Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Pour une histoire économique et sociale du Saint-Empire

Saint-Empire et histoire économique : aperçu historiographique et nouvelles approches

Guillaume Garner

Texte intégral

  • 1 Voir l’article de Matthias Schnettger dans ce volume qui souligne que le statut du Saint-Empire dan (...)
  • 2 Sur cette notion et sa traduction en français, voir l’article « Reichsstand » dans Bretschneider et (...)

1Les deux notions d’« Empire » et d’« économie » semblent difficiles à articuler dans l’historiographie, à la fois parce que les travaux d’histoire de l’Empire (Reichsgeschichte) accordent, en général, une place réduite à l’économie et parce que l’Empire occupe une place également marginale dans l’histoire économique de la période moderne. À cet état de fait, on peut donner une première explication, d’ordre historiographique : l’histoire, et notamment pour la période moderne, s’est longtemps conçue comme avant tout politique, centrée sur la formation et l’affirmation de l’État (ce qui explique la fortune des notions de Staatswerdung, Staatsbildung ou Staatsverdichtung), avec un point de fuite souvent implicite qui était la formation de l’unité allemande sous l’égide de la Prusse en 1871. Il en est résulté la construction d’un contraste ou d’un dualisme entre Empire et État territorial : tandis que le premier à l’époque moderne était perçu comme en déclin1, le second apparaissait comme le lieu d’incubation ou le foyer de la modernité, c’est-à-dire de l’État. Cette opposition est d’autant plus fragile qu’elle repose sur une assimilation implicite de l’État territorial aux principales entités composant l’Empire (les États Habsbourg, l’ensemble Brandebourg-Prusse, la Bavière ou la Saxe), c’est-à-dire à des principautés qui ne sont nullement représentatives de la diversité des Reichsstände (des « états2 ») du Saint-Empire. On peut mentionner une seconde raison, d’ordre plus institutionnel, de la distance entre Empire et économie dans l’historiographie : il s’agit du poids des découpages universitaires en Allemagne qui établissent en particulier une frontière entre histoire de l’Empire et histoire économique, césure qui s’est révélée être souvent difficile à franchir dans les deux sens.

  • 3 Duhamelle 2010a ; Bretschneider 2011 a.

2Depuis une vingtaine d’années, ce constat est cependant à nuancer. D’une part, un certain nombre de travaux ont apporté des correctifs au grand récit selon lequel l’Empire et ses institutions auraient, dans le domaine économique, été en déclin ou sans réelle signification, et ils ont montré au contraire que ces institutions ont été des lieux de concertation et de coopération entre états d’Empire. Plusieurs travaux récents signalent, d’autre part, l’intérêt qu’il y a à se départir d’une approche trop centrée sur l’« État » pour prendre en compte les acteurs (individuels ou collectifs) et leurs pratiques. En d’autres termes, le recours à la variation des échelles d’analyse peut se révéler fructueux, en particulier pour aborder la question des frontières, comme des travaux l’ont montré à propos d’autres types de frontières3.

Histoire du Saint-Empire, histoire économique

L’historiographie du mercantilisme

  • 4 Schmoller 1898 ; Heckscher 1932.
  • 5 Heckscher 1932, vol. 1, p. 44-47.
  • 6 Ibid., p. 52-57 ; dans ce passage, Heckscher renvoie à Schmoller et signale que le cas du Brandebou (...)

3Les nombreux travaux qui traitent du « mercantilisme », depuis ceux de Gustav von Schmoller et Eli Heckscher, examinent avant tout les États territoriaux de l’Empire4. Pour ces deux historiens, le mercantilisme est l’une des modalités de la formation de l’État : le politique et l’économique sont donc étroitement liés l’un à l’autre, et c’est à l’échelle de l’État territorial que s’établit ce lien. Le constat vaut particulièrement pour Heckscher dont l’étude, à la différence de celle de Schmoller, est consacrée à l’Europe. Lorsqu’il s’agit de procéder à des comparaisons avec les principaux États européens (France, Angleterre, Espagne), celui-ci se réfère à l’État territorial, plus exactement à certains États territoriaux de l’Empire, c’est-à-dire ceux qui par leur superficie, leur population et le caractère « absolutiste » de leur organisation politique se rapprochent le plus du modèle français ou anglais, à savoir l’ensemble Brandebourg-Prusse et les États des Habsbourg. Le Saint-Empire n’est par conséquent pas un objet d’étude pertinent. Ses institutions connaîtraient un déclin permanent dès le xvie siècle et la multiplication des barrières douanières ferait de l’Empire un espace « anarchique », tandis que les prérogatives en matière de politique économique sont de plus en détenues par les États territoriaux qui s’érigent « sur les ruines de l’Empire unitaire » et affirment leur « souveraineté » à partir des traités de Westphalie5. L’affirmation d’une dimension économique de la construction de l’État est à l’origine d’une vision « borussienne » de l’histoire de l’économie, dans laquelle le Brandebourg-Prusse est présenté comme l’exemple d’un État territorial ayant réussi à surmonter ses particularismes internes en abolissant les douanes intérieures, et représente l’incarnation du mercantilisme6.

  • 7 Hosfeld-Guber 1985.

4Cette vision est restée bien implantée dans l’historiographie allemande, en dépit des critiques qui ont été formulées contre une vision borussienne de la construction de l’État et de la « politique économique » de l’État moderne. Même dans les ouvrages très critiques envers les définitions et l’approche de Schmoller et de Heckscher, le fait que l’échelle pertinente d’étude, de discussion ou de réfutation de la notion de mercantilisme soit l’État territorial dans sa version prussienne n’est pas remis en cause7.

  • 8 Cette négligence envers le Saint-Empire dans l’historiographie du caméralisme est ancienne : Marche (...)
  • 9 Sandl 1999, p. 37-44. C’est, entre autres, le cas de Johann Friedrich Pfeiffer qui a servi en Brand (...)

5Une illustration en est fournie par les recherches portant sur l’histoire des sciences camérales qui ont été analysées comme une matrice de la formation de l’État moderne. Ces travaux ont longtemps considéré que les caméralistes se réfèrent avant tout à l’État territorial et que leur discours n’a pas abordé le statut de l’Empire8. Or les références au Saint-Empire ne sont pas absentes des traités de certains des caméralistes, notamment chez des auteurs qui ont circulé au sein de cet espace politique9.

Les années 1960 : un renouvellement éphémère ?

  • 10 Bog 1959 ; Blaich 1970.

