Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Pratiques de l’espace : le Saint-Empire fractal

L’Empire en couleurs : les perceptions de l’espace germanique, de l’Empire et de ses territoires dans les pratiques d’enluminure des cartes à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle)

Axelle Chassagnette

Texte intégral

  • 1 Woodward 2007 ; Ehrensvärd 1987 ; Pelletier 1998, notamment Hofmann 1998 ; Hofmann 1999 ; les étude (...)

1L’enluminure des cartes, c’est-à-dire la mise en couleurs manuscrite de documents imprimés, est un sujet qui peut paraître anecdotique. Il permet néanmoins de rendre compte de la perception qu’ont pu avoir les Européens, à l’époque moderne, de l’espace culturel de l’Allemagne ainsi que de l’espace politique et institutionnel de l’Empire. C’est d’une manière générale, même dans l’historiographie consacrée à la cartographie européenne – qui est pléthorique –, un sujet très peu abordé et pour lequel les études de cas sont assez rares1. Il fait pourtant pleinement partie de l’histoire de la perception et de la représentation de l’espace.

Cartes et enluminures

  • 2 Hessels 1884.

2Les cartes deviennent au cours du xvie siècle des objets d’usage assez courant, au moins dans les milieux urbains. C’est notamment une conséquence d’une production accrue de cartes gravées à partir des décennies 1560 et 1570, en Italie, aux Pays-Bas et dans l’Empire. Les atlas, dont la forme éditoriale est inventée en 1570 avec le Theatrum orbis terrarum d’Abraham Ortelius, et dont la production se développe à Anvers, à Cologne puis à Amsterdam au xviie siècle, deviennent des voies d’accès privilégiées au savoir géographique, à la représentation cartographique de l’Europe et du monde. Cette réception élargie – bien que relative – du savoir géographique a un revers : les cartes sont produites à l’initiative des graveurs ou des imprimeurs, qui ne sont pas nécessairement mathématiciens ni spécialistes du savoir géographique, quoique certains puissent être d’excellents cartographes. Ils sont bien sûr conscients de la nécessité de mettre à jour les informations portées sur les cartes et cherchent le plus souvent à trouver de nouvelles sources originales pour les corriger. Certains entretiennent un réseau de correspondants dans toute l’Europe, chargés de leur transmettre des productions cartographiques récentes et de qualité. En témoigne la très volumineuse correspondance d’Abraham Ortelius, collectionneur et éditeur de cartes, mais également enlumineur de profession2. Néanmoins, ce travail d’ajustement ne peut se faire rapidement, pas plus qu’il ne peut retranscrire avec régularité les transformations territoriales de l’époque moderne qu’entraînent guerres, héritages et conflits de juridiction. Établir des cartes nouvelles à partir de calculs géométriques, d’observations astronomiques et d’opérations d’arpentage coûte de l’argent et du temps, or les graveurs et les éditeurs n’en disposent pas toujours. Le rythme soutenu de publication et de réédition des atlas, surtout à partir du xviie siècle, rend ces adaptations plus difficiles encore.

3Les représentations cartographiques sont donc marquées par une grande inertie. Une fois établie par un ou plusieurs cartographes, qui fournissent en général un travail d’observation astronomique, d’arpentage et de compilation d’information de plusieurs mois ou de plusieurs années, la carte d’un territoire fait le plus souvent l’objet de copies et de rééditions pour de longues périodes, parfois séculaires. L’enluminure peut dès lors constituer un moyen de modifier, nuancer ou mettre en lumière certaines informations, avantage qui a, de fait, été mis en œuvre dans la représentation de la géographie politique particulièrement mouvante des territoires de l’Empire. La mise en couleurs permet, de ce fait, une certaine souplesse de lecture des cartes, dont le contenu est relativement rigide. Les pratiques d’enluminure ont en effet une fonction esthétique, mais révèlent également une herméneutique : la couleur, dans la plupart des cas, ajoute ou souligne du sens sur des cartes gravées. Plus précisément, sa fonction est le plus souvent taxinomique. Elle est appliquée pour aider à dissocier, distinguer, opposer, hiérarchiser ou classer des éléments de sens. Elle permet, par exemple, de faire apparaître les frontières et les limites quand celles-ci ne sont pas tracées sur les cartes, de les mettre en valeur ou au contraire de les estomper quand elles sont déjà tracées. Elle offre donc au graveur, au vendeur d’une estampe ou à son propriétaire une liberté supplémentaire de lecture et d’interprétation, une strate de sens qui peut venir nuancer ou modifier la perception du document.

4Dans la plupart des cas, on ignore qui a été responsable de l’enluminure. Celle-ci n’est d’ailleurs pas systématique : selon les lieux d’édition, les imprimeurs, les libraires, les ouvrages et les cartes publiées, la coloration peut être présente ou pas. Si les cartes colorées sont conservées en nombre dans les bibliothèques européennes, c’est qu’il s’agit souvent d’exemplaires de valeur et de prestige, qui ont fait l’objet d’une conservation attentive. Mais la majorité des cartes imprimées vendues à l’époque moderne n’étaient sans doute pas enluminées.

