Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Pratiques de l’espace : le Saint-Empire fractal

Étudier la fractalité : les espaces du Saint-Empire entre pluralité des échelles et liens transversaux1

Falk Bretschneider

Texte intégral

  • 1 Ce texte, dont la rédaction a été terminée fin 2015, ne cite que la littérature parue jusqu’à ce mo (...)
  • 2 Pour un état de la recherche sur l’histoire impériale : Schnettger 2002a ; Bretschneider et Garner  (...)
  • 3 Un exemple significatif : Reinhard 1999 ; voir également les remarques concises de Meumann et Pröve (...)
  • 4 Schmidt 1999.
  • 5 Ce constat reste valable, même si les recherches récentes y ont apporté quelques nuances importante (...)

1Dans la deuxième moitié du xxe siècle, l’historiographie du Saint-Empire germanique moderne a été dominée par deux orientations. La première séparait nettement l’Empire et les territoires, tel un dualisme rigide qui s’exprime toujours en Allemagne par l’opposition forte entre une Reichsgeschichte, conçue comme une sous-discipline historique vouée à l’étude des institutions plus particulièrement impériales, et la tradition d’une Landesgeschichte étroitement liée aux identités régionales dans un système politique attaché à sa structure fédérale2. La seconde orientation consistait à concentrer les efforts de la recherche historique sur la question de l’État3, objet si capital qu’il a même profondément marqué certaines tentatives pour réorienter l’histoire impériale après 1990 – évoquons notamment l’ouvrage de Georg Schmidt dont l’argument principal visait justement à élever l’Empire au rang d’État de la nation allemande à l’époque moderne4. Comme on le sait, cette tentative se solda par un échec cinglant, de sorte que, pour une majorité écrasante des historiens allemands, la formation de l’État (et donc la modernité politique) reste intimement liée – pour le meilleur et pour le pire – à l’histoire des principautés territoriales5, alors que l’Empire ne joue dans cette perspective que le rôle secondaire d’un simple cadre de plus en plus faible et impuissant à s’opposer à sa propre désintégration.

  • 6 Duhamelle 2005.
  • 7 Oberkrome 1993 ; Sprengel 1996 ; Köster 2002.
  • 8 Irsigler 1996 ; Holzfurtner 2001. On assiste dernièrement à un nouvel intérêt historique pour l’esp (...)
  • 9 Voir, entre autres, les contributions dans Brakensiek et Flügel 2000 ; Freitag 2004.

2Or, ces deux orientations ont constitué de véritables entraves à l’étude des dimensions spatiales du Saint-Empire. Pour la plupart des historiens allemands, la notion d’« espace » fut longtemps synonyme d’« espace politique », donc d’« État », ce qui renvoie de nouveau au niveau territorial et à l’histoire régionale où nous trouvons effectivement un certain nombre d’études spatiales s’accompagnant fréquemment d’importants travaux pour mettre au point des atlas historiques6. Ces entreprises n’offrent toutefois pas un modèle entièrement satisfaisant (sauf exception ; et les études cartographiques représentent dans la plupart des cas des outils de travail extrêmement précieux), car elles sont presque exclusivement orientées vers une reconstruction de l’évolution régionale et sont tributaires d’une conception essentialiste de l’espace propice aux détournements politiques. En effet, la historische Kulturraumforschung (recherches sur les « aires culturelles populaires »), telle qu’elle s’est développée dans les années 1920 et 1930, à Leipzig ou à Bonn et notamment dans les travaux de Hermann Aubin, Theodor Frings ou Rudolf Kötzschke, avant de servir de couverture idéologique pour légitimer les conquêtes militaires nationales-socialistes, est considérée aujourd’hui comme l’obstacle majeur qui s’est opposé au développement d’un intérêt scientifique envers les dimensions spatiales de l’histoire dans l’Allemagne d’après-guerre (aussi bien à l’ouest qu’à l’est)7. Or, même si les représentants de l’histoire régionale ont pris après 1945 leurs distances envers les pires excès racistes et revanchards de leurs prédécesseurs, ils ont longtemps continué – parfois jusqu’à aujourd’hui – à concevoir l’espace avant tout comme une entité naturelle et donnée, c’est-à-dire soustraite au jeu social8. Cette branche de l’historiographie allemande a certes passé de longues années à discuter les notions de « Land » et de « région », soubassements programmatiques de deux courants quasiment inconciliables, dont aucun n’a toutefois réussi jusqu’à présent à élaborer un concept original et convaincant d’« espace »9.

  • 10 Pour ne citer que deux ouvrages : Schlögel 2003 ; Döring et Thielmann 2008.
  • 11 Rau 2013 qui s’appuie notamment sur les travaux de la sociologue Löw 2001 (traduction française : L (...)
  • 12 Par exemple Stollberg-Rilinger 2009 ; Stollberg-Rilinger 2013a.
  • 13 Duhamelle 2004 ; Lebeau 2004a ; Miard-Delacroix et al. 2010.
  • 14 Schnettger 2004 ; Ulbrich 1991 ; Ulbrich 1993 ; voir également Noël 1966, p. 333-346.

3Cette situation est pourtant en train de changer, pour trois raisons principales. En premier lieu, le « tournant spatial », qui s’est également emparé, ces dernières années, de l’historiographie allemande10, a réussi à imposer une définition constructiviste et relationnelle de l’espace non plus conçu comme quelque chose qui va de soi, mais comme le résultat constamment reconfiguré des perceptions et des pratiques des acteurs sociaux11. En outre, le « tournant culturaliste » des études impériales a mis l’accent sur les rituels et les formes symboliques par lesquels l’Empire s’est manifesté comme une réalité politique et sociale ni détachée du reste, comme une strate à part, ni réductible à la simple addition de ses composants. Cette nouvelle approche a également attiré le regard vers les inscriptions spatiales de ces pratiques (en étudiant par exemple les conflits de préséance qui régulièrement sont porteurs d’une forte connotation spatiale)12. Enfin, l’émergence d’une Reichsgeschichte française depuis les années 1990 a contribué à susciter un intérêt spécifique envers les espaces du Saint-Empire. Animés par une tradition disciplinaire différente liant fortement l’histoire à la géographie, ces travaux constituent les premiers résultats d’une perspective véritablement nouvelle ne s’intéressant plus à une simple topographie politique, mais à une inscription spatiale de rapports sociaux dont les imbrications complexes se déploient à plusieurs échelles et se manifestent dans des domaines aussi variés que le confessionnel, l’économie ou les transferts culturels13. Notons que quelques historiens allemands ont commencé à se joindre à cette volonté de faire de l’espace une catégorie de plein droit de l’histoire impériale, notamment Matthias Schnettger avec ses recherches sur les périphéries du Saint-Empire en Italie ou Claudia Ulbrich avec ses travaux, réalisés dès les années 1990, sur la frontière entre l’Empire et la France à la fin du xviiie siècle14.

