Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

La société politique de l’Empire : communication et système impérial

La « société des ministres » : correspondances formelles et informelles dans le Saint-Empire du XVIIIe siècle

Sébastien Schick

Texte intégral

  • 1 Mycielski 1908.
  • 2 Seule une copie, dont l’auteur est inconnu, nous est parvenue.
  • 3 Pommier 2003, p. 9-13. Récemment, la problématique a été appliquée à la question du portrait des pr (...)
  • 4 Hanke 2006, p. 195-254 sur les négociations avec la Russie.

1En 1753, le jeune peintre romain Marcello Bacciarelli arrive à Dresde sur invitation du roi de Pologne et prince-électeur de Saxe Auguste 1111. Au cours des quelques semaines qu’il passe sur les bords de l’Elbe, il réalise une série de portraits des principaux membres de la cour, et parmi eux bien sûr d’Heinrich von Brühl, Premier ministre de l’électorat depuis 1738. Le tableau2, classique dans sa facture, correspond à ce que l’on appelle parfois un « portrait du pouvoir » (voir page suivante). Il cherche à représenter, derrière l’apparence physique contingente d’un homme, le pouvoir lui-même, l’essence de ce pouvoir incorporé dans ce personnage3, et tout y est donc signifiant. Brühl, qui est alors aussi général d’infanterie, est représenté en homme de guerre, ce que viennent souligner le manteau rouge (sans doute celui d’un régiment), le bâton de commandement qui repose sur un casque, l’armure et, enfin, le collier qu’il arbore : il s’agit de l’ordre de Saint-André, décoration militaire russe qui rappelle également le talent diplomatique du Premier ministre et les liens l’unissant à la Russie qu’il cherche à s’attacher depuis 1746 dans le cadre de sa diplomatie anti-prussienne4.

Heinrich von Brühl, premier ministre saxon, dans les années 1750. Une lettre est déposée au premier plan.

Gemäldegalerie Alte Meister, Staatliche Kunstsammlung Dresden. Photo : Elke Este et Hans-Peter Klut.

2Un objet attire toutefois l’attention, au premier plan, posé au-devant de la table, légèrement incliné et ainsi en pleine lumière. Il s’agit d’une lettre. Elle a été décachetée et le sceau mis en valeur par la couleur rouge souligne que Brühl a lu la lettre ; mais elle est repliée, si bien que son contenu n’est pas rendu visible. Si l’on admet que chaque objet représenté dans ce type de portrait est signifiant, et si l’on veut bien croire que se trouve toujours, au cœur de ces tableaux, la question du pouvoir, alors on peut faire l’hypothèse que la lettre vient, elle aussi, souligner de manière symbolique une dimension du pouvoir de Brühl. La question est de savoir laquelle et pourquoi elle figure dans un tableau le représentant en homme de guerre.

  • 5 À ce sujet, voir aussi Hengerer 2013, p. 27-28.

3Notre thèse, que les développements à venir permettront de conforter, est la suivante : la lettre, au-delà de l’information qu’elle contient, apparaît comme le symbole des potentialités d’action à distance du ministre. Elle est le signe du pouvoir réel sur le territoire lointain et, associée à l’épée, elle permet de souligner les différentes options politiques dont dispose le ministre5.

4Dans cet article, nous souhaitons démontrer l’intérêt heuristique pour l’historiographie du Saint-Empire de l’étude d’un mode particulier d’action politique : celui qui repose sur l’ensemble des liens interpersonnels de dépendance des acteurs et que les correspondances donnent à voir. Nous souhaitons montrer qu’une telle analyse permet de renouveler la compréhension que nous avons du fonctionnement politique spécifique de cet espace, tout en l’intégrant dans une histoire inévitablement européenne.

5Notre premier temps sera historiographique. Nous tenterons d’expliquer le peu d’attention que l’on a porté à la question des liens interpersonnels de dépendance – plus particulièrement les relations de patronage et de clientèle – dans l’Empire. Dans un second temps, nous illustrerons par un exemple particulier – celui des liens unissant les principaux ministres des États territoriaux – l’intérêt heuristique d’une démarche qui se concentre sur la manière dont ces derniers sont utilisés en vue de l’action. Cet exemple nous amènera à distinguer différents types de correspondances et à discuter la distinction traditionnelle entre les notions de « formel » et d’« informel ».

Les liens de patronage et de clientèle dans l’Empire : raisons d’une absence et intérêt d’une démarche

  • 6 Press 1988, p. 19.
  • 7 Lebeau 2004b, p. 12.
  • 8 Schröcker 1981.
  • 9 Le programme de recherche dirigé par Gernot Heiss et Beatrix Bastl porte le titre « Patronage und K (...)
  • 10 Rohrschneider 2014 ; Haug 2015.
  • 11 Nous ne renvoyons ici qu’à l’un de ses articles : Keller 2004b. Notons que l’histoire de la parenté (...)

