Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que l’autorité ?

 | 
Emmanuel Droit
, 
Pierre Karila-Cohen

Partie II. Exercer l’autorité au quotidien

Clientélisme, autorité et domination politique dans les Alpes-Maritimes de 1870 à 1900

Henri Courrière

Texte intégral

  • 1 Sur la question de l’autorité en République : Machelon, 2002.

1Plusieurs travaux d’historiens et de politistes ont, depuis une quinzaine d’années, souligné l’intérêt de l’étude du clientélisme pour la compréhension de l’histoire politique de la France du xixe siècle (Briquet 1997 ; Briquet, Sawicki, 1998 ; Phélippeau, 2002 ; Tafani, 2003 ; Monier, 2007). Le clientélisme politique, qui peut être défini comme « l’échange, entre un élu et ses électeurs, de faveurs et de services contre des votes et des soutiens politiques » (Briquet, 1997 : 13), est une pratique considérée comme contraire à l’éthique républicaine telle qu’elle se définit progressivement au xixe siècle, selon laquelle le vote doit être dénué de toute forme d’intérêt matériel. Souvent réduit à une forme de survivance politique du passé, il est généralement considéré comme un signe d’attardement ou de dysfonctionnement politique peu digne d’intérêt. Comme l’a souligné Jean-Louis Briquet, cependant, le clientélisme n’est pas un simple archaïsme mais le résultat de l’appropriation, par certains groupes sociaux, des institutions apparues à la faveur de la modernisation politique (Briquet, 1998 : 36). Il peut également constituer une voix d’accès à la modernité politique, à l’image du « patronage démocratique » étudié par Maurice Agulhon (1979 : 481), ou un biais d’apprentissage de l’acte électoral (Garrigou, 1998 ; Garrigou, 2002 : 176-187), voire un moyen de rattachement des régions périphériques au centre (Médard, 1976 : 128). C’est, dès lors, à l’analyse des formes de cette appropriation, dans des situations sociales différenciées, que doit s’attacher le chercheur étudiant le clientélisme s’il veut « rendre compte de ses manifestations historiques autrement que comme l’envers d’une modernité supposée nécessaire et univoque » (Briquet, 1998 : 36). L’étude du clientélisme permet dès lors de mieux comprendre le fonctionnement concret du régime républicain, et donc les pratiques de l’autorité – entendue comme le pouvoir de se faire obéir – en démocratie1. Quelles sont les relations entre clientélisme, autorité et domination politiques dans ce régime démocratique en cours d’institution qu’est la Troisième République des années 1870-1900 ? Comment le clientélisme et le patronage politique peuvent-ils fonctionner dans un régime dont l’égalité est une des principales valeurs ? Comment, enfin, les relations d’autorité entre patrons et clients se recomposent-elles au fur et à mesure que le régime républicain s’instaure puis s’enracine tandis que la pratique du vote « moderne » se généralise ?

2Les Alpes-Maritimes, espace périphérique au territoire national dont une partie, le comté de Nice, a été tardivement intégrée à la France (Schor, Courrière, 2011 ; Courrière, 2014), constituent un terrain particulièrement adéquat pour l’étude des pratiques clientélaires. Le département connaît en effet, dès les années 1880, de nombreux problèmes de corruption et jouit de la réputation d’être une terre de clientélisme et de patronage, où les parachutages de « blackboulés » comme les achats de voix, voire les violences, sont fréquents (Basso, 1968 ; 2006). Les années 1870- 1900 constituent par ailleurs un moment de fortes mutations de la société politique française, caractérisé par l’apparition de nouveaux types de notables et par la genèse de nouvelles pratiques politiques démocratiques (Berstein, Winock 2002 : 278-283, 398-400). C’est aussi au cours de cette période que les Alpes-Maritimes se trouvent dominées par deux républicains opportunistes, Léon Chiris et Alfred Borriglione, qui apparaissent comme les véritables « patrons » du département.

3Difficile à saisir dans les sources parce qu’il repose sur des liens d’homme à homme et qu’il se situe en marge de la légalité, le clientélisme laisse souvent peu de traces dans les archives. Celles du département des Alpes-Maritimes ont été en outre assez mal conservées, ou particulièrement bien épurées, puisque presque tous les rapports préfectoraux ou de police concernant les élections législatives et municipales des années 1870- 1890 ont disparu. Nous nous sommes dès lors essentiellement servis de la presse locale, très abondante, en respectant les précautions d’usage : nous avons systématiquement dépouillé plusieurs journaux de tendances adverses pour étudier chaque événement et seules les informations dont la véracité a été établie par ce croisement de sources ont été prises en compte.

4Nous nous efforcerons ici d’analyser le fonctionnement et l’évolution des formes du clientélisme dans les Alpes-Maritimes afin de déterminer dans quelle mesure il constitue une modalité particulière d’adaptation de l’autorité des notables aux changements politiques et sociaux de cette période (Briquet, 1997 : 6-7). Par ce biais, il s’agira également de mieux comprendre le fonctionnement concret de la Troisième République à ses débuts et, au-delà, de déterminer le rôle qu’ont pu jouer les pratiques clientélaires dans l’instauration et dans les premières crises du régime. Pour répondre à ces questionnements, nous étudierons tout d’abord la mise en place et le fonctionnement du système clientélaire républicain opportuniste. Nous nous pencherons ensuite sur l’émergence de nouveaux types de domination politique au cours des années 1880. Nous verrons enfin les différentes remises en cause et recompositions du système politique départemental.

La mise en place du système clientéliste opportuniste

  • 2 Jacques Basso évoque à ce sujet un « partage du domaine politique » : Basso, 1968 : 150.

5Les premières années de la décennie 1870, peut-être parce qu’elles sont politiquement trop agitées, ne semblent pas voir apparaître de phénomène de clientélisme ou de corruption. Ce n’est qu’en 1874-1876, avec l’instauration du scrutin uninominal et l’affirmation de la République, qu’apparaissent les premières accusations en même temps qu’émergent deux personnalités importantes, républicaines opportunistes, qui commencent alors à dominer le département : Léon Chiris dans l’arrondissement de Grasse et Alfred Borriglione dans celui de Nice2.

Deux « patrons » politiques : Chiris et Borriglione

  • 3 Archives de la préfecture de police [désormais APP], B/A 1011, Le Figaro, 28 février 1876.
  • 4 Archives départementales des Alpes-Maritimes [désormais ADAM], 3 M 164, rapport du sous-préfet de G (...)

6Les deux hommes ne disposent pas du même héritage social et politique, et les fondements de leurs autorités sont différents. Léon Chiris, représentatif de la République des hommes d’affaires, peut s’appuyer sur sa fortune, les réseaux politiques hérités de sa famille et sa bonne intégration dans les cercles nationaux. Né à Grasse en 1839, il est le petit-neveu par sa mère d’un député du Var à la Convention nationale et le fils d’un conseiller municipal du Second Empire. Il a fait ses études à Paris, puis au lycée de Richmond, en Angleterre. Industriel et négociant, propriétaire de la plus importante maison de parfumerie de Grasse, il jouit d’une fortune importante et, en 1876, il épouse la fille d’un riche entrepreneur parisien, Joseph Thome3. Son ascension politique est rapide. Conseiller municipal de Grasse sous le Second Empire, il est élu conseiller général de Saint-Auban en 1869 et fait campagne pour le « oui » lors du plébiscite du 18704. Dès la chute de l’Empire, il change de tendance politique et est élu, en octobre 1871, conseiller général républicain modéré de Saint-Auban. Il occupe ce poste jusqu’en 1898, date à laquelle il devient conseiller du canton de Coursegoules (1898-1900). Élu député en octobre 1874, membre du centre gauche puis de l’Union républicaine, il est réélu en 1877 et en 1881. Devenu sénateur en 1882, il le reste jusqu’à sa mort, en 1900 (Courrière, 2008 : 1299-1300).