5Il existe des traditions d’enluminure bien identifiées. Avant le dernier tiers du xvie siècle, l’enluminure systématique des cartes concerne essentiellement les éditions de la Géographie de Ptolémée, qui s’inspirent des traditions de copie manuscrite de l’ouvrage du premier xve siècle, période consécutive à la redécouverte de ce texte en Europe occidentale et à sa traduction en latin. Les cartes de la production italienne du xvie siècle, qui utilisent la gravure sur cuivre et se caractérisent par un tracé cartographique très fin, ne sont en général pas colorées. Ce sont les éditions néerlandaises qui vont systématiser le recours à l’enluminure des cartes gravées, d’abord à Anvers puis à Amsterdam, à partir du dernier tiers du xvie siècle. Les grands éditeurs d’atlas (Christophe Plantin, puis les dynasties Hondius, Blaeu, Janssonius) font colorer une part importante de leur production cartographique. Dès le milieu du xvie siècle, les conditions étaient en effet remplies pour inscrire l’activité des enlumineurs dans la chaîne de production des cartes néerlandaises. Des enlumineurs, qui travaillaient en atelier et étaient souvent membres des corporations des peintres, étaient payés par l’imprimeur ou l’imprimeur-libraire, qui organisait leur travail. Celui-ci vendait alors la plus grande part de ses cartes en version enluminée (notamment quand elles étaient achetées à l’unité, et non pas assemblées en atlas). Au xvie siècle, l’enluminure doublait le prix de la carte. Son coût diminua au cours des xviie et xviiie siècles, indice d’une pratique plus fréquente. Certains enlumineurs travaillaient à domicile, et les femmes étaient relativement nombreuses dans ces groupes d’ouvriers associés aux ateliers d’impression, souvent membres de la famille du graveur ou de l’imprimeur. Il arrivait que des artistes de renom se chargent aussi de ce travail, augmentant considérablement le prix de l’objet achevé. Au-delà des Pays-Bas et des Provinces-Unies, les pratiques d’enluminure se développèrent aussi considérablement en France et dans l’Empire au cours du xviie et surtout du xviiie siècle.

6Les techniques de mise en couleurs des cartes varient selon les lieux. À Anvers, au xvie siècle, la peinture appliquée a des couleurs vives, contrastées, en aplats assez opaques et à la gouache. À partir du xviie siècle, l’enluminure est souvent plus légère : la coloration étendue concerne les ornements et les décors du cadre, les cartes n’étant le plus souvent enluminées que par filets, traits épais mais translucides, venant suivre et rehausser telle ou telle information, quelquefois des limites territoriales. Cette technique de coloration à l’aquarelle est appelée « lavis ». En France, au xviie siècle, cet usage est aussi le plus courant. L’enluminure allemande, notamment au xviiie siècle, systématise l’usage de la couleur en aplats d’aquarelle, translucides, et limite le réservoir des couleurs utilisées. Pendant toute la période considérée, ces dernières répondent surtout à des besoins pratiques : celui du nombre (limité) des couleurs d’aquarelle ou de gouache disponibles, celui du contraste visuel que l’on cherche à obtenir pour enrichir la diversité des informations données à voir. La symbolique des couleurs, à ce titre, ne semble que très rarement faire partie des stratégies sémiologiques des enlumineurs. La mise en couleurs est assez souvent normalisée, d’après des modèles qui semblent établis dans les ateliers des imprimeurs-graveurs. Le choix de souligner des limites, des frontières, ou d’autres informations géographiques, peut donc mettre en lumière les arbitrages conscients des éditeurs, qui répondaient à un marché et pouvaient aussi prêter attention aux attentes des acheteurs et des collectionneurs de cartes.

7À partir du xviie siècle, l’enluminure n’est pourtant pas toujours le fait de professionnels. Dans les manuels de dessin et de peinture, dans les ouvrages de géographie destinés à l’aristocratie ou à la haute bourgeoisie mais aussi aux ingénieurs-géographes et aux architectes, cette pratique est fréquemment évoquée. Elle poursuit la tradition renaissante de formation des élites, recommandant la maîtrise du dessin et de la peinture. On insiste sur le fait que l’enluminure des cartes possède une vertu pédagogique : passer en couleurs les limites des pays est une manière de les connaître, d’en mémoriser le contour et l’étendue. C’est aussi une « occupation » (à défaut d’être un apprentissage) que l’on concède volontiers aux jeunes filles et femmes de bonne famille. Il était donc possible, et sans doute relativement fréquent, que des acheteurs ou possesseurs des cartes en orientent eux-mêmes le sens, choisissant les informations qu’ils souhaitaient mettre en valeur. Cet usage est d’autant plus intéressant qu’il pouvait permettre d’échapper aux traditions d’enluminure évoquées précédemment et dont le but n’était pas d’ajouter du sens au document géographique gravé, mais de souligner celui que le cartographe avait voulu lui conférer. À moins de constater la maladresse manifeste de l’enluminure, il n’est cependant pas toujours évident de savoir si elle a été réalisée par un professionnel ou par un amateur averti.

Enluminure et Empire

  • 3 Chassagnette 2012.
  • 4 Cette remarque vaut pour l’ensemble des représentations cartographiques européennes. Sur l’histoire (...)

