Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Pratiques de l’espace : le Saint-Empire fractal

L’Espace universitaire, acteur de la construction du Saint-Empire

Anne Saada

Texte intégral

  • 1 Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, Codex-Mss Heyne, 122, fol. 26.

« Par la poste d’aujourd’hui, Votre Excellence recevra de nombreuses lettres dont je n’ai plus besoin, des tableaux chronologiques sur les membres de la Chambre de justice impériale ainsi que d’autres faits relatifs à ce tribunal et des lois, matériel qui mérite une place dans les Gelehrte Anzeigen, si Votre Excellence veut bien consulter le conseiller Pütter à ce sujet. Le travail que reflètent ces actes, pour ceux qui sont amenés à s’intéresser aux affaires de la Chambre, semble ne pas être sans utilité. »
Lettre de Gerlach Adolf von Münchhausen à Christian Gottlob
Heyne, 18 mars 17681

  • 2 Voir Le Cam 2013.

1L’une des caractéristiques de l’historiographie allemande sur l’université est d’être vaste, tellement vaste qu’il est difficile de trouver un dénominateur commun à l’ensemble de ces publications2. La raison en est double et touche en partie à l’objet, en partie à l’historiographie. Du côté de l’objet, on allèguera le nombre élevé d’universités dans le Saint-Empire et l’intrication de ces institutions dans l’histoire nationale ; du côté de l’historiographie, un champ de recherche qui est moins articulé autour de problématiques qu’il ne se préoccupe de faire valoir les richesses de son patrimoine historique.

  • 3 Anne Saada, « L’Université, pilier de l’Allemagne moderne », L’Histoire, à paraître.

2La densité du réseau universitaire allemand fait partie des spécificités du Saint-Empire : quarante universités en 1789, contre vingt-quatre pour la France. Ces institutions, loin d’être des réceptacles, ont été l’un des acteurs de l’évolution de l’Empire. Les universités sont, tout d’abord, étroitement mêlées à la Réforme. Elles ont participé ensuite à la construction politique et confessionnelle des territoires. Enfin, elles ont été les foyers de l’Aufklärung, les Lumières allemandes, à travers les universités de Halle, Gôttingen, Leipzig et léna3.

  • 4 Le Cam 2013, p. 275-280.

3Ce récapitulatif sur le rôle de l’université dans l’histoire allemande laisse deviner la trace que cette institution a laissée dans la conscience nationale, trace qui ne joue pas un maigre rôle dans la littérature sur l’université. En témoigne l’importante production commémorative à laquelle elle a donné lieu, que ce soit à l’occasion des cinquante ans, cent ans, mais aussi des cent vingt-cinq ou des cent soixante-quinze ans de nombre de ces institutions4. Ces publications viennent s’ajouter à une production riche qui s’ordonne autour de monographies dans le sillage de la Landesgeschichte, ainsi que de travaux qui mêlent l’université aux grandes transformations auxquelles elle a été associée.

  • 5 Burkhardt 2006, p. 246-250.
  • 6 Hartmann 2011, chap. 6 ; Schmidt 1999 ; Whaley 2012.

4Mais il faut bien se rendre à l’évidence : malgré la richesse de la production historiographique, l’université ne semble être un objet de recherche important que pour les historiens de l’université. En décalant la perspective et en allant regarder du côté des histoires générales ou des histoires du Saint-Empire, on constate que l’université est réduite à la portion congrue. Ainsi dans la dernière édition du Handbuch der deutschen Geschichte de Gebhardt, pour la période 1648-1763, l’université est certes évoquée, mais en quatre pages seulement et uniquement sur le plan culturel autour de l’articulation entre Aufklärung, philosophie et littérature5. De même, dans les synthèses consacrées à l’histoire du Saint-Empire, exception faite de celle de l’Anglais Joachim Whaley, l’université occupe une place très réduite6.

  • 7 À l’exception de l’article de Hammerstein 1985.

5Certes l’université n’apparaît pas dans les histoires du Saint-Empire, mais s’il est bien un domaine négligé par les historiens de l’université, c’est l’articulation entre celle-ci et l’Empire7. Ainsi, si les Reichshistoriker n’ont pas intégré l’université parmi les acteurs du Reich, les historiens de l’université n’ont pas fait de la construction de l’Empire un quelconque principe organisateur de leurs travaux. Or cette articulation ne relève pas d’une construction artificielle. Elle est bien plutôt essentielle au sens propre du terme, dans la mesure où les universités étaient des institutions fondées avec privilège impérial.

6 L’objet de cet article est précisément l’articulation entre l’université et le Saint-Empire envisagée à travers une étude de cas : l’université de Göttingen fondée en 1734 dans l’électorat du Hanovre et, plus étroitement, la faculté de droit de Göttingen au moment de l’arrivée de Johann Stephan Pütter, l’une des grandes figures du droit d’Empire à côté de Johann Jacob Moser. Un sujet classique donc, voire tautologique, car le droit d’Empire après 1750 est lié au nom de Pütter qui est lui-même associé à celui de Göttingen :

  • 8 Link 1987, p. 75. Pour une présentation générale et récente de l’université de Gôttingen, voir Hung (...)

« Que Göttingen tout de suite après sa fondation (1737) se soit élevée dans le ciel académique comme une étoile brillante, qu’elle soit rapidement devenue “l’université qui domina la fin du Reich”, oui, “l’université qui a marqué son siècle”, elle le doit en grande partie à la qualité de sa faculté de droit. Et ici, c’est surtout à Johann Stephan Pütter qu’elle dut sa jeune réputation au cours des 60 ( !) années qu’il exerça au sein de la Georgia Augusta8. »

  • 9 Pütter 1798.