6En 1988, Volker Press ouvrait par ces mots la partie consacrée au Saint-Empire dans un ouvrage collectif portant sur les systèmes clientélaires en Europe : « Quand on évoque les termes de patronage ou de clientèle dans le Saint-Empire, alors on aborde un thème inhabituel6. » En 2004, Christine Lebeau écrivait en introduction d’un volume consacré à l’espace du Saint-Empire qu’on pouvait le considérer comme un « espace fonctionnel [qui] s’organise en une multiplicité de réseaux dont on aimerait cependant encore savoir précisément comment ils s’élaborent et se croisent7 ». Ces réseaux ne se limitent pas aux clientèles, mais si le constat de Volker Press restait toujours valide seize ans après avoir été énoncé, c’est que son article, qui visait précisément à inverser la tendance décrite, est resté lettre morte. Quelques exceptions à ce vide historiographique peuvent être citées. Certaines, anciennes, viennent d’historiens qui se sont intéressés à la clientèle personnelle de grands personnages de l’Empire dont il s’agissait de comprendre la réussite exceptionnelle, l’exemple le plus frappant étant sans doute celui de Lothar Franz von Schönborn, pour lequel Alfred Schröcker a listé les neuf cents noms qui apparaissent dans sa correspondance8. Très récemment, quelques nouveaux projets dédiés à la thématique des liens de patronage et de clientèle ont vu le jour, notamment autour de la résidence impériale de Vienne9, de la politique clientélaire de la Prusse et de l’Autriche auprès de la Diète impériale, ou de celle de la France auprès des cours et des chapitres de Mayence et de Cologne10. Enfin, l’histoire de la communication s’est emparée de la question des réseaux de correspondances, notamment Katrin Keller qui a mis en lumière l’importance des clientèles et des liens familiaux dans l’intervention politique de certaines princesses du Saint-Empire11.

  • 12 Nous ne ferons que les esquisser. Pour plus de détail, voir Haddad 2006.
  • 13 Mousnier 1971, surtout p. 531 sq. ; Mousnier 1974, p. 85-89.
  • 14 Kettering 1986. Voir également Kettering 1992.
  • 15 En témoignent certaines réflexions menées à l’échelle européenne comme : Giry-Deloison et Mettam 19 (...)

7Toutefois, malgré ce lent mais réel inversement de tendance, cette historiographie reste pauvre, surtout si l’on veut bien prendre en considération deux éléments. Le premier est le fait que les systèmes clientélaires et les liens de patronage représentent, depuis les années 1960 au moins, un thème majeur de l’historiographie européenne. Les débats à propos de la nature et du rôle de ces relations dans le cadre de la monarchie française furent particulièrement vifs12. Roland Mousnier, qui avait replacé les liens d’homme à homme au cœur du fonctionnement de la société française d’Ancien Régime, avait conféré une place centrale à ce qu’il nommait « fidélité », qu’il considérait comme un lien sentimental fondé sur l’affection mutuelle, et qu’il fallait donc analyser selon lui de manière séparée des clientèles à proprement parler13. De nombreux historiens anglo-saxons, au premier rang desquels Sharon Kettering, remirent en cause une telle lecture, en questionnant la force supposée du lien affectif, et en replaçant l’intérêt au cœur de la logique de ces liens d’homme à homme14. Depuis les années 1980, les travaux consacrés à cette thématique se sont multipliés puis internationalisés, portant tour à tour sur d’autres espaces comme l’Angleterre, l’Italie ou l’Espagne15 ; mais justement pas sur l’Empire.

  • 16 Reinhard 1979, p. 33-38 principalement.
  • 17 Pour un bilan historiographique des apports de la méthode, voir Emich et al. 2005.

8Deuxième élément : la pauvreté de cette historiographie paraît d’autant plus étonnante si l’on considère que des historiens allemands ont joué un rôle majeur dans ce débat européen. C’est le cas surtout de Wolfgang Reinhard qui, dès 1979, proposait le concept de Verflechtung (entrelacement, interdépendance), afin de comprendre la nature de l’élite politique romaine du xviie siècle. Il en distinguait quatre types, qui auraient joué un rôle majeur dans la structuration et la formation de cette élite : l’amitié, le lien familial, l’origine commune, et le patronage16. Cette hypothèse de départ a entraîné une série de travaux qui ont permis de démontrer que le fonctionnement des États pontificaux reposait non pas tant sur ses institutions que sur la formation d’une classe dirigeante romaine structurée par ces liens, et autour de laquelle se serait construit et homogénéisé ce corps politique17. Pourtant, ce programme de recherche n’a jamais été appliqué à l’Empire, alors même que Reinhard s’est par ailleurs beaucoup intéressé à cet espace.

  • 18 Voir par exemple la récente controverse entre Georg Schmidt et Heinz Schilling sur ce point : Schmi (...)
  • 19 Pour plus de détail : Schnettger 2007b.
  • 20 C’est là justement la voie que proposait Press 1982.

9Deux éléments, qui sont en fait les deux faces d’une même médaille, peuvent expliquer cet état de fait historiographique. Le premier est presque devenu un lieu commun : après que l’histoire du Saint-Empire s’est longtemps écrite à l’échelle des États territoriaux qui le composent, les historiens, depuis les années 1950 environ, ont redécouvert l’Empire comme échelle du politique, ce qui les a amenés à reprendre à leur compte la question désormais multiséculaire de la nature politique de cet ensemble, et du niveau de son étaticité18. Or cette nature a été analysée de façon majoritaire du point de vue de l’histoire du droit – le Saint-Empire étant considéré comme un système juridique permettant d’éviter les conflits – et de ses institutions – les tribunaux d’Empire, la Diète, etc.19 La place du questionnement sur l’État et sa nature aurait alors entravé le développement des travaux qui appréhendaient au contraire l’Empire comme un « système politique et social », c’est-à-dire comme un tout qu’il s’agirait d’analyser au-delà de sa division en différents niveaux institutionnels20.

  • 21 Ce sont les termes qu’il emploie dans sa préface à Ranum 1966, p. 13.
  • 22 Kettering 1986, p. 6.
  • 23 Résumé dans Descimon et Cosandey 2002, p. 227-228.
  • 24 De manière paradigmatique : Emich 2011b.
  • 25 Reinhard 1996c, surtout p. 7.

