Version classiqueVersion mobile

La dialectique de la raison. Sous bénéfice d’inventaire

 | 
Katia Genel

Un modèle critique inédit

Capitalisme d’État et dialectique de la raison

Manfred Gangl

Note de l’éditeur

Pour une analyse plus approfondie, je renvoie à mon étude Politische Ökonomie und Kritische Theorie. Ein Beitrag zur theoretischen Entwicklung der Frankfurter Schule, Francfort-sur-le-Main, New York, Campus, 1987, notamment chap. viii, p. 201-243 ainsi qu’à mon article « Staatskapitalismus und Dialektik der Aufklärung », in Manfred Gangl et Gérard Raulet (dir.), Jenseits Instrumenteller Vernunft. Kritische Studien zur Dialektik der Aufklärung, Bern, New York, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 1998, p. 158-186. Je reprends ici uniquement quelques thèses centrales.

Texte intégral

Problématique

  • 2 Voir Max Horkheimer, « Die Juden und Europa », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philoso (...)

1Même si on connaît très bien la formule tant citée de Max Horkheimer, tirée de son essai « Les Juifs et l’Europe » de 1939, selon laquelle celui qui ne voudrait pas parler du capitalisme devrait également se taire sur le fascisme2, on ignore souvent l’analyse économique du fascisme qui était élaborée à cette période à l’Institut de recherche sociale. Dans les différents débats autour de La dialectique de la raison, on se croit finalement dispensé de cette analyse parce que les auteurs y parlent beaucoup du fascisme mais rarement du capitalisme.

2Et pourtant, le virage vers la résignation et le pessimisme de la Théorie critique tardive, pour lequel on attribue à La dialectique de la raison une fonction clé, ne s’enracine pas seulement dans l’expérience du fascisme mais aussi et surtout dans son analyse économique. Tout l’espoir d’émancipation qu’on plaçait depuis Marx dans l’analyse critique du processus économique avait été balayé par cette analyse, qui ne laissait guère d’autre échappatoire que la résignation.

3Même s’il n’existait pas une analyse commune et cohérente du fascisme à l’Institut de recherche sociale et même s’il faut distinguer les approches culturelle, socio-psychologique et économique du problème, l’analyse économique y jouait le rôle central, selon la conception théorique et selon la répartition pratique des tâches qui étaient celles de Horkheimer en tant que directeur de l’Institut ; elle restait la base de toutes les autres approches dans les autres domaines. Mais cette analyse économique élaborée par Friedrich Pollock constatait pour la phase actuelle du capitalisme la liquidation de la sphère de la circulation et une capacité grandissante à gérer les crises par la planification ; elle alimentait ainsi le scepticisme théorique sur la capacité du capitalisme à engendrer par ses contradictions internes son propre dépassement.

  • 3 Voir Herbert Marcuse, « Über den affirmativen Charakter der Kultur », Zeitschrift für Sozialforschu (...)
  • 4 Voir Erich Fromm, Arbeiter und Angestellte am Vorabend des Dritten Reiches : Eine sozialpsychologis (...)
  • 5 Voir la notice sarcastique de Brecht du 13 août 1942 : « Le Dr Pollock, l’économiste de l’Institut (...)

4Dans une situation où l’idéologie bourgeoise avait absorbé ses propres idéaux, l’approche de la critique de l’idéologie, qui consiste à confronter les idéaux avec la réalité, était devenue caduque. La raison philosophique n’étant plus confrontée à la réalité irrationnelle, on a commencé à chercher dans la raison elle-même les causes de sa négation. Dans le domaine de la culture, on abandonna le caractère ambivalent de la culture et on souligna son caractère affirmatif et l’aspect unidimensionnel et fonctionnel qu’elle revêtait, surtout dans toutes les manifestations de la culture de masse3. Dans le domaine socio-psychologique, on ne voyait que l’intégration totale de l’individu dans la société – un constat qui était renforcé par les enquêtes empiriques menées par Erich Fromm sur la conscience des ouvriers et des employés4 et par l’observation de l’impact des méthodes de manipulation des masses par l’appareil de propagande nazi. Et dans le domaine économique finalement, on suivait alors les analyses de Pollock, qui se sentait contraint d’abandonner tout espoir dans l’élaboration théorique d’une possibilité de transformation radicale de la société, dans laquelle, de Marx jusqu’à la Théorie critique, les socialistes avaient trouvé la base matérielle de leur critique5.