4Ces contributions, françaises ou allemandes, manquent cependant pour l’instant d’un cadre conceptuel plus large et capable de réunir analytiquement les principales caractéristiques des espaces du Saint-Empire. Sans prétendre à proposer la seule vision possible d’un terrain formidablement complexe que la recherche n’a pour l’instant que commencé à défricher, nous voudrions au moins essayer de confronter la notion d’espace à une autre, à savoir celle de la fractalité, développée depuis un certain temps par Christophe Duhamelle et nous-mêmes pour mieux saisir la réalité plurielle et multiscalaire du Saint-Empire.

Espaces pluriels entre Empire et territoires

  • 15 Stollberg-Rilinger 2006.
  • 16 Ulbrich 1993, p. 141.
  • 17 Motsch 2001, p. 407 sq.

5Commençons par examiner les études déjà réalisées. Comment l’espace du Saint-Empire a-t-il été appréhendé ces dernières années par la recherche, en France et en Allemagne ? D’emblée, force est de constater que les résultats obtenus portent à penser qu’il n’y a pas un espace du Saint-Empire, mais que ce dernier est composé d’une pluralité d’espaces dont les formes et les caractéristiques changent en fonction de la position des acteurs et de celle de l’observateur. Avant tout – à l’instar de l’Empire en tant que système politique et institutionnel15 – ces espaces ont été marqués par la tension fondamentale entre les deux niveaux impérial et territorial. Depuis la dispersion des domaines royaux au Moyen Âge central, l’Empire n’a plus d’espace propre, c’est-à-dire que la définition de son espace ne peut plus passer que par celle de l’espace des territoires qui le composent. Or, énumérer précisément les membres de l’Empire relève de la gageure. Tout critère (la vassalité envers l’empereur, l’immédiateté, la participation aux institutions impériales, etc.) connaît des exceptions qui ne permettent pas de dire avec exactitude si la zone concernée fait (ou ne fait pas) partie de l’ensemble impérial. Des appartenances floues (comme la Bohême avec ses propres fiefs, la Moravie, la Silésie et les deux Lusaces), hésitantes (comme la Lorraine), voire contestées (comme les Trois-Évêchés), mais aussi la soumission au pouvoir de monarques étrangers (comme dans le cas du Holstein ou celui de la Poméranie occidentale) ou les possessions de princes allemands à l’étranger (comme en Alsace) en font un espace vague et flottant. C’est également un espace mal, ou pas du tout, marqué. Certes, dans les parties les plus controversées, aux frontières à l’ouest par exemple, régulièrement attaquées par la France, on trouve parfois une aigle bicéphale qui affiche l’appartenance de tel ou tel village à l’Empire16. Dans d’autres régions cependant, surtout à l’est où la territorialisation s’est davantage imposée, de tels marqueurs font souvent défaut17.

  • 18 Behringer 2003. Voir aussi en français Behringer 2013.
  • 19 Noël 1997.
  • 20 Jendorff 2010.
  • 21 Willoweit 1975.
  • 22 Voir les contributions dans Riedenauer 1994.
  • 23 Schmale 2004 ; Chassagnette 2009. Voir également la contribution d’Axelle Chassagnette au présent o (...)

6Néanmoins, l’espace territorial dans son ensemble n’est pas totalement dépourvu d’un marquage symbolique impérial : les diligences de la poste impériale, la Reichspost, circulent entre les territoires18 ; les « salles de l’empereur » sont au centre des bâtiments de prestige dans les abbayes immédiates, les villes libres, les demeures de la petite et moyenne noblesse (et parfois même dans les résidences des grands princes, comme à Munich) ; un peu partout, des portraits d’empereurs, des inscriptions, des ornements ou de simples aigles apposées sur le mur d’un château affichent la qualité d’état d’Empire du résident19. Mais cet espace symbolique de l’appartenance impériale reste flou, ce qui trouve d’ailleurs son équivalent dans le manque d’homogénéité et d’autonomie de l’espace territorial. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder les condominats qu’on peut rencontrer à tous les niveaux (d’une principauté toute entière comme Osnabrück jusqu’à des villages ou des bouts de champs, en passant par des villes comme Fürth ou des seigneuries comme Treffurt et Schmalkalden) et qui ne forment ni des territoires (puisque la supériorité territoriale y est partagée) ni des espaces extraterritoriaux ou impériaux (puisque leur existence reste inextricablement liée au pouvoir territorial)20. Le flou juridique qui marque la notion et la réalité de la supériorité territoriale, c’est-à-dire la domination d’un prince sur son territoire, et les revendications souvent superposées et contradictoires qui en résultent21, mais aussi l’intégration incomplète dans les territoires d’importantes entités conservant donc une certaine autonomie, ou encore les très nombreux partages successoraux entre les différentes lignées d’une dynastie territoriale (partages qui créent et recréent sans cesse de nouveaux territoires aux statuts juridiques fort divers) montrent qu’il ne s’agit aucunement d’espaces politiques au sens moderne du terme, c’est-à-dire s’ancrant dans une identité manifeste entre l’exercice du pouvoir et son inscription spatiale22. Au contraire, l’Empire et ses composants restent tout au long de la période essentiellement des collections de droits féodaux et juridiques qui ne suivent pas le principe de la continuité géographique mais celui du patrimoine aristocratique. C’est d’ailleurs ce que démontre également l’histoire des cartes dont les auteurs ont eu pendant très longtemps le plus grand mal à penser l’Empire spatialement, c’est-à-dire à se le représenter comme autre chose qu’un système de liens féodaux ou juridiques23.

7Cette situation peut être imputée aux faiblesses du pouvoir de l’empereur mais aussi au droit impérial qui, notamment à travers la Paix publique perpétuelle de 1495 et l’interdiction qu’elle fait aux territoires de s’agrandir par la force militaire, pose des limites sérieuses au développement du pouvoir territorial. En recourant par conséquent à diverses acquisitions et redistributions pacifiques – mariages, droits successoraux, échanges, partages, achats, nantissements, etc. – les acteurs (des plus grands princes aux plus petits seigneurs locaux) créent, certes, un ensemble spatial hautement dynamique, en permanente recomposition à l’intérieur comme vers l’extérieur. Mais cette évolution ne débouche pas sur une homogénéisation progressive de ces espaces bloqués par les droits anciens des uns et des autres. Leurs principes fondamentaux restent donc la coexistence et la persistance de structures traditionnelles qui, même si elles changent de propriétaire, ne disparaissent pas pour autant de l’échiquier territorial. En d’autres termes, cette configuration spatiale reflète fidèlement ce qui caractérise la réalité politique et institutionnelle du Saint-Empire dans son ensemble : construire la singularité passe nécessairement par la pluralité et la confrontation ne peut pas faire abstraction de la coopération.

  • 24 Duhamelle 2010b.
  • 25 Ulbrich 1993 ; Motsch 2001 ; Wäntig 2007.

