Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que l’autorité ?

 | 
Emmanuel Droit
, 
Pierre Karila-Cohen

Partie I. Autorité, pouvoir, domination : retour sur un repertoire conceptuel hétérogène

La théorie de la domination chez Max Weber : éléments d’analyse

Catherine Colliot-Thélène

Texte intégral

  • 1 La traduction parue sous le titre Économie et société, t. I (Plon, 1971), a été établie d’après la (...)
  • 2 « En l’état », car les éditeurs du second volume de l’édition citée de Wirtschaft und Gesellschaft (...)
  • 3 La Max Weber Ausgabe est une édition critique de la totalité des écrits et de la correspondance de (...)

1De quoi parle-t-on lorsque l’on évoque la théorie wébérienne de la domination ? La grande majorité des commentateurs font référence au troisième chapitre de l’édition classique de Wirtschaft und Gesellschaft (Weber, 1971)1, celle qui a été établie par les soins de Johannes Winckelmann, dont le premier volume est paru en traduction française sous le titre d’Économie et société I (Weber, 1971). Le second volume de cette édition, qui, en l’état, n’a jamais été traduit en français2, comprend un long chapitre (chap. 9), intitulé « Sociologie de la domination », de rédaction plus ancienne, dans lequel les commentateurs ayant accès à la langue allemande sont souvent allés chercher de quoi enrichir leur interprétation. Le remarquable travail philologique accompli par les éditeurs de la Max-Weber-Gesamtausgabe (désormais MWG3) permet d’accroître le nombre des textes qui doivent être pris en considération, mais il oblige aussi à les utiliser avec prudence, en tenant compte de leur chronologie. Si Weber a très tôt soutenu la thèse selon laquelle la domination est « le fondement le plus important de presque toute activité de groupement » (Weber, 1965 : 392), ce n’est que dans les toutes dernières années de sa vie qu’il a organisé sa théorie de la domination sous la forme présentée dans la première partie d’Économie et société. Il est évidemment exclu, dans ce bref article, d’entrer dans le détail des discussions complexes (parfois fastidieuses !) qui concernent la chronologie des manuscrits wébériens. Mais nous ne pouvons non plus en faire totalement abstraction. Pour la commodité, je présente dès maintenant les principaux textes qui constituent les différentes étapes de l’élaboration de la théorie de la domination (en renvoyant aux volumes de la MWG), et je mentionnerai par la suite certaines des modifications survenues au cours de cette élaboration, pour autant qu’elles aient des implications significatives pour l’interprétation de cette théorie.

  • 4 Je mentionne les volumes de la Max Weber Gesamtausgabe correspondants aux différents textes. On peu (...)

2Les textes spécifiquement consacrés à la domination et à ses différentes formes, ou bien comportant une partie exposant la typologie des trois modes de domination légitime, sont les suivants4 (Hanke, 2001) :

  1. La première version de la sociologie de la domination (1912-1914), liasse de manuscrits destinés au Grundriß der Sozialökonomie (MWG, vol. I/22-4) ;

    • 5 Grundriß der Sozialökonomik (Fondements de l’économie sociale) était le titre d’une entreprise coll (...)

    Le plan du Grundriß5 (juin 1914, MWG, vol. II/6) ;

  2. L’introduction à l’Éthique économique des grandes religions du monde (1915, MWG, vol. I/19) ;

  3. « Les trois types de domination légitime », article publié de façon posthume dans les Preußische Jahrbücher en 1922 (MWG, vol. I/22-4) ;

  4. « La profession et la vocation de politique » (1919) (MWG I/17) ;

    • 6 Pour la commodité du lecteur, je renvoie par la suite à certains des textes listés ici en précisant (...)

    La seconde version de la sociologie de la domination (1919-1920) (MWG I/23)6.

  • 7 Voir par exemple ma propre présentation dans Colliot-Thélène, 2006 : 78-79 (encadré 8).

3Ces textes sont ceux dans lesquels la domination est explicitement prise comme thème principal. Étant donné l’importance cardinale que Weber accorde à ce concept, il va de soi qu’une étude approfondie impliquerait de prendre en compte l’ensemble de son œuvre. La sociologie des religions ne fait pas exception : il est notable que ce soit dans le texte destiné à servir d’introduction au recueil de ses études sur « l’éthique économique des grandes religions du monde » que Weber ait explicité pour la première fois sa fameuse typologie des formes de domination légitimes (Weber, 1996 : 331-378). La présentation que je propose ici doit cependant être plus modeste. En guise d’introduction, je rappelle brièvement les résistances que rencontre la théorie politique wébérienne, du fait de la place qu’elle accorde à la domination. Hannah Arendt est ici exemplaire (1). Dans un second temps, j’évoque quelques points de traduction, notamment celle du terme Herrschaft, et j’analyse les principaux textes de Weber relatifs à la distinction entre pouvoir (Macht) et domination (Herrschaft) (2). Une troisième partie est consacrée aux rapports que Weber établit entre domination et administration, un point souvent occulté par les interprétations qui se focalisent d’entrée de jeu sur la typologie des modes de domination légitime (3). La quatrième partie, plus longue, traite de cette typologie (4). Un exposé scolaire des trois types, selon l’ordre classique où ils sont généralement présentés (domination rationnelle-légale, domination traditionnelle, domination charismatique), m’a semblé superflu. Il se trouve facilement dans tous les manuels de science politique ou dans les ouvrages généraux de présentation de l’œuvre wébérienne7. J’ai cru plus intéressant, en suivant la piste ouverte par des commentateurs récents (notamment Hanke, 2001) d’éclairer la genèse de cette typologie à partir de la domination charismatique dont le concept paraît avoir été le catalyseur qui a conduit Weber à faire des modes de légitimation le fil directeur de sa distinction des types fondamentaux de la domination.

Un enjeu central de la réception de la théorie politique wébérienne

4Dans un compte rendu de la seconde édition d’Économie et société (Wirtschaft und Gesellschaft, 1925), l’historien Otto Hintze (1861-1940) faisait le constat suivant :

« Il est tout à fait remarquable et caractéristique de la conception qu’a Max Weber des situations économiques et sociales, que l’élément de direction et de gouvernement par une autorité c’est-à-dire, au sens large, l’élément de domination, soit particulièrement mis en avant, et très peu l’élément de solidarité et de coopération. Il y a là une opposition fondamentale avec Gierke et son école : je dirais volontiers que c’est là une réaction de la pensée romanisante de Max Weber face aux conceptions germaniques dominantes dans le droit public. Mais c’est là aussi la réaction d’un réalisme positif historique face à la métaphysique de l’État idéaliste imprégnée de droit naturel qui nous mène de Rousseau à Althusius, en passant par la Constituante de 1789 [...] L’alternative utilisée par Hugo Preuss et souvent reprise entre État autoritaire et État populaire (Obrigkeitsstaat und Volksstaat) ne convient pas à Max Weber. Qu’il repose sur l’autorité ou sur la majorité, l’élément autoritaire est inhérent à sa conception de l’État » (Hintze, 1991 : 46).

  • 8 Otto von Gierke (1841-1921) a publié dans les dernières décennies du xixe siècle une histoire du dr (...)
  • 9 Bertrand de Jouvenel (1903-1997), Du pouvoir (1945).