7Si cette équation entre la présence de Pütter à Göttingen et la réussite de l’université n’est pas fausse, elle n’explique en aucun cas le lien de cause à effet entre les deux éléments. De fait, ce n’est pas l’objectif de ceux qui la posent. C’est le but, en revanche, de mon article. Comprendre le succès remporté par la faculté de droit à Göttingen nécessitait de décaler le regard, en ne se situant pas uniquement sur le terrain de l’université, mais en prenant simultanément en compte l’espace défini par les universités et celui dessiné par les institutions impériales. C’est l’Autobiographie de Pütter qui a indiqué la voie9. Si cette source est à utiliser avec précaution, elle n’en montre pas moins que Pütter, toute sa vie, a évolué à la fois dans le milieu de l’université et dans celui des institutions impériales. Son action au sein de l’un se nourrissait de son inscription au cœur de l’autre, et réciproquement. L’efficacité de Pütter s’est construite sur cette double appartenance.

8Cet article se propose donc de saisir l’articulation entre l’université et le Saint-Empire en mettant en avant la circulation de Pütter entre les deux sphères et son positionnement particulier à leur intersection. D’où le côté résolument narratif de cette étude, construite autour de trois temps. Le premier moment sera contextuel et dressera un rapide état des lieux de l’université avant l’arrivée de Pütter. On s’arrêtera ensuite sur la manière dont Pütter a été recruté par l’université de Göttingen ; car celle-ci s’est jouée précisément à l’intersection de l’espace universitaire et du milieu des institutions impériales. Enfin, la dernière partie s’attachera à mettre en évidence les traces de la présence de l’Empire à Göttingen et celles de Pütter dans l’Empire.

Göttingen avant l’arrivée de Pütter

9Quelques mots de présentation d’abord sur l’université de Göttingen et sa faculté de droit.

L’université de Göttingen

  • 10 Il existait, certes, l’université de Helmstedt dans le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, territoire (...)

10En 1692, la principauté de Calenberg – dont la capitale est Hanovre – était érigée en électorat. En 1714, le prince-électeur, George, devenait roi d’Angleterre, sous le nom de George Ier. Un électorat nouveau, donc, qui en très peu de temps avait acquis une place particulière dans l’Empire. C’est dans ce contexte qu’était née l’idée de fonder une université. Il était d’autant plus important pour le nouvel électorat de se pourvoir d’une telle institution, que tous les électorats et les grands territoires disposaient d’au moins une université10.

11Sur le plan territorial, la fondation d’une université se justifiait aussi par le départ de l’électeur et de sa cour à Londres : il était nécessaire de former des fonctionnaires pour l’administration du territoire, c’est-à-dire de donner aux étudiants l’enseignement le mieux adapté aux besoins de l’administration du Hanovre, surtout en matière juridique. Mais en créant une nouvelle université le but n’était pas seulement d’équiper le territoire d’une nouvelle institution : il s’agissait de fonder un établissement qui soit susceptible de compter d’emblée parmi les meilleures universités allemandes et, si possible, qui supplante celle de Halle en Brandebourg (1694), la plus réputée à l’époque. De fait, il existait déjà trente-deux universités dans l’Empire. Parmi elles, six étaient des concurrentes sérieuses et plusieurs étaient situées dans des régions proches du Hanovre. Comment la jeune université allait-elle faire pour subsister ?

12C’est de cette question qu’hérita à Hanovre le département des affaires en charge de l’université et en son sein, le baron Gerlach Adolph von Münchhausen. Celui-ci, issu d’une grande famille de la noblesse, avait fait des études de droit à Halle, léna et Utrecht. Il avait commencé sa carrière en 1714 comme conseiller extraordinaire pour les appels dans les tribunaux de l’électorat de Saxe. Deux ans plus tard, George Ier lui accordait la même fonction au tribunal suprême de Celle. En 1726, il avait été l’envoyé de l’électorat de Hanovre à la Diète de Ratisbonne. En 1727, il devenait conseiller privé de George II, ce qui revenait à le promouvoir au rang de ministre d’État. En 1733, il se mit à travailler pour la nouvelle université, tâche qui l’occupa jusqu’à sa mort en 1770.

Les débuts de la faculté de droit et du droit d’Empire à Göttingen

  • 11 Frensdorff 1887, p. 1-2.

« L’affirmation souvent répétée que dès la fondation de l’université on visa à créer une brillante faculté de droit, une école pour la formation à la haute administration [...] n’est certainement pas juste ; il suffit pour la contredire de regarder l’attention portée à la faculté de théologie, ainsi qu’aux noms d’Albrecht von Haller et de Johann Matthias Gesner qui donnèrent leur éclat aux sciences de la nature et à la philologie, et qui firent beaucoup plus au début pour la réputation de l’université que la faculté de droit. Il était cependant clair aux hommes qui s’occupèrent de l’université dans les premières années qu’une faculté de droit adaptée à l’air du temps et qui exercerait une force d’attraction particulière contribuerait incontestablement au succès de la nouvelle institution11. »

13Cette critique s’adresse à toute une littérature sur Göttingen qui interprète le projet initial de l’université en fonction de la réussite que celle-ci a connue quarante ans plus tard : tel est le piège que tendent à l’historien les institutions dont la destinée a été glorieuse. Si la faculté de droit a été conçue de manière à proposer un enseignement de qualité, il n’était pas question d’en faire à l’origine le fer de lance de l’université. Il est à déplorer ici que la mise en garde du juriste Ferdinand Frensdorff, qui remonte pourtant à l’année 1887, n’ait pas été plus écoutée.

  • 12 Voir le projet de Münchhausen reproduit dans Rössler 1855, p. 33-40.
  • 13 Stolleis 1998, p. 465-467.

14Le plan de Münchhausen concernant la faculté de droit mettait en avant deux aspects qui étaient liés12 : faire venir des professeurs célèbres pour attirer un public riche et de haute naissance d’une part et, d’autre part, prendre pour modèle la faculté de droit de l’université de Halle, la plus moderne à l’époque. Halle, en effet, avait été depuis sa fondation en 1694 un haut lieu du renouveau de la discipline juridique. Le droit public impérial, le droit naturel et l’histoire de l’Empire y avaient connu une revalorisation importante à travers les figures de Christian Thomasius, Nikolaus Gündling et Johann Peter von Ludewig13.

