Version classiqueVersion mobile

Qu’est-ce que l’autorité ?

 | 
Emmanuel Droit
, 
Pierre Karila-Cohen

Pour une histoire croisée de la relation d’autorité France-Allemagne(S), XIXe-XXe siècles

Emmanuel Droit et Pierre Karila-Cohen

Texte intégral

  • 1 « L’autorité est plus qu’un conseil et moins qu’un ordre. »

« Autorität ist mehr als ein Ratschlag und weniger als ein Befehl1 ».
Mommsen, 1888 : 1033

Une actualité enracinée dans l’histoire

L’autorité comme « figure du pathos »

1Le concept d’autorité est comparable à ces « figures du pathos » (Pathosformel) chères à l’historien de l’art Aby Warburg (Warburg, 1990). Il fait en effet songer à ces formes conceptuelles très anciennes incarnant une survivance mais qui, après une période plus ou moins longue de latence, réapparaissent, chargées d’une affectivité et d’une signification nouvelles.

  • 2 Hannah Arendt, dont il sera question plus bas, fonde une grande partie de son analyse de l’autorité (...)

2L’autorité a une longue histoire conceptuelle derrière elle, dont il ne s’agit pas ici de retracer dans le détail les évolutions sémantiques. Elle trouve ses origines dans le droit romain et dans la notion d’autorictas, qui désigne la faculté de fonder l’action d’une autre personne et se distingue de la potestas, c’est-à-dire de la faculté d’agir. Dans la Rome antique, la potestas appartenait au peuple et l’auctoritas au Sénat, distribution qui donnait de fait une prééminence à ce dernier : sans autorisation de sa part, nulle loi ne pouvait être promulguée2. Après l’avènement du christianisme et son affirmation comme puissance institutionnelle, la possession de l’auctoritas a fait l’objet d’une lutte acharnée entre le pape et les pouvoirs monarchiques et impériaux temporels. Ce débat a été clos d’une certaine manière par le triomphe de l’État moderne, qui a réussi à concentrer entre ses mains potestas et autorictas (que l’on désigne par le terme de « souveraineté »), même si, comme le rappelle le juriste français Alain Supiot, ce fut au prix, plus tard, de la séparation en son sein des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire (Supiot, 2005 : 237).

3En ce début de xxie siècle, il est facile de constater l’étonnante vitalité du concept d’autorité. Notre temps présent est en effet saturé par un discours politique et médiatique sur la « crise de l’autorité », sa prétendue disparition et son nécessaire retour. Cette inquiétude est affirmée tant au singulier qu’au pluriel, en spécifiant les formes ou les détenteurs de l’autorité qui seraient en péril. À l’ère d’une démocratisation du savoir rendue possible grâce aux nouvelles technologies, beaucoup d’autorités se disent en effet contestées ou remises en cause : celle du médecin, de l’historien, de l’homme politique, du juge, du parent… Un raccourci historique simpliste consiste à expliquer cette crise par les effets, souvent jugés néfastes, de la « révolution culturelle » de 1968. Cette tendance n’est pas spécifique à la France mais partagée par d’autres pays occidentaux comme les États-Unis et de façon plus surprenante l’Allemagne, où l’anti-autoritarisme semble aujourd’hui atteindre ses limites dans le contexte d’une société vieillissante et plus diverse. L’heure est au plaidoyer en faveur d’un « retour de l’autorité » dont les modalités discursives sont schématiquement les suivantes. D’un côté, un discours politiquement conservateur met l’accent sur la nécessité de restaurer l’autorité d’antan et in fine de resacraliser certaines institutions comme la famille (le respect des aînés, des hiérarchies) pour lutter contre la décadence et l’effondrement des valeurs traditionnelles. De l’autre, un discours humaniste et libéral plaide pour une autorité pédagogique qui contribuerait, comme l’étymologie du mot l’indique, à faire grandir l’Autre (Reichenbach, 2011 ; Serres, 2012 ; Christiano, 2008) au lieu de le contraindre à obéir. Au-delà de ces deux postures intellectuelles, d’autres voient « dans la déconsidération fatale de l’autorité la preuve d’une maturité démocratique » (Damien, 2011 : 10). Ces discours traduisent généralement une forme d’anxiété collective dans le contexte de la mondialisation et d’une période de mutations technologiques.

4Même inscrit dans un contexte immédiat, il est intéressant de constater que ce discours sur la « crise de l’autorité » constitue d’une certaine manière un nouvel avatar d’un discours similaire élaboré au tout début du xixe siècle, au lendemain de la Révolution française. Alors, sur les lieux mêmes de cette décennie de bouleversements majeurs, mais aussi dans le reste d’une Europe touchée par la circulation des idées et des armées venues de France, les déplorations sur la crise de l’autorité se multiplièrent au point de devenir le fond d’un discours commun (Karila-Cohen, 2008a). En évoquant dans la préface de La crise de la culture les incertitudes d’une modernité située sur la brèche entre le passé et l’avenir, Hannah Arendt a d’ailleurs explicitement placé sa réflexion dans le sillage de Tocqueville et de ses contemporains, obsédés par la « perte des assises du monde » pour reprendre la magnifique expression utilisée par la philosophe dans l’un des essais de La crise de la culture, « Qu’est-ce que l’autorité ? » (Arendt, 1989 : 126 ; Sintomer, 1994), titre que nous nous sommes permis d’emprunter pour cet ouvrage collectif. « Le monde actuel, le monde sans autorité consacrée, semble placé entre deux impossibilités : l’impossibilité du passé, l’impossibilité de l’avenir », écrivait ainsi Chateaubriand (Chateaubriand, 1989 : t. II, 922) qui exprimait là un sentiment très répandu en son temps.

5Restaurer ou réinventer des formes nouvelles d’autorité, telle a donc été – déjà – l’une des obsessions du xixe siècle français, et, plus largement, européen même si ce discours a été décliné de manière différente selon les situations nationales. L’historien pourrait trouver beaucoup à redire sur la réalité de cette « crise de l’autorité » au temps de l’assujettissement des ouvriers, du maintien de très fortes dominations traditionnelles dans les campagnes et de l’infériorité juridique et politique des femmes, mais force est de constater que ce sentiment a existé de manière forte et générale. « Qu’y a-t-il de neuf dans la crise de l’autorité que vivent les sociétés contemporaines ? En un sens pas grand-chose, pourrait-on penser, en se rappelant que Kant n’avait pas trouvé de meilleure définition des Lumières que la critique de l’autorité », s’amuse à rappeler le philosophe du droit Jean De Munck en soulignant que tous les penseurs de la modernité ont cherché à rendre compte de cette crise endémique (De Munck, 2003 : 24-25). En tant que promotion de la raison et de l’autonomie de l’individu, la modernité ne pouvait certes qu’entrer en conflit avec l’autorité si celle-ci se résume au respect de hiérarchies inscrites dans des traditions plus ou moins longues. C’est précisément dans le rapport au temps que se joue la complexité de la relation entre modernité et autorité et que peut se comprendre la similitude surprenante entre des inquiétudes du début du xixe et du début du xxie siècle : dans la disjonction si bien décrite par Reinhart Koselleck (Koselleck, 1990) entre « champ d’expérience » et « horizon d’attente », avivée à certains moments et dans certains milieux sociaux par des accélérations ou des arrachements plus vifs (Charle, 2011).

  • 3 On peut également noter l’existence entre 2011 et 2014 du séminaire de l’équipe Sophiapol (universi (...)
  • 4 Par exemple, les quatre initiatives suivantes : « L’autorité : définition, enjeux, perspective », X (...)

6Ce refus d’automatiser la reconduction du passé et de le projeter sur l’avenir a des effets profonds sur la notion d’autorité car, comme l’explique Myriam Revault d’Allonnes, « le temps est la matrice de l’autorité comme l’espace est la matrice du pouvoir » (Revault d’Allonnes, 2006 : 13). Toute rupture ou sentiment de rupture dans le continuum temporel l’affecte donc considérablement sauf à entretenir, comme l’y invite la philosophe, un rapport plus subtil à un passé vivant et à un futur difficilement maîtrisable et à reconnaître l’existence malgré tout d’une « durée publique » par laquelle nous vivons neufs dans un monde ancien. Nous traversons certainement un des moments où cette crise endémique se fait plus aigüe. Comme les mondes journalistique et politique, les sciences sociales sont dès lors logiquement affectées par ce contexte d’interrogation sur la notion. Les publications et les réflexions se multiplient dans des disciplines très diverses, par exemple en philosophie (Monod, 2012 ; Tavoillot, 2011)3, en psychologie sociale, science de l’éducation ou encore en littérature ou en droit4. L’histoire est elle aussi concernée, comme en témoigne, parmi d’autres publications, le présent volume, issu d’un séminaire de recherche qui s’est tenu à l’université Rennes 2 de 2009 à 2011.

Du séminaire au livre : de l’histoire de la relation d’autorité à l’histoire croisée de cette relation

  • 5 Ce séminaire intitulé « Le pouvoir au quotidien (France, Allemagne, Europe de l’Est xixe-xxe siècle (...)