5Le contraste entre les prémisses de la sociologie politique de Weber et celles de Gierke8 (1868, 1873, 1881) et ses disciples est évident et massif. Il est moins certain que l’importance que Weber accorde au pouvoir, et, plus précisément, à l’autorité et à la domination, soit aussi étrangère que Hintze le laisse entendre aux conceptions, sinon du droit public, du moins de la pensée politique allemande de la fin du xixe et du début du xxe siècle (Hübinger, 2001 : 101-120). Ce qui est en revanche incontestable, c’est que la place faite par Weber à la domination lui a été souvent sévèrement reprochée par la suite. Parmi ses critiques se trouve Hannah Arendt, laquelle, alors qu’elle entreprenait de définir de façon différenciée les concepts de pouvoir (Macht), de violence (Gewalt), de force (Kraft) et d’autorité (Autorität), mentionnait Weber, à côté de Bertrand de Jouvenel9, pour illustrer ce qu’elle considérait être la conception la plus répandue dans la théorie politique, dont elle voulait prendre le contre-pied (Arendt, 1971 : 36-58). Citant un des nombreux passages où Weber définit l’État par le monopole de la violence physique légitime et relevant son insistance sur la relation du commandement et de l’obéissance, elle disait trouver très étrange que cette conception soit si fréquente, y compris chez des auteurs non marxistes, voire hostiles au marxisme, dans la mesure où l’identification entre pouvoir et violence, ainsi que celle, qui lui est liée, entre le pouvoir politique et la violence organisée de l’État, ne peuvent avoir de sens, soutenait-elle, que pour ceux qui voient en l’État un instrument d’oppression de la classe dominante. Elle ajoutait cependant – au risque de la contradiction – que cette thèse peut se recommander de toute la pensée politique qui a accompagné la formation de l’État souverain moderne, de Jean Bodin à Hobbes, et plus loin encore de la tradition judaïque et chrétienne qui conçoit la loi comme un commandement divin. Elle-même se réclamait d’une tout autre tradition, grecque et romaine, la tradition de l’isonomie, qui entendait de manière très différente les concepts du pouvoir et de la loi. C’est à cette tradition qu’avaient puisé, selon elle, les révolutionnaires du xviiie siècle pour construire la république, une forme d’État dans laquelle la domination de la loi, dans la mesure où elle repose sur le pouvoir du peuple, devait mettre fin à la domination de l’homme sur l’homme. Les notions de domination et d’obéissance, quand elles étaient encore utilisées, prenaient alors un tout autre sens, car c’étaient des lois, et non des hommes, qui « dominaient », et c’est à ces lois, et non à des hommes, qu’allait l’« obéissance ». Sous d’autres formes, des reproches assez semblables ont été adressés à Weber par beaucoup d’autres auteurs, notamment après 1945. L’assimilation de la politique à la domination offense de manière générale le consensus libéral et démocratique d’après-guerre, et elle rencontre aujourd’hui encore de fortes résistances. Consensus « libéral » et « démocratique », car l’idée selon laquelle le champ de la politique serait structuré par la domination est tout aussi contradictoire avec la norme libérale de l’État de droit qu’avec l’idée démocratique de la souveraineté du peuple.

Domination et pouvoir

Questions de traduction

  • 10 Voir, dans le même sens, l’introduction de Yves Sintomer à La domination (Weber, 2013 : 19-21).
  • 11 Reinhard Bendix (1916-1991) est un sociologue américain d’origine allemande, auteur d’un Max Weber  (...)

6Quelques remarques concernant les traductions, tout d’abord. Macht, Gewalt, Herrschaft, Zwang, ce sont là toute une série de termes dont Weber use avec abondance, entre lesquels la distinction n’est pas toujours nette (du moins pour Zwang et Gewalt), de l’aveu de ses meilleurs commentateurs allemands (Breuer, 2011 : 12-13). S’agissant du rapport et de la différence entre Macht et Herrschaft, Weber s’est cependant employé à les préciser, j’y reviens ci-après. Gewalt (dont l’une des traductions françaises possibles est « violence ») et Zwang (« contrainte ») ne font pas en revanche de sa part l’objet d’un semblable effort de définition. À cette relative imprécision des emplois que fait Weber de certains de ces termes s’ajoute, pour le traducteur français, le problème classique des divergences des champs sémantiques d’une langue à l’autre, qui rend dans certains cas impossible de s’arrêter à des traductions univoques. Le problème est particulièrement prégnant dans le cas du terme Gewalt. Chacun connaît la célèbre définition que Weber donne de l’État, caractérisé par « le monopole de la violence physique légitime ». Le terme « violence » s’impose ici, pour rendre Gewaltsamkeit (équivalent de Gewalt). Mais le terme Gewalt s’entend aussi au sens de « pouvoir », notamment dans les expressions gesetzgebende Gewalt (pouvoir législatif), ausübende Gewalt (pouvoir exécutif), Gewaltenteilung (division des pouvoirs). C’est bien ce sens, celui de pouvoir institutionnalisé, qui est en cause quand, par exemple, Weber définit l’action « politiquement orientée » comme une action qui vise l’appropriation, l’expropriation, une nouvelle répartition ou attribution des Regierungsgewalten (pouvoirs de gouvernement) (Weber, 1971 : 57). Enfin, pour terminer sur ces questions de traduction, on mentionnera encore les enjeux d’interprétation qui entourent plus particulièrement la traduction du terme Herrschaft. La traduction la plus spontanée est « domination », et c’est aussi celle que nous retiendrons ici, parce qu’elle nous paraît rendre compte exactement de l’usage du terme par Weber10. L’idée selon laquelle la domination est une composante permanente des relations sociales et politiques va cependant à l’encontre de certaines dogmatiques, libérales ou démocratiques, on l’a dit, au point que quelques traducteurs gomment délibérément cette dimension pourtant centrale de la pensée wébérienne en choisissant de traduire autrement le terme Herrschaft. Ce fut déjà le cas de Talcott Parsons, qui a joué, comme l’on sait, un rôle décisif dans l’introduction de Weber auprès du public américain. Vingt-trois ans après la publication de The Structure of Social Action (Parsons, 1937), ouvrage dans lequel Parsons jetait les bases d’une sociologie fonctionnaliste à travers des interprétations souvent philologiquement discutables des œuvres fondatrices de la discipline, il reprocha précisément à Reinhard Bendix11 (Parsons, 1960 : 750-752) d’avoir rendu Herrschaft par l’anglais domination, lui-même proposant de le traduire par leadership. Leadership, écrivait-il, signifie le pouvoir qu’un leader a sur ceux qui le suivent. Or le terme anglais domination, ajoutait-il, suggère autre chose, à savoir que ce « pouvoir sur » est l’élément décisif du point de vue de Weber, plutôt que « l’intégration de la collectivité, dans l’intérêt de son fonctionnement effectif ». Cette interprétation fonctionnaliste de Weber a depuis longtemps fait long feu et a même fait l’objet d’une critique dévastatrice (Cohen, Hazelrigg, Pope, 1975 : 229-241). Mais l’importance que Weber prête à la domination continue de gêner certains de ses lecteurs et interprètes, comme l’indique la proposition faite récemment par Alain Caillé dans l’introduction française à l’ouvrage de Stephen Kalberg La sociologie historique comparative de Max Weber de traduire Herrschaft par le terme supposé moins agressif de « pouvoir » (Kalberg, 2002 : 20-23).

La domination, une espèce du pouvoir

7Tous les efforts faits pour atténuer dans les traductions le caractère profondément dissymétrique de la relation sociale que le terme Herrschaft est appelé à désigner paraissent ignorer la distinction très explicite que Weber a voulu faire entre pouvoir et domination. Le texte le plus connu à ce propos est celui qui figure dans la première partie d’Économie et Société, plus précisément dans le premier chapitre, les « Concepts fondamentaux de la sociologie ». L’avant-dernier paragraphe (§ 16) propose les définitions suivantes :

8« Le pouvoir signifie toute chance d’imposer au sein d’une relation sociale sa propre volonté, même contre des résistances, peu importe sur quoi repose cette chance. La domination doit signifier la chance de trouver obéissance, auprès de personnes déterminées, pour un commandement d’un contenu déterminé. »

9Le texte ajoute dans la foulée une définition de la discipline :

« La discipline doit signifier la chance de trouver auprès d’une multiplicité d’individus déterminée, pour un commandement, une obéissance prompte, automatique et schématique, en vertu d’une disposition acquise » (Weber, 1971 : 56).

  • 12 La première version de la sociologie de la domination consacre des développements à la « disciplini (...)

