Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que l’autorité ?

 | 
Emmanuel Droit
, 
Pierre Karila-Cohen

Partie III. Contourner, résister, louvoyer : l’autorité en question

L’Eigen-Sinn ou comment penser les rapports de domination

Généalogie et évolution d’un concept

Thomas Lindenberger
Traduction de Marie Gravey

Texte intégral

  • 1 Dans la langue courante, ce vocable se traduit souvent par « entêtement » ou « obstination ». Il s’ (...)
  • 2 Alf Lüdtke ne fut pas le premier à associer ce terme à l’histoire. C’est à Alexander Kluge et Oskar (...)

1L’Eigen-Sinn1 est un concept clé – pour certains c’est même LE concept clé – d’un courant de recherche historiographique désigné en allemand sous le terme générique d’Alltagsgeschichte (histoire du quotidien). L’historien Alf Lüdtke, alors en poste à l’Institut Max-Planck d’histoire à Göttingen, avait proposé en 1986 d’employer ce terme présent dans le langage courant pour saisir plus précisément les actions et comportements d’acteurs des classes inférieures (Lüdtke, 1993b : 65-95). Depuis lors, le terme Eigen-Sinn, dépassant le contexte historiographique initial, s’est établi également dans le lexique d’autres sciences sociales et de discours non scientifiques2.

  • 3 Sur les significations possibles associées aux différentes orthographes, voir infra pour plus de pr (...)
  • 4 Cf. « Eigen-Sinn. Für hochbegabte Kinder mit ADS », sur le site www.eigen-sinn.homepage.t-online.de (...)
  • 5 Cf. le groupe éponyme de « rock gothique industriel », site : www.eigensinn.net/
  • 6 Cf., à titre d’exemple parmi de nombreuses occurrences, « Eigensinn. Freie Kunstschule », sur le si (...)

2Aujourd’hui, Eigensinn ou Eigen-Sinn3 est un mot-clé à connotation le plus souvent positive. Il apparaît dans quelques centaines de titres d’ouvrages allemands. Il renvoie alors le plus souvent à la signification quotidienne, jadis presque exclusivement négative d’Eigensinn, qui désignait des enfants difficiles, mais c’est désormais la connotation inverse qui prévaut. De nos jours, l’Eigen-Sinn sert à évoquer un potentiel positif, par exemple lorsque ce terme est employé comme métaphore de l’enfant surdoué (au comportement supposément ou effectivement perturbé)4. De même, lorsque ce terme est convoqué par des groupes de musique5 ou bien dans le cadre d’enseignements artistiques6, c’est pour marquer l’individualité et l’ambivalence comme étant des attributs positifs de la créativité. Autrefois, quand on attribuait ce qualificatif à un enfant, c’était au contraire avec une connotation clairement négative : il s’agissait d’un enfant qui n’en faisait « qu’à sa tête », qui restait fermé aux efforts éducatifs des adultes, qui posait « des problèmes ».

3Le concept d’Eigen-Sinn employé dans le cadre de l’Alltagsgeschichte n’est réductible ni à l’un ni à l’autre. Sa « découverte » par Alf Lüdtke exploitait précisément la polysémie constatée dans l’usage linguistique attesté des siècles passés pour traiter un problème essentiel de l’historiographie critique au début des années 1980 : comment saisir empiriquement les rapports entre individu, socialisation et domination dans des sociétés industrialisées modernes, des sociétés de classes, dans la perspective et en vue d’individus concrets, sans se contenter de les subsumer, comme on le fait souvent de façon hâtive, sous les « grands événements » connus que sont la guerre et la révolution, l’hyperinflation et la dépression, la rationalisation et la révolution technologique, la faillite et le miracle économique ? Comment penser tous ces anonymes qu’étaient les ouvriers et les paysans, les domestiques et les marchands ambulants, les prostituées, les compagnons, etc.? Comment concevoir leur action et inaction comme des objets de recherche si l’on souhaite prendre au sérieux la formule de Marx, selon laquelle « les hommes font leur propre histoire, mais ils ne la font pas arbitrairement, dans les conditions choisies par eux, mais dans des conditions directement données et héritées du passé » (Marx, 1969) ?

  • 7 Telle était depuis la fin des années 1950 la formule de propagande couramment employée par le Parti (...)

4Le déclencheur de cette quête complexe de solutions fut l’intérêt porté à la classe sociale la plus importante dans le cadre d’une science historique qui se concevait alors comme innovante : l’ouvrier de l’industrie. À l’instar d’autres mouvements révolutionnaires et de cercles en quête d’orientation et de sens conduits par des intellectuels, des chercheurs et des artistes de gauche dans les années 1960 et 1970, les fervents représentants de la critique sociale au sein de l’historiographie ouest-allemande tentaient également à l’époque d’analyser en profondeur le potentiel émancipatoire que renfermaient le mouvement ouvrier, la classe ouvrière et l’existence ouvrière. Rétrospectivement, le bilan politique de cette quête apparaît plutôt modeste dans un contexte où l’on porte un regard désenchanté sur la « fin de la classe ouvrière » (André Gorz) et sur l’échec cuisant du « premier État des ouvriers et des paysans dans l’histoire allemande7 » (Grotewohl, 1955). Au sens triple de la dialectique hégélienne de l’Aufhe-bung, le concept historiographique d’Eigen-Sinn a cependant su laisser derrière lui ce lien à sa genèse sans qu’il fût jamais nécessaire de prendre ses distances avec cette origine. Lorsque l’on souhaite aborder (du moins dans le contexte germanophone) des conduites et actions individuelles dans ce qu’elles signifient en termes de pouvoir et de domination, de soumission et de soulèvement, de participation (Mitmachen), de résistance ou de marginalisation (Aussteigen), l’Eigen-Sinn est aujourd’hui un concept adapté.