7Le contexte politique, social et intellectuel couplé à un intérêt scientifique commun pour l’étude des relations de domination comme pratique sociale – dans le cadre d’une histoire anthropologique de l’État en France au xixe siècle (Karila-Cohen, 2008b) pour l’un, et d’une socio-histoire de l’école socialiste en République démocratique allemande (RDA) pour l’autre (Droit, 2009) – nous ont incités à organiser ce séminaire à dimension principalement franco-allemande, ponctuellement élargi à l’Europe de l’Est. Son ambition était de réfléchir dans une logique pluridisciplinaire (histoire, philosophie et sociologie politiques, science politique) aux outils conceptuels utiles pour écrire une histoire sociale de la relation d’autorité à l’époque contemporaine dans toute son ampleur chronologique5. « Histoire sociale de la relation d’autorité » : chaque mot ici est important et renvoie à une démarche qu’avait imaginée et exposée Pierre Karila-Cohen dans l’introduction d’un numéro spécial du Mouvement social en 2008, « Faire autorité dans la France du xixe siècle » (Karila-Cohen, 2008a : 3-8). Démarche que l’on pourrait résumer ainsi : une histoire par le bas, à l’écoute des représentations des contemporains, une histoire des pratiques, saisies au ras du sol dans la banalité de leur quotidienneté, une histoire relationnelle, dans laquelle interagissent « dominants » et « dominés », une histoire attentive, enfin, au caractère problématique de cette relation, dont il s’agit d’apercevoir non pas seulement le plein régime de fonctionnement, aux fragilités et à l’artificialité d’ailleurs souvent négligées, mais aussi les étapes de la construction et les voies de l’effritement. C’est bien d’une « microphysique du pouvoir », pour reprendre l’expression célèbre de Michel Foucault (Foucault, 1975 : 32-38), dont il s’est agi dans les séances de ce séminaire, mais cette démarche a été immédiatement enrichie par la confrontation de deux historiographies et de situations inscrites, de part et d’autre du Rhin, dans des contextes politiques, sociaux et nationaux différents, eux-mêmes en évolution.

  • 6 Annuaire de l’administration préfectorale. Organisation, personnel des fonctionnaires, notices indi (...)

8C’est pourquoi, au-delà du séminaire, cet ouvrage voudrait poser des jalons d’une histoire croisée, en l’occurrence franco-allemande, de la relation d’autorité. Les caractéristiques de cette histoire croisée telle que celle-ci a été définie par Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (Werner et Zimmermann, 2004) – empiriste, constructiviste, processuelle et réflexive – s’accordent pleinement avec la démarche que l’on vient d’exposer, le croisement obligeant en outre à approfondir encore ces exigences en raison de la confrontation d’espaces et d’époques différents. Surtout, en tant que question transnationale dans les sociétés européennes – au moins – des xixe et xxe siècles, l’autorité n’a pas cessé d’être définie au miroir des représentations de l’Autre. Au temps de l’orientalisme puis, un peu plus tard, de la colonisation, l’Europe s’est ainsi regardée elle-même comme l’antithèse du « despotisme oriental » puis du règne des « roitelets africains sanguinaires ». À l’intérieur même du continent européen, des images nationales de l’exercice de l’autorité ont circulé comme modèles et contre-modèles. Par exemple, dès les années 1830, le marquis de Custine fustigeait dans un ouvrage désormais classique non seulement l’autocratisme russe mais aussi la dureté des formes quotidiennes de domination sociale dans l’empire des tsars (Custine, 1975). Il louait par ricochet un régime français des relations d’autorité bien moins strict, à commencer bien sûr par le caractère constitutionnel du gouvernement que, légitimiste au départ, il dit n’avoir commencé à chérir qu’après y avoir été poussé par les réalités russes. L’importance de l’image de l’Autre dans la constitution de cultures nationales stéréotypées paraît particulièrement flagrante concernant la France et l’Allemagne. Le temps des confrontations militaires et des occupations allemandes de parties plus ou moins vastes du territoire français a diffusé l’image, non seulement de la cruauté du « Boche », mais aussi de son obsession atavique pour la discipline et pour les mœurs militaires. Le casque à pointe, le pas de l’oie, l’obéissance aux ordres : voilà ce qui, pour beaucoup de Français des années 1870 aux années 1960 environ, a résumé l’Allemagne et les Allemands à travers notamment l’immense traumatisme du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale. Ces images ont joué un rôle dans la conscience de soi des Français de ces générations : ceux de 1914 étaient ainsi convaincus d’être les victimes du militarisme allemand et de combattre pour la liberté contre la tyrannie. Dans cette perspective, il faudrait s’interroger plus finement sur la manière dont l’autorité républicaine a intégré ou non, pour se définir à la fin du xixe siècle, des images positives ou négatives des expériences étrangères telles qu’elles étaient perçues à cette époque. On peut au moins signaler, en guise de trace significative, que dans une publication officielle du corps préfectoral français en 1885, l’auteur de l’introduction tient à souligner la différence du préfet républicain non seulement avec celui du Second Empire, mais aussi avec le Landrath [sic] prussien6, son équivalent ou semi-équivalent, dont la conduite ne serait guidée que par le bon plaisir.

9L’histoire croisée peut donc permettre en l’espèce comme pour tout autre objet de repérer l’incidence des circulations sur la situation des parties considérées. En matière de conceptions de l’autorité, Yves Cohen a ainsi montré très récemment comment une préoccupation commune autour de la question du chef, en France, en Allemagne, aux États-Unis et en Russie/URSS, entre 1890 et la fin des années 1930 environ, a suscité la circulation d’un certain nombre de textes, elle-même à l’origine d’effets sur les représentations du commandement dans ces divers espaces nationaux (Cohen, 2013). Surtout, l’histoire croisée peut permettre de dépasser ces ensembles de représentations, parfois calcifiées dans de pseudo-cultures nationales, pour atteindre par le bas des pratiques ordinaires dans l’exercice de l’autorité, à Paris comme à Berlin, à Romorantin comme à Kessin, sans passer par le filtre des discours surplombants qui font en réalité partie de l’histoire que l’on cherche à décrire. Il s’agit d’un très vaste chantier, que d’autres avant nous ont commencé à explorer (par exemple Fridenson, 1996 ; Mariot et Rowell, 2004), et pour lequel cet ouvrage ne prétend fournir pour l’heure que quelques outils conceptuels. De quoi parle-t-on, en France et en Allemagne lorsque l’on dit « autorité » et comment cette notion a-t-elle été déjà abordée dans ces deux pays ?

L’autorité en sciences sociales : regard croisé sur un concept

Qu’est-ce que l’autorité en France et en Allemagne ?

10L’autorité pourrait bien ressembler au temps chez saint Augustin : une évidence que l’on n’arrive pas à définir. La plus-value d’une démarche croisée franco-allemande consiste dès lors précisément à pouvoir jeter un regard aiguisé sur le concept d’autorité et plus précisément sur les différences de pratiques sociopolitiques et langagières dans ces deux contextes.

  • 7 Voir la définition donnée dans le dictionnaire Wahrig. Wörterbuch der deutschen Sprache, Munich, dt (...)
  • 8 Voir à ce sujet les résultats du Programme formation recherche franco-allemand du CIERA sur l’exper (...)
  • 9 Nous remercions Thomas Lindenberger pour cette anecdote riche de sens.

11Ce qui frappe d’emblée, c’est le caractère restreint de l’emploi du mot Autorität en allemand. Le français accorde à l’« autorité » un sens pluriel renvoyant à un pouvoir de commander ou à une institution exerçant une forme de pouvoir. Là où les Français parlent d’« autorité » au sens de relation de pouvoir, les Allemands parlent de Herrschaft. En allemand, Autorität est utilisé de manière quasi exclusive pour désigner une qualité personnelle, c’est-à-dire la capacité à « exercer de manière déterminante et du fait de la maîtrise d’un savoir une influence reconnue par autrui7 ». Dans la langue allemande, une autorité n’agit pas : elle est une aptitude que l’on peut avoir et qui explique une manière d’agir (autoritär). Mais le concept d’autorité n’est en aucun cas mobilisé pour décrire une relation de domination dans la mesure où les deux ne sont pas forcément liés : une figure du pouvoir, que ce soit le père de famille, le chef d’entreprise, l’instituteur, le policier, le préfet, etc., peut ne pas avoir d’autorité, tout comme une personne dénuée de pouvoir peut exercer une forme d’autorité en raison d’une forme de savoir ou d’expérience, d’où l’expression Eine Autorität auf einem Gebiet sein, qui renvoie à la figure de l’expert8. À la différence de la forme nominale, l’adjectif autoritär possède une dimension connotative négative désignant une forme de tutelle insupportable. Autour de 1968, l’adjectif scheißautoritär était même synonyme dans la jeunesse ouest-allemande de « fasciste »9 !

  • 10 L’allemand possède un autre mot pour désigner une autorité institutionnelle (Obrigkeit) mais ce der (...)

