Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Religion, politique et société : Les espaces confessionnels du Saint-Empire

Différence religieuse et étaticité complexe : atouts et handicaps pour les « vieux-croyants » dans les premiers temps de la Réforme

Marc Mudrak

Texte intégral

  • 1 Désigner comme « vieux-croyants » ceux qui, lors des premières années de la Réforme, n’ont pas adhé (...)
  • 2 Un tour d’horizon historiographique problématisé : O’Malley 2000.

1Je m’interroge ici sur les atouts et les inconvénients qu’ont présentés les structures étatiques du Saint-Empire pour les « vieux-croyants1 » et le développement de leurs configurations culturelles spécifiques pendant les premières années de la Réforme. Je m’appuierai sur trois études de cas entre 1520 et 1540 : la ville d’Empire de Ratisbonne, la ville libre d’Empire d’Ulm et le comté de Lippe. Comme on le verra, l’interaction complexe entre diverses instances législatives, exécutives et judiciaires ainsi que la structure territoriale, marquée par des pouvoirs fragmentés et entremêlés, constituèrent pour les vieux-croyants un fardeau, mais aussi une échappatoire. D’un côté, les structures étatiques du Saint-Empire font obstacle à l’application de l’édit de Worms (par lequel Charles Quint en 1521 met Luther au ban de l’Empire et interdit ses écrits) et à une action concertée contre les protestants, menée à l’échelle territoriale ou interterritoriale – si bien que cette action n’est que rarement couronnée de succès. Ce sont ces difficultés qui ont jusqu’à présent retenu l’attention des chercheurs, généralement tributaires de l’image que l’histoire de l’Église catholique s’est faite des vieux-croyants au début de la Réforme. Dans cette optique, l’étaticité fragmentée du Saint-Empire et la faiblesse des institutions centrales se sont avérées néfastes pour la « défense » de l’ancienne Église2.

  • 3 Sur la position très marginale qui a longtemps été celle des vieux-croyants dans l’historiographie (...)

2Sous un autre angle en revanche, les vieux-croyants sont susceptibles de tirer profit des structures territoriales fragmentées et de la complexité du système impérial. C’est cet aspect que je souhaite approfondir ici. J’essaierai de montrer que cette fragmentation et cette complexité structurelles des institutions et des territoires du Saint-Empire constituent un facteur important pour la genèse et la défense des premiers marqueurs d’appartenance et de distinction des vieux-croyants. Ce processus qui transforme de nombreux chrétiens du Moyen Âge finissant en chrétiens « véritables », ou « anciens » – des qualificatifs encore flous, y compris pour eux-mêmes – est encore très fluide et indexé à des situations précises et concrètes. Ses protagonistes prennent, par exemple, appui sur d’autres prêtres que le leur, se réclament des Diètes et des tribunaux d’Empire et tirent profit de la fragmentation territoriale, en transgressant les frontières du territoire auquel ils sont soumis afin de retrouver, dans un nouveau lieu, ce qui est « ancien ». Ces stratégies se déploient en particulier à une échelle micro, parmi de simples laïcs ou dans le bas clergé ; et c’est précisément cette échelle que la recherche a longtemps négligée3. Les études de cas présentées ici ont toutes en commun de concerner des vieux-croyants rapidement mis en position de minorité, et dont les rituels et les croyances ont été interdits après l’introduction de la Réforme. Il s’agit de situations où les vieux-croyants ont particulièrement besoin des ressources politiques et juridiques offertes par la structure spécifique de l’Empire et de ses territoires pour se soustraire à la politique religieuse officielle des partisans de la Réforme.

  • 4 Hofer 1977 ; Trostel 1976 ; Lang 1977.
  • 5 Trapp 2000 ; Richard 2009 ; Schmid 1988.
  • 6 Schilling 1981, p. 54-137 ; Schröer 1979, p. 157-184 ; Wolf 1958-1959.

3Les terrains étudiés dans cet article se différencient toutefois pour ce qui est des cadres politiques et du statut institutionnel des territoires. Ils divergent, en outre, quant aux formes et aux processus concrets gouvernant l’émergence d’appartenances vieilles-croyantes pendant la phase initiale de la Réforme. J’étudie d’abord la libre ville d’Empire d’Ulm qui est touchée par la variante méridionale et zwinglienne du protestantisme, et où la Réforme est officiellement introduite en 1530-1531. Cet important centre économique et culturel commande à un vaste bas-pays qui s’étend sur le Jura souabe et le long du Danube. Bien que la ville soit déjà allée assez loin dans la consolidation territoriale de cette domination, des monastères situés à l’extérieur continuent à disposer de nombreux droits de collation dans les paroisses. Il existe de surcroît des enclaves et des couvents plus ou moins autonomes titulaires de leurs propres prérogatives seigneuriales et ecclésiastiques4. Le second cas est celui de la ville d’Empire de Ratisbonne qui voit la version luthérienne de la Réforme se répandre, puis s’imposer officiellement au début des années 1540. Contrairement à Ulm, sa domination ne s’étend pas au-delà des murs de la ville, et elle est circonscrite par la présence d’un lieutenant d’Empire, représentant l’empereur et chargé de contrôler les actes du maire et du conseil municipal. Ratisbonne est, en outre, enclavée dans le duché de Bavière, réfractaire à la Réforme, ce qui entrave la liberté d’action du conseil de ville pour la politique religieuse comme en d’autres domaines5. Le troisième exemple est celui du comté de Lippe, en Westphalie orientale, qui se caractérise par un faible degré de construction territoriale et qui a contracté des liens de vassalité envers le landgraviat de Hesse ainsi qu’envers la principauté-évêché de Paderborn, sa voisine. La cohérence du territoire est minée de l’intérieur par les prétentions de la ville de Lemgo (qui fait partie de la Hanse) à l’autonomie et par les nombreux droits sur la nomination des curés conservés par le chapitre cathédral de Paderborn et par les archidiacres locaux. Alors que jusqu’en 1536 le comté s’en tient strictement à l’ancienne foi, la mort du comte Simon V est suivie en 1538 d’une décision de la diète territoriale introduisant, sous la pression exercée par le landgrave Philippe de Hesse, la Réforme luthérienne. Mais de nombreux obstacles entravent la mise en œuvre de cette décision – obstacles qui tiennent entre autres aux interventions de Paderborn6.