10La seconde raison est liée à la nature des termes du débat international évoqué à l’instant. La majorité des travaux cités reposent en effet sur un cadre conceptuel : celui du développement de l’État moderne. Pour de nombreux historiens, les liens clientélaires nobiliaires auraient joué un rôle fondamental dans la pratique concrète du pouvoir central absolutiste. Roland Mousnier évoque ainsi l’existence d’« une chaîne de protections et de dévouements, [qui] unit des hommes depuis le roi jusqu’au paysan, depuis le Louvre jusqu’aux frontières et permet l’exécution de la volonté du Roi21 ». Sharon Kettering, alors même qu’elle s’oppose à Mousnier, considère aussi, à partir de l’exemple provençal, que les ministres parisiens utilisèrent ces liens pour étendre leur contrôle sur des provinces reculées, en y distribuant le patronage royal22. D’autres historiens inversèrent l’interprétation, car l’existence de clientèles au fondement même de la pratique du pouvoir central pouvait devenir un argument décisif contre l’idée d’un absolutisme princier23. Mais que ce soit dans un sens ou dans un autre, le débat européen s’est donc largement développé autour de la problématique générale du lien entre systèmes clientélaires et développement de l’État moderne, ce que l’on retrouve chez Wolfgang Reinhard et ses disciples. Bien loin d’être en opposition avec la modernité étatique, les Verflechtungen sous-tendraient le développement des bureaucraties naissantes et auraient joué un rôle fondamental dans l’intégration de territoires périphériques aux États pontificaux24. Il semble d’ailleurs que c’est surtout à ce titre que Reinhard s’est intéressé aux entrelacements observables au sein du groupe des élites25. Les termes mêmes de ce débat européen ne permettent donc pas véritablement d’y intégrer l’Empire comme espace politique : pas de « centre », ici, qui pourrait tenter par des clientèles d’intégrer des périphéries ; pas de liens d’homme à homme qui permettraient d’unir l’espace tout entier à partir de Vienne ou d’ailleurs.

  • 26 À titre d’exemple, et afin d’illustrer ces deux champs très dynamiques de l’histoire politique impé (...)
  • 27 Moraw 1988, p. 4.

11Pourtant, les intérêts heuristiques présentés par l’analyse de l’organisation et de la fonction de ces liens dans le cadre impérial ne manquent pas. De manière très générale, la prise en compte des relations interpersonnelles de dépendance permettrait de rejoindre les approches qui, que ce soit du point de vue de l’histoire de la communication ou des rituels politiques, envisagent l’Empire comme un système politique dont il s’agit de saisir le fonctionnement dans son unité même, et non dans la segmentation de ses différentes échelles politiques26. En analysant l’Empire par le biais moins usité des liens de fidélité qui le parcourent, on peut le saisir comme une Gesamtgesellschaft27, c’est-à-dire une « société globale » traversée par des liens sociaux qui dépassent les frontières des États territoriaux et qui sont l’une des conditions de l’unité et de l’intégration de l’Empire. Difficile, sans ces relations interpersonnelles, d’imaginer la possibilité d’obtenir des informations, de transférer de l’argent, de faire, tout simplement, de la politique dans l’Empire. Tout système politique repose inévitablement sur un ensemble de liens interpersonnels, qui le structurent et permettent l’action politique en son sein.

  • 28 Reinhard 1996b, p. 312.
  • 29 Reinhard 2008.

12Surtout, la prise en compte de cet objet permettrait de rattacher l’Empire à une histoire fondamentalement européenne. C’est ce que rend possible l’analyse, non pas seulement de la nature des liens observés – l’amitié, le patronage, etc. –, mais d’un certain type d’action politique, que le tableau de Brühl représente de manière symbolique : celui qui s’appuie sur ces liens spécifiques. C’est là précisément ce que Wolfgang Reinhard s’est proposé d’appeler « micropolitique », qu’il définit comme « l’emploi plus ou moins planifié d’un réseau de relations informelles et personnelles à des fins politiques28 », et qui se trouverait au fondement d’une culture politique européenne29. Le concept de micropolitique a en effet l’avantage de permettre l’analyse d’une culture de l’agir politique qui semble bien européenne, mais qui s’inscrit toujours dans un espace institutionnel et juridique donné. L’objet permet donc de prendre au sérieux les conditions institutionnelles et juridiques spécifiques de l’Empire, tout en sortant de l’analyse d’une exceptionnalité impériale, dès lors que chaque espace donne à voir sa propre spécificité, dans laquelle la micropolitique prend des formes propres.

13Dans un second temps, nous allons illustrer ces potentialités en nous concentrant sur un exemple précis de relations : celles que l’on observe entre certains principaux ministres des États territoriaux. Ce faisant, nous serons amené à mettre en évidence un problème majeur de la définition de la micropolitique : celui de la distinction – problématique mais fondée, selon nous – sur laquelle elle repose, entre des relations « informelles et personnelles », et d’autres qui seraient donc formelles ou officielles.

Le pouvoir de la lettre : les correspondances « informelles » et les liens de dépendance personnels

  • 30 Grumbkow 1879 ; Schäfer 1914 ; Grumbkow 1939.

14En août 1730, le roi de Pologne Auguste II écrit à Friedrich Wilhelm von Grumbkow, l’un des principaux ministres et plus proches conseillers de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse, qui fit toute sa carrière dans l’armée et l’administration prussiennes, et fut nommé en 1723 à la tête du Generaldirektorium qui chapeautait les finances et l’armée dans l’État30 :

  • 31 Geheimes Staatsarchiv Preuβischer Kulturbesitz (GStA PK), I. HA, Rep. 96 : Geheimes Zivilkabinett, (...)

