Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Pour une histoire économique et sociale du Saint-Empire

« Bourgeois d’Empire » et « plénitude du pouvoir impérial »

Fabricants privilégiés de Nuremberg entre histoire sociale et histoire de l’Empire

Vincent Demont

Texte intégral

  • 1 Hahn 1991, p. 34 ; « bourgeois d’Empire », ou « bourgeois libre du Saint-Empire », est une dénomina (...)
  • 2 Par exemple Brakensiek 2014 qui, de manière révélatrice, emploie Fürstenstaat (État princier) et Ét (...)

1« Nous sommes de libres bourgeois d’Empire, et personne n’a rien à nous ordonner1. » S’appuyer sur ce type de phrase – celle-ci a été notée par le pasteur de Wetzlar en 1749 – pour illustrer l’usage de traditionnelles « libertés germaniques » ou, avec plus de précision, parler d’une conscience particulière de l’Empire dans les villes libres, est relativement aisé. Ancrer ces libertés ou cette conscience dans l’étude de pratiques et d’usages concrets est une autre paire de manches. Et pourtant, croiser les perspectives de l’histoire de l’Empire et de l’histoire sociale offre un moyen de mettre en perspective certaines des évolutions historiographiques des dernières décennies, et de développer quelques réflexions sur des pistes de recherche nouvelles. Si l’on a redécouvert et discuté des formes de la construction étatique impériale, et produit des travaux d’histoire sociale liant villes et états territoriaux2, l’interrogation du lien entre villes libres et Empire, au moins dans le champ de l’histoire sociale, a été assez largement perdue de vue. Le présent texte cherche à expliquer cette lacune, en même temps qu’à proposer, par une étude de cas, quelques pistes pour la dépasser.

Histoire sociale et histoire de l’Empire : les difficultés d’une rencontre

  • 3 Schilling 1993, p. 39 ; Whaley 2012, vol. 1, p. 532-533.

2Dans une synthèse déjà ancienne, Heinz Schilling faisait de la distinction stricte entre villes qui relèvent directement de l’Empire et villes incluses dans un territoire, une conséquence des processus de construction étatique de l’époque moderne, et de la création de situations dérogatoires aux paix de séparation confessionnelle de 1555 et de 16483. Il n’est guère besoin de forcer le trait pour affirmer que, de cette position spécifique dans l’édifice impérial, on semble avoir glissé vers une position spécifique dans l’historiographie consacrée à l’Empire. Cet état de fait peut, nous semble-t-il, être expliqué par trois raisons principales.

  • 4 Schilling 1985 ; François 1985-
  • 5 Demont 2007, p. 76.
  • 6 Reinhard 1996a, p. xvi-xviii.
  • 7 Friedrichs 1979, p. 21 et 286.
  • 8 Reiβmann 1975 ; Frange 1963 ; Meyer-Stoll 1989.
  • 9 Wiest 1968, p. 4 et 59.
  • 10 Wendehorst et Westphal 2003, p. 6. Sur les difficultés induites par l’usage du terme de « personnel (...)

3La première relève simplement de l’évolution des intérêts historiographiques, et du décalage chronologique existant entre les principaux travaux d’histoire sociale urbaine et les grandes recherches sur l’histoire de l’Empire. L’année 1985, parce qu’elle voit à la fois la parution d’un bilan majeur des recherches menées sur les élites urbaines allemandes et la fondation de la Société d’étude de la Chambre de justice impériale, apparaît comme une date commode pour saisir ce croisement des intérêts4. La suite est si bien connue qu’on peut se contenter de l’esquisser à gros traits : un relatif oubli des problématiques d’histoire sociale d’une part et, de l’autre, la parution de plus d’une centaine d’inventaires d’archives, et de plusieurs milliers de publications sur l’un ou l’autre des tribunaux d’Empire5. Cette quasi-succession des perspectives a eu une conséquence claire : il existe peu, très peu, d’histoires sociales de villes libres qui prennent en compte la dimension impériale. Multiplier les exemples n’a pas grand intérêt. On peut toutefois noter que la monumentale prosopographie des élites augsbourgeoises dirigée par Wolfgang Reinhard ne prend guère en compte de sources extérieures à la ville, dont aucune relevant de l’Empire6, et que l’étude de Nördlingen par Christopher Friedrichs n’évoque qu’une fois chacun des deux tribunaux d’Empire, sans en utiliser les fonds7. En d’autres lieux et avec d’autres méthodes, les études consacrées aux milieux marchands de Lübeck, Hambourg et Brême font pareillement l’impasse sur l’environnement extra-urbain8. L’histoire de l’artisanat nurembergeois proposée par Ekkehard Wiest peut évoquer des sources d’origine impériale, mais pour rejeter leur exploitation9. Réciproquement, on a pu faire le constat que l’étude du « personnel d’Empire » (même si celui-ci, compte tenu de l’extrême complexité des mécanismes de sa nomination, est bien difficile à définir) restait au mieux un « produit annexe » de l’analyse des institutions impériales10. L’examen des élites et populations urbaines est pris dans le cadre local, tandis que l’étude des institutions impériales ne s’incarne ni dans des individus ni dans des corps sociaux.

  • 11 Hahn 1991, p. 28.
  • 12 François 1985.
  • 13 Brunner 1963, p. 343.
  • 14 Looz-Corswarem 1985, p. 433 ; à défaut d’études systématiques, plusieurs dictionnaires ou monograph (...)
  • 15 Schnettger 2008b, p. 626.
  • 16 Riedenauer 1968.