15C’est cette orientation que Münchhausen souhaitait transplanter à Göttingen. Le droit public impérial était alors en plein essor dans l’université allemande et son enseignement était particulièrement adapté au public visé par Münchhausen. La connaissance de cette discipline supra-territoriale, qui avait pour objet le lien entre les niveaux impérial et territorial, était indispensable à tout administrateur ambitieux, s’il voulait être au service d’un prince. Elle était également nécessaire à la noblesse, pour qui, depuis la fin du xviie siècle, l’université constituait une étape incontournable si elle voulait investir les fonctions étatiques les plus élevées.

  • 14 « Introduction », Rössler 1855, p. 41-42.
  • 15 Lettre de Münchhausen à Christian Gebauer, 16 décembre 1743, éditée par Rössler 1855, p. 154.

16Mais le passage d’une université sur le papier à une université réelle rencontra de nombreux obstacles. Le désir de Münchhausen de faire venir des professeurs de Halle se heurta au refus du roi de Prusse qui interdit aux enseignants de quitter le territoire. L’électeur de Saxe – pour les universités de Leipzig, Wittenberg et léna – en fit autant, de même que d’autres princes territoriaux14. Malgré ses difficultés, Münchhausen réussit à former une équipe qui comptait entre cinq et sept professeurs ordinaires. Deux d’entre eux étaient chargés de l’enseignement du droit public impérial, Gottlieb Samuel Treuer et surtout Johann Jakob Schmauss. Mais, en 1743, Treuer mourut et Schmauss quitta Göttingen pour Halle. C’est Georg Heinrich Ayrer qui fut alors chargé de l’enseignement du droit d’Empire, mais sans succès, au point qu’il était revenu aux oreilles de Münchhausen que « les nobles pensaient retirer leurs enfants de Göttingen et les envoyer à Halle et Leipzig si l’université ne parvenait pas à recruter un bon professeur de droit public15 ».

17Telle était la situation de la faculté de droit et du droit d’Empire à Göttingen lorsque Münchhausen en 1746 entendit parler de Pütter : Schmauss était certes revenu à Göttingen après son passage par Halle, mais Münchhausen, conscient de la fragilité de la faculté de droit, souhaitait la renforcer par le recrutement d’un spécialiste du droit d’Empire.

La venue de Pütter à Göttingen

18Le moment est venu à présent d’aborder la rencontre entre Münchhausen et Pütter. Celle-ci mérite d’être exposée de façon détaillée car, par sa nature, elle permet de saisir l’apport particulier de Pütter à l’université.

La rencontre entre Münchhausen et Pütter

  • 16 Voir Frensdorff 1883.

19Ce n’est pas par son réseau savant classique que Münchhausen entendit parler de Pütter, mais par l’entremise de son neveu, Anton Gerlach von Schwarzenfels (1712-1752). Celui-ci était depuis mai 1745 assesseur à la Chambre de justice impériale16. La rencontre avec Pütter provient donc du croisement de deux types de réseau : le réseau familial soit celui d’une grande famille noble – Schwarzenfels était le fils d’une sœur de Münchhausen – et le réseau des institutions impériales. Précisons ici que ces deux cercles se recoupaient souvent. Pütter quant à lui n’était pas de haute naissance et n’occupait pas de fonction dans les institutions impériales. Comment leurs chemins vinrent-ils à se croiser ?

  • 17 Ebel 1975.
  • 18 Ibid., p. 9-13.

20Pütter était né dans le comté de Mark, d’une famille de pasteurs, de commerçants et de juristes17. À l’âge de treize ans, il était parti étudier le droit à Marbourg et Halle, puis à léna où il avait suivi les enseignements de Johann Georg Estor, spécialiste du droit public impérial. Lorsque Estor avait quitté léna pour Marbourg en 1742, il avait proposé à son jeune élève de le suivre. Pütter serait son bibliothécaire et Estor s’arrangerait pour lui faire donner des enseignements privés18.

  • 19 Ibid., p. 13-14.

21Pütter avait suivi Estor à Marbourg. D’autres étudiants en avaient fait autant, dont le burgrave Christian von Kirchberg qui devint le premier élève de Pütter. Pütter soutint sa thèse en avril 1744, sur la « Prévention, surtout entre les deux tribunaux impériaux », et dès le 21 avril, il donnait son premier cours magistral sur l’histoire de l’Empire devant un auditoire composé, semble-t-il, de trente-neuf étudiants. À côté de ses enseignements, c’est par la pratique juridique que Pütter avait commencé à se faire connaître, notamment dans les cercles de la noblesse. En 1744, il avait défendu devant le tribunal militaire un capitaine hessois, F. von Knoblauch, qui avait poignardé un sous-lieutenant qui l’avait agressé dans une auberge. Pütter avait obtenu l’acquittement de von Knoblauch, ce qui lui avait valu de se faire une petite réputation dans les cercles nobles19.

  • 20 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-102.
  • 21 Burgdorf 2003, p. 22-24.
  • 22 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-107.
  • 23 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-107.
  • 24 Ibid., p. 112-113.

22Mais celui qui lui ouvrit les portes de la haute noblesse et l’accès au personnel des institutions impériales fut le burgrave von Kirchberg. En tant que cadet des fils du prince régnant de Hachenburg, explique Pütter, « il était destiné à une carrière au Conseil impérial aulique20 ». En 1745, Kirchberg avait quitté Marbourg pour Wetzlar afin d’aller suivre une formation pratique de deux ans auprès de la Chambre de justice impériale, comme c’était l’usage pour qui se destinait à une carrière dans les institutions impériales ou dans la haute administration territoriale21. Or Kirchberg souhaitait poursuivre ses cours avec Pütter. Il lui proposa donc de venir régulièrement lui rendre visite à Wetzlar. Pütter ne se fit pas prier. Désormais, il se rendait chaque semaine à Wetzlar. Il arrivait le samedi soir, ce qui lui permettait de dîner à la table du burgrave, puis repartait le lendemain22. On l’aura compris, c’est ainsi qu’il fut introduit auprès de nombreux assesseurs et parmi eux, Anton Gerlach von Schwarzenfels23. Celui-ci, qui savait que Münchhausen cherchait un professeur de droit public et, si possible, qui soit spécialisé dans les procès d’Empire24, lui recommanda donc le jeune Pütter. On était alors à la fin du mois de mai 1746.