6Il convient cependant de nuancer ce constat en revenant sur deux ouvrages, publiés en 1959 et 1970, et qui traitent de la politique économique du Saint-Empire10. La problématique est dans les deux cas similaires : il s’agit d’étudier les mesures discutées et votées à la Diète d’Empire en rapport avec le domaine économique (monnaie, travail, douanes, transports, etc.). Ces deux livres s’inscrivent par ailleurs dans un contexte historiographique de réhabilitation de l’Empire, présenté comme un point d’ancrage historique de la République fédérale d’Allemagne. Mise en œuvre à propos de l’histoire politique, cette approche est ici reprise dans le domaine de l’histoire économique.

  • 11 Bog 1959, p. 148-149.

7Ingomar Bog s’intéresse à la phase allant de la paix de Westphalie à la fin de la guerre de Succession d’Espagne, et plus précisément à la période du règne de Louis XIV : il s’agit selon lui d’une époque pendant laquelle la dimension étatique de l’Empire (Reichsstaatlichkeit) se renforce11, notamment avec l’instauration de la Diète perpétuelle à Ratisbonne en 1663. I. Bog cherche donc à étudier dans quelle mesure l’Empire a été capable de mettre en place une « législation économique » permettant de limiter les importations de produits manufacturés français, accusées de provoquer des sorties de numéraire affaiblissant l’économie de l’Empire.

8Il se fonde principalement sur deux types de sources : d’une part les écrits, datant de la période allant des années 1660 aux années 1710, des auteurs qu’on regroupe sous l’appellation de « mercantilistes autrichiens », à savoir Johann Joachim Becher, Philipp Wilhelm von Hornigk et Wilhelm von Schröder ; d’autre part, les débats qui ont lieu à la Diète de Ratisbonne et les mesures législatives qui en résultent. Il s’agit donc des deux types de sources – théoriques et législatives – qui sont habituellement utilisés par les historiens quand il s’agit d’étudier le mercantilisme. I. Bog recourt d’ailleurs à la notion de « mercantilisme d’Empire » qui paraît presque être un oxymore, tant l’historiographie de la fin des années 1950 tient pour acquis le fait que le « mercantilisme » se situe avant tout dans les États territoriaux qui composent l’Empire. Mais il justifie l’utilisation de ce concept par deux critères que vérifient, selon lui, les sources qu’il utilise : premièrement, elles exprimeraient la conscience de l’Empire de former une entité économique à part entière ; deuxièmement elles traduiraient la volonté de soutenir l’« économie intérieure » de cette entité par des lois.

  • 12 Bog 1959, p. 79, 90-98 (sur l’édit de 1676), 114-116 (sur la loi de 1689), 141-145 (sur l’ordonnanc (...)

9Quelles sont les conclusions formulées par cette étude ? Les lois votées par la Diète ont eu un impact non négligeable dans la mesure où elles auraient permis de dresser des « digues », de procéder à une « substitution d’importations » (visant en particulier les marchandises de luxe) et de rééquilibrer ainsi une balance commerciale avec la France qui serait devenue positive vers 1710. Récurrente dans l’ouvrage, la métaphore de la « digue » montre bien à quel point la création d’un espace douanier « impérial » occupe une place centrale dans sa problématique. Un autre élément important de cette étude est le rappel que, dans sa lutte contre les importations de produits manufacturés étrangers (notamment français), l’empereur est en général soutenu par les États territoriaux les plus puissants (Brandebourg, Saxe). Ingomar Bog souligne par conséquent la nécessité et la réalité de la coopération entre l’échelon impérial et les états d’Empire. Si des oppositions aux projets du pouvoir impérial se sont manifestées, elles sont venues à la fois de certaines villes d’Empire dont les activités (production manufacturière et surtout commerce) sont tournées vers l’exportation – Nuremberg, Francfort, villes de la Hanse – et du cercle de Souabe qui veut maintenir des relations économiques traditionnellement intenses avec les cantons helvétiques, alors que la Suisse était (à raison) suspectée d’être une « porte d’entrée » déguisée des marchandises françaises dans l’Empire. Les villes de Nuremberg, Augsbourg et surtout Hambourg se sont ainsi opposées aux mesures prises en 1676, 1689 puis 1705 pour interdire les importations de marchandises manufacturées françaises, dont la commercialisation et la réexportation constituaient pour leurs marchands une activité très lucrative12.

10Ces débats font ainsi apparaître une opposition non pas entre des entités politiques de nature différente (Empire versus États territoriaux), mais entre deux logiques économiques différentes. Le pouvoir impérial et les États territoriaux les plus vastes se réfèrent à une logique « territoriale » (habituellement qualifiée de « mercantiliste ») qui donne la priorité aux objectifs militaires de lutte contre des puissances rivales et à la protection des capacités productives intérieures (manufactures, fabriques) au nom de la préservation de l’activité des populations. Au contraire, les villes – notamment celles qui sont de grandes places de commerce et qui peuvent défendre leurs intérêts en raison de leur statut de ville d’Empire – défendent une logique fondée sur le commerce, qu’il s’agisse d’exporter leurs productions et celles des états d’Empire ou d’assurer l’importation et la vente de marchandises étrangères.

  • 13 Blaich 1970.
  • 14 C’est également à cette époque que sont publiés un certain nombre de travaux sur les sciences camér (...)
  • 15 Blaich 1970, p. 3-4.

11Publié une bonne décennie après celui d’I. Bog, l’ouvrage de Fritz Blaich se présente comme une synthèse sur l’ensemble de la période moderne13 et s’inscrit dans un contexte historiographique similaire : la réhabilitation de l’Empire et des institutions impériales (notamment la Diète), l’intérêt pour une étude des racines historiques du paradigme keynésien en matière de politique économique14 et la recherche d’une éventuelle continuité, dans ce domaine, entre Saint-Empire et République fédérale d’Allemagne. Comme I. Bog, E Blaich étudie la législation d’Empire sur les questions économiques au cours de la période allant de 1495 à 1806 à partir de sources qui comprennent essentiellement les délibérations des Diètes. Cependant, la problématique est centrée non plus seulement sur le mercantilisme, mais sur la « politique économique », notion dont la pertinence pour l’Empire de l’époque moderne peut être interrogée. Selon l’auteur, si elle est d’abord applicable à des économies industrielles, elle est cependant utilisable pour son sujet, car toute économie fondée sur la division du travail nécessite des mesures de coordination des différents intérêts en jeu15.

  • 16 Ibid., p. 183-186.
  • 17 Ibid., p. 239-253.
  • 18 Un jalon important de cette révision historiographique a été la publication de Dotzauer 1989.
  • 19 Blaich 1970, p. 258-259.