4Le deuxième obstacle majeur est le couvercle mis sur les trajectoires sociales individuelles ou familiales par l’existence, dans une bonne partie des villes libres, de structures patriciennes. Sur celles-ci se brisent non seulement les désirs de participation politique de divers groupes urbains, mais aussi nombre d’espoirs, individuels ou familiaux, d’ascension sociale. La conséquence la plus étonnante, pour le lecteur français, de l’existence de ces patriciats, est sans doute la fragmentation des configurations urbaines qu’elle occasionne. Selon les lieux, le degré de clôture de ces oligarchies municipales est en effet très variable. Nuremberg et Francfort ont des patriciats fermés, ce qui est beaucoup moins le cas de Cologne, et pas du tout de Hambourg. Dans les petites villes, les structures patriciennes ne sont démographiquement pas viables, mais leur effondrement, comme à Wetzlar, ne fait pas disparaître les tendances oligarchiques : la Chambre de justice impériale, qui y est installée, considère le conseil de ville comme complètement endogame11. On pourrait recenser à l’infini les différences d’une place à l’autre, d’autant que la singularité de chacune trouve un fort écho historiographique. Le constat dressé en 1985 par Étienne François reste à cet égard parfaitement valable : la forme monographique donnée aux histoires de villes conduit à mettre en avant les différences plus qu’à dégager les similitudes12. Peu importe à vrai dire. L’essentiel, dans notre perspective, est que ces patriciats ou oligarchies affirmées, bien qu’elles n’excluent pas l’existence de formes de participation à des échelons inférieurs13, ferment l’étude de trajectoires sociales ou de cursus de notabilité, et ôtent de l’intérêt à leur examen. L’opportunité, pour construire de tels parcours, de « pas de côté » à l’extérieur de la ville ou auprès d’institutions relevant d’un ordre extra-urbain, peine donc à être saisie au-delà de quelques populations particulières : on pense bien sûr aux juristes, qui se multiplient dans les conseils de ville et que l’on voit, comme Goethe, faire des stages auprès d’institutions impériales, ou aux artistes privilégiés par les cours princières ou impériales14. Ces pistes ne dessinent pourtant pas un tableau d’ensemble. Comme le notait Matthias Schnettger en 2008, « la densité des échanges [de personnel] entre les différents territoires de l’Empire, mais aussi avec les institutions impériales, n’a jusqu’ici qu’à peine été questionnée de manière systématique15 ». On peut bien sûr soupçonner que, d’une manière ou d’une autre (corruption, octroi de privilèges mais aussi, parfois, politique de réforme constitutionnelle), ces patriciats aient partie liée avec le pouvoir impérial16. En rester là postulerait, sans même tenter l’enquête, l’incapacité des structures impériales à influencer directement plus qu’une stricte élite municipale.

  • 17 Petry 2011, p. 23-24.
  • 18 Ortlieb 2001, p. 13 et 73.
  • 19 Notons aussi que les commissions impériales ne représentent qu’une petite part des interventions de (...)

5Le dernier obstacle découle des deux premiers. On a, d’une part, deux historiographies distinctes et, d’autre part, deux objets que l’on ne croise qu’avec difficulté. Or la rencontre, lorsqu’elle se fait, passe bien souvent par un rapport particulier à la chronologie. Consciemment ou non, le regard se concentre sur des « temps » privilégiés. Au premier rang de ceux-ci, on trouve bien sûr les conflits politiques, qui ont touché 70 % des villes libres à l’époque moderne, et constituent de remarquables opportunités documentaires17 – d’ailleurs bien mieux étudiées pour les villes d’Empire que pour d’autres territoires18. Mais cette perspective entraîne peut-être un double biais : d’une part, parce que l’on a souvent mis en avant, dans l’étude des commissions impériales chargées d’arbitrer ces conflits, l’activité proprement politique ou constitutionnelle au détriment de ce qui semblait plus technique, et, d’autre part, parce que des conflits suffisamment graves pour justifier l’envoi d’une commission impériale exacerbent peut-être les fronts autant qu’ils les révèlent, ou font du moins passer à l’arrière-plan des formes quotidiennes d’échange ou de continuité entre populations urbaines et pouvoirs municipaux19.

Fonds des « grâces et droits féodaux » du Conseil impérial aulique et échantillon nurembergeois

  • 20 Le fonds est conservé au Österreichisches Staatsarchiv, Haus-, Hof- und Staatsarchiv (HHStA) de Vie (...)
  • 21 Le catalogage moderne des archives du tribunal de la Chambre de justice impériale, dispersées depui (...)
  • 22 Les privilèges étaient l’une des expressions de cette « plénitude du pouvoir impérial », et leur ré (...)
  • 23 Ortlieb 2007, p. 180-182. L’article contient une présentation concise, mais très parlante, du fonds (...)

6Penser l’articulation de l’histoire sociale urbaine et des formes impériales de construction étatique oblige donc à se confronter à ces trois obstacles : la chronologie différenciée des intérêts scientifiques, la prise en compte de groupes sociaux infrapatriciens et peut-être inframunicipaux, et la place du quotidien et de l’événement dans les relations sociales intra-urbaines. Un fonds permet, nous semble-t-il, de rendre ces questionnements opératoires, celui des « grâces et droits féodaux » (Gratialia et Feudalia) du Conseil impérial aulique20. L’appréhension de ce conseil, dans le grand chantier que constitue l’exploration des institutions de l’Empire, est encore récente et incomplète. Le décalage de chronologie et de nature entre le catalogage des fonds judiciaires du Conseil impérial aulique et de la Chambre de justice impériale est saisissant21. Rappelons cependant qu’à la différence de cette dernière, le conseil aulique ne dépend que de l’empereur. Ses archives permettent donc, au-delà du strict exercice de la justice, d’examiner les modalités d’octroi, d’administration et de vente des grâces, privilèges et fiefs qu’accorde celui-ci – bref, de comprendre le fonctionnement concret de prérogatives relevant de la « plénitude du pouvoir impérial22 ». Eva Ortlieb a même montré que c’était ce type d’activités qui constituait l’activité majeure du conseil aulique aux premiers temps de son existence23. L’octroi de la grâce impériale pourrait de plus être un matériau de choix pour une étude géographiquement différenciée de l’Empire. C’est en tout cas ce que suggérait, en 1772, le juriste et publiciste Johann Jakob Moser :

  • 24 Moser 1772, 1re partie, p. 530.

« Les causes sur lesquels les empereurs ont eu ou ont encore coutume d’octroyer des privilèges sont en nombre très considérable, et si quelqu’un collectait tous les genres de privilèges jamais octroyés par l’empereur, ce ne serait pas seulement une bizarrerie, mais un travail à bien des égards utile [...] pour montrer deux choses : 1. Quel type de privilèges obtient-on de quel empereur ? 2. Quels privilèges chaque type d’état d’Empire s’est-il fait octroyer [...] ? Car les états mineurs [de l’Empire] peuvent produire une masse de privilèges impériaux bien plus importante que celle dont disposent les états plus puissants, qui sont pourtant en possession des mêmes droits qu’eux, voire de davantage24. »

  • 25 Voir HHStA Repertorium 1/28 (Alt 66), repris par Bittner 1936, vol. 1, p. 305-314.