4La période envisagée couvre les deux premières décennies de la Réforme. Lors de ces années sont posés les principaux fondements politiques, culturels et sociaux sur lesquelles se sont bâties ensuite les différences confessionnelles, si bien qu’il est alors possible de saisir l’origine de cette construction des pratiques distinctives et des appartenances. Il sera question des années 1520 et 1530, pendant lesquelles on ne peut encore recourir à des modèles bien établis pour forger les instruments politiques et juridiques permettant d’affronter la différence religieuse, en particulier à l’échelle impériale – pour deux raisons : personne ne peut alors prévoir que cette différence puisse se pérenniser, et il semble encore possible que les conférences de religion aboutissent à un compromis.

5Chacun de ces cas me permettra de saisir, dans sa mise en œuvre concrète, un type particulier de stratégie et d’action qui s’offre aux vieux-croyants.

Prendre la route vers le Salut : la « sortie » des vieux-croyants d’Ulm après la Réforme

  • 7 Des cas sont attestés pour le pays de Vaud par Blakeley 2008. Quelques indications également, mais (...)

6Afin d’échapper aux contraintes de la loi ou de pallier l’absence, sur place, de certaines ressources cultuelles, les fidèles peuvent recourir dans le Saint-Empire à une option stratégique dont ne disposent pas, à de rares exceptions près, ceux de France, d’Angleterre ou d’Espagne : les possibilités de contournement que leur offre le proche voisinage. L’« Autre » – l’habitant d’un autre territoire et donc depuis la Réforme l’autre confessionnel – n’est jamais bien loin dans un Empire fragmenté. L’usage que les protestants ont fait de cette possibilité a été déjà étudié. Si, par exemple, la messe en allemand ou la communion sous les deux espèces pour les laïcs est interdite dans une ville, ceux qui souhaitent en bénéficier n’hésitent pas à sortir pour rejoindre, à la campagne, un territoire d’une autre obédience où ils obtiendront satisfaction. En revanche, très rares sont les travaux qui ont montré que les vieux-croyants eux aussi ont eu recours à ce procédé et qui ont cherché à savoir quelle signification cette pratique de la « sortie » (Auslaufen) a eu pour l’émergence des appartenances vieilles-croyantes7.

  • 8 Endriss 1931.

7La ville d’Empire d’Ulm et son territoire rural offrent un excellent observatoire pour l’étude de ce phénomène, après l’introduction de la Réforme, dans la première moitié de l’année 1531. Les partisans de l’ancienne foi se retrouvent clairement en position de minorité – tout au moins dans l’enceinte de la cité. Parmi les citoyens disposant du droit de vote, seuls 243 hommes (soit 13 %) se sont prononcés en novembre 1530 contre la Réforme8. À ce groupe s’ajoutent ceux qui, parmi les habitants non organisés en corporations et les femmes, partagent la même option. Tous sont obligés, pour retrouver une série de rituels désormais interdits, de se déplacer dans des territoires adjacents ou vers des enclaves où la Réforme n’est pas entrée en vigueur – du moins, on peut toujours y recevoir le baptême ou y entendre la messe sous la forme ancienne. Les occurrences de « sortie » ne montrent pas seulement qu’il continue à y avoir des vieux-croyants à Ulm et dans les alentours. Elles permettent également de mieux comprendre les frontières externes et la complexe étaticité interne du territoire de la ville d’Ulm. On les trouve dans des actes judiciaires et des documents locaux, ainsi que dans la législation émise par les autorités municipales.

  • 9 Frank 1980, p. 39-117.
  • 10 Stadtarchiv Ulm (StAU), A [8984/I], fol. 68r.
  • 11 StAU, A [8985], fol. 84r-v.
  • 12 Les comptes rendus d’interrogatoire sont conservés à : StAU, A [8984/1], fol. 69r-74r. Sur Lautern  (...)