12F. Blaich propose une réhabilitation de l’action des institutions impériales. Selon lui, elles ont été capables de promulguer des mesures dans un certain nombre de domaines, notamment afin de promouvoir un redressement démographique et économique après 164816. Il souligne que l’opposition entre la législation économique d’Empire et les mesures de police prises dans les États territoriaux n’est pas opératoire pour plusieurs raisons : d’une part, la Diète et les États territoriaux édictent des normes sur des questions qui ne se recoupent pas, notamment parce que la configuration politique de l’Empire et son morcellement territorial imposent dans certains domaines (la fiscalité, les transports, la monnaie) l’intervention des institutions d’Empire ; d’autre part, il y a beaucoup plus complémentarité qu’opposition entre les lois votées par la Diète et l’activité législative des États territoriaux, parce que ces derniers reprennent totalement ou partiellement les lois ou ordonnances impériales17. On peut, en revanche, remarquer que F. Blaich accorde une place finalement assez marginale aux Cercles d’Empire, dont la « réhabilitation historiographique » a commencé dans les années 199018. Il mentionne enfin deux éléments qui n’ont pas amoindri la portée de l’action de la Diète dans le domaine économique : le clivage confessionnel et le dualisme austro-prussien au xviiie siècle19.

  • 20 Ibid., p. 262-264.

13Il n’en demeure pas moins que cette action a selon lui souffert de la longueur des délibérations et de l’opposition ou de l’égoïsme de certains états d’Empire, soucieux de faire prévaloir leurs intérêts sur ceux de l’Empire20.

La marginalisation de l’Empire dans l’histoire économique

14En dépit de ces deux publications d’Ingomar Bog et Fritz Blaich, le Saint-Empire est resté un objet relativement marginal dans le champ de l’histoire économique moderne, pour des raisons qui tiennent à l’évolution de la discipline à partir des années 1950.

  • 21 Braudel 1979, vol. 3, Le temps du monde.
  • 22 Wehler 1989, p. 53-57 : dans un paragraphe intitulé « Les handicaps du processus de modernisation » (...)

15D’une part, un grand nombre de travaux sont consacrés à l’étude des origines de la croissance économique du xixe siècle – suivant une approche largement inspirée par les travaux de Walt W. Rostow – ou à l’histoire du capitalisme. Ces travaux négligent l’Empire, car il n’apparaît pas comme un foyer de développement et de puissance économiques à l’époque moderne. Au xvie siècle, les pôles de croissance se situent surtout dans les villes et les ports, tels que Nuremberg, Augsbourg ou Lübeck, selon le modèle braudélien d’« économies à dominante urbaine21 ». L’Empire apparaît au xviie siècle comme un foyer majeur de crise en raison des dévastations dues à la guerre de Trente Ans et de leurs conséquences démographiques et monétaires, tandis que les travaux portant sur la proto-industrie et la « première révolution industrielle » le considèrent comme un espace en retard par rapport aux zones avancées que sont l’Angleterre, la France ou les Provinces-Unies et les Pays-Bas. Publiée au milieu des années 1980, la synthèse d’Hans-Ulrich Wehler est représentative de cette approche qui insiste sur le faible niveau de développement économique de l’Empire et identifie comme conséquence l’accumulation d’un retard important dans le processus de « modernisation » affectant à la fin de l’époque moderne les économies et les sociétés d’Europe occidentale22.

  • 23 À titre d’exemple, voir Kaufhold 1986 ; Ebeling et Mager 1997.

16La question de la proto-industrialisation permet de mentionner une deuxième raison expliquant la place marginale du Saint-Empire dans l’historiographie économique des années 1970-1990 : le choix de l’échelle d’analyse. Une série de travaux a, en effet, souligné que l’étude de certains processus économiques en Europe nécessite de se situer à une échelle plus grande que celle des États, et ces recherches, qu’elles aient porté sur les prodromes de la « Révolution industrielle » ou sur la « proto-industrialisation », ont privilégié l’échelle régionale. À la suite des travaux de Sidney Pollard affirmant que la révolution industrielle a été un phénomène moins national que régional, aboutissant à la formation d’espaces régionaux pionniers transcendant parfois les frontières des États, de nombreuses études sont ainsi parties de l’échelle régionale pour étudier la formation de « régions industrielles » (Gewerbelandschaften) et la proto-industrialisation23.

  • 24 Voir l’article programmatique publié en 1975 par deux des pères fondateurs d’une revue historique m (...)
  • 25 Schmidt 1999.
  • 26 Voir notamment Schilling 2002 (traduit en français : Schilling 2013) ; Burkhardt 2002.

17Parallèlement, on remarque que si le Saint-Empire redevient, dans les années 1990, un objet d’étude et de débat, l’économie occupe dans cette historiographie une place relativement marginale. Disqualifié par l’histoire politique, l’Empire a été réhabilité dans le cadre de travaux qui relèvent également avant tout de l’histoire politique ou institutionnelle, même si les problématiques ont été enrichies par l’intégration de questionnements sociaux ou culturels24. Pour prendre un exemple saillant, la synthèse de Georg Schmidt et sa redéfinition du Saint-Empire comme un « État-Empire complémentaire25 » proposent une histoire avant tout politique de la période moderne et les débats que cette thèse a suscités se sont également principalement situés sur le terrain de l’histoire politique ou de la Verfassungsgeschichte26.

  • 27 Schulze 1987 ; Möller 1989 ; Dipper 1991 ; Schilling 1994a ; Schilling 1994b ; Schmidt 2009.

18Cette impression d’une disjonction partielle entre histoire de l’Empire et histoire économique se confirme quand on regarde d’autres manuels ou ouvrages de synthèse qui traitent de l’« histoire de l’Allemagne ». Des synthèses récentes sur l’Allemagne à l’époque moderne abordent de manière détaillée des aspects économiques et sociaux de l’histoire allemande27, mais l’articulation à l’armature institutionnelle, juridique et politique de l’Empire n’est pas au cœur de ces analyses.

  • 28 Christmann 1988.
  • 29 Voir par exemple, sur la formation progressive d’un droit du change, Amend-Traut 2009.

19Sans doute peut-on y voir un effet du découpage institutionnel des disciplines, entre « histoire générale » (dont relève l’histoire de l’Allemagne) et histoire de l’Empire. Cette interprétation est à vrai dire confortée par une autre observation : c’est aussi du côté d’une discipline qui échappe à ce découpage – l’histoire du droit – que des renouvellements sont intervenus ces deux dernières décennies. La question monétaire a ainsi constitué un objet d’étude qui a permis de réévaluer le rôle tant de la Diète que des Cercles d’Empire, y compris après les grandes ordonnances monétaires du xvie siècle et la paix de Westphalie28. En outre, les institutions judiciaires, et notamment les tribunaux impériaux (Chambre de justice impériale et Conseil impérial aulique), ont formé un champ d’investigation privilégié auquel, comme on le verra, des travaux d’histoire sociale se sont également intéressés. Ces renouvellements traduisent un déplacement de la problématique du mercantilisme et de la « politique économique » vers la question du fondement et de l’encadrement institutionnel des pratiques économiques29.