8Comment ces pratiques se traduisent-elles dans les représentations cartographiques de l’espace germanique et de l’Empire, dont on connaît la complexité territoriale et le caractère très changeant ? Rappelons tout d’abord que les cartes dont le titre mentionne le terme d’« Empire » sont rares jusqu’au xviiie siècle : c’est en général l’espace germanique qui est montré, et non un espace politique ou institutionnel. Cela se comprend assez aisément, car la complexité politique de l’Empire échappe largement à la représentation. D’autre part, ce dernier est volontiers pensé comme une structure institutionnelle dont la fonction est de maintenir des liens (de nature vassalique) entre l’empereur et les princes, et, d’autre part, d’assurer la paix et la justice entre les territoires qui en sont membres3. Ces fonctions ne sont pas nécessairement comprises comme l’expression d’une souveraineté exercée sur un espace délimité. À considérer de nombreuses cartes de l’époque moderne, et si l’on cultive le paradoxe, on peut affirmer que l’Empire n’a pas de territoire. La délimitation graphique des limites territoriales, obsession d’une cartographie et d’une pensée contemporaines – celles du xixe siècle et de l’âge des nationalismes – n’est pas une priorité des descriptions géographiques avant le xviiie siècle4.

9En matière d’enluminure des cartes figurant l’espace germanique, le découpage séculaire correspond à des pratiques assez clairement différenciées.

Un court XVIe siècle (fin XVe siècle-1560) : la relative liberté des enlumineurs

  • 5 Erhard Etzlaub, Das ist der Rom-Weg von meylen zu meylen mit puncten verzeychnet von eyner stat zu (...)
  • 6 Voir l’exemplaire numérisé dans la catalogue de la Bayerische Staatsbibliothek : http://daten.digit (...)

10Comme mentionné précédemment, les premières éditions imprimées de la Géographie de Ptolémée sont très souvent enluminées dans la tradition manuscrite de copie d’ouvrage, qui se développe dans les premières décennies du xve siècle et perdure à l’âge des incunables. Les autres cartes, de plus en plus nombreuses, produites entre la fin du xve et les premières décennies du xvie siècle, restent plus fréquemment dans l’état de l’impression monochrome. Quand elles existent, quelles sont les stratégies d’enluminure ? Une des premières cartes « modernes » de l’ensemble de l’espace germanique (c’est-à-dire qui ne soit pas tirée d’une édition de la Géographie de Ptolémée) est la carte des chemins de pèlerinage vers Rome, due au mathématicien et astronome Erhard Etzlaub et dont la première édition date des environs de 15005. Non enluminée, la carte est assez peu lisible. Elle est orientée, comme il est alors encore assez fréquent dans les représentations de l’espace germanique, le sud en haut, et indique les routes de pèlerinage en pointillés. Les reliefs y sont figurés dans la tradition ptoléméenne des « taupinières », et les États n’y sont pas délimités par des tracés linéaires, bien que des noms de pays ou de régions, plutôt définis comme entités linguistiques ou culturelles, soient inscrits. La plupart des exemplaires enluminés, qui font le choix de couleurs variées, suivent les mêmes principes et indiquent quels pouvaient être les intérêts contemporains de lecture de la carte. Dans l’exemplaire conservé à la Staatsbibliothek de Munich, l’enluminure circonscrit des espaces culturels et linguistiques : on distingue la Bohême, traditionnellement ceinte de forêts (un reliquat graphique des descriptions antiques qui perdure pendant les premières décennies du xvie siècle), la Pologne, la Hongrie, l’Italie, le Dauphiné, la Bourgogne, les Pays-Bas, les Flandres, la France, etc.6 Ce qui ressort en blanc est l’espace germanique, qui n’est en rien défini politiquement ni rapproché de l’Empire. Les délimitations des régions historiquement ou culturellement définies ne sont cependant guère plus précises. Dans certains cas (le Dauphiné, la Bourgogne), l’enlumineur a pu s’appuyer sur la représentation des cours d’eau ou des reliefs, mais les limites semblent aléatoires lorsque ces repères naturels manquent, et varient de ce fait d’un exemplaire enluminé à un autre.

11Des pratiques analogues restent présentes pendant plusieurs décennies : lorsque les cartes sont enluminées, les couleurs ajoutent une certaine qualité esthétique mais permettent aussi une meilleure lecture. Or, celle-ci amène rarement le lecteur à prendre en compte une taxinomie d’ordre politique. Dans la plupart des cartes de l’espace germanique imprimées et enluminées jusqu’en 1560, la Bohême est clairement distinguée, ainsi que les reliefs, les cours d’eau et les zones boisées. Mais la logique de l’enluminure n’est presque jamais politique, les limites des territoires n’apparaissent pas clairement.