8Cependant cet espace, tout en étant celui de la coexistence, n’est pas pour autant celui de la simple juxtaposition, mais bien plutôt un espace de l’imbrication et de la mise en relation. Le jeu complexe des enclaves et des exclaves en est la meilleure illustration24. Sans aucun doute, la volonté de régner sur un territoire homogène et entier, autrement dit sur un territorium clausum, gagne en importance pour de nombreux acteurs (et notamment pour les grands princes territoriaux) aux xviie et xviiie siècles. Elle continue pourtant à être illusoire presque partout. Par conséquent, à l’instar de celui de l’Empire tout entier, l’espace territorial reste longtemps profondément perméable. Cette porosité – qui n’est évidemment pas synonyme d’une absence totale de démarcations ou de contrôles – est en grande partie portée et garantie par les frontières. Cela vaut d’abord pour les limites extérieures de l’espace impérial où ont émergé des « sociétés frontalières », c’est-à-dire des formes de sociabilité spécifiques et marquées par des appropriations créatives de la frontière qui à la fois la transgressent et la mobilisent dans les conflits locaux25.

  • 26 Oelze 2011 ainsi que les contributions dans Bretschneider 2011a.
  • 27 Wäntig 2007 sur la frontière entre la Saxe et la Bohême ; Duhamelle 2011 sur les frontières de l’Ei (...)
  • 28 Parmi ces pratiques, on peut également citer le retour clandestin après l’exécution d’une peine de (...)

9Mais ces effets cohésifs de la frontière se sont encore davantage manifestés à l’intérieur de l’Empire. Constamment sujettes à controverse, les délimitations territoriales ont indéniablement produit d’innombrables conflits26 mais elles ont également été, par le biais de ces disputes mêmes, les lieux de la fabrication performative et compétitive d’un équilibre des forces constamment renouvelé notamment par l’instrument juridique de la possessio (qui désigne un pouvoir ou un droit dont la disposition se fonde non sur un titre mais sur un usage ininterrompu). Certes, les pratiques quotidiennes de la frontière territoriale sont encore trop peu étudiées, mais les quelques travaux existants confirment tous cette ambiguïté et soulignent le double caractère de ces limites qui à la fois séparent et créent des liens27. Souvent peu indexées à des démarcations naturelles, elles sont poreuses, faciles à traverser, et ne font donc que faiblement obstacle à la circulation et aux échanges transfrontaliers. Mais d’un autre côté elles incarnent aussi des différences parfois importantes que les acteurs locaux connaissent d’ailleurs suffisamment bien pour les mobiliser au service de leurs propres objectifs (par des pratiques ouvertement déviantes, comme la contrebande ou la désertion, mais aussi par un jeu plus subtil consistant, par exemple, à se soustraire à la pression fiscale ou à la contrainte de se convertir en quittant le territoire ou en menaçant de le faire)28.

  • 29 Groebner 2004. Voir également la contribution de Luca Scholz au présent ouvrage.
  • 30 Härter 2011.
  • 31 Duhamelle 2010b, p. 110.

10Pour les autorités, les frontières territoriales constituent donc régulièrement des entraves sérieuses à leurs projets politiques. Mais elles sont aussi des lieux où naissent de nouvelles pratiques destinées à renforcer la présence du pouvoir territorial (marquage accru des lignes de démarcation, contrôle des passages, organisation d’une surveillance plus développée ou transcription de l’appartenance territoriale au moyen des passeports29). En même temps, pour être efficaces, ces pratiques nécessitent à leur tour une coopération avec les territoires adjacents et des actions communes (poursuites transfrontalières, fiches descriptives envoyées aux voisins, extraditions, etc.30) – même si chacun des protagonistes veille jalousement au respect de ses droits traditionnels en protestant immédiatement contre le moindre « préjudice » que pourrait lui porter l’autre. Au lieu de se résumer à leur fonction de marqueurs de la délimitation et de la différence, les frontières territoriales apparaissent donc comme un facteur central de l’espace impérial et des dynamiques spécifiques qui le caractérisent. Car, d’une part, en évoluant constamment au gré des recompositions spatiales, elles marquent l’hétérogénéité du pouvoir territorial aussi bien que sa volonté de se développer. Mais, d’autre part, elles sont aussi le signe majeur des limites de ce pouvoir, en s’interposant sans cesse là où les droits anciens des uns empêchent toute expansion des autres. Elles fixent ainsi tous les acteurs dans un statu quo, certes continuellement renégocié mais jamais vraiment révoqué. En tant qu’« élément structurel » de l’espace impérial et sous le couvert du conflit et de la confrontation, elles participent donc à fabriquer une unité de l’ensemble et à garantir sa survie31.

  • 32 Dotzauer 1998 ; Wüst 2000 ; Wüst et Müller 2011.
  • 33 Sack 1986.

11L’exemple des frontières montre, en outre, que le recours aux deux seuls niveaux impérial et territorial est insuffisant pour saisir la réalité spatiale du Saint-Empire. Au-delà des collaborations transfrontalières – que l’on pourrait encore attribuer au niveau territorial, quand bien même elles le dépassent et le transgressent souvent – ce sont surtout les Cercles d’Empire (Reichskreisè) qui représentent une modalité essentielle de l’action commune et donc aussi une forme importante de la structuration de l’espace (même si leurs effets se déploient surtout dans les régions les plus hétérogènes de l’Empire)32. Ils esquissent par conséquent un niveau supplémentaire qui n’est qu’un argument de plus pour considérer que l’espace multiple du Saint-Empire et celui, non moins multiple, des territoires qui le composent se soustraient résolument à l’idéaltype spatial imposé par la théorie politique moderne, à savoir celui de la « territorialité » conçue comme l’affirmation sur l’espace de l’exercice de la souveraineté, notamment à travers la domination d’un centre sur ses périphéries33.

  • 34 Monnet 2004.

12Adapter ce modèle au Saint-Empire montre par conséquent très vite ses limites. Ni l’Empire ni les Cercles n’ont des capitales qui pourraient définir des zones s’organisant autour d’un centre fort capable d’intégrer de manière concentrique tous les aspects de la vie politique, économique ou sociale dans une même structuration de l’espace. Contrairement à un tel espace « moderne » (comme nous le trouvons très tôt, du moins partiellement, en France ou en Angleterre), la structure spatiale du Saint-Empire s’enracine dans des appartenances multiples et des liens qui se créent à partir d’endroits différents et qui changent en fonction du type d’espace considéré. En d’autres termes, le principe organisateur de cette configuration spatiale semble plutôt être celui de la coprésence de plusieurs réseaux multipolaires. Ainsi, il existe un réseau plus particulièrement « impérial » tissé autour des endroits qui hébergent les institutions de l’Empire ou qui constituent les hauts lieux de sa reproduction symbolique et performative : la Diète à Ratisbonne, les tribunaux suprêmes à Vienne et à Spire puis à Wetzlar, les lieux de l’élection et du couronnement de l’empereur à Aix-la-Chapelle et Francfort, peut-être aussi l’hospice du Saint-Esprit à Nuremberg où sont conservés les joyaux impériaux et, bien sûr, la cour impériale, le plus souvent à Vienne. Ces lieux constituent la capitale plurielle de l’Empire et nouent aussi le lacis des actions politiques qui le constituent34.

