Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Regards nouveaux sur un vieil Empire. L’historiographie du Saint-Empire depuis le milieu du XXe Siècle

Matthias Schnettger
Traduction de Christophe Duhamelle

Texte intégral

1La recherche portant sur le Saint Empire romain germanique depuis la Seconde Guerre mondiale constitue, pour l’historiographie, un thème passionnant qui suscite également la réflexion. On chercherait en vain un autre objet, dans le champ de l’histoire moderne allemande, qui davantage que le Saint-Empire ait suscité un tel travail d’investigation et ait connu une réinterprétation aussi fondamentale au cours des dernières décennies. Après avoir rappelé les conceptions qui dominaient encore à la fin du xixe siècle et pendant le premier xxe siècle, ma contribution souhaite prendre la mesure des bouleversements qui ont eu lieu depuis le milieu du siècle dernier et les inscrire dans leurs contextes politiques et sociétaux. Car le Saint-Empire n’échappe pas à la règle : les courants historiographiques sont, par bien des aspects, fils de leur temps. Les discussions autour de la conception de l’Empire comme « Empire-État complémentaire de la nation allemande » permettront d’approfondir cette idée. Une dernière partie esquissera les tendances actuelles et les nouvelles interrogations qui permettent d’imaginer un futur de l’historiographie du Saint-Empire – et là, moins encore qu’ailleurs, je ne peux prétendre ni à l’objectivité ni à l’exhaustivité : ce que j’écris reflète mes centres d’intérêt et mon point de vue.

Comment le XIXe siècle finissant et le premier XXe siècle voyaient-ils le Saint-Empire ?

2Le Saint Empire romain germanique avait mauvaise réputation auprès des historiens de la fin du xixe et du début du xxe siècle – le fait est bien connu. Sous l’Empire wilhelminien et la république de Weimar dominait une historiographie d’inspiration prussienne et de credo petit-allemand dont l’horizon interprétatif, à gros traits, était que le Saint-Empire et ses « États miniatures » ne méritaient aucune considération, car ils étaient l’exact opposé d’un idéal d’État-nation puissant, érigé en but ultime de l’Histoire et devenu réalité, en apparence, avec la fondation du deuxième Reich en 1870.

3Avec cet idéal en arrière-plan, chaque aspect de l’histoire du Saint-Empire faisait l’objet d’une sentence particulière. Puisque le protestantisme était considéré comme la seule confession véritablement allemande, le temps de la Réforme se trouvait interprété comme une occasion manquée. Si à ce moment, et plus tard également, l’unification nationale avait échoué, la responsabilité en revenait pour une large part aux empereurs catholiques de la maison de Habsbourg, dont la politique était souvent dépeinte comme non allemande, égoïste, et même hostile à l’Empire. Certains reconnaissaient certes à l’Empire le mérite d’avoir formé un dernier filet « national » pour maintenir les Allemands ensemble. Mais le seul intérêt que l’on trouvait à le rappeler – en pensant avant tout à la fin du xviie et au xviiie siècle – était de brosser ainsi l’arrière-plan d’un tableau dont le personnage principal était le Brandebourg-Prusse, héros d’une accession au statut de puissance susceptible de mettre enfin un terme à la dégradation nationale et de porter sur les fonts baptismaux le deuxième Empire. Sous la plume d’auteurs comme Heinrich von Treitschke (1834-1896), qui lui-même n’a pas directement travaillé sur le Saint-Empire, cette vision des choses pouvait prendre un tour nous paraissant aujourd’hui relever de la caricature. C’est le cas, par exemple, dans sa conférence sur « Luther et la nation allemande » :

  • 1 Treitschke 1883, p. 18-19 ; Treitschke 1879 offre également un aperçu éclairant sur la conception q (...)