Des années 1570 à la fin du XVIIe siècle : limites intérieures et extérieures de l’Empire dans la tradition éditoriale des atlas

12La forme éditoriale de l’atlas, qui réunit des cartes dont le format, le style de gravure, les informations géographiques sont autant que possible standardisés, est créée en 1570 par Abraham Ortelius à Anvers avec la publication du Theatrum orbis terrarum, poursuivi par Gérard de Jode (Speculum orbis terrarum, Anvers, 1578) puis par Gérard Mercator (Atlas, Cologne, 1595). Ces concepteurs s’appuient sur leurs propres travaux et surtout sur un réseau d’informateurs et d’acheteurs de modèles cartographiques, en proportions variables. Dans le cas de l’Allemagne, avec laquelle ils sont le plus souvent en étroit contact (notamment par Cologne et la fréquente émigration de graveurs des Pays-Bas vers l’Empire), les ressources cartographiques sont multiples.

13Dans la plupart des cas, les cartes de l’Empire demeurent des cartes de l’espace germanique, bien que des représentations symboliques impériales (empereur et électeurs, aigle bicéphale, etc.) soient très souvent associées à la figuration de l’espace germanique, ce qui apparaît comme une relative nouveauté de la fin du xvie siècle. Néanmoins, l’enluminure, qui est fréquemment organisée par les imprimeurs, commence à inscrire des informations politiques que ne comporte pas le dessin gravé. On voit ainsi apparaître le tracé coloré des limites extérieures de l’Empire, ce qui permet de constater l’extrême variabilité de leur perception, voire une franche ignorance de leur réalité.

  • 7 Gérard Mercator, Germania, Duisbourg, ca. 1585, gravure sur cuivre, 47 x 34 cm. Voir la reproductio (...)

14Dans un exemplaire conservé dans la collection Niewodniczaiński d’une carte d’Allemagne conçue par Gérard Mercator, éditée une première fois en 1585 et intégrée en 1595 à l’Atlas, les limites de l’Empire sont dessinées par les couleurs et définies en pratique, et non en droit : le corps helvétique est exclu, ainsi que l’Italie, les Pays-Bas et le Holstein7. Le jeu des couleurs permet certaines nuances, puisque les limites sont marquées d’un filet d’aquarelle jaune, les États extérieurs à l’Empire en vert. Cette délimitation, bien qu’assez soignée, n’est pas absolument précise. Les Trois-Évêchés lorrains, par exemple, sont englobés sans nuance dans le duché lorrain et dans l’espace impérial, à une date à laquelle ils en sont exclus en pratique. D’autre part, certains États, ou territoires extérieurs de fait ou de droit à l’Empire (le corps helvétique, une partie de la Hongrie, les Pays-Bas), sont enluminés en brun clair, couleur analogue à celle de l’espace germanique et impérial. Peut-être peut-on y lire le signalement d’un rattachement passé, ou d’un lien particulier susceptible d’évoluer (ce peut être le cas, notamment, de la frontière entre le territoire hongrois et les États Habsbourg). Peut-être est-ce simplement le résultat d’une ignorance de l’enlumineur.

  • 8 Cornelius de Jode, Germania Geographicis Tabulis Illustrata, Anvers, 1593, gravure sur cuivre, 53 x (...)

15En 1593, un exemplaire (conservé dans la collection Niewodniczański) d’une carte issue d’un autre atlas d’Anvers, celui de Cornelius de Jode (le Speculum orbis terrae), délimite l’Empire de manière assez différente8. Il s’agit en principe d’une carte de l’Allemagne, ce que mentionne le titre du document, mais qui associe l’espace germanique à la structure institutionnelle de l’Empire, puisque l’empereur et les sept électeurs sont figurés au-dessus du cartouche de titre. L’enlumineur n’a pas la précision ni le raffinement du précédent, et on peine à savoir ce qu’il a voulu inclure à l’intérieur de la limite jaune qui court sur la carte. Peut-être s’agit-il de la nation germanique, à laquelle les lettrés et humanistes allemands de la Renaissance tardive faisaient encore volontiers référence : le corps helvétique est inclus, ainsi que les Pays-Bas. Le Holstein y échappe, de même que la Bohême, pourtant dans l’Empire. La simplicité et la raideur des lignes portent à penser que l’enlumineur ne pouvait ou ne voulait pas se pencher sur la complexité des découpages territoriaux.

16À partir de la fin du xvie siècle et du début du xviie siècle, les cartes gravées représentant les pays européens commencent à introduire le tracé des limites politiques. Dans un premier temps, ce sont surtout les cartes régionales, à grande et moyenne échelle, qui font apparaître ces démarcations en pointillés. Une fois établies sur les cartes régionales, souvent à partir de cartes manuscrites et de travaux de savants et d’arpenteurs, ces délimitations peuvent également être portées sur les cartes à plus petite échelle, qui représentent l’ensemble de l’espace germanique. Mais c’est toujours avec retard que sont tracés ces pointillés des limites intérieures. Cette évolution vaut d’ailleurs pour la plupart des grands pays européens producteurs de cartes au xviie siècle, qu’il s’agisse de la France, de l’Allemagne ou des Provinces-Unies. Elle se traduit donc par l’inscription sur les cartes gravées, avant enluminure, de limites linéaires, mais aussi d’une association plus fréquente entre la représentation d’un territoire et l’inscription de figures et symboles qui font précisément référence au pouvoir, en le désignant explicitement : les blasons, les portraits de princes, les insignes du pouvoir parsèment les cadres ornementaux. La représentation des territoires se politise, et l’enluminure suit le mouvement.