Les conditions de l’engagement de Pütter à Göttingen

  • 25 Ibid., p. 113-114.

23Pütter se rendit immédiatement à Hanovre et le 2 juin, il signait un contrat qui entérinait son engagement comme professeur extraordinaire à partir de Pâques 174725. Ce contrat contenait une clause peu commune : auparavant,

  • 26 Lettre d’engagement de Pütter datée du 2 juin 1746, citée par Frensdorff 1883, p. 257-258.

« à ma demande, afin de pouvoir mieux servir l’université de Göttingen et pour pouvoir consolider mes connaissances dans les domaines du droit d’Empire et de l’histoire de l’Empire, Münchhausen m’avait accordé un séjour de six mois à Wetzlar, Ratisbonne et Vienne26 ».

24Ces trois villes abritaient les institutions impériales (la Chambre de justice impériale à Wetzlar, la Diète d’Empire à Ratisbonne, l’empereur et sa cour ainsi que le Conseil impérial aulique à Vienne). Ce séjour serait aux frais du gouvernement.

  • 27 Burgdorf 2003, p. 24.

25Cet arrangement présentait des avantages pour les deux parties. Pour Münchhausen, c’était la garantie d’avoir un professeur formé au droit et aux procès d’Empire sur le terrain ; pour Pütter, c’était la possibilité de séjourner longuement à Wetzlar, Ratisbonne et Vienne, comme le faisaient les jeunes juristes aisés après leur passage à l’université pour devenir serviteurs de l’Empire. Cette formation pratique auprès d’institutions où le droit d’Empire était pratiqué dans sa forme la plus pure, était la condition pour qui souhaitait siéger à la Chambre de justice impériale ou au Conseil impérial aulique, comme c’était un atout pour qui se destinait à une carrière dans les tribunaux territoriaux27. Une telle formation était évidemment très coûteuse. Si elle était accessible aux jeunes nobles, elle n’aurait pas été possible pour Pütter sans la protection de Münchhausen.

  • 28 Pütter 1798, vol. 1, p. 115.

26Celle-ci s’étendit bien au-delà de l’aspect financier. Münchhausen introduisit Pütter par des lettres de recommandation auprès, entre autres, des envoyés de l’électeur de Hanovre à Ratisbonne et à Vienne dans le but qu’il puisse consulter leurs archives28. Ces lettres conféraient à Pütter une nouvelle position sociale : il n’était plus seulement le professeur privé de droit ni le jeune juriste talentueux, mais le protégé de Münchhausen, voire son représentant.

27Sur place à Wetzlar, pour la consultation des actes juridiques – objectif assigné à ce séjour au cœur des institutions impériales –, Pütter bénéficia d’abord de l’aide de von Schwarzenfels qui lui donna accès à son cabinet. Peu à peu, d’autres portes s’ouvrirent. Laissons la parole à Pütter qui, dans son autobiographie, a rédigé une description circonstanciée de son séjour auprès des institutions impériales. Même si ce récit est certainement exagéré, il permet de comprendre ce que faisait Pütter dans ces villes :

  • 29 Ibid., p. 129, 132 et 136.

« À Wetzlar, je pouvais surtout compter sur mon protecteur, l’assesseur von Schwarzenfels. Il me laissa aussi bien consulter des pièces originales que les rapports qu’il avait établis lui-même [...].
Le président Phil. Carl Anton Freyherr von Grosschlag, qui avait déjà l’idée jadis d’envoyer son fils à Göttingen, m’invita souvent à sa table et m’ouvrit l’accès à sa maison [...].
Ce que j’appréciais le plus était que le comte Carl von Wied [l’autre président de la Chambre de justice impériale] acceptait de relire les notes que je prenais concernant les fonctions de président et de juge. C’est ainsi que je pus avoir de nombreux compléments que je n’aurais jamais trouvés ni dans des livres ni ailleurs29. »

28Il ressort de ce récit que l’acquisition des compétences en matière de droit d’Empire, pour Pütter, passait autant par la consultation d’actes juridiques de première main que par la fréquentation des hommes qui faisaient ce droit. La dimension de la sociabilité était inséparable de la dimension juridique, car elle était le lieu d’élaboration de ce droit. Si l’inscription de Münchhausen dans les réseaux de l’élite impériale était une évidence par sa naissance et son parcours, celle de Pütter ne l’était pas. Elle se fit au prix de l’acquisition de compétences juridiques poussées, mais aussi de l’apprentissage du code social propre à ce milieu.

Les débuts de Pütter à Göttingen

  • 30 Pütter 1798, p. 178-182.

29Quittons à présent le terrain des institutions impériales et revenons à Göttingen. Après un voyage qui dura plus d’un an à Wetzlar, Ratisbonne et Vienne, Pütter vint s’établir à Göttingen en août 1747. Ses enseignements commencèrent dès l’automne. Mais si l’on se fie au critère quantitatif, on ne peut parler de succès pour Pütter : son cours sur les procès d’Empire attira trois auditeurs, celui sur le droit naturel, aucun, mais vingt-trois pour son enseignement sur le droit privé allemand30. Au semestre suivant, il ne nota pas de nette amélioration.

  • 31 Frensdorff 1887, p. 9-10.

30Dans l’espoir d’élargir son public, Pütter envoya à Münchhausen, à la fin de l’année 1748, un mémoire intitulé « Projet d’après lequel je souhaite orienter mon prochain travail31 ». Il y annonçait, entre autres, son intention de rédiger un manuel pour l’enseignement du droit d’Empire et de l’histoire de l’Empire, disciplines pour lesquelles il avait été recruté et qu’il espérait pouvoir enseigner un jour. Le droit d’Empire à Göttingen était alors aux mains de Schmauss, et l’histoire de l’Empire, de Johann David Köhler.