Espace impérial, frontières et pratiques des acteurs

20L’aperçu historiographique qui précède montre qu’il est possible de définir l’Empire suivant plusieurs approches, dont deux émergent de manière récurrente dans l’historiographie : d’une part, il s’agit d’une entité politique qui possède une armature institutionnelle dont les principaux éléments sont la Diète, les tribunaux d’Empire, les Cercles d’Empire et évidemment l’empereur. Mais l’Empire est également un espace qui est notamment marqué par son morcellement politique et territorial et par la démultiplication du phénomène frontalier, ceci à des échelles variées. Et c’est précisément la diversité de ces échelles qui peut permettre de jeter un nouveau regard sur l’articulation entre processus et pratiques économiques, et Saint-Empire.

21Quand il est question des frontières de l’économie dans l’Empire, on peut théoriquement distinguer plusieurs types : entre l’Empire et les États européens ; entre les états d’Empire ; au sein des États territoriaux. Mais ce dernier type, les frontières entre provinces, impliquent souvent le passage d’une frontière interterritoriale (dans le cas des exclaves). Interterritorial et intraterritorial sont alors imbriqués. Un dernier type enfin est représenté par les frontières entre villes et plat pays (dans le cas de l’accise ou dans celui de l’interdiction d’activités de production industrielle dans les campagnes) : il s’agit de frontières de police, auxquelles on peut ajouter celles qui sont liées, par exemple, aux règles de l’approvisionnement alimentaire des villes.

  • 30 Duhamelle 2010a, p. 203-205 ; voir également la contribution de Falk Bretschneider dans le présent (...)

22Cependant, ces différents types de frontières ne s’emboîtent pas les unes dans les autres à la manière de poupées russes, mais se correspondent et se superposent souvent30 : la frontière ville/campagne est ainsi souvent en même temps une frontière entre ville d’Empire et un ou plusieurs États territoriaux environnants.

  • 31 Garner 2004.

23De prime abord, la frontière est une contrainte, un facteur de surcoût, et c’est souvent ainsi qu’elle est analysée, dans l’histoire économique et dans les discours théoriques de l’époque moderne qui déplorent le morcellement politique et douanier de l’Empire31. Le handicap que représente l’omniprésence des frontières – notamment douanières – est d’autant plus important qu’on se situe dans le cadre d’économies préindustrielles dans lesquelles la circulation et le commerce des marchandises jouent un rôle fondamental. Dans la réalité, les effets économiques des frontières ne sont cependant pas si univoques pour deux raisons. D’une part, leur omniprésence impose, entre les états d’Empire, des formes de coopération qui se mettent en place à plusieurs échelles ; d’autre part, ces frontières s’insèrent dans des espaces économiques régis par une logique propre et peuvent ainsi contribuer à augmenter les marges d’action d’une partie des acteurs impliqués dans la production ou les échanges.

Rivalités et coopération transfrontalière dans l’Empire

24On partira, pour montrer que la multiplicité des frontières dans l’Empire peut être un facteur incitant les États territoriaux à mettre en place des formes de coopération, de l’exemple de la crise de subsistances des années 1770-1772. Il est révélateur pour plusieurs raisons. Cette crise, qui intervient au cours d’une période souvent présentée comme marquée par l’inactivité ou l’inefficacité des institutions impériales, a suscité une intervention de la Diète de Ratisbonne et de l’empereur. Elle affecte en particulier la partie méridionale et occidentale de l’Empire, qui est fortement morcelée politiquement. Elle revêt enfin une ampleur européenne qui autorise des comparaisons (avec l’Angleterre ou avec la France).

  • 32 Parmi une abondante littérature, citons ici : Collet 2011, p. 47 ; Magen 1992.
  • 33 Magen 1992, p. 27-28, cette étude mentionnant de nombreux autres cas similaires.
  • 34 Blaich 1970, p. 206.

25Cette crise de subsistances incite de nombreux États territoriaux à mettre en place, entre 1770 et 1772, des mesures d’interdiction de l’exportation ou de la circulation des céréales (Handelssperren)32. Celles-ci apparaissent non seulement dans des États relativement vastes (comme la Bavière), mais également dans des régions politiquement très morcelées comme les pourtours du lac de Constance ou la Souabe. Une telle politique se heurte cependant à un certain nombre de difficultés. Son application est difficile d’abord parce que ces mesures encouragent la spéculation et les exportations frauduleuses de grains, en particulier dans des régions où les frontières sont omniprésentes et difficiles à surveiller. Ces mesures provoquent, en outre, des tensions entre États producteurs et qui retiennent leurs récoltes et des territoires ou des villes qui doivent importer des grains pour assurer leur approvisionnement. Le Wurtemberg décide ainsi, en 1770, de bloquer la circulation des grains vers la ville impériale de Reutlingen, arguant du fait que ses propres approvisionnements sont fragilisés par le blocage des exportations de grains mis en place par le Palatinat électoral33, tandis que certains états d’Empire, notamment les petits territoires et les villes, qui ne peuvent compter sur leurs propres ressources agricoles, demandent l’abolition de ces barrières, par exemple les principautés d’Ansbach, de Saxe-Gotha ou de Bade-Durlach en mars 177134.

  • 35 Magen 1992, p. 46-47.
  • 36 Sur le poids de l’électorat du Palatinat dans le Cercle du Haut-Rhin : Magen 1992, p. 55-60.

26Comme on le voit, la tournure de la crise, les enjeux et la portée des mesures de restriction de la circulation des grains, sont fortement marqués par la configuration territoriale de l’Empire, le morcellement territorial démultipliant les frontières et, par conséquent, les sources de tensions sociales et politiques, notamment dans le sud et le sud-ouest de l’Empire. Ceci explique que, très vite, certains Cercles d’Empire (Franconie, Souabe, Haut-Rhin) jouent un rôle important, à la fois comme lieux de négociations et de débats entre États territoriaux et villes, mais également comme instances de régulation. C’est ainsi qu’est discutée l’idée d’établir une barrière à l’échelle du Cercle et non des états y appartenant, par exemple au sein du Cercle de Franconie au printemps 177135, même si ces discussions sont largement dictées par l’état des rapports de forces entre États territoriaux concernés36.