  • 35 Sur les différents espaces intellectuels qui s’entendent également au sens des répartitions spatial (...)
  • 36 François 1978.
  • 37 Keller 2004a.
  • 38 Sur la Germania Sacra – un espace dont la recherche a longtemps souligné le retard des évolutions p (...)

13Mais l’Empire est également un espace intellectuel se définissant par exemple au travers des universités qui ne sont pourtant implantées ni dans les endroits que nous venons de citer ni (à quelques exceptions près, comme Heidelberg) dans les villes de résidence des princes35. Quant à ces dernières, elles constituent, certes, des centres politiques et administratifs importants, mais elles ne sont pourtant pas les seules à remplir de telles fonctions (ainsi les chefs-lieux des parties territoriales qui ont su garder un fort degré d’autonomie forment une sorte de niveau intermédiaire, ni véritables capitales ni simples lieux subordonnés). D’ailleurs, ce n’est que tardivement que les villes de résidence conquièrent une position importante dans la hiérarchie du réseau urbain où elles prennent, au xviiie siècle, la place des grandes villes marchandes qui avaient dominé auparavant36. Mais même à cette époque tardive, elles ne sont pas des centres à tous les points de vue. Certes, elles concentrent de plus en plus une force culturelle remarquable, et c’est également à partir d’elles que s’organisent les réseaux dynastiques (qu’il est possible d’étudier, entre autres, à partir des pratiques épistolaires féminines37). Au niveau religieux, en revanche, elles n’occupent souvent qu’un rang subordonné (du moins dans les territoires catholiques). Les principautés ecclésiastiques sont un exemple extrême de cette situation : la résidence du prince-évêque est rarement le centre de son ressort spirituel, ce dernier se situant souvent dans une ville libre, c’est-à-dire dans un espace échappant à son pouvoir temporel38.

  • 39 Collet 2011.
  • 40 Garner 2005 ; voir également l’article synthétique de Guillaume Garner proposé dans le présent volu (...)
  • 41 Behringer 2003, p. 464-467.

14Le modèle du réseau multipolaire s’applique donc dans de nombreux domaines – et le pluriel s’impose d’autant plus que chaque espace se compose de plusieurs strates dont les jointures peuvent changer en fonction de l’échelle à laquelle on se situe. Ainsi, l’espace économique est d’abord territorial, notamment en ce qui concerne la pratique douanière ou le développement de nouveaux modes de production comme les manufactures ; il est aussi inter- ou supra-territorial pour les flux commerciaux ou quand il s’agit de se protéger contre des menaces (par exemple en établissant des blocus de blé comme le font certains Cercles lors de la famine de 1770-177239) ; mais il est impérial pour l’organisation des grandes foires à Francfort ou Leipzig et de plus en plus aussi pour la pensée caméraliste qui se heurte aux contradictions de la disposition territoriale40. Autrement dit, ce millefeuille de réseaux aux nœuds mouvants présente lui aussi des plis transversaux qui désobéissent à la simple opposition entre l’impérial et le territorial, comme dans le cas de la poste dont les deux versants – la Poste impériale des Thurn et Taxis et ses concurrents territoriaux qui se développent dans le Brunswick, en Hesse-Kassel, dans le Brandebourg ou en Saxe – s’affrontent certes en une compétition acharnée, mais coopèrent aussi pour proposer à leurs usagers le réseau de parcours le plus complet41.

Espaces et fractalité – le jeu multiscalaire de la spatialité

  • 42 Mandelbrot 1975.
  • 43 Pour un premier rapprochement entre espace et fractalité à propos du Saint-Empire voir Duhamelle 20 (...)

15Il n’est donc pas étonnant que la recherche sur les espaces du Saint-Empire ait régulièrement recouru ces dernières années au modèle du réseau pour décrire le fonctionnement d’une configuration spatiale multidimensionnelle et multiscalaire. Ce modèle permet de très bien saisir la distribution plurielle des lieux et les liens qui se tissent entre eux, et il permet aussi de penser les différentes couches de l’espace qui se superposent sans forcement se recouper. En revanche, sa force analytique est plus faible quand il s’agit d’intégrer également les entrelacements qui se produisent entre tous ces niveaux. C’est exactement là qu’intervient la métaphore du fractal qui, en fait, emprunte à la théorie mathématique trois caractéristiques centrales d’une forme fractale42 pour les confronter et les adapter à la réalité du Saint-Empire. Ces trois caractéristiques sont : a) l’autosimilarité qui veut que, en regardant un objet à différentes échelles, nous observons des choses qui se ressemblent ; b) l’absence d’un principe organisateur régulier (par exemple symétrique ou hiérarchique) qui fait que ce que nous rencontrons en passant d’une échelle à l’autre, ne peut être identifié comme un niveau « supérieur » ou « inférieur », en tout cas irréductible au niveau précédent ; et c) l’existence d’une fluidité qui relie entre eux tous les niveaux de l’objet que nous observons, sans distinguer des seuils séparant nettement un ordre spatial d’un autre. Or, cette figure permet-elle également de mieux appréhender les formes spécifiques des espaces du Saint-Empire43 ? Reprenons donc ces trois éléments un par un :

    • 44 Voir par exemple les cartes de Blaschke et Jäschke 2009.

    l’autosimilarité : il n’est d’abord pas très difficile de constater que les espaces du Saint-Empire affichent un peu partout les mêmes caractéristiques. Perméabilité des frontières, superposition et imbrication d’espaces de différentes natures (juridiques, administratifs, confessionnels, économiques, etc.), espaces composites qui se situent loin de l’idéal du territorium clausum, notamment à cause de l’omniprésence des enclaves et des exclaves – tous ces éléments se retrouvent à la fois aux niveaux impérial et territorial, et ceci indépendamment du fait que nous nous situons dans les parties les plus homogènes de l’Empire ou dans ses contrées les plus disparates (par exemple, dans le Sud-Ouest, dans la région située entre la Hesse et la Thuringe, ou en Franconie). Ce jeu se poursuit même au niveau local, où il n’est pas rare qu’un même village appartienne à plusieurs seigneurs ou que les ressorts juridiques et ecclésiastiques dont il relève ne soient pas identiques44. Peu importe la focale d’observation, les phénomènes spatiaux qu’on rencontre se ressemblent donc partout (sans pour autant être parfaitement les mêmes).