  • 32 Ibid., p. 11-14.
  • 33 Moser 1777, vol. 1, p. 68.
  • 34 Frensdorff 1887, p. 17.
  • 35 Moser 1745.
  • 36 Frensdorff 1887, p. 17.

31Münchhausen soumit le projet de Pütter à deux personnalités hanovriennes qui se montrèrent réservées. Vraisemblablement peu convaincu par leur avis, Münchhausen sollicita le jugement d’une troisième personne : celui de Johann Jacob Moser, qui était alors la figure qui faisait autorité en matière de droit public32. Ce n’était pas la première fois que Münchhausen s’adressait à lui. À la fin des années 1730 d’abord, il avait tenté de le faire venir à Göttingen. Mais Moser, qui était alors professeur à l’université de Francfort-sur-l’Oder, n’avait pas pris le poste33. En 1745, Münchhausen s’était à nouveau tourné vers lui lorsqu’il avait été choisi par George Ier comme premier ambassadeur pour l’élection impériale : il s’était rendu à Francfort accompagné de Moser comme conseiller juridique34. La même année, Moser, à la demande de Münchhausen, avait rédigé un « Projet d’institution pour les personnes de qualité qui souhaitent se destiner aux affaires de l’État35 ». Münchhausen l’avait approuvé et avait derechef proposé à Moser de venir à Göttingen. Moser n’était alors plus en poste à Francfort depuis plusieurs années. Mais en raison de problèmes de santé, il avait à nouveau refusé l’offre de Münchhausen36.

32Ces quelques exemples montrent que Moser gravitait dans le cercle de Münchhausen, épisode que l’historiographie sur Göttingen a tendance à ignorer. Si l’on faisait de l’histoire des idées, on poserait que l’intérêt de Münchhausen pour Moser provenait du fait qu’il représentait une autorité en matière de droit public. Dans une perspective d’histoire sociale, on préfèrera dire que Moser avait conquis cette position grâce à la fréquentation des institutions impériales – en particulier le Conseil impérial aulique – et que, comme Pütter, il évoluait simultanément dans le milieu universitaire et dans celui des institutions impériales. En raison de la nature même du droit public, c’est à ce positionnement particulier que Münchhausen était sensible.

33Le projet de Pütter que Münchhausen soumit à Moser donna lieu précisément à un débat sur la manière d’enseigner ce droit public :

  • 37 Frensdorff 1887, p. 15-16.

« En ce qui concerne le droit public, je considère comme la chose la plus importante que Pütter évite l’erreur presque constante des professeurs, qui consiste à trop se concentrer sur l’histoire, le droit public universel, l’étude de cas obsolètes ou rares, mais plutôt qu’il fasse un enseignement pragmatique c’est-à-dire des choses que l’on rencontre dans la pratique et dont l’on a souvent besoin, sans oublier non plus la jurisprudence en droit public. À cette fin, il convient spécialement d’étudier les actes publics à partir du temps de l’empereur Charles Quint [...]. Il faut en particulier que les actes publics de ce siècle-ci et les décisions de la Diète prises de temps à autre, les dernières déductions, les conclusions du Conseil impérial aulique et les sentences de la Chambre de justice impériale, ainsi que les commentaires pragmatiques, puisés à ces sources, des lois fondamentales de l’Empire, etc., forment la nourriture quotidienne et savante de ce monsieur le professeur ; s’il procède de cette façon, il aura dix fois plus de succès et d’acclamations, et il attirera beaucoup plus de jeunes personnes de qualité que s’il avait assemblé Ludewig, Gundling, Hahn, Spener et bien d’autres37. »

  • 38 Ibid., p. 18-19.
  • 39 Cité par Frensdorff 1887, p. 20.

34Le discours de Moser avait le mérite d’être clair. L’enseignement du droit d’Empire dans les universités, même à Halle, était trop théorique et il était nécessaire de lui donner une orientation plus pragmatique. Encouragé par la réponse de Moser, Pütter soumit une seconde version de son projet à Münchhausen. Il prévoyait à présent d’y associer Achenwall que Münchhausen avait fait venir à Göttingen sur ses conseils. Ce projet atterrit de la même façon dans les mains de Moser. Ce fut alors au tour de Moser de faire une proposition : grâce à la présence de Pütter et d’Achenwall à Gôttingen, le projet qu’il avait soumis en 1745 d’une institution réservée à la haute noblesse lui semblait maintenant réalisable38. Pütter s’occuperait du droit d’Empire et Achenwall de l’histoire politique européenne. Il restait à recruter une troisième personne pour les affaires de chancellerie : « Si chacun de ces professeurs consacrait chaque jour une heure à ces enseignements, le cursus pourrait être bouclé sur un an et on pourrait le recommencer chaque année39. »

  • 40 Ibid.., p. 21.
  • 41 Cité par Ebel 1975, p. 30-31.
  • 42 Ebel 1975, p. 33.

35Mais Münchhausen se montra réservé. Il n’était pas favorable à ce que l’université abrite une institution autonome, donc possiblement concurrente40. Pütter et Achenwall abondèrent dans son sens : le plan de Moser était judicieux mais il était difficilement compatible avec l’université. En revanche, ils jugeaient qu’il serait avantageux de l’adapter à l’université en mettant au point « une formation spécialement conçue pour les gens de qualité afin de les préparer mieux et plus rapidement qu’ailleurs aux affaires d’État et de chancellerie41 ». Moser, qui n’occupait plus d’emploi rémunéré, répondit en défendant son institution (7 avril 1749)42.

  • 43 Frensdorff 1887, p. 25-26.
  • 44 Ibid., p. 26-27.