27La difficulté à résoudre les tensions et l’aggravation de la situation économique expliquent que la question des blocages soit discutée par la Diète de Ratisbonne au début de l’année 1772. En dépit de l’opposition de certains princes-électeurs (ceux de Cologne et du Palatinat) qui estiment que cette question relève de leurs seules prérogatives et non de la Diète, les trois collèges parviennent à élaborer un accord qui prévoit premièrement d’abolir les blocages à l’intérieur de l’Empire, deuxièmement d’interdire les exportations de grains hors de l’Empire et enfin de favoriser les importations. Ce projet de loi commun aux trois collèges débouche sur un rescrit de l’empereur (le 28 février 1772) qui confie l’application de la loi aux Cercles. Une telle décision de la Diète est exceptionnelle par son ampleur géographique, mais elle est provisoire, ce qui relativise sa portée. Elle s’explique à la fois par la volonté de préserver les équilibres économiques et politiques dans l’Empire (par exemple, en évitant l’affaiblissement des villes d’Empire par les États territoriaux environnants) et par la nécessité de prévenir des troubles sociaux.

28Comme on le voit, les débats et les mesures prises montrent que la question des frontières à activer pour réguler le commerce des grains est envisagée à plusieurs échelles : celle des États territoriaux (pour les plus étendus d’entre eux), des Cercles ou de l’Empire. La régulation du commerce des grains ne peut en effet être efficace que si elle porte sur un espace doté d’une superficie et d’une cohérence géographique minimales. C’est précisément cet aspect qui détermine la mise en place (ou non) d’une concertation entre territoires.

  • 37 Gerhard 1987, notamment p. 67-71.

29Un exemple en est fourni par l’étude de Hans Jürgen Gerhard sur la politique commerciale des États territoriaux dans le nord de l’Empire37. Des mesures visant à limiter le commerce de transit des grains sont en effet plus ou moins faciles à appliquer selon les États. D’un côté, le Hanovre dispose d’un territoire vaste, relativement cohérent, qui lui donne un contrôle sur les voies de communication fluviales. Il bénéficie donc d’une rente de situation géographique qui rend impossible tout itinéraire alternatif pour le transit des grains. En septembre 1770, le gouvernement du Hanovre décide d’instaurer tout un arsenal de taxation du transit dont le but est atteint : ces taxes entraînent une augmentation des prix telle que pour les marchands en charge de leur commercialisation il est plus rentable de vendre les grains dans le territoire de la principauté du Hanovre que de chercher à l’exporter notamment vers les ports hanséatiques. À l’inverse, la principauté de Brunswick-Wolfenbüttel ne recourt pas aux blocages mais pratique, comme beaucoup d’États petits et morcelés, une politique attentiste qui vise surtout à réagir aux fluctuations de la conjoncture et aux mesures prises par les États voisins. Cependant, le morcellement du territoire impose des mesures différenciées selon les différentes portions de la principauté, comme le montre le cas des exclaves de Thedinghausen (au nord-ouest), Calvörde (à l’est), de Seesen et de Blankenburg (au sud) qui sont des zones traditionnellement déficitaires. Le gouvernement tente de trouver des accords de libre circulation ponctuelle des grains avec les États voisins et, en cas d’échec, n’a d’autre recours que d’inciter les habitants de ces exclaves à importer des grains en contrebande. Les pratiques de collaboration ponctuelle et la création de zones de libre commerce des grains à l’échelle régionale tendent à progresser au cours du xviiie siècle, comme le montre la signature d’un accord à l’automne 1789 entre le Hanovre, le duché de Brunswick et l’évêché d’Hildesheim, même si bien souvent les discussions en restent à l’état de projet.

  • 38 Voir par exemple Schmidt 1991.

30Ces exemples montrent que l’attitude des gouvernements et des autorités est complexe puisqu’elle mêle des mesures de blocage et des tentatives de coopération avec des États voisins afin de créer des espaces de libre circulation des grains. Cette oscillation s’explique à la fois par la situation agricole propre à chaque territoire et par la volonté de concilier deux objectifs a priori contradictoires : soutenir et stimuler les échanges d’un côté et prévenir des troubles sociaux dus à des situations de pénurie de l’autre. L’historiographie a longtemps affirmé que les troubles frumentaires ont été relativement rares dans l’Empire en raison des mesures de protection, c’est-à-dire d’interdiction d’exportation de grains. En d’autres termes, les autorités auraient repris à leur compte les mots d’ordre et les principes de l’« économie morale de la foule » tels qu’Edward Palmer Thompson les a analysés. En effet, l’« économie morale » de la foule affirme la nécessité de veiller à la « subsistance » (Nahrung) des sujets, ce qui implique une limitation dans l’espace de la commercialisation des grains. Les foules insurgées en France (par exemple, pendant la guerre des Farines) ne s’opposent pas à la commercialisation des grains en elle-même, mais c’est son extension incontrôlée dans l’espace qui motive les peurs d’une pénurie et de comportements spéculatifs de la part des marchands et négociants. Comme l’ont également souligné les travaux d’E.P. Thompson sur l’Angleterre, c’est moins le principe que le degré d’extension – dans l’espace – des relations de marché qui est en cause. Or dans l’Empire, la densité des frontières territoriales, si elle n’est pas incompatible avec des mesures visant à faciliter la circulation des grains, va de pair avec un resserrement de la régulation du commerce des céréales et des relations entre autorités territoriales (en charge de la police des grains) et « sujets ». Par conséquent, parce qu’il s’oppose à l’extension des relations marchandes dans l’espace de manière bien plus efficace que dans un vaste État unifié comme la France, ce morcellement territorial expliquerait que l’Empire ait été largement épargné par ces révoltes frumentaires38.

  • 39 Pour un aperçu, voir Collet 2011.
  • 40 Collet 2011, p. 57 (à propos des migrations de la Saxe électorale vers la Bohême).
  • 41 Voir par exemple les troubles frumentaires qui éclatent à Rostock en 1790 : Herzig 1988, p. 47 sq.
  • 42 Reimarus 1771.

31Cette interprétation est aujourd’hui remise en question, car les protestations populaires dans l’Empire semblent avoir été sous-estimées39. Elles touchent en effet à la fois des espaces déficitaires où elles peuvent prendre des formes diverses telles que l’émigration40, mais également des régions excédentaires, où les peurs d’une fuite incontrôlée des grains trouvent le plus de motifs à s’exacerber. Parce qu’elles sont à la fois des lieux déficitaires en grains et des points de transit du commerce de ces derniers, les grandes places de commerce (notamment portuaires) constituent des foyers importants de troubles41. De ce point de vue, dans le débat qui s’enflamme en Allemagne à partir de 1772 sur la liberté du commerce des céréales, et qui oppose les tenants de la régulation policière (les caméralistes) aux partisans de la libéralisation des flux (physiocrates), les premiers l’emportent facilement dans la mesure où la configuration territoriale de leur « champ d’expérience » est beaucoup plus conforme à leurs propositions et à leurs postulats que ce n’est le cas pour les physiocrates. Ces derniers s’appuient en effet sur une logique de répartition par les flux qui ne peut être véritablement opératoire que dans des villes, notamment portuaires. C’est ainsi, à Hambourg, qu’est publié par Reimarus en 1771 le premier plaidoyer pour une libéralisation du commerce des grains42.