5Dans le capitalisme d’État – dont la version démocratique était représentée par le New Deal de Roosevelt et la version autoritaire par le national-socialisme de Hitler – le capitalisme aurait surmonté la dynamique de crises par l’intervention et par la planification de l’État. Il n’existerait plus de lois économiques au sens strict du terme ; elles seraient remplacées par l’activité administrative de l’État. L’économie en tant que science aurait perdu son propre sujet d’analyse. Sur le plan économique, le capitalisme d’État pourrait se stabiliser dans la durée et, sur le plan politique, tout changement serait peu probable, étant donné l’intégration du prolétariat et les techniques perfectionnées de la domination des masses. Il fallait considérer le capitalisme d’État comme une toute nouvelle forme de production qui aurait remplacé d’une façon définitive le capitalisme concurrentiel du marché ainsi que le capitalisme monopoliste.

  • 6 Cet aspect se trouve tardivement traité dans quelques travaux récents sur Pollock. Voir notamment H (...)
  • 7 Il est tout à fait parlant que les articles de Pollock sur le capitalisme d’État soient absents du (...)

6Cette thèse, avancée par Pollock, d’un capitalisme d’État stabilisé qui aurait absorbé toutes les alternatives historiques était soutenue par Horkheimer et Adorno et leur a servi de point de départ, notamment dans La dialectique de la raison6. C’est en elle qu’il faut voir le rôle déterminant de Pollock, souvent négligé jusqu’à présent7. Si La dialectique de la raison est dédicacée à Pollock, il faut y voir davantage qu’un témoignage d’amitié envers un collaborateur fidèle.

Le capitalisme d’État selon Pollock

  • 8 Voir Friedrich Pollock, « State capitalism. Its possibilities and limitations », Zeitschrift für So (...)
  • 9 Voir Friedrich Pollock, « Die gegenwärtige Lage des Kapitalismus und die Aussichten einer planwirts (...)
  • 10 Voir Friedrich Pollock, « Is national socialism a new order ? », Studies in Philosophy and Social S (...)
  • 11 Ici, les titres parlent d’eux-mêmes : Ferdinand Fried, Das Ende des Kapitalismus, Iéna, E. Diederic (...)

7Dans son article sur le capitalisme d’État8, Pollock systématise les propositions qu’il avait développées auparavant dans ses articles du début des années 1930 sur les interventions étatiques visant à surmonter les crises économiques9. Il cherche à élaborer une théorie générale du capitalisme d’État qu’il applique ensuite à l’économie national-socialiste10. Il ne revendique pour sa théorie aucune originalité, mais la considère plutôt comme un résumé de l’essentiel des thèses qui circulaient dans le milieu des émigrés, autour deTrotski et de Hilferding11.

8Horkheimer, en tant qu’éditeur de la revue de l’Institut, qui paraît alors en anglais sous le titre Studies in Philosophy and Social Science, présente dans la préface qu’il écrit pour le numéro spécial State Capitalism l’article de Pollock portant le même titre de la façon suivante :

  • 12 « [His contribution] draws a picture of an authoritarian society that might embrace the earth. [... (...)

« Sa contribution fait le portrait d’une société autoritaire qui pourrait s’étendre à toute la terre. [...] Sa thèse provocatrice est qu’une telle société pourrait durer pendant une longue et terrifiante période12. »

  • 13 C’est pourtant l’argument que Horkheimer avait avancé dans « L’État autoritaire ». Voir « Le systèm (...)

9Et en effet, à la question de savoir s’il y a une quelconque limite au capitalisme d’État et à sa propagation, Pollock répond par la négative. Même s’il évoque le fait que l’économie libérale du marché se considérait également comme un système économique éternel13, il confirme sa réponse négative :

  • 14 Friedrich Pollock, « State capitalism. Its possibilities and limitations », Zeitschrift für Sozialf (...)