8La « sortie » hors d’Ulm commence en 1531. La principale destination est le couvent de clarisses de Söfligen, à deux kilomètres seulement à l’est de la ville, et qui, situé au sein du territoire d’Ulm, y forme une sorte d’enclave. Les nonnes possèdent le village et d’autres lieux, et y détiennent également le droit de collation aux cures. Disposant du titre de « seigneur protecteur » du couvent, le conseil de ville tente bien au cours du xvie siècle d’incorporer Söfligen dans son ressort territorial et religieux, mais en vain9. La première « sortie » vers Söfligen est attestée le 30 juillet 1531 : un nombre non précisé de fidèles s’y rendent pour entendre un prédicateur antiluthérien qui attaque l’eucharistie réformée telle qu’elle est pratiquée à Ulm10. Le conseil réagit par un mandat du 23 août 1531 interdisant « de voyager à l’extérieur pour cause d’église11 ». Ces admonestations n’obtiennent toutefois pas l’effet escompté, bien au contraire. En 1532, lors de la fête de l’Assomption, quelques habitants et habitantes d’Ulm sortent à nouveau de la ville. Cette fois, les gardes aux portes, avertis à l’avance, peuvent noter les noms d’un grand nombre d’entre eux. Quarante-et-une personnes sont donc convoquées pour être interrogées par des délégués du conseil – dont sept disent ne pas avoir été à Söflingen, ou ne pas y avoir pris part à une pratique religieuse. Restent trente-quatre fidèles qui ont bien quitté le territoire, fournissant toutefois des explications variables. La majorité d’entre eux sont des femmes : vingt-sept (79 %). La plus grande partie s’est rendue à Söflingen, mais cinq ont rejoint Lautern, un hameau situé immédiatement au-delà de la frontière territoriale, à environ dix kilomètres au nord-ouest de la ville d’Empire. Lautern est en la possession de l’abbé de Blaubeuren et on y trouve une église de pèlerinage que certaines femmes voulaient visiter en ce jour de l’Assomption12.

  • 13 StAU, A [8984/1], fol. 69r.

9Les interrogatoires de 1532 révèlent, parmi ceux qui y furent soumis, des degrés variables d’intensité dans la conscience de leur appartenance. Certains reconnaissent spontanément et explicitement que c’est par aversion envers la nouvelle foi prévalant à Ulm qu’ils se sont rendus à Söflingen. C’est ce que dit, par exemple, Gilg Röslin qui fait en particulier valoir sa liberté de croyance13. D’autres, quant à eux, cherchent à dissimuler ou à relativiser leur appartenance à la vieille croyance ou leur penchant pour certains usages anciens. Un groupe retient particulièrement l’attention : ceux qui se livrent certes à des pratiques interdites mais qui ne les inscrivent pas dans un contexte de controverse. Le conflit autour de la « sortie » ne reste toutefois pas cantonné à l’échelon territorial, il possède également une dimension « verticale » : il mobilise simultanément les affaires internes de la ville et des références à l’échelon impérial. Les réponses de Lienhart Scheifelin en sont un bon exemple :

  • 14 StAU, A [8984/1], fol. 69r.

« [Il] se trouvait dans son jardin et fauchait de l’herbe et il a vu plusieurs personnes sortir à cheval et à pied. Il a aussi pensé que depuis la Diète d’Empire c’était permis, et donc lui aussi s’en est allé. Mais il n’a pas voulu contrevenir à l’honorable conseil. Il a pensé : si Benedikt Krafft sort sur son cheval, il en aurait bien le droit lui aussi14. »

10Ces propos font d’une part apparaître la dynamique sociale que la « sortie » met en branle. Dès lors qu’un groupe assez important sort d’Ulm à pied ou à cheval, d’autres peuvent y puiser ou y conforter leur motivation. Il s’agit peut-être aussi simplement pour Scheifelin d’une façon de rejeter sur autrui la responsabilité de ses actes. Mais il se justifie également en renvoyant à une prétendue décision de la Diète d’Empire qui autoriserait à nouveau la « sortie ». Il donne à cet argument un poids suffisant pour le faire immédiatement suivre de l’aveu de son propre départ. Il semble pourtant bien savoir qu’en se mêlant au groupe des vieux-croyants il s’est mis en infraction par rapport aux mandats des autorités ulmiennes – c’est ce qui explique qu’il dise ne pas avoir voulu désobéir au conseil. Scheifelin ressent donc un dilemme entre, d’une part, sa conviction personnelle ainsi que les décisions de la Diète et, d’autre part, les ordonnances des autorités de la ville – dilemme qu’au cours de l’interrogatoire il tente de résoudre en jouant son va-tout : il prétend que Benedikt Krafft, un membre de l’oligarchie peuplant le conseil, est lui aussi parti sur son cheval. Notre bourgeois d’Ulm y voit la preuve que le prétendu décret de la Diète est effectivement entré en vigueur sur place. Cela révèle la dextérité avec laquelle cet homme ordinaire se réfère au complexe labyrinthe de la situation juridique dans le Saint-Empire, et sait en jongler à son profit, lorsqu’on lui demande s’il a le droit de traverser une frontière territoriale pour des raisons religieuses.

  • 15 Ibid., fol. 75r-79r.
  • 16 Endriss 1935.
  • 17 Hofer 1977, p. 26 et 115.