  • 9 Abraham Ortelius, Regni Bohemiae description tirée du Theatrum orbis terrarum, Anvers, 1570, gravur (...)

17Cette évolution apparaît par exemple dans la carte de la Bohême publiée par Abraham Ortelius dans le Theatrum orbis terrarum à partir de 1570. Le cartouche de titre (« Royaume de Bohême ») annonce une délimitation politique du territoire9. Dans un exemplaire du document gravé, conservé à la Staatsbibliothek de Berlin, l’enlumineur a pu effectuer un travail relativement facile, puisqu’il s’appuie sur le tracé en pointillés porté sur la gravure (ill. page suivante). Le territoire, en jaune clair, est délimité par un trait jaune plus foncé, et clairement distingué des territoires politiques voisins. Le découpage est précis, et les couleurs ne sont là que pour le rendre plus lisible au lecteur.

Carte de la Bohême. Abraham Ortelius.

Theatrum orbis terrarum. Londres, 1606 (i.e. 1608 ?). Planche 60.

  • 10 Eberhard Cloppenburgh, Germaniae nova, ac accurata descriptio, Amsterdam, gravure sur cuivre, 46 x  (...)

18Dans les années 1630, on voit apparaître des représentations cartographiques de l’ensemble de l’espace germanique, qui tracent à la fois les frontières extérieures et intérieures de l’Empire : ces limites sont portées sur la gravure. Il subsiste malgré tout, assez souvent, des hésitations dans la caractérisation de l’espace – et de l’objet – cartographiés. Le titre de Germania persiste en général, mais les ornements du cadre l’associent presque toujours à l’idée d’Empire. Une série de cartes murales de l’espace germanique, produites par les grands éditeurs d’Amsterdam, est éditée tout au long du xviie siècle. Souvent encadrées par des vues de villes et des portraits des empereurs, ces représentations fournissent une information géographique très dense (toponymes, cours d’eau, noms de régions) dans laquelle il est difficile de distinguer les tracés frontaliers, pourtant présents. L’enluminure joue alors un rôle important, en permettant au lecteur de les repérer et de les identifier. Dans un exemplaire de la carte d’Allemagne publiée par Jan E. Cloppenburg en 1630, conservé à la Staatsbibliothek de Berlin, l’enluminure suit les délimitations territoriales tracées en pointillés10. Néanmoins, la multiplicité de couleurs utilisées ne permet pas de faire la distinction entre les frontières de l’Empire et celles des territoires impériaux, ni entre ces derniers et les États voisins : toutes les entités territoriales sont mises au même niveau, rehaussant l’espace considéré comme « germanique », et non pas seulement l’espace impérial. D’autre part, le cartographe et le graveur n’ont pu reproduire exactement la complexité politique du morcellement territorial de l’Empire. Les délimitations qui apparaissent ici ne correspondent que très partiellement à la réalité politique de l’époque. Seules les grandes entités territoriales sont représentées, et très souvent de manière inadéquate. Les noms de territoires figurés conservent d’ailleurs une certaine ambiguïté : la titulature politique (duché, landgraviat, archevêché, etc.) n’est jamais mentionnée, et l’on n’est jamais sûr que les espaces représentés ne soient pas définis dans une perspective tout aussi historique et culturelle que politique.

19Au fil du temps, une habitude d’enluminure semble s’être fixée, en particulier dans les représentations cartographiques de l’Allemagne des grands atlas publiés à Amsterdam : on choisit une couleur pour les filets d’aquarelle qui montrent les frontières de l’Empire. Les territoires de l’Empire ne sont pas toujours distingués les uns des autres, sauf la Bohême, qui bénéficie depuis les cartes de tradition ptoléméenne d’un traitement à part, peut-être dû au fait que l’on identifie ses limites territoriales aux frontières naturelles (forêts et relief) consciencieusement dessinées depuis le xve siècle. Le grand atlas de la firme Blaeu, l’Atlas Major, publié à Amsterdam à partir de 1662 en latin et dans de nombreuses langues européennes, semble ainsi traduire, dans les pratiques de gravure et d’enluminure, ce qui était alors la perception la plus usuelle de l’Empire dans la production cartographique : l’ouvrage présente une carte générale de l’Allemagne sur laquelle figure, dans leurs limites tracées, les principaux territoires des Pays-Bas à l’Italie, du Holstein à la Prusse. L’enluminure, qui semble avoir été le plus souvent pratiquée pour l’imprimeur, multiplie les couleurs sans les hiérarchiser, et place tous les territoires allemands sur le même plan que les autres États européens, comme en témoigne un exemplaire conservé à la bibliothèque de l’université de Séville (ill. page suivante).

20L’Empire y disparaît complètement, les motifs ornementaux n’y font pas même allusion. Suivent, dans ce même atlas et dans la section consacrée à la Germania, des cartes régionales, voire locales, d’un certain nombre de territoires (jusqu’à celui de la ville d’Empire de Nuremberg), notamment des Pays-Bas (ce qui confirme que la logique d’exposition est ici encore celle de l’espace germanique, et non de l’Empire).

Joan Blaeu, Germania vulgo Teutschland, Amsterdam, 1662, gravure sur cuivre, 55 x 47 cm.