7Surtout, l’architecture concrète des dossiers autorise une saisie conjointe de l’histoire de l’Empire et de celle des États qui le constituent. Les liasses conservées comprennent, en effet, autour des suppliques transmises au Conseil impérial aulique, non seulement le brouillon des privilèges octroyés, mais aussi divers rapports ou justificatifs fournis par les suppliants ou les autorités du territoire dans lequel ceux-ci résident. Elles inscrivent donc l’articulation des dimensions impériales et locales dans des cas précis, c’est-à-dire dans des chronologies individuelles, familiales ou professionnelles : l’événementiel politique n’est pas effacé, mais n’est plus premier. Par leur classement selon le type de grâce (fiefs, prébendes, privilèges, etc.), comme selon le domaine privilégié (privilèges d’impression, de pharmacie, sauf-conduits et lettres d’escorte, etc.), ces liasses dessinent enfin à gros traits des groupes sociaux ou professionnels – et si le découpage de ces groupes est grossier, du moins date-t-il pour l’essentiel d’avant 180625. En bref, la construction des documents permet de lire les requêtes et les octrois de privilèges non seulement comme forme de communication politique, mais aussi, de manière plus large, comme source d’histoire sociale.

  • 26 Petry 2011, p. 76 ; Winzen 2002, p. 75-87.
  • 27 Winzen 2002, p. 31-32.
  • 28 Voir le mémoire rédigé en 1729 par une commission de la ville de Nuremberg pour la défense des tréf (...)
  • 29 Wiest 1968, p. 59-60.

8La médaille a son revers : la segmentation des fonds et le classement, dans chacune des sous-séries, des dossiers par ordre alphabétique des bénéficiaires, sans égard pour la géographie ou la chronologie, ne facilitent guère la construction d’une vue d’ensemble. Il faut donc passer par l’étude de cas. Nous nous appuierons ici sur une enquête en cours menée sur les demandes et octrois de privilèges d’entreprise ainsi que de privilèges de médecine, ou de pharmacie, émanant de marchands-fabricants nurembergeois ou de leur bénéficiant. Le choix de Nuremberg n’est pas un hasard. Vue de l’extérieur, la cité franconienne est notoirement attentive aux relations entretenues avec l’Empire – elle est l’une des seules villes libres à entretenir à la fois un représentant permanent à Vienne et un autre à la Diète26. Au sein de celle-ci, elle s’engage volontiers pour défendre les intérêts de son industrie, et menace d’y produire les privilèges impériaux dont elle jouit27. On la voit faire de même lorsque les États des Habsbourg mettent en place une nouvelle politique douanière, et que l’empereur exclut ceux-ci de l’aire de validité des privilèges qu’il accorde28. Vue de l’intérieur au contraire, la société nurembergeoise ne semble guère faire de place à l’Empire. Selon Ekkehard Wiest, l’artisanat de cette métropole industrieuse n’aurait ainsi subi qu’une « influence extraordinairement faible de l’Empire comme corps législatif » – alors même que l’une des principales décisions d’Empire du xviiie siècle concerne l’artisanat (1731)29. Les documents pris en compte permettent de lever en partie ce paradoxe.

  • 30 Moraw 1976, p. 123-126.
  • 31 Peut-être faut-il ici distinguer le fonds des « grâces et droits féodaux » et les fonds judiciaires (...)
  • 32 Riedenauer 1968, p. 41.
  • 33 Petry 2011, p. 11-35, 177-182.
  • 34 Jusqu’à la fin de l’Empire, les seules saisies du conseil aulique à être jusqu’ici connues sont cel (...)

9Même s’il convient de rappeler qu’un privilège n’implique pas seulement celui auquel il profite, mais aussi ceux qui sont exclus du droit particulier qu’il définit ou se trouvent au contraire soumis à celui-ci, il faut bien commencer par reconnaître la modestie de l’échantillon : on recense à Nuremberg, pour toute la période moderne, moins de 200 bénéficiaires de privilèges d’entreprise – dans une ville qui, malgré son déclin démographique marqué, compte encore 30 000 habitants dans la première moitié du xviiie siècle. Cet échantillon apparaît cependant très significatif au regard de celui relevant d’autres lieux. Dans la sous-série des privilèges d’entreprise, de fabrique et d’artisanat, seuls les bourgeois d’Augsbourg tiennent une place comparable aux Nurembergeois, tandis que d’autres villes d’Empire et métropoles économiques ne sont que très faiblement présentes (Hambourg, Francfort-sur-le-Main ou Cologne), sans même parler d’États territoriaux plus marginaux encore. S’agissant de Nuremberg, l’idée d’une continuité, par-delà la création du conseil aulique en 1498, avec la « proximité » à l’empereur repérée pour la Franconie médiévale vient immédiatement à l’esprit30. La question se pose avec d’autant plus de force qu’on la retrouve, formulée ou non, à propos d’autres champs d’action du conseil aulique31. Les bourgeois d’Augsbourg et de Nuremberg reçoivent ainsi plus du tiers des titres de noblesse accordés par l’empereur à des bourgeois de villes libres32 ; c’est plus que dans toute autre cité. Les deux villes sont également des cas d’écoles pour comprendre le rôle du Conseil impérial aulique comme recours juridique, mais aussi comme instance permettant la densification des liens avec l’Empire et finalement l’intégration à celui-ci33. Bien que la question ne puisse être évitée, l’objet de ce texte n’est pourtant pas de prouver, ni moins encore d’expliquer, l’éventuelle persistance d’un gradient de participation dessinant des territoires « proches » et des territoires « éloignés » de l’Empire. Il nous suffit ici de noter que cet échantillon, pour restreint qu’il soit, contredit l’idée selon laquelle les artisans nurembergeois n’auraient que très exceptionnellement fait appel aux structures de l’Empire34, surtout si l’on se place dans l’un des secteurs d’activités au sein desquels les privilèges impériaux sont les plus fréquents (voir fig. page suivante).