36Malgré l’insistance de Moser, Münchhausen maintint sa position et se montra favorable à la proposition de Pütter et Achenwall. Il leur demanda de lui remettre un projet relatif à cette formation43. Mais avant qu’ils n’aient eu le temps de réagir, Moser annonçait que pour des raisons financières, il allait devoir mettre son projet à exécution sans pour autant vouloir nuire à Göttingen et qu’il ne verrait pas d’inconvénients si Münchhausen souhaitait un jour intégrer cette institution à l’université44.

37Entre temps, Pütter avait remis son projet à Münchhausen, qui l’avait une nouvelle fois transmis à Moser, en dépit des circonstances :

  • 45 Lettre du 5 juillet 1749, citée par Frensdorff 1887, p. 28.

« Dans le projet que je vous renvoie ci-joint comme vous me l’avez demandé, je vois que le professeur Pütter s’est considérablement rapproché de mon propre plan. [...] Je souhaite à Monsieur Pütter beaucoup de chance pour son projet. Nous ne nous faisons pas obstacle l’un à l’autre, le bon Dieu a du pain pour nous deux et pour bien d’autres encore. Sous la bienveillante direction continuée de votre excellence, qui lui sera des plus profitable, cet homme deviendra une gloire pour l’Académie de Göttingen et sera un enseignant plus utile que cent autres45. »

38Le « collège pratique » de Pütter et l’Académie de Moser à Hanau ouvrirent tous deux à l’automne 1749. Mais dès 1751, malgré son succès, l’Académie de Moser ferma ses portes : Moser avait accepté la fonction de consultant des états de Wurtemberg.

39Cet épisode de l’histoire de l’université est fondamental, car il montre comment le cursus pratique de droit à usage de la haute noblesse s’est mis en place à Göttingen. L’idée ici n’est pas d’en attribuer la paternité à Moser plutôt qu’à Pütter ou inversement, mais de mettre en évidence que ce cursus est le fruit de la rencontre entre des personnages qui avaient pour points communs d’appartenir au monde universitaire et de fréquenter le milieu des institutions impériales. C’était le cas pour Pütter et Moser, mais aussi pour Münchhausen qui avait été l’envoyé du Hanovre à la Diète entre 1726 et 1728 et qui s’occupait à présent des affaires de l’université. On se souvient peut-être ici de la citation placée en exergue de cet article : on comprend mieux à présent la raison pour laquelle Münchhausen faisait suivre à Pütter ses actes en provenance des tribunaux d’Empire ; il n’avait pas attendu les recommandations de Moser pour le faire.

40L’apport de Pütter à Göttingen peut se résumer ainsi : il ouvrait l’université à l’espace des institutions impériales et incarnait la continuité entre les deux milieux. Sa position à l’intersection de l’université et des institutions de l’Empire a été la condition de possibilité de sa rencontre avec Münchhausen. Ce dernier, loin de vouloir isoler Pütter à l’intérieur du monde universitaire en le faisant venir à Göttingen, lui a permis au contraire de renforcer sa position dans les deux espaces. Le rôle de Moser a été d’expliciter les avantages et les possibilités qu’ouvrait le positionnement à l’intérieur de cet espace particulier situé au croisement de l’université et de l’Empire.

La construction de Göttingen comme antichambre de l’Empire

41La carrière de Pütter à partir des années 1750 s’est déroulée à la fois à Göttingen et sur le terrain des institutions impériales. Il n’est pas question ici de présenter les soixante années d’activités de Pütter, mais de se concentrer sur le rôle effectif que ses enseignements ont joué dans l’Empire d’une part et, d’autre part, de montrer comment Pütter est resté impliqué dans les institutions impériales après son engagement à l’université.

Les enseignements de Pütter

  • 46 Ebel 1975, p. 37 et note 65.

42À partir de l’été 1750, Pütter enseigna l’histoire de l’Empire, puis au cours de l’hiver 1752-1753, le droit d’Empire. Ces deux aspects, à côté de son cours pratique, ont constitué le cœur de ses enseignements pendant cinquante ans. Il donna à soixante-trois reprises son cours sur le droit d’Empire pour lequel il atteignit son nombre maximal d’auditeurs à l’hiver 1772, avec 201 étudiants. Il enseigna à cinquante-sept reprises l’histoire de l’Empire, avec un maximum de 212 étudiants à l’été 1773. Son cours sur la pratique du droit avait été suivi par une centaine d’étudiants en moyenne. En 1789, Pütter notait avec fierté que 2 843 auditeurs y avaient participé. Parmi eux, 579 venaient du Hanovre, 1 994 d’autres territoires, 153 d’autres pays. Il mentionnait également que ce cours avait été fréquenté par un prince, 35 comtes, 564 nobles et 418 catholiques46.

  • 47 Jahns 2003-2011, partie 1.
  • 48 92 sont devenus assesseurs et 36 ont été présentés à cette charge sans l’obtenir, Jahns 2003-2011, (...)
  • 49 Jahns 2003-2011, partie 1, p. 482-483 et 505-507.

43Les carrières des étudiants qui ont suivi les enseignements de Pütter ont pu être en partie précisées grâce à l’étude de Sigrid Jahns sur les assesseurs de la Chambre de justice impériale pour la période 1740-180647. Ainsi, parmi les 128 juristes qu’elle a identifiés, S. Jahns48 a pu reconstituer qu’un grand nombre d’entre eux, toutes confessions confondues, avaient été formés à Göttingen49. Chez les protestants, parmi les universités fréquentées, Göttingen arrive en première position avec 22 étudiants, suivie par Halle (15) et Marbourg (8) ; chez les étudiants catholiques, Göttingen se trouve en deuxième position avec 10 étudiants, après Wurtzbourg (16). Comme le souligne S. Jahns, la place de Göttingen est certainement sous-évaluée ici, car l’université avait ouvert tardivement ses portes, en 1734.

  • 50 Ibid., p. 510-511.