12En français, le terme « autorité » recouvre tout à la fois une dimension personnelle et institutionnelle. On en veut pour preuve ce double mouvement discursif que nous observons en France depuis le début des années 2000 : à un moment où des autorités seraient malmenées, agonisantes ou prétendument disparues, des autorités institutionnelles – des Autorités (sous-entendu de régulation) avec un A majuscule – ne cessent de se multiplier. Fondées sur une légitimité à la fois technocratique (l’expertise) et « morale » (elles doivent inspirer des conduites encadrées par la loi), ces Autorités couvrent toujours davantage de domaines : l’économie (l’Autorité des marchés financiers créée en 2003), la santé (la Haute Autorité de santé, fondée en 2004), la culture (la Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet, la fameuse Hadopi, instituée en 2009), la politique (le Parti socialiste avait institué en 2011 une Haute Autorité des primaires ; dans le sillage de l’affaire Cahuzac a été créée en octobre 2013 une Haute Autorité pour la transparence de la vie publique) et la société (la Haute Autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité, la Halde, qui a fonctionné entre 2005 et 2011). Il est vrai que la polysémie du mot français « autorité » permet ce genre d’expansion sémantique alors que la langue allemande, plus précise, utilise le terme de Behörde pour désigner plus sobrement ces institutions de régulation ou ces agences chargées le plus souvent de produire une expertise indépendante et rigoureuse10. Elle a même tendance à individualiser la mission à travers la figure des Beauftragter, c’est-à-dire des délégués ou des chargés de mission.

13Toutefois, la polysémie de l’« autorité » en français, différente en cela de l’allemand mais aussi de l’anglais (où authority et leadership sont clairement séparés), introduit un jeu intéressant entre l’autorité formelle, liée au titre ou à la fonction, et l’autorité personnelle, véritable capacité de commandement ou d’influence appartenant en propre à une personne. Comme le note Yves Cohen, dès la fin du xixe siècle et notamment en mars 1891 la publication, dans la Revue des Deux Mondes, du célèbre article du futur maréchal Lyautey, « Le rôle social de l’officier », la polarité entre les deux sens du terme « joue de façon si forte qu’elle contribue à structurer véritablement le langage qui s’établit en France sur ces questions » (Cohen, 2013 : 50). Au-delà du langage, la manière même de penser l’exercice de l’autorité est tout entière affectée en France par cette tension, bien plus tôt d’ailleurs que ne le repère Yves Cohen. Les sciences sociales ne peuvent que s’en emparer, d’abord parce que la mise au point sémantique est un préalable nécessaire à la recherche, qui plus est dans une démarche croisée, mais aussi parce que ce jeu entre autorité formelle et autorité personnelle constitue une invitation à une historicisation de la relation d’autorité au ras du sol, comme d’ailleurs y appelle la lecture de certaines grandes œuvres sociologiques ou philosophiques sur la question.

Le regard des sciences sociales françaises et allemandes sur l’autorité

14Beaucoup d’auteurs français et allemands, sans parler de toute la tradition anglo-saxonne (par exemple Sennett, 1981 ; Huemer, 2013), offrent à l’historien des outils conceptuels pour penser l’autorité et en éprouver empiriquement les implications historiques. Certains sont très connus, comme Émile Durkheim, Max Weber, Georg Simmel, Hannah Arendt, Michel Foucault, Theodor Adorno, Herbert Marcuse ; d’autres un peu moins, comme le philosophe Alexandre Kojève, le sociologue François Bourricaud ou le politiste Theodor Eschenburg.

15Dans « Qu’est-ce que l’autorité ? », Arendt fit de cette notion un objet historique dont elle lia la transformation, ou plutôt la disparition, au développement du monde moderne dans notre siècle. Dans une démarche qui n’est pas sans rappeler celle qui a conduit Paul Valéry ou Stefan Zweig à identifier une « crise de civilisation » au lendemain de la Première Guerre mondiale, la philosophe allemande identifie en effet pour le xxe siècle (alors en cours puisque cette réflexion date de 1958) une « crise de l’autorité », en raison de l’effondrement progressif de la religion et de la tradition. Son approche toutefois n’a rien de nostalgique : ce qui lui importe principalement, en cohérence avec son œuvre théorique générale, est de tracer les limites entre autorité et violence, ainsi qu’entre autorité, domination ou encore totalitarisme, termes qui lui semblent trop souvent confondus. Dans cette perspective, elle propose la définition suivante, très semblable à celles qui ont été proposées par Weber ou Kojève :

« Puisque l’autorité requiert toujours l’obéissance, on la prend souvent pour une forme de pouvoir ou de violence. Pourtant l’autorité exclut l’usage de moyens extérieurs de coercition ; là où la force est employée, l’autorité proprement dite a échoué. L’autorité, d’autre part, est incompatible avec la persuasion qui présuppose l’égalité et opère par un processus d’argumentation. Là où l’on a recours à des arguments, l’autorité est laissée de côté. Face à l’ordre égalitaire de la persuasion, se tient l’ordre autoritaire, qui est toujours hiérarchique. S’il faut vraiment définir l’autorité, alors ce doit être en l’opposant à la fois à la contrainte par force et à la persuasion par arguments » (Arendt, 1989 : 123).

16L’autorité n’est donc ni la force ni la persuasion, mais la capacité à se faire obéir d’une autre manière. Elle a à voir, comme chez Weber, avec la reconnaissance socialement perçue de la légitimité d’une ou de plusieurs personnes à se faire obéir. Peut-on y voir une différence avec la domination, qui, elle, pourrait nécessiter l’usage de la force ? En tout cas, comme le montre la philosophe Catherine Colliot-Thélène dans la contribution au présent ouvrage qu’elle consacre à la pensée de la domination chez Weber, l’usage du mot « autorité » n’est pas central pour le sociologue allemand.

17L’historien peut également profiter des réflexions sur l’autorité du sociologue allemand Simmel et du philosophe d’origine russe, Kojève, introducteur dans les années 1930 de l’œuvre de Hegel en France. Tous deux partagent en effet une conception interactionnelle de l’autorité. Dans ses écrits sur la sociologie de 1908, le premier souligne que l’autorité du dominé correspond à une forme de reconnaissance de la légitimité du dominant et qu’elle ne peut s’entendre ni au sens de contrainte ni au sens d’une soumission nécessaire (sich-fügen-müssen) (Simmel, 1908 : 136). Le second a écrit en 1942 un essai roboratif intitulé La notion de l’autorité, exhumé en 2004. Davantage que d’autres auteurs, Kojève peut aider à envisager historiquement des formes et des pratiques de l’autorité. Il insiste d’abord beaucoup sur le caractère social et historique de celle-ci. Il permet donc de penser l’autorité non uniquement comme une idée, une qualité individuelle ou même comme un mode de domination collectif, mais comme une interaction entre des individus à un moment donné, dans un cadre donné. Il incite donc d’une certaine manière à changer d’échelle et à tenter ce que les historiens appelleraient une, ou plutôt des, micro-histoire(s) de l’autorité. La typologie qu’il propose, mettant en valeur quatre types purs d’autorité – le Père, le Maître, le Chef et le Juge –, qui là encore n’existent vraiment que par combinaisons, semble de ce point de vue autoriser des études situées davantage au niveau le plus élémentaire de la relation que les grandes perspectives wébériennes. C’est précisément parce que Kojève s’intéresse au cœur même de la relation d’autorité qu’il aborde davantage que d’autres son mystère. Pourquoi le « patient » de l’autorité accepte-t-il de se soumettre ? Ce mystère l’incite à déterminer des degrés : l’autorité absolue n’existe pas. Elle l’incite surtout à envisager le caractère périssable de la relation : « […] à chaque instant, écrit-il, la possibilité volontairement refoulée de la réaction peut s’actualiser et annuler ainsi l’Autorité » (Kojève, 2004 : 65).

18Penser l’autorité sur le mode relationnel permet donc de se débarrasser de grands blocs monolithiques (l’autorité comme absolu) et de mettre en arrière-plan les grandes structures de domination économique, politique, etc., pour tenter une étude fine des rôles dans la relation de l’autorité, des motivations des acteurs dans cette relation, une étude aussi de la construction puis de l’effacement de cette relation.

19En ce sens, à côté de Kojève, comment ne pas se référer aux analyses si stimulantes de Foucault sur les micro-pouvoirs, selon lesquelles le pouvoir ne s’exerce pas seulement verticalement, mais s’applique aussi horizontalement à tous les champs de la société (Foucault, 1975 ; 1997 : 25-30) ? La contribution de Michel Senellart à cet ouvrage permet à cet égard de comprendre toute la complexité et tous les apports possibles pour le chercheur en sciences sociales de la notion de « pouvoir » chez Foucault.