« Les fréquentes indispositions du Comte de Manteuffel jointes à la nécessité ou il se trouve de faire un séjour en Silésie pour ses affaires particulières ne luy laissant pas le loisir de continuer avec vous la correspondance que vous avez entretenue jusqu’icy, j’ay voulu vous en avertir pour vous dire en meme temps que vous pourrez m’ecrire directement ce que vous aurez à me demander31. »

  • 32 Sur sa démission, voir Pretsch 1970, p. 77-78.

15Le comte de Manteuffel était l’un des deux ministres saxons responsables des affaires extérieures et, en août 1730, il venait d’être disgracié, ce que le roi annonce de façon un peu adoucie. Il avait mené une lutte acharnée contre l’autre grand ministre saxon de l’époque, le comte de Hoym, responsable des affaires intérieures et vainqueur de cette opposition32.

16Très vite, Grumbkow entame une correspondance avec Heinrich von Brühl, qui n’est alors que chambellan. Quelques jours après la première lettre citée, Grumbkow reçoit un mot du roi de Prusse à son sujet :

  • 33 GStA PK, I. HA, Rep. 96, Nr. 16 B, fol. 9, lettre du 14 août 1730.

« Je suis fâché de ce que le comte Manteuffel quitte son poste et je crains que la bonne harmonie entre le Patron [le roi de Pologne] et Moi n’en soit altérée tôt ou tard. Cependant vous devez employer votre savoir-faire pour conserver les choses dans la situation présente. C’est pourquoi je vous ordonne d’entretenir soigneusement la correspondance avec Brühl33. »

  • 34 Résumé dans Matzke 2011, p. 60-61.
  • 35 Elle n’est pas conservée, mais Grumbkow le souligne dans sa lettre à Brühl du 13 août 1730 : Haupts (...)
  • 36 HStAD, 10026, loc. 02994/01, 02994/02, 02994/03.
  • 37 HStAD, 10026, loc. 3424/5 et loc. 3280/11 ; plusieurs lettres réparties également dans le fond GStA (...)

17La « situation présente » évoquée est celle d’une alliance défensive que la Prusse a signée en 1728 avec la Saxe. L’empereur Charles VI, d’un côté, la France et l’Angleterre, de l’autre, se disputaient alors les princes de l’Empire. L’Autriche, qui était alliée à la Prusse depuis 1726, voulait signer une triple alliance avec la Saxe. La Prusse y était favorable, mais le roi de Pologne hésitait encore, ce qui explique la lettre du roi à son ministre34. La correspondance entre Manteuffel et Grumbkow avait été échangée depuis plusieurs années déjà35 et celle avec Brühl, qui prit donc le relais, dura jusqu’en 1733 au moins36. Grumbkow correspondit par ailleurs aussi entre 1726 et 1734 avec un autre grand ministre saxon, August Christoph von Wackerbarth37.

  • 38 HStAD, 10026, loc. 02994/01.
  • 39 GStA PK, I. HA Rep. 96, Nr. 16 B, fol. 51.

18Une première question se pose à ce stade : pourquoi cette correspondance entre Grumbkow et Manteuffel puis Brühl a-t-elle une importance telle que les deux rois semblent particulièrement inquiets lorsqu’elle s’interrompt, au point de craindre que cela ne remette en cause la bonne harmonie entre eux ? Comme le sous-entend la lettre du roi de Prusse, ces correspondances portent principalement sur les relations entre la Saxe et la Prusse, sur les négociations diplomatiques et la situation politique européenne que nous évoquions. Donnons un exemple parmi tant d’autres, avec l’une des premières lettres qu’envoie Grumbkow à Brühl. Le 14 septembre 1730, il le prévient des derniers événements survenus à Berlin à la suite de la tentative d’évasion du prince royal Frédéric vers l’Angleterre38. Brühl répond à Grumbkow le 20 septembre afin de le remercier de ces nouvelles et de lui annoncer que les rumeurs qui lui sont parvenues, selon lesquelles le roi de Pologne aurait signé un traité d’alliance avec le roi d’Angleterre, sont mensongères39.

  • 40 Baumgart 1958, p. 230.
  • 41 Matzke 2011, p. 100-101.
  • 42 Les négociations qu’il mène apparaissent dans ses relations : HStAD, 10026, loc. 2990.
  • 43 Pour une liste complète de la présence diplomatique « officielle » de ces deux États territoriaux c (...)

19Or, le contenu de ces lettres est très étonnant. Les affaires diplomatiques ne sont en effet du ressort ni de Grumbkow, ni de Manteuffel, ni de Brühl. Le Generaldirektorium était entièrement indépendant du Departement für auswärtige Angelegenheiten auquel Grumbkow n’appartenait pas et qui, théoriquement, s’occupait depuis 1728 de toutes les affaires extérieures de ce royaume censé être le modèle paradigmatique de l’État moderne organisé en administrations séparées et aux compétences claires40. Côté saxon, Brühl était chambellan et non pas conseiller privé, tandis que Manteuffel, en tant que ministre des Affaires extérieures, n’était pas en charge des relations avec la Prusse. Depuis 1729, suite à une longue dispute au sein du conseil du roi, les relations internes à l’Empire avaient été définitivement confiées au ministre des Affaires intérieures, ce qui est d’ailleurs significatif sur la nature des relations intra-impériales41. Or les deux institutions officiellement responsables des relations entre la Saxe et la Prusse avaient bien sûr la possibilité de s’écrire et de s’échanger des documents. Par ailleurs, chacun des deux États territoriaux disposait également d’un diplomate officiel accrédité auprès de la cour de son voisin : Christian Ernst von Polentz était le résident saxon à Berlin42, tandis que Karl Ludwig von Waldburg-Zeil puis Johann August Marschall von Bieberstein furent tour à tour envoyés à Dresde entre 1729 et 173243.