« Il est indéniable que la Réforme a accéléré le déclin du vieil Empire, entamé depuis longtemps, et quelle a ajouté aux dissensions politiques déjà existantes le piment des haines ecclésiales. Mais à qui peut guérir les blessures, il est aussi permis d’en infliger. Ce n’est qu’à la fontaine du protestantisme que cet Empire égrotant pouvait puiser l’élixir de jouvence. Et ce n’est que lorsque notre État redevint aussi véritable que son Église, lorsqu’il renonça aux prétentions devenues mensongères de sa sainte impérialité romaine et qu’il soumit ses terres régies par la crosse et la mitre à une autorité séculière – ce n’est qu’à ce moment qu’il fut en mesure de se remettre en route sur la voie ascendante du temps.
[...] La nature des choses, la raison de l’Histoire ont pourtant fini par faire advenir ce qui, dans le pays natal de la Réforme, ne pouvait rester dans les limbes : irrécupérables, les États ecclésiastiques d’Allemagne s’effondrèrent peu à peu, jusqu’à ce qu’enfin au début de notre siècle les dernières ruines moisies de la théocratie romaine fussent remises au séculier et qu’avec elle fût aussi détruite la couronne de l’empereur romain. Alors seulement [...] fut aplanie l’aire d’un nouvel édifice [...]. De ce pays dérobé à la vieille Église [= la Prusse], pays debout avec le protestantisme et tombé avec lui, ont surgi dans de mémorables combats la belliqueuse Puissance de notre histoire nouvelle et enfin, lorsque les temps se sont accomplis, le nouvel État des Allemands1. »

  • 2 Voir en particulier Erdmannsdörffer 1892-1893 ; Wolgast 2002, p. 181-188.
  • 3 Le jugement qu’il porte sur la paix de Westphalie est révélateur : « La faiblesse fondamentale de l (...)

4Mais même de respectables spécialistes du Saint-Empire, comme Bernhard Erdmannsdörffer (1833-1901) qui en 1874 prit la succession de Treitschke à la chaire de Heidelberg2, ou Fritz Hartung, issu de l’école berlinoise d’histoire institutionnelle, dont les travaux peuvent aujourd’hui encore rendre bien des services3, se sont fait l’écho de ces conceptions.

  • 4 Mazohl-Wallnig et Schneider 2011.

5L’inscription des interprétations du Saint-Empire dans le contexte et les normes du moment vaut aussi pour l’historiographie « grande-allemande » qui avait cours surtout dans la monarchie des Habsbourg et était marquée par le catholicisme. On y cultivait également une vision critique de la faiblesse de l’Empire en tant que puissance politique ; en revanche, son étendue géographique, qui correspondait peu ou prou à l’idée que se faisaient d’un État national germanique les partisans d’une solution « grande-allemande » (incluant l’Autriche), pouvait en faire une sorte de modèle historique. Les conceptions de ces historiens s’opposaient donc diamétralement à celles des thuriféraires de l’Empire bismarckien « petit-allemand » quant à leur jugement sur l’Autriche et sur l’exercice de la dignité impériale par les Habsbourg ; ils estimaient en effet qu’une « place d’honneur dans l’histoire allemande » devait leur revenir. Ils allaient même jusqu’à faire des événements de 1804-1806 (la fin du Saint-Empire et l’instauration, deux ans auparavant, de l’Empire d’Autriche) une sorte de « translatio impeni ». De leur point de vue, le « traître à l’Empire » n’était donc pas l’Autriche, mais la Prusse4.

6Ces conceptions « grandes-allemandes » ont connu de nouveaux développements dans l’œuvre de Heinrich Ritter von Srbik (1878-1951). Soucieux d’une « conception de l’histoire englobant tous les Allemands », il aspirait à un rapprochement avec l’historiographie d’obédience prussienne mais continuait toutefois à placer au fondement de l’Empire une « idée métaphysique » qui, selon lui, consistait à « conserver l’unité par-delà la pluralité des États, la paix, et la justice pour tous ses membres ». L’émergence du dualisme allemand (la rivalité entre Berlin et Vienne) lui inspirait une interprétation ambivalente : il aurait été « extrêmement riche de forces constructives, mais également de forces destructives ». Pour Srbik, le roi Frédéric II de Prusse a

  • 5 Srbik 1941, p. 458 et 460-463. Voir Derndarsky 2002 ; Kraus 2013b.

« encore moins laissé d’espace à l’Empire pour déployer sa force vitale qui était déjà bien restreinte par son grand âge. Mais sa contribution décisive et féconde pour l’avenir est d’avoir placé en regard du vieil idéal universaliste de l’Empire, devenu incompatible avec un État, une vigoureuse idée de l’État et une aussi vigoureuse personnification de l’État5. »

7On peut donc conclure que les jugements de l’historiographie de langue allemande sur le Saint-Empire, à la fin du xixe et au début du xxe siècle, portent le sceau des débats de ce temps et singulièrement des conceptions différentes de l’État-nation et de la puissance étatique. Dans ce contexte, l’Empire de l’époque moderne est négativement connoté, surtout au sein de l’historiographie proprussienne qui domine alors l’État allemand.