Exemplaire conservé au fonds ancien de la bibliothèque de l’université de Séville.

21Jusqu’à la fin du xviie siècle, la représentation politique des territoires s’affirme donc dans les cartes. Mais ce sont le plus souvent les territoires de l’Empire, et non l’Empire lui-même, qui sont délimités et soulignés par l’enluminure. Encore la représentation des territoires de l’Empire est-elle rarement complète, qu’il s’agisse de la figuration des plus petits (notamment des villes libres) ou de l’imbrication des plus importants. L’enluminure suit le plus souvent les délimitations gravées, et s’aventure parfois, avec prudence, dans une délimitation de l’Empire lui-même. Mais celle-ci pose toujours problème, et les enlumineurs tendent à confondre les espaces germanique et impérial. Ces hésitations trahissent bien sûr la complexité territoriale et les évolutions auxquelles sont soumises les limites. Mais au-delà de ces obstacles pratiques, perdure dans les représentations cartographiques comme dans les pratiques d’enluminure un certain désintérêt pour une conception spatialisée, et donc représentée dans les cartes, de la structure impériale dans son ensemble.

XVIIIe siècle : les représentations cartographiques d’un espace politique impérial simplifié. L’exemple des cartes de la firme Homann

  • 11 Heinz 1993 ; Diefenbacher et al. 2002.

22Au cours du xviiie siècle, les représentations cartographiques de l’espace germanique s’inspirent beaucoup des cartes produites à partir du début du siècle par la firme Homann. Fondée en 1702 par Johann Baptist Homann, installée à Nuremberg et entièrement consacrée à la production de documents cartographiques et géographiques, très consciente des attentes du public et attentive à y répondre, cette maison d’édition cartographique vise un public scolaire, académique, allemand puis européen11. Certains aspects des procédés techniques utilisés, notamment la méthode d’enluminure, ont servi de modèle à d’autres ateliers européens pour la représentation cartographique de l’Allemagne et de l’Empire.

23Toutes les cartes produites dans l’atelier Homann sont enluminées, à partir d’un procédé identique : les territoires au centre de la carte sont colorés par aplats d’aquarelle, les limites rehaussées d’une couleur plus foncée. Les couleurs, deux rouges, deux verts, un jaune, sont volontairement contrastées. Il arrive que l’on trouve certaines variantes dans l’enluminure des différents exemplaires, mais elles sont peu nombreuses, ce qui indique une pratique clairement fixée par l’éditeur. La firme Homann, en plus des membres de la famille actifs dans l’atelier, employa jusqu’à trente enlumineurs (chiffre atteint vers le milieu du xviiie siècle). Il s’agit, pour l’époque moderne, d’un des exemples les plus aboutis d’intégration de l’enluminure dans les ateliers de gravure et de systématisation de la mise en couleurs des cartes.

24L’enluminure d’Homann fait toujours correspondre le système de signes gravés à celui des couleurs : on y perd donc le jeu et les nuances d’interprétation que permet la dissociation entre gravure et enluminure. Les cartes politiques – notamment en format folio, c’est-à-dire destiné à être affiché – constituent le cœur de la production de la firme Homann. On recense près de 600 cartes (596) qui distinguent toutes systématiquement, selon l’échelle choisie, des territoires administratifs ou politiques. Bien que l’atelier Homann ait été très attentif à l’actualisation de ses cartes, notamment en s’associant à des géographes et cartographes de renom, certaines des limites gravées et enluminées devaient fatalement être périmées à un moment ou un autre. Dans la représentation de l’espace germanique dans son ensemble, une des solutions proposées par la firme fut d’utiliser les limites des Cercles d’Empire. Plus simples et plus stables que celles des territoires de l’Empire, elles facilitent considérablement le travail d’enluminure et la lecture du document.

  • 12 Johann Baptist Homann, Imperium Romano Germanicum In Suos Circulos Electoratus et Status Accurate D (...)
  • 13 Voir la reproduction dans Zögner 1996, ill. n° 28.

25En 1710, Jean-Baptiste Homann fait ainsi paraître une carte de l’espace germanique, qui est enfin explicitement présentée comme une carte de l’Empire. Le titre latin annonce l’« Empire romain germanique en ses Cercles et positions, précisément distingué/dessiné12 ». On voit que l’éditeur insiste particulièrement sur la précision qui préside à la délimitation politique, sans doute conscient de sa fréquente absence dans la production cartographique des siècles antérieurs. Les dix Cercles d’Empire sont énumérés et nommés dans la légende, qui mentionne également un symbole distinctif permettant de repérer les villes d’Empire. Les noms des autres territoires politiques composant l’Empire sont portés sur la carte (avec leur titulature), mais ne sont pas délimités. Ce système apparemment simple n’empêche pas quelques errements, volontaires ou non, dans les pratiques d’enluminure. Ainsi, dans l’exemplaire de la collection Niewodniczański, le corps helvétique, les Pays-Bas, les Provinces-Unies (non distingués par la gravure), la Franche-Comté ont été intégrés à l’Empire, et ce sont donc plus de dix circonscriptions qui apparaissent en couleurs13. D’autre part, la délimitation des Cercles en elle-même pose problème. Extrêmement simplifiée (dans le cas notamment du Cercle électoral rhénan), elle fait néanmoins l’objet de modifications régulières portées sur les cartes par la firme Homann elle-même. Si les couleurs peuvent rendre plus lisible la complexité territoriale de l’Empire, il s’agit donc d’une qualité qui n’est pas toujours utilisée de manière parfaitement convaincante, et qui ne peut complètement réduire les difficultés pratiques de la représentation cartographique.