20Nous en arrivons ainsi à une deuxième question : s’il existe autant de canaux différents, et que certains sont ceux de la diplomatie « officielle », pourquoi les princes désirent-ils passer par celui de ces ministres, qui ne sont pas responsables des affaires diplomatiques ? La question semble d’autant plus capitale que la situation décrite est non pas l’exception mais la règle, et qu’elle peut être observée pour de très nombreux principaux ministres allemands du xviiie siècle.

  • 44 Voir à titre d’exemple : Mączak 2005, p. 27-28. Il ne peut évidemment s’agir, dans ce cadre, de rev (...)
  • 45 Bauer 2009, p. 45-46.
  • 46 Voir surtout Emich 201 la, p. 89.

21Seule la prise en compte de la nature de ce canal spécifique semble permettre de répondre à l’interrogation. Nous retrouvons alors l’opposition entre le « formel » et l’« informel », sur laquelle repose la micropolitique. Même si elle n’a rien d’évident, cette distinction fut souvent considérée comme allant de soi. Lorsque ce ne fut pas le cas, les historiens ont fréquemment fait de l’existence écrite d’une norme ou d’une loi, qui viendrait garantir ou non la relation, le critère distinctif entre les deux mondes44. Dès lors, le formel se trouverait du côté de l’État et de la bureaucratie, alors que l’informalité serait à chercher du côté de l’interaction sociale non réglée juridiquement45. La difficulté vient toutefois du fait qu’il existe des formes transitoires entre ces deux pôles et même des processus de « formalisation de l’informel », observables notamment au sein des administrations46. Elle vient aussi du flou de ce qui, précisément, doit être considéré comme formel ou informel : la relation elle-même, les structures de pouvoir qui la sous-tendent, des situations et des contextes donnés ?

  • 47 HStAD, 10026, loc. 02994/03, lettre du 2 janvier 1732, par exemple.

22Considéré ainsi, l’exemple que nous avons pris se situe effectivement, d’une certaine façon, à l’intersection entre formel et informel. Si ce sont bien deux individus qui s’écrivent personnellement et s’appellent parfois « amis »47, nous nous trouvons dans le formel dans la mesure où la relation entre Grumbkow et Brühl est de part en part « étatique », et que les deux hommes échangent des missives à la demande de leurs souverains. Nous pensons qu’une attention portée à la forme des lettres échangées permet toutefois de montrer que les trois canaux évoqués ne sont pas équivalents, et que les ministres du xviiie siècle s’envoient divers types de correspondance, qui ont tous une fonction et une signification différentes.

  • 48 HStAD, 10026, loc. 02994/03, lettre du 7 janvier 1732.
  • 49 Landesarchiv Westfalen-Lippe (LWL), Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 12968, f (...)
  • 50 « Excellenz », in Brockhaus 1892-1896, vol. 6, p. 458.

23Comparons une lettre de Grumbkow à Brühl48 et une autre envoyée par les membres du département des affaires Étrangères prussien (Borcke, Podewils et Thulemeyer) à leur homologue colonais Ferdinand von Plettenberg, relativement au même contexte diplomatique49. Dans la première, l’en-tête est basique : la missive débute par la formule « Monsieur », qui ne rend évidemment pas compte des titres de Brühl, tandis que l’adresse utilisée, celle de « Votre Excellence » (ou de son abréviation « VE »), s’applique au xviiie siècle à l’ensemble des nobles dans l’Empire sans distinction de rang, alors que Brühl est un comte50. Les deuxième et troisième pages sont, quant à elles, écrites sur un feuillet double, d’abord sur la feuille de droite puis sur celle de gauche, mais de manière inclinée, à 90 degrés, ce qui est très peu usuel en règle générale mais systématique pour Grumbkow dans cette correspondance. Le ministre écrit par ailleurs de sa main et termine par la formule « je suis tres sincerement, monsieur, de VE, le très humble et très obeissant », suivie de sa signature.

  • 51 « [La bonne amitié de voisinage], que nous conservons du reste avec une entière estime et un dévoue (...)
  • 52 « Königl : Preuβlr : Verordnete Würckl : Geheimbte Räthe. »

24Dans la seconde, la formule de politesse est bien plus longue : « Hochgebohrener Graff, hochgeehrtester Herr Ober Cammerer und Würcklich Geheimbter Etats Rath. » Elle est « complète » dans la mesure où elle décrit la position de Plettenberg au sein de l’État (il est à la fois conseiller privé et grand trésorier) et dans la société d’ordre (il est comte). Dans le corps du texte, Plettenberg est lui aussi appelé Eure Excellentz, mais cette fois-ci sans avoir recours à une forme abrégée. Une formule de politesse clôt le texte principal51 et elle est suivie de la signature des trois ministres, désignés par leurs titres et la qualité qui les définit ici en tant qu’épistoliers : « Officiels et véritables conseillers privés royaux prussiens52 ». Seules les signatures sont de la main des ministres, le reste de la lettre ayant été rédigée par un secrétaire, qui s’applique à écrire dans la graphie typique des chancelleries, particulièrement pour les majuscules du début du texte et de la formule de politesse.