7Alfred Borriglione, bien qu’il soit un cousin du baron Eugène Roissard de Bellet, riche propriétaire et député conservateur de 1876 à 1881, fait plus figure d’outsider et semble devoir davantage sa carrière à son rayonnement personnel, à une structure politique partisane efficace, le Comité niçois, et à son insertion dans les réseaux politiques locaux. Né à Nice en 1841, fils d’un avoué, Borriglione fait des études de droit à Turin puis à Aix-en-Provence, avant de devenir avocat dans sa ville natale. Son ascension politique est également assez rapide, mais plus difficile que celle de Chiris. En 1870, il fait campagne contre le plébiscite avec les républicains avant d’être élu, en 1871, conseiller municipal de Nice sur la liste du Comité niçois, qui mêle particularistes niçois et séparatistes italiens, garibaldiens et libéraux conservateurs. La même année, Borriglione devient conseiller général de Sospel. Élu député des Alpes-Maritimes en 1876, il s’inscrit à l’Union républicaine et conserve son siège jusqu’en 1894, date à laquelle il entre au Sénat. Il y siège jusqu’à sa mort, en 1902. Il dirige également la municipalité de Nice de 1878 à 1886 (Courrière, 2008 : 1294). Davantage représentatif de la République des avocats, Borriglione parvient à faire carrière malgré un héritage social et politique moins important que celui de Chiris.

8Les deux hommes présentent des profils et des parcours politiques assez semblables à ceux de la majorité des parlementaires de la Troisième République (Guillaume, Lachaise, 2003 : 82). Ils commencent leur carrière par des mandats locaux avant de devenir députés. Réélus à chaque fois, toujours au premier tour, et parfois sans adversaire, ils finissent leur carrière au Sénat. Chacun contrôle un fief, dont un canton constitue le noyau : Saint-Auban pour Chiris, où il est un important propriétaire ; Sospel pour Borriglione, où est implantée sa famille. Chiris comme Borriglione correspondent donc au modèle du notable républicain issu des « nouvelles couches sociales » évoquées par Gambetta. Ils ne font pas partie des vieilles notabilités « traditionnelles », aristocratiques. Les fondements de leur autorité, alors que la République s’instaure, sont dès lors différents de ceux des anciennes élites politiques locales. Plus que leurs prédécesseurs du Second Empire, Victor Masséna, Louis Lubonis ou François Malausséna, qui pouvaient compter sur le soutien de l’administration et/ou sur leur position personnelle, l’autorité de Chiris et de Borriglione s’appuie en effet sur leur capacité à constituer et à entretenir des réseaux politiques, leur talent oratoire et le soutient que leur apporte une structure partisane. Elle s’appuie aussi, en partie, sur une pratique clientélaire du pouvoir.

Le clientélisme opportuniste

  • 5 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine [désormais AN], F/1bII/Alpes-Maritimes/3, lettre d’Alfre (...)
  • 6 Le Progrès de Nice [bonapartiste], 24 février 1882. Ce quotidien est un adversaire de Chiris, mais (...)

9Les pratiques politiques de Chiris et de Borriglione reflètent leur position sociale. Dès le début de leur carrière, et à la différence des élus du Second Empire, les deux hommes entretiennent des liens privilégiés avec la presse, les cercles et les comités du département. Ils sont ainsi copropriétaires du Petit Niçois, principal quotidien local dans les années 1880, membres du Cercle républicain des Alpes-Maritimes et membres de la Société amicale des Alpes-Maritimes, à Paris. On peut supposer qu’ils comptent, avec la presse, influencer l’opinion tandis que leur participation au Cercle républicain leur permet de mieux préparer les élections. Leur appartenance à la société amicale a vraisemblablement pour but, à travers cette structure de sociabilité, d’entretenir des réseaux de connaissances pouvant être utiles lors des élections. En accédant à des postes élevés au conseil général, les deux hommes développent par ailleurs des systèmes de parrainages locaux, semblables à celui mis en place par Armand de Mackau dans l’Orne (Phélippeau, 2002 : 266-267). Ils patronnent des candidats aux élections locales (municipales ou cantonales) et, en échange, bénéficient du soutien de ces élus lors de leurs propres campagnes. En 1881, Borriglione recommande ainsi au ministre de l’Intérieur de nommer un de ses partisans, Émile Biovès, maire de Menton5. En 1882, Le Progrès de Nice affirme que Chiris a fait élire comme conseillers municipaux, maires et conseillers d’arrondissement des hommes qui, lui devant leur élection, lui sont entièrement dévoués6. Ce système vire parfois au népotisme : Chiris place ainsi son frère et son fils au conseil général, tandis que Borriglione y fait élire ses deux gendres.

10Les parrainages locaux permettent aux deux députés d’asseoir leur domination électorale en contrôlant un réseau d’obligés, utiles au moment des campagnes électorales et, surtout, lors des congrès qui désignent les candidats républicains aux élections législatives et sénatoriales. Les délégués qui composent ces congrès étant des « obligés » de Chiris et de Borriglione, ils votent en effet massivement pour leur candidature ou celle de leurs protégés. La domination des deux députés est par ailleurs facilitée par une certaine « culture de l’arrangement », faite de compromis et d’ententes préalables entre les acteurs politiques. Les candidatures uniques sont en effet très fréquentes, surtout dans l’ancien comté de Nice, et éliminent les possibilités d’alternance. Sur huit scrutins qui se déroulent entre 1876 et 1894, Borriglione est ainsi candidat unique six fois. De la même manière, en 1876, quatre candidats seulement, deux républicains et deux conservateurs, se présentent pour pourvoir aux quatre sièges vacants. Ces pratiques s’inscrivent en partie dans le cadre des efforts menés par les républicains opportunistes, et notamment par Gambetta, pour organiser plus efficacement le travail électoral et éviter les candidatures multiples (Grévy, 1998 : 191-198). L’ampleur des candidatures uniques et l’absence quasi totale de candidats opposants dépassent cependant cet effort de rationalisation des républicains modérés et indiquent que les responsables politiques locaux s’entendent vraisemblablement entre eux afin d’éviter de se faire concurrence.

11Malgré ces arrangements, les règles républicaines de désignation des candidats sont toujours respectées. Les deux hommes sont désignés par des congrès de délégués républicains, auxquels ils rendent compte de leur mandat, avec lesquels ils élaborent leur programme et qui approuvent leur candidature par un vote. Ces procédures, conçues pour montrer que le pouvoir appartient bien aux citoyens et non aux élus (Grévy, 1998), tournent cependant à un certain formalisme, puisqu’elles désignent toujours le même candidat, parfois la veille du scrutin. Leur persistance montre qu’elles sont néanmoins indispensables pour conférer une légitimité suffisante aux candidatures.

12La dimension clientélaire de la domination de Chiris et de Borriglione n’empêche, par ailleurs, ni une réelle politisation du discours ni l’usage d’arguments nationaux. Les deux hommes développent dans leur profession de foi des thématiques nationales, justifiant leur entente par la nécessité de l’union des deux parties du département, arrondissement de Grasse et ancien comté de Nice, au sein de la République et de ses valeurs. Comme en Corse, le clientélisme ne s’oppose donc pas à l’apparition d’une certaine « modernité » politique (Briquet, 1997 : 69-70), définie comme le dépassement des préoccupations strictement locales. La persistance de pratiques politiques « traditionnelles » n’empêche pas les processus de modernisation d’être à l’œuvre et les deux registres, le national, légitime, et le clientélaire, illégitime, cohabitent sans difficulté.

Les parachutages

  • 7 Cette crise politique majeure des débuts de la Troisième République a opposé le maréchal de Mac-Mah (...)
  • 8 APP, B/A 1027. Rapports du 3 août 1877 et du 26 septembre 1877.
  • 9 Le Phare du Littoral [républicain gambettiste], les 6, 8 et 9 décembre 1878.