32Comme on le voit, la question décisive n’est pas celle des bienfaits ou des méfaits du morcellement territorial de l’Empire, mais plutôt celle de la manière dont s’articulent l’espace politique (le territoire) et l’espace économique, l’espace de la production et celui des échanges. De ce point de vue, l’opposition entre Empire et états d’Empire possède une faible valeur explicative. Un élément important de cette articulation réside dans la spécificité des intérêts défendus par les « acteurs institutionnels » de l’Empire (États territoriaux, villes d’Empire, voire Cercles), spécificité qui résulte largement de l’orientation dominante de leurs activités économiques, des relations entretenues avec les autres états d’Empire et de la nécessité de maintenir une certaine paix sociale.

  • 43 Walter 1987.
  • 44 Spaulding 2011, notamment p. 209-213. Selon l’auteur, les frontières douanières ont des conséquence (...)

33En outre, les effets économiques des frontières – notamment douanières – semblent avoir été surestimés par l’historiographie, y compris dans les espaces politiquement morcelés. Ainsi dans le Wurtemberg, les droits de douane et les impôts indirects sont en général relativement modestes et ne représentent pas le principal obstacle au commerce43. La raison en est précisément à chercher dans le morcellement territorial de cette région, car beaucoup d’états d’Empire sont trop petits pour survivre aux mesures de rétorsion des voisins que provoqueraient à coup sûr des mesures restrictives ou protectionnistes. Ceci vaut en particulier pour des territoires si réduits qu’ils ne disposent pas d’un marché de consommation intérieure pouvant fournir des débouchés aux productions locales, la constitution de ce marché intérieur étant précisément entravée par la présence de nombreuses enclaves. Il n’en demeure pas moins de nombreux débats sur la portée de ces frontières douanières et la réalité d’un essor du commerce au xviiie siècle, par exemple dans la vallée du Rhin, c’est-à-dire l’une des régions les plus marquées par les frontières douanières et divers privilèges tels que le droit d’étape44.

Les pratiques des acteurs : marges d’action et inscription dans l’espace

34Une seconde raison qui incite à réévaluer la portée économique des frontières concerne les manières dont les acteurs s’accommodent de celles-ci.

35Pour en revenir aux mesures d’interdiction d’exportation des grains, de nombreux exemples montrent qu’elles n’ont pu empêcher des exportations frauduleuses. Les possibilités en étaient d’autant plus nombreuses que les frontières étaient proches, et que les autorités ne parvenaient manifestement pas à mettre en place une surveillance effective de celles-ci. On peut en effet parler ici d’utilisation de la frontière (Grenznutzung) par des acteurs, mais en précisant que cette capacité à se jouer des démarcations dépend de deux facteurs essentiels.

  • 45 Voir sur le cas de Hambourg les analyses de Demont 2013. Sur Mayence et sa région au xviiie siècle  (...)

36Il s’agit d’abord de la configuration territoriale des régions concernées. La possibilité de franchir frauduleusement une frontière, que ce soit pour exporter des grains ou pour pratiquer le colportage, est d’autant plus forte que celle-ci est proche. La proximité de plusieurs États territoriaux ouvre également des marges d’action si des acteurs souhaitent éviter un territoire au profit d’un de ses voisins. En outre, les individus et les groupes sociaux ne sont pas également dotés d’une telle capacité à tirer profit de ces marges d’action. L’enchevêtrement des frontières ménage des possibilités de jeu principalement aux acteurs qui possèdent des ressources mobiles (capital marchand, savoir-faire technique, etc.)45.

  • 46 Kriedte 2007, p. 256-259.
  • 47 C’est la thèse notamment défendue par Volckart 1999 ; Volckart 2002 ; voir également North 2006.

37C’est ce que montre le cas des privilèges et des monopoles souvent présentés comme une caractéristique essentielle du mercantilisme. Dans la pratique, la portée de ces avantages est précisément amoindrie ou atténuée par la proximité des frontières, parce que celle-ci ouvre des possibilités aux acteurs désireux d’échapper à ces restrictions et de choisir la voie de l’exit option. Ainsi dans les années 1750, la firme Preyers, installée à Krefeld (dans le comté prussien de Moers), tente de s’attaquer au monopole que détiennent les firmes von der Leyen pour la production de rubans et d’un certain nombre d’étoffes de soie, et demande aux autorités prussiennes l’autorisation de produire ces étoffes. Face au refus de la Chambre des finances, les Preyers quittent Krefeld en 1777 et s’installent dans le duché de Berg à Kaiserswerth, ville située à une trentaine de kilomètres de distance, sur la rive droite du Rhin. Comme cela est fréquent dans ce genre de situation, les autorités du territoire d’accueil ont octroyé aux Preyers un privilège de trente ans leur accordant un certain nombre d’avantages46. Cet exemple (qui n’a rien d’exceptionnel) montre que contrairement à ce qu’affirment des travaux se réclamant de l’économie néo-institutionnaliste, la « concurrence institutionnelle » entre les États territoriaux de l’Empire ne favorise pas la mise en place progressive dans l’Empire d’une économie de marché reposant sur la libre disposition des droits de propriété47, mais qu’elle peut au contraire renforcer dans un certain nombre de cas des institutions telles que les privilèges.

  • 48 Pour une présentation des enjeux à l’échelle européenne, voir Hirsch et al. 1994.
  • 49 Ogilvie 2011.

38L’architecture institutionnelle propre à l’Empire peut également offrir aux acteurs des possibilités d’action supplémentaires. Le rapport des acteurs aux institutions est au centre de plusieurs travaux qui s’intéressent aux fondements institutionnels du marché et des pratiques économiques48. De ce point de vue, des recherches récentes soulignent l’existence d’une opposition entre deux types d’acteurs. Certains peuvent être désignés comme des insiders, dotés de privilèges et/ou membres des corporations, appuyés par les autorités politiques avec lesquelles ils entretiennent des relations de proximité, voire de connivence ; ils tentent de restreindre la concurrence pour préserver des situations de rente (monopole, oligopole) au détriment de l’intérêt général. À l’inverse, les outsiders misent sur la libre concurrence et aspirent à disposer librement de leurs droits de propriété. Cette catégorie compte dans ses rangs un nombre important de femmes, de membres de minorités religieuses, de marchands étrangers et de marchands itinérants (colporteurs)49.