20Il convient malgré tout d’apporter une précision à ce stade du raisonnement. S’intéresser à la relation d’autorité au ras du sol et au quotidien ne consiste pas à faire comme si n’existaient que des individus et des relations interpersonnelles dans un monde sans institutions ni positions socio-économiques différenciées. Ces grandes dimensions constitutives de la relation d’autorité – par exemple entre notables et populations rurales, policiers et population, ouvriers et cadres de direction, membres et cadres d’un parti – doivent évidemment être intégrées à la réflexion, mais elles ne sauraient suffire : on n’a pas tout dit lorsqu’on les a énoncées, d’une part parce qu’elles ne sont pas monolithiques, d’autre part parce que ces relations sont inventées en grande partie sur le terrain en tenant compte de cet arrière-fond et des identités professionnelles et sociales. Il n’en demeure pas moins que celles-ci sont elles aussi construites en partie par la relation interpersonnelle. Cet aller-retour est bien résumé par François Bourricaud, un sociologue proche de Raymond Boudon, au début des années 1960 :

« Puisque les normes ne sont pas efficaces par elles-mêmes, elles ne sont réalisées que par l’intervention d’individus qui peuvent les accomplir ou, au contraire, chercher à s’en affranchir. L’autorité apparaît alors comme la régulation exercée au cours d’un processus d’interaction par certains individus qui contribuent, non seulement à faire respecter les normes, mais aussi à élaborer et à les consolider. Bref, l’autorité, c’est la personnalisation des règles, leur incarnation ou encore, la transfiguration symbolique de certains individus qui prennent à leur charge les normes collectives, et font de leur réalisation une responsabilité personnelle » (Bourricaud, 1961 : 389).

21Ce rapide survol des façons de penser l’autorité en sciences sociales nous montre que, hors du périmètre disciplinaire propre à l’histoire, le concept d’autorité est utilisé, pensé, interrogé, critiqué, pris en charge par plusieurs sciences humaines et sociales comme la philosophie et la sociologie politiques, mais aussi le droit – tant dans une approche anthropologique, incarnée par exemple par Alain Supiot (Supiot, 2005), que normative, par exemple chez Hans Kelsen (Kelsen, 1920) – et les sciences de l’éducation. Cet intérêt partagé pour cette notion atteste bien de son utilité pour penser et comprendre la complexité des sociétés dans le temps. Or, de façon paradoxale, alors qu’il s’agit d’une notion centrale du droit romain puis de la pensée politique dans l’espace germanique à l’époque moderne, la notion a rarement suscité l’intérêt des historiens allemands, qui lui préfèrent les concepts wéberiens de pouvoir (Macht) et de domination (Herrschaft).

L’autorité chez les historiens allemands

22À l’exception des historiens modernistes, l’historiographie allemande manie peu, voire pratiquement jamais, le concept d’autorité. Ce dernier avait pourtant été reconnu au début des années 1970 comme un concept historique fondamental. Il faisait en effet partie du premier volume alphabétique des Geschichtliche Grundbegriffe, cette monumentale entreprise dirigée par Otto Brunner, Werner Conze et Reinhart Koselleck visant à établir une topographie sémantique du langage politique et social de l’Allemagne contemporaine, qui avait basculé dans la modernité à l’époque du Sattelzeit (1750-1820). L’article sur le concept d’autorité avait été rédigé par l’historien moderniste Horst Rabe. Retraçant ses évolutions sémantiques de l’Antiquité jusqu’à la fin du xixe siècle, celui-ci insistait tout particulièrement sur la période moderne au cours de laquelle le concept avait été vidé de son sens par la théorie luthérienne des deux règnes avant de connaître une forme de retour en grâce sous l’impulsion des penseurs allemands de l’État (Lipsius, Althusius, Keckermann). Pourtant, peu à peu, la notion d’autorité céda sa place à celle de souveraineté. La renaissance du concept d’autorité s’opéra dans les cercles conservateurs au xixe siècle en réaction à la Révolution française avant de circuler et d’atteindre les penseurs du socialisme et de les diviser. D’un côté, certains comme Bakounine plaidaient pour la disparition de toute forme d’autorité dans la future société communiste, alors que, de l’autre, Friedrich Engels par exemple défendait son maintien tant que les conditions sociales n’étaient pas réunies pour dissoudre l’État. Pour Engels, la Révolution incarnait cette nouvelle forme d’autorité reconnue par le Peuple.

  • 11 Knaurs Lexikon. Th. Knaur Nachf., Berlin, 1939, p. 454.

23Cette histoire allemande des transformations sémantiques nous rappelle l’importance de ce concept dans l’histoire politique et sociale de longue durée. La « rupture de civilisation » (Diner, 1981) induite par l’expérience du Troisième Reich entre 1933 et 1945 a rendu difficile son utilisation par les historiens dans la seconde moitié du xxe siècle. À l’époque de l’Allemagne nazie, la notion d’Autorität était au cœur du Führerprinzip justifié entre autres par Carl Schmitt. En effet, ce mode d’exercice du pouvoir reposait d’une part sur l’infaillibilité de l’autorité du Führer et d’autre part sur sa diffusion à tous les niveaux d’exercice du pouvoir11. Dans le même temps, dès le début des années 1930, l’autorité fut au centre des recherches conduites par l’école de Francfort visant à expliquer la possible émergence d’une personnalité autoritaire à partir de ses préjugés et de ses stéréotypes (Adorno et al., 1950). Le succès de cette pensée donna naissance après-guerre en République fédérale d’Allemagne (RFA) à un puissant courant anti-autoritaire encore aujourd’hui très dynamique dans la pensée éducative.

24En outre, l’« hégémonie » intellectuelle exercée par l’école historique de Bielefeld dans les années 1970-1980 a conduit à privilégier une histoire soucieuse d’étudier les structures, les classes sociales, dans le but d’expliquer la « catastrophe allemande » de 1933-1945. Même avec l’éveil de l’histoire du quotidien et l’attention accordée aux interactions à l’échelle micro à partir des années 1980, les historiens allemands du contemporain ne mobilisèrent pas davantage le concept d’autorité. Il est frappant de constater par exemple que cette notion n’est jamais apparue dans aucun titre parmi les articles publiés par la grande revue d’histoire du temps présent en Allemagne (Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte) depuis sa création en 1953. Seuls les historiens modernistes semblent utiliser le concept d’autorité outre-Rhin. Entre 2001 et 2011, des historiens modernistes de l’université de Munich ont conduit un important projet interdisciplinaire (SFB, Sonderforschungsbereich) intitulé « Pluralisation et autorité à l’époque moderne ». Dans ce cadre, l’autorité est pensée comme s’incarnant dans des instances politiques et religieuses dont le principal défi à l’époque moderne est d’adapter leurs modalités d’exercice de l’autorité aux conditions nouvelles. Elle y est pensée comme un pouvoir reconnu comme ayant de la valeur (Geltungsmacht) et qui permettait de produire et de légitimer des décisions politiques (Oesterreicher, Regn et Schulze, 2003).

25La question du pouvoir intéresse naturellement les historiens allemands, mais nombre d’entre eux préfèrent travailler dans une perspective d’histoire sociale du politique à partir des concepts wébériens de pouvoir et domination (Macht/Herrschaft) et non d’autorité, notamment en ce qui concerne l’histoire du communisme (Christian et Droit, 2005). C’est dans ce cadre de pensée qu’est apparu l’un des pôles historiographiques les plus utiles pour mener une histoire relationnelle de l’autorité. Les réflexions théoriques et les travaux empiriques développés par deux représentants de l’histoire sociale du quotidien (Alltagsgeschichte), Alf Lüdtke (Lüdtke, 1994, 1998) et Thomas Lindenberger (Lindenberger, 1999, 2003), sur la domination comme pratique sociale (Herrschaft als soziale Praxis) ont permis, tant pour l’histoire du Troisième Reich que pour celle de la RDA, d’étudier les relations d’échange, même déséquilibrées, entre ceux qui exerçaient un pouvoir (Macht) et ceux qui le subissaient mais n’étaient pas dénués de ressources. Cette démarche invita ces historiens à partir sur les traces laissées par ces conduites d’Eigen-Sinn, que l’on traduisit d’abord en français par l’expression « domaine réservé » (Lüdtke, 1984) puis par celle de « quant-à-soi ». Tout en laissant le soin à Thomas Lindenberger de présenter dans cet ouvrage la généalogie, le sens et l’utilité heuristique du concept d’Eigen-Sinn, on peut en donner ici un premier aperçu. L’Eigen-Sinn désigne une palette de comportements allant de l’engagement zélé à l’opposition la plus farouche par lesquels des individus donnent du sens à leurs actions au regard de tout un ensemble de règles, d’attentes et d’expériences constituant leur environnement social. Dans le cadre de régimes autoritaires, un tel concept permet notamment de s’interroger tout à la fois sur les « limites de la dictature » (Lindenberger, 1996) et la « dictature des limites ».

  • 12 Pour le dialogue entre une socio-histoire « française » de la RDA et l’histoire sociale « allemande (...)