« En l’état de nos connaissances, nous ne pouvons découvrir aucune force économique inhérente aux choses, aucune “loi économique” de type ancien ou nouveau qui puisse empêcher le fonctionnement du capitalisme d’État14. »

10Selon Pollock, le système du capitalisme d’État, l’ordre nouveau, se distingue du capitalisme privé par trois critères :

    • 15 Selon Henryk Grossmann, son collègue à l’Institut, ceci était en contradiction totale avec Marx qui (...)

    premièrement, le marché aurait été aboli et aurait perdu son rôle de régulateur entre production et consommation. En même temps, le risque des crises serait éliminé, un risque que Pollock avait diagnostiqué dans ses articles précédents comme tenant au caractère disproportionné du rapport entre production et consommation15 ;

  • deuxièmement, l’État aurait pris en charge la fonction de gestion et de contrôle du travail, de la production et de la distribution en réglant à travers son intervention directe la production et l’adaptation aux besoins de la consommation ;

  • troisièmement, l’État serait devenu l’instrument de pouvoir d’un nouveau groupe de domination, composé, dans sa variante totalitaire, des représentants de la grande industrie, des dirigeants de l’administration du Parti et de l’État ainsi que de ceux de l’appareil militaire, qui exercent leur domination directement sur le peuple. Dans la variante démocratique, il serait au moins contrôlé par les institutions parlementaires.

Le débat interne concernant la thèse de Pollock

  • 16 Adorno, lettre à Horkheimer le 8 juin 1941, citée d’après Rolf Wiggershaus, L’École de Francfort. H (...)
  • 17 Horkheimer, lettres à Pollock du 30 mai et du 1er juillet 1941, citées d’après Rolf Wiggershaus, L’ (...)

11La portée de sa thèse ne faisait pas l’unanimité au sein de l’Institut de recherche sociale – bien au contraire. L’ébauche de l’article de Pollock, dès qu’elle a circulé parmi les théoriciens critiques, a subi une critique interne sévère, comme le montre toute une série d’échanges épistolaires. Dans une lettre adressée à Horkheimer le 8 juin 1941, Adorno s’insurgeait contre « l’hypothèse tout à fait antidialectique qu’une économie non antagoniste pourrait être réalisée dans une société antagoniste16 ». Quant à Horkheimer, il critiquait également l’idée d’une stabilisation à long terme du fascisme : « Un délicat problème va se présenter : éviter l’erreur de prendre parti pour la “totalitarian answer” », « éviter l’erreur d’une trop grande sympathie pour le capitalisme d’État ». Il incitait Pollock à présenter les choses de telle sorte que « l’imbrication et l’ambivalence des phénomènes sautent davantage aux yeux, [...] que l’ensemble perde un peu de son apparence de rigidité administrative17 ».

  • 18 Franz Leopold Neumann, lettre à Horkheimer du 23 juillet 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schrif (...)
  • 19 Pollock parle lui-même d’un « schéma » dans le sens d’un idéal-type wébérien : « The term “model” i (...)
  • 20 Voir Franz Leopold Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme, 1933- 1944 [194 (...)
  • 21 Voir Franz Leopold Neumann, « Germany’s new order. Memorandum submitted to the Research Institute o (...)

12Franz Neumann, le critique le plus sévère au sein de l’Institut, éleva une objection contre le pessimisme de la conception de Pollock : « L’article est [...] la documentation d’un désespoir. Le capitalisme d’État, comme Pollock le construit, pourrait devenir le millénium18 ». Il y voyait le résultat d’un procédé problématique par lequel Pollock construisait le modèle d’un nouveau type de société qui dépassait la réalité donnée et le confondait avec la construction d’un idéal-type wébérien19. Il comprenait sa propre étude du national-socialisme, Béhémoth (1942/1944), comme une réfutation empirique et théorique de la thèse de Pollock20. Dans une pré-étude au Béhémoth, un mémoire non publié à destination de l’American Jewish Committee daté du 15 juin 1941, il visait déjà les théoriciens du capitalisme d’État21. Lorsqu’il reprit ce passage spécifique dans le Béhémoth, il y inclut explicitement Pollock.

13Dans la même lettre du 23 juillet 1941 à Horkheimer, il avance :

  • 22 Franz Leopold Neumann, lettre à Horkheimer du 23 juillet 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schrif (...)

« Les idéaux-types sont des abstractions de la réalité. On les obtient en faisant abstraction des éléments non significatifs de la réalité et en mettant l’accent sur des éléments significatifs. [...] L’idéal-type de Pollock, par contre, implique un saut d’une réalité (celle du capitalisme) à une autre, qui n’est plus un capitalisme22. »

  • 23 Max Horkheimer, lettre à Neumann du 2 août 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII (...)

14Dans sa réponse, Horkheimer prétend qu’il ne comprend rien à tout cela et défend la conception de Pollock. Malgré le fait que des idéaux-types « sont obtenus par l’abstraction et l’accentuation de certains éléments de la réalité, ils sont quand même aussi opposés à la réalité. Ils constituent des utopies, des belles et des affreuses, auxquelles la réalité est confrontée et ainsi mesurée et jugée23 ».