  • 50 Sur cet épisode, voir Augel 1971, p. 260-278 ; Reves 2012, p. 252-286.

39Un exemple de cette opposition est fourni par les conflits récurrents qui se jouent de 1670 à 1730 dans la ville impériale de Francfort-sur-le-Main entre les marchands et commerçants de la ville et des marchands italiens originaires du nord de l’Italie50. Ces derniers sont accusés de vendre une palette de marchandises plus large que celle qu’ils ont été autorisés à commercialiser, de ne pas se contenter de pratiquer la vente en gros mais de tenir des boutiques ouvertes sans autorisation, et donc de livrer aux commerçants francfortois une concurrence déloyale. Comme c’est fréquemment le cas, un enjeu important du conflit concerne la vente d’alcool et de produits exotiques (« épices »), dont la consommation est en essor à partir de la fin du xviie siècle.

  • 51 Voir par exemple le conflit entre les marchands italiens et la corporation des marchands de Dresde (...)

40Dans un premier temps, le Conseil de la ville est sensible aux intérêts des marchands italiens et élabore un compromis qui leur donne satisfaction sur certains points (la vente au détail) tout en limitant leur marge d’action sur d’autres (par exemple, en leur interdisant la vente de poissons et de fromages). Mais au début du xviiie siècle, les plaintes des marchands francfortois se poursuivent, car les marchands italiens sont accusés de ne pas respecter les accords. De fait, ceux-ci demandent une liberté totale de pratiquer le commerce, ce qui suppose aussi l’obtention du droit de bourgeoisie. Le Conseil de la ville se range peu à peu du côté des marchands de Francfort et oppose aux Italiens un refus à leurs deux demandes. Il s’agit d’un conflit banal, comme de nombreuses villes en connaissent à cette époque51. Au début du xviiie siècle, les marchands italiens font appel à l’empereur et, en 1706, celui-ci ordonne de leur accorder la liberté du commerce dans l’attente du règlement du contentieux, décision que le Conseil n’applique pas. Les marchands italiens formulent d’autres demandes dans les années suivantes (ce qui leur permet, en 1715, de recevoir une lettre de soutien du prince Eugène de Savoie), mais sans obtenir satisfaction.

  • 52 Augel 1971, p. 269-272 ; Reves 2012, p. 279-286.

41Dans leurs négociations avec les autorités municipales, ils mettent en avant trois principaux arguments destinés à légitimer leur point de vue52 : d’une part, ils contribuent à la prospérité de la ville ; d’autre part, ils menacent de quitter Francfort pour s’établir dans des territoires proches plus accueillants, et notamment dans l’électorat de Mayence ; ils rappellent, enfin, leur qualité de « sujets de l’empereur », car ils viennent du Milanais et doivent par conséquent être protégés. N’étant frappés par aucune incapacité juridique, ils peuvent obtenir le droit de bourgeoisie, leur appartenance à la religion catholique n’étant pas un obstacle. Cette argumentation est intéressante en ce qu’elle propose une combinaison de trois échelles spatiales – la ville, le niveau « supra-territorial » et l’Empire – qui se moule dans la configuration institutionnelle du Saint-Empire. Ce cas montre par ailleurs que l’opposition entre insiders (ici les marchands francfortois) et outsiders (marchands étrangers appartenant à une minorité religieuse) est simplificatrice, car elle ne vaut qu’à l’échelle de la ville et néglige l’entrelacs – caractéristique de l’Empire et notamment des villes d’Empire – des échelons et des échelles de la régulation juridique et institutionnelle ainsi que le fait que l’échelon impérial fournit aux marchands italiens des « ressources » (institutionnelles, juridiques) qui leur permettent d’affronter des concurrents mieux dotés en ces mêmes ressources à l’échelon municipal.

  • 53 Duhamelle 1998b.
  • 54 Riemer 2012 ; voir aussi Baumann 2001.
  • 55 Il faut noter que cette tactique n’est pas payante à Francfort, car la Chambre de justice impériale (...)

42Les tribunaux d’Empire sont également des instances de règlement des contentieux. Depuis plusieurs années, ils font l’objet de nombreuses recherches qui apportent un éclairage nouveau sur plusieurs questions. L’une d’entre elles concerne l’accessibilité de ces tribunaux à un cercle d’acteurs (individuels ou collectifs) plus ou moins large, par exemple pour des litiges touchant au commerce, à la production ou au crédit. L’étude du crédit et des dettes nobiliaires montre ainsi que l’appel aux tribunaux d’Empire (la Chambre de justice impériale) est un facteur de cohésion de l’Empire dans la mesure où les procédures judiciaires permettent de resserrer les liens entre institutions d’Empire et clientèle impériale53. Un ouvrage récent consacré aux rapports des villes de Francfort et Hambourg à la Chambre de justice impériale suggère également une réponse plutôt restrictive, les personnes aisées et notamment les marchands (pour des litiges touchant aux domaines économiques ou monétaires) étant surreprésentés54. Une autre question concerne les critères selon lesquels la Chambre de justice impériale ou le Conseil impérial aulique sont sollicités. L’exemple des corporations artisanales de Francfort au xviiie siècle montre que l’explication par la proximité géographique est à relativiser : celles-ci s’adressent assez rarement à la Chambre de justice impériale (située à Wetzlar, dans la région de Francfort) et lorsqu’il s’agit pour elles de préserver leur « subsistance » contre des concurrents jugés déloyaux et incontrôlables, elles rédigent des pétitions destinées aux commissions impériales et se tournent en priorité vers le Conseil impérial aulique (dont le siège est à Vienne) pour formuler des revendications auxquelles les autorités municipales sont en général restées sourdes55.

Conclusion

43La redéfinition de la place de l’Empire dans l’histoire économique suppose d’abord de se déprendre de la référence (souvent implicite) à l’État territorial (en méconnaissant la diversité des états d’Empire) et d’une vision réduisant le Saint-Empire au rang de simple « conteneur » sans véritable importance pour les processus économiques pendant l’époque moderne. Un certain nombre d’études (qui ne concernent pas toutes le champ de l’histoire économique) montrent l’intérêt heuristique de varier les échelles d’observation, les institutions de l’Empire étant précisément dans plusieurs domaines ce qui permet l’articulation – coopérative ou conflictuelle – de ces différentes échelles. Cela implique aussi de tenir compte des pratiques et des stratégies des acteurs, d’autant plus que dans le domaine économique, la capacité à profiter des opportunités (licites ou non) offertes par la multiplicité des frontières et des ressources juridiques et institutionnelles propres au Saint-Empire semble inégalement distribuée.