Lettre de Friedrich Wilhelm von Grumbkow à Heinrich von Brühl, datée du 7 janvier 1732.

Hauptstaatsarchiv Dresden (HStAD), 10026, Geheimes Kabinett, loc. 02994/03.

  • 53 « Losgelöst von Formzwängen », selon l’expression d’Ingeborg Klettke-Mengel, qui élabore elle aussi (...)
  • 54 Nous retrouvons le constat de Birgit Emich, qui avait pu mettre en évidence qu’à Rome le cardinal-n (...)
  • 55 Sur l’importance de ces signes, voir par exemple Klettke-Mengel 1986, p. 1-4 ; Stuiber 2013.

25La correspondance entre Grumbkow et Brühl ne saurait être considérée comme « libérée d’obligations de forme53 », car l’analyse des différentes lettres qui la composent laisse apparaître une formalité tout aussi stricte que celle de notre deuxième exemple. La lettre renvoie sans doute davantage à un type bien spécifique de missive, que les acteurs savent reconnaître par sa forme qui apparaît elle-même comme signifiante54. La lettre n’est donc pas le signe d’une relation qui serait formelle ou informelle, mais elle s’insère dans une correspondance qui apparaît comme « personnelle » dans le sens où elle met en scène, par sa formalité, un lien personnel et particulier entre deux individus, au-delà de leurs fonctions. La lettre signale par sa forme (en-tête, formule de politesse, écriture de la main propre du ministre55, etc.) que les affaires diplomatiques qui y sont traitées sont placées sous le sceau d’une relation de proximité, d’intimité et de confidence entre deux hommes, ce qui n’est pas le cas dans l’autre exemple analysé.

Première page d’une lettre adressée par les membres du Auswärtiges Amt prussien à Ferdinand von Plettenberg, le 23 août 1732.

Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkinchen LWL AW, Nordkirchen, Akten, n° 12968, fol. 64-65.

  • 56 Seydewitz 1926, p. 41-43. Sur Flemming, voir surtout Haake 1938.
  • 57 Göse 2003, p. 118.
  • 58 Philipp 1920, p. 9.
  • 59 D’après une lettre de Wackerbarth à Brühl publiée dans Weber 1857, p. 107-108.

26Brühl et Grumbkow se connaissaient apparemment fort mal, mais ils étaient unis par une chaîne de relations qui leur a sans doute permis d’établir ce type de correspondance qui n’allait pas de soi. Grumbkow et Manteuffel étaient reliés depuis de longues années : tous deux étaient originaires de Poméranie, où ils avaient encore leurs terres, et Manteuffel commença sa carrière à la cour de Berlin avant d’être disgracié en 1701. Celui qui le fit alors venir à Dresde était le principal ministre de l’époque, Jakob Heinrich von Flemming, qui était lui-même originaire de Poméranie56. Rappelons que Grumbkow correspondait également avec Wackerbarth. Or ce ministre connut une ascension fulgurante grâce à l’entremise de Flemming, dont il était aussi un client57. Les liens entre Wackerbarth et Manteuffel étaient également réels, et c’est ensemble qu’ils s’attaquèrent à la faction opposée, celle du comte de Hoym, qui parvint finalement à faire renvoyer Manteuffel en 1730. Lorsque Wackerbarth se retrouva isolé à Dresde, il misa alors sur le jeune Brühl, à la fois pour faire tomber Hoym et pour réintégrer Manteuffel à la cour58. Wackerbarth joua alors les intermédiaires, et fit en sorte que Manteuffel débutât une correspondance avec Brühl59.

  • 60 Voir, à titre d’exemple, la liste des « pratiques de l’amitié » relevées par Christian Kühner au su (...)

27Derrière l’ensemble de ces correspondants – Grumbkow, Manteuffel, Wackerbarth, puis, plus tardivement, Brühl – nous retrouvons donc mêlées les différentes catégories de Verflechtungen, décrites par Reinhard : le patronage, l’origine commune, l’amitié. La négociation qui a lieu entre Grumbkow et ses partenaires saxons est bien étatique et officielle, elle se fait au nom des deux princes et à leur demande ; mais elle se fait entre fidèles. Si les princes eux-mêmes s’appuient sur les relations personnelles entre leurs ministres, c’est qu’elles sont associées, dans le cadre de la culture politique spécifique de l’époque moderne, à des attentes de comportement60. Elles sont des relations politiques qui représentent des ressources sur lesquelles les princes s’appuient, ce qui explique l’inquiétude du roi de Prusse après la disgrâce de Manteuffel. La forme de la lettre représente un type de communication non verbale. Elle permet d’instaurer un cadre et de signaler que l’action politique s’inscrit dans le contexte de la relation interpersonnelle de dépendance, et non de celle entre des ministres d’État – les mêmes hommes pouvant être amenés, dans un autre contexte, à s’écrire une lettre « officielle ». Si l’on peinerait à qualifier de manière définitive la nature de la relation entre Brühl et Grumbkow, ce qui compte du point de vue de l’action politique, c’est que les deux hommes ont pu construire le cadre symbolique d’une correspondance personnelle et confidente. C’est le « pouvoir » associé à ce type spécifique d’échanges épistolaires que Bacciarelli a sans doute cherché à représenter.

Signature des trois ministres prussiens (lettre à Plettenberg du 23 août 1732).

Signature des trois ministres prussiens (lettre à Plettenberg du 23 août 1732).

Conclusion : le Saint-Empire et la « société des ministres »

  • 61 La notion est calquée sur celle de Bély 1999.
  • 62 Ces correspondances sont conservées au LWL, Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten.