15On voit très clairement que Horkheimer tient à ce modèle négatif d’une utopie affreuse et également à cette vision pessimiste qu’il soulignait dans sa préface à l’article de Pollock par ces mots :

  • 24 « The article attempts to destroy the wishfitl idea that fascism must eventually disintegrate throu (...)

« L’article tente de détruire l’idée illusoire selon laquelle le fascisme doit finalement se désintégrer par le biais des disharmonies entre l’offre et la demande, les déficiences budgétaires ou le chômage24. »

  • 25 Voir Max Horkheimer, « L’État autoritaire » [1940/1942], in Théorie critique. Essais, trad.fr. par (...)

16Il fallait alors renoncer à l’idée que le capitalisme d’État s’effondrerait en vertu de ses contradictions internes (d’ordre économique et psychologique), mais aussi à l’idée qu’il pourrait se stabiliser à long terme sans problèmes et qu’il faudrait alors affirmer – comme Horkheimer le dénonce à la fin de son article « L’État autoritaire »– que la seule forme d’activité possible est la promotion du capitalisme d’État et qu’il faut suivre l’histoire universelle sur le chemin qu’elle a choisi25.

17Mais la théorie du capitalisme d’État de Pollock restait néanmoins une référence positive pour Horkheimer et Adorno. Adorno, dans sa contribution au numéro spécial sur le State Capitalism, soulignait également – en faisant référence à l’article de Pollock dans le même numéro :

  • 26 Theodor W. Adorno, « Spengler après le déclin », in Prismes. Critique de la culture et société, tra (...)

« La tendance de l’économie actuelle à réaliser un état statique, au sens proprement économique, “à l’abri des crises” et caractérisé par la domination immédiate, en éliminant le marché et la dynamique de la concurrence, correspond assez nettement au pronostic de Spengler. Le travail des autres est approprié sans processus intermédiaires par ceux qui sont aux commandes des moyens de production et la vie de ceux qui font le travail est ordonnée d’en haut selon un plan26. »

La théorie des « rackets »

18La thèse du capitalisme d’État, qui avançait que le primat de l’économie était remplacé par le primat de la politique, c’est-à-dire que la domination sociale ne se constituait plus indirectement à travers le marché, mais qu’elle était redevenue directe, immédiate, exigeait une nouvelle théorie de la domination. On en trouve la trace dans les esquisses non publiées, dont une partie essentielle a été récemment traduite par Julia Christ et Katia Genel et qu’il faut mettre en rapport avec d’autres articles qui ne sont toujours pas publiés, notamment avec le texte d’Adorno de 1942 intitulé « Réflexions sur la théorie des classes », dans lequel il expose clairement cette théorie des « rackets » :

  • 27 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in Société : intégration, dési (...)

« Il n’est pas vrai que ce sont les lois de l’échange qui ont conduit à la domination la plus récente – entendue comme forme de la reproduction de la société entière historiquement adéquate au stade actuel ; c’est au contraire l’antique domination qui s’est infiltrée dans l’appareillage au bon moment : à temps pour le faire éclater en morceaux – une fois qu’il était à sa pleine et entière disposition – et à temps pour se faciliter ainsi l’existence. C’est dans le cadre d’une telle abolition des classes que la domination de classe advient à elle-même27. »

19On en trouve directement l’écho dans La dialectique de la raison :

  • 28 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, trad. fr. (...)

« ce ne sont plus les lois objectives du marché qui régissent les actions des chefs d’entreprise et les entraînent vers la catastrophe. Les décisions conscientes des directeurs généraux sont bien plus la résultante de l’ancienne loi de la valeur – plus contraignante que le plus aveugle mécanisme des prix – accomplissant ainsi le destin du capitalisme28. »

  • 29 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in Société : intégration, dési (...)

20L’histoire n’est plus considérée comme une histoire de luttes de classes mais, « à l’image de l’usurpation manifeste accomplie de nos jours en bonne intelligence par les leaders du capital et du travail, c’est l’histoire de guerres entre bandes, de gangs et de rackets29 ».

21Cette théorie des « rackets »– même si elle a été abandonnée par la suite – fournit la théorie de la domination qui s’accorde le mieux avec celle du capitalisme d’État. Dans ces « rackets », Horkheimer et Adorno voient à l’œuvre des groupes organisés sous la forme de cliques, qui rivalisent pour leur part de pouvoir et leur influence sur leur clientèle, et cela non seulement dans la phase du capitalisme d’État, mais dans toutes les périodes de l’histoire :

  • 30 Max Horkheimer, « Les rackets et l’esprit » [1939-1942], in Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Le l (...)