5Nous expliquerons en trois temps comment ce concept s’est constitué : premièrement, nous explorerons l’environnement linguistique historique, préindustriel, dans lequel Lüdtke a trouvé le terme Eigen-Sinn avec la signification qui lui a semblé si prometteuse pour ses recherches sur les besoins et schémas de représentation des ouvriers de l’industrie. Dans une deuxième partie, il s’agira de retracer l’intérêt épistémologique largement lié à une époque donnée, ainsi que l’« engagement » politique associé à l’élaboration de ce concept jusque vers 1990 : la question de la « soumission » prédominante, y compris chez les ouvriers, « à des systèmes octroyés » (Max Weber), laquelle se traduisit surtout par une funeste absence de résistance de la part des ouvriers pendant le national-socialisme. Dans une troisième partie, nous nous appuierons sur l’intérêt accru, à partir du milieu des années 1990, pour l’Alltagsgeschichte de la République démocratique allemande (RDA), afin de présenter l’un des transferts réussis de ce concept à de nouveaux champs de recherche et sa diffusion progressive dans la recherche historique.

Eigen-Sinn et travail

6L’entrée Eigensinn du dictionnaire des frères Grimm, dans le volume paru en 1859, indique ceci : « animus difficilis, obstinatus » (un esprit difficile, têtu) ou, s’agissant de qualifier une personne difficile : « difficilis homo » (DWB, 1971). Le sens de « difficile » n’est pas précisé. La valeur associée à cette entrée du dictionnaire est plutôt neutre puisque cette définition renvoie de toute évidence à l’emploi traditionnel du terme, pour désigner une personne considérée comme « difficile ». Le « dictionnaire de conversation » de Meyer (Meyers Konversations-Lexikon), paru en 1888, indique au contraire une direction tranchée. Il y va des relations entre raison et déraison, d’une personne qui s’accroche à ses propres opinions contre tous les arguments : « Eigensinn : le fait de persister obstinément dans une opinion ou une aspiration bien que des justifications claires aient démontré leur caractère erroné et aberrant, et ce sans autre motif que cette opinion ou cette aspiration est la sienne propre. » (Meyers Konversationslexikon, 1885-1892). Du point de vue rationaliste des connaissances lexicales, l’appréciation négative portée sur un tel comportement ne méritait pas d’être justifiée plus avant.

7Dans les sources de cette première apogée du scientisme sans limite, on trouve cependant chez un certain Johann Wolfgang von Goethe l’Eigensinn dans un emploi positif, à savoir pour désigner la force intérieure, la persévérance personnelle. Dans les Années d’apprentissage, l’auteur confie son récit au propriétaire d’une maison :

« La ténacité […] nous donne, dans certains cas, la plus grande énergie. Je dois à cette persistance [Eigensinn] le salut de ma maison. Quand la ville brûla, on voulait aussi chez moi s’enfuir, emporter le mobilier. Je m’y opposai : j’ordonnai de fermer les portes et les fenêtres, et, avec quelques voisins, je combattis les flammes. Par nos efforts, nous réussîmes à sauver ce bout de la ville. Le lendemain tout subsistait encore chez moi, comme vous le voyez, et comme il a subsisté depuis près de cent ans » (Goethe, 1860 : 140).

8Ici, Eigen-Sinn désigne le fait de ne pas avoir lâché prise contre une opinion majoritaire, contre l’ambiance générale, le fait d’avoir suivi son propre jugement pour sauver ce qui vous appartient en propre, à savoir sa maison. Cet Eigen-Sinn est lié à la situation (« Quand la ville brûla ») et repose sur des « ressources de pouvoir » (« J’ordonnai »). La persévérance apparaît ici comme une réaction de défense face à la réponse attendue dans certaines interactions ; cette persévérance, qui frappe les observateurs auxquels elle semble s’opposer, se retrouve également dans la source qui a incité Lüdtke à développer un concept autour du terme Eigensinn.

9Christian Garve, figure de la « philosophie populaire » qui pratiquait l’Aufklärung dans une langue compréhensible de tous, publia en 1790 un récit intitulé Ueber den Charakter der Bauern und ihre Verhältniß gegen die Gutsherrn und gegen die Regierung (« Du caractère des paysans et de leurs rapports à l’égard des seigneurs et du gouvernement ») ; cet ouvrage, basé sur ses observations de la population rurale de Silésie, fut réédité en 1974 par Kurt Wölfel sous forme de fac-similé (Garve, 1974). Lüdtke le présente dans une longue note de bas de page comme un « texte, une description dense » traitant « du comportement des paysans qui, en Silésie, dépendaient du seigneur ». La citation de Garve mérite d’être donnée ici car cette source d’inspiration porte déjà en germe les dimensions centrales du concept d’Eigen-Sinn.

« L’on peut considérer comme faisant partie intégrante de l’être sournois [des paysans], ou comme une conséquence de celui-ci, un certain entêtement caractéristique du paysan quand il est passionné ou quand un préjugé s’est une bonne fois [pour toutes] enraciné en lui. De même que son corps et ses membres sont raides, son âme semble en pareille situation l’être également. Il est dès lors sourd à toutes les idées que l’on peut lui présenter. […] Rien ne vous exaspère plus chez le paysan que de percevoir en lui cet entêtement [Eigensinn]. En effet, qu’y a-t-il pour celui qui est en position supérieure de moins supportable que de n’être point écouté de celui qui lui est inférieur ? […] » (Lüdke, 1993a : 379).

10Alf Lüdtke ajoute immédiatement qu’il renoue tout à fait avec cette signification, courante à la fin du xviiie et au xixe siècle, de « buté », mais avec l’intention d’utiliser cette notion autrement. Le texte de Garve contient deux propriétés essentielles au concept : d’une part, il thématise le rapport entre observateur et observé et y réfléchit comme relevant d’un rapport déterminé à la fois d’un point de vue social et cognitif. Les paysans apparaissent d’abord comme « entêtés » aux yeux de ceux qui leur sont « supérieurs ». Dans le même temps, ils se soustraient, comme l’écrit Garve, aux représentations de ceux qui sont « bien intentionnés » – ceux qui pratiquent l’œuvre d’Aufklärung – et ils ne le font nullement par « malice », mais parce que les vues de leurs semblables comptent plus pour eux que celles de juges ou de supérieurs ou encore en raison de « l’absence de flexibilité de leur entendement », résultat d’un manque de « culture » et de « connaissances ». « L’ami des hommes » trouvera par conséquent « des raisons de faire montre de patience et d’indulgence » (Garve, 1974 : 62) – et avec lui, pourrions-nous à bon droit ajouter, le chercheur en anthropologie historique qui s’intéresse à ces individus et, mutatis mutandis, demeure à la fin du xxe siècle l’obligé des Lumières.