10L’appareil catégoriel que Weber fixe dans les deux premiers chapitres d’Économie et société a pour but de doter la sociologie d’une terminologie univoque. Il s’appuie certes sur les usages ordinaires des termes, mais il ne cache pas non plus la part d’arbitraire des définitions qu’il retient. Il est vrai que, dans la langue courante, la distinction entre pouvoir et domination est loin d’être claire, mais il importe cependant pour Weber de spécifier son propre usage de ces deux notions afin de mettre en relief le caractère particulier d’une modalité d’imposition de volonté, parmi d’autres possibles. La domination apparaît ainsi comme une sous-catégorie, c’est-à-dire un cas particulier ou une espèce du pouvoir, et la discipline à son tour comme une sous-catégorie de la domination. Sur la seconde, je ne m’arrêterai pas ici12. S’agissant de la domination, ce qui fait sa différence spécifique par rapport à la catégorie plus générale de pouvoir est que, dans son cas, le pouvoir qu’un individu exerce sur un autre (ou un groupe d’individus sur d’autres) passe par la médiation d’un commandement. Le commentaire dont Weber accompagne ces définitions le souligne expressément :

« Le concept de “pouvoir” (Macht) est sociologiquement amorphe. Toutes les qualités concevables d’un homme et toutes les constellations pensables peuvent mettre un individu en état d’imposer sa volonté dans une situation donnée. C’est pourquoi le concept sociologique de « domination » doit être plus précis et ne peut signifier que la chance, pour un commandement, de rencontrer une docilité » (Weber, 1971 : 56).

11Le texte que nous venons de citer, tiré des « concepts fondamentaux de la sociologie », appartient à la version la plus tardive des manuscrits conçus pour le Grundriß (D6). À peu près contemporain du chapitre intitulé « Les types de domination légitime », qui constitue le troisième chapitre de la version classique de Wirtschaft und Gesellschaft, il fixe des conventions sémantiques auxquelles Weber n’est parvenu que relativement tard. La première version de la théorie de la domination (1911-1913) témoigne d’un usage plus large du terme « domination », tout en éclairant les raisons de la définition plus précise à laquelle il s’est en définitive arrêté. Weber part ici tout d’abord de la langue commune, dans laquelle « domination » signifie la même chose que « pouvoir », c’est-à-dire « la possibilité d’imposer sa propre volonté au comportement d’autres » (Weber, 2013 : 44). Et il constate la grande imprécison du terme, pris dans ce sens tout à fait général, comme il constatera plus tard le caractère « sociologiquement amorphe » du concept de pouvoir. Il serait possible par exemple, note-t-il, et cela s’est produit parfois, du fait que les droits que la loi accorde aux individus impliquent un pouvoir sur d’autres (ainsi du créditeur sur le débiteur, ou de l’ouvrier sur son patron, s’agissant de son salaire, ou encore du fonctionnaire par rapport au roi ou au gouvernement qui l’emploie, s’agissant de sa rétribution), de considérer « tout le cosmos du droit privé moderne comme une décentralisation de la domination » (Weber, 2013 : 44) au profit de ceux qui, de par la loi, sont habilités à revendiquer des droits. Cet usage est manifestement insatisfaisant, car il est évident que le pouvoir de l’ouvrier sur son patron n’est pas de même nature que celui du second sur le premier, et que même (c’est l’exemple que donne ici Weber) les commandements qu’une instance judiciaire adresse à un condamné ne sont pas équivalents à ceux que l’ayant droit peut lui-même adresser à son débiteur, quand celui-ci n’est pas encore condamné. À en rester à une acception aussi vague, on peut trouver de la domination partout, dans les salons, sur le marché, dans les amphithéâtres des universités, aussi bien que dans les relations érotiques ou caritatives. Avec une telle extension, « la “domination” ne serait pas une catégorie scientifiquement utilisable » (Weber, 2013 : 44).

12Ayant écarté la possibilité d’une casuistique concernant toutes les formes et tous les contenus possibles de la domination ainsi comprise, Weber en distingue alors deux types polairement opposés : la domination par « constellation d’intérêts » (en particulier en vertu d’une situation de monopole) et la domination en vertu de l’autorité. La première, dont le type le plus pur est la domination monopolistique sur le marché, repose sur une possession garantie ou sur l’habileté à jouer du marché, qui permettent d’exercer une influence sur l’activité formellement libre d’individus agissant en fonction de leurs intérêts propres. L’autorité, qui est le ressort de la seconde, consiste en un pouvoir de commandement auquel correspond un devoir d’obéissance indépendant de tout intérêt ou de toute autre motivation. Il s’agit là, bien entendu, de types « purs », et Weber s’empresse, comme à l’accoutumée, de multiplier les exemples de cas de mélanges entre ces types, ou de glissements de l’un à l’autre. Toutefois, « afin de parvenir de façon générale à des distinctions fécondes au sein du flux toujours continu des phénomènes réels » (Weber, 2013 : 48), il maintient la nécessité de les distinguer. Cette distinction constitue donc une première étape de l’effort de précision du terme « domination », et on aura noté que cette polarité autorise à employer le terme pour des cas où le pouvoir sur l’action des autres ne passe pas exclusivement par le biais du pouvoir de commander et de l’obligation d’obéir. Mais, au terme d’un assez long développement, Weber opère une nouvelle restriction, dont il indique le caractère décisionnaire, et par laquelle il fixe ce qui sera l’acception dans laquelle il veut désormais utiliser le terme « domination » : celle, précisément, des « concepts fondamentaux ».

« Dans la suite nous utiliserons le concept de domination au sens plus étroit, opposé précisément au pouvoir [Macht] conditionné par des constellations d’intérêt, en particulier du type du marché, lequel repose partout formellement sur le libre jeu des intérêts. Ce concept étroit de la domination est identique avec celui de pouvoir de commandement autoritaire [autoritäre Befehlsgewalt]. – Par « domination », on entendra donc ici le fait qu’une volonté stipulée (« commandement ») du ou des « dominants », veut influencer, et influence de fait, l’action d’autres hommes (du ou des « dominés »), et cela de telle manière que cette action se déroule, à un degré socialement pertinent, comme si les dominés avaient fait du contenu du commandement, pour lui-même, la maxime de leur action (obéissance) » (Weber, 2013 : 49).

  • 13 Cette remarque de Weber montre combien il était loin de partager la vision irénique du marché qui e (...)

13Le champ d’application de cette définition de la domination, réduite au « pouvoir de commandement autoritaire », reste cependant encore très large. Ce genre de relation se rencontre dans des domaines d’action très hétérogènes tels que, par exemple, l’école ou l’entreprise. De plus, entre des pouvoirs qui jouent des intérêts d’individus « formellement libres » et la domination, qui exige tout simplement leur obéissance, indépendamment de leurs intérêts, il y a toute une gamme de transitions. Même dans le cas des relations économiques, on trouve de nombreux exemples de pouvoirs fondés sur des constellations d’intérêts qui peuvent se transformer en rapports d’autorité formellement réglés et aboutir, selon une formule que Weber utilise en la soulignant, à « une hétérocéphalie du pouvoir de commandement et de l’appareil de contrainte » (Weber, 2013 : 49). Et il est même possible qu’une domination qui repose simplement sur le marché et sur des constellations d’intérêts, soit, précisément en raison de son manque de règles, beaucoup plus pesante qu’une autorité régulée par des devoirs d’obéissance déterminés13. Il reste que c’est avant tout dans l’analyse des communautés politiques que Weber va user de ce concept (Breuer, 2011 : 11). Il y a de fortes raisons de supposer que la définition restrictive de la domination avait pour objet principal de faire ressortir le caractère spécifique du pouvoir politique, avant tout par rapport aux formes de pouvoir qui s’exercent dans le cadre des relations économiques modernes.