La « nouvelle » histoire de l’Empire6

  • 6 Sur ce qui suit : Schindling 2001, p. 32-54 ; Schnettger 2007b, p. 131-136.
  • 7 Brocke 1999.
  • 8 Sur Franz Schnabel : Gall 2007 ; Hertfelder 1998. Sur Max Braubach : Repgen 2007.

8On ne peut pas comprendre le complet retournement des valeurs associées à l’histoire du Saint-Empire, dans la deuxième moitié du xxe siècle, sans prendre en compte l’expérience du nazisme et de la Seconde Guerre mondiale qui ont durablement discrédité, en Allemagne, l’idée d’un puissant État-nation et, par là même, modifié l’horizon interprétatif organisant la description et l’évaluation du Saint-Empire. Dans ce domaine, comme dans d’autres, il va pourtant de soi que l’on n’est pas reparti de zéro. De nombreuses continuités peuvent au contraire être mises en évidence entre l’historiographie avant et après 1945. L’école berlinoise d’histoire institutionnelle a formé, notamment, Gerhard Oestreich (1910- 1978), l’un des plus éminents historiens après la guerre de l’Empire et de ses territoires à l’époque moderne7. Toutefois, c’est du côté catholique et « grand-allemand » que se situent les racines les plus puissantes du renouveau de l’histoire de l’Empire. Deux foyers se signalent en particulier par leur fécondité : l’historien munichois Franz Schnabel (1887-1966) qui comptait parmi ses élèves Karl Otmar von Aretin, Heinrich Lutz et Friedrich Hermann Schubert, et l’école de Bonn qui, autour de Max Braubach (1899-1975), a vu émerger Konrad Repgen, Stephan Skalweit et Hermann Weber8.

  • 9 Voir par exemple Lutz 1964.
  • 10 Voir par exemple Braubach 1972 ; Weber 1956 ; Weber 1969.
  • 11 Voir par exemple Schubert 1966 ; Fürnrohr 1963.
  • 12 Voir, entre autres, Schubert 1966 ; Rürup 1965.
  • 13 Voir par exemple Moser 1737-1754, réimprimé chez Zeller à Osnabrück en 1968 ; Moser 1766-1782, réim (...)
  • 14 Les sous-séries de cette entreprise correspondant à l’époque moderne sont la Mittlre Reihe (pour l’ (...)
  • 15 Les Acta Pacis Westphalicae sont répartis en trois séries : la première est consacrée aux instructi (...)

9Depuis les années 1950, ces deux nébuleuses ont permis à l’histoire de l’Empire de produire quelques importantes études monographiques qu’il est possible de classer selon les thématiques suivantes, entre autres : la position de l’Empire en Europe9 et la politique extérieure des états d’Empire mineurs10, la Diète d’Empire11 et la production imprimée – la « publicistique » – traitant du Saint-Empire12. On peut aussi ranger dans ces catégories d’importantes entreprises de publication de sources, qu’il s’agisse de simples réimpressions13 ou d’éditions nouvelles parmi lesquelles figurent en premier lieu la poursuite de la série des actes des Diètes14 ou la nouvelle collection, inaugurée dans les années 1960, des actes de la paix de Westphalie15.

  • 16 Fürnrohr 1963.

10De nombreux éléments portent à penser que ce qui avant 1945 semblait répulsif dans le Saint-Empire en faisait désormais tout le charme pour les historiens d’Allemagne de l’Ouest. Il s’agissait là d’une portion de l’histoire allemande qui ne portait les stigmates ni de l’État-nation ni de la volonté de puissance étatique. Le vieil Empire fut donc promu au rang de possible objet d’identification pour la société allemande d’après-guerre et on peut observer, surtout à partir des années 1960, la mise en place, le plus souvent implicite (mais pas toujours), de parallèles, voire de continuités, entre le Saint-Empire et la République fédérale, si bien que l’histoire de l’Empire acquit une dimension légitimatrice et identitaire. Elle fit en effet de son objet un élément bien intégré dans l’Europe chrétienne et un corps politique ayant délibérément renoncé à une volonté belliqueuse d’expansion – toutes choses qui désormais étaient très positivement connotées. Il était même possible d’y percevoir des structures fédérales et des éléments d’État de droit pour peu qu’on s’intéresse à l’institution des Cercles d’Empire, au paysage varié des territoires, ou à l’activité des deux tribunaux suprêmes. D’ailleurs, ne pouvait-on pas dire de la Diète perpétuelle (après 1663) quelle était « le Parlement du Saint-Empire16 » ?