  • 8 L’orthographe sans trait d’union, également présente par ailleurs chez Alf Lüdtke et d’autres auteu (...)

11Les concepts générés au cours du processus d’observation ne sauraient être complètement dépouillés de leur détermination sociale préexistante. En se rappelant régulièrement que c’est là leur limite immanente, l’observateur saisit du même coup qu’il existe également, au-delà de l’incompréhensibilité de l’être « têtu » liée au fossé social, une incompréhensibilité de nature cognitive. L’Eigensinn des paysans silésiens ne se produit pas uniquement dans l’expérience de l’altérité vécue par le seigneur ou l’explorateur qui les rencontre, il est aussi la marque d’une pratique effectivement autre de la pensée et de l’entendement. Dans des usages anciens, le trait d’union signale l’écart entre « sens » produit par sa propre perception, par contraste et éventuellement par opposition avec le sens qu’il a dans la perception et l’action de l’autre – un trait d’union que Lüdtke reprend en certains points de ses écrits8 (Lüdtke, 1993b : 19 sq.).

12Le passage cité plus haut pose d’autre part déjà une autre dimension du concept : l’on ne saurait penser l’Eigen-Sinn séparément de la physis des acteurs examinés. Garve décrit une analogie entre la « raideur » des membres et celle de l’âme, toutefois conditionnée, comme il le développe dans la scène suivante, par la situation :

« Chacun se rappelle sans aucun doute ces visages [sournois -TL] de jeunes paysans, dont un œil ou même peut-être les deux, sous des paupières mi-closes, vous lorgnent comme à la dérobée, bouche ouverte et déformée en un rire moqueur un peu bête, tête appuyée contre la poitrine ou bien face tournée vers le sol, comme s’ils souhaitaient se cacher : en un mot, des visages sur lesquels se peignent la crainte, la bêtise, la niaiserie, mêlées de moquerie et d’aversion. Lorsqu’on leur demande de faire quelque chose ou qu’on leur parle, les garçons de ce genre demeurent immobiles et muets, tel un bâton ; ils ne répondent à aucune question émanant de celui qui ne fait que passer. Leurs muscles sont raides et immobiles. Mais sitôt que l’étranger s’est un peu éloigné, ils courent rejoindre leurs camarades et se mettent à rire aux éclats » (Garve, 1974 : 855 ; cf. Lüdtke, 1993a : 379).

13Cette « corporéité têtue » (Lüdtke, 1993a, p. 378) permet aux acteurs de marquer une distance face aux exigences des seigneurs, pendant l’interaction directe mais aussi après que la personne d’autorité ou l’observateur s’est détourné. Aiguiser le regard aux dimensions comportementales non verbales ; examiner, outre les mots et symboles qui créent du sens, les corps des acteurs comme des organes sensoriels qui portent et produisent du sens : voilà la composante centrale du concept d’Eigen-Sinn selon Lüdtke. C’est dans le sillage de ses recherches sur les ouvriers à l’époque de l’industrialisation intensive qu’il a pour la première fois élaboré cette vision. Dans ce contexte, il nous faut citer un autre texte clé, lui aussi tout indiqué pour une interprétation historico-anthropologique : les récits que le jeune pasteur Paul Göhre fait de ses expériences de trois mois comme manœuvre dans les ateliers industriels d’une grande entreprise berlinoise peu avant le tournant du xxe siècle (Göhre, 1891). Göhre dresse, d’une part, un compte rendu très précis des différentes qualifications (celles de mouleur, tourneur, fraiseur, etc.), de la contrainte de coopérer malgré les circonstances adverses qu’imposait le règlement omniprésent de l’usine, mais il relate aussi, d’autre part, le détail des rapports physiques et verbaux des ouvriers entre eux, comme étant la manière de maintenir dans ces circonstances un équilibre entre distance et proximité. Les ouvriers se chahutaient, se jouaient réciproquement des tours. Ces comportements, inscrits dans le quotidien du travail, étaient l’occasion d’exhiber la corporéité et le comportement masculin. Ces sortes de « temps d’arrêt » dont pouvaient faire partie l’intégration de pauses « illégales » ou l’extension des temps d’attente liés au fonctionnement des machines permettaient de satisfaire à ses propres besoins, même si cela n’allait pas forcément jusqu’au conflit avec le système de l’usine. « Ces formes d’expression et façons de se comporter avec les autres ne procédaient pas d’une intention de résister directement à l’exigence venue d’« en haut ». Elles traduisaient plutôt la revendication d’un espace propre, un quant-à-soi – Eigensinn » (Lüdtke, 1993c : 139).

Eigen-Sinn et résistance

14Le développement de ce concept va bien sûr de pair avec un enjeu qui dépassait largement la seule exploration réflexive de nature méthodologique relative à l’existence passée des ouvriers à partir de leur lieu de travail. À l’objet d’étude que constituaient les ouvriers et la « classe ouvrière » étaient associés des intérêts et des attentes politiques, mais aussi la conscience d’espoirs déçus et d’un échec historique. L’Eigen-Sinn allait donc toujours de pair avec l’enjeu d’une reconstruction des possibilités et des limites de la politique ouvrière.

15Resituons le contexte : la confrontation avec l’histoire de la dictature nazie s’intensifia surtout autour de l’année 1968 ; dans le même temps, l’on redécouvrait des variantes non orthodoxes des conceptions marxistes de l’histoire, critique du capitalisme incluse. En conséquence, la classe ouvrière au sens d’un sujet collectif n’ayant « rien à perdre que [ses] chaînes », avec sa résistance contre la domination du capital et l’objectif de l’abolition finale de tous les modes d’exploitation, se retrouva au cœur de la science historique critique. Dans ces lectures de l’histoire du capitalisme, le fascisme incarnait la forme poussée à l’extrême de la domination du capital tandis que la classe ouvrière, emmenée par le parti marxiste, apparaissait comme son adversaire le plus impitoyable. Les jeunes universitaires marxistes faisaient ainsi la jonction avec les espoirs des intellectuels de gauche du début des années 1930 :