28Qu’en est-il dès lors de la « société des ministres » évoquée dans le titre de cet article61 ? Les correspondances entre principaux ministres comparables à celle-ci, qui traitent des affaires diplomatiques de leurs princes tout en mettant en scène par leur forme un lien personnel entre deux hommes, sont en fait extrêmement nombreuses dans l’Empire, et les liens qui unissent ces hommes le sont aussi. Un personnage comme Grumbkow échangeait également à Vienne, avec le prince Eugène, ou à Wolfenbüttel, avec le Premier ministre Hieronymus von Münchhausen. Dans le cas de son homologue Ferdinand von Plettenberg, Premier ministre colonais de 1723 à 1733 dont les lettres ont été particulièrement bien conservées, on constate l’existence d’un tel échange épistolaire avec le principal ministre bavarois, Ignaz von Törring, les ministres viennois Philipp Ludwig von Sinzendorff et Friedrich August von Harrach, son homologue hanovrien, Gerlach Adolph von Münchhausen, ou encore le ministre de Wolfenbüttel Konrad Detlev von Dehn62 – et l’on pourrait multiplier les exemples.

29Ainsi, si l’on additionne toutes ces correspondances qui irriguent l’Empire, et dont la nature est bien spécifique, un monde relativement homogène apparaît : celui des principaux ministres des États territoriaux. Ces hommes se fréquentent dès les universités, ils circulent, changent souvent de maîtres au cours de ce qu’il faut bien appeler leur « carrière » ; l’Empire est un espace politique et social où les occasions de se rencontrer sont nombreuses, par le voyage, les événements politiques, comme les couronnements, ou les institutions, telles que la Diète ou les tribunaux d’Empire, auprès desquels ces ministres ont souvent servi à un moment de leur vie. Cette « société des ministres » représente une force centripète essentielle dans l’Empire, une clé de son unité politique, et une dimension capitale des relations interterritoriales. L’Empire est, en effet, un espace morcelé en quelque trois cents États territoriaux. Il multiplie donc les frontières et les situations de voisinage, si bien que l’ensemble des liens de dépendance personnels, et particulièrement de ceux qui relient les principaux ministres des territoires devient l’une des conditions du fonctionnement de la société politique impériale. La société des ministres doit être considérée comme un niveau du politique – à l’image des liens dynastiques entre princes, particulièrement denses dans l’Empire, ou des relations entre diplomates, notamment à la Diète permanente de Ratisbonne – et les correspondances qu’échangent ces hommes entre eux se retrouvent alors bien souvent à l’intersection entre le personnel et l’étatique, car c’est le prince lui-même qui s’appuie sur les qualités intrinsèques du « personnel » pour agir dans l’espace impérial morcelé. Ce monde d’interconnaissance, à l’image de tout réseau, n’a ni extérieur ni intérieur ; il ne donne à voir que des densités plus ou moins fortes. Dès lors, s’il est possible que cette société des ministres soit particulièrement dense à l’intérieur de l’Empire, elle reste sans aucun doute européenne. Analysée sous cet angle, la société politique impériale peut donc à la fois être interrogée dans sa spécificité, et être intégrée à une histoire qui est nécessairement européenne.

Notes

1 Mycielski 1908.

2 Seule une copie, dont l’auteur est inconnu, nous est parvenue.

3 Pommier 2003, p. 9-13. Récemment, la problématique a été appliquée à la question du portrait des princes allemands du xvie siècle par Ghermani 2009, notamment p. 14.

4 Hanke 2006, p. 195-254 sur les négociations avec la Russie.

5 À ce sujet, voir aussi Hengerer 2013, p. 27-28.

6 Press 1988, p. 19.

7 Lebeau 2004b, p. 12.

8 Schröcker 1981.

9 Le programme de recherche dirigé par Gernot Heiss et Beatrix Bastl porte le titre « Patronage und Klientelsysteme am Wiener Hof ». Voir : http://www.univie.ac.at/Geschichte/wienerhof.

10 Rohrschneider 2014 ; Haug 2015.

11 Nous ne renvoyons ici qu’à l’un de ses articles : Keller 2004b. Notons que l’histoire de la parenté représente aussi une historiographie dynamique, qui aborde parfois la question de l’organisation spatiale des réseaux de parenté dans l’Empire ; c’est le cas de Michaela Hohkamp, par exemple dans Hohkamp 2007b.

12 Nous ne ferons que les esquisser. Pour plus de détail, voir Haddad 2006.

13 Mousnier 1971, surtout p. 531 sq. ; Mousnier 1974, p. 85-89.

14 Kettering 1986. Voir également Kettering 1992.

15 En témoignent certaines réflexions menées à l’échelle européenne comme : Giry-Deloison et Mettam 1995.

16 Reinhard 1979, p. 33-38 principalement.

17 Pour un bilan historiographique des apports de la méthode, voir Emich et al. 2005.

18 Voir par exemple la récente controverse entre Georg Schmidt et Heinz Schilling sur ce point : Schmidt 2002 ; Schilling 2002 (traduction française : Schilling 2013).

19 Pour plus de détail : Schnettger 2007b.

20 C’est là justement la voie que proposait Press 1982.

21 Ce sont les termes qu’il emploie dans sa préface à Ranum 1966, p. 13.

22 Kettering 1986, p. 6.

23 Résumé dans Descimon et Cosandey 2002, p. 227-228.

24 De manière paradigmatique : Emich 2011b.

25 Reinhard 1996c, surtout p. 7.

26 À titre d’exemple, et afin d’illustrer ces deux champs très dynamiques de l’histoire politique impériale : North 2005 ; Stollberg-Rilinger 2008æ.