  1. une hiérarchisation imparfaite des échelles : car, effectivement, le principe organisateur selon lequel s’agencent ces espaces en passant d’une échelle à l’autre, n’est ni symétrique ni hiérarchique. L’absence d’une capitale au niveau impérial se heurte à la position forte des villes de résidence au niveau territorial, la place de ces dernières s’inscrivant cependant dans la même pluralité des réseaux qui produit ses effets également à l’échelle impériale. Situées dans un entre-deux qui change ses contours concrets en fonction des configurations locales et régionales, des structures comme les Cercles affaiblissent, en outre, l’idée d’une opposition nette entre l’impérial et le territorial, de sorte qu’il devient impossible de voir dans l’un le simple reflet de l’autre dans une relation spéculaire et bipolaire. De surcroît, ce qui vaut dans le sens vertical vaut encore davantage dans le sens horizontal : les phénomènes spatiaux rencontrés dans tel ou tel territoire peuvent, certes, se ressembler, mais ils ne sont pas pour autant les mêmes. Les territoires sont de tailles fort différentes, leurs contours sont plus ou moins déchiquetés, ils sont composés d’un nombre changeant de parties différentes, dont le degré d’intégration interne est variable (degré qui peut d’ailleurs changer, dans le cas d’un seul et même territoire, selon le type d’espace considéré) – bref, nulle part on ne peut constater une simple répétition (ou inversion) de ce que l’on peut observer ailleurs. Puisque la structure du Saint-Empire n’est pyramidale que sous l’angle de ses liens féodaux, l’organisation spatiale n’y suit nulle part un principe régulier, symétrique ou hiérarchique, qui s’appliquerait partout de la même façon.

    • 45 Il est bien curieux de constater que ces pratiques politiques de la frontière sont restées jusqu’à (...)
    • 46 Les mêmes mécanismes sont décrits par lui à l’exemple des pèlerinages transfrontaliers dans l’Eichs (...)

    la fluidité partout : enfin, troisième élément, les espaces du Saint-Empire se démarquent par une fluidité entre toutes ces échelles, même si cet élément est peut-être celui qui est le plus difficile à saisir. Car il ne correspond pas à une réalité spatiale à proprement parler mais émerge uniquement des pratiques des acteurs, étant entendu que celles-ci revêtent toujours aussi une dimension spatiale. Prenons, pour exemple, les innombrables circuits des frontières destinés soit à vérifier le tracé des limites soit à le rétablir en cas de conflit45. Activités spatialisantes par excellence, ces pratiques servent d’abord à séparer et donc à construire deux entités territoriales distinctes. Au premier abord, elles sont donc une affaire exclusive des territoires. Mais, d’une part, le territorial n’existe ici qu’à travers le local, où se jouent la fabrique de la démarcation et son inscription dans une possessio concrète fondant le droit, et, d’autre part, ces pratiques s’inscrivent toujours dans un espace de références ouvert aux autres et indexé au droit partagé qui se situe au principe du pouvoir de chacun. Par l’application des mêmes pratiques de construction des limites ou par le renvoi commun au droit d’Empire, qui se porte garant des résultats obtenus, les acteurs créent donc un espace mutuel qui est un espace d’action, mais aussi un espace de principes partagés, et qui relie à chaque fois de nouveau les trois niveaux : local, territorial et impérial. Autrement dit, les frontières et les pratiques mises en œuvre sont une véritable « fabrique du fractal » (pour reprendre une expression de Christophe Duhamelle46), c’est-à-dire qu’elles alimentent un jeu constamment renouvelé de mises en relation transversales qui, sans que les acteurs s’en aperçoivent forcément, confirment et transgressent à la fois les démarcations que ces acteurs sont en train de construire.

  • 47 En prenant en compte le fait que les sciences sociales pensent l’espace per se comme une donnée dyn (...)

16La notion de « fractalité », nous semble-t-il, peut donc être considérée comme un outil propice à une meilleure compréhension des structures spatiales du Saint-Empire. Car pour penser ces espaces, on ne peut finalement pas se satisfaire de recourir à des expressions trop évidentes comme celles, par exemple, d’espaces « fragmentés » ou « morcelés ». Ces expressions passent en effet à côté de quelque chose d’essentiel : la fragmentation n’implique pas forcément une densité subtile de relations verticales et horizontales, et le morcellement semble renvoyer à une disposition aléatoire dont les parties s’organisent sans aucune cohérence. À partir du moment où nous pensons l’espace comme une construction sociale, le concevoir sans relations entre les éléments qui le constituent devient pourtant impossible. Il s’agit donc de changer la perspective, tout en se gardant de remplacer ces expressions par un simple jeu notionnel. C’est pourquoi nous hésitons à parler d’« espaces fractals » puisqu’il ne s’agit pas d’essentialiser un concept et d’en faire une structure préexistante à l’action humaine. La notion est d’abord une tentative de décrire des liens entre des acteurs qui se situent à différents niveaux et dont les interactions complexes produisent des configurations spécifiques de l’espace que l’on pourrait désigner comme « fractales ». Mais la « fractalité » elle-même ne se réduit pas à de telles formes spatiales : elle englobe un univers plus large qui émerge d’abord de la communication et de l’échange. Elle ne s’exprime donc pas prioritairement dans une matérialité de l’espace, mais engendre des effets spatiaux qui, par exemple, émanent de pratiques locales comme la construction des frontières territoriales. En d’autres termes, parler de la « fractalité » des espaces du Saint-Empire, c’est essayer de réunir dans un concept analytique le caractère pluriel et multiscalaire d’une structuration spatiale qui n’a pas de réalité en dehors des pratiques des acteurs qui la constituent et la réactualisent constamment ; c’est donc également essayer de penser ensemble la chasse gardée des « historiens de l’Empire » et celle des « historiens des territoires » pour faire de l’espace impérial tout entier l’objet d’une véritable histoire sociale. C’est ce que nous voudrions essayer d’esquisser, dans une troisième et dernière partie, à l’exemple de la justice pénale47.

La « fractalité » de l’espace comme pratique sociale : l’exemple de la justice pénale

  • 48 Schroeder 2000 ; Schroeder 1986.

17Comme pour d’autres objets, l’hétérogénéité des espaces de la justice dans le Saint-Empire s’inscrit apparemment dans un antagonisme net entre les niveaux impérial et territorial. En fait, depuis 1532, l’Empire dispose en principe d’un code pénal universel, la Constitutio Criminalis Carolina, ou grande ordonnance criminelle de Charles Quint, appelée ainsi d’après l’empereur sous le règne duquel elle a été promulguée. Évidemment, la Caroline n’est impériale que par son nom, car elle s’appuie en fait sur une législation territoriale plus ancienne (et notamment la Halsgerichtsordnung ou ordonnance criminelle publiée en 1507 dans la principauté-évêché de Bamberg) avec laquelle elle partage l’objectif d’une harmonisation et d’une professionnalisation de la pratique judiciaire par la réception du droit romain. D’ailleurs, l’influence du territorial ne s’arrête pas là. En fait, une clause de sauvegarde, introduite pour calmer les craintes émises par certains princes territoriaux lors de sa négociation à la Diète, limite le champ d’application de la loi à ceux qui acceptent de la substituer aux droits locaux déjà existants (ce qui est surtout le cas des petits états d’Empire et des villes libres)48.