« Chaque jour, le cœur des prolétaires brûle d’avoir été dépossédé de ses droits… Le jour viendra où la braise ardente [souligné par A.L.] en jaillira. Elle débordera comme un flot de lave irrésistible, et fera fondre la société de profit, avec sa faim et son asservissement, pour en faire un monde meilleur… Le jour viendra ! »

16L’on trouve ces mots sous la plume d’un rédacteur social-démocrate du bassin de la Ruhr en 1931, au beau milieu de la crise économique mondiale (Lüdtke, 1994 : 90) ; Deux ans plus tard, les nazis brisaient en quelques mois les organisations ouvrières, et ce jour, comme on sait, ne vint précisément pas. Dans les années suivantes, la très grande majorité des travailleurs ne résista pas davantage. « Où est passée la braise ardente ? » : tel fut le titre donné en 1989 par Lüdtke à un essai consacré aux ouvriers qui avaient suivi le mouvement et s’étaient « adaptés » pendant la dictature nazie. Selon ce texte, la disposition des ouvriers de l’industrie à s’adapter (Anpassungsbereitschaft) doit surtout être resituée dans le contexte de leurs relations à leur lieu de travail, lequel leur assure une existence matérielle et sociale. Il leur faut coopérer – au sens d’une « coopération par nécessité », indépendante de leur volonté, déjà soigneusement décrite par Göhre – afin d’assurer leur survie. Il leur faut faire coïncider calculs individuels et collectifs, discipline de l’usine et du travail d’une part et préservation de l’autonomie d’autre part. Si les ouvriers, soumis à la domination, s’approprient ainsi les relations de domination de l’entreprise – plus exactement, les nombreuses exigences concrètes qui vont de pair avec l’appartenance à la structure de domination qu’est l’entreprise – c’est aussi et surtout, précisément, pour exister dans ces conditions. De même, dans le contexte politique de la dictature, il s’agissait pour eux de donner du sens à une existence déterminée par d’autres (fremdbestimmt), de se donner un « sens pour soi-même ». Dans ce cadre, la confiance dans la qualité de son propre travail et la fierté que l’on en tirait avaient une place importante, en particulier dans l’univers masculin des ouvriers de l’industrie.

  • 9 Le choix de ce terrain était tout à fait symbolique puisqu’il servait jadis aux parades et aux exer (...)

17Les nationaux-socialistes ont su toucher, chez les ouvriers, avec ce sens de la valeur de leur capacité de travail, et ce fut là l’une de leurs forces de persuasion. Le respect pour « l’ardeur au travail » fut constamment au centre de leur propagande. L’un des coups les plus habiles du NSDAP (Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei - Parti national-socialiste des travailleurs allemands) pendant les mois qui suivirent la prise de pouvoir au lendemain du 30 janvier 1933 fut sans aucun doute la déclaration du 1er mai, qui devenait pour la première fois un jour officiel célébré solennellement sur le terrain militaire du Tempelhof9, dans la capitale du Reich. Le fait que la totalité des syndicats aient été interdits dès le lendemain et les ouvriers, de même que les patrons, contraints d’adhérer au Front allemand du travail (Deutsche Arbeitsfront, DAF), ne changeait pas grand-chose à l’énorme pouvoir de suggestion de cette reconnaissance publique de la valeur du travail physique. La réaction favorable des ouvriers à cette première mesure, suivie d’autres mesures de politique sociale – Kraft durch Freude (la force par la joie) – ainsi qu’à la baisse du chômage de masse dû au réarmement radical, a été démontrée dans de nombreuses publications scientifiques.

18L’emploi du terme Eigensinn dans ce contexte montre que, contrairement à un malentendu fréquent, ce concept n’est pas synonyme de « résistance » ; il apporte en revanche un éclairage lorsque l’enjeu est justement d’appréhender l’absence de résistance et de révolte ouverte. S’agissant du comportement des ouvriers sous la dictature nazie et de l’absence de résistance massive, l’Eigen-Sinn de nombreuses personnes a donc contribué au maintien et à la stabilité – quoique toujours fragile – des nouveaux rapports de domination. Le verbe « contribuer » rend ici compte du fait que toute domination se base toujours aussi sur la force physique, que ce soit par un comportement ouvertement brutal et arbitraire ou en s’appuyant sur des procédures juridiques. Dans le cas du régime nazi, les gratifications symboliques accordées aux ouvriers se combinaient à la terreur la plus crue à l’encontre des rares ouvriers résistants, et la répression prenait une forme manifeste et démonstrative.

19Ce serait toutefois une erreur d’interpréter, avec plus ou moins de facilité, l’Eigen-Sinn comme un terme générique qui correspondrait à l’adaptation, à la coopération et à l’opportunisme ; ce n’est pas non plus un « ni-ni » entre les polarités du soutien et de la résistance qui, sur une échelle allant de +1 à -1, se trouverait quelque part à proximité du point zéro. Relèvent du « quant-à-soi » les attitudes et positionnements qui se soustraient précisément à cette question (émanant à la fois de l’environnement social de l’époque et posée aujourd’hui sur le passé de manière rétrospective), qui ne se prêtent pas à ce petit jeu d’identification des postures.

« Ce qui est essentiel (décisif) c’est que dans les efforts à être “chez soi” mais également “chez les autres” ont été ignorés les calculs se référant à des ensembles plus vastes » (Lüdtke, 1993a : 380).

20La question de l’Eigen-Sinn égratigne ainsi du même coup la surface de comportements apparaissant de prime abord clairement comme des lieux de la « banalité du mal » (Hannah Arendt), tels que la participation silencieuse, le conformisme extérieur ou l’approbation affichée.

  • 10 On pourrait ainsi – en utilisant une image empruntée à la physique – concevoir l’Eigen-Sinn comme u (...)