Grâce impériale et société urbaine

  • 35 Cette manière de présenter les demandes ne correspond pas aux procédures réglementaires du Conseil (...)
  • 36 HHStA Rk – Kleinere Reichsstânde 379-12, p. 273-284 (courrier interne au conseil aulique, 18 décemb (...)
  • 37 HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien 9-S, fol. 112- 112v (23 février 171 (...)
  • 38 Une quinzaine d’années plus tard, les bourgeois d’une autre ville d’Empire d’Allemagne du Sud, Bibe (...)

10Ces recours au conseil aulique étaient surveillés comme le lait sur le feu par les instances municipales (conseil de ville, mais aussi Rugsamt, « office des réprimandes » ayant autorité sur les différents métiers de l’artisanat). Le cas du brasseur Lorenz Schmidleins est ici éclairant. Établi comme petit officier municipal après une vie d’aventures (greffier d’une compagnie de cuirassiers de la guerre de la ligue d’Augsbourg, il fit prisonniers deux Turcs), Schmidleins sollicite en 1715 un privilège impérial pour la production de sa bière ambrée, chose qui, pour une activité de cette nature, est sans précédent. En outre, sa demande ne suit pas le circuit devenu classique, à défaut d’être réglementaire – un passage par l’intermédiaire de l’agent de Nuremberg à Vienne, qui présente la demande au portier du conseil aulique35 – mais transite tout simplement par la poste. Parce que la demande semble singulièrement peu étayée (une simple attestation notariée remplace le classique avis motivé de la municipalité, et les types de grâce évoqués comme précédents restent – sans surprise – introuvables dans les archives du conseil), l’administration viennoise se retourne vers la ville36. Dès qu’elle reçoit la demande d’information du conseil aulique, la municipalité réagit vigoureusement et va interroger le brasseur : « Est-il au courant du courrier impérial ? Y est-il pour quelque chose ? Quels sont ses contacts ? » À cette dernière interrogation, Schmidleins répond « préférer qu’on lui épargne cette question, mais en cas de contrainte, être prêt à indiquer qu’il est passé par Rössel, secrétaire auprès de l’ancienne commission impériale chargée des fiefs37 ». La ville insiste : « Ne sait-il pas que les demandes à sa majesté l’empereur doivent passer soit à Vienne par l’un des agents locaux [et] par le portier du conseil aulique impérial, soit ici, par un notaire ? » Et Schmidleins, en reconnaissant qu’il a agi en pleine connaissance de cause (« Ce modus insinuandi ne lui est pas inconnu »), témoigne de la notoriété des procédures du Conseil impérial aulique dans la population nurembergeoise – ce qui évoque à nouveau l’idée d’une « proximité » particulière de la ville à l’Empire38. Le pauvre brasseur charge alors son commettant viennois :

« Pourquoi a-t-il utilisé ce procédé saugrenu ? Il ne sait pas pourquoi son commettant a fait cela. N’a-t-il pas présenté sa demande à Vienne par le biais d’un mémoire écrit ? Son commettant lui a transmis une instruction écrite à partir de laquelle il a rédigé un mémorial et lui en a envoyé une copie, mais qui n’était pas conforme aux instructions. »

  • 39 Schmidleins, cependant, ne semble guère abattu par ses déboires : en 1722, il adresse même, en comp (...)
  • 40 Stadtarchiv Nürnberg (StAN), E8 Handelsvorstand 4097, Nr. 8 (30 août 1738).
  • 41 StAN E8 Handelsvorstand 4097, Nr. 10 (10 septembre 1738). En 1721, un dénommé Werner, qui avait dem (...)

11La défense est osée ; il va sans dire qu’elle reste vaine39. En fait, l’affaire montre surtout l’attention que consacre la ville aux procédures qu’elle connaît et peut contrôler. La municipalité craint les suppliques adressées à tout-va : lorsqu’une quinzaine d’années plus tard elle refuse – sous la pression des épiciers – le droit de fabriquer sa propre cire à cacheter à un homme chassé de l’atelier de son frère, elle redoute que « cet individu presque désespéré ne provoque d’autres contrariétés et ne puisse même, en sous-main, s’en sortir muni d’un privilège impérial40 » ; et les épiciers s’inquiètent à leur tour que l’homme ne « pousse son point d’honneur [en français dans le texte] si loin qu’il ne s’adresse à la cour impériale, comme d’autres méchants désespérés l’ont fait [...], ce que les jurés du métier doivent (malheureusement !) laisser faire41 » – les fabricants de cire à cacheter figurant en effet parmi les artisans bénéficiant le plus régulièrement de privilèges (cf. fig. plus haut).

  • 42 StAN B 19 Reichsstadtische Deputation 135 (26 octobre 1689).
  • 43 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 12 (3 mars 1706).
  • 44 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 24v (29 avril 1709), p. 27 sq. (12 mai 1709).
  • 45 HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien, 6-K, p. 314-320 (11 juin 1709) ; StAN B 19 Reic (...)
  • 46 StAN B 19 Reichsstâdtische Deputation 184, p. 35 (12 juillet 1709).
  • 47 Le dernier privilège de cette nature à être renouvelé concerne la Pillula Immanuelis et date du 22  (...)