« Le racket a marqué jusqu’ici de son empreinte tous les phénomènes sociaux, il a régné comme racket du clergé, de la cour, des possédants, de la race, des mâles, des adultes, de la famille, de la police, du crime, et, à l’intérieur de ces milieux eux-mêmes, sous la forme de rackets singuliers en conflit avec le reste de la sphère30. »

  • 31 Max Horkheimer, « Les rackets et l’esprit » [1939-1942], in Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Le l (...)

22Mais cette théorie des « rackets », compris comme « forme fondamentale de la domination31 », est restée non publiée et n’a pas été reprise dans la première édition de La dialectique de la raison. Les traces qu’on pouvait encore trouver ont été définitivement effacées dans la version publiée en 1947 – de même que toute référence à la théorie du capitalisme d’État de Pollock.

Le virage anthropologique de La dialectique de la raison

  • 32 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, « Discussion sur la différence entre le positivisme et la dialec (...)
  • 33 « L’intronisation du moyen comme fin qui, dans le capitalisme avancé, apparaît ouvertement comme un (...)

23Dès lors, Horkheimer et Adorno conçoivent une philosophie de l’histoire selon laquelle l’histoire n’est plus une histoire des luttes de classes ou des luttes de « rackets », mais où « l’individu est lui-même “une histoire des luttes de classes”32 ». La structure fondamentale de toute domination, qui se manifeste ensuite historiquement sous des formes différentes, est située dans la préhistoire33, dans l’analyse anthropologique du premier acte instrumental et cognitif du premier homme :

  • 34 Max Horkheimer, Éclipse de la raison [1947], trad. fr. par Jacques Debouzy, suivi de Raison et cons (...)

« On pourrait dire que la folie collective, qui s’étend aujourd’hui des camps de concentration jusqu’aux réactions, en apparence des plus inoffensives, de la culture de masse, était déjà présente en germe dans l’objectivation primitive, dans la contemplation intéressée du monde en tant que proie par le premier homme34. »

  • 35 Georg Lukács, Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste, trad. fr. par Kosta (...)

24L’abolition de la domination actuelle, de la réification de l’homme, devient impossible et même impensable. Là où Lukács voyait encore « le prolétariat comme sujet-objet identique de l’histoire35 » et par là la possibilité d’une émancipation, « l’homme tout entier est devenu le sujet-objet de la répression » (p. 212) et toute pensée d’une émancipation est devenue illusoire :

« La réification grâce à laquelle la structure de pouvoir – rendue possible uniquement à cause de la passivité des masses – apparaît aux masses comme une réalité indestructible, est devenue si dense que toute spontanéité, voire la simple tentative de suggérer ce qu’est le véritable état des choses, devient une utopie inacceptable, une déviation sectaire. Les apparences se sont à ce point épaissies que le fait de tenter de les pénétrer prend objectivement un caractère illusoire. » (p. 212 sq.)

Les changements du texte en 1947

25La dialectique de la raison dépasse largement le cadre historique du capitalisme d’Etat et place toutes ses observations dans la perspective d’une philosophie négative de l’histoire. La publication en 1947 – c’est-à-dire après la chute du fascisme –, qui rend leurs thèses accessibles à un large public, modifie le texte d’une façon significative, contrairement à ce que Horkheimer et Adorno voudraient faire croire lorsqu’ils avancent dans un ajout de 1947 à la préface de 1944 : « Le livre ne contient pas de modifications importantes du texte que nous avons achevé durant la guerre » (p. 20).

  • 36 Voir dans Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Dialektik der Aufklärung Philosophische Fragmente (in (...)

26Toute la terminologie marxiste est remplacée par des expressions économiques ou sociologiques plus vagues ou par des termes apparemment plus concrets : le « monopole » ou le « capitalisme monopoliste » est remplacé d’une façon systématique par « trust », « appareil économique » ou « agents de production de masse », ou simplement par « système de l’industrie moderne », et cela concerne plus de la moitié de tous les changements. Les « modes de production » deviennent les « formes de l’économie » ; la « société de classes » devient la « domination » tout court ; le « capitaliste » devient l’« entrepreneur » et l’« ouvrier » le « travailleur » ; l’« exploitation » devient l’« esclavage » ou la « souffrance ». Le « fascisme » n’est plus défini en termes économiques, le « capitalisme monopoliste d’État » ne figure plus dans le texte et est remplacé par le « fascisme36 ».