21Cette nécessité de développer le concept sous toutes ses facettes se fonde sur le postulat suivant : la domination ne fonctionne jamais exactement comme les dominés le souhaitent dans leur scénario idéal ; les représentations et les idées mêmes de domination totale ne se traduisent jamais ou que très rarement en une réalité de domination totale. Du point de vue de la reproduction de la domination, l’Eigen-Sinn correspond donc à la fois aux « pertes par friction », dues en quelque sorte au « fonctionnement » de toute pratique de la domination et aux concessions que consentent les dominants par rapport à leur projet, et ces concessions interviennent car la domination n’est pas durablement possible sans l’action propre ou même « exprimant un sens de soi » de ceux qui y sont soumis10. L’Eigen-Sinn de ceux qui sont soumis à la domination est d’une part nécessaire pour préserver la fonction de l’entreprise : si les ouvriers ne s’approprient pas les relations sociales immédiates au sein desquelles ils sont placés, un système social aussi complexe qu’une usine ou un ensemble de bureaux ne fonctionne pas. Dans le même temps, cette appropriation est aussi – du point de vue de l’ensemble des acteurs impliqués – une source de frictions, de dysfonctionnements, perturbations, « pertes par frottement », avec lesquels il faut toujours compter. Les méthodes de management visent à réduire ces déperditions en essayant – autant que faire se peut – de canaliser les énergies des collaborateurs afin de les rendre utiles au bon fonctionnement de l’entreprise, mais elles ne peuvent les évacuer.

Eigen-Sinn et domination

  • 11 Citons parmi de nombreux domaines de recherche spécialisés l’unité de recherche 804 de l’université (...)

22Du point de vue de ses présupposés épistémiques, rien n’empêche de transposer le concept d’Eigen-Sinn, au-delà des deux champs historiographiques associés à sa première élaboration par Alf Lüdtke – l’ouvrier d’usine pendant la période d’industrialisation, l’ouvrier sous la dictature nazie – à d’autres problématiques et objets de recherche. Cela s’est déjà fait dans diverses sous-disciplines de la science historique, en particulier celle qui se définit comme une « anthropologie historique ». Dans les recherches consacrées notamment à l’histoire sociale des débuts de l’époque moderne (Frühe Neuzeit), ce concept a déjà en maints endroits trouvé sa place dans la « boîte à outils » des chercheuses et des chercheurs11 (Bastle, 2000 ; Eichhorn, 2006 ; van Dülmen, 2005). Nous allons pour conclure traiter sa carrière comme source d’inspiration et d’innovation dans la recherche récente en histoire du temps présent.

23La fin des dictatures communistes, l’ouverture rapide de leurs archives ainsi que le large consensus politique dans l’Allemagne réunifiée quant à la nécessité d’engager un vaste travail de mémoire sur le passé de la RDA ont amené à s’emparer du concept d’Eigen-Sinn et à l’intégrer à un programme de recherche explicitement consacré à la théorie de la domination et de la dictature. Parallèlement, un élément perturbateur s’est réintroduit dans le langage politique quotidien sous la forme de la renaissance du paradigme totalitariste. Celle-ci a eu un impact direct, grâce au lien très officiel entre débat parlementaire, travail de mémoire et spécialistes (Beattie, 2008), sur les limites du dicible dans la science. Les approches de l’histoire sociale, sans parler de l’Alltagsgeschichte, se retrouvèrent soudain sur la défensive : en effet, la perspective top-down axée sur les élites institutionnelles et politiques avait un caractère d’évidence, inhérent au consensus sur la théorie du totalitarisme. Au début des années 1990, focaliser son intérêt sur la « société de RDA », c’était immanquablement attirer sur soi le soupçon de vouloir minimiser et cacher, pour ne pas dire nier, le caractère dictatorial de « l’État de non-droit du SED ». Le seul terme d’« histoire sociale » avait déjà aux oreilles des profanes une certaine résonance « socialiste ».

24Or, ce reproche d’aveuglement face à la domination et d’approche insuffisamment critique était bien la dernière chose que l’Alltagsgeschichte, encore toute jeune, acceptait d’entendre ou avait besoin de voir se répandre. La formulation du premier programme de travail du Centre de recherche d’histoire du temps présent, (Zentrum für Zeithistorische Forschung, ZZF), qui nécessitait l’aval d’une commission de la Fondation allemande à la recherche (Deutsche Forschungsgemeinschaft, DFG), donna l’occasion de concevoir la notion clé qui serait au cœur du projet scientifique relatif à l’étude de la « domination et [de l’]Eigen-Sinn dans la dictature » : le concept d’Eigen-Sinn de Lüdtke y était articulé avec la sociologie wébérienne de la domination et la praxéologie de Pierre Bourdieu, afin d’explorer des séquences du passé de RDA dans une démarche d’Alltagsgeschichte (Lindenberger, 1995).

25Les travaux préalables nécessaires avaient déjà été fournis par Lüdtke lui-même dans son essai novateur Herrschaft als soziale Praxis (La domination comme pratique sociale). Il s’agissait dès lors de poser les bases du changement de perspective que requiert le concept d’Eigen-Sinn afin d’élaborer une nouvelle stratégie de recherche ; celle-ci devait permettre d’explorer l’espace de la société non investi par la théorie du totalitarisme, surtout dans sa variante statique, laquelle semblait recenser des caractéristiques et se concentrait sur la dimension politique de la dictature communiste. La sentence apodictique de Sigrid Meuschel, âprement débattue parmi les spécialistes d’histoire sociale, fournit le point de départ de ce projet de recherche : selon elle, la société s’était « arrêtée » ou « éteinte » au temps du socialisme d’État car les processus de transformation et de construction définis par le pouvoir politique avaient violemment réprimé les processus sociaux d’auto-organisation (Meuschel, 1993). Selon l’argumentation de Meuschel, étayée par la « conception » de la promesse utopique communiste, cette évolution s’accompagnait d’un effacement des différences entre des sous-systèmes relativement autonomes et de la fusion de tous les acteurs collectifs dans une construction identitaire du Parti, de l’État et de la société.

26À l’opposé, le projet « Domination et Eigen-Sinn » supposait d’abord de prendre en compte le caractère interactionnel de toute pratique de la domination comme étant un rapport de forces asymétrique durable et, ainsi, de se garder de réduire la domination dictatoriale sous le socialisme d’État à une simple interaction entre donner des ordres et obéir. Le concept d’Eigen-Sinn semblait idéal pour explorer la pratique sociale de relation de domination concrète sous le socialisme en RDA dans son sens et sa signification pour les acteurs : il permettait en particulier de penser comme étant la norme la concomitance entre, d’une part, la conformité extérieure aux attentes du régime, telle qu’elle était largement exigée dans le quotidien du socialisme réel, et, d’autre part, la distance dans les pratiques individuelles par rapport aux attentes du système.