12Au début du xviiie siècle, un exemple que tous doivent avoir en tête montre le désordre que peut provoquer l’octroi non contrôlé de la grâce impériale : celui des privilèges de pharmacie ou de pharmacopée. Dans les dossiers de suppliques, universités ou cours princières s’y substituent en effet aux municipalités comme institutions appuyant la demande – si bien qu’il devient non seulement possible, mais relativement aisé de contourner le conseil de ville. Or, à la fin du xviie siècle, celui-ci avait limité à sept le nombre de pharmacies autorisées dans Nuremberg42. Au cours des années qui suivent, le conseil aulique accorde en nombre plus grand des privilèges pour la production et la commercialisation de remèdes divers (cf. fig. plus haut). La municipalité, sans y pouvoir grand-chose, se trouve donc placée en porte-à-faux au regard de l’empereur : en 1706, le collège médical de la ville demande au conseil de « priver d’effet » les privilèges impériaux, puisqu’ils contreviennent à ses décisions43. Le ton se durcit très vite. Ce même collège dénonce bientôt les « clandestins privilégiés », ou « clandestins privilégiés par l’empereur44 ». Quelques jours plus tard, l’un des accusés fait présenter son privilège au conseil de la ville – réquisitionnant pour cela un notaire de droit d’Empire auquel il enjoint de bien faire voir le « grand sceau » de l’Empire. Le conseil est alors extrêmement gêné : bien qu’il déclare considérer le document impérial « avec la vénération la plus humble de toutes », il encourage les pharmaciens à obtenir la confirmation de leurs statuts et la cassation des privilèges impériaux auprès de la cour impériale, et leur y promet même assistance45. Dans le même temps, il déclare aussi ne pas pouvoir punir les « clandestins » dotés d’un privilège, mais uniquement leur enjoindre d’en rester à la lettre de leur droit46. Prise entre l’empereur et ses propres décisions, la municipalité n’a plus qu’à noyer le poisson, sans grand effet d’ailleurs puisque le Conseil impérial aulique renouvelle avec constance les privilèges de pharmacie tout au long du XVIIIe siècle47.

  • 48 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 27 sq. (12 mai 1709).
  • 49 HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien, 2-C, D Konv. 3, p. 509-510 (19 mai 1716).
  • 50 Par exemple, le fabricant de la Pillula Immanuelis n’hésite pas à dénoncer un contrevenant à son pr (...)
  • 51 Voir, dans un contexte qui n’est pas celui d’une ville d’Empire mais montre en détail les tensions (...)

13Ce cas révèle aussi une réalité presque triviale : la détention d’une grâce impériale offre aux acteurs économiques des marges d’action qu’ils n’auraient probablement pas sans elle. Si l’on en croit le collège médical de la ville, les « clandestins privilégiés par l’empereur » ne respectent rien. Ils ignorent les prescriptions sur les mesures (ils font de la vente au détail, et parfois goutte par goutte pour les liquides), se livrent à de la publicité, et parfois à un démarchage éhonté autour de leurs produits : l’un aurait fait imprimer un petit livret pour faire la promotion de sa marchandise, « et donc joui de plus de liberté que ces messieurs les médecins et nous les pharmaciens de la ville », l’autre irait de maison en maison pour vendre ses produits, et n’hésiterait pas à faire figurer l’aigle de Nuremberg sur ses remèdes48 – bref, ils sont des « abeilles prédatrices » qui n’entendent rien aux impératifs de préservation de la police et du bon ordre urbain. Lorsqu’un dénommé Johann Duscher, quelques années plus tard, obtient un privilège impérial pour un « sucre de poitrine » que les confiseurs de la ville disent connaître de longue date, la première disposition que prend le conseil est de lui interdire tout affichage de l’aigle impériale et toute publicité dans les journaux49 – et de nombreux exemples prouvent que les craintes de la municipalité ne sont pas vaines50. Au vrai, rien ne dit que ces pratiques soient propres aux bénéficiaires de privilèges impériaux, tant on retrouve cette lutte des artisans ou marchands installés contre les forains dans d’autres villes51. Mais, qu’elle bénéficie à quelqu’un qui conteste ou mette en danger le bon ordre voulu par la municipalité ou, à l’inverse, à quelqu’un qui participe de cet ordre, la possession d’un privilège octroie des possibilités d’action non négligeables, et l’on comprend donc l’intérêt qu’il y a à afficher le soutien impérial sur les produits que l’on vend.

  • 52 Un mémoire remis au conseil réclame ainsi qu’en vertu des conclusions du Conseil impérial aulique, (...)
  • 53 Gebert 1917, p. 134.

14Les fabricants de miroirs privilégiés ne cessent, par exemple, dès l’obtention d’une grâce impériale pour les six fabriques nurembergeoises (1732), de réclamer que les pièces importées dans la ville soient, dès leur « descente de l’essieu », conservées dans la maison des douanes et de la pesée municipale, et non dans les entrepôts des marchands, et l’on voit que ces demandes sont couronnées de succès52. Le privilège situe également dans une sphère judiciaire supra-urbaine, ce qui contraint ceux qui veulent le contester à des frais parfois non négligeables et éventuellement à des sacrifices53. L’histoire du privilège, et c’est loin d’être une surprise, est aussi une histoire de la domination.

  • 54 StAN D 15 Wohltätigkeitsstiftungen ältere Spezialregistratur F8 Nr. D 4, p. 62 ; StAN E5/45 Messere (...)
  • 55 Par exemple, la fête organisée par le Hambourgeois Johann Stelle lorsqu’il reçoit son diplôme de no (...)

15Si nombre des exemples présentés ci-dessus renvoient à une contestation, ou à un contournement, de l’ordre politique, social et économique appuyé par la municipalité, ils ne forment que l’un des versants d’une histoire bien plus complexe. La grâce impériale peut en effet acter ou renforcer des positions déjà bien assises. Lorsqu’il obtient son privilège en 1720, le coutelier et marchand-fabricant Caspar Gerngross a déjà été à plusieurs reprises juré de son métier, et il est exécuteur élu d’une fondation instituée par l’un de ses défunts collègues, signe qu’il appartient à l’élite du métier54. Cette configuration, parfaitement classique dans la coutellerie, n’est pas rare dans d’autres secteurs. D’un tel notable aux « clandestins privilégiés par l’empereur », les bénéficiaires de privilèges sont donc loin de constituer un groupe homogène. Si, en d’autres lieux, on a pu noter des formes de sociabilité appuyées sur le bénéfice d’une grâce impériale55, l’existence d’un « milieu » des artisans privilégiés au sein de la société nurembergeoise semble fortement sujette à caution. Selon que l’on dispose ou non de l’appui de la municipalité, que l’on fasse ou non partie d’un métier dans lequel existent déjà des acteurs privilégiés, le caractère de la demande et la signification concrète d’un octroi peuvent être très différents. En se superposant, la trame des appartenances locales (bourgeoise ou professionnelle) et le lien nouveau à l’Empire que crée le privilège ne dessinent pas d’ensemble homogène. De même, bien que les métiers privilégiés relèvent tous d’activités exportatrices et relativement prospères dans une ville dont on ne peut contester le déclin, il semble complètement anachronique de voir là les traces d’une politique économique.