26Les travaux d’Alf Lüdtke et de Thomas Lindenberger illustrent à merveille tout l’apport de cette notion qui a été reprise depuis par d’autres (par exemple Kott, 2001 ; Rowell, 2006)12. Il est utile ici d’en donner un court aperçu. Lüdtke s’est intéressé au comportement de la « classe ouvrière » allemande sous les régimes de dictature au xxe siècle (Lüdtke, 1996, 2000). En accordant une attention toute particulière à ce « désir de n’en faire qu’à sa tête », qui pouvait prendre par exemple la forme de chahuts entre ouvriers, de désengagement par rapport aux normes imposées par la direction ou de mise à distance des ordres donnés par le contremaître sur le mode de la dérision, il a notamment remis en cause l’existence d’une entité sociale homogène mue par des intérêts communs qu’on appellerait « classe ouvrière ». Cette approche a notamment permis de mieux comprendre l’ambiguïté des attitudes politiques des ouvriers allemands à l’arrivée des nazis au pouvoir.

27Thomas Lindenberger, quant à lui, a étudié à travers l’analyse de la police « ordinaire » (Volkspolizei) l’enracinement de la domination du Parti socialiste unifié allemand (Sozialistische Einheitspartei Deutschlands, SED) au sein de la société de la RDA. Sa thèse est la suivante : le succès de la stabilité du pouvoir communiste a certes tenu en partie à la longue durée des habitudes ancrées de comportements et de représentations en termes d’ordre et de désordre, mais il a aussi, et surtout, reposé sur la capacité du régime à gouverner par capillarité, c’est-à-dire à diffuser le pouvoir, à encadrer et contrôler les individus dans un dense réseau d’agents de l’autorité. Son argumentation repose sur l’analyse historique du dense réseau de policiers de proximité, les Abschnittsbevollmächtigte, qui incarnaient parfaitement cette économie politique du pouvoir est-allemand. À l’échelle du quartier d’une ville ou d’une commune rurale, ces officiers étaient toujours disponibles pour la population et, à force de proximité, savaient tout d’elle. À l’époque de la collectivisation forcée, dans les années 1950, ils se sont retrouvés aux avant-postes pour diffuser la « bonne parole » politique auprès de paysans socialisés par les Junker (nobles propriétaires fonciers) prussiens. Incarnant l’autorité du SED, ils se rendirent compte qu’ils devaient composer avec ces paysans, notamment en faisant remonter leurs protestations contre la politique de collectivisation. Cette expérience de terrain leur donna une forme d’autorité technique auprès du parti puisqu’ils en vinrent à apparaître comme des experts agricoles, mais l’attention qu’ils accordaient aux revendications des propriétaires fonciers leur permit aussi d’asseoir d’un autre côté leur autorité personnelle auprès de la population rurale (Lindenberger, 1998).

28Cette histoire sociale de la domination déconstruit donc les entités et les classifications « d’en haut » pour partir sur les traces des acteurs, de leurs logiques et de leurs expériences (Lebenswelt). Il s’agit d’une histoire exigeante, qui repose sur un patient travail de collecte de données, une reconstitution minutieuse des situations dans le temps et dans l’espace et qui se garde de monter trop rapidement en généralité. Reposant de longue date sur l’usage des concepts wébériens et renouvelée par l’introduction de la notion d’Eigen-Sinn, cette historiographie allemande nous permet donc de penser la complexité et la densité des relations d’autorité.

L’autorité dans l’historiographie française

29On ne peut prendre en compte toutes les études historiques produites depuis des décennies sur les quatre grandes périodes de l’histoire et on ne procédera ici qu’à un ensemble de remarques très restreintes, fortement simplificatrices et essentiellement consacrées à l’histoire contemporaine. La principale difficulté consiste à circonscrire ce qui pourrait relever ou non d’une « histoire de l’autorité », que l’on contribue sans doute artificiellement à créer comme domaine spécifique en la nommant (voir sur ce point Karila-Cohen, 2013). D’une certaine manière, presque tout ce qu’écrivent les historiens relève de cette histoire : décrire la féodalité, l’absolutisme, la révolution industrielle, c’est peu ou prou désigner des hiérarchies, dépeindre des organisations, analyser des mutations à l’issue desquelles se dégagent des positions de domination. Dans la perspective que l’on a indiquée plus haut, tout dépend toutefois de l’importance accordée aux relations interpersonnelles quotidiennes, aux étapes de mise en place et éventuellement de délitement de ces relations et aux effets des incorporations collectives et individuelles de la domination. Force est de constater à cet égard que l’histoire politique la plus institutionnelle comme l’histoire sociale marxiste ou inspirée en partie par le marxisme ont laissé très peu de place à ces questionnements. Du côté de la première, la description des mécanismes institutionnels les plus généraux semble automatiquement impliquer la distribution du pouvoir et l’obéissance des sujets ou citoyens : l’État est, ses agents sont, et cela suffit. Nulle réflexion ne s’ensuit sur la manière dont les « dominants », pour aller vite, ressentent et exercent leur rôle ou sur les interactions les plus banales avec les « dominés ». Seules les révoltes ou les révolutions appellent dès lors l’attention, comme si rien ne se passait dans les rapports de pouvoir en dehors de la soumission ou de la révolte. Du côté de la seconde, l’étude de la formation des classes sociales et de la domination de la bourgeoisie sur la classe ouvrière s’est faite pendant très longtemps « d’en haut », au moyen de vastes enquêtes quantitatives. D’une certaine manière, une fois le cadre posé, la domination allait de soi et il n’y avait pas lieu de l’interroger.

30Ici ou là, des œuvres singulières ont toutefois su interroger davantage que d’autres la construction, le maintien ou l’effritement de relations d’autorités prises de plus bas. Parmi les grandes thèses d’histoire sociale des années 1970, on peut citer, par exemple, le magnifique chapitre consacré par Michelle Perrot aux meneurs des grèves des années 1870-1890 en France (Perrot, 1974 : t. II : 450-484). Certains sont des « lucioles, [des] meneurs épisodiques, [des] révoltés d’un jour », d’autres des « récidivistes », d’autres encore se rapprochent des militants plus modernes des organisations syndicales en formation. Tous ont possédé, un moment, un ascendant sur leurs camarades, ont suscité la curiosité et l’exaspération des « autorités », ont laissé dès lors quelques traces dans les archives. « J’aurais voulu les traquer en chacune de leur conscience, mieux, de leur subconscience, pour y saisir le nœud de leur révolte et le secret de leur influence », écrit l’historienne, dessinant une des directions possibles d’une histoire de l’autorité, y compris dans la subversion, mais aussi de ses limites car il a fallu, précise-t-elle d’emblée, « en rabattre ». On peut penser également aux superbes chapitres consacrés par Rolande Trempé au lent processus de prolétarisation des mineurs de Carmaux, petits propriétaires venus chercher un salaire d’appoint à la mine et peu à peu soumis à des horaires et à des règlements les obligeant à choisir le travail industriel et à abandonner leur premier état, qui garantissait pourtant leur indépendance. La question de l’autorité y est centrale, car les patrons des charbonnages en défendent le principe contre l’autonomie des paysans-mineurs (Trempé, 1971). Enfin, dans une tradition et un style différents, on voudrait citer ici le très beau livre de Michel Denis, Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne, paru en 1977, réflexion consacrée de fait aux variations des formes du pouvoir politique et social au xixe siècle : comment la noblesse de ce département de l’Ouest conservateur chercha à maintenir ou réinventer son autorité sans y parvenir, comment ces dominants furent, à une autre échelle, des dominés qui finirent par être de véritables perdants de l’histoire.

31On pourrait multiplier les exemples. Si toutefois on se concentre sur les études qui portent de manière plus directe sur l’histoire des conceptions et/ou des relations d’autorité ou encore des pratiques de commandement, on peut assurément relever les marques d’un intérêt plus prononcé ces dernières années dans les quatre grandes périodes académiques. Pour prendre l’exemple de périodes hautes, on peut citer, entre autres, le travail de Vincent Azoulay sur la « charis » chez Xénophon, nourri de lectures venues des sciences sociales (Azoulay, 2004), ou encore, en histoire médiévale, l’ouvrage de Jacques Dalarun, Gouverner, c’est servir, dans lequel l’historien a analysé de manière très originale les modes d’organisation des principaux ordres religieux du Moyen Âge chrétien à la lumière des analyses de Foucault sur le pouvoir (Dalarun, 2012). Si l’on devait schématiser les orientations de ces études, récentes ou plus anciennes, on pourrait distinguer d’une part une histoire de l’idée d’autorité (par exemple Schnapper, 1991 ; Jaume, 2002 ; Machelon, 2003 ; Pranchère, 2004) et, de l’autre, une histoire tout à la fois conceptuelle et pratique, dans laquelle on peut ranger, malgré la diversité de leurs approches, l’article d’Esteban Buch sur le chef d’orchestre comme métaphore de l’autorité (Buch, 2002), le numéro cité plus haut du Mouvement social, l’étude d’Emmanuel Saint-Fuscien sur la relation d’autorité pendant la Grande Guerre (Saint-Fuscien, 2011) ou encore le livre d’Yves Cohen, Le siècle des chefs, déjà évoqué, authentique chef-d’œuvre qui couronne des années de recherche ponctuées par de nombreux articles d’étape sur la question.