27Avec cet axe de recherche, le projet mentionné élabora à partir de 1996 une définition qui changea à plusieurs reprises et que l’on peut résumer ainsi : l’Eigen-Sinn désigne la capacité et le besoin de percevoir la réalité, de la faire sienne et d’agir à partir de sa propre personne. Ce concept renvoie aux effets de cette capacité en termes d’interprétation et de production de sens. Le concept d’Eigen-Sinn explore ainsi potentiellement à la fois de nombreuses attitudes et actions. Le spectre d’attitudes susceptibles d’être motivées par le « sens de soi » (eigen-sinnig) est très large et intrinsèquement contradictoire. Il va de l’ardeur des idéalistes fervents et de l’utilisation égoïste des possibilités offertes par la participation active jusqu’à des formes passives de refus, la dissidence ouverte et l’opposition aux exigences de la domination, en passant par la prise de distance intérieure malgré une loyauté extérieure.

28L’Eigen-Sinn permet de prendre en charge la distinction suivante : le sens des systèmes, attitudes imposées et interdictions tel que souhaité par le dominant et le plus souvent articulé à une idéologie est une chose ; la signification propre que les individus mettent dans leur participation à ces systèmes et actions en est une autre. Or, ces deux éléments cohabitent, fonctionnent simultanément. Même si l’apparence extérieure semble suggérer la coïncidence entre sens idéologique et attributions individuelles de sens, l’un et l’autre ne sont pas identiques. Il se produit entre les deux un processus de médiation permanent dont le résultat ne peut jamais être définitif. L’Eigen-Sinn peut déboucher sur la résistance contre des récupérations et des tentatives de pousser à l’action venues « d’en haut » dans les relations quotidiennes, tout comme dans la grande politique. Mais on observe aussi l’Eigen-Sinn dans l’utilisation délibérée et donc dans la reproduction de conduites conformistes puisque celles-ci peuvent comporter pour les individus concrets un autre « sens », fût-il simplement supplémentaire, que celui qui est fourni par l’idéologie officielle (Lindenberger, 1999 : 23 sq. ; Lindenberger, 2007 : 32 sq.)

  • 12 Annales HSS, 1998, 1 : « Histoire de la RDA ».

29Cette proposition a trouvé une large résonance et a été reprise dans un bon nombre d’études d’Alltagsgeschichte et appliquée à l’histoire de la RDA (Ludwig, 1999 ; Ohse, 2003 ; Palmowski, 2009 ; Richter, 2007 ; Schüle, 2001 ; Teichler, 2003). La recherche française renouvelée après 1990 dans une perspective de critique de la domination a en particulier repris dans ses travaux les concepts d’Alf Lüdtke et Thomas Lindenberger, présentés en 1999 dans un numéro thématique des Annales12. Des études sur le quotidien dans les entreprises dites « du peuple » (Kott, 2001), la gestion dirigiste du logement (Rowell, 2006), le système scolaire (Droit, 2009) ou la vie intérieure du parti d’État SED (Christian, 2011) ont montré que l’accès praxéologique au niveau micro peut avoir un intérêt pour la socio-histoire du politique (Déloye, Voutat, 2002). La vaste recherche anglo-saxonne consacrée à la RDA se saisit également largement de thématiques comme la « domination comme pratique sociale » et l’« Eigen-Sinn », et les traite dans des ouvrages de synthèse (Ross, 2002). Les travaux de Jan Palmowski sur la culture socialiste de la patrie en RDA (Palmowski, 2009) ou d’Andrew Port sur le « côté sombre » de l’Eigen-Sinn dans la culture ouvrière est-allemande (Port, 2013) méritent une attention particulière, car ces auteurs ont développé le concept de manière originale. Mais le terme d’Eigen-Sinn est désormais largement utilisé dans la production « mainstream » dans le champ de l’histoire culturelle : il est bien souvent mis en avant dans les préfaces ou introductions de publications académiques par exemple, lesquelles sont suivies de descriptions de la domination et du quotidien qui restent toutefois assez conventionnelles – un phénomène fréquent, voire inévitable, dans la recherche académique lorsqu’un tel concept gagne en popularité. En revanche, l’emploi du concept d’Eigen-Sinn reste marginal dans la recherche consacrée à d’autres dictatures communistes.

30Parallèlement, la popularité encore modeste de manière générale du concept a aussi contribué à des emplois très éloignés de sa thématique initiale : comme l’ont déjà montré les exemples issus de la recherche française présentés plus haut, lorsque l’on parle d’Eigen-Sinn, ce concept n’est plus depuis longtemps appliqué aux seuls ouvriers masculins et aux significations politiques et sociales de leur engagement physique. Les ouvrières, la population rurale, les policiers et rédacteurs, les fonctionnaires de la Fédération culturelle (Kulturbund) et les jeunes, les ingénieurs et les intellectuels dans leurs cadres de vie respectifs et à différentes époques sont depuis un certain temps déjà décrits comme ayant un « sens de soi » (eigensinnig).

Perspectives : l’avenir opiniâtre de l’Eigen-Sinn

31Dans cet article, nous avons fait délibérément le choix d’une généalogie du concept afin de présenter le contenu, les objectifs et la portée qu’a eue jusqu’à présent le concept d’Eigen-Sinn. Comme il ne s’agit pas là de théoriser un objet d’étude précis mais de proposer une approche réflexive supposant d’observer les modes d’expérience et d’action d’individus concrets, cette démarche était tout à fait adaptée. Mais elle signifie qu’il faudra redéfinir régulièrement ce concept dans des contextes d’application renouvelés et qu’il conservera toujours quelque chose de volatil et d’insaisissable de nature à contrarier les esprits systématiques. D’un autre côté, l’Eigen-Sinn demande à ceux qui souhaiteraient « travailler » à l’aide de ce concept un effort d’élaboration autonome – pour ne pas dire un « sens pour soi » – relativement au champ d’étude concret et aux acteurs historiques concrets qui seront examinés. Cela implique du même coup que ce concept peut intervenir pour tout champ d’étude incluant le social. S’il est issu de l’exploration de la classe ouvrière et des dictatures dans l’Allemagne du xxe siècle, rien ne s’oppose de toute évidence à son application à d’autres couches sociales, d’autres systèmes politiques, pays et époques (Davis, Lindenberger, Wildt, 2008).