11Les « sorties » massives qui surviennent par la suite, comme pour la Pentecôte 1535, ne proviennent pas seulement de la ville d’Empire mais également de sa campagne15. Les sources que nous pouvons utiliser sur ce point sont les synodes et visites pastorales organisés régulièrement entre 1531 et 1544 par les autorités religieuses de la ville d’Ulm16. Toutefois, on ne dispose pas pour les campagnes – contrairement à la ville d’Empire – d’interrogatoires individuels ou de noms, mais seulement de quelques indications générales signalant qu’une sortie a eu lieu et, éventuellement, ses raisons et sa destination. Si l’on rassemble ces déplacements en provenance du territoire avec ceux qui sont issus de la ville elle-même, on aboutit pour les années 1530 et 1540 à une configuration géographique très révélatrice. Elle fait d’abord apparaître une pluralité de centres d’origine des « sorties » vieilles-croyantes : la ville de Geislingen et deux autres villages à l’extrémité septentrionale du territoire ulmien, en premier lieu. Certains laïcs de ces localités se dirigent tout particulièrement vers l’enclave d’Eybach, un fief de la principauté-prévôté ecclésiastique d’Ellwangen qui au xve siècle l’a conféré aux chevaliers von Degenfeld. Ces derniers montrent certes des sympathies envers la Réforme, mais leur suzerain y est hostile. Le prince-prévôt dispose, en outre, du droit de patronage pour la paroisse d’Eybach. L’autre grande source de la « sortie » est la ville d’Empire d’Ulm elle-même, qui se situe plutôt en périphérie de son propre territoire. En revanche, le cœur du territoire est moins concerné par le phénomène, pour des raisons compréhensibles. Il y est plus difficile d’aller faire un tour dans les territoires voisins, et les droits de collation possédés par des « étrangers », comme à Urspring et Lonsee, sont progressivement réduits17.

12Nous nous trouvons donc devant un paradoxe. D’un côté, les frontières entre les différentes zones de domination gagnent en visibilité ; elles ne sont plus seulement juridiques et politiques, mais séparent désormais aussi deux cultures religieuses. La transgression de la frontière est une expérience plus marquante, puisque la limite sépare désormais des rituels différents, et puisque son passage est de plus en plus réglementé. Mais d’un autre côté ces frontières renforcées deviennent en même temps plus poreuses et précaires. Dans le nord de leur territoire, les autorités municipales d’Ulm peinent à empêcher la « sortie ». La position périphérique de la ville et l’existence de l’enclave de Söflingen compliquent l’application concrète des réglementations frontalières. C’est donc moins la frontière elle-même que la distance envers elle qui en assure la plus grande visibilité. Dans ce cadre, la question de la collation des paroisses s’affirme également comme un des domaines où se joue le conflit entre communautés religieuses.

Prébendes et cures, enjeux des différences culturelles

  • 18 Schilling 1981, p. 54-56 ; Schröer 1979, p. 157.

13Les clercs sont un facteur essentiel pour façonner les cultures religieuses à l’échelle locale. C’est pourquoi, comme on le sait, les bourgeois, conseils et autorités protestantes instituent de nouveaux prédicateurs ou cherchent à se débarrasser des anciens prêtres et des droits de collation sur les paroisses. De leur côté, les autorités qui choisissent le camp opposé destituent et persécutent les prêtres et prédicateurs évangéliques. Toutefois, la possession par des instances ou des autorités extérieures de droits de patronage offre aux vieux-croyants des ressources stratégiques, comme l’exemple du comté de Lippe permet très bien de s’en rendre compte. De nombreuses paroisses du comté appartiennent aux archidiacres de Steinheim et Lemgo, relevant de la principauté-évêché de Paderborn. D’autres sont conférées par l’archidiacre du prévôt du chapitre cathédral de Paderborn18. Les complexes structures ecclésiastiques cumulent ainsi leurs effets avec ceux des complexes appartenances territoriales – et les opposants à Luther, surtout parmi les ecclésiastiques, savent tirer profit des unes et des autres.

14Une décision de la diète territoriale de la Lippe introduit, en 1538, la Réforme et élabore une ordonnance ecclésiastique. Il est décidé que ce texte sera lu au clergé lors d’un synode à Detmold, auquel sont convoqués tous les prêtres du comté, quels que soient leurs patrons qui, eux aussi, prétendent déterminer la prestation rituelle offerte par les prêtres qu’ils ont mis en place. Dans ce cas, la présence ou l’absence au synode revêt donc une grande signification symbolique puisqu’elle indique à quelle loyauté chaque ecclésiastique accorde sa préférence.

15Pour cette raison, de nombreux prêtres vieux-croyants cherchent à contourner l’obligation de participer au synode. Ils disposent pour cela d’une ressource : faire appel aux autorités compétentes de la principauté de Paderborn. Et c’est bien ce que font quelques curés qui, en octobre 1538, écrivent au prévôt du chapitre, Philipp Spiegel, à l’archidiacre Rembert von Kersenbroick et au sacristain du chapitre Philipp von Twiste afin de solliciter leur conseil et leur soutien. Les trois destinataires réagissent immédiatement en envoyant au chapitre cathédral une lettre qui tire la sonnette d’alarme et décrit la situation et les préoccupations des prêtres du comté de Lippe :

  • 19 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Ostwestfalen-Lippe, Detmold (LANRW OWL), L 65, Nr. 1, f (...)

« Certains des pasteurs de cet évêché, sous la domination de la Lippe et situés dans la juridiction de l’église de Paderborn, nous ont sollicités et ont exposé de quelle façon ils sont convoqués par les dignitaires de Detmold et requis de paraître vendredi prochain en personne à Detmold afin d’écouter une nouvelle ordonnance évangélique où est dit quelles cérémonies et autres offices devront désormais être observés dans leurs paroisses. Ils ne savent pas bien s’ils doivent s’y plier selon les obédiences qui sont les leurs. Et c’est pourquoi ils nous ont sollicités comme étant leurs archidiacres et autorités19. »

  • 20 Ibid., fol. 61r.