27Si la thèse du capitalisme d’État de Pollock défendait l’idée que le « nouvel ordre » avait remplacé le capitalisme monopoliste, l’élimination linguistique de ce dernier terme signifiait du même coup l’acceptation théorique du premier, du capitalisme d’État. Ce capitalisme d’État – et là Bertolt Brecht voyait juste – était déjà le monde totalement administré qui n’était nullement menacé par la chute du fascisme.

Notes

2 Voir Max Horkheimer, « Die Juden und Europa », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. VIII, 1939, p. 115-137, ici p. 115.

3 Voir Herbert Marcuse, « Über den affirmativen Charakter der Kultur », Zeitschrift für Sozialforschung, vol. VI, 1937, p. 54-94.

4 Voir Erich Fromm, Arbeiter und Angestellte am Vorabend des Dritten Reiches : Eine sozialpsychologische Untersuchung [1937], éd. par Wolfgang Bonß, Stuttgart, Deutsche Verlagsanstalt, 1980.

5 Voir la notice sarcastique de Brecht du 13 août 1942 : « Le Dr Pollock, l’économiste de l’Institut de recherche sociale (jadis à Francfort, maintenant à Hollywood), a la conviction que le capitalisme est parfaitement capable de se garantir des crises, rien que par les travaux publics. Marx ne pouvait pas prévoir qu’un jour le gouvernement se mettrait simplement à construire des routes ! » (Bertolt Brecht, Journal de travail : 1938-1955, trad. fr. par Philippe Ivernel, Paris, L’Arche, 1976, p. 313).

6 Cet aspect se trouve tardivement traité dans quelques travaux récents sur Pollock. Voir notamment Harry F. Dahms, « The early Frankfurt School critique of capitalism : Critical theory between Pollock’s “state capitalism” and the critique of instrumental reason », in Peter Koslowski (dir.), The Theory of Capitalism in the German Economie Tradition, Berlin, Springer, 2000, p. 309-361 ; John Abromeit, Max Horkheimer and the Foundations of the Frankfurt School, Cambridge, Cambridge University Press, 2011 ; Tobias ten Brink, « Staatskapitalismus und die Theorie der verwalteten Welt. Friedrich Pollock und die Folgen », WestEnd. Neue Zeitschrift für Sozialforschung, 10 (2), 2013, p. 128-136.

7 Il est tout à fait parlant que les articles de Pollock sur le capitalisme d’État soient absents du volumineux recueil Schlüsseltexte der Kritischen Theorie édité par Axel Honneth (Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, 2006). Seuls sa thèse d’habilitation de 1929 sur la planification en Union soviétique et son article de 1932 sur la planification du capitalisme actuel y sont présentés.

8 Voir Friedrich Pollock, « State capitalism. Its possibilities and limitations », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 200-225.

9 Voir Friedrich Pollock, « Die gegenwärtige Lage des Kapitalismus und die Aussichten einer planwirtschafitlichen Neuordnung », Zeitschrift für Sozialforschung, vol. I, 1932, p. 8-27 et « Bemerkungen zur Wirtschaftskrise », Zeitschrift für Sozialforschung, vol. II, 1933, p. 321-354.

10 Voir Friedrich Pollock, « Is national socialism a new order ? », Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 440-455.

11 Ici, les titres parlent d’eux-mêmes : Ferdinand Fried, Das Ende des Kapitalismus, Iéna, E. Diederichs, 1931 ; LeoTrotzki, Die verratene Revolution [1936], Zurich, Veritas-Verlag, 1957 ; Peter Drucker, The End of the Economic Man, New York, Day, 1940 ; Rudolf Hilferding, « State capitalism or totalitarian state economy ? » [1940], in Charles Wright Mills (dir.), The Marxists, New York, Dell, 1962, p. 334-339 ; et toute la discussion dans Partisan Review en 1941, avec des contributions de Dwight Macdonald, James Burnham, Paul Mattick, Lawrence Dennis et Karl Korsch.

12 « [His contribution] draws a picture of an authoritarian society that might embrace the earth. [...] Its challenging thesis is that such a society can endure for a long and terrifying period » (Max Horkheimer, « Préfacé », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 198).