44L’analyse des matricules de l’université montre ensuite que la plupart des trente-deux étudiants qui étaient passés par Göttingen avaient été formés par Pütter. Il a été possible de retrouver pour un tiers d’entre eux les preuves qu’ils avaient suivi ses enseignements. De même, parmi les vingt-et-un assesseurs qui siégeaient à la Chambre de justice impériale en 1806, la moitié avaient été formés à Göttingen50. Ces chiffres montrent d’abord la concentration nette sur une université d’une population étudiante qui, auparavant, se répartissait entre plusieurs institutions. Ils révèlent ensuite que Pütter a participé de façon effective à la formation d’une part importante des juristes de la Chambre de justice impériale.

  • 51 Pütter 1798, vol. 2, p. 816.
  • 52 Ibid, p. 816-817.
  • 53 Ibid., p. 778.

45Mais pas seulement, si l’on en croit Pütter. Ainsi en 1790, lorsqu’il assiste à l’élection impériale à Francfort-sur-le-Main, il rapporte que parmi tous les chevaliers envoyés par le Hanovre, seuls deux n’avaient pas suivi ses enseignements51. De même, dans presque toutes les autres escortes, il reconnaît des anciens étudiants à lui : les comtes von Stadion pour l’archevêché-électorat de Mayence, les barons von Gudenau pour l’archevêché-électorat de Trèves, etc.52 Ce que dit Pütter ici, c’est qu’il a non seulement contribué à former les étudiants nés dans le Hanovre, mais aussi l’élite des autres territoires. L’université avait rempli sa mission territoriale et au-delà, car elle avait acquis à présent une dimension supra-territoriale. De 1786 à 1790, ce furent les trois princes anglais, fils de George III, qui vinrent étudier à Göttingen sous la direction de Pütter. Parmi eux, Ernest Auguste, futur roi du Hanovre53.

  • 54 Burgdorf 2003.

46Pütter a fait de Göttingen une étape de la « peregrinatio academica impériale54 », soit une antichambre des tribunaux impériaux et de la haute administration territoriale. Le transfert des actes de Münchhausen en provenance de la Diète et des tribunaux d’Empire vers Göttingen, qu’il s’agissait en outre de faire savoir par l’intermédiaire du périodique savant lié à l’université – les Göttingische Anzeigen von gelehrten Sachen –, était révélateur de la signification que le Hanovre voulait voir prendre à la ville.

La carrière de Pütter dans l’Empire

47Le succès de Pütter comme professeur ne doit pas faire oublier l’autre versant de ses activités, à savoir son engagement auprès des institutions de l’Empire. La réussite et l’efficacité de Pütter à Göttingen sont le résultat d’un va-et-vient constant entre les deux milieux, l’un et l’autre se nourrissant mutuellement.

  • 55 Jahns 2003-2011, partie 1, p. 508, note 95.
  • 56 Burgdorf 2003, p. 22.

48De fait, Pütter n’est pas resté confiné à l’intérieur de Göttingen, mais il est toujours demeuré présent sur le terrain impérial. Tout d’abord, il a continué à se rendre régulièrement à Wetzlar55. Mais désormais, le jeune homme qui venait se former auprès de ses aînés avait laissé place au solliciteur le plus redoutable et le mieux payé de la Chambre de justice impériale56. Pütter en outre participa de 1767 à 1770 aux visitations de ce tribunal d’Empire, c’est-à-dire à une enquête sur le fonctionnement réel de l’appareil de justice et sur ses membres.

  • 57 Ebel 1975, p. 42.
  • 58 Ibid., p. 38 et 45-46.

49Preuve de l’autorité que Pütter avait acquise dans le milieu des institutions impériales, on lui proposa en 1766 une place de juge – évangélique – au Conseil impérial aulique. L’offre lui vint du Président de la Chambre de justice impériale, le burgrave von Kirchberg – celui-là même qui avait été le premier élève de Pütter à Marbourg57. Mais Pütter la refusa, tout comme les autres postes qui lui furent proposés au cours de sa carrière58.

50Mais c’est aussi aux élections impériales de 1764 et de 1790 que l’on rencontre Pütter. En 1764, il avait été chargé d’accompagner à Francfort l’envoyé du Hanovre, von dem Bussche, au titre de conseiller juridique. Dans une lettre, Münchhausen avait justifié les raisons de ce choix :

  • 59 Lettre citée par Pütter 1798, vol. 1, p. 430-431.

« On ne pense pas que ces élections durent plus de deux mois. Mais l’on a toutes les raisons de croire que cette excursion peut être du plus grand avantage pour l’université en raison des connaissances que vous ferez à Francfort59. »

51En dehors de sa fonction juridique, la mission de Pütter à Francfort était de nouer des relations afin d’obtenir de façon informelle des informations qui pourraient être utiles à l’université, mais aussi, par sa présence sur place, de convaincre l’élite de l’Empire d’envoyer ses fils à Göttingen.

  • 60 Pütter 1798, vol. 2, p. 810-811.

52On mesure le chemin parcouru par Pütter vingt-cinq ans plus tard lors de l’élection de 1790 : désormais, il connaissait presque tous les participants – soit qu’il les ait rencontrés à Francfort ou Wetzlar, soit qu’ils aient suivi ses enseignements. Ce n’est pourtant pas la description du beau monde se rendant à Francfort qui frappe dans son récit de 1790, mais bien plutôt le fait qu’il note la présence de professeurs, quand il était encore le seul en 176460. Le positionnement à l’intérieur de cet espace particulier situé à l’intersection de l’université et des institutions impériales avait prouvé son efficacité.

Conclusion

53Si l’on ne rencontrait pas l’université parmi les acteurs du Saint-Empire dans le Handbuch der deutschen Geschichte de Gebhardt, c’est que l’entrée « université » n’était pas la bonne. Il fallait regarder à « Pütter » et à « Moser ». Pütter n’y est pas présenté dans son rôle d’enseignant, mais comme constitutionnaliste ayant donné une forme au droit. De même, si l’université ne fait pas partie des mots-clés dans la Geschichte des alten Reiches de Georg Schmidt, l’auteur accorde une place importante à Moser et Pütter comme théoriciens du droit et du Saint-Empire.