27 Moraw 1988, p. 4.

28 Reinhard 1996b, p. 312.

29 Reinhard 2008.

30 Grumbkow 1879 ; Schäfer 1914 ; Grumbkow 1939.

31 Geheimes Staatsarchiv Preuβischer Kulturbesitz (GStA PK), I. HA, Rep. 96 : Geheimes Zivilkabinett, ältere Periode, Nr. 16 B, fol. 2, lettre du 5 août 1730.

32 Sur sa démission, voir Pretsch 1970, p. 77-78.

33 GStA PK, I. HA, Rep. 96, Nr. 16 B, fol. 9, lettre du 14 août 1730.

34 Résumé dans Matzke 2011, p. 60-61.

35 Elle n’est pas conservée, mais Grumbkow le souligne dans sa lettre à Brühl du 13 août 1730 : Hauptstaatsarchiv Dresden (HStAD), 10026 (Geheimes Kabinett), loc. 02994/01.

36 HStAD, 10026, loc. 02994/01, 02994/02, 02994/03.

37 HStAD, 10026, loc. 3424/5 et loc. 3280/11 ; plusieurs lettres réparties également dans le fond GStA PK, I. HA Rep. 96, Nr. 16 A-E.

38 HStAD, 10026, loc. 02994/01.

39 GStA PK, I. HA Rep. 96, Nr. 16 B, fol. 51.

40 Baumgart 1958, p. 230.

41 Matzke 2011, p. 100-101.

42 Les négociations qu’il mène apparaissent dans ses relations : HStAD, 10026, loc. 2990.

43 Pour une liste complète de la présence diplomatique « officielle » de ces deux États territoriaux chez leur voisin, voir Hausmann 1950, p. 304-305 et 339-340.

44 Voir à titre d’exemple : Mączak 2005, p. 27-28. Il ne peut évidemment s’agir, dans ce cadre, de revenir sur l’ensemble des usages historiens de la notion.

45 Bauer 2009, p. 45-46.

46 Voir surtout Emich 201 la, p. 89.

47 HStAD, 10026, loc. 02994/03, lettre du 2 janvier 1732, par exemple.

48 HStAD, 10026, loc. 02994/03, lettre du 7 janvier 1732.

49 Landesarchiv Westfalen-Lippe (LWL), Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten, n° 12968, fol. 64-65.

50 « Excellenz », in Brockhaus 1892-1896, vol. 6, p. 458.

51 « [La bonne amitié de voisinage], que nous conservons du reste avec une entière estime et un dévouement inchangé. De votre Excellence, les serviteurs les plus obéissants » : [Die gute nachbahrliche Freundschaffi], die wir übrigens mit vollenkommener estime und Ergebenheit unveränderlich beharren, Eur Excellentz, gehorsambste Diener.

52 « Königl : Preuβlr : Verordnete Würckl : Geheimbte Räthe. »

53 « Losgelöst von Formzwängen », selon l’expression d’Ingeborg Klettke-Mengel, qui élabore elle aussi une typologie entre différentes correspondances : Klettke-Mengel 1986, p. 2.

54 Nous retrouvons le constat de Birgit Emich, qui avait pu mettre en évidence qu’à Rome le cardinal-neveu avait une triple fonction politique à laquelle correspondaient trois types de lettres, que les acteurs considéraient eux-mêmes comme différents, et qu’elle nomme Amtskorrespondenz, Patronagekorrespondenz et Privatkorrespondenz : Emich 2001, p. 396-401.

55 Sur l’importance de ces signes, voir par exemple Klettke-Mengel 1986, p. 1-4 ; Stuiber 2013.

56 Seydewitz 1926, p. 41-43. Sur Flemming, voir surtout Haake 1938.

57 Göse 2003, p. 118.

58 Philipp 1920, p. 9.

59 D’après une lettre de Wackerbarth à Brühl publiée dans Weber 1857, p. 107-108.

60 Voir, à titre d’exemple, la liste des « pratiques de l’amitié » relevées par Christian Kühner au sujet de la noblesse française du xviie siècle : Kühner 2013.

61 La notion est calquée sur celle de Bély 1999.

62 Ces correspondances sont conservées au LWL, Archivamt für Westfalen, Archiv Nordkirchen, Akten.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/28035/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/28035/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/28035/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Titre Signature des trois ministres prussiens (lettre à Plettenberg du 23 août 1732).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/28035/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 70k

Auteur

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
(1985) a soutenu sa thèse en 2015 à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne et à la Ludwig-Maximilians-Universität de Munich. Depuis 2017, il est maître de conférences à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne (IHMC) et il travaille notamment sur le lien entre pratiques épistolaires, diplomatie européenne et exercice du pouvoir dans le Saint-Empire. Parmi ses publications : Des liaisons avantageuses. Action des ministres, liens de dépendance et diplomatie dans le Saint-Empire romain germanique (années 1720-1750), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2018 (à paraître) ; « Négociations diplomatiques et pluralité des droits : le Saint-Empire, l’Europe et le problème des “affaires étrangères” (xviie-xviiie siècles) », Revue d’Histoire moderne et contemporaine, 64, 2017/3, p. 39-63 ; « Le principal ministre et ses réseaux. Logiques d’action concurrentes dans le Saint-Empire au xviiie siècle », Nicolas le Roux et Martin Wrede (dir.), Noblesse oblige. Identités et engagements aristocratiques à l’époque moderne, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2017, p. 105-119.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search