  • 17 Par exemple dans Dickmann 1959, p. 494 : « La paix de Westphalie signifia pour notre peuple un malh (...)
  • 18 Neugebauer 2006 ; Kraus 2013a.

11Il ne faudrait toutefois pas imaginer que le chemin de cette rédemption historiographique fut sans obstacle et sans détour – il y en eut beaucoup, au contraire. Même les publications que leur base documentaire emmenait aux antipodes des jugements antérieurs, comme celle de Fritz Dickmann sur la paix de Westphalie, qui reste un ouvrage de référence, sont émaillées dans leurs conclusions de reprises des verdicts d’antan, pourtant largement démentis par leurs propres travaux17. Un grand nombre des historiens formés avant 1945 ne se risquaient manifestement pas encore à prendre leurs distances envers les lieux communs qui régnaient jusque-là au sujet du Saint-Empire de l’époque moderne. L’enthousiasme traditionnel envers la Prusse mit lui aussi bien du temps à disparaître, surtout dans les régions protestantes de la corporation historienne. On peut même constater que l’historiographie est-allemande a explicitement établi une continuité entre les aspects jugés positifs de l’histoire prussienne et la RDA18.

  • 19 Voir par exemple Neuhaus 1982 ; Schindling 1991 ; Härter 1992.
  • 20 Voir par exemple Dotzauer 1989 ; Hartmann 1997 ; Nicklas 2002.
  • 21 On se contentera ici d’indiquer l’existence depuis 1973 de la très active collection des « Sources (...)
  • 22 Les travaux de Martin Heckel ont occupé dans ce domaine une place éminente : Heckel 1989-2013.
  • 23 On rappellera ici la collection consacrée à l’histoire de l’Eglise d’Empire à l’époque moderne, par (...)
  • 24 Voir par exemple Burgdorf 1998.
  • 25 Entre autres, Becker 1973 ; voir surtout Gotthard 1999.
  • 26 Duchhardt 1977 ; Press 1989a.
  • 27 Sur ce point, un tour d’horizon historiographique dans Kohler 2010 ; Duchhardt 1990.

12Du côté ouest-allemand, le renouvellement générationnel a toutefois permis une émergence progressive de nouvelles manières de considérer le Saint-Empire à partir de la fin des années 1960. Un grand nombre de travaux furent alors publiés sur divers aspects de l’histoire de l’Empire : la Diète et les autres formes de représentation des états d’Empire19, les Cercles d’Empire20, les juridictions d’Empire21, la constitution confessionnelle de l’Empire22 et l’Église d’Empire23, la publicistique d’Empire24, mais également les princes-électeurs25, l’empereur26 et les relations extérieures de l’Empire27. Peu à peu, cette floraison de monographies a favorisé la cristallisation d’une nouvelle perception du Saint-Empire, que l’on pourrait résumer ainsi : l’Empire formait une communauté fondée sur la paix et le droit, offrant aussi sa protection aux plus faibles de ses membres et à tous ses sujets. Ses structures fédérales avaient pour résultat une certaine liberté et une tolérance religieuse ; elles rendaient dans le même temps l’Empire structurellement incapable de mener une guerre offensive (alors qu’elles se prêtaient plutôt bien à l’autodéfense).

  • 28 Par exemple Press 1989a.
  • 29 Peter Moraw, Volker Press et leurs élèves se sont, entre autres, employés à établir un lien entre h (...)
  • 30 La collaboration entre historiens et historiens du droit (relevant des facultés juridiques) a trouv (...)
  • 31 Cette évolution bénéficia d’une série très propice de commémorations successives : le 350e annivers (...)