  • 56 Wendehorst 2003 ; Auer et Ortlieb 2007, p. 32 et 34-35.
  • 57 Bien qu’il soit ici difficile de disposer d’ordres de grandeur fiables, on peut néanmoins risquer u (...)
  • 58 La comparaison avec la France n’est pas fortuite, tant ce texte doit aux relectures et suggestions (...)

16La pluralité des cas repérés, constatée sous divers points de vue, pose en fait une question simple : chercher à croiser l’histoire sociale et l’histoire de l’Empire, n’est-ce pas trop charger les épaules de l’infortuné Lorenz Schmidleins et des quelques dizaines de ses congénères plus chanceux ? En d’autres termes, le corpus n’est-il pas trop restreint, et trop éparpillé, pour supporter un questionnement aussi large ? Notons d’abord que le mince échantillon ici traité ne demande qu’à être complété. Au sein des Gratialia et Feudalia, les fonds ne manquent pas, permettant ainsi de saisir ou de pénétrer des groupes urbains, des imprimeurs dont les privilèges sont désormais catalogués aux notaires, ou encore aux juifs de telle ou telle cité56. Au-delà de cette réserve, la rareté relative des suppliques au conseil aulique, rapportée à ce que l’on connaît de la fréquence de ce type d’actes en d’autres lieux et auprès d’autres instances, nous semble en soi significative57. L’impossibilité qu’il y a à dresser un constat univoque n’équivaut d’ailleurs pas à l’absence de toute conclusion. Les privilèges impériaux accordés à des bourgeois de Nuremberg ne fondent que des groupes restreints, fragmentés, hétérogènes. Mais l’existence de ces groupes suffit à prouver, au moins dans une et probablement dans plusieurs villes d’Empire, l’existence d’une forme de notabilité bourgeoise, conférant des marges d’action réelles sans être nécessairement assise sur une position au sein de l’élite municipale ; elle prouve aussi que cette notabilité ou le gain de ces marges d’action s’appuient sur des instances impériales surplombantes. Et pouvait-on vraiment s’attendre à trouver, dans les mécanismes d’octroi de la grâce impériale comme dans l’étude des formes de contact entre bourgeoisies urbaines et structures de l’Empire, un phénomène ayant une force et une cohérence semblables à celles que l’on prête à l’État d’offices français58 ? Peut-être est-ce au contraire ce caractère éclaté qui est signifiant, qu’il soit saisi au sein d’une ville « proche de l’Empire » comme Nuremberg ou, a fortiori, dans un ensemble urbain plus large.

Marque d’un fabriquant de ceinture, ou la déclinaison individuelle d’un privilège accordé au métier entier en 1715.

Stadtarchiv Nuremberg EI /31 Nr 3 p. 32, sans date.

Conclusion

  • 59 HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien, Karton 8 P, R, Konv. 1 fol. 85-86  (...)
  • 60 StAN E1/976 Familie Liebel Nr. 2 (1781).

17Reste à souligner que l’étude de cas porte, en elle-même, les germes de son propre dépassement – et pas seulement parce qu’elle s’appuie sur des fonds dont la connaissance d’ensemble reste toute relative. Les bénéficiaires de privilèges que nous avons évoqués, par leurs pratiques – usage de marques commerciales, annonces dans les journaux, présentations indignées du sceau de l’empereur – contribuent, sans éclat mais au quotidien, à rendre l’Empire visible à ses sujets. Or cette visibilité va bien au-delà des limites de la société nurembergeoise. Le ceinturier Simon Pohl décline en français et en allemand l’exhibition de son privilège (voir la marque commerciale reproduite ci-dessus). Les couteliers privilégiés vendent sur les foires de Leipzig, « dans les pays étrangers », voire aux Pays-Bas et en Hispanie d’où leurs produits partent vers « les pays indiens59 ». À la fin du xviiie siècle encore, on apprend d’un fabricant de remèdes qu’il possédait des stocks douze fois plus importants à Leipzig qu’à Nuremberg, et y faisait imprimer des tracts en néerlandais pour promouvoir son produit60. L’aire dans laquelle la grâce impériale est visible ne se limite donc pas à l’horizon social de petits groupes situés à l’intersection d’appartenances locales et d’institutions impériales. Elle relève en fait d’un autre type d’espace, inscrit dans une géographie cette fois commerciale, et dont les déterminants sont à chercher dans l’action individuelle, les usages d’une profession ou encore dans la conjoncture économique, mais qui n’est limité ni aux frontières de Nuremberg, ni même à celles de l’Empire.

18La rareté des recours à l’Empire et à ses instances, constatée dans le cas nurembergeois mais sans doute bien plus générale, ne fait donc pas obstacle à la visibilité concrète, et peut-être quotidienne, de l’influence impériale. La faiblesse et les contraintes de l’échantillon documentaire, que nous avons signalées plus haut, constituent, au-delà de ce qui a été dit des contingences historiographiques, une explication structurelle de la difficulté à lier histoire sociale et histoire de l’Empire. Mais l’étude de cas donne une justification très simple de cette étude : s’il faut s’intéresser aux modalités concrètes de la grâce impériale, c’est parce que les acteurs la réclament, l’utilisent ou la combattent – bref, quelle constitue pour eux, dans leur quotidien comme dans celui de leurs contemporains, un réel enjeu.

Notes

1 Hahn 1991, p. 34 ; « bourgeois d’Empire », ou « bourgeois libre du Saint-Empire », est une dénomination rencontrée dans de nombreuses villes d’Empire, comme Nuremberg dont il sera question plus loin ; Petry 2011, p. 50-51 .

2 Par exemple Brakensiek 2014 qui, de manière révélatrice, emploie Fürstenstaat (État princier) et État moderne comme des quasi-synonymes.

3 Schilling 1993, p. 39 ; Whaley 2012, vol. 1, p. 532-533.

4 Schilling 1985 ; François 1985-

5 Demont 2007, p. 76.

6 Reinhard 1996a, p. xvi-xviii.

7 Friedrichs 1979, p. 21 et 286.

8 Reiβmann 1975 ; Frange 1963 ; Meyer-Stoll 1989.

9 Wiest 1968, p. 4 et 59.

10 Wendehorst et Westphal 2003, p. 6. Sur les difficultés induites par l’usage du terme de « personnel d’Empire » et sur la complexité des modes de nomination au service des institutions impériales, voir l’exemple des messagers auprès de la Chambre de justice impériale : Mader 2003, p. 269.