16Ces prêtres se sont sans doute adressés au prévôt, à l’archidiacre et au sacristain parce qu’ils sont leurs patrons – ou peut-être simplement parce qu’ils sont l’autorité ecclésiastique immédiatement supérieure. Leur argumentation repose sur un conflit entre « obédiences », c’est-à-dire entre leurs appartenances séculière et ecclésiastique. Dans la suite de leur lettre, Spiegel, Kersenbroick et von Twiste affirment que la nouvelle ordonnance ecclésiastique du comté contrevient aux règles de l’Église établie ainsi qu’aux édits de l’empereur et de l’Empire. Ils déconseillent donc de participer au synode, sollicitent l’intervention du chapitre cathédral et lui demandent d’intervenir et de s’entremettre20.

  • 21 Ibid., fol. 62r.

17Le chapitre accède à cette requête en envoyant une lettre à ceux qui exercent alors le pouvoir dans le comté de Lippe. Les chanoines, afin d’obvier à l’obligation faite aux prêtres, font valoir trois échelles étatiques et religieuses. Ils invoquent d’abord l’« accord héréditaire » entre le comté de Lippe et la principauté de Paderborn. Cela revient à rappeler la double tutelle pesant sur les ecclésiastiques, afin de délier les prêtres de Lippe de l’obligation du synode : pour pouvoir exiger d’eux quelque chose, il faut tenir compte de leur autorité ecclésiastique sise en Paderborn, toute autre procédure irait à l’encontre de l’accord héréditaire. On ne saurait contraindre les prêtres en les obligeant à participer au synode en contravention à cette « obédience » double et emmêlée. Deuxième échelle : le chapitre renvoie aux instances du niveau impérial. Il se réclame des édits de l’empereur et des recès des Diètes dirigés contre Luther – des textes que le défunt comte a bien approuvés. Enfin, les chanoines de Paderborn introduisent une troisième dimension, temporelle : la longue durée et l’ordre ancien des usages et coutumes qu’il s’agirait désormais d’abolir en Lippe21.

18Le cœur de l’argumentation du chapitre, que l’on peut voir comme une attaque de diversion, ne s’en prend donc pas directement à la Réforme luthérienne, mais fait valoir contre elle tous les instruments offerts par la configuration étatique. Dans ce cas, le conflit entre deux territoires ne peut trouver en lui-même sa propre resolution, et c’est pourquoi une solution définitive n’est envisagée que sous l’angle des décisions de la Diète et des prescriptions de l’empereur. Par ce moyen, les recès d’Empire sont convoqués pour modeler concrètement, en retour, les relations interterritoriales. Les trois échelles de la configuration étatique sont donc intimement liées dans un conflit concret : celle, communale, des paroisses ; celle des territoires ; et enfin celle des institutions impériales.

  • 22 LANRW OWL, L 65, Nr. 1, fol. 68r.
  • 23 Ibid., fol. 63r.

19Les suppliques des prêtres vieux-croyants du comté de Lippe sont couronnées de succès. Ainsi, le prévôt du chapitre cathédral, Philipp Siegel, répond au prêtre qui dépend de lui, Eberhard Holweye curé de la petite paroisse d’Ostschlangen, et lui interdit de participer au synode évangélique qui se prépare en arguant que la nouvelle ordonnance ecclésiastique est contraire aux règlements de l’ancienne Église22. Le curé Holweye – qui manifestement n’attendait que cela – s’empresse donc de se faire porter pâle auprès des dirigeants du comté en se protégeant derrière ses autorités de Paderborn23.

  • 24 Corvinus 1990, p. 122.

20Reste à savoir si ce genre de stratégie peut s’inscrire dans la durée. Un premier élément de réponse se trouve dans les comptes rendus secrets de la première visite pastorale luthérienne qu’entreprend en 1542 Anton Corvinus, un réformateur de la Basse-Saxe. Dans les notes prises lors des interrogatoires qu’entreprend Corvinus auprès de prêtres et de villageois apparaissent régulièrement les noms d’ecclésiastiques qui, après la Réforme, restent en contact avec leurs autorités, hors du territoire, et qui reçoivent l’ordre de ne pas dévier des anciens usages. Les rapports établis à l’occasion de la visite pastorale offrent la possibilité d’évaluer, avec un décalage de quelques années, l’attitude des prêtres et leur parcours, et donc de mieux comprendre en retour les motivations de certaines des suppliques de 1538. On retrouve ainsi Eberhard Holweye dans les carnets de Corvinus, et la remarque qui le concerne est révélatrice : « Fuit insignis papista estque amotus, cum a papatu divelli nollet, functione24. » Ce prêtre a donc été privé de son office parce qu’il était un papiste invétéré et obtus. On peut supposer que dès 1539 Holweye s’était comporté d’une manière que les luthériens cataloguaient comme papiste – et donc en conclure que son absence au synode de Detmold correspondait à un véritable boycott se rapportant à la pratique de la religion et à la doctrine luthérienne. Pourtant, cette absence n’a été rendue possible que par l’exploitation du cadre dans lequel Holweye évoluait, celui des structures fractales de l’État et des appartenances.

  • 25 LANRW OWL, L 65, Nr. 1, fol. 83r.