13La masse toujours plus pléthorique des études de détail conduisit en outre à multiplier les nuances dans l’approche de l’ensemble impérial. Par exemple, l’idée selon laquelle l’évolution constitutionnelle de l’Empire s’était pour l’essentiel achevée avec la paix de Westphalie fut remise en question, et le mouvement y fut au contraire réintroduit jusqu’en plein milieu du xviiie siècle28. Cette vision plus nuancée fut également rendue possible par l’abandon d’une approche centrée uniquement sur les normes et par le souci croissant d’étudier le fonctionnement concret des institutions ainsi que les connexions entre structures politiques et réalités sociales de l’Empire – et singulièrement de ses élites. Les spécialistes du Saint-Empire s’approprièrent en effet une série de thématiques récentes, empruntées, par exemple, à l’histoire sociale29, et s’ouvrirent à une collaboration interdisciplinaire, en particulier avec les historiens du droit et ceux des Églises30. Ce redéploiement méthodologique s’est avéré être un point fort de la recherche sur l’Empire ; il a contribué à en faire l’une des tendances les plus influentes parmi l’historiographie moderniste allemande. Ce courant a également enregistré un autre succès : la nouvelle manière de considérer le Saint-Empire s’est frayé un chemin au sein des manuels, des synthèses, des ouvrages pour étudiants et des catalogues d’exposition, commençant ainsi à refouler progressivement, y compris auprès du grand public, les caricatures d’autrefois31.

  • 32 De ce point de vue, il est révélateur que l’un des deux tribunaux d’Empire, le Conseil impérial aul (...)
  • 33 Signalons toutefois les travaux de l’historien français Jean-François Noël : Noël 1968.
  • 34 Cette remarque n’est toutefois pas valable pour les travaux de Volker Press, et moins encore pour l (...)
  • 35 Les choses ont toutefois commencé à changer à partir des années 1990, comme le montrent certaines p (...)

14Points forts et réussites ne doivent toutefois pas faire oublier que des lacunes et des faiblesses subsistaient. Il faut tout d’abord bien se rendre compte que les recherches sur le Saint-Empire se sont longtemps concentrées sur les aspects les plus valorisants au regard des préoccupations et des valeurs actuelles de ceux qui s’y livraient : la Chambre de justice impériale (l’État de droit)32, la Diète d’Empire (la démocratie participative) et les Cercles d’Empire (le fédéralisme). D’autres domaines paraissaient nettement moins familiers, comme le système des fiefs d’Empire, et ils furent par conséquent escamotés33. L’empereur lui-même, figure centrale du Saint-Empire, est resté relativement dans l’ombre au regard des institutions dominées par les états d’Empire34. Une certaine timidité des historiens autrichiens à l’endroit de l’histoire du Saint-Empire, jusque dans les années 1990, a pu également jouer un rôle dans ce domaine. Ils se sont constamment intéressés aux Habsbourg, mais en ne réservant qu’une place modeste à leur rôle en tant qu’empereurs – pour beaucoup d’entre eux, le Saint-Empire ne faisait pas vraiment partie de leur propre histoire35. C’est aussi pour cette raison que l’histoire du Saint-Empire est pour l’essentiel demeurée le domaine réservé des historiens d’Allemagne fédérale, à l’exception d’une poignée de spécialistes anglo-saxons et français. Il y avait là un danger de repli sur soi et d’autocongratulation, faute d’échanges suffisants avec d’autres historiographies nationales, mais aussi de débats avec certains courants novateurs de l’histoire culturelle ou anthropologique – et ce danger constituait peut-être l’aspect le plus problématique de la recherche sur le Saint-Empire à la fin du xxe siècle.

Les débats sur « l’Empire-État complémentaire de la nation allemande36 »

  • 36 Pour ce qui suit, voir Schnettger 2007b, p. 146-151.
  • 37 Press 1982, repris dans Press 1997, p. 18-41 ; Roeck 1984.

15Depuis les années 1980, des efforts croissants sont effectués pour inscrire la nouvelle manière de considérer l’Empire non seulement dans la description qui en est faite, mais également dans un appareil terminologique et conceptuel. Il y eut d’abord la tentative de Volker Press et Bernd Roeck pour concevoir l’Empire comme un « système37 ». Mais à la fin des années 1990, Georg Schmidt alla beaucoup plus loin. Proposant une terminologie issue à la fois de son travail heuristique et des sources contemporaines, il fit de l’Empire « l’Empire-État complémentaire de la nation allemande » et, dans sa synthèse sur l’histoire du Saint-Empire, en proposa une définition empruntée en partie au juriste du xviiie siècle Johann Stephan Pütter : « un agrégat [...] de plusieurs États distincts, mais encore subsumés sous une puissance supérieure et commune ». Il ajouta :

  • 38 Schmidt 1999, p. 44.