13 C’est pourtant l’argument que Horkheimer avait avancé dans « L’État autoritaire ». Voir « Le système éternel de l’État autoritaire, si menaçant soit-il, n’est pas plus réel que l’harmonie éternelle de l’économie de marché » (Max Horkheimer, « L’État autoritaire » [1940/1942], in Théorie critique. Essais, trad. fr. par le Groupe de traduction du Collège de Philosophie, Paris, Payot, 2009, p. 301-325, ici p. 318).

14 Friedrich Pollock, « State capitalism. Its possibilities and limitations », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 217 (nous traduisons).

15 Selon Henryk Grossmann, son collègue à l’Institut, ceci était en contradiction totale avec Marx qui aurait montré l’impossibilité d’une production réglée sur la base capitaliste (voir Henryk Grossmann, Das Akkumulations- und Zusammenbruchsgesetz des kapitalistischen Systems [zugleich eine Krisentheorie], Leipzig, Hirschfeld, 1929 ; réimpr. Francfort-sur-le-Main, Neue Kritik, 1970, p. 623). À la fin de son livre, il critiquait sévèrement Rudolf Hilferding et l’illusion social-démocrate « d’une production réglée et d’une distribution antagoniste », à ses yeux « une absurdité logique » (Henryk Grossmann, Das Akkumulations- und Zusammenbruchsgesetz des kapitalistischen Systems (zugleich eine Krisentheorie), Leipzig, Hirschfeld, 1929, réimpr. Francfort-sur-le-Main, Neue Kritik, 1970, p. 617). Pollock s’appuyait déjà sur Hilferding dans son article « Die gegenwärtige Lage des Kapitalismus und die Aussichten einer planwirtschaftlichen Neuordnung » (Zeitschrift für Sozialforschung, vol. I, 1932, p. 18).

16 Adorno, lettre à Horkheimer le 8 juin 1941, citée d’après Rolf Wiggershaus, L’École de Francfort. Histoire, développement, signification, trad. fr. par Lilyane Deroche-Gurcel, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 269. Voir Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII : Briefwechsel 1941-1948, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1996, p. 53-59, p. 54.

17 Horkheimer, lettres à Pollock du 30 mai et du 1er juillet 1941, citées d’après Rolf Wiggershaus, L’École de Francfort. Histoire, développement, signification, trad. fr. par Lilyane Deroche-Gurcel, Paris, Presses universitaires de France, 1993, p. 270. Voir Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII : Briefwechsel 1941-1948, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1996, p. 45-50, p. 46 et p. 90-93, p. 91.

18 Franz Leopold Neumann, lettre à Horkheimer du 23 juillet 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII : Briefiuechsel 1941-1948, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1996, p. 103-109 ; p. 107 (nous traduisons).

19 Pollock parle lui-même d’un « schéma » dans le sens d’un idéal-type wébérien : « The term “model” is used here in the sense of Max Weber’s “idéal type” » (Friedrich Pollock, « State capitalism. Its possibilities and limitations », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 200, note 1).

20 Voir Franz Leopold Neumann, Béhémoth. Structure et pratique du national-socialisme, 1933- 1944 [1942/1944], trad. fr. par Gilles Dauvé et Jean-Louis Boireau, Paris, Payot, 1987.

21 Voir Franz Leopold Neumann, « Germany’s new order. Memorandum submitted to the Research Institute on Peace and Post-War Problems of the American Jewish Committee » (New York, 1941), dans lequel Neumann n’incluait pas encore explicitement Pollock dans sa critique des théoriciens du capitalisme d’État. Je remercie Alfons Söllner (Berlin) pour la copie de ce mémoire non publié.

22 Franz Leopold Neumann, lettre à Horkheimer du 23 juillet 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII : Briefwechsel 1941-1948, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1996, p. 104 (nous traduisons).

23 Max Horkheimer, lettre à Neumann du 2 août 1941, in Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. XVII : Briefwechsel 1941-1948, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1996, p. 115-121, p. 116 (nous traduisons).

24 « The article attempts to destroy the wishfitl idea that fascism must eventually disintegrate through disharmonies ofsupply and demand, budget deficiencies, or unemployment » (Max Horkheimer, « Préfacé », Zeitschrift für Sozialforschung / Studies in Philosophy and Social Science, vol. IX, 1941, p. 198).