13Les trois cas de parachutage que connaît le département à la fin des années 1870 et au début des années 1880 soulignent l’évolution des modalités de fonctionnement du patronage. Le premier cas, qui montre l’essoufflement du patronage « autoritaire » type « candidature officielle », concerne le duc Louis Decazes en octobre 1877, à la suite de la crise du 16 mai de la même année7. Dès le mois d’août 1877, les partisans du ministre estiment en effet qu’il a peu de chances d’être élu à Libourne et lui proposent de se présenter dans la circonscription rurale et montagneuse de Puget-Théniers8. Des pressions sont exercées par le préfet, Henry Darcy, sur les maires de l’arrondissement pour qu’ils rédigent un texte demandant à Decazes de poser sa candidature. Lors de la campagne, le préfet fait une tournée dans l’arrondissement et les maires qui refusent leur soutien sont menacés de destitution9. Le candidat bénéficie également du soutien du maire de Nice, Auguste Raynaud, et de ses partisans et alliés. Decazes est élu mais le scrutin est annulé en raison de l’ampleur des pressions administratives. Les résultats indiquent par ailleurs que les populations de l’arrière-pays ont fait preuve de résistance : le duc Decazes n’a obtenu en effet que 57 % des suffrages exprimés, le républicain Charles de Saint-Cyr obtenant 43 %, pour une participation de 83 %. Les votes montrent donc l’essoufflement de la candidature officielle dans l’arrière-pays, comme dans le reste du territoire national (Voilliot, 2005 : 228-230). L’autorité du préfet, ainsi que celle de certains notables, ne fonctionne plus aussi bien que l’espérait le gouvernement conservateur.

  • 10 Journal de Nice [républicain conservateur], 25 décembre 1878.
  • 11 Journal de Nice, 25 décembre 1878.
  • 12 Le Phare du Littoral, 10 décembre 1878, 24 décembre 1878, 26 janvier 1879.
  • 13 Le Phare du Littoral, 4 novembre 1878.

14L’élection partielle du 2 février 1879, dans la même circonscription de Puget-Théniers, montre en revanche la force de la domination de Chiris et de Borriglione dans le département. La seule candidature est en effet celle d’Émile Récipon, présentée par les deux députés10 et soutenue par le comité républicain de Puget-Théniers11. Récipon est un propriétaire industriel, né en Haute-Loire en 1839, ancien conseiller municipal et conseiller d’arrondissement de Nantes. Très riche, il est propriétaire à Menton, où il réside une partie de l’année12. Battu lors des élections législatives de 1876 et d’octobre 1877 dans la circonscription de Châteaubriant, il a été élu maire de Sion-les-Mines (Loire-Inférieure). En 1876, il a donné cinquante mille francs à une souscription pour patronner les candidats républicains des Alpes-Maritimes aux élections sénatoriales13.

  • 14 Le Phare du Littoral, 4 février 1879.
  • 15 Le Petit Niçois [républicain gambettiste, partisan de Chiris et Borriglione], 22 août 1881.

15Lors de la campagne, Récipon effectue une tournée dans l’arrondissement pour rencontrer les habitants et les notables des différentes communes. La façon dont il est accueilli semble montrer la force, intacte, de la domination notabiliaire. À Saint-Etienne et Isola, des arcs de feuillage sont élevés et la musique va à sa rencontre avant de l’escorter jusqu’à l’entrée du village, où la jeunesse et les personnes « influentes et notables » l’attendent à la tête de la population pour lui souhaiter la bienvenue14. Le taux de participation atteint 79,9 % et Récipon est élu par 92,8 % des votants. L’est-il grâce à l’autorité des notables ou parce qu’il a convaincu les électeurs ? Il est impossible de le dire avec certitude. Réélu dans la même circonscription, sans concurrent, en 188115, il devient néanmoins député en Ille-et-Vilaine en 1885.

  • 16 Journal de Nice, 30 septembre-1er octobre 1878.
  • 17 Ce comité faisait fonction de « conseil de guerre concentrant toutes les force d’action des Gauches (...)
  • 18 Le Petit Niçois, 5 février 1882.
  • 19 Le Progrès de Nice, 28 février 1882.
  • 20 Le Courrier de Nice [conservateur], 15 février 1882.
  • 21 Le Petit Niçois, 21 février 1882.
  • 22 Le Phare du Littoral, 24 janvier 1884.
  • 23 La Gazette de Nice [conservateur], 27 janvier 1885.

16Le patronage de Léon Renault par Chiris dans la circonscription de Grasse en 1882 est révélateur des premières critiques du patronage opportuniste. Léon Renault n’a en effet aucun lien avec le département. Avocat et docteur en droit, préfet de police en 1871, élu député de Corbeil en 1876 et membre du centre gauche, il a été battu aux élections législatives de 1881. En 1878, lors d’un procès pour diffamation contre plusieurs journaux, il a défendu Borriglione16. C’est un proche de Gambetta, membre du « comité des dix-huit »17. Officiellement, ce sont les délégués de Vence et de Cagnes qui, au début du mois de février 1882, lui ont proposé de se présenter au congrès chargé de choisir un candidat18 mais, selon Le Progrès de Nice, un marché aurait été conclu dès le 25 octobre 1881 entre Chiris et Renault lors d’un « conciliabule secret »19. Les deux hommes fondent un journal, L’Union républicaine, afin de soutenir la candidature de Renault20. Ce dernier assiste à plusieurs réunions en compagnie de Chiris et souligne que sa « situation » pourra être utile au département21. Contrairement au cas précédent, le candidat doit affronter plusieurs adversaires et la campagne est vive. Élu député par 60 % des votants, avec une participation de 62 % seulement, devenu conseiller général de Cagnes en 1883, Renault décide, dès 1885, de se faire élire sénateur, en compagnie de Chiris. Les deux hommes sont désignés candidats lors d’une réunion électorale qui a lieu la veille du scrutin22, ce qu’un journal conservateur qualifie de « comédie indigne de gens sérieux »23.

  • 24 APP, B/A 1027. Rapport du 3 août 1877.

17Les trois parachutages présentent plusieurs points communs. À chaque fois, le parachuté est un homme politique en difficulté, battu ou en passe de l’être dans sa circonscription d’origine. Les Alpes-Maritimes apparaissent donc comme une sorte d’espace d’accueil pour ce type de personnalité à la fin des années 1870 et au début des années 1880. Une autorité locale, préfet ou député, sert par ailleurs d’intermédiaire entre le candidat, les notables locaux et les électeurs, sous l’ordre moral comme avec les républicains opportunistes. À chaque fois, enfin, le parachuté ne s’enracine pas : l’élection de Decazes est invalidée, Récipon se présente dans une autre circonscription et Renault devient sénateur. Les trois parachutages révèlent donc l’efficacité mais aussi les limites des techniques de patronage comme le perfectionnement des stratégies électorales des partis à l’échelle nationale. Ce sont en effet ses partisans qui ont eu l’idée de présenter Decazes à Puget-Théniers plutôt qu’à Libourne24, tandis que le parachutage de Récipon et Renault, républicains modérés bien intégrés à leur parti, montre les efforts de coordination de celui-ci à l’échelle nationale (Grévy, 1998 : 200). Les parachutages participent en cela activement à l’intégration du département au système politique national. Leur fréquence peut par ailleurs s’expliquer par l’absence de candidats locaux aptes à se présenter en nombre suffisant, à moins qu’il ne s’agisse, pour les notables, d’un moyen d’éviter les affrontements fratricides en faisant appel à une personnalité extérieure. Les résultats, très différents, montrent enfin la réceptivité variable des populations et des notables à ces pratiques, signe qu’elles ne sont pas aussi passives qu’on l’a souvent dit.

L’émergence de nouvelles pratiques dans les années 1880

18Deux trajectoires, celles de Raphaël Bischoffsheim et de Maurice Rouvier, montrent l’apparition de nouvelles pratiques de domination politiques au cours des années 1880. Les deux hommes présentent un profil politique particulier puisque, étrangers au département, ils parviennent à s’y faire élire puis réélire durablement.