26Beaucoup d’éditeurs de cartes du xviiie siècle, allemands puis européens, adoptent ensuite les principes de représentation du système Homann, conservant la figuration des Cercles d’Empire, avec ses ambiguïtés et ses flottements. Il faut ici, le plus souvent, des cartes à grande échelle pour rendre clair le découpage de la circonscription.

  • 14 Johann Peter Nell, Postarum Seu Veredariorum Stationes Per Germaniam Et Provincias Adiacentes, Nure (...)
  • 15 L’exemplaire numérisé se trouve sous le lien suivant : http://gauss.suub.uni-bremen.de/suub/hist/in (...)

27Sur la base de cette délimitation politique simplifiée, à défaut d’être toujours parfaitement exacte, les cartographes du xviiie siècle varient les thèmes, donnant à voir, par exemple, les routes postales de l’espace germanique, dans une carte de Johann Peter Nell, éditée par la firme Homann en 171414. Sur une trame qui conserve la représentation des Cercles d’Empire, les routes sont figurées par des lignes noires marquées de traits pour les étapes. Dans l’exemplaire de la bibliothèque universitaire de Brême, l’enluminure ne souligne que quelques délimitations territoriales (d’ailleurs de façon plus ou moins aléatoire)15. Elle semble décloisonner l’Empire et placer ses territoires dans la continuité les uns des autres, comme ouverts aux États voisins. De fait, le titre de la carte ne mentionne pas l’Empire, mais l’organisation des chemins de poste dans l’espace germanique et leur organisation vers les pays frontaliers. Les Cercles, qui structurent les cartes de l’Empire chez Homann, sont cependant dessinés et gravés, mais pas réellement rehaussés par l’enluminure. Il existe par ailleurs des exemplaires qui superposent l’enluminure colorée des Cercles, la délimitation de l’Empire et celle des routes, permettant de distinguer plus nettement l’espace impérial.

  • 16 Johann Baptist Homann, Tabula geographica totius Germaniae. Qua differentium imperii trium religion (...)
  • 17 La carte est numérisée sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btvlb5904467f.r=Tabula+geogra (...)

28Plus originale, peut-être, est la tentative de représentation spatiale des confessions dans l’Empire, dans une carte éditée du vivant de Jean-Baptiste Homann (avant 1724, et vraisemblablement vers 1716)16. Cette carte conserve le découpage territorial en Cercles, mais doit bien sûr introduire des délimitations plus fines, celles des territoires d’Empire dans lesquels l’appartenance confessionnelle prend son sens depuis le xvie siècle. Cela apparaît, par exemple, dans l’un des exemplaires conservés à la Bibliothèque nationale de France17. La représentation cartographique utilise donc les limites des circonscriptions dessinées pour mettre en lumière la répartition des trois « religions » (comme l’indique le titre) présentes dans l’Empire. Ces délimitations combinent plusieurs symboles de points et tirets pour indiquer les régions catholiques, luthériennes, réformées, et mixtes, de même pour les villes bi- ou pluriconfessionnelles. L’enluminure est ici absolument indispensable, car les aplats de couleurs permettent de lire beaucoup plus clairement la carte de ces imbrications complexes. Il fallait, semble-t-il, passer par l’enjeu majeur que constitue pour l’Empire le partage confessionnel, afin de mettre en œuvre une représentation cartographique assez fine des territoires de cette entité politique. On voit qu’il s’agit d’une réalisation tardive dans l’histoire des cartographies de l’espace germanique.

Conclusion

29Les cartes gravées et enluminées de l’époque moderne montrent donc l’affirmation progressive d’une représentation spatiale de l’Empire qui, pour être souvent déficitaire et erronée, n’en témoigne pas moins d’une compréhension plus politique de cet espace, au détriment de la perception strictement culturelle, historique et nationale de l’Allemagne, longtemps portée par les élites savantes et humanistes. L’Empire est progressivement mis en carte : dans une certaine mesure il se spatialise, dans la perception qu’en ont les contemporains. Il est aussi, au xviiie siècle, conçu et représenté comme un espace économique, un espace de circulation, et un espace (pluri) confessionnel.