32L’appétit des historiens pour la description minutieuse des relations d’autorité et pour la réflexion sur les effets de pouvoir peut être porté aujourd’hui non seulement par le contexte social dont il a été question plus haut mais aussi par le mouvement général de décloisonnement des diverses sciences sociales caractérisées par une interdisciplinarité non plus seulement affirmée mais inscrite dans la pratique d’une part de plus en plus importante de chercheurs (Offerlé et Rousso, 2008). Les historiens qui s’inscrivent dans cette démarche ne se contentent plus des études de leurs seuls collègues et puisent ce qui pourrait leur servir dans la boîte à outils des sciences sociales. En l’occurrence, en dehors des grandes réflexions citées plus haut, la célèbre typologie d’Albert Hirschman (Hirschman, 1970) – Exit, Voice, and Loyalty : Responses to Decline in Firms, Organizations, and States – tout comme les fameux textes caché et public de James Scott (Scott, 2008) constituent des ressources pour mille recherches sur l’autorité, de même qu’est stimulante la démarche de la socio-histoire autour des formes de domination à distance, parfois actualisées dans des relations de face-à-face (Noiriel, 2006). On l’aura compris, si l’histoire de l’autorité ne constitue pas en soi un champ d’étude très circonscrit, le questionnement spécifique qui structure ce livre s’intègre bien à des lignes de force de l’historiographie actuelle.

Présentation de l’ouvrage

33Mener une histoire relationnelle de l’autorité, à l’échelle d’un pays ou avec des ambitions d’histoire croisée, suppose d’abord de s’entendre sur les termes – « pouvoir », « domination », « autorité », pour citer les plus importants – et de comprendre quel est leur sens dans les pensées des philosophes et des sociologues les plus cités sur ces questions. Parle-t-on de la même chose lorsque l’on évoque la « domination » chez Weber et chez Bourdieu ? Quel rapport existe-t-il (y en a-t-il même un ?) entre la notion de « pouvoir » chez Foucault et la « domination » chez ces deux derniers auteurs ? Tout le sens de la première partie de l’ouvrage – « Retour sur un répertoire conceptuel hétérogène » – consiste donc non seulement à aider l’historien à penser les implications théoriques de la notion d’autorité et des notions proches, mais aussi, autant que faire se peut, à faire dialoguer les conceptions de Weber (Catherine Colliot-Thélène), Foucault (Michel Senellart) et Bourdieu (François Buton) sur les notions de « domination » et de « pouvoir ». Nous sommes partis du constat que cet effort de mise en confrontation de ces différents systèmes de pensée sur ces notions n’existait tout simplement pas.

  • 13 Signalons dans la même perspective la parution d’une nouvelle traduction, longtemps attendue, des é (...)

34Loin d’adopter une attitude « religieuse » vis-à-vis de ces textes, les contributeurs de cette première partie, qui comptent parmi les meilleurs spécialistes de ces auteurs, partagent le souci de retracer la généalogie et la réception de ces pensées, qui continuent d’exercer une forte attractivité sur les chercheurs en sciences sociales, tout en s’interrogeant sur les usages que nous pouvons en faire aujourd’hui. La philosophe Catherine Colliot-Thélène reprend minutieusement tout le dossier des textes de Weber sur la domination, dispersés, parfois non ou mal traduits13, pour en livrer une analyse au plus près de leur chronologie et de leur sens dans un système en train de se construire. De même, Michel Senellart, philosophe et éditeur de plusieurs des cours de Foucault au Collège de France, se livre à une analyse serrée de la notion de « pouvoir » chez Foucault, difficile à stabiliser de prime abord tant la pensée de ce dernier évolue : il rend compte non seulement des lignes de forces internes de sa réflexion sur cette question, mais aussi des relations entre la pensée de Foucault et la tradition wébérienne sur ce point. Enfin, dans sa contribution consacrée à la pensée de la domination chez Bourdieu, le politiste François Buton rappelle la filiation wébérienne, mais aussi durkheimienne, tout aussi fondamentale chez Bourdieu, tout en soulignant l’apport plus spécifique du sociologue français, à savoir une « interrogation sur les conditions de félicité ou d’efficacité de la domination comme pouvoir légitime ».

35Dans les deux parties suivantes, nous avons invité des historiens français et allemands à mettre ces outils conceptuels à l’épreuve d’enquêtes de terrain en France et en Allemagne à l’époque contemporaine (xixe et xxe siècles). D’un point de vue méthodologique, ces contributions partagent indéniablement certaines affinités électives. L’accent est mis sur les agents de l’autorité et les modalités de son exercice dans la deuxième partie (« Exercer l’autorité au quotidien ») et sur sa mise en question dans la troisième (« Contourner, résister, louvoyer : l’autorité en question »). Mise en question qui passe plus souvent par des formes de contournement que par des résistances ouvertes, ce qui donne lieu, dans la troisième partie, à deux contributions mi-empiriques mi-théoriques. Dans l’une d’entre elles, Thomas Lindenberger, l’un des grands historiens allemands de l’Eigen-Sinn, démontre comment ce concept forgé par Lüdtke a réussi à quitter son premier champ d’application (l’histoire du mouvement ouvrier à l’époque contemporaine) pour se déployer avec toute sa puissance explicative dans d’autres champs historiographiques, comme celui portant sur la RDA. La présence de ce texte dans ce volume nous apparaît d’autant plus précieuse que les historiens français non germanophones ne peuvent accéder pour l’instant qu’à de très rares textes de cet historien de premier plan. Or, la notion d’Eigen-Sinn, pour l’histoire qui nous occupe, est un outil majeur d’analyse. Une autre contribution au carrefour entre étude de cas et essai théorique est celle d’Yves Cohen : sa « réflexion historique contemporaine sur la multiplicité simultanée des autorités » constitue un dépassement des usages trop simples des pensées canoniques de la domination et un appel à penser les autorités établies en un lieu et un moment comme « des compromis plus ou moins imposés et temporaires » à propos desquels il importe d’avoir « une conception non pas statique ou instantanée mais dynamique, disputée et processuelle ». Il s’agit donc de penser l’autorité première, celle qui s’exerce principalement dans un contexte donné, en ne cessant de l’observer en prise avec des autorités secondes, aux forces variées.

36À n’en pas douter, il y a là de quoi complexifier les approches empiriques des relations de domination. Celles que nous présentons dans ce volume, relevant soit de l’exercice, soit de la contestation de l’autorité, sont déjà marquées par une forte problématisation. Dans une étude croisée des polices en uniforme à Paris et à Berlin à la fin du xixe siècle, Quentin Deluermoz souligne toute la difficulté à saisir l’autorité au quotidien, qui plus est sur deux terrains différents. Après avoir décrit la circulation des modèles policiers entre Londres, Paris et Berlin et rappelé le poids des historiographies nationales dans les lectures interprétatives des relations entre police et société, il esquisse des perspectives prometteuses autour de ce qu’il appelle « le charisme du fonctionnaire », une formule proche du « charisme d’office » développé par Max Weber. Cette approche présente l’avantage de « poser la question de ce lien historiquement construit », ce qui implique une attention toute particulière aux interactions de terrain parfois difficiles à saisir dans les sources. Dans une monographie consacrée aux relations clientélistes liées au vote dans les Alpes-Maritimes entre 1870 et 1900, Henri Courrière rend compte, quant à lui, des mutations de l’autorité des élus lors de l’installation de la Troisième République, qui rend ces relations plus difficiles à justifier de prime abord. Il montre comment évoluent très concrètement à cette aune les relations entre élus et populations locales et les formes de la mobilisation électorale. C’est toute la complexité de l’exercice de l’autorité et de sa légitimation dans un cadre démocratique qui est présentée ici.