« Bien que les États princiers aspirassent à correspondre aux principes d’une raison d’État tacite visant à l’accumulation des pouvoirs, ils se complétaient avec toutes les autres formes d’étaticité limitée afin de former une unité d’action commune centrée sur l’Allemagne – un Empire-État complémentaire. L’adjectif “complémentaire” veut montrer que ce qui est généralement conçu comme un pouvoir étatique unitaire était, dans l’État impérial, réparti sur plusieurs niveaux. [...] Il est donc possible d’en déduire l’hypothèse que le cadre de cette étaticité globale formait une portion nécessaire de celle des territoires, et non [...] quelle en entravait le développement autonome38. »

  • 39 Schmidt 2002, p. 276 ; traduction française de cet article : Schmidt 2013 ; voir également Schmidt  (...)

16Aux yeux de Schmidt, l’Empire n’était donc pas seulement un État (de la première modernité), mais également – et c’est sans doute la plus grande originalité de cette proposition – un proto-État-nation. La dualité entre le niveau impérial et celui des états d’Empire, généralement décrite comme une relation complexe et tendue, prenait ainsi un nouveau sens, celui d’une complémentarité dont la vocation était l’harmonie, et qui rappelait quelque peu le principe de subsidiarité gouvernant la République fédérale. Ce faisant, Schmidt considérait que la constitution de l’Empire était tout à fait fonctionnelle – quand bien même ce bon connaisseur du Saint-Empire n’ignorait évidemment rien, et ne taisait même rien, des fortes tensions qui traversaient le corps impérial. Il attribua à l’Empire un « potentiel de développement favorable à la liberté et digne d’être gardé en mémoire39 » dans un article écrit en réponse aux critiques qui accueillirent ses hypothèses.

17Car celles-ci, qui allaient bien au-delà de tout ce qui avait été dit pour réhabiliter l’Empire, déclenchèrent parmi les historiens modernistes allemands une vive controverse où les prises de position furent parfois d’une violence et d’une radicalité que l’on ne rencontre que rarement dans la profession. Schmidt reçut le soutien indéfectible de Johannes Burkhardt, son collègue d’Iéna, qui alla même encore un peu plus loin en faisant de l’Empire, par comparaison, un « précurseur institutionnel » :

  • 40 Burkhardt 2002, p. 313.

« Tant que, de manière consciente ou inconsciente, on a fait du centralisme étatique, par opposition à la participation plurielle, un modèle supérieur et porteur d’avenir, l’Empire considéré comme retardataire est resté incompris, si bien que le décalage entre le développement de l’Empire, qui en réalité était en avance, et le reste de l’Europe, a fait l’objet d’une lecture inversée. [...] La voie allemande de la genèse de l’État est, au regard des besoins actuels, la bonne, et elle a également été poursuivie au-delà du Saint-Empire40. »

18Peu ou prou, Burkhardt faisait ainsi des Allemands unis dans le vieil Empire une nation précoce – renversant ainsi de 180 degrés le grand récit communément admis de l’histoire allemande au cours de la modernité ! Il revendiquait dans le même temps, pour les modernistes, un rôle plus actif dans la définition politique de la société :

« Il est temps de mettre fin à notre propension, à nous historiens des périodes plus anciennes, à scier la branche sur laquelle nous sommes assis, à retomber [...] dans les zèles satisfaits de l’objectivisme d’après-guerre, et à laisser penser, au moment où l’on cherche de tout côté quelles économies on peut faire, que nous n’avons rien à dire sur la conception politique du social. »

  • 41 Burkhardt 1999, p. 750.