30L’étude de ces documents témoigne des difficultés techniques et financières que rencontrent les graveurs et les éditeurs face aux modifications régulières des limites territoriales impériales dans la représentation cartographique. On aurait pu croire que la pratique de l’enluminure permettait de pallier ces difficultés. Or, on ne peut que constater ses lacunes et ses insuffisances : si elle est incontestablement performante du point de vue esthétique, du moins dans la plupart des cas, elle l’est nettement moins si l’on considère la compréhension politique des espaces représentés. Qu’elle soit une réponse des éditeurs à une demande du public ou une forme de réalisation personnelle et individualisée des propriétaires et lecteurs des cartes, elle témoigne d’une ignorance des nuances territoriales assez largement partagée. Cette ignorance relève sans doute d’un choix volontaire et ne sous-entend pas une méconnaissance des réalités pratiques, de l’existence des frontières, voire de leur tracé réel. Peut-être faut-il, une fois encore, réformer notre jugement et admettre que la représentation visuelle, précise, de limites linéaires ne correspond ni à la pratique de lecture cartographique, ni aux intérêts les plus courants des Européens de l’époque moderne. Il faut, à ce titre, se souvenir que les cartes imprimées que nous avons examinées ici servaient sans doute, le plus souvent, dans le cadre d’un voyage, d’une lecture, ou d’un apprentissage, à la localisation la plus simple : la possibilité de repérer une ville, un cours d’eau, un lac pouvait suffire à satisfaire la plupart des usagers des cartes qui cherchaient ailleurs (et notamment dans les textes et dans le droit) à comprendre les complexités et les transformations des limites de l’Empire et de ses territoires.

Notes

1 Woodward 2007 ; Ehrensvärd 1987 ; Pelletier 1998, notamment Hofmann 1998 ; Hofmann 1999 ; les études les plus approfondies sur la question sont dues à une historienne de l’art néerlandaise : Goedings 1989.

2 Hessels 1884.

3 Chassagnette 2012.

4 Cette remarque vaut pour l’ensemble des représentations cartographiques européennes. Sur l’histoire de la perception des limites et de leur traduction physique dans l’espace, voir notamment Nordman 1998 ; Dauphant 2012.

5 Erhard Etzlaub, Das ist der Rom-Weg von meylen zu meylen mit puncten verzeychnet von eyner stat zu der andern durch deutzsche landt, Nuremberg, gravure sur bois, 29 x 36 cm.

6 Voir l’exemplaire numérisé dans la catalogue de la Bayerische Staatsbibliothek : http://daten.digitale-sammlungen.de/€db/0008/bsb00083161/images/.

7 Gérard Mercator, Germania, Duisbourg, ca. 1585, gravure sur cuivre, 47 x 34 cm. Voir la reproduction de l’exemplaire dans Zögner 1996, ill. n° 18.

8 Cornelius de Jode, Germania Geographicis Tabulis Illustrata, Anvers, 1593, gravure sur cuivre, 53 x 38 cm. Voir la reproduction dans Zögner 1996, ill. n° 17.

9 Abraham Ortelius, Regni Bohemiae description tirée du Theatrum orbis terrarum, Anvers, 1570, gravure sur cuivre.

10 Eberhard Cloppenburgh, Germaniae nova, ac accurata descriptio, Amsterdam, gravure sur cuivre, 46 x 34 cm. Voir la reproduction dans Zôgner 1996, ill. n° 25.

11 Heinz 1993 ; Diefenbacher et al. 2002.

12 Johann Baptist Homann, Imperium Romano Germanicum In Suos Circulos Electoratus et Status Accurate Distinctum, Nuremberg, ca. 1710 [avant 1715], Nuremberg, gravure sur cuivre, 56 x 47 cm.

13 Voir la reproduction dans Zögner 1996, ill. n° 28.

14 Johann Peter Nell, Postarum Seu Veredariorum Stationes Per Germaniam Et Provincias Adiacentes, Nuremberg, gravure sur cuivre, 56 x 45 cm.

15 L’exemplaire numérisé se trouve sous le lien suivant : http://gauss.suub.uni-bremen.de/suub/hist/index.jsp?id=V.2.a.235-131.

16 Johann Baptist Homann, Tabula geographica totius Germaniae. Qua differentium imperii trium religionum status et dominia, diversis coloribus distincta, Nuremberg, gravure sur cuivre, 55 x 47 cm. Le titre, beaucoup plus long, précise encore que la carte distingue les entités territoriales et politiques de l’Empire.

17 La carte est numérisée sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btvlb5904467f.r=Tabula+geographica+totius+Germaniae.langFR.

Auteur

Université Lumière Lyon 2, LARHRA, UMR 5190
(1977) a soutenue sa thèse de doctorat en 2009 au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (Tours, UMR 7323). Elle est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’université Lumière-Lyon 2. Spécialiste d’histoire des sciences et des techniques de la première modernité (en particulier dans l’espace germanique), elle oriente actuellement ses recherches sur l’usage des images gravées dans la production et la circulation de l’information européenne (xvie-xviie siècle, Geschichtsblätter de l’atelier Hogenberg à Cologne). Parmi ses publications : Savoir géographique et cartographie dans l’espace germanique protestant, 1520-1620, Genève, Droz, 2018 ; « Les confessions à l’épreuve de la guerre : polémiquer par l’image dans les Flugblätter allemandes de la guerre de Trente ans », Bertrand Forclaz et Philippe Martin (dir.), Religion et piété au défi de la guerre de Trente ans, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015, p. 53-70 ; « Le jeu des échelles. Le pouvoir et son inscription spatiale dans les cartographies et les descriptions du Saint Empire et de ses territoires au xvie siècle », Astérion, 10, 2012 (en ligne).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search