18La configuration spatiale ainsi constituée n’est donc pas marquée par des liens de complémentarité ou de subsidiarité (ce qui serait le cas si le niveau impérial intervenait là où le niveau territorial reste inactif), mais reflète surtout les rapports de force entre l’empereur et les grands territoires qui réussissent à sauver leurs prérogatives dans un domaine qui touche au cœur même de la supériorité territoriale : le droit régalien de la haute justice. Cela ne veut pourtant pas dire qu’il faudra considérer l’espace de la justice pénale comme strictement « territorial » là où la Caroline n’est pas appliquée. La loi impériale développe en fait un important effet unificateur. La plupart des législations territoriales promulguées postérieurement (comme les Halsgerichtsordnungen hessoise de 1535 et bavaroise de 1544 ou les Constitutionen saxonnes de 1572, mais aussi les grandes Landesordnungen ou ordonnances territoriales qui émergent dans la plupart des grands et moyens territoires et concernent régulièrement aussi le domaine pénal) s’inscrivent souvent dans son sillon, en reprenant par exemple les normes procédurales ou la définition des délits et des peines.

19Mais surtout, comme dans d’autres domaines, on aurait du mal à délimiter de manière nette un espace « territorial » du droit pénal, car, au gré des recompositions spatiales permanentes, le champ d’application des codifications territoriales se heurte, à l’instar de ce qui se passe au niveau impérial, aux droits concurrents plus anciens. Prenons pour exemple la Saxe électorale, qui est pourtant l’un des espaces judiciaires les plus homogènes du Saint-Empire, nous y reviendrons (cf. illustration page suivante).

  • 49 Schmidt 1958.

20Même dans ce territoire important, on compte encore, au xviiie siècle, treize régimes constitutionnels différents et valables dans les diverses parties du territoire, par exemple dans les pays héréditaires des Wettin, les anciens territoires ecclésiastiques (Stifter) de Merseburg et Naumburg (qui sont restés immédiats et gouvernés entre 1657 et 1738 par des princes issus de branches collatérales), le Henneberg (qui, après l’administration commune avec les cousins ernestins entre 1583 et 1660, est partagé réellement entre les deux branches, ce qui ne change strictement rien au fait que toutes les lois locales restent en vigueur), le Querfurt (un territoire nouvellement créé à partir de plusieurs petits morceaux et qui obtient la qualité de principauté immédiate), les deux Lusace (Haute et Basse-Lusace, obtenues par le prince-électeur en 1635, mais qui restent des fiefs bohémiens et gardent la totalité de leurs droits anciens) ou le ganerbinat de Treffurt (gouverné en commun avec l’archevêché-électorat de Mayence et le landgraviat de Hesse-Kassel). Dans plusieurs de ces portions territoriales, le droit pénal ne s’appuie donc pas sur l’ordonnance criminelle saxonne de 1572 mais soit sur la Caroline, soit sur des droits locaux (par exemple, la Landesordmmg dans le Henneberg, les droits des cités réunies dans la Ligue des six villes en Haute-Lusace) soit sur des formes mixtes (à Treffurt, les jugements en première instance doivent se référer à la Caroline, mais le pourvoi en appel se fait respectivement auprès des tribunaux suprêmes des trois coadministrateurs qui jouissent tous du privilegium de non appellando, conférant à un état d’Empire le droit d’interdire à ses sujets de faire appel auprès des tribunaux d’Empire – ce qui n’empêche pourtant pas que les habitants gardent ici la possibilité de porter directement plainte devant la juridiction impériale)49.

Karlheinz Blaschke, Das Kurfürstentum Sachsen am Ende des Alten Reiches, 1790.

Philologisch-historische Klasse der Sächsischen Akademie der Wissenschaften zu Leipzig et Staatsbetrieb Geobasisinformation und Vermessung Sachsen (éd.), Atlas zur Geschichte und Landeskunde von Sachsen, carte C III 5. Dresde et Leipzig, 2005.

  • 50 La pratique elle-même est depuis très longtemps connue des historiens du droit qui lui ont consacré (...)

21La Saxe électorale ne constitue donc pas, à aucun moment de l’époque moderne, un espace uniforme de justice. Elle se présente, au contraire, – à l’instar d’autres régions de l’Empire – comme une mosaïque mêlant des zones de droits divers, impériaux, territoriaux, locaux. Pourtant, la réalité pénale à l’intérieur de ce conglomérat n’est pas complètement écrasée par les prescriptions parfois contradictoires issues de ces différentes sources du droit. Car la diversité est contrebalancée par un certain nombre de pratiques exerçant une force cohésive. La première d’entre elles est la jurisprudence qui s’opère dans un espace de savoirs partagés où circulent les écrits des grands juristes, par exemple ceux du célèbre magistrat leipzigois Benedikt Carpzov, dont la Practica nova Imperialis Saxonica rerum criminalium (1635) compte parmi les manuels de droit pénal les plus lus et les plus cités de toute l’époque moderne. D’évidence, cet espace du savoir juridique n’est ni territorial ni impérial, car il dépasse même largement l’Empire pour s’inscrire dans les flux des échanges savants au niveau européen. Cela n’est pas le cas d’une deuxième pratique dont les effets sont pourtant au moins aussi puissants. Il s’agit de l’ Aktenversendung (transmissio actorum), c’est-à-dire l’obligation – introduite elle aussi par la Caroline et reprise ensuite par de nombreuses législations territoriales – pour chaque tribunal local d’envoyer les pièces de l’enquête à une instance compétente au niveau territorial, généralement les facultés de droit des universités ou les chaires d’échevins (Schöppenstühle) liées à ces mêmes facultés, afin de solliciter son conseil. Cette pratique revient en fait à ce que toutes les sentences (et aussi les décisions intermédiaires concernant la mise en œuvre de la torture, par exemple) soient prononcées par des tribunaux centraux qui contrôlent l’activité des juridictions locales et réduisent les compétences de ces dernières en matière d’enquête et d’exécution des peines50.

  • 51 Lück 1997 ; Lück 1998.