Domination et administration

14La catégorie de domination est donc la clé de voûte de la sociologie politique de Weber. Il est sans cesse question dans ses textes des rapports entre dominants et dominés, et c’est de la nature variable de ces rapports que dépendent selon lui les différences entre les formes politiques. La version la plus tardive de la théorie de la domination (D6) débute d’entrée de jeu avec la présentation des trois types de domination légitime (rationnelle, traditionnelle et charismatique), de telle sorte que la lecture la plus commune postule que le mode de légitimation est, pour Weber, l’élément décisif dont dépend la structure de la domination. Ici encore, la chronologie des textes oblige à des rectifications. C’est assez tardivement que la notion de légitimité a acquis dans l’appareil conceptuel wébérien l’importance que l’on sait. À quel moment exactement ? La chose est disputée. Edith Hanke remarque que, dans la version première de la sociologie de la domination, la légitimité n’est véritablement thématisée que dans les chapitres concernant la domination charismatique : le terme est absent du chapitre sur la bureaucratie, et ses occurrences sont rares dans ceux qui traitent des différentes formes de domination traditionnelle (Hanke, 2001 : 31-32). La matrice de la typologie ultérieure se trouve pourtant déjà dans un passage de cette première version, dans la toute dernière page de la partie introductive (Weber, 2013 : 59-60). Le caractère sociologique d’une structure de domination, écrit Weber, dépend de deux facteurs : des principes de son « organisation », c’est-à-dire de la répartition des pouvoirs de commandement, d’une part, des principes sur lesquels repose sa « validité », c’est-à-dire de « la prétention à l’obéissance des “fonctionnaires” envers le maître, et des dominés envers les deux », d’autre part. C’est là, ajoute-t-il, le « problème de la “légitimité” », qui n’est pas, pour le sociologue, « une affaire de spéculation théorique ou philosophique », mais induit des différences très concrètes dans les structures de domination (Weber, 2013 : 59). La fin de ce passage, qui distingue entre un pouvoir de commandement fondé sur des règles rationnelles, sur l’autorité personnelle en vertu du caractère sacré de la tradition, et enfin sur la croyance au charisme d’un individu, peut être considérée comme une des premières présentations de la fameuse typologie, même si la terminologie n’est pas encore exactement celle que Weber emploiera plus tard.

15À se focaliser cependant exclusivement sur les principes de légitimité, on risque de laisser dans l’ombre un autre aspect des analyses wébériennes concernant la domination, tout aussi important, et au regard duquel seule la distinction des modes de légitimation trouve son sens du point de vue sociologique, à savoir ses rapports avec l’administration.

« La “domination” », écrit Weber dans le même passage, quelques pages avant d’aborder la question de la légitimité, « nous intéresse ici avant tout dans la mesure où elle est liée à l’“administration”. Toute domination se manifeste et fonctionne comme administration. Toute administration a besoin, d’une manière ou d’une autre, de la domination, car il faut toujours, pour sa conduite, que des pouvoirs de commander, quelle que soit leur nature, soient entre les mains de quelqu’un » (Weber, 2013 : 52).

  • 14 Mes remarques concernant la démocratie se limitent ici aux textes inclus dans Wirtschaft und Gesell (...)

16Cette affirmation introduit une réflexion sur la démocratie, et plus précisément sur la démocratie directe, réflexion qui mérite un moment d’attention, dans la mesure où il a été souvent reproché à Weber d’avoir totalement ignoré les formes démocratiques de pouvoir14. Il semble en effet qu’une théorie qui pose de manière liminaire l’impossibilité d’une administration (et donc d’une organisation de l’action collective) sans domination ne puisse s’intéresser aux principes de légitimation d’un pouvoir démocratique. Le « pouvoir du peuple », au sens des modernes, exclut idéalement la domination. Weber fait pourtant une place à la démocratie dans ses analyses, en tant que forme d’administration, et il la caractérise, non par l’absence de domination, mais par son occultation. La démocratie (sous sa forme pure, directe ou semi-directe) est une domination qui se camoufle sous des formes qui la nient en apparence :

« Le fait que le chef et l’état-major administratif d’un groupement se présentent, quant à la forme, comme des “serviteurs” des dominés, n’est nullement une preuve contre le caractère de “domination” [...] Un minimum de pouvoir de commandement, et par conséquent, dans cette mesure même, de “domination”, doit leur être concédé dans la quasi-totalité des cas » (Weber, 1971 : 221).

17La démocratie directe est donc une domination minimum, masquée, mais elle reste une forme de domination. Cela étant établi, Weber aurait toutefois pu inclure un mode de domination « démocratique » dans sa typologie des modes de domination légitime. Car l’intérêt qu’il a accordé aux types de légitimation revendiqués par les dominants a toujours été motivé par le fait qu’ils induisent des conséquences à chaque fois spécifiques sur les formes d’organisation politique, et en particulier sur la structure et le fonctionnement de l’administration :

« Selon le type de légitimité revendiquée, le type d’obéissance de l’état-major administratif destiné à la garantir, et le caractère de l’exercice de la domination sont fondamentalement différents. Et par là aussi leurs effets » (Weber, 1971 : 220).

18On peut penser qu’une légitimation démocratique a elle aussi des effets spécifiques, ce que, au demeurant, Weber a reconnu dans la dernière version de la théorie de la domination (D6), où il a intégré ses analyses relatives à la démocratie dans une section consacrée à « la réinterprétation du charisme en dehors de toute relation de domination » (Weber, 2013 : 275-278). Cette interprétation « anti-autoritaire » d’un principe fondamentalement autoritaire dans sa signification première (on y revient) est expressément qualifiée dans ce passage de « légitimité démocratique », et Weber relève notamment qu’elle a pour conséquence l’élection libre des chefs. Il faut croire que, à l’échelle de la grande histoire, la légitimation démocratique lui paraissait malgré cela de trop peu d’importance pour mériter être traitée autrement que comme une inflexion d’un type plus significatif, la légitimité charismatique, qu’il tenait pour « la puissance révolutionnaire spécifiquement “créatrice” de l’histoire » (Weber, 2013 : 280).

  • 15 Voir sur ce point la conférence sur la politique (Weber, 2003 : 132-133) et les Œuvres politiques ( (...)

19Quelles que soient les raisons qui ont amené Weber à écarter la légitimité démocratique de sa typologie, l’évocation de la démocratie directe remplit une fonction précise dans l’analytique des formes de domination, qui confirme, s’il en est besoin, la priorité que Weber accorde à l’administration dans son traitement de la domination. Il note en effet que la démocratie directe n’est pas pour lui un point de départ historique d’une « série de développements », mais « un cas limite typologique dont on part ici dans l’analyse » (Weber, 2013 : 53). C’est à partir de ce cas limite heuristique que se laissent construire les deux types les plus abstraits de l’administration. Ce qui intéresse Weber dans l’administration démocratique directe c’est son instabilité essentielle. L’essence de l’administration démocratique, pouvons-nous dire en glosant sur le titre des pages que je commente ici, réside dans son instabilité. La domination cachée se développe et apparaît au grand jour dès que, par suite de la différenciation sociale, la disponibilité pour s’occuper des affaires publiques devient une denrée rare, et inégalement distribuée. Qui a le temps pour cela ? Soit ceux dont les revenus ne dépendent pas d’un travail assidu, rentiers, avocats éventuellement15, soit des individus payés pour le faire. L’alternative est entre une administration de notables et une administration bureaucratique par des fonctionnaires. Weber le dira en termes plus brutaux dans sa conférence sur le socialisme en 1918 :

« Le seul choix qui s’offre à la démocratie, c’est d’être administrée à peu de frais par des gens riches occupant une charge honorifique ou de l’être à un prix élevé par des fonctionnaires professionnels percevant un salaire » (Weber, 2004 : 461).

20L’innovation la plus marquante de la seconde version de la théorie de la domination (D6) a consisté, pour Weber, à placer en tête de son exposé la présentation schématique des trois types purs de domination : rationnelle, traditionnelle et charismatique. Cette réorganisation n’a pas modifié sur le fond le centre de gravité de cette théorie. Dans cette version comme dans la plus ancienne, l’intérêt de Weber va avant tout aux structures de la domination, et plus particulièrement au fonctionnement de son administration, auquel est consacrée la part la plus importante de ses analyses. Et, si le fondement « normatif » de la domination (son mode de légitimation) joue ici un rôle décisif, c’est moins pour l’influence qu’il peut exercer sur les dominés que, avant tout et surtout, en raison des effets qu’il induit sur les rapports du « chef » avec son appareil administratif, et par conséquent sur la structure et le mode de fonctionnement de cet appareil.