37Enfin, trois contributions portent sur l’histoire de la RDA. Ce régime de dictature constitue un terrain d’enquête particulièrement pertinent pour étudier la relation d’autorité. Délaissant un modèle totalitariste explicatif basé sur la terreur et la contrainte, des historiens du social essaient en effet dans la foulée des travaux de Thomas Lindenberger et d’autres historiens du Centre d’histoire du temps présent de Potsdam depuis le milieu des années 1990 de penser la domination comme une pratique sociale (Christian et Droit, 2005). À travers l’exemple de la figure de l’enseignant en RDA, Emmanuel Droit s’attache à distinguer l’autorité éducative de l’autorité politico-idéologique de cet agent éducatif. Le réinscrivant dans un contexte institutionnel caractérisé par la concurrence des fonctionnaires des organisations de jeunesse, il choisit la classe comme observatoire le plus approprié pour réfléchir sur la façon dont les enseignants est-allemands exerçaient leur autorité. Or, le prisme de trois événements politiques marquants de l’histoire de la RDA (le 17 juin 1953, la construction du mur de Berlin en août 1961 et l’invasion de la Tchécoslovaquie en août 1968 par les troupes du pacte de Varsovie) lui permet de montrer que ces enseignants de mieux en mieux formés renoncent insensiblement à exercer leur autorité politico-idéologique. Cette forme de désengagement va de pair avec un renforcement de leur autorité éducative, reconnue par les élèves. Le pouvoir socialiste encadre et contrôle bien sa jeunesse, mais il ne la dirige pas. Michel Christian s’intéresse pour sa part à la façon dont un membre du Parti socialiste unifié est-allemand (SED) refuse de reconnaître l’autorité du parti au sujet d’une augmentation de loyer jugée arbitraire. Il met en lumière la manière dont le « camarade J. » mobilise ses expériences et ses ressources, en termes de capital militant et politique, pour agir sur la relation de domination dans laquelle il est impliqué. Cette étude de cas lui permet en quelque sorte de tester la validité de grands modèles, tels que l’Eigen-Sinn ou la typologie d’Hirschman. L’historienne allemande Renate Hürtgen s’est, elle, penchée sur la figure du contremaître dans les entreprises d’État en RDA. L’un des grands intérêts de sa contribution est de réinscrire cette étude de cas dans l’histoire de l’entreprise en Allemagne mais aussi du mouvement ouvrier et de toute la réflexion sur l’organisation du travail dans les entreprises industrielles. À l’instar de ce qui existait dans les entreprises occidentales, ce « sous-officier industriel » (Marx) était chargé de préparer et d’organiser la production ainsi que de diriger et de contrôler le travail productif. Son autorité reposait sur son savoir productif et sur sa capacité à faire reconnaître aux ouvriers que le travail exigeait un encadrement technique. Mais, comme le montre très bien Renate Hürtgen à partir d’une enquête mobilisant des archives écrites et des sources orales, cette autorité a connu une très forte érosion dans le contexte est-allemand. Réduit à n’être qu’un auxiliaire de la volonté planificatrice et dirigiste du SED et donc à incarner in fine les défaillances de l’économie socialiste, fragilisé par la politisation de la fonction, il s’est transformé peu à peu en tigre de papier, incarnant d’une certaine manière une forme de désenchantement de l’expérience socialiste.

38On est certes encore loin de l’histoire croisée désignée plus haut comme un objectif souhaitable et potentiellement très fécond. Toutefois, par la mise à plat, puis à l’épreuve, d’un certain nombre de notions travaillées depuis des décennies tant en France qu’en Allemagne et par la confrontation de traditions historiographiques nationales encore trop souvent cloisonnées, le présent ouvrage voudrait constituer une étape sur ce chemin, et ce d’autant plus qu’il s’agit incontestablement d’un champ prometteur. Une des pistes à creuser pourrait être, par exemple, dans un contexte favorable au dialogue entre histoire et fiction d’associer historiens et spécialistes de la littérature (et du cinéma) dans un travail de réflexion sur la mise en scène (littéraire, filmique) de l’autorité. On pourrait aussi songer à approfondir le dialogue avec les politistes dans le but d’interroger le processus de désacralisation de la fonction politique dans nos démocraties modernes sorties du modèle patriarcal (Mitscherlich, 1963) ou, dans une perspective d’histoire du genre, à étudier la transformation des modèles d’autorité dans le contexte du passage d’une sémantique hiérarchisée à une « sémantique de l’égalité » (Luhmann, 1988). Les historiens n’ont donc pas fini de se pencher sur cette Pathosformel. Puisse ce livre contribuer à ouvrir une réflexion ouverte sur le dialogue pluridisciplinaire et international.

Bibliographie

Bibliographie

Adorno Theodor W. et al., 1950. The Authoritarian Personality. New York, Harper & Row.

Arendt Hannah, 1989 [1961]. « Qu’est-ce que l’autorité ? » [1955 pour le texte allemand], in La crise de la culture. Huit exercices de pensée politique, traduit de l’anglais sous la direction de Patrick Lévy. Paris, Gallimard, coll. « Folio Essais » : 121-185.

Azoulay Vincent, 2004. Xénophon et les grâces du pouvoir : de la charis au charisme. Paris, Publications de la Sorbonne.

Bourricaud François, 1961. Esquisse d’une théorie de l’autorité. Paris, Plon.

Chateaubriand François-René de, 1989 [1848]. Mémoires d’outre-tombe, édité et annoté par Maurice Levaillant et Georges Moulinier. Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Buch Esteban, 2002. « Le chef d’orchestre : pratiques de l’autorité et métaphores politiques », Annales HSS, n° 4 : 1001-1030.

Charle Christophe, 2011. Discordance des temps. Une brève histoire de la modernité. Paris, Armand Colin.

ChristianMichel et DroitEmmanuel, 2005. « Écrire l’histoire du communisme : l’histoire sociale de la RDA et de la Pologne communiste en Allemagne, en Pologne et en France », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 61 : 118-133.

Christiano Thomas, 2008. The Constitution of Equality. Democratic Authority and its Limits. Oxford, Oxford University Press.

Cohen Yves, 2013. Le siècle des chefs. Une histoire transnationale du commandement et de l’autorité (1890-1940). Paris, Éd. Amsterdam.

Custine Marquis de, 1975 [1843]. Lettres de Russie. La Russie en 1839, édition présentée et établie par Pierre Nora. Paris, Gallimard, coll. « Folio ».

Dalarun Jacques, 2012. Gouverner, c’est servir. Essai de démocratie médiévale. Paris, Alma.

Damien Robert, 2011. « De l’autorité et de son chef », Cités, n° 6 : 9-12.

Denis Michel, 1977. Les royalistes de la Mayenne et le monde moderne xixe-xxe siècles. Paris, Klincksieck.

Diner Dan (dir.), 1981. Zivilisationsbruch. Denken nach Auschwitz. Francfort-sur-le-Main, Fischer.

Droit Emmanuel, 2009. Vers un homme nouveau ? L’éducation socialiste en RDA (1949-1989). Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Foucault Michel, 1975. Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des Histoires ».

— 1997. « Il faut défendre la société », Cours au collège de France, 1975-1976. Édition établie sous la direction de François Ewald et al. Paris, Gallimard/ Le Seuil.

Fridenson Patrick, 1996. « L’autorité dans l’entreprise en France et en Allemagne, 1880-1914 », in Jürgen Kocka (dir.), Les bourgeoisies européennes au xixe siècle. Paris, Belin, 307-322.

Hirschman Albert O., 1970. Exit, Voice and Loyalty. Responses to Decline in Forms, Organizations and States. Cambridge, Harvard University Press.

Huemer Michael, 2013. The Problem of Political Authority. An Examination of the Right to Coerce and the Duty to Obey. Houndmills, Palgrave Macmillan.

Jaume Lucien, 2002. « La théorie de l’autorité chez Benjamin Constant », Historical Reflections, Réflexions historiques, n° 28 : 455-470.

Karila-cohenpierre, 2008a. « L’autorité, objet d’histoire sociale », Le Mouvement social, n° 224 : 3-8.

— 2008b. L’état des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814- 1848). Rennes, Presses universitaires de Rennes.

— 2013. « Une histoire sans les chefs est-elle possible ? Pour une histoire concrète des relations d’autorité », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 91 : 118-136.

Kelsen Hans, 1920. Vom Wesen und Wert der Demokratie, Mohr, Tübingen. Texte édité en français par la maison d’édition Sirey en 1932 puis réédité chez Dalloz en 2004 sous le titre La démocratie : sa nature, sa valeur.

Kojève Alexandre, 2004 [1942]. La notion de l’autorité. Édité et présenté par François Terré. Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées ».

Koselleck Reinhart, 1990 [1979]. Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, traduit de l’allemand par Jochen et Marie-Claire Hoock. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Kott Sandrine, 2001. Le communisme au quotidien. Les entreprises d’État dans la société est-allemande. Paris, Belin.

Kott Sandrine et Droit Emmanuel (dir.), 2006. Die ostdeutsche Gesellschaft. Eine transnationale Perspektive. Berlin, Links Verlag.

LindenbergerThomas, 1996, « Alltagsgeschichte und ihr Beitrag zur Erforschung der Sozialgeschichte der DDR », in Ralph Jessen et Richard Bessel (dir.). Die Grenzen der Diktatur. Staat und Gesellschaft in der DDR. Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht : 298-325.

— (dir.), 1998. « La police populaire de la RDA de 1952 à 1958. Une micro-étude sur la gouvernementalité de l’État socialiste », Annales HSS, 53, 1 : 119-152

— 1999. Herrschaft und Eigen-Sinn in der Diktatur. Studien zur Gesellschaftsgeschichte der DDR. Cologne, Böhlau.

— 2003. « Secret et public : société et polices dans l’historiographie de la RDA », Genèses. Sciences sociales et histoire, n° 52 : 33-57.

Lüdtke Alf, 1984. « Le domaine réservé : affirmation de l’autonomie ouvrière et politique chez les ouvriers d’usine en Allemagne à la fin du xixe siècle », Le Mouvement social, n° 126 : 29-52.

— 1994. Histoire du quotidien (dir.), traduit de l’allemand par Olivier Mannoni. Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

— 1996. « Ouvriers, Eigensinn et politique dans l’Allemagne du xxe siècle », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 113 : 91-101.