21Dans les années qui suivent, le conflit portant sur l’obligation, pour les prêtres du comté, de se rendre au synode et d’appliquer les nouvelles normes évangéliques, ne cesse de rebondir. On en trouve la trace dans les abondantes correspondances échangées entre la principauté de Paderborn et le comté de Lippe. Dans ce dernier, certains prêtres vieux-croyants continuent à se plaindre auprès du sacristain de la cathédrale de Paderborn, Philipp von Twiste, des contraintes et de prétendus mauvais traitements qu’ils auraient à subir de la part des fonctionnaires locaux lors de la mise en place autoritaire d’une pratique religieuse réformée. Le sacristain reprend sa plume pour prier les autorités comtales de relâcher la pression sur les prêtres, menaçant dans le cas contraire d’en appeler à l’archevêque-électeur de Cologne ou à la Chambre de justice impériale (l’un des deux tribunaux d’Empire)25.

  • 26 Ibid., fol. 70r-71r.
  • 27 Prieur 1981 ; Sagebiel 2006 ; Schilling 1981, p. 130-137.

22Tout cela a pour but, et pour effet, de rendre possible la continuation de pratiques religieuses typiques des vieux-croyants. Toutefois, ces procédures ne supposent pas nécessairement une harmonie de pensée entre les prêtres locaux et la principauté-évêché : les interventions extérieures ne sont pas toujours précédées d’un appel à l’aide des vieux-croyants. Il arrive également que la hiérarchie vieille-croyante au-delà des frontières enjoigne à ses prêtres de s’abstenir des pratiques évangéliques et mobilise même pour ce faire le coadjuteur de l’archevêque de Cologne26. Mais les protagonistes continuent toujours à chercher une issue favorable dans d’interminables négociations et dans les méandres des structures étatiques du Saint-Empire. Pour autant, ces procédures ne permettent pas de résoudre les conflits. Il s’agit plutôt de faire durer le provisoire jusqu’au Concile espéré. Mais c’est précisément cette volonté de suspension qui pourrait bien avoir favorisé une relative flexibilité et une capacité de compromis de la part des parties en présence. Jusque dans les années 1570, la compétence juridique de l’évêque de Paderborn sur le comté de Lippe reste formellement préservée. La perpétuation des pratiques des vieux-croyants est certes rendue beaucoup plus difficile, voire définitivement impossible, par l’introduction de la « seconde Réforme » calviniste dans le comté au début du xviie siècle. Mais au sein de certaines circonscriptions, dont les structures politiques et juridiques sont particulièrement compliquées et autorisent une influence importante de la principauté-évêché de Paderborn, les cultures catholiques se maintiennent durablement27.

Jusqu’à ce que la mort vous sépare : un conflit sur les funérailles

23L’interaction entre les différentes échelles, spécifique à l’Empire et souvent peu propice à la prise de décision, me semble participer puissamment à rendre le système impérial efficace à sa façon et à l’inscrire dans l’expérience concrète de ses habitants. Elle connecte à différents niveaux les institutions, les autorités et les sujets et crée ainsi le cadre de références et de relations mutuelles qui est constitutif du Saint-Empire de l’époque moderne.

  • 28 Stadtarchiv Regensburg (StAR), Reichsstadt, Eccl. I., 1, 740.

24Cette hypothèse peut être étayée par un cas particulièrement frappant qui se déroule dans la ville d’Empire de Ratisbonne. Il s’agit d’un conflit concernant un enterrement. Il a lieu en 1539, soit trois bonnes années avant l’introduction de la Réforme, et il nous est connu grâce à un compte rendu détaillé qui résume l’affaire. Le luthérien Hans Leiβner décède à la fin de décembre 1538. Afin d’aller régler les détails des funérailles avec le curé de la cathédrale, le fils de Leiβner, probablement encore mineur, se fait accompagner de Hans Pferinger et Wolf Haberl qui sont sans doute des parents ou des proches du défunt. C’est Pferinger qui mène la conversation avec le prêtre. Ce dernier demande d’emblée si le mort a communié et s’est confessé à Pâques. Pferinger répond que c’est naturellement le cas – mais que Leiβner a communié sous les deux espèces, c’est-à-dire qu’à la manière luthérienne il a également eu accès au calice. Ce détail distinctif permet au curé de détecter que le défunt est protestant et que, dans les termes qu’il utilise, il a contrevenu aux usages de l’Église établie. Pour cette raison, il estime ne pas être en droit de l’enterrer dans le cimetière de la cathédrale28.

  • 29 À Leipzig, par exemple, l’installation d’un cimetière luthérien est due avant tout à des réflexions (...)

25Contrairement à ce qui se passe dans d’autres villes évangéliques29, les protestants de Ratisbonne n’ont aucune possibilité de se rabattre sur un nouveau cimetière, car le territoire sous la domination de la ville d’Empire s’arrête à ses murs et est entouré par le duché de Bavière où il est exclu de pouvoir installer un cimetière pour les luthériens. Pferinger, le proche du défunt, commence donc à argumenter et s’appuie pour cela sur les décisions de la Diète d’Empire. Elles stipuleraient, dit-il, que les punitions afférentes aux désaccords sur les affaires religieuses doivent être suspendues jusqu’à ce qu’un Concile général ou national rétablisse l’union. Une fois de plus, on voit que la référence aux décisions de la Diète – quand bien même leur date et leur contenu exact ne sont pas spécifiés – sert à justifier le comportement de celui qui s’y réfère dans une situation concrète et conflictuelle. Mais l’instrumentalisation marche dans les deux sens et à la fin des années 1530 les textes adoptés par la Diète sont devenus un ensemble très malléable. C’est ce que montre bien la réponse du curé qui lui aussi met la Diète de son côté :

  • 30 StAR, Reichsstadt, Eccl. I., 1, 741.