Bibliographie

Bibliographie

Annales HSS, 1998, 1. Histoire sociale de la RDA, École des hautes études en sciences sociales.

Bastl Beatrix, 2000. Tugend, Liebe, Ehre : Die adelige Frau in der Frühen Neuzeit. Vienne, Böhlau.

Beattie Andrew, 2008. Playing Politics with History. The Bundestag Inquiries into East Germany. New York (N.Y.), Berghahn Books.

Christian Michel, 2011. Parti et société en RDA et en Tchécoslovaquie. Une histoire comparée des partis communistes au pouvoir du début des années 1950 à la fin des années 1970. Thèse de doctorat. Genève, université de Genève.

Davis Belinda, Lindenberger Thomas et Wildt Michael (dir.), 2008. Alltag, Erfahrung, Eigensinn. Historisch-anthropologische Erkundungen. Francfort-sur-le-Main, Campus.

Déloye Yves et Voutat Bernard (dir.), 2002. Faire de la science politique. Pour une socio-histoire du politique. Paris, Belin.

Droit Emmanuel, 2009. Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989). Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Dülmen Richard, 2005. Kultur und Alltag in der Frühen Neuzeit, in Dorf und Stadt, 16.-18. Jahrhundert, t. II. Munich, Beck.

DWB = Deutsches Wörterbuch von Jacob und Wilhelm Grimm, 1854-1971. 33 vol. Leipzig, Verlag von S. Hirzel. Document en ligne, consulté le 24 septembre 2014 : woerterbuchnetz.de/cgi002Dbin/WBNetz/wbgui_py?sigle=D-WB&mode=Vernetzung&hitlist=&patternlist=&lemid=GE01222.

Eichhorn Jaana, 2006. Geschichtswissenschaft zwischen Tradition und Innovation : Diskurse, Institutionen und Machtstrukturen der Bundesdeutschen Frühneuzeitforschung. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht.

Garve Christian, 1974 [1790]. Popularphilosophische Schriften über literarische, ästhetische und gesellschaftliche Gegenstände, édité et annoté par Kurt Wölfel. Stuttgart, Metzler : 799-998. Document en ligne, consulté le 19 juin 2014 : dlib.stanford.edu:6521/text1/dd-ill/bauern.pdf.

Goethe Johann Wolfgang von, 1860. Les années de voyage de Wilhelm Meister, traduit de l’allemand par Jacques Porchat. Paris, Hachette.

Göhre Paul, 1891. Drei Monate Fabrikarbeiter und Handwerksbursche : eine praktische Studie. Leipzig, Grunow.

Grotewohl Otto, 1955. Die Deutsche Demokratische Republik – der erste Arbeiter- und Bauernstaat in der deutschen Geschichte, cours magistral devant le collectif de la Parteihochschule Karl Marx (Kleinmachnow, le 21 janvier 1955). Kleinmachnow, Parteihochschule Karl Marx beim ZK der SED.

Kott Sandrine, 2001. Le communisme au quotidien. Les Entreprises d’État dans la société est-allemande. Paris, Belin, coll. « Socio-Histoire ».

Lindenberger Thomas, 1995. « Projektskizze : Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte in Berlin-Brandenburg, 1945-1990 », Potsdamer Bulletin für Zeithistorische Studien, n° 5 : 37-52. Document en ligne, consulté le 19 juin 2014 : www.zzf-pdm.de/Portals/_Rainbow/images/publikationen/Lindenberger

— 1999. « Die Diktatur der Grenzen. Zur Einleitung », in Thomas Lindenberger (dir.), Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR. Cologne, Böhlau : 13-44.

— 2007. « SED-Herrschaft als soziale Praxis, Herrschaft und„ Eigen-Sinn“ : Problemstellung und Begriffe », in Jens Gieseke (dir.), Staatssicherheit und Gesellschaft. Studien zum Herrschaftsalltag in der DDR. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht : 23-47.

Lütdke Alf, 1993a. « Arbeit, Arbeitserfahrungen und Arbeiterpolitik. Zum Perspektivenwechsel in der historischen Forschung. », in Alf Lüdtke (dir.), Eigen-Sinn. Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus. Hambourg, Ergebnisse : 351-440.

— 1993b. « Einleitung », in Alf Lüdtke (dir.), Eigen-Sinn. Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus. Hambourg, Ergebnisse : 9-22.

— 1993c. « Lohn, Pausen, Neckereien : Eigensinn und Politik bei Fabrikarbeitern in Deutschland um 1900 », in Alf Lüdtke (dir.), Eigen-Sinn. Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus. Hambourg, Ergebnisse : 120-160.

— 1993d [1989]. « Wo blieb die„ rote Glut“ ? Arbeitererfahrungen und deutscher Faschismus », in Alf Lüdtke (dir.), Eigen-Sinn. Fabrikalltag, Arbeitererfahrungen und Politik vom Kaiserreich bis in den Faschismus. Hambourg, Ergebnisse : 221-282. Première édition in Alf Lüdtke (dir.), Alltagsgeschichte. Zur Rekonstruktion historischer Erfahrungen und Lebensweisen. Francfort-sur-le-Main, Campus : 224-282.

Lütdke Alf, 1994. « Où est passée la braise ardente ? Expériences ouvrières et fascisme allemand » in Alf Lüdtke (dir.), Histoire du quotidien, traduit par Olivier Mannoni. Paris, Maison des sciences de l’Homme, coll. « Bibliothèque allemande » : 89-164.

Ludwig Andreas, 1999. Fortschritt, Norm und Eigensinn. Erkundungen im Alltag der DDR. Berlin, Links.

Marx Karl, 1969 [1851]. Le 18 Brumaire de Louis-Napoléon Bonaparte, traduit à partir de la 3e édition allemande de 1885. Paris, Les Éditions sociales. Document en ligne, consulté le 24 septembre 2014 : classiques.uqac.ca/classiques/Marx_karl/18_brumaine_louis_bonaparte/18_brumaine.html.