25 Voir Max Horkheimer, « L’État autoritaire » [1940/1942], in Théorie critique. Essais, trad.fr. par le Groupe de traduction du Collège de philosophie, Paris, Payot, 2009, p. 301- 325 ; p. 325. Il termine son article avec la phrase suivante : « Tant que l’histoire universelle va son chemin logique, elle ne remplit pas sa destination humaine ». Cela n’empêche pas que Horkheimer reprenne la thèse de Pollock à son compte : « Dans le passage du monopole au capitalisme d’État, la dernière chose que la société bourgeoise a à proposer est “l’appropriation des grands organismes de production et de communication, d’abord par des sociétés par actions, puis par des trusts, ensuite par l’État” [Engels]. Le capitalisme d’État est l’État autoritaire du temps présent » (ibid., p. 302). Voir également : « Mais le capitalisme d’État supprime le marché et hypnotise la crise pour la durée de l’Allemagne éternelle » (ibid.).

26 Theodor W. Adorno, « Spengler après le déclin », in Prismes. Critique de la culture et société, trad. fr. par Geneviève et Rainer Rochliz, Paris, Payot, 2003, p. 43-67 et p. 50. Et pourtant, des travaux récents sur l’économie politique d’Adorno nient cette évidence. Voir Dirk Braunstein, Adornos Kritik der politischen Ökonomie, Bielefeld, Transcript, 2011, p. 150.

27 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in Société : intégration, désintégration, trad. fr. par Pierre Arnoux, Julia Christ, Georges Felten et Florian Nicodème, Paris, Payot, 2011, p. 57-84, ici p. 66.

28 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison. Fragments philosophiques, trad. fr. par Éliane Kaufholz, Paris, Gallimard, 1974, p. 53 (trad. modifiée). Dans la suite de ce chapitre, toutes les pages données directement entre parenthèses dans le texte renvoient à cette édition.

29 Theodor W. Adorno, « Réflexions sur la théorie des classes » [1942], in Société : intégration, désintégration, trad. fr. par Pierre Arnoux, Julia Christ, Georges Felten et Florian Nicodème, Paris, Payot, 2011, p. 57-84, ici p. 66.

30 Max Horkheimer, « Les rackets et l’esprit » [1939-1942], in Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Le laboratoire de la dialectique de la raison. Discussions, notes et fragments inédits, trad. fr. par Julia Christ et Katia Genel, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013, p. 194-199 ; p. 199.

31 Max Horkheimer, « Les rackets et l’esprit » [1939-1942], in Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Le laboratoire de la dialectique de la raison. Discussions, notes et fragments inédits, trad. fr. par Julia Christ et Katia Genel, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013, p. 194.

32 Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, « Discussion sur la différence entre le positivisme et la dialectique matérialiste » [1939], in Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Le laboratoire de la dialectique de la raison. Discussions, notes et fragments inédits, trad. fr. par Julia Christ et Katia Genel, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2013, p. 15-77, ici p. 23.

33 « L’intronisation du moyen comme fin qui, dans le capitalisme avancé, apparaît ouvertement comme une insanité [offener Wahnsinn], est déjà perceptible dans la préhistoire de la subjectivité » (Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, La dialectique de la Raison, p. 68).

34 Max Horkheimer, Éclipse de la raison [1947], trad. fr. par Jacques Debouzy, suivi de Raison et conservation de soi [1941], trad. fr. par Jacques Laizé, Paris, Payot, 1974, p. 182 sq.

35 Georg Lukács, Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste, trad. fr. par Kostas Axelos et Jacqueline Bois, Paris, Éditions de Minuit, 1960, p. 243.

36 Voir dans Max Horkheimer, Theodor W. Adorno, Dialektik der Aufklärung Philosophische Fragmente (in Max Horkheimer, Gesammelte Schriften, vol. V : Dialektik der Aufklärung und Schriften 1940-1950, éd. par Alfred Schmidt et Gunzelin Schmid Noerr, Francfort-sur-le-Main, Fischer, 1987), les remarques de l’éditeur, Gunzelin Schmid Noerr (p. 456), toutes les variantes dans les notes de bas de page et le texte de Willem van Reijen et Jan Bransen dans l’annexe (p. 453-457).

Auteur

Professeur émérite, a dirigé le Groupe de recherche sur la culture de Weimar. Il a publié plusieurs ouvrages collectifs, dont Das Politische. Zur Entstehung der Politikwissenschaft während der Weimarer Republik, Francfort-sur-le-Main, Peter Lang, 2008 et Die Weimarer Staatsrechtsdebatte. Diskurs- und Rezeptionsstrategien, Wiesbaden, Nomos, 2011.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search