Domination et légitimité

21La plupart des présentations que Weber a faites de sa typologie des modes de domination légitime débutent par la domination légale, et plus précisément, par « la domination légale avec un appareil administratif bureaucratique » (Weber, 1971 : 223 sq.). Il s’agit là, écrit-il, de la « forme spécifiquement moderne de l’administration », et c’est par contraste avec elle qu’il établit les particularités des autres formes. Il est cependant une exception à cet ordre d’exposition : dans la première explicitation de sa typologie, qui se trouve dans la fin de l’introduction aux essais sur « l’éthique économique des grandes religions du monde » (D3), les trois types sont présentés dans un ordre un peu différent de celui que Weber adoptera par la suite. Après quelques remarques concernant la domination légale, il présente de manière plus systématique tout d’abord la domination charismatique, puis le « traditionalisme », pour revenir ensuite au type légal (Weber, 1996 : 368-375). Cette particularité de la première formulation de même que le lieu où elle figure indiquent que la sociologie de la domination et la sociologie des religions ont été élaborées par Weber non seulement simultanément, mais dans une étroite dépendance thématique et conceptuelle. Les sociologues ou les politistes qui cherchent dans le seul exposé des types de domination légitime la clé de la conception wébérienne de la domination, en abandonnant la Religionssoziologie aux spécialistes de la sociologie des religions, risquent fort de manquer au moins une partie de ses enjeux. Afin de corriger ce biais des interprétations les plus courantes, je prends le parti ici de commencer par la domination charismatique, et je m’attarderai plus longuement sur elle. Concernant les dominations rationnelle-légale et traditionnelle, l’essentiel à leur propos est en effet déjà lisible en négatif, on va le voir, dans la description que fait Weber de la domination charismatique.

  • 16 Concernant la lecture wébérienne de Sohm, voir Heurtin, 2014.

22La portée du charisme ne se limite pas chez Weber, bien entendu, à l’histoire ou à la sociologie des religions. Il a certes explicitement reconnu que le concept de « charisme » n’était pas son invention, mais qu’il l’avait emprunté à la terminologie du christianisme ancien, et il a reconnu sa dette, en particulier, à l’égard du théologien Rudolf Sohm, et notamment de son droit canon (Kirchenrecht), dont le premier volume est paru en 1892 (Weber, 1971 : 122). C’est à Sohm qu’il attribuait le mérite d’avoir, à propos de l’histoire du christianisme primitif, attiré l’attention sur les particularités sociologiques de cette structure de pouvoir particulière. Constatant que le genre de structure décrit par Sohm se retrouve non seulement dans l’histoire des religions, mais aussi dans des configurations de pouvoir qui ne sont pas spécifiquement religieuses, Weber s’est emparé de la notion de charisme pour élaborer un idéal type, la « domination charismatique ». Sans la reprise wébérienne, les travaux de Sohm seraient très certainement depuis longtemps tombés dans l’oubli. À travers cette reprise, ils ont contribué à l’élaboration d’un concept qui, depuis les années 1920 jusqu’à aujourd’hui, a servi de fil conducteur à nombre d’analyses, d’historiens, de politistes et de sociologues16.

  • 17 Pour ces exemples, voir Weber, 2013 : 270-271.
  • 18 Voir Weber, 2013 : 298 et 321.

23La structure charismatique de domination est, selon Weber, à la fois universelle et exceptionnelle. Universelle, parce qu’on la rencontre à toutes les époques de l’histoire et dans toutes les civilisations. On doit se garder de la considérer comme une forme « primitive », qui constituerait l’étape première et révolue d’une évolution irréversible. Sans doute nombre des figures de chefs charismatiques citées par Weber évoquent-elles souvent des mondes passés remontant à une lointaine antiquité (le Berserk nordique, le héros irlandais Cuchulaïn, l’Achille d’Homère, les prophètes) ou encore des peuples étudiés par l’ethnologie qui, par contraste avec les cultures modernes, sont généralement considérés comme « primitifs » (les chamanes, les magiciens)17. Mais d’autres illustrations sont tirées d’époques plus récentes, depuis certaines communautés monastiques du monde médiéval européen, la Chine du xixe siècle, et jusqu’aux grands démagogues modernes (Napoléon, Theodore Roosevelt, William Evart Gladstone, etc.)18. La schématisation idéal-typique permet d’arracher le concept de domination charismatique aux exemples historiques qui lui ont servi de point de départ. Et le trait fondamental que cette schématisation retient pour caractériser ce type particulier et universel de domination est précisément son caractère exceptionnel, c’est-à-dire le fait qu’il s’impose dans des conditions de « détresse psychique, physique, économique, éthique, religieuse, politique » (Weber, 2013 : 270). À l’opposé des dominations patriarcale et bureaucratique, « formations du quotidien », conçues pour durer, la domination charismatique répond à des situations d’urgence, de rupture de la routine quotidienne. L’opposition entre le quotidien et l’extra-quotidien est centrale pour l’ensemble des analyses wébériennes. C’est à la lumière de cette opposition que les différences entre les dominations traditionnelle et légale-rationnelle d’un côté, la domination charismatique de l’autre, sont mises en lumière. Et c’est parce qu’aucune époque et aucune organisation sociale ne sont immunisées contre ces circonstances exceptionnelles qui peuvent rendre soudainement problématiques les formes instituées de la domination que des phénomènes de type charismatique se rencontrent à tout moment de l’histoire, sous des formes plus ou moins pures ou atténuées.

24Structure adaptée à des situations d’exception, la domination charismatique, sous sa forme pure, est dépourvue de toutes ces institutions grâce auxquelles les autres formes de domination s’assurent leur continuité. Elle ignore les procédures réglées de désignation ou de destitution du chef ou de ceux qui composent sa suite, ceux-ci ne reçoivent aucun revenu régulier, aucune formation spécialisée n’est exigée d’eux. Si, on l’a dit, Weber attache de manière générale plus d’importance aux liens du chef avec son « état-major », c’est-à-dire ceux qui l’assistent et partagent par conséquent son pouvoir, qu’au rapport des dominants avec la masse des dominés, ces liens ont, dans le cas de la domination charismatique, un caractère spécifiquement émotionnel. Weber évite pour cette raison de parler à son propos d’« organisation », bien qu’il s’agisse, selon lui, d’une authentique structure, et non de relations sociales amorphes (Weber, 2013 : 282). La fascination qu’il manifeste pour cette forme singulière de domination, aussi bien que les difficultés qu’éprouvent les commentateurs à l’interpréter, tient précisément à cette ambiguïté. Les politistes, en particulier, se divisent sur le point de savoir si le charisme est imputable à la personnalité du chef ou bien (c’est l’interprétation la plus fréquente aujourd’hui) s’il n’est que le produit d’une projection, sur un individu déterminé, d’une croyance des dominés, laquelle serait ce qui doit être expliqué. La question est-elle bien posée ? L’alternative méconnaît la complexité d’une relation émotionnelle. L’analyse de Weber repose sur la conviction qu’il est des formes de domination dans lesquelles les relations personnelles sont l’essentiel, tandis que les règles et les institutions y sont quasiment inexistantes. Le chef charismatique croit pour sa part à sa « mission », quelle qu’elle soit, et il exige obéissance au nom de cette croyance. Mais c’est le succès de cette exigence qui fait la domination charismatique, ce qui suppose bien entendu qu’il se trouve des individus pour reconnaître la vérité de cette mission. Cette croyance, conditionnée par des circonstances particulières (celles, précisément, qui ont déstabilisé ou supendu, éventuellement de façon temporaire, les formes institutionnalisées de l’organisation sociale), demande à être continuellement entretenue par la confirmation toujours renouvelée par le chef, des pouvoirs qui lui sont prêtés : par les miracles, pour les prophètes, par les victoires, pour le chef de guerre. Reconnaissance (Anerkennung) et confirmation (Bewährung) se nourrissent l’une l’autre : les qualités exceptionnelles reconnues au chef charismatique par les dominés ou les membres de sa suite sont bel et bien réelles, aussi longtemps qu’elles sont confirmées par ses prestations. Elles sont réelles, aux yeux des dominés, parfois, des individus composant la suite du chef charismatique, toujours. Nous pouvons certes disputer de l’« objectivité » de ces qualités, accorder par exemple que les victoires du chef de guerre ou du grand démagogue témoignent bien de compétences exceptionnelles, et être beaucoup plus dubitatifs en ce qui concerne celles du prophète ou du chaman. Mais cette différence est inexistante du point de vue des logiques sociales, dans lesquelles les qualités pertinentes des agents sont uniquement celles qui leur sont socialement reconnues, que ce soit par les institutions (ainsi des différences statutaires) ou, de façon informelle, par d’autres individus ou groupes d’individus.