11 Hahn 1991, p. 28.

12 François 1985.

13 Brunner 1963, p. 343.

14 Looz-Corswarem 1985, p. 433 ; à défaut d’études systématiques, plusieurs dictionnaires ou monographies permettent de saisir des trajectoires d’artistes privilégiés. Citons par exemple, sur Nuremberg, Grieb 2007.

15 Schnettger 2008b, p. 626.

16 Riedenauer 1968.

17 Petry 2011, p. 23-24.

18 Ortlieb 2001, p. 13 et 73.

19 Notons aussi que les commissions impériales ne représentent qu’une petite part des interventions des institutions d’Empire dans la ville : à Francfort-sur-le-Main, le Conseil impérial aulique intervient sur 221 conflits entre 1706 et 1784, et non à l’occasion de la seule commission impériale de 1713-1732 ; Sellert 1999, p. 151.

20 Le fonds est conservé au Österreichisches Staatsarchiv, Haus-, Hof- und Staatsarchiv (HHStA) de Vienne ; deux sous-séries ont été utilisées, celle des « privilèges de médecine et de pharmacopée » (HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien), 1536-1806, et celle des « privilèges d’entreprise, de fabrique et d’industrie » (HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien), 1489-1802. Ces dépouillements ont été réalisés dans le cadre du projet « PRIVILÈGES » soutenu par l’Agence nationale de la recherche (2011-2015).

21 Le catalogage moderne des archives du tribunal de la Chambre de justice impériale, dispersées depuis le xixe siècle à travers l’Allemagne et au-delà, a débuté en 1981 ; la numérisation de catalogues du xixe siècle, pour une partie des fonds du Conseil impérial aulique, a commencé en 1997 – si bien que les deux tiers des archives de la Chambre de justice impériale disposent d’inventaires modernes, alors que l’on dépend très largement, pour explorer les fonds du Conseil impérial aulique, d’inventaires des xviiie et xixe siècles. Les fonds sont pourtant d’ampleur comparable : on estime à 70 000 le nombre de procès documentés à Vienne, contre 80 000 procès documentés à la Chambre de justice impériale ; Auer et Ortlieb 2007, p. 29 et 33 ; Stögmann 1999, p. 251 et 256.

22 Les privilèges étaient l’une des expressions de cette « plénitude du pouvoir impérial », et leur rédaction reprenait systématiquement cette formule : Moser 1772, vol. 1, p. 60-62.

23 Ortlieb 2007, p. 180-182. L’article contient une présentation concise, mais très parlante, du fonds ici traité.

24 Moser 1772, 1re partie, p. 530.

25 Voir HHStA Repertorium 1/28 (Alt 66), repris par Bittner 1936, vol. 1, p. 305-314.

26 Petry 2011, p. 76 ; Winzen 2002, p. 75-87.

27 Winzen 2002, p. 31-32.

28 Voir le mémoire rédigé en 1729 par une commission de la ville de Nuremberg pour la défense des tréfileurs résidant en son sein ; Österreichisches Staatsarchiv, Finanz- und Hofkammerarchiv, Neue Hofkammer, Oberösterreich + Niederösterreich Kommerz OÖ + NÖ Akten 376 Fasz 123/1, 1749-1767, p. 103-142. Ce mémoire est repris dans Lütge 1965, qui est probant sur la question. La césure du milieu du xviiie siècle a également été notée pour les privilèges d’impression : Koppitz 2008, p. xvi.

29 Wiest 1968, p. 59-60.

30 Moraw 1976, p. 123-126.

31 Peut-être faut-il ici distinguer le fonds des « grâces et droits féodaux » et les fonds judiciaires du conseil aulique : Jean-François Noël, annonçant une étude statistique plus poussée, mais qui ne nous est pas connue, indiquait ainsi que le « troisième rang de toute l’Allemagne en fréquence et en nombre de procédures impériales » revenait au Mecklembourg, territoire nordique s’il en est... Noël 1997, p. 124. En fait, la méconnaissance de ces fonds ne permet, aujourd’hui, guère plus que des hypothèses.

32 Riedenauer 1968, p. 41.

33 Petry 2011, p. 11-35, 177-182.

34 Jusqu’à la fin de l’Empire, les seules saisies du conseil aulique à être jusqu’ici connues sont celles de 1636, 1690 et 1698 : Wiest 1968, p. 60.

35 Cette manière de présenter les demandes ne correspond pas aux procédures réglementaires du Conseil impérial aulique, mais elle est effectivement décrite, en 1644, par des émissaires hessois qui y voient un signe de submersion de l’institution : « De plus, des agents donneraient les écrits juridiques au portier (Reichshofrathtürhüter) du conseil aulique, qui les transmettrait au président du tribunal sans que le jour de présentation soit toujours noté, ce qui serait aussi la source de grandes confusions », Sellert 1980-1990, vol. 1, p. 132-133, note 513.

36 HHStA Rk – Kleinere Reichsstânde 379-12, p. 273-284 (courrier interne au conseil aulique, 18 décembre 1714).

37 HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien 9-S, fol. 112- 112v (23 février 1715).

38 Une quinzaine d’années plus tard, les bourgeois d’une autre ville d’Empire d’Allemagne du Sud, Biberach, eurent le plus grand mal à communiquer avec le Conseil impérial aulique ; Hafner 2004, p. 297-304.

39 Schmidleins, cependant, ne semble guère abattu par ses déboires : en 1722, il adresse même, en compagnie d’un boutonnier et de l’ensemble des ceinturiers de Nuremberg, un courrier de relance au conseil aulique ; HHStA Rk – Kleinere Reichsstände 379-12, p. 401-404 (avant le 31 octobre 1722).

40 Stadtarchiv Nürnberg (StAN), E8 Handelsvorstand 4097, Nr. 8 (30 août 1738).

41 StAN E8 Handelsvorstand 4097, Nr. 10 (10 septembre 1738). En 1721, un dénommé Werner, qui avait demandé un privilège pour des boucles de ceinture, essuie ainsi un refus et se plaint des structures du pouvoir urbain auprès du Conseil impérial aulique : Petry 2011, p. 76.