22L’impact de cet instrument se fait évidemment d’abord sentir au niveau territorial. En Saxe, les autorités réussissent ainsi à obliger une grande partie des tribunaux locaux à se soumettre à ce dispositif, ce qui a pour résultat une régularité de la pratique judiciaire sensiblement plus grande ici que dans d’autres régions de l’Empire. Toutefois, les effets de l’Aktenversendung ne s’arrêtent pas aux frontières des territoires. D’abord, ceux-ci ne possèdent pas tous une université (même « collective » dans le cas où plusieurs portions territoriales produites par le jeu des divisions, comme en Thuringe, s’en partagent une, par exemple léna, université commune à toutes les principautés ernestines, Saxe-Eisenach, Saxe-Weimar, Saxe-Altenbourg, Saxe-Gotha, etc.). Ici, la pratique contribue donc à recréer, au niveau juridique, une unité de l’espace territorial qui n’existe pas (ou plus) au niveau politique. Mais, surtout, la consultation des facultés de droit s’inscrit, en fait, dans un considérable commerce inter- et supra-territorial. Ainsi, en Saxe, la consultation d’instances « étrangères » est, certes, strictement interdite aux tribunaux saxons, mais les facultés de droit et les chaires d’échevins à Leipzig et à Wittenberg restent ouvertes à tous ceux qui, venant d’ailleurs que de Saxe, s’acquittent des frais encourus51.

Aktenversendung dans quelques territoires du Saint-Empire aux xviie et xviiie siècles (tracé des frontières simplifié).

Base de la carte : « Deutschland 1789 bei Beginn der Franz. Revolution », in : Grosser Historischer Weltatlas, vol. 3 : Neuzeit, Munich, Bayerischer Schulbuch-Verlag, 1957, p. 144.

  • 52 Ces données proviennent des archives que nous avons consultées dans le cadre de notre projet de rec (...)

23Dans d’autres régions moins soumises à l’autorité territoriale saxonne, il n’est, par conséquent, pas rare de voir les tribunaux locaux se référer à plusieurs universités, parfois même au cours d’une seule enquête. Dans le comté de Wernigerode, on consulte ainsi principalement à Halle (université appartenant au Brandebourg-Prusse), mais aussi à léna ou à Helmstedt (Brunswick-Wolfenbüttel) ; dans le Henneberg, on se tourne facilement vers les facultés d’Iéna et de Leipzig (Saxe électorale) ; dans le Schwarzbourg on demande conseil à Halle ou à léna ; et à Treffurt, on envoie des dossiers à presque toute université ou académie se situant dans la région, à savoir Göttingen (Hanovre), Iéna, Halle, Erfurt (Mayence) ou Rinteln (depuis 1665 appartenant à la Hesse-Kassel)52.

  • 53 Rappelons que toute université dans l’Empire a besoin, pour exister, d’un privilège impérial, ce qu (...)

24On le voit donc bien : une pratique comme l’Aktenversendung provoque une multitude d’interactions qui permettent de dire que, dans le Saint-Empire, les espaces de la justice ne sont finalement ni impériaux ni territoriaux53. Ils ne s’organisent pas non plus selon le principe de la complémentarité ou du partage des tâches, mais d’une manière fractale. Car là aussi, la juxtaposition et la superposition produites par la multiplicité des références se sont finalement transformées en une configuration dominée par l’imbrication, et ceci par la force des liens transversaux fabriqués par la circulation des savoirs juridiques et des pratiques telles que l’envoi des dossiers aux facultés de droit. Espaces juridiques impériaux, territoriaux et locaux n’existent donc pas comme trois strates différentes, superposées et contradictoires, mais se mêlent dans un dispositif complexe où les niveaux se ressemblent sans être identiques et où le tout ne s’organise pas selon un autre principe que celui de la représentation de l’ensemble dans chacune de ses parties, et de la présence dans chacune d’elles de la possibilité du tout.

Conclusion

25L’étude des espaces compte, sans aucun doute, parmi les domaines les plus féconds de l’historiographie récente sur le Saint-Empire – et aussi parmi ceux dans lesquels l’impact de la recherche française sur le sujet peut être considéré comme particulièrement important, voire décisif. Traditionnellement conçues comme le simple reflet d’un pouvoir politique émietté, les formes spatiales spécifiques au Saint-Empire n’ont longtemps suscité, en Allemagne, ni l’intérêt des Landeshistoriker, trop attachés à l’image d’un espace territorial à chaque fois unique et isolé de son environnement, ni celui des Reichshistoriker qui – même s’ils relurent l’histoire impériale en congédiant l’idée classique d’une carcasse institutionnelle vide, dépecée par des territoires éparpillés – ont concentré leurs efforts presque uniquement sur les institutions impériales, en construisant une sorte de centre « virtuel » d’un Empire qui justement n’en avait pas ; ni enfin des historiens généralistes pour lesquels l’Empire reste aujourd’hui souvent un échelon peu intéressant et par conséquent guère pris en considération – voire pas du tout. Les travaux des historiens français ont contribué à défricher un terrain largement délaissé par leurs homologues allemands, en proposant, en prime de l’étude des réseaux, un moyen d’analyse fort et capable de mieux saisir la mise en relation spatiale d’un jeu complexe de rapports sociaux qui dépassaient régulièrement les délimitations de tel ou tel territoire et formaient, en se croisant et en se superposant, les liaisons sur lesquelles se reportaient quelques tensions élémentaires de la structure impériale : celle entre particularismes territoriaux et cohésion impériale, celle entre exigences restrictives et porosités réelles des frontières, ou celle entre forces centripètes et polycentrisme.

  • 54 Moraw 1989, p. 114.

26L’image d’un Empire formé de plusieurs réseaux multipolaires qui se superposent sans forcément se recouper souffre cependant d’une faiblesse : elle tient insuffisamment compte des liens qui se sont tissés à travers l’ensemble des échelles de l’Empire, c’est-à-dire non seulement entre les deux niveaux impérial et territorial, mais aussi à partir des étages « intermédiaires » formés par les multiples rapports intra-, inter- et supra-territoriaux (par exemple les Cercles ou la Poste) et le niveau local. Afin de mieux appréhender ces liens, nous avons proposé la notion du fractal dont les trois caractéristiques – l’autosimilarité, l’absence d’un principe organisateur régulier et la fluidité entre toutes les échelles d’observation – nous semblent bien refléter les modalités d’une dynamique constamment renouvelée de mises en relation transversales qui cependant ne se dégagent pas d’une structuration de l’espace préexistante à l’action humaine, mais d’un ensemble d’interactions, de communications et d’échanges. C’est l’exemple de la justice pénale qui a permis de donner des contours plus concrets à ses réflexions et de démontrer que l’analyse de la fractalité érige l’espace en élément essentiel pour comprendre que le Saint-Empire ne se réduit pas à une armature constitutionnelle et institutionnelle complexe et souvent illisible mais émerge d’abord et surtout d’un ensemble de pratiques qui en font un espace intégral de relations sociales constituant une « société globale » (Gesamtgesellschaft, selon la formule célèbre de Peter Moraw54) produite par l’ensemble de ses acteurs.

Notes

1 Ce texte, dont la rédaction a été terminée fin 2015, ne cite que la littérature parue jusqu’à ce moment. Son objet a été repris et élargi dans Bretschneider et Duhamelle 2016.