  • 19 C’est pourquoi la légitimité charismatique, même si elle demeure jusque dans les conditions politiq (...)
  • 20 C’est là un aspect central de la réflexion de Weber sur le fonctionnement des partis politiques mod (...)

25Le caractère émotionnel des relations qui existent entre le chef et sa suite, éventuellement aussi avec la masse plus large des dominés, tient à la base exclusivement personnelle de son autorité. Bien que Weber rejette une interprétation de sa typologie en termes d’étapes de développement, une tendance se laisse bien lire dans l’ordre premier de leur présentation : la part qui revient aux relations personnelles dans les structures de domination diminue progressivement, dans l’histoire des civilisations, au profit de systèmes de règles impersonnelles (Breuer, 2011 : 25-26)19. Dans le cas de la domination charismatique, en sa forme pure, l’obéissance des dominés, et surtout celle de la suite proche du chef, repose uniquement sur une allégeance personnelle, elle-même fondée sur la croyance en la mission de ce chef, quelle qu’en soit la nature, et dans ses capacités à l’accomplir. Les formes de domination traditionnelles sont, quant à elles, assujetties à des règles, celles d’une tradition ancestrale considérée comme sacrée. Elles gardent néanmoins quelque chose de personnel : quoique lié (en partie) par les règles coutumières, le chef n’est pas un supérieur hiérarchique, mais un « maître personnel », l’appareil administratif n’est pas composé de « fonctionnaires », mais de « serviteurs personnels », dont la fidélité va au maître, et non à une fonction objective (Weber, 1971 : 232). Ce caractère personnel de la relation entre dominants et dominés est au contraire entièrement absent dans le type le plus achevé de la domination rationnelle, l’administration bureaucratique-monocratique. Ce sont là cependant, répétons-le, des types idéaux, dont la réalité historique ne présente jamais que des formes approchées. Dans les sociétés politiques les plus modernes, les traits propres à la domination rationnelle sont prédominants. Mais cela n’empêche pas que, dans ces sociétés comme dans d’autres, on puisse également trouver des aspects qui relèvent du « charisme », du « charisme héréditaire », du « charisme de fonction », et, tout aussi bien, des éléments patriarcaux ou statutaires (Weber, 1971 : 222). D’où l’on doit conclure que, à toutes les époques de l’histoire, les relations entre le chef et les dominés (ou avec son état-major administratif) conservent, ou peuvent retrouver dans certaines circonstances, un caractère personnel. Ce caractère, et avec lui la dimension émotionnelle de la domination, ne disparaît jamais définitivement de la vie sociale et politique réelle20.

26Pour justifier de commencer son exposé des formes de domination par la domination rationnelle, plus précisément par la « domination légale avec un appareil administratif bureaucratique » – ce qui est le cas, on l’a dit, dans la plupart de ses présentations de leur typologie –, Weber se contente de noter qu’elle est la forme « spécifiquement moderne », qui doit donc servir de point de comparaison pour l’analyse des autres formes (Weber, 1971 : 223). Et il est vrai que la caractérisation des différents types de domination traditionnelle, et a fortiori celle de la domination charismatique, insiste sur ce qui leur fait défaut par rapport à la domination légale-bureaucratique. Mais la chronologie des textes peut aussi laisser à penser, à l’inverse, que c’est la prise en compte de cette forme éminemment singulière de domination qu’est la domination charismatique, résistante à toute ébauche d’organisation véritable, qui a permis à Weber de dégager les conditions nécessaires d’une domination durable, qu’elle soit traditionnelle ou légale. Weber s’est intéressé au phénomène de la domination bien avant 1913, mais ce n’est qu’à partir de cette date (approximativement) qu’il a organisé ses analyses en fonction de la typologie des modes de légitimation. Or c’est précisément à cette époque qu’il paraît avoir pris conscience de la portée possible des analyses de Sohm concernant le rôle du charisme dans le christianisme primitif (Kroll, 2001 : 47-72). À supposer que cette hypothèse soit exacte, la lecture de Sohm n’a pas seulement inspiré ses propres analyses relatives au charisme, mais elle aurait été le point de cristallisation de ses réflexions encore inchoatives sur la légitimité, et c’est elle, par conséquent, qui l’aurait conduit à organiser sa théorie de la domination sur la base des différents types de légitimation.

  • 21 Les traductions françaises les plus récentes se sont efforcées de rendre sensible au lecteur le car (...)

27Au chapitre des différences par lesquelles la domination charismatique s’oppose aux deux autres types, il faut souligner son extrême fragilité. Elle est éphémère, de par sa constitution même, caractère qu’elle partage avec l’administration démocratique directe. L’analogie, cependant, s’arrête là. La domination charismatique est bien une domination, non pas minimale ou masquée, mais au contraire une forme de domination particulièrement autoritaire. Le rôle que joue la « reconnaissance » dans son fonctionnement ne doit pas égarer. Ce peut être parfois la reconnaissance par le « peuple », et non pas seulement par la suite du chef, mais même dans ce cas, elle n’a rien à voir avec une « souveraineté du peuple » (Weber, 2013 : 271-272). Le porteur du charisme exige obéissance, et la reconnaissance de sa mission est, pour ceux auxquels il s’adresse, une obligation. Parce qu’elle est cependant radicalement inadaptée aux exigences du quotidien, et singulièrement de l’économie (elle est la « puissance anti-économique par excellence ») (Weber, 2013 : 273), la domination charismatique, en sa forme pure, n’existe jamais qu’in statu nascendi. Elle est très tôt, voire dès le commencement, minée par des intérêts qui conduisent inévitablement à son effacement, puis à sa disparition, au profit de formes stables, celles à propos desquelles il est possible de parler sans réserve d’« organisations ». Ces intérêts sont ceux de l’ensemble de ses adhérents à la perpétuation de la communauté rassemblée autour du chef, mais aussi, et plus encore, ceux de la suite du chef, état-major administratif inchoatif, qui ne peut que souhaiter la pérennisation de ses privilèges, idéels et matériels. Comme le remarque Weber, c’est avec la « quotidianisation21 » du charisme que la signification de ce concept pour l’analyse des formes empiriques de domination apparaît véritablement. Malgré le soin avec lequel il s’est appliqué à décrire la forme pure de la domination charismatique, c’est à ses transformations, qui s’apparentent à une dégénérescence, que va l’essentiel de son attention.

  • 22 Ce passage a été écrit avant la révolution russe de 1917. Mais le pronostic de Weber concernant l’a (...)