— 1998. « La RDA comme histoire. Réflexions historiographiques », Annales HSS, 53, 1 : 3-39.

— 2000. Des ouvriers dans l`Allemagne du xxe siècle : le quotidien des dictatures. Paris, L’Harmattan.

Luhmann Niklas, 1988. « Frauen, Männer und George Spencer Brown », Zeitschrift für Soziologie, vol. 17, n° 1 : 47-71.

Machelon Jean-Pierre, 2003. « L’autorité », in Vincent Duclert et Christophe Prochasson (dir.), Dictionnaire critique de la République. Paris, Flammarion : 100-105.

Mariot Nicolas et Rowell Jay, 2004. « Visites de souveraineté et construction nationale en France et en Allemagne à la veille de la Première Guerre mondiale : une comparaison asymétrique », in Michael Werner et Bénédicte Zimmerman (dir.), De la comparaison à l’ histoire croisée. Paris, Le Seuil, coll. « Le genre humain » : 181-211.

MitscherlichAlexander, 1963. Auf dem Weg zur vaterlosen Gesellschaft – Ideen zur Sozial-Psychologie. Munich, Piper.

Mommsen Theodor, 1888. Römisches Staatsrecht III, Leipzig, Hirzel.

Monod Jean-Claude, 2012. Qu’est-ce qu’un chef en démocratie ? Politiques du charisme. Paris, Le Seuil.

Munck Jean De, 2003 [2000]. « Les métamorphoses de l’autorité », in Antoine Garapon et Sylvie Pédriolle (dir.), Quelle autorité ? Paris, Hachette Littératures, coll. « Pluriel » : 24-50.

Noiriel Gérard, 2006. Introduction à la socio-histoire. Paris, La Découverte, coll. « Repères ».

Oesterreicher Wulf, Regn Gerhard et Schulze Winfried (dir.), 2003. Autorität der Form – Autorisierung – institutionelle Autorität. Münster, LIT.

Offerle Michel et Rousso Henry (dir.), 2008. La fabrique interdisciplinaire. Histoire et science politique. Rennes, Presses universitaires de Rennes.

PerrotMichelle, 1974. Les ouvriers en grève. France, 1871-1890. Paris, Mouton, 2 vol.

Pranchère Jean-Yves, 2004. L’autorité contre les Lumières. La philosophie de Joseph de Maistre. Genève, Droz.

Reichenbach Roland, 2011. Pädagogische Autorität. Macht und Vertrauen in der Erziehung. Stuttgart, Kohlhammer.

Revault d’Allonnes Myriam, 2006. Le pouvoir des commencements. Essai sur l’autorité. Paris, Le Seuil.

Rowell Jay, 2006. Le totalitarisme au concret. Les politiques du logement en RDA. Paris, Economica.

Saint-Fuscien Emmanuel, 2011. À vos ordres ? La relation d’autorité dans l’armée française de la Grande Guerre. Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales.

Schnapper Bernard (dir.), 1991. Voies nouvelles en histoire du droit. La justice, la famille, la répression pénale (xviexxe siècles). Paris, Presses universitaires de France.

Scott James, 2008 [1992]. La domination et les arts de la résistance. Fragments du discours subalterne, traduit de l’anglais par Olivier Ruchet. Paris, Éd. Amsterdam.

Sennett Richard, 1981 [1980]. Autorité, traduit de l’anglais par Férial Drosso et Claude Roquin. Paris, Fayard, « L’espace du politique ».

Serres Michel, 2012. Petite poucette. Paris, Éd. du Pommier.

Simmel Georg, 1908. « Über- und Unterordnung », Soziologie. Untersuchungen über die Formen der Vergesellschaftung. Berlin, Duncker & Humblot : 101-185.

Sintomer Yves, 1994. « Pouvoir et autorité chez Hannah Arendt », L’Homme et la société, n° 113 : 117-131.

Supiot Alain, 2005. Homo juridicus : essai sur la fonction anthropologique de droit. Paris, Le Seuil, coll. « La couleur des idées ».

Tavoillot Pierre-Henri, 2011. Qui doit gouverner ? Une brève histoire de l’autorité. Paris, Grasset.

trempé Rolande, 1971. Les mineurs de Carmaux : 1848-1914. Paris, Éditions ouvrières, 1971.

Warburg Aby, 1990. Essais florentins, textes traduits de l’allemand par Sybille Muller. Paris, Klincksieck.

Weber Max, 2013. La domination, traduit de l’allemand par Isabelle Kalinowski, édition critique française établie par Yves Sintomer. Paris, La Découverte.

Werner Michael et Zimmermann Bénédicte, 2004. « Penser l’histoire croisée : entre empirie et réflexivité », in Michael Werner et Bénédicte Zimmermann (dir.), De la comparaison à l’histoire croisée. Paris, Le Seuil, coll. « Le Genre humain » : 15-49.

Notes

1 « L’autorité est plus qu’un conseil et moins qu’un ordre. »

2 Hannah Arendt, dont il sera question plus bas, fonde une grande partie de son analyse de l’autorité sur l’origine romaine de la notion. Pour une analyse philosophique de la différence entre auctoritas et potestas : Revault d’Allonnes, 2006 : 25-66.

3 On peut également noter l’existence entre 2011 et 2014 du séminaire de l’équipe Sophiapol (université Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), « Les conceptions contemporaines de la domination », animé par Vincent Bourdeau, Marie Garrau, Stéphane Haber, Christian Lazzeri et Alice Le Goff.

4 Par exemple, les quatre initiatives suivantes : « L’autorité : définition, enjeux, perspective », XIVe journées d’étude de Pratiques sociales du 20 au 22 octobre 2008 ; « L’autorité en littérature. Exercice, partage, contestations », colloque international tenu à l’université Rennes 2 du 16 au 18 octobre 2008 sous la direction scientifique d’Emmanuel Bouju ; le fait qu’une association telle que l’Association des psychologues de l’Éducation nationale du département des Hautes-Pyrénées consacre les 27-28 mai 2013 son colloque annuel au thème de l’autorité ; « La notion d’autorité en droit », colloque organisé par l’équipe ciremia, université François Rabelais de Tours, 10 et 11 mars 2011.

5 Ce séminaire intitulé « Le pouvoir au quotidien (France, Allemagne, Europe de l’Est xixe-xxe siècles) s’est tenu dans le cadre du Centre de recherches historiques de l’Ouest (cerhio), université Rennes 2. Nous tenons ici à remercier tous les participants et les intervenants de ce séminaire qui, par leurs contributions, ont rendu possible cette publication.

6 Annuaire de l’administration préfectorale. Organisation, personnel des fonctionnaires, notices individuelles, Nancy, Berger-Levrault, 1885, p. VIII.

7 Voir la définition donnée dans le dictionnaire Wahrig. Wörterbuch der deutschen Sprache, Munich, dtv, 2007, p. 144.

8 Voir à ce sujet les résultats du Programme formation recherche franco-allemand du CIERA sur l’expertise et les usages administratifs des savoirs scientifiques, dirigé entre autres par Pascale Laborier, François Buton et Jakob Vogel.

9 Nous remercions Thomas Lindenberger pour cette anecdote riche de sens.

10 L’allemand possède un autre mot pour désigner une autorité institutionnelle (Obrigkeit) mais ce dernier est peu employé aujourd’hui.

11 Knaurs Lexikon. Th. Knaur Nachf., Berlin, 1939, p. 454.

12 Pour le dialogue entre une socio-histoire « française » de la RDA et l’histoire sociale « allemande » de la domination, voir Kott et Droit, 2006.

13 Signalons dans la même perspective la parution d’une nouvelle traduction, longtemps attendue, des écrits de Weber sur la domination (2013).

Auteurs

Historien, maître de conférences à l’université de Rennes 2 et actuellement directeur adjoint du Centre Marc Bloch à Berlin. Il est spécialiste de l’histoire sociale du communisme en Europe de l’Est et des questions de mémoire collective en Europe. Publications récentes : Vorwärts zum neuen Menschen ? Die sozialistische Erziehung in der DDR, Cologne, Böhlau Verlag, 2014 ; La Stasi à l’école. Surveiller pour éduquer, Paris, Nouveau Monde Éditions, 2009.

Historien, est professeur d’histoire contemporaine à l’université Rennes 2 et membre de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur l’histoire politique, sociale et culturelle de l’État en France et en Europe au xixe siècle, particulièrement sur l’administration territoriale, la police, l’enquête et la relation d’autorité. Parmi ses publications on peut citer : L’État des esprits. L’invention de l’enquête politique en France (1814-1848), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008 ; (avec D. Kalifa, dir.), Le commissaire de police au xixe siècle, Paris, Publications de la Sorbonne, 2008 et « Faire autorité dans la France du xixe siècle », numéro 224 du Mouvement Social, juillet-août 2008. Il a soutenu en novembre 2014 une habilitation à diriger des recherches à l’université Paris 1, dont le mémoire inédit (à paraître) portait sur le « charisme » préfectoral, c’est-à-dire le travail de représentation des préfets et des sous-préfets entre l’an VIII et 1914.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search