42 StAN B 19 Reichsstadtische Deputation 135 (26 octobre 1689).

43 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 12 (3 mars 1706).

44 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 24v (29 avril 1709), p. 27 sq. (12 mai 1709).

45 HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien, 6-K, p. 314-320 (11 juin 1709) ; StAN B 19 Reichsstadtische Deputation 184, p. 50 (23 septembre 1709), p. 55 (1er octobre 1709). Cette confirmation sera d’ailleurs obtenue, mais elle prend des allures de fin de non-recevoir puisque l’écrit impérial ne fait nulle mention du problème central posé par les fabricants de remèdes privilégiés ; HHStA Rk Kleinere Reichsstande 379-10, p. 219-273, et en particulier p. 272-273, 10 octobre 1709.

46 StAN B 19 Reichsstâdtische Deputation 184, p. 35 (12 juillet 1709).

47 Le dernier privilège de cette nature à être renouvelé concerne la Pillula Immanuelis et date du 22 décembre 1778 ; HHStA RHR Grat et Feud Arzte und Arzneiprivilegien, 2-C, D, p. 139-152.

48 StAN B 19 Reichsstädtische Deputation 184, p. 27 sq. (12 mai 1709).

49 HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien, 2-C, D Konv. 3, p. 509-510 (19 mai 1716).

50 Par exemple, le fabricant de la Pillula Immanuelis n’hésite pas à dénoncer un contrevenant à son privilège dans le Kriegscourrier de Nuremberg ; HHStA RHR Grat et Feud Ärzte und Arzneiprivilegien, 2-C, D, p. 95 (édition du 10 février 1744, qui rappelle un privilège renouvelé en 1743).

51 Voir, dans un contexte qui n’est pas celui d’une ville d’Empire mais montre en détail les tensions provoquées par le colportage ou le démarchage dans l’espace urbain : Garner 2013.

52 Un mémoire remis au conseil réclame ainsi qu’en vertu des conclusions du Conseil impérial aulique, personne ne puisse laisser les verres importés dans sa maison, mais que l’on soit obligé de les déposer auprès de la douane et balance municipale jusqu’à ce qu’ils soient « remis sur l’essieu » ; StAN E8 Handelsvorstand Nr. 695/22, parère du 18 janvier 1738 ; StAN E8 Handelsvorstand Nr. 2862 (18 décembre 1738). Plusieurs exemples montrent que cette règle est effectivement appliquée : le marchand Michael Drachens se désole, car ses clients sont en ville ; StAN E8 Handelsvorstand 2863 (23 janvier 1738, 15 février 1738). Un bourgeois de la ville, Jakob Muscat, qui est en conflit régulier avec les fabricants de miroirs, écope même d’une amende ; StAN E8 Handelsvorstand 2863 (17 mars 1738).

53 Gebert 1917, p. 134.

54 StAN D 15 Wohltätigkeitsstiftungen ältere Spezialregistratur F8 Nr. D 4, p. 62 ; StAN E5/45 Messerer (Messerschmiede) Nr. 1, p. 227.

55 Par exemple, la fête organisée par le Hambourgeois Johann Stelle lorsqu’il reçoit son diplôme de notaire de droit d’Empire, à laquelle participent un poète « couronné par l’empereur » et, en l’absence de celui de Hambourg, le maître des postes impériales de Lübeck : Wendehorst 2003, p. 348-349.

56 Wendehorst 2003 ; Auer et Ortlieb 2007, p. 32 et 34-35.

57 Bien qu’il soit ici difficile de disposer d’ordres de grandeur fiables, on peut néanmoins risquer une comparaison entre les chiffres avancés par Jean-François Noël, à l’échelle de l’Empire et pour le second xviiie siècle (1765-1790) – 15 000 petits plaideurs s’étant tournés vers l’un ou l’autre des tribunaux d’Empire – et ceux produits par Gerd Schwerhoff pour l’ensemble du xviiie siècle, mais la seule ville de Cologne – au minimum 10 000 suppliques adressées au conseil conservées, pour une activité sans doute cinq fois plus importante. Voir Noël 1997, p. 125 ; Schwerhoff 1999, p. 475-476.

58 La comparaison avec la France n’est pas fortuite, tant ce texte doit aux relectures et suggestions amicales de mes collègues nanterrois Laurence Croq et Vincent Meyzie.

59 HHStA RHR Grat Feud Gewerbe-, Fabriks- und Handlungsprivilegien, Karton 8 P, R, Konv. 1 fol. 85-86 (vers 1630) ; ibid., Karton 10 Seid-Schiess, Konv. 3 fol. 533-535 (1670) ; ibid., Karton 1 A-B Konv. 3 fol. 416-419 (1629).

60 StAN E1/976 Familie Liebel Nr. 2 (1781).

Auteur

Université Paris Ouest Nanterre La Défense, CHISCO, EA 1587
(1976) a réalisé une thèse (2008) à l’université Paris 7-Denis Diderot, encore inédite, sur le marché nord-ouest européen de la joaillerie pendant la guerre de Trente Ans. Il est maître de conférences à l’université Paris-Nanterre. Ses recherches actuelles concernent l’articulation entre droit et économie dans les milieux marchands et commerçants d’Europe du Nord-Ouest. Parmi ses publications : avec Matthieu Scherman et Anne Wegener Sleeswijk (dir.), Le pouvoir des courtiers. Univers marchand et acteurs du courtage en Europe (xive-xviiie siècles), Paris, Éditions rue d’Ulm, 2018 ; « Entre territoire juridique et réseau économique : le privilège et l’organisation de l’espace impérial par un groupe marchand du premier xviie siècle », Guillaume Garner (dir.), Die Ökonomie des Privilegs. Westeuropa 16.-19. Jahrhundert/L’économie du privilège, Europe occidentale xvie-xixe siècles, Francfort-sur-le-Main, Klostermann, 2016, p. 419-434 ; avec Vincent Meyzie (dir.), « Élites urbaines et constructions territoriales, xvie-xviiie siècles », Histoire urbaine, 40, 2014.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search