28Je ne peux détailler ici les différentes modalités de ces transformations, qui débutent généralement au moment où, avec la disparition du chef charismatique, se pose le problème de sa succession. Il me faut également renoncer à reproduire la description très circonstanciée que Weber fait de la « domination légale dotée d’un appareil administratif-bureaucratique » (qui garde toute sa pertinence pour les formes les plus contemporaines du pouvoir politique), et je ne ne puis non plus exposer les différentes variétés de structures que Weber subsume sous la domination traditionnelle (gérontocratie, patriarcalisme, patrimonialisme, féodalisme, etc.). L’une et l’autre, on l’aura compris, sont des structures adaptées aux exigences du quotidien, ce qui signifie avant tout de l’économie. Cette adaptation, par laquelle elles contrastent avec la domination charismatique, peut prendre deux formes sensiblement différentes (quoique, dans la réalité, elles soient la plupart du temps mêlées), déjà perceptibles dans les voies de transformation du charisme : le respect d’usages supposés ancestraux, auxquels est attaché un caractère sacré (traditionalisation), ou celui de règles procédurales dont le formalisme fait toute la légitimité (légalisation). La généralisation du mode légal-bureaucratique de domination est, selon Weber, avec le développement de l’économie capitaliste, un des aspects centraux d’un processus de rationalisation séculaire qui a donné à la civilisation occidentale moderne le caractère spécifique qui est le sien. Aux temps anciens, « charisme et tradition se partagent la quasi-totalité des orientations de l’activité » (Weber, 1971 : 252), le charisme était alors la puissance révolutionnaire, tandis que la tradition, par définition, ne pouvait être que conservatrice : ce qu’elle légitimait était des droits acquis, qui allaient toujours de pair avec des différentiels de pouvoir. La domination légale, pour autant qu’elle s’accompagne d’une rationalisation de l’administration, a, elle aussi, des effets révolutionnaires. Pour l’histoire occidentale, ces effets ont été décisifs. Mais tandis que le charisme agit « de l’intérieur » par une metanoia des dispositions des individus, la rationalisation opère au contraire « de l’extérieur » en forçant les individus à s’adapter à des contraintes objectives, parce qu’ils n’ont pas le choix (Weber, 1971 : 658). Bien que la rationalisation des conduites de vie travaille elle aussi contre la tradition, elle ne fait en définitive que substituer au respect des règles ancestrales une soumission tout aussi aveugle aux règles et règlements institués. Que ces règles soient désormais conçues comme modifiables, parce que justifiées par leur efficacité et non plus par leur ancienneté, ne change pas grand-chose au rapport que la masse des dominés entretient avec elles. Du fait de sa supériorité technique, l’administration bureaucratique est au contraire bien plus immunisée contre les tentatives de subversion que toutes les formes de domination traditionnelle. Supprimer un appareil administratif qui repose sur une division infiniment complexe du travail et sur des compétences professionnelles que seule une éducation avancée peut assurer, c’est aller au-devant d’un chaos immaîtrisable. Les révolutions des temps modernes, selon Weber, ne peuvent plus toucher que la surface des choses, les aspects les plus extérieurs de la domination. Le degré de rationalisation atteint par les formes les plus modernes d’administration rend impossible « une révolution, au sens de la création par la violence de formations de domination tout à fait nouvelles22 » (Weber, 2013 : 102). L’objectivation et la disciplinarisation de la domination, plus ou moins amorcées dans les différentes formes traditionnelles, sont portées dans la domination bureaucratique à un degré tel que la possibilité d’une « action individuellement différenciée » devient quasiment impensable (Weber, 2013 : 331).

29De quoi parle-t-on quand on évoque la théorie wébérienne de la domination ? nous demandions-nous au début de cet article. Malgré les modifications qu’elle a connues au cours de son élaboration, cette théorie, on a pu le constater, est clairement définie. Au terme de cet exposé, il n’est pas déplacé de s’interroger aussi sur l’usage que nous pouvons en faire aujourd’hui. Les corrections que, sur la base de travaux historiques plus récents notamment, il convient d’apporter à tel ou tel point des analyses wébériennes, ne sont pas ici l’essentiel. Du point de vue de l’étendue du matériel informatif mobilisé – qu’il relève de l’histoire, de l’ethnologie, de l’économie politique, de la science juridique, de la théologie, et de quelques autres disciplines encore – sur la base duquel Weber assoit ses concepts et typologies, ses écrits offrent de bonnes raisons de fasciner, jusqu’à aujourd’hui, la plupart de ses lecteurs. Ils constituent, incontestablement, une œuvre exceptionnelle, dont il est difficile de trouver l’équivalent dans l’histoire des sciences sociales et humaines du xxe siècle. Cela ne saurait justifier cependant de traiter cette œuvre comme un texte sacré et d’en faire un usage dogmatique qui irait à l’encontre de la conception que son auteur se faisait du travail scientifique. Ce sont donc des questions ouvertes – et les poser ne suppose pas qu’on y ait déjà répondu, dans un sens ou dans l’autre – de savoir s’il est encore pertinent, pour rendre compte des formes contemporaines de la domination, de porter l’accent sur leurs modes de légitimation. Ou encore, et je terminerai sur cette suggestion, de juger si la distinction que fait Weber, à travers sa définition restreinte de la domination, entre pouvoir politique et pouvoir économique, est encore d’actualité. Cette distinction ne tend-elle pas à s’estomper quand les pouvoirs politiques eux-mêmes, pour justifier leur action (et, dans cette mesure, leur légitimité), arguent volontiers des contraintes objectives du marché, lesquelles tiennent plus de ce que Weber nommait la « domination par constellation d’intérêts » que de la domination autoritaire ?

Bibliographie

Bibliographie

Arendt Hannah, 1971. Macht und Gewalt. Munich, Piper.

Bendix Reinhard, 1960. Max Weber. An Intellectual Portrait. New York, Doubleday & Company.

Breuer Stefan, 2011.„ Herrschaft“in der Soziologie Max Webers. Wiesbaden, Harrassowitz.

Cohen Jere, Hazelrigg Lawrence E. et Pope Whitney, 1975. « De-Parsonizing Weber : A Critique of Parsons’ Interpretation of Weber’s Sociology », American Sociological Review, vol. 40, n° 2 : 229-241.

Colliot-Thélène Catherine, 2006. La sociologie de Max Weber. Paris, La Découverte [nouvelle édition en 2014].

— 2014. « Démocratie et domination charismatique chez Max Weber », in Vanessa Bernadou et al., Que faire du charisme ? Retour sur une notion de Max Weber. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 89-108.

Gierke Otto, 1868, 1873, 1881. Das deutsche Genossenschaftsrecht. Tübingen, Mohr/Siebeck.

Hanke Edith, 2001. « Max Webers„ Herrschaftssoziologie“. Eine Werkgeschichtliche Studie », in Edith Hanke et Wolfgang J. Mommsen (dir.), Max Webers Herrschaftssoziologie. Tübingen, Mohr/Siebeck : 19-46.

heurtin Jean-Philippe, 2014. « Max Weber lecteur de Rudolph Sohm, et l’inachèvement du concept de charisme de fonction », in Vanessa Bernadou et al., Que faire du charisme ? Retours sur une notion de Marx Weber. Rennes, Presses universitaires de Rennes : 55-79.

Hintze Otto, 1991. Féodalité, captalisme et État moderne. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Hübinger Gangolf, 2001. « Politische Wissenschaft um 1900 und Max Webers soziologischer Grundbegriff des„ Kampfes“ », in Edith Hanke et Wolfgang J. Mommsen (dir.), Max Webers Herrschaftssoziologie. Tübingen, Mohr/ Siebeck : 101-120.

Jouvenel Bertrand (de), 1945. Du pouvoir. Genève, Éditions du Cheval ailé.

Kalberg Stephen, 2002. La sociologie historique comparative de Max Weber, traduit de l’américain par Hervé Maury. Paris, La Découverte/MAUSS.

Kroll Thomas, 2001. « Max Webers Idealtypus der charismatischen Herrschaft und die zeitgenössische Charisma-Debatte », in Edith Hanke et Wolfgang J. Mommsen (dir.), Max Webers Herrschaftssoziologie. Tübingen, Mohr/ Siebeck : 47-73.

Parsons Talcott, 1937. The Structure of Social Action. New York, McGraw-Hill.

— 1960. « Review of Reinhard Bendix’s book, Max Weber. An Intellectual Portrait », American Sociological Review, vol. 25 : 750-752.

Weber Max, 1965. Essais sur la théorie de la science, traduit de l’allemand par Julien Freund. Paris, Plon.

— 1971. Économie et société, traduit de l’allemand par Julien Freund et al., sous la dir. de Jacques Chavy et Éric de Dampierre. Paris, Plon.

— 1996. Sociologie des religions, traduit de l’allemand par Jean-Pierre Grossein. Paris, Gallimard.