2 Pour un état de la recherche sur l’histoire impériale : Schnettger 2002a ; Bretschneider et Garner 2013 ; pour un état de la recherche sur l’histoire territoriale : Buchholz 1998.

3 Un exemple significatif : Reinhard 1999 ; voir également les remarques concises de Meumann et Pröve 2004.

4 Schmidt 1999.

5 Ce constat reste valable, même si les recherches récentes y ont apporté quelques nuances importantes, comme le montre bien le manuel de Bahlcke 2012.

6 Duhamelle 2005.

7 Oberkrome 1993 ; Sprengel 1996 ; Köster 2002.

8 Irsigler 1996 ; Holzfurtner 2001. On assiste dernièrement à un nouvel intérêt historique pour l’espace territorial, motivé cette fois-ci par une conception constructiviste de l’espace qui étudie les pratiques concrètes qui l’ont produit : Rutz 2015.

9 Voir, entre autres, les contributions dans Brakensiek et Flügel 2000 ; Freitag 2004.

10 Pour ne citer que deux ouvrages : Schlögel 2003 ; Döring et Thielmann 2008.

11 Rau 2013 qui s’appuie notamment sur les travaux de la sociologue Löw 2001 (traduction française : Löw 2015).

12 Par exemple Stollberg-Rilinger 2009 ; Stollberg-Rilinger 2013a.

13 Duhamelle 2004 ; Lebeau 2004a ; Miard-Delacroix et al. 2010.

14 Schnettger 2004 ; Ulbrich 1991 ; Ulbrich 1993 ; voir également Noël 1966, p. 333-346.

15 Stollberg-Rilinger 2006.

16 Ulbrich 1993, p. 141.

17 Motsch 2001, p. 407 sq.

18 Behringer 2003. Voir aussi en français Behringer 2013.

19 Noël 1997.

20 Jendorff 2010.

21 Willoweit 1975.

22 Voir les contributions dans Riedenauer 1994.

23 Schmale 2004 ; Chassagnette 2009. Voir également la contribution d’Axelle Chassagnette au présent ouvrage.

24 Duhamelle 2010b.

25 Ulbrich 1993 ; Motsch 2001 ; Wäntig 2007.

26 Oelze 2011 ainsi que les contributions dans Bretschneider 2011a.

27 Wäntig 2007 sur la frontière entre la Saxe et la Bohême ; Duhamelle 2011 sur les frontières de l’Eichsfeld.

28 Parmi ces pratiques, on peut également citer le retour clandestin après l’exécution d’une peine de bannissement : Bretschneider 2014.

29 Groebner 2004. Voir également la contribution de Luca Scholz au présent ouvrage.

30 Härter 2011.

31 Duhamelle 2010b, p. 110.

32 Dotzauer 1998 ; Wüst 2000 ; Wüst et Müller 2011.

33 Sack 1986.

34 Monnet 2004.

35 Sur les différents espaces intellectuels qui s’entendent également au sens des répartitions spatiales : Saada 2003.

36 François 1978.

37 Keller 2004a.

38 Sur la Germania Sacra – un espace dont la recherche a longtemps souligné le retard des évolutions politiques, administratives ou économiques par rapport aux grands territoires laïcs, ce qui est mis en doute par de plus en plus de recherches récentes – voir par exemple Andermann 2004 ; Braun et al. 2008.

39 Collet 2011.

40 Garner 2005 ; voir également l’article synthétique de Guillaume Garner proposé dans le présent volume.

41 Behringer 2003, p. 464-467.

42 Mandelbrot 1975.

43 Pour un premier rapprochement entre espace et fractalité à propos du Saint-Empire voir Duhamelle 2010a, p. 203-208.

44 Voir par exemple les cartes de Blaschke et Jäschke 2009.

45 Il est bien curieux de constater que ces pratiques politiques de la frontière sont restées jusqu’à récemment quasiment inexplorées par la recherche historique allemande, alors que chaque visiteur des archives régionales outre-Rhin peut se convaincre très facilement de l’abondance des sources sur ce sujet. Voir désormais Rutz 2014.

46 Les mêmes mécanismes sont décrits par lui à l’exemple des pèlerinages transfrontaliers dans l’Eichsfeld, une région thuringienne appartenant à l’archevêché-électorat de Mayence : Duhamelle 2010a, notamment p. 153-179.

47 En prenant en compte le fait que les sciences sociales pensent l’espace per se comme une donnée dynamique et relationnelle qui se tisse à travers les pratiques des acteurs, leurs interactions et leurs interdépendances, il devient alors possible de parler d’« espaces fractals » entendus comme une forme spécifique de la spatialisation de l’agir social qui, à la fois, produit ces espaces et est façonné par eux. Voir pour ce débat autour de l’espace, entre autres, la synthèse de Bourdelais et Lepetit 1986 et les remarques tout à fait lucides de Morsel 2006.

48 Schroeder 2000 ; Schroeder 1986.

49 Schmidt 1958.

50 La pratique elle-même est depuis très longtemps connue des historiens du droit qui lui ont consacré un nombre important d’études locales destinées généralement à analyser la jurisprudence de telle ou telle faculté ou chaire d’échevins. Ses effets pour la fabrication d’un espace impérial du droit et des pratiques pénales n’ont pourtant été que très récemment découverts par la recherche : Amend 2008.

51 Lück 1997 ; Lück 1998.

52 Ces données proviennent des archives que nous avons consultées dans le cadre de notre projet de recherche actuel portant sur l’histoire du bannissement dans le Saint-Empire à l’époque moderne ; pour des simples raisons de place, nous renonçons à en donner ici les références détaillées.

53 Rappelons que toute université dans l’Empire a besoin, pour exister, d’un privilège impérial, ce qui introduit une dimension impériale supplémentaire, au-delà du droit de la procédure tel qu’il a été défini par la Caroline, dans un domaine que l’on a encore trop l’habitude de caractériser comme exclusivement territorial.

54 Moraw 1989, p. 114.

Auteur

École des hautes études en sciences sociales
Centre Georg Simmel, UMR 8131
(1974) a obtenu son doctorat en 2005 à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et à l’université technique de Dresde. Depuis 2008 il est maître de conférences à l’EHESS. Ses recherches portent sur l’histoire sociale des pratiques pénales à l’époque moderne et l’histoire des espaces du Saint-Empire. Parmi ses publications : avec Christophe Duhamelle, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung, 43, 2016/4, p. 703-746 ; avec Guillaume Garner et Pierre Monnet (dir.), « Le Saint-Empire à l’époque moderne/Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 14, 2013 (en ligne) ; (dir.), « Praxis der Grenze – Konflikte und Umgänge mit Territorialgrenzen im Alten Reich », Jahrbuch für Regionalgeschichte, 29, 2011, p. 35-110.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search