De nouveaux acteurs

  • 25 Sur Louis et Raphaël Bischoffsheim : Stoskopf, 2002 : 94-100 et Prenant, 2008.
  • 26 Le Phare du Littoral, 10 septembre 1889.
  • 27 Le Petit Niçois, 22 janvier 1890.
  • 28 L’Écho de la Montagne [républicain], 27 août 1893.

19Les fondements de l’autorité des deux hommes ne sont pas les mêmes. Raphaël Bischoffsheim, né en 1823 à Amsterdam, est un riche banquier d’origine hollandaise, naturalisé français en 1880, de confession juive. Fils du banquier Louis Bischoffsheim, il étudie à l’École centrale des Arts et Manufactures et devient ingénieur, inspecteur des chemins de fer de la Haute-Italie, avant de fonder sa maison de banque en 187325. Installé à Nice vers 1878, il devient un important propriétaire dans le département et subventionne en tant que mécène la création de l’observatoire de Nice. Les causes de son engagement en politique demeurent inconnues et sa carrière politique est heurtée. Républicain modéré, élu en 1881 dans la circonscription de Nice-campagne, il siège au centre gauche puis se présente en 1885 sur une liste opposée à celle de Borriglione et est battu. En 1889, il est désigné comme seul candidat républicain pour se présenter dans la circonscription de Nice-ville, contre le candidat boulangiste Flaminius Raiberti26. Bischoffsheim est élu de justesse, mais son élection est invalidée pour corruption et achats de voix27. En 1893, enfin, il parvient à se faire élire dans la circonscription de Puget-Théniers, face au député sortant Arthur Malausséna28. Réélu dans la même circonscription en 1898 et en 1902, il est battu en 1906, quelques jours avant sa mort (Courrière, 2008 : 1292-1293).

20Maurice Rouvier présente un parcours politique moins atypique. Né en 1842 à Aix-en-Provence, il obtient une licence de droit puis travaille dans une banque à Marseille, tout en collaborant à différents journaux républicains sous le Second Empire. Nommé secrétaire général de la préfecture des Bouches-du-Rhône après le 4 septembre 1870, il est élu dans ce département en juillet 1871. Réélu en 1876, 1877 et 1881, nommé ministre du Commerce en en 1882 puis en 1884 (Yvert, 2002 : 346- 350), il est battu au premier tour des élections législatives de 1885 dans sa circonscription des Bouches-du-Rhône, mais se fait élire au second tour dans les Alpes-Maritimes, avec le soutien de Borriglione. Rouvier parvient ensuite à se faire élire au conseil général en 1886 et en devient le président en 1890 (Bottin, 2011). En 1889, il est élu député de la circonscription de Grasse et le demeure jusqu’en 1903, date à laquelle il devient sénateur. Il le reste jusqu’à sa mort, en 1911 (Courrière, 2008 : 1344-1345).

21Les modalités d’arrivée dans le département des deux hommes sont différentes : si Rouvier est accueilli par Borriglione après sa défaite dans les Bouches-du-Rhône, Bischoffsheim semble s’être présenté de sa propre initiative, sans patronage officiel du député et maire de Nice. Ils n’appartiennent pas à la même génération et ne sont pas issus du même milieu social. Au-delà de ces différences, il convient néanmoins de relever un certain nombre de points communs : proches des milieux d’affaires et du monde de la banque, Bischoffsheim comme Rouvier sont impliqués au cours de leur carrière dans de graves affaires de corruption, le premier à l’échelle locale et dans l’affaire des emprunts du Honduras, le second dans le scandale de Panama. Les deux hommes sont en outre des républicains modérés, bien que Bischoffsheim se situe plus à droite que Rouvier. Les fondements de leur autorité, enfin, ne sont pas les mêmes, celle de Bischoffsheim reposant essentiellement sur sa fortune tandis que celle de Rouvier est davantage liée à sa stature nationale. Ils sont, de ce fait, beaucoup plus indépendants par rapport à Chiris et à Borriglione que ne l’étaient Récipon et Renault.

De nouvelles stratégies

  • 29 AN, F/1bII/Alpes-Maritimes/3, rapport du 7 mai 1883.
  • 30 ADAM, 1 M 466, rapport du maire de St-Blaise au préfet, 15 juillet 1885.
  • 31 L’Éclaireur du Littoral, 14 septembre 1885.
  • 32 Le Petit Niçois, 22 janvier 1890.

22Les stratégies mises en œuvre par les deux hommes reflètent leurs différences. Bischoffsheim, tout d’abord, utilise son immense fortune en faisant de très nombreux dons aux communes. En 1883, il donne ainsi 500 francs au maire de Lucéram pour secourir les victimes d’un sinistre, somme dont une partie est détournée par le maire29. En 1885, il obtient pour la commune de Saint-Blaise une aide de 3 000 francs pour réparer l’église paroissiale30. Il fait également un don de 100 000 francs pour la construction d’un hôpital à Puget-Théniers, offre une fontaine publique aux communes de Puget-Théniers, Ascros, Saint-Etienne-de-Tinée, Rigaud, Roquebillière et Breil-sur-Roya, finance le pavage des rues de Villars-sur-Var et la construction d’une route carrossable à Toudon, ainsi que l’installation de réverbères à Puget-Théniers et celle d’une horloge à Toudon (Prenant, 2008 : 182). Ces pratiques sont revendiquées comme relevant de l’évergétisme : en 1885, face aux accusations de corruption portées à son égard, il répond ainsi qu’il ne peut pas résister aux « pauvres instituteurs » qui lui demandent des vêtements et des livres31. De la même manière, lors de l’examen de son élection en 1890, il reconnaît avoir dépensé 135 000 francs pour sa campagne et déclare qu’il est « libre de dépenser [s]on argent » comme il l’entend32. Le clientélisme est ici parfaitement assumé et revendiqué.

  • 33 Le Réveil de la Montagne, 10 août 1893.
  • 34 Le Réveil de la Montagne, 22 juillet 1893.
  • 35 Le Réveil de la Montagne, 12 août 1893.

23Bischoffsheim entretient peu de liens avec les élus locaux. Il ne parvient pas à se faire élire au conseil général et, lors des élections législatives de 1893, il est soutenu par un seul de ses membres33. Il est par contre membre de nombreux cercles et, à partir de 1893, il est soutenu par un journal, créé pour les élections et qu’il subventionne34. Bischoffsheim utilise ainsi sa fortune pour séduire directement les électeurs, ce qui lui permet de se passer des réseaux notabiliaires, au point qu’en 1893 il parvient à battre le candidat soutenu par les notables locaux, Arthur Malausséna. Le journal qui soutenait la candidature de Bischoffsheim insista lors de la campagne sur la « générosité » de ce dernier et les nombreux services qu’il avait rendus aux électeurs35.

  • 36 ADAM, 3 M 207, rapport du sous-préfet de Puget-Théniers au préfet, 22 juillet 1886.
  • 37 Le Petit Niçois, 25 juillet 1886, 30 juillet 1886.
  • 38 Le Petit Niçois, 4 août 1886.
  • 39 Le Petit Niçois, 15 septembre 1889.

24Les pratiques politiques de Rouvier sont plus orthodoxes, mais néanmoins dignes d’intérêt. Élu avec le soutien de Chiris et de Borriglione, il ménage les intérêts des élus locaux et s’efforce de ne pas entrer en conflit avec eux. D’abord tenté par le canton de Puget-Théniers, en 1886, il renonce ainsi devant le refus du conseiller sortant de se désister36 puis, à la suite du décès du conseiller général de Breil, il se présente dans ce canton et y est élu37. Lors de la campagne électorale, il est accompagné de Borriglione et rencontre les notables du canton38. En 1889, lors des élections législatives, il est soutenu par le sénateur Chiris et par la plupart des maires et des conseillers généraux de l’arrondissement39. Rouvier bénéficie donc du soutien des élus locaux, mais il demeure accompagné par Chiris et Borriglione, qui lui servent d’intermédiaires. Rouvier exerce par ailleurs son mandat de façon assez distante : il inaugure les monuments et fait des discours lors des 14 juillet, mais ne patronne aucun candidat lors des élections municipales ou cantonales, ce qui n’empêche pas ses adversaires de l’accuser de diriger le département de façon occulte.