« Messeigneurs les chambellans et conseillers de cette louable ville impériale de Ratisbonne, pour eux-mêmes et la commune, ainsi que mon gracieux seigneur [le prince-évêque] de Ratisbonne, et les autres princes laïcs et ecclésiastiques et les villes (à l’exception de Nuremberg et de quelques autres), ont apposé leur sceau, etc. sur les recès lors des Diètes qui ont eu lieu, ils se sont engagés, par serment et jurement, à s’y tenir, afin que dans les affaires de foi ou qui s’y rapportent aucune modification ne soit introduite ou entreprise qui aille à l’encontre de l’ancien usage chrétien30. »

26Les recès de la Diète d’Empire forment donc une référence commune aux deux protagonistes, mais ils en donnent des interprétations diamétralement opposées. Le prêtre ne se contente pas en outre d’invoquer les recès, il les inscrit également dans tout l’édifice hiérarchique des pouvoirs et des instances du Saint-Empire. À ses yeux, les Diètes reviennent à une interdiction sans équivoque des croyances et des pratiques des « innovateurs » évangéliques. La ville d’Empire de Ratisbonne, l’évêque et la majorité des états d’Empire se sont, selon lui, engagés à maintenir la coutume ancienne et à barrer la route aux nouveautés – ce qui revient à faire résider l’efficacité et le sens du recès moins dans le recès lui-même que dans l’engagement pris par les états d’Empire de le faire respecter.

27Pferinger, le proche du défunt, réagit en modifiant sa stratégie. Il prétend, entre autres, que les lois des hommes ne sauraient lier la conscience contre les commandements de Dieu. Il en appelle au cœur et à la conscience du curé. Ce dernier doit donc lui aussi changer de ton. Il affirme que rien ne lui serait plus agréable que de voir la querelle de religion trouver une conclusion pacifique, car il en ressent lui aussi une grande souffrance. Il ajoute de surcroît qu’un précédent s’est déjà produit concernant un défunt luthérien. On l’aurait autorisé à être enterré dans le cimetière de la cathédrale, mais le curé aurait fait pour cela l’objet de violentes attaques de la part des paroissiens restés attachés aux anciennes pratiques chrétiennes. Ceux-ci, précise-t-il, l’ont même menacé d’une plainte adressée aux autorités – c’est-à-dire à l’évêque de Ratisbonne.

28Cependant il faut bien faire quelque chose du cadavre. Une décision doit être prise – mais par qui ? Le curé propose de transmettre l’affaire au vicaire de l’évêque, transférant ainsi le conflit du niveau communal à celui de l’instance supérieure, l’administration épiscopale, et le faisant sortir du cadre étroit de la ville d’Empire de Ratisbonne. Pferinger commence toutefois par refuser cette proposition, sans doute parce qu’il craint qu’elle aboutisse à une décision négative pour lui. Il souhaite plutôt se tourner vers le conseil de ville qui, en 1539, est déjà largement acquis aux idées luthériennes et pourrait s’employer à obtenir un enterrement dans le cimetière de la cathédrale. Mais le curé insiste et Pferinger finit par accepter que le vicaire soit sollicité. Cependant, ce dernier ne se sent, lui non plus, pas compétent pour trancher et veut demander directement à l’évêque Pankraz von Sinzenhofen de décider. Cette tentative échoue elle aussi : le vicaire fait savoir que l’évêque est tellement occupé par d’autres affaires qu’il ne peut s’occuper de celle-ci. Au demeurant, si l’on se souvient que la question des enterrements est, dans ces années-là, une des plus grosses pommes de discorde à Ratisbonne, l’excuse de l’évêque ressemble bien à une hésitation, voire à un refus de prendre une décision. Le chapitre cathédral, lui, s’est substitué à l’évêque et a tranché : il dispose qu’il est du devoir du curé d’agir en fonction des ordres qui lui ont été donnés. Et voilà ce dernier bien obligé de se mouiller. Car les intentions du chapitre sont très claires : pas d’enterrement, comme l’exigent le droit, la loi et l’autorité. À ce stade, le compte rendu dont nous disposons s’interrompt si bien que nous ne savons pas si une décision a effectivement été prise. Mais ce document se trouve dans les archives de la ville : il est donc très probable que Pferinger a ensuite fait intervenir les autorités municipales de Ratisbonne. Les sources disponibles ne permettent pas de connaître le résultat de ses démarches.

29Ce cas montre bien que le bourgeois moyen et le bas clergé connaissent précisément les décrets de la Diète d’Empire et qu’ils les intègrent à leur horizon de savoir et d’argumentation en fonction de leur appartenance « confessionnelle » et des schémas d’interprétation qui en découlent. On voit aussi que la négociation et la procrastination deviennent une véritable méthode destinée à désamorcer l’escalade des conflits. Là où il n’y a pas de décision, nul ne peut s’élever violemment contre elle. Le provisoire devient durable, et le jeu consistant à se renvoyer la balle sera, à l’époque confessionnelle, une pratique bien connue.

