABI Bezirksinspektion, Bericht über Abschluß der Eingabe.

11 LAB, C Rep 902-1750, 14 février 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom 14.2.1967.

12 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Genn. U.

13 LAB, C Rep 902-1750, 14 février 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. vom

14 Februar 1967.
La généralisation de la requête pour exprimer son mécontentement a eu pour effet de pacifier les rapports sociaux en empêchant les conflits de s’institutionnaliser.

15 LAB, C Rep 902-1750, 21 février 1967, Beurteilung des Gen. J. durch APO-Bauwesen Rat des Stadtbezirks Köpenick.

16 Ce phénomène générationnel est connu sous le nom de « génération des fondateurs » (Gründergeneration).

17 En 1953, 15 % des membres du SED ont été membres du SPD ou du KPD avant 1933, cf. Stiftung Archiv der Parteien und Massenorganisationen der Deutschen Demokratischen Republik im Bundesarchiv (désormais SAPMO-BArch), DY 30 IV 2 mai 1370 : II. Berichtsbogen zur Organisationsstatistik nach dem Stand vom Juni 1953 : 262-263. Leur part est encore plus élevée parmi les secrétaires d’organisation ; SAPMO-BArch, DY 30 IV 2, mai 1667, 30 juin 1954, Statistik über die Gesamtzusammensetzung des Apparates des ZK, der BL und KL : 47-66.

18 LAB, C Rep 902-1750, Aussprache Gen. W. Schmidt, Leiter der Bezirksinspektion mit Gen. J. und Frau B., 21 janvier 1967.

19 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aktennotiz über Aussprachen mit Gen. H., R.., U., S.

20 Les efforts commencent dès 1946 pour imposer l’enregistrement et la mobilisation sur le lieu de travail, ce qui était en contradiction avec la tradition sociale-démocrate, mais aussi en partie avec les pratiques communistes de la fin des années 1920, où il s’agissait davantage de « tenir la rue » que l’usine.

21 LAB, C Rep 902-1750, 9 mars 1967, Aussprache mit Gen. K.

22 LAB, C Rep 902-1750, 17 mars 1967, Aktennotiz über Zusammenkunft der Gen. des Hochhauses vom 17.3.1967.

23 Statuten der SED, 1963, § 7.

24 LAB, C Rep 902-1750, Protokollauszug Lfd. Nr. 142 vom 7.4.1967 vom Sekretariatssitzung der Bezirksleitung.

25 LAB, C Rep 902-1750, 2 mai 1967, Aktennotiz des Gen. Behring zur Stellungnahme Gen. J.

26 LAB, CRep 902-1750, 6 juin 1967, Aktennotiz über Aussprache mit Gen. J. in der ZPKK.

27 Bundesbeauftragte für die Unterlagen des Staatssicherheitsdienstes der ehemaligen Deutschen Demokratischen Republik (dorénavant BStU), Berlin, AIM 1613/91, partie I/1 : 249.

28 BStU, Berlin, AIM 1613/91, partie I/1 : 72.

29 BStU, Berlin, AIM 1613/91, partie I/1 : 249.

Auteur

Historien, adjoint scientifique à l’université de Genève et chercheur associé au Laboratoire de recherche historique de Rhône-Alpes. Il est l’auteur de Camarades ou apparatchiks ? Une histoire sociale des partis communistes en RDA et en Tchécoslovaquie (1945-1989) (à paraître). Ses recherches actuelles portent sur les politiques d’aide au développement en Europe de l’Ouest et en Europe de l’Est pendant la Guerre froide.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search