Meuschel Sigrid, 1993. Legitimation und Parteiherrschaft. Zum Paradox von Stabilität und Revolution in der DDR 1945-1989. Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Meyers Konversationslexikon, édition n° 4, Leipzig/Vienne 1885-1892, vol. 5 : 374. Document en ligne, consulté le 24 septembre 2014 : www.retrobiblio-thek.de/retrobib/seite.html?id=104774.

Negt Oskar et Kluge Alexander, 1981. Geschichte und Eigensinn : geschichtliche Organisation der Arbeitsvermögen ; Deutschland als Produktionsöffentlichkeit ; Gewalt des Zusammenhangs. Francfort-sur-le-Main, Zweitausendeins.

Ohse Marc-Dietrich, 2003. Jugend nach dem Mauerbau. Anpassung, Protest und Eigensinn (DDR 1961-1974). Berlin, Links.

Palmowski Jan, 2009. Inventing a Socialist Nation : Heimat and the Politics of Everyday Life in the GDR, 1945-1990. Cambridge, Cambridge University Press.

Port Andrew, 2013. « The Dark Side of Eigensinn : East German Workers and Destructive Shopfloor Practices » in Hartmund Berghoff et Uta Balbier (dir.), Falling Behind or Catching Up ? The East German Economy, 1945- 2010. Cambridge, Cambridge University Press : 111-128.

Richter Sebastian, 2007. Norm und Eigensinn. Die Selbstlegitimation politischen Protests in der DDR, 1985-1989. Berlin, Metropol.

Ross Corey, 2002. The East German Dictatorship : Problems and Perspective in the Interpretation of the GDR. Londres, Edward Arnold.

Rowell Jay, 2006. Le Totalitarisme au concret : les politiques du logement en RDA. Paris, Économica.

Schüle Annegret, 2001.„ Die Spinne“. Die Erfahrungsgeschichte weiblicher Industriearbeit im VEB Leipziger Baumwollspinnerei. Leipzig, Leipziger Universitätsverlag.

Teichler Hans Joachim (dir.), 2003. Sport in der DDR. Eigensinn, Konflikte, Trends. Cologne, Sport und Buch Strauß.

Notes

1 Dans la langue courante, ce vocable se traduit souvent par « entêtement » ou « obstination ». Il s’écrit avec ou sans tiret. Dans les ouvrages ou articles d’Alf Lüdkte déjà traduits en français, on trouve une diversité d’équivalents tels que « quant-à-soi », « sens de soi », attitude consistant à « n’en faire qu’à sa tête ». Ici, le substantif sera le plus souvent laissé en allemand, pour éviter de restreindre ce terme polysémique à une seule de ses facettes ; afin de faciliter la lecture, une traduction sera en revanche proposée pour l’adjectif dérivé (eigensinnig) (N.d.T.).

2 Alf Lüdtke ne fut pas le premier à associer ce terme à l’histoire. C’est à Alexander Kluge et Oskar Negt que l’on doit cet apport. Leur livre de lecture Geschichte und Eigensinn (Histoire et Eigensinn), paru en 1981, l’emploie toutefois exclusivement comme association d’idées, pour aider à comprendre des réflexions historiographiques très indéfinies sur les rapports entre « capacité de travail » et guerre dans l’histoire de l’humanité (cf. Negt, Kluge, 1981).

3 Sur les significations possibles associées aux différentes orthographes, voir infra pour plus de précisions.

4 Cf. « Eigen-Sinn. Für hochbegabte Kinder mit ADS », sur le site www.eigen-sinn.homepage.t-online.de/ (Eigen-Sinn. Pour les enfants surdoués ayant un trouble du déficit de l’attention).

5 Cf. le groupe éponyme de « rock gothique industriel », site : www.eigensinn.net/

6 Cf., à titre d’exemple parmi de nombreuses occurrences, « Eigensinn. Freie Kunstschule », sur le site www.kunstschule-eigensinn.de.

7 Telle était depuis la fin des années 1950 la formule de propagande couramment employée par le Parti socialiste unifié allemand (SED - Sozialistische Einheitspartei Deutschlands).

8 L’orthographe sans trait d’union, également présente par ailleurs chez Alf Lüdtke et d’autres auteurs, ne signale toutefois aucunement qu’il faut comprendre le terme autrement.

9 Le choix de ce terrain était tout à fait symbolique puisqu’il servait jadis aux parades et aux exercices militaires de l’armée prussienne (N.d.T.).

10 On pourrait ainsi – en utilisant une image empruntée à la physique – concevoir l’Eigen-Sinn comme une résistance de fonctionnement incontournable dans la pratique de domination, incluant aussi les pertes affectant les ressources investies dans cette pratique ; les dominants sont obligés d’accepter ces pertes qui sont le prix de la reproduction de leur position. L’on ne peut en effet abaisser les relations sociales à une température approchant le 0 °K, qui permet la supraconductibilité...

11 Citons parmi de nombreux domaines de recherche spécialisés l’unité de recherche 804 de l’université technique de Dresde : „ Transzendenz und Gemeinsinn“, Teilprojekt F „ Gottlosigkeit und Eigensinn. Religiöse Devianz in der Frühen Neuzeit“(Transcendance et sens commun : sous-projet F consacré à l’athéisme et au quant-à-soi. Déviance religieuse à l’époque moderne), http://www.sfb804.de/forschung/teilprojekte/teilprojektuebersicht/teilprojekt-f.html ;

12 Annales HSS, 1998, 1 : « Histoire de la RDA ».

Auteur

Historien, responsable du groupe de recherche « Communisme et société » au Centre de recherches d’histoire du temps présent de Potsdam. Il est également professeur associé à l’université de Potsdam. Ses principaux thèmes de recherche sont l’histoire de l’Europe après 1945, l’histoire de la guerre froide, des médias contemporains ainsi que l’histoire sociale et quotidienne de la RDA.
Publications récentes : Underground Publishing and the Public Sphere. Transnational Perspectives, Münster, Lit, 2014 (Wiener Studien zur Zeitgeschichte ; vol. 6) (avec Jan C. Behrends) ; Cold War Cultures. Perspectives on Eastern and Western European Societies, Berghahn, New York/ Oxford 2012, édité avec Marcus Payk et Annette Vowinckel).

Marie Gravey (Traducteur)

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search