Conclusion

30Pendant la phase initiale de la Réforme, les vieux-croyants parmi les laïcs et les membres du bas-clergé savent tirer profit de la fragmentation territoriale et de l’étaticité complexe du Saint-Empire. C’est surtout le cas dans les régions où ils se retrouvent en minorité et où leur culture est menacée et interdite par la Réforme. Les études de cas situées dans la libre ville d’Empire d’Ulm, la ville d’Empire de Ratisbonne et le comté de Lippe ont permis d’illustrer cette hypothèse. La « sortie » hors d’Ulm montre que la proximité des frontières fournit la possibilité de chercher à un autre endroit, dans des secteurs non réformés, ce que l’on considère comme spécifique à soi-même, en affirmant qu’il a toujours été là. Les frontières territoriales évoluent alors vers des barrières politiques et religieuses, mais en même temps vers des zones de contact et d’interaction que les vieux-croyants peuvent facilement traverser. Par l’usage de leur droit de collation, des dignitaires extérieurs parviennent à freiner l’instauration de la Réforme dans le comté de Lippe et permettent à des prêtres attachés à l’ancienne religion – et qui souvent sollicitent eux-mêmes cette intervention – de maintenir les vieux usages. Les fragmentations internes des territoires évangéliques sont savamment utilisées par les vieux-croyants qui, en jouant des différentes échelles et instances, en tirent parti. On le constate aussi dès que les rituels deviennent problématiques, par exemple lorsqu’à Ratisbonne un prêtre refuse l’enterrement d’un luthérien dans son cimetière.

31Les trois cas ont une chose en commun : les structures fractales et fragmentées des territoires et de l’Empire favorisent la mise en place et le maintien du provisoire – les vieux-croyants sont évidemment persuadés que la victoire de l’Église sur les « hérétiques » est proche. C’est pourquoi ils jouent en virtuose de toute la gamme des procrastinations et des blocages qu’offre en abondance le système du Saint-Empire. Faire traîner les procédures, les stopper, solliciter les interventions extérieures, engluer un conflit concret et local dans les inextricables échelles et instances de cette étaticité impériale que l’historiographie catholique a si longtemps vouée aux gémonies : tout cela relève d’une stratégie fréquemment appliquée, et qui, davantage qu’un moyen, est conçue comme une solution. Ces ressources ont été mises en œuvre par les laïcs et les clercs vieux-croyants d’une manière concertée et savante.

Notes

1 Désigner comme « vieux-croyants » ceux qui, lors des premières années de la Réforme, n’ont pas adhéré aux idées de Luther, permet d’éviter la rétroprojection téléologique qu’impliquerait l’usage, pour cette époque précoce, du terme « catholiques ». [NdT : le terme allemand est altgläubig (en un seul mot, utilisé comme adjectif et comme substantif) et il est couramment usité par les contemporains de cette ère précoce de la division religieuse. Malgré la confusion possible avec d’autres mouvements religieux (en particulier en Russie) la traduction « vieux-croyant » s’impose en raison de sa simplicité et de sa capacité à être également utilisée comme adjectif et substantif.]

2 Un tour d’horizon historiographique problématisé : O’Malley 2000.

3 Sur la position très marginale qui a longtemps été celle des vieux-croyants dans l’historiographie sur la Réforme : Boer 2009.

4 Hofer 1977 ; Trostel 1976 ; Lang 1977.

5 Trapp 2000 ; Richard 2009 ; Schmid 1988.

6 Schilling 1981, p. 54-137 ; Schröer 1979, p. 157-184 ; Wolf 1958-1959.

7 Des cas sont attestés pour le pays de Vaud par Blakeley 2008. Quelques indications également, mais sans précision ni mention de sources dans Zeeden 1985, p. 95.

8 Endriss 1931.

9 Frank 1980, p. 39-117.

10 Stadtarchiv Ulm (StAU), A [8984/I], fol. 68r.

11 StAU, A [8985], fol. 84r-v.

12 Les comptes rendus d’interrogatoire sont conservés à : StAU, A [8984/1], fol. 69r-74r. Sur Lautern : Fink et Wortmann 2010.

13 StAU, A [8984/1], fol. 69r.

14 StAU, A [8984/1], fol. 69r.

15 Ibid., fol. 75r-79r.

16 Endriss 1935.

17 Hofer 1977, p. 26 et 115.

18 Schilling 1981, p. 54-56 ; Schröer 1979, p. 157.

19 Landesarchiv Nordrhein-Westfalen, Abteilung Ostwestfalen-Lippe, Detmold (LANRW OWL), L 65, Nr. 1, fol. 61r.

20 Ibid., fol. 61r.

21 Ibid., fol. 62r.

22 LANRW OWL, L 65, Nr. 1, fol. 68r.

23 Ibid., fol. 63r.

24 Corvinus 1990, p. 122.

25 LANRW OWL, L 65, Nr. 1, fol. 83r.

26 Ibid., fol. 70r-71r.

27 Prieur 1981 ; Sagebiel 2006 ; Schilling 1981, p. 130-137.

28 Stadtarchiv Regensburg (StAR), Reichsstadt, Eccl. I., 1, 740.

29 À Leipzig, par exemple, l’installation d’un cimetière luthérien est due avant tout à des réflexions théologiques prônant une séparation plus stricte entre les vivants et les morts : Koslofsky 1999.

30 StAR, Reichsstadt, Eccl. I., 1, 741.

Auteur

Docteur de l’École des hautes études en sciences sociales
Et de l’université de Heidelberg
(1987) a obtenu son doctorat en 2015 à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et l’université de Heidelberg. Il a travaillé comme stagiaire dans un quotidien et est depuis 2018 rédacteur pour la politique étrangère à l’Agence France-Presse à Berlin. Parmi ses publications : Reformation und Alter Glaube. Zugehörigkeiten der Altgläubigen im Alten Reich und in Frankreich (1517-1540), Berlin, De Gruyter et Oldenbourg, 2017.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search