54Le cas de Pütter illustre le danger qu’il y a à diviser trop les objets historiques d’une part et, d’autre part, à séparer du point de vue de la méthode les sphères de la pensée et de la pratique. Les historiens de l’université répètent sans fin que les cours de Pütter, parce qu’ils bouleversaient l’enseignement du droit, ont assuré à la faculté de droit un succès sans précédent. Les spécialistes de l’Empire eux, jusqu’à une date récente, ne prenaient en compte que les écrits constitutionnels de Pütter. Or Pütter, on l’a vu, évoluait simultanément dans le monde universitaire et dans celui des institutions impériales. C’est ce positionnement original qui a fait sa force et celle de l’université de Göttingen.

55Au-delà du cas de Pütter, cette étude montre la nécessité de prendre en compte le parcours des acteurs dans leur globalité. Il en va, en effet, de Moser et de Münchhausen comme de Pütter : chacun avait un pied dans le milieu des institutions impériales et un autre dans celui de l’université. De ce point de vue, il se pourrait très bien que la réussite de Göttingen, que l’historiographie rapporte souvent à une grandeur quasiment innée de Münchhausen, soit plutôt le résultat de l’inscription de celui-ci dans des espaces multiples – haute noblesse, institutions impériales, institutions territoriales, espace universitaire, etc. – qui lui donnait une capacité d’action très large à partir du moment où il savait mobiliser les ressources des uns pour la cause des autres.

Notes

1 Niedersächsische Staats- und Universitätsbibliothek Göttingen, Codex-Mss Heyne, 122, fol. 26.

2 Voir Le Cam 2013.

3 Anne Saada, « L’Université, pilier de l’Allemagne moderne », L’Histoire, à paraître.

4 Le Cam 2013, p. 275-280.

5 Burkhardt 2006, p. 246-250.

6 Hartmann 2011, chap. 6 ; Schmidt 1999 ; Whaley 2012.

7 À l’exception de l’article de Hammerstein 1985.

8 Link 1987, p. 75. Pour une présentation générale et récente de l’université de Gôttingen, voir Hunger 2002. On y trouvera les références bibliographiques les plus importantes.

9 Pütter 1798.

10 Il existait, certes, l’université de Helmstedt dans le duché de Brunswick-Wolfenbüttel, territoire auquel le Hanovre était fortement lié, mais au xviiie siècle sa réputation était largement entamée.

11 Frensdorff 1887, p. 1-2.

12 Voir le projet de Münchhausen reproduit dans Rössler 1855, p. 33-40.

13 Stolleis 1998, p. 465-467.

14 « Introduction », Rössler 1855, p. 41-42.

15 Lettre de Münchhausen à Christian Gebauer, 16 décembre 1743, éditée par Rössler 1855, p. 154.

16 Voir Frensdorff 1883.

17 Ebel 1975.

18 Ibid., p. 9-13.

19 Ibid., p. 13-14.

20 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-102.

21 Burgdorf 2003, p. 22-24.

22 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-107.

23 Pütter 1798, vol. 1, p. 101-107.

24 Ibid., p. 112-113.

25 Ibid., p. 113-114.

26 Lettre d’engagement de Pütter datée du 2 juin 1746, citée par Frensdorff 1883, p. 257-258.

27 Burgdorf 2003, p. 24.

28 Pütter 1798, vol. 1, p. 115.

29 Ibid., p. 129, 132 et 136.

30 Pütter 1798, p. 178-182.

31 Frensdorff 1887, p. 9-10.

32 Ibid., p. 11-14.

33 Moser 1777, vol. 1, p. 68.

34 Frensdorff 1887, p. 17.

35 Moser 1745.

36 Frensdorff 1887, p. 17.

37 Frensdorff 1887, p. 15-16.

38 Ibid., p. 18-19.

39 Cité par Frensdorff 1887, p. 20.

40 Ibid.., p. 21.

41 Cité par Ebel 1975, p. 30-31.

42 Ebel 1975, p. 33.

43 Frensdorff 1887, p. 25-26.

44 Ibid., p. 26-27.

45 Lettre du 5 juillet 1749, citée par Frensdorff 1887, p. 28.

46 Ebel 1975, p. 37 et note 65.

47 Jahns 2003-2011, partie 1.

48 92 sont devenus assesseurs et 36 ont été présentés à cette charge sans l’obtenir, Jahns 2003-2011, partie 1, p. 473.

49 Jahns 2003-2011, partie 1, p. 482-483 et 505-507.

50 Ibid., p. 510-511.

51 Pütter 1798, vol. 2, p. 816.

52 Ibid, p. 816-817.

53 Ibid., p. 778.

54 Burgdorf 2003.

55 Jahns 2003-2011, partie 1, p. 508, note 95.

56 Burgdorf 2003, p. 22.

57 Ebel 1975, p. 42.

58 Ibid., p. 38 et 45-46.

59 Lettre citée par Pütter 1798, vol. 1, p. 430-431.

60 Pütter 1798, vol. 2, p. 810-811.

Auteur

(CNRS, Pays Germaniques, UMR 8547)
(1970) a soutenu sa thèse en 2001 à l’École des hautes études en sciences sociales à Paris. Elle est chargée de recherche au CNRS (UMR 8547, Pays Germaniques : Transferts Culturels, École normale supérieure, Paris) et travaille actuellement sur l’histoire des universités allemandes (en particulier, celle de Göttingen). Parmi ses publications : « Göttingen : d’où vient l’université allemande ? », L’Histoire, 439, 2017, p. 64-68 ; « La construction du réseau universitaire de Göttingen : un observatoire exemplaire pour les circulations internationales », Pierre-Yves Beaurepaire et Pierrick Pourchasse (dir.), Les circulations internationales en Europe, années 1680-années 1780, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010, p. 349-360 ; « De Halle à Göttingen : processus d’institutionnalisation et développement intellectuel », Hans Erich Bödeker, Philippe Büttgen et Michel Espagne (dir.), Göttingen vers 1800. L’Europe des sciences de l’homme, Paris, Cerf, 2010, p. 29-58.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search