19Sous cet angle, poursuit-il, il est possible « de tirer de véritables leçons de nos prédécesseurs engagés [l’école historique nationale prussienne, M.S.], qui ont su hisser notre discipline au centre des débats sur le politique et de notre culture tout entière ». Il invitait donc, sur des bases modifiées, à reprendre le flambeau des concepts scientifiques offrant sur le présent un éclairage, voire une légitimation, tout en précisant bien sûr que ces nouvelles perspectives devaient respecter une condition : « Passer victorieusement l’épreuve des sources et de la recherche41. »

  • 42 Voir par exemple le compte rendu rédigé par Wolfgang Burgdorf, PERFORM 1-3, 2000 (http://www.sehepu (...)
  • 43 Voir par exemple l’article de Karl Otmar Freiherr von Aretin, intitulé « Die Wormser Republik » et (...)
  • 44 Voir par exemple Stollberg-Rilinger 2002 ; Schnettger 2002b, p. 75.

20Alors que maints spécialistes de l’Empire emboîtèrent le pas de Schmidt et de Burkhardt42, d’autres historiennes et historiens travaillant sur l’époque moderne s’opposèrent vigoureusement à leurs propositions. Certains chercheurs familiers du Saint-Empire reprochèrent à Schmidt de passer sous silence d’importants aspects de l’histoire de l’Empire et de borner pour l’essentiel son « Empire-État complémentaire » à l’Allemagne telle quelle était présente à la Diète, si bien qu’il ne jouait aucun rôle pour les portions non allemandes de l’Empire : la Bohême, le Cercle de Bourgogne, voire les territoires héréditaires de la maison d’Autriche – sans parler de l’Italie impériale (en fait, l’Empire de Schmidt n’était pas très loin de ressembler géographiquement à l’État-nation allemand du xxe siècle, en majorité protestant)43. Ces voix critiques incitaient au contraire à ne pas oublier que l’Empire n’était pas seulement « germanique », mais aussi « Saint » et « romain », et qu’il prétendait à la sacralité et l’universalité – et donc, en d’autres termes, à ne pas mettre sous le boisseau tous les aspects de l’histoire de l’Empire se prêtant mal, ou même s’opposant totalement à une instrumentalisation visant à légitimer le présent44.

  • 45 Schilling 2001 ; Schilling 2002, traduit en français : Schilling 2013.
  • 46 Moraw 1985.

21C’est contre l’usage par Schmidt du terme « d’État » pour désigner l’Empire que Heinz Schilling dirigea ses critiques. Selon lui, il fallait plutôt appréhender l’Empire comme un « système partiellement modernisé45 ». Schilling revenait ainsi aux conceptions de l’Empire forgées par Volker Press, mais également par Peter Moraw qui avait décrit l’évolution institutionnelle de l’Empire, vers 1500, comme une « coagulation en une forme » (gestaltete Verdichtung46).

22Les critiques les plus massives à l’encontre des conceptions de Schmidt sont sans doute dues à Wolfgang Reinhard, qui, à l’instar de Heinz Schilling, ne fait pas partie du premier cercle des spécialistes du Saint-Empire :

  • 47 Reinhard 2002, p. 343. Des critiques tout aussi massives dans Tabaczek 1999 ; Münch 1999.

« La conception traditionnelle reste la bonne. Faute d’un centre monarchique puissant, le Saint-Empire n’était pas un État, même pas un État en devenir ou en déclin, mais bien au double sens du terme un monstre politique : au sens de Pufendorf, une figure sur laquelle on ne pouvait emboîter aucune des catégories politiques classiques, mais également au sens que lui donne la recherche actuelle, un corps politique qui est demeuré en marge du processus régulier, en Europe, de la genèse étatique, ou encore un corps où ce processus s’est déroulé au niveau des territoires47. »

23En apparence, Reinhard rejoint ainsi les manières anciennes et négatives de considérer l’Empire. Il y a toutefois une grande différence. Contrairement à l’historiographie de la fin du xixe et de la première moitié du xxe siècle, il renonce à tout jugement de valeur anachronique, même s’il suppose que le « processus régulier » de la genèse de l’État-nation moderne doit servir d’étalon pour toute comparaison.

Tendances actuelles et défis pour demain48

  • 48 Pour ce qui suit, voir également Bretschneider et Garner 2013.

24Les débats autour de l’« Empire-État complémentaire de la nation allemande » marquent bien l’apogée de la revalorisation du Saint-Empire – pour ne pas dire de sa transfiguration. Mais ils signalent aussi le début de sa fin, car depuis les années 1990 se font