44L’espace, les acteurs et leurs pratiques, les institutions : on retrouve ici trois des axes autour desquels s’est redéfini le programme de l’histoire économique, notamment pour comprendre le fonctionnement et la spécificité des marchés à l’époque moderne, et le Saint-Empire fournit pour l’étude de ces questions un champ dont l’exploration est certes entamée mais reste prometteuse.

Notes

1 Voir l’article de Matthias Schnettger dans ce volume qui souligne que le statut du Saint-Empire dans l’historiographie allemande a connu des variations conjoncturelles marquées.

2 Sur cette notion et sa traduction en français, voir l’article « Reichsstand » dans Bretschneider et Duhamelle, 2014.

3 Duhamelle 2010a ; Bretschneider 2011 a.

4 Schmoller 1898 ; Heckscher 1932.

5 Heckscher 1932, vol. 1, p. 44-47.

6 Ibid., p. 52-57 ; dans ce passage, Heckscher renvoie à Schmoller et signale que le cas du Brandebourg-Prusse est une exception dans l’espace allemand.

7 Hosfeld-Guber 1985.

8 Cette négligence envers le Saint-Empire dans l’historiographie du caméralisme est ancienne : Marcher 1885. On la retrouve dans des travaux plus récents, par exemple Maier 1986.

9 Sandl 1999, p. 37-44. C’est, entre autres, le cas de Johann Friedrich Pfeiffer qui a servi en Brandebourg-Prusse puis à Mayence et de Johann Heinrich Gottlob von Justi qui a exercé son activité à Vienne, Göttingen et en Brandebourg : Garner 2005, p. 92-97. Sur les circulations académiques au sein de l’espace impérial, voir également la contribution d’Anne Saada au présent volume.

10 Bog 1959 ; Blaich 1970.

11 Bog 1959, p. 148-149.

12 Bog 1959, p. 79, 90-98 (sur l’édit de 1676), 114-116 (sur la loi de 1689), 141-145 (sur l’ordonnance impériale de 1705).

13 Blaich 1970.

14 C’est également à cette époque que sont publiés un certain nombre de travaux sur les sciences camérales comme discours précurseur de l’« État-providence » (Wohlfahrtsstaat), ces études citant abondamment l’ouvrage du sociologue américain Albion Small. Pour un aperçu voir Dittrich 1974 ; Bog 1981.

15 Blaich 1970, p. 3-4.

16 Ibid., p. 183-186.

17 Ibid., p. 239-253.

18 Un jalon important de cette révision historiographique a été la publication de Dotzauer 1989.

19 Blaich 1970, p. 258-259.

20 Ibid., p. 262-264.

21 Braudel 1979, vol. 3, Le temps du monde.

22 Wehler 1989, p. 53-57 : dans un paragraphe intitulé « Les handicaps du processus de modernisation », l’auteur évoque tour à tour « l’exclusion de l’Allemagne de l’expansion ultramarine », « la guerre de Trente Ans et ses conséquences » et (pour la fin du xviie et le xviiie siècle) « l’écart de développement entre l’Europe occidentale et l’Europe centrale ».

23 À titre d’exemple, voir Kaufhold 1986 ; Ebeling et Mager 1997.

24 Voir l’article programmatique publié en 1975 par deux des pères fondateurs d’une revue historique majeure en Allemagne, la Zeitschrift für historische Forschung : Moraw et Press 1975.

25 Schmidt 1999.

26 Voir notamment Schilling 2002 (traduit en français : Schilling 2013) ; Burkhardt 2002.

27 Schulze 1987 ; Möller 1989 ; Dipper 1991 ; Schilling 1994a ; Schilling 1994b ; Schmidt 2009.

28 Christmann 1988.

29 Voir par exemple, sur la formation progressive d’un droit du change, Amend-Traut 2009.

30 Duhamelle 2010a, p. 203-205 ; voir également la contribution de Falk Bretschneider dans le présent volume.

31 Garner 2004.

32 Parmi une abondante littérature, citons ici : Collet 2011, p. 47 ; Magen 1992.

33 Magen 1992, p. 27-28, cette étude mentionnant de nombreux autres cas similaires.

34 Blaich 1970, p. 206.

35 Magen 1992, p. 46-47.

36 Sur le poids de l’électorat du Palatinat dans le Cercle du Haut-Rhin : Magen 1992, p. 55-60.

37 Gerhard 1987, notamment p. 67-71.

38 Voir par exemple Schmidt 1991.

39 Pour un aperçu, voir Collet 2011.

40 Collet 2011, p. 57 (à propos des migrations de la Saxe électorale vers la Bohême).

41 Voir par exemple les troubles frumentaires qui éclatent à Rostock en 1790 : Herzig 1988, p. 47 sq.

42 Reimarus 1771.

43 Walter 1987.

44 Spaulding 2011, notamment p. 209-213. Selon l’auteur, les frontières douanières ont des conséquences très négatives sur les trafics rhénans, les sources (douanières) mobilisées par les historiens reflétant surtout une augmentation des recettes douanières et non des trafics.

45 Voir sur le cas de Hambourg les analyses de Demont 2013. Sur Mayence et sa région au xviiie siècle : Garner 2013.

46 Kriedte 2007, p. 256-259.

47 C’est la thèse notamment défendue par Volckart 1999 ; Volckart 2002 ; voir également North 2006.

48 Pour une présentation des enjeux à l’échelle européenne, voir Hirsch et al. 1994.

49 Ogilvie 2011.

50 Sur cet épisode, voir Augel 1971, p. 260-278 ; Reves 2012, p. 252-286.

51 Voir par exemple le conflit entre les marchands italiens et la corporation des marchands de Dresde à la même époque : Hochmuth 2008, notamment p. 97-103. L’auteur ne mentionne pas, à propos de ce conflit, de références à l’empereur ou aux instances impériales.

52 Augel 1971, p. 269-272 ; Reves 2012, p. 279-286.

53 Duhamelle 1998b.

54 Riemer 2012 ; voir aussi Baumann 2001.

55 Il faut noter que cette tactique n’est pas payante à Francfort, car la Chambre de justice impériale donne rarement satisfaction aux corporations plaignantes : Brandt 2004, p. 179.

Auteur

École normale supérieure, Lyon, LARHRA, UMR 5190
(1967) a obtenu son doctorat à l’université Paris Diderot-Paris 7. Il est maître de conférences à l’École normale supérieure de Lyon. Ses recherches portent sur les relations entre milieux marchands et autorités dans le Saint-Empire au xviiie siècle. Parmi ses publications : avec Falk Bretschneider et Pierre Monnet (dir.), « Le Saint-Empire à l’époque moderne/Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 14, 2013 (en ligne) ; État, économie et territoire en Allemagne. L’espace dans le caméralisme et l’économie politique (1740-1820), Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2005.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search