— 2003. Le savant et le politique. Une nouvelle traduction. Traduit de l’allemand par Catherine Colliot-Thélène, Paris, La Découverte

— 2004. Œuvres politiques (1895-1919), traduit de l’allemand par Elisabeth Kauffmann, Jean-Philippe Mathieu et Marie-Ange Roy. Paris, Albin Michel.

— 2013. La domination, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, édition critique française établie par Yves Sintomer. Paris, La Découverte.

Notes

1 La traduction parue sous le titre Économie et société, t. I (Plon, 1971), a été établie d’après la quatrième édition de Wirtschaft und Gesellschaft (1956), éditée par Johannes Winckelmann. De façon générale, mes références vont aux éditions françaises des œuvres de Weber. Ayant coutume de travailler sur le texte allemand, j’ai parfois conservé mes propres traductions.

2 « En l’état », car les éditeurs du second volume de l’édition citée de Wirtschaft und Gesellschaft ont réuni des textes de Weber d’époques et de statuts très différents. La totalité des textes qui avaient été utilisés pour composer ce volume sont aujourd’hui disponibles en traduction française : la Sociologie du droit (Paris, Presses universitaires de France, 1986) ; La ville (Paris, Aubier Montaigne, 1982, nouvelle traduction aux éditions La Découverte, 2014) ; les grands textes politiques (Œuvres politiques. 1895-1919, Paris, Albin Michel, 2004), y compris Politik als Beruf (qui, réuni avec la conférence sur le savant sous le titre Le savant et la politique, a fait l’objet de deux traductions : Plon, 1959 et La Découverte, 2003) ; La domination (La Découverte, 2013).

3 La Max Weber Ausgabe est une édition critique de la totalité des écrits et de la correspondance de Max Weber, effectuée sous l’égide de la Commission de l’histoire sociale et économique de l’Académie bavaroise des sciences. À ce jour, 39 volumes ont été publiés, l’ensemble devant en rassembler 46.

4 Je mentionne les volumes de la Max Weber Gesamtausgabe correspondants aux différents textes. On peut également consulter, tant pour la discussion de la chronologie des textes que pour une interprétation globale et détaillée de la théorie wébérienne de la domination, l’ouvrage très complet de Stefan Breuer (Breuer, 2011).

5 Grundriß der Sozialökonomik (Fondements de l’économie sociale) était le titre d’une entreprise collective dont Weber était l’un des maîtres d’œuvre. Une grande part des textes publiés de façon posthume sous le titre Économie et société avaient été conçus par Weber comme sa propre participation à cette entreprise encyclopédique.

6 Pour la commodité du lecteur, je renvoie par la suite à certains des textes listés ici en précisant leur numéro d’ordre (D3, D4, D6).

7 Voir par exemple ma propre présentation dans Colliot-Thélène, 2006 : 78-79 (encadré 8).

8 Otto von Gierke (1841-1921) a publié dans les dernières décennies du xixe siècle une histoire du droit des associations (Genossenschaftsrecht) qui a exercé une profonde influence.

9 Bertrand de Jouvenel (1903-1997), Du pouvoir (1945).

10 Voir, dans le même sens, l’introduction de Yves Sintomer à La domination (Weber, 2013 : 19-21).

11 Reinhard Bendix (1916-1991) est un sociologue américain d’origine allemande, auteur d’un Max Weber : An Intellectual Portrait (1960).

12 La première version de la sociologie de la domination consacre des développements à la « disciplinisation » (Disziplinierung) et à l’« objectivation » (Versachlichung) des formes de domination, deux processus solidaires, essentiels à l’établissement des dominations durables (Weber, 2013 : 320-321).

13 Cette remarque de Weber montre combien il était loin de partager la vision irénique du marché qui est celle des théories économiques libérales. Elle peut fournir un point d’entrée pour l’analyse des rapports actuels entre les puissances économiques et les pouvoirs politiques (que l’on pense à ce que l’on appelle aujourd’hui les logiques « systémiques »). Quoique Weber ait clairement opté pour le concept de valeur de la théorie économique marginaliste, contre la théorie ricardienne ou marxienne de la valeur travail, sa compréhension du fonctionnement concret de l’économie capitaliste intègre nombre d’éléments qui doivent beaucoup à Marx.

14 Mes remarques concernant la démocratie se limitent ici aux textes inclus dans Wirtschaft und Gesellschaft. J’ai par ailleurs consacré un article plus précis aux rapports entre « Démocratie et domination charismatique chez Max Weber » (Colliot-Thélène, 2014), dans lequel je prends également en considération les textes d’intervention politique de Weber (cf. Œuvres politiques, 2004). Dans les plus tardifs de ces textes, Weber se prononce explicitement en faveur d’un régime parlementaire, incluant cependant une composante plébiscitaire destinée à compenser le pouvoir de la bureaucratie, celle de l’État comme celle des partis politiques.

15 Voir sur ce point la conférence sur la politique (Weber, 2003 : 132-133) et les Œuvres politiques (Weber, 2004 : 370).

16 Concernant la lecture wébérienne de Sohm, voir Heurtin, 2014.

17 Pour ces exemples, voir Weber, 2013 : 270-271.

18 Voir Weber, 2013 : 298 et 321.

19 C’est pourquoi la légitimité charismatique, même si elle demeure jusque dans les conditions politiques les plus modernes, ne peut certainement plus avoir la même importance que celle qu’elle a eue, du moins selon Weber, dans les époques les plus anciennes de l’histoire des structures politiques. Weber peut donc à la fois rejeter une interprétation évolutionniste de sa typologie et reconnaître, malgré cela, que la grande époque de la domination charismatique est définitivement révolue. Ainsi, dans un passage qui vient au terme d’un excursus évoquant différents exemples, anciens et plus récents (jusqu’à Chamberlain et Roosevelt), de chefs charismatiques, il note : « Comme le montrent ces exemples, la domination charismatique ne se rencontre nullement uniquement à des étapes primitives de développement, de même que, de manière générale, les trois types fondamentaux de structure de domination ne peuvent pas être simplement rangés les uns après les autres dans une ligne de développement, mais se présentent de façon combinée, sous les formes les plus variées. C’est toutefois le destin du charisme que de régresser avec le développement croissant de formations institutionnelles durables. » (Weber, 2013 : 303).

20 C’est là un aspect central de la réflexion de Weber sur le fonctionnement des partis politiques modernes, que l’on retrouve dans les analyses de ses écrits politiques concernant le caractère plébiscitaire de certaines élections. Dans un passage de la première version de la théorie de la domination (Weber, 2013 : 298), il relevait déjà les traits charismatiques des phénomènes émotionnels de masse, qui peuvent contraindre la bureaucratie des partis à se mettre au service d’individus qui bénéficient de la ferveur des populations. Ce phénomène, notait-il en renvoyant à la campagne de Theodore Roosevelt aux États-Unis en 1912, entre en conflit avec la logique de l’activité « quotidienne » des partis.

21 Les traductions françaises les plus récentes se sont efforcées de rendre sensible au lecteur le caractère central que possède, dans les problématisations wébériennes, l’opposition entre le quotidien et l’extra-quotidien. Traduire ausseralltäglich par « extraordinaire », et Veralltäglichung par « routinisation », occulte ce fil conducteur. Le néologisme « quotidianisation » s’est imposé pour rendre Veralltäglichung. Voir sur ce point notamment le glossaire raisonné de Jean-Pierre Grossein dans sa traduction du recueil intitulé Sociologie des religions (Weber, 1996 : 123-124).

22 Ce passage a été écrit avant la révolution russe de 1917. Mais le pronostic de Weber concernant l’avenir de cette révolution (l’inévitable bureaucratisation) en porte encore la trace.

Auteur

Philosophe, est professeur de philosophie à l’université Rennes 1, ancienne directrice du Centre Marc Bloch à Berlin et actuellement membre senior de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la philosophie politique, l’épistémologie des sciences sociales et la philosophie allemande. Elle a publié récemment Peuples et populisme, Paris, Presses universitaires de France, 2014 et La démocratie sans demos, Paris, Presses universitaires de France, 2011.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search