25Les pratiques de Bischoffsheim et de Rouvier reflètent leur position sociale et politique. Bischoffsheim, grâce à sa fortune, parvient à tenir sa circonscription et à se faire réélire, mais il ne lègue pas son territoire. Par ses pratiques comme par son parcours, il apparaît comme un personnage politique profondément atypique, ni patron ni vassal, attaché à se présenter comme un « bienfaiteur » désintéressé de sa circonscription. Rouvier, pour sa part, bénéficie de sa stature nationale. Il semble relayer et compléter à la fois l’influence de Chiris sur l’arrondissement de Grasse et les deux hommes forment, grâce à leur soutien réciproque, une sorte de dyade qui domine la circonscription de Grasse. Rouvier comme Bischoffsheim parviennent tous deux à se faire réélire, le plus souvent au premier tour, parfois sans concurrent. Ils instaurent un nouveau type de domination clientélaire, davantage détachée de l’autorité des notables locaux et fondée sur l’argent ou sur l’insertion dans les réseaux politiques nationaux. Leurs parcours indiquent une inflexion du modèle du patronage républicain opportuniste, qui est, par ailleurs, de plus en plus contesté.

L’essor des critiques envers le clientélisme

  • 40 Il Pensiero di Nizza [quotidien revendiquant l’italianité de Nice, particulariste], 16 gennaio [jan (...)
  • 41 Dans cet espace, le rôle des « républicains français » hostiles au « parti niçois » de Borriglione (...)

26Les pratiques politiques de Chiris et de Borriglione, ainsi que celles de Bischoffsheim, sont fortement contestées dès la fin des années 1870. En 1879, lors de l’élection de Récipon, le journal du parti italo-niçois Il Pensiero di Nizza dénonce ainsi les « frères siamois du monopole politique »40 qui dominent le département. Les critiques émanent à la fois d’anciens bonapartistes, de républicains radicaux et de certains modérés, sans compter les partisans de l’Italie et les particularistes locaux dans l’ancien comté de Nice41. Elles s’appuient sur de nouveaux journaux, notamment L’Éclaireur du Littoral, publié à partir du 17 mars 1883, qui dénonce inlassablement la domination de Chiris et de Borriglione.

Des pratiques contestées

  • 42 Le Petit Niçois, 3 août 1881.
  • 43 L’auteur dénonce l’utilisation d’une « troupe organisée en vue des élections », à laquelle la press (...)
  • 44 Le Phare du Littoral, 9 août 1881.
  • 45 Le Courrier de Nice, 10 février 1882. Nice est alors fréquemment comparée à une prostituée.
  • 46 Le Courrier de Nice, 10 février 1882.
  • 47 Le Progrès de Nice, 24 février 1882. Il s’agit ici d’un thème récurrent dans le département : sous (...)

27Plusieurs faits sont dénoncés par les adversaires de Chiris et de Borriglione, surtout à partir de 1881. Les délégués républicains, qui désignent les candidats lors des congrès, sont tout d’abord accusés d’être « inféodés » aux deux hommes, ce qui remet en cause la légitimité de leur candidature, comme celle de leur patronage42. Des agents électoraux, les « Turcos », seraient employés pour « encadrer le vote » à Nice lors des élections, rendant ainsi illusoire la liberté des suffrages (Pilatte, 1881 : 9)43. De l’argent serait distribué aux électeurs et des rastels seraient fréquemment organisés44, faisant de Nice le « Bourg-pourri de la France » (Pilatte, 1881 : 14). Les parachutages remettraient gravement en cause la « réputation » et « l’honneur » du département45. En 1882, le Courrier de Nice estime ainsi que Chiris « cède son arrondissement à Renault, comme un planteur américain cédait autrefois son troupeau de nègres »46. Des pressions économiques, enfin, seraient exercées sur certains électeurs. Par sa parfumerie, Chiris contrôlerait ainsi les horticulteurs de sa circonscription en fixant le prix d’achat des fleurs47. Nombre de ces accusations demeurent invérifiables mais leur persistance et la suite des événements, qui confirme certains faits, ainsi que l’absence de réels démentis de la part des journaux adverses tendent à faire penser qu’elles n’étaient pas totalement sans fondement.

  • 48 Le Courrier de Cannes, 7-8 janvier 1894.
  • 49 L’Éclaireur de Nice [républicain anti-opportuniste], 30 juillet 1895.

28Les arrangements entre élus sont par ailleurs de moins en moins bien acceptés. Le Courrier de Cannes dénonce ainsi, lors des élections sénatoriales de 1894, « une sorte de partage du gâteau des rois » entre Chiris et Borriglione, qui sont les deux seuls candidats48. De la même manière, lors des élections cantonales de 1895, L’Éclaireur de Nice dénonce le « despotisme » de Chiris et de Borriglione, qui ont fait élire tous leurs candidats49. La « générosité » de Bischoffsheim et les différents scandales d’achats de voix à Nice, en 1889 et en 1896 notamment, sont aussi violemment dénoncés par la presse.

29Ces accusations participent, par leur existence même, de la construction d’une norme plus exigeante du vote au cours des années 1880-1914 (Offerlé, 2002 : 1138 ; Garrigou, 2002 : 176-187). Relayées par une nouvelle presse très agressive, elles remettent en cause le caractère républicain de la domination de Chiris et de Borriglione sur le département, et donc la légitimité de leur autorité. Elles montrent aussi l’augmentation du nombre de mécontents, exclus du « système » opportuniste départemental dont le clientélisme est jugé désormais excessif, d’autant plus que la menace d’une restauration monarchique ou, pour le comté de Nice, d’un retour à l’Italie, semble écartée.

  • 50 La puissance de l’organisation mise en place par Gambetta est critiquée dès 1875 et l’accusation de (...)

30Les accusations se traduisent peu à peu dans les urnes et l’offensive des républicains modérés « non opportunistes » est particulièrement vive lors des élections législatives de 1885. Le scrutin se solde par la victoire des opportunistes, mais Borriglione connaît presque aussitôt après de lourdes défaites : il perd la mairie de Nice en 1886 et choisit la circonscription de Nice-campagne pour se présenter en 1889. Il est ainsi contraint de se replier dans l’arrière-pays, où se trouve le noyau de son fief, Sospel. Chiris et Rouvier, en revanche, continuent de dominer l’arrondissement de Grasse. Les excès du patronage de Borriglione, de plus en plus dénoncé, comme une meilleure structuration du parti adverse, soutenu désormais par un quotidien, expliquent ce changement majeur, qui marque l’essoufflement du système opportuniste à partir du milieu des années 1880, du moins dans la plus grande ville du département. Ces contestations croissantes, qu’il convient de resituer dans leur contexte national (Grévy, 1998 : 202)50, marquent également un début de recomposition des dominations électorales dans le département.

Émergence d’un nouveau type de domination et genèse d’un nouvel équilibre

  • 51 La Révision des Alpes-Maritimes [boulangiste], 3 août 1889, cité par Ortolani, 2000.
  • 52 Sur Flaminius Raiberti : Ortolani, 2011.

31Après les élections de 1885, la crise boulangiste constitue la seconde étape de la remise en cause du « système » opportuniste dans le département. Deux scrutins sont ici décisifs. En 1889 tout d’abord, face à la menace représentée par le général Boulanger, le mot d’ordre dans le département est la « conciliation », c’est-à-dire à la réunification du parti républicain, comme ailleurs en France. La contestation de la domination de Chiris, Borriglione et Rouvier, comme la critique de Bischoffsheim, devient alors le fait exclusif des boulangistes qui, lors des élections, présentent des candidats à Grasse, Puget-Théniers et Nice-ville. Face à eux, les républicains s’accordent sur des candidatures uniques : Rouvier à Grasse, Théophile David à Puget-Théniers, Borriglione à Nice-campagne et Bischoffsheim à Nice-ville. C’est dans cette dernière circonscription que se présente le baron Flaminius Raiberti, qui rejette l’assimilation de Nice à un « bourg pourri » et compare la ville à une prostituée « qu’on quitte sans un mot après l’avoir payée »51. Raiberti est battu mais, à la suite de l’annulation de la victoire de Bischoffsheim pour achats de voix, il abandonne le révisionnisme et, soutenu par les adversaires de Borriglione, remporte les élections partielles de 1890 contre ce dernier. Raiberti demeure ensuite député de cette circonscription jusqu’en 1922, date à laquelle il devient sénateur. Élu conseiller général de Contes en 1901, il devient également président du conseil général en 1911. Il a été enfin ministre de la Guerre en 1920- 1921 et ministre de la Marine en 1922-192452.

  • 53 ADAM, 4 M 308, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 19 mars 1892.

32Flaminius Raiberti représente un nouveau type d’homme politique dans le département. Né en 1862 à Nice, il est le fils d’Ignace Pompée Raiberti, officier dans l’armée piémontaise puis capitaine dans l’armée française. Propriétaire d’une importante fortune grâce à son grand-père (Phélippeau, 2002 : 28, 293), il devient avocat à Nice. Après ses débuts boulangistes, il se déclare d’abord proche des radicaux, puis du centre droit et enfin des progressistes. Riche aristocrate, Raiberti marque l’arrivée d’une nouvelle génération politique à Nice et illustre la capacité de renouvellement des anciennes élites. Contrairement à ses prédécesseurs, il ne semble pas avoir bénéficié de l’aide d’un parti national ou d’un réseau semblable à celui des gambettistes lors de sa première élection, se contentant de faire alliance avec les adversaires locaux de Borriglione. Par ailleurs, si sa fortune lui a été utile, il n’a pas rencontré le succès grâce à son « évergétisme ». Comme ses prédécesseurs, en revanche, il est soutenu par un journal, La Révision des Alpes-Maritimes puis L’Éclaireur de Nice et, une fois élu, il appartient à plusieurs sociétés, dont la Société amicale des Alpes-Maritimes. Très impliqué dans les œuvres de bienfaisance, il suscite en 1892 la création de l’Œuvre de la bouchée de pain et de l’Asile de nuit de la ville de Nice53.

  • 54 L’Étendard niçois [boulangiste], 14 mars 1890, 23 mars 1890.
  • 55 L’Éclaireur de Nice, 14 mars 1890.

33Raiberti, qui a remporté sa victoire en dénonçant les travers de l’opportunisme et de ses alliés, rompt avec certaines pratiques politiques de ses prédécesseurs. Contrairement à Chiris et à Borriglione, il ne devient conseiller général qu’après son élection comme député et ne patronne aucun parachutage. Il ne cherche pas non plus à dominer l’ensemble de l’ancien comté de Nice ni ne noue d’alliance avec un autre député du département, du moins dans un premier temps. Condamnant fermement le cumul des mandats, les « candidatures exotiques » et les « nomades de la politique » qui sont sources, selon lui, de corruption54, il essaie en revanche d’intervenir au niveau municipal en soutenant, de 1890 à 1896, la municipalité du comte François Alziary de Malausséna, qui le soutient en retour55. Il doit cependant y renoncer après la victoire, en 1896, du radical Honoré Sauvan, soutenu par Borriglione, à la mairie de Nice.

  • 56 L’Étendard niçois, 12 mars 1890 ; L’Éclaireur de Nice, 29 avril 1898.

34La dénonciation du clientélisme constitue un argument décisif du député, qui, dans ses discours, insiste sur le fait qu’il a mis fin aux achats de suffrages et restauré ainsi la réputation de Nice. Il se présente également comme le représentant de la ville tout entière, chargé de défendre ses intérêts, et non comme le partisan d’une tendance politique56. Employant un discours à la fois patriotique et très particulariste, présentant Nice comme une ville incomprise et victime de nombreuses injustices (Ortolani, 2000 : 76), Raiberti développe un discours d’incarnation de la cité, qui s’articule à sa stratégie de « recentrage » sur la ville et d’isolement de celle-ci par rapport au reste du département. Tout adversaire est dès lors dénoncé comme un ennemi de Nice, ce qui vise à établir un lien personnel très fort entre le député et les électeurs.

  • 57 La domination de Raiberti est cependant, elle aussi, contestée : voir Sioly, 1906. Christophe Bello (...)

35Raiberti met peu à peu en place une forme inédite de domination politique et un nouvel équilibre, ou partage du territoire, s’instaure. En 1893, il est le seul candidat à se présenter dans la circonscription de Nice-ville, Borriglione étant seul candidat dans celle de Nice-campagne tandis que Rouvier est réélu dans la circonscription de Grasse et Bischoffsheim dans celle de Puget-Théniers. La circonscription de Nice-ville passe donc sous un nouveau type de domination à la fois moins pesante et moins voyante, exempte de corruption et de « Turcos », qui reste à étudier en détail57. La personnalité de Raiberti et la qualité de ses discours, sa capacité à incarner la ville – et il ne faut pas oublier que le clientélisme est aussi une relation affective, mettant en jeu des sentiments de reconnaissance, de fidélité, d’amitié et d’affection (Médard, 1976 : 106) – y jouent un rôle majeur.

  • 58 Le Mentonnais [républicain], 18 février 1894.
  • 59 L’Avenir de Menton [républicain], 17 février 1894.
  • 60 Le Petit Niçois, 3 mai 1898.

36Le système opportuniste, cependant, ne disparaît pas et Borriglione choisit les députés de son ancienne circonscription de Nice-campagne, après son départ au Sénat. En 1894, il patronne ainsi avec succès la candidature d’Arthur Malausséna58 et les partisans de son adversaire, Louis Laurenti, dénoncent à cette occasion les « accapareurs du suffrage universel »59. En 1898, Malausséna ne souhaitant pas se représenter, c’est un conseiller général, Félix Poullan, qui est élu député de la circonscription de Nice-campagne avec le soutien de Borriglione, qui l’accompagne lors de sa tournée60. Poullan demeure ensuite député de cette circonscription jusqu’à sa mort, en 1918. Lors du même scrutin, Raiberti est réélu dès le premier tour, sans concurrent sérieux, dans sa circonscription, ainsi que Rouvier à Grasse et Bischoffsheim à Puget-Théniers. Ce n’est qu’après la disparition de Chiris, en 1900, et celle de Borriglione, en 1902, que la situation change, l’ancien comté de Nice étant alors dominé par Raiberti (Basso, 1968 : 227), tandis que les circonscriptions de Cannes et de Grasse connaissent, elles, de véritables alternances.

37Les Alpes-Maritimes voient se succéder, en une trentaine d’années, différents types d’organisations de la compétition et de la mobilisation électorales qui, parfois, se chevauchent et cohabitent. Du milieu des années 1870 à celui des années 1880, le département est clairement dominé par Léon Chiris et Alfred Borriglione, qui instaurent un premier système clientélaire : les liens avec les élus locaux sont forts, chacun dispose d’un « noyau de fief », le cumul des mandats est la règle, les « bourgs pourris » servent de refuge provisoire aux élus parachutés patronnés par les deux hommes et la presque totalité du département semble sous contrôle. L’utilisation d’agents électoraux, les rastels et les arrangements entre candidats font pleinement partie de ce modèle.

38Les années 1880 sont marquées par l’apparition de nouvelles figures de domination, avec Bischoffsheim puis Rouvier. Les liens avec les élus locaux sont plus faibles, l’enracinement territorial est moindre (les députés, extérieurs au département, ne disposent pas de « noyau de fief »), la domination est plus restreinte géographiquement, puisque cantonnée à une seule circonscription, et les ressources mobilisées sont différentes du schéma précédent, qu’il s’agisse de l’argent pour Bischoffsheim ou de l’insertion dans les réseaux nationaux pour Rouvier. Les années 1890 se caractérisent ensuite par un double phénomène : tandis que l’autorité de Chiris et de Rouvier perdure dans l’arrondissement de Grasse, celle de Borriglione connaît un fort émiettement dans l’ancien comté de Nice. Bischoffsheim s’installe dans la circonscription de Puget-Théniers et Raiberti dans celle de Nice-ville, contraignant Borriglione à se replier dans celle de Nice-campagne. Raiberti instaure un nouveau type de domination, plus restreinte géographiquement et apparemment moins pesante : il ne cumule pas de mandats, du moins dans un premier temps, et met fin aux scandales de corruption comme à l’activité des agents électoraux. Son autorité semble reposer en grande partie sur sa dénonciation du clientélisme. Raiberti marque ainsi la fin du système de patronage opportuniste à Nice et l’apparition d’un nouveau mode d’exercice du pouvoir, peut-être plus démocratique, tandis que, dans l’arrière-pays, la domination de Bischoffsheim permet une certaine émancipation, provisoire, des électeurs par rapport aux notables locaux.

39L’étude du clientélisme dans les Alpes-Maritimes montre en définitive le passage progressif d’une relation d’autorité « impériale », où l’homme politique se fait obéir en grande partie grâce à sa position sociale et à l’aide du préfet, sous le Second Empire, à une relation clientélaire, où l’on se fait élire par sa capacité à rendre des services, mais aussi à une relation que l’on pourrait qualifier de proprement démocratique, l’élection étant alors conditionnée à la capacité de convaincre les électeurs. Ces trois registres d’action ont pu être concomitants et le passage de l’un à un autre n’était ni nécessaire ni irrémédiable. Comme nous l’avons vu, plusieurs registres pouvaient cohabiter au même moment, chez un même homme politique : ainsi Borriglione, expert en clientèles, était également, selon tous les témoignages, un très bon orateur et il n’aurait pu mener une si longue carrière sans avoir obtenu aussi l’adhésion « sincère » des électeurs. De la même manière, Raiberti s’est manifestement fait élire grâce à ses discours mais il a ensuite pratiqué une tactique d’« essaimage politique » à partir du conseil général et des conseils municipaux (Bellon, 2005 : 39).

  • 61 Sur la persistance du clientélisme : Monier, 2007 : 358.

40Comment expliquer ces évolutions ? Faute de savoir ce que pensaient les électeurs, l’historien est obligé de se contenter de conjectures. On peut dès lors supposer que l’attitude des agents de l’État, de moins en moins tolérants face aux pratiques politiques « déviantes », a disqualifié peu à peu l’autorité clientélaire des opportunistes, surtout lorsqu’elle reposait sur l’achat de voix, l’action musclée d’agents électoraux et les arrangements trop voyants entre candidats. Mais il ne faut pas non plus sous-estimer le rôle des électeurs eux-mêmes. Dès lors, si la population a pu adhérer pendant un certain temps à des pratiques clientélaires, parce qu’elle y trouvait son compte et qu’elle acceptait la domination des « patrons », les mutations de l’autorité politique dans les années 1870-1900 semblent être dues aussi à l’évolution du corps électoral qui, éduqué notamment par la presse et par l’école, se montre plus soucieux du respect des principes politiques républicains et permet l’émergence de nouvelles formes de domination politique, davantage démocratiques61.

Bibliographie

Bibliographie

Agulhon Maurice, 1979. La République au village. Les populations du Var de la Révolution à la IIe République. Paris, Le Seuil.

Basso Jacques, 1968. Les élections législatives dans le département des Alpes-Maritimes de 1860 à 1939. Éléments de sociologie électorale. Paris, Librairie générale de droit et de jurisprudence.

— 2006. « Le comté de Nice : un espace politique et social “à la Belle Époque”. Identité, intégration et particularisme : les élites politiques en marche (1880-1914) », in Jérôme Magail et Jean-Marc Giaume (dir.), Le comté de Nice. De la Savoie à l’Europe. Nice, Serre : 53-71.

Bellon Christophe, 2005. « Entre tradition politique localiste et carrière nationale, l’exemple du baron Flaminius Raiberti », Recherches régionales, Alpes-Maritimes et contrées limitrophes, n° 177 : 31-48.

Berstein Serge et Winock Michel (dir.), 2002. L’invention de la démocratie, 1789-1914. Paris, Le Seuil.

Bottin Michel, 2011. « Maurice Rouvier, chef du Gouvernement, ministre des Finances… et président du Conseil général des Alpes-Maritimes de 1890 à 1911 », Nice historique, n° 3-4 : 315-349.

Briquet Jean-Louis, 1997. La tradition en mouvement. Clientélisme et politique en Corse. Paris, Belin.

— 1998. « La politique clientélaire. Clientélisme et processus politiques », in Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines. Paris, Presses universitaires de France.

Briquet Jean-Louis et Sawicki Frédéric (dir.), 1998. Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines. Paris, Presses universitaires de France.

Courrière Henri, 2008. L’État, la nation et la petite patrie. La vie politique à Nice et dans les Alpes-Maritimes de 1860 à 1898. Genèse d’un département français. Thèse de doctorat en histoire, Université de Nice Sophia Antipolis.

— 2014. Le comté de Nice et la France. Histoire politique d’une intégration, 1860-1879. Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire ».

Garrigou Alain, 1998. « Clientélisme et vote sous la IIIe République », in Jean-Louis Briquet et Frédéric Sawicki (dir.), Le clientélisme politique dans les sociétés contemporaines. Paris, Presses universitaires de France : 39-74.

— 2002. Histoire sociale du suffrage universel en France, 1848-2000. Paris, Le Seuil.

Garrigues Jean, 2004. « De Gambetta à Boulanger : les radicaux face à la République opportuniste », in Serge Berstein et Marcel Ruby (dir.), Un siècle de radicalisme. Villeneuve-d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion : 29-47.

Grévy Jérôme, 1998. La République des opportunistes, 1870-1885. Paris, Perrin.

Guillaume Sylvie et Lachaise Bernard, 2003. « Essai de synthèse régionale », in Jean-Marie Mayeur, Jean-Pierre Chaline et Alain Corbin (dir.), Les parlementaires de la Troisième République. Paris, Publications de la Sorbonne : 65-85.

Machelon Jean-Pierre, 2002, « L’autorité », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République. Paris, Flammarion : 100-106.

Médard Jean-François, 1976. « Le rapport de clientèle, du phénomène social à l’analyse politique », Revue française de science politique, vol. 36, n° 1 : 103-131.

Monier Frédéric, 2007. La politique des plaintes. Clientélisme et demandes sociales dans le Vaucluse d’Édouard Daladier (1890-1940). Paris, La Boutique de l’Histoire.

OfferléMichel, 2002. « Voter », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République. Paris, Flammarion : 1135-1141.

Ortolani Marc, 2000. « La représentation de Nice et de son comté dans le discours des députés locaux (1881-1914) », in Olivier Vernier (dir.), Du comté de Nice aux Alpes-Maritimes. Les représentations d’un espace politique et culturel dans l’histoire. Nice, Serre : 71-88.

— 2011. « Flaminius Raiberti. Président du Conseil général (1911-1926). La position départementale d’un homme d’État », Nice historique, n° 3-4 : 350-383.

Phélippeau Éric, 2002. L’invention de l’homme politique moderne. Mackau, l’Orne et la République. Paris, Belin.

Pilatte Léon, 1881. À M. Alfred Borriglione, député, conseiller général, maire de Nice. Nice, V.-E. Gauthier.

Prenant Patricia, 2008. « Raphaël Bischoffsheim, entre affairisme et philanthropie, une figure emblématique de la vie politique niçoise de la fin du xixe siècle », Cahiers de la Méditerranée, n° 77 : 171-183.

Schor Ralph et Courrière Henri (dir.), 2011. Le comté de Nice, la France et l’Italie. Regards sur le rattachement de 1860. Nice, Serre.

Sioly Jules, 1906. Protestation contre l’élection du B[ar]on Flaminius Raiberti et contre les procédés électoraux qui sévissent dans les Alpes-Maritimes. Élections législatives du 6 mai 1906. Paris, Cadot.

Stoskopf Nicolas, 2002. Les patrons du Second Empire. Banquiers et financiers parisiens. Paris, Picard.

Tafani Pierre, 2003. Les clientèles politiques en France. Monaco, Éditions du Rocher.

Voilliot Christophe, 2005. La candidature officielle. Une pratique d’État de la Restauration à la Troisième République. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Winock Michel, 1987 [1986]. La fièvre hexagonale. Les grandes crises politiques, 1871-1968, Paris, Le Seuil, coll. « Points histoire ».

Yvert Benoît (dir.), 2002. Premiers ministres et présidents du Conseil. Histoire et dictionnaire raisonné des chefs du gouvernement en France. Paris, Perrin.

Notes

1 Sur la question de l’autorité en République : Machelon, 2002.

2 Jacques Basso évoque à ce sujet un « partage du domaine politique » : Basso, 1968 : 150.

3 Archives de la préfecture de police [désormais APP], B/A 1011, Le Figaro, 28 février 1876.

4 Archives départementales des Alpes-Maritimes [désormais ADAM], 3 M 164, rapport du sous-préfet de Grasse au préfet, 2 mai 1870.

5 Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine [désormais AN], F/1bII/Alpes-Maritimes/3, lettre d’Alfred Borriglione au ministre de l’Intérieur, 26 octobre 1881.

6 Le Progrès de Nice [bonapartiste], 24 février 1882. Ce quotidien est un adversaire de Chiris, mais l’étude des noms des élus et des journaux qui les soutiennent montre qu’il s’agit bien, essentiellement, d’hommes patronnés par le député.

7 Cette crise politique majeure des débuts de la Troisième République a opposé le maréchal de Mac-Mahon, président de la République d’opinion monarchiste, à la majorité républicaine de la Chambre des députés. Pour un récit classique de cette crise, voir Winock, 1987 : 59-92.

8 APP, B/A 1027. Rapports du 3 août 1877 et du 26 septembre 1877.

9 Le Phare du Littoral [républicain gambettiste], les 6, 8 et 9 décembre 1878.

10 Journal de Nice [républicain conservateur], 25 décembre 1878.

11 Journal de Nice, 25 décembre 1878.

12 Le Phare du Littoral, 10 décembre 1878, 24 décembre 1878, 26 janvier 1879.

13 Le Phare du Littoral, 4 novembre 1878.

14 Le Phare du Littoral, 4 février 1879.

15 Le Petit Niçois [républicain gambettiste, partisan de Chiris et Borriglione], 22 août 1881.

16 Journal de Nice, 30 septembre-1er octobre 1878.

17 Ce comité faisait fonction de « conseil de guerre concentrant toutes les force d’action des Gauches » : voir Grévy, 1998 : 250-251 ; Garrigues, 2004 : 41.

18 Le Petit Niçois, 5 février 1882.

19 Le Progrès de Nice, 28 février 1882.

20 Le Courrier de Nice [conservateur], 15 février 1882.

21 Le Petit Niçois, 21 février 1882.

22 Le Phare du Littoral, 24 janvier 1884.

23 La Gazette de Nice [conservateur], 27 janvier 1885.

24 APP, B/A 1027. Rapport du 3 août 1877.

25 Sur Louis et Raphaël Bischoffsheim : Stoskopf, 2002 : 94-100 et Prenant, 2008.

26 Le Phare du Littoral, 10 septembre 1889.

27 Le Petit Niçois, 22 janvier 1890.

28 L’Écho de la Montagne [républicain], 27 août 1893.

29 AN, F/1bII/Alpes-Maritimes/3, rapport du 7 mai 1883.

30 ADAM, 1 M 466, rapport du maire de St-Blaise au préfet, 15 juillet 1885.

31 L’Éclaireur du Littoral, 14 septembre 1885.

32 Le Petit Niçois, 22 janvier 1890.

33 Le Réveil de la Montagne, 10 août 1893.

34 Le Réveil de la Montagne, 22 juillet 1893.

35 Le Réveil de la Montagne, 12 août 1893.

36 ADAM, 3 M 207, rapport du sous-préfet de Puget-Théniers au préfet, 22 juillet 1886.

37 Le Petit Niçois, 25 juillet 1886, 30 juillet 1886.

38 Le Petit Niçois, 4 août 1886.

39 Le Petit Niçois, 15 septembre 1889.

40 Il Pensiero di Nizza [quotidien revendiquant l’italianité de Nice, particulariste], 16 gennaio [janvier] 1879.

41 Dans cet espace, le rôle des « républicains français » hostiles au « parti niçois » de Borriglione doit aussi être pris en compte.

42 Le Petit Niçois, 3 août 1881.

43 L’auteur dénonce l’utilisation d’une « troupe organisée en vue des élections », à laquelle la presse donne plus tard le surnom de « Turcos ».

44 Le Phare du Littoral, 9 août 1881.

45 Le Courrier de Nice, 10 février 1882. Nice est alors fréquemment comparée à une prostituée.

46 Le Courrier de Nice, 10 février 1882.

47 Le Progrès de Nice, 24 février 1882. Il s’agit ici d’un thème récurrent dans le département : sous le Second Empire, dans l’arrondissement de Grasse, la même accusation avait été portée contre le maire de Cannes, Joseph-Donat Méro, également parfumeur.

48 Le Courrier de Cannes, 7-8 janvier 1894.

49 L’Éclaireur de Nice [républicain anti-opportuniste], 30 juillet 1895.

50 La puissance de l’organisation mise en place par Gambetta est critiquée dès 1875 et l’accusation de « dictature occulte » de ce dernier se répand à l’approche des élections de 1881.

51 La Révision des Alpes-Maritimes [boulangiste], 3 août 1889, cité par Ortolani, 2000.

52 Sur Flaminius Raiberti : Ortolani, 2011.

53 ADAM, 4 M 308, rapport du préfet au ministre de l’Intérieur, 19 mars 1892.

54 L’Étendard niçois [boulangiste], 14 mars 1890, 23 mars 1890.

55 L’Éclaireur de Nice, 14 mars 1890.

56 L’Étendard niçois, 12 mars 1890 ; L’Éclaireur de Nice, 29 avril 1898.

57 La domination de Raiberti est cependant, elle aussi, contestée : voir Sioly, 1906. Christophe Bellon évoque des « alliances politiques en réseaux », sans dire clairement en quoi ce système diffère de celui des opportunistes (Bellon, 2005 : 39).

58 Le Mentonnais [républicain], 18 février 1894.

59 L’Avenir de Menton [républicain], 17 février 1894.

60 Le Petit Niçois, 3 mai 1898.

61 Sur la persistance du clientélisme : Monier, 2007 : 358.

Auteur

Est docteur en histoire contemporaine, professeur d’histoire-géographie et chercheur associé au Centre de la Méditerranée moderne et contemporaine, EA 1193, à l’université de Nice Sophia Antipolis. Il travaille actuellement sur les élites politiques dans les Alpes-Maritimes au xixe siècle. Il a notamment publié Le comté de Nice et la France. Histoire politique d’une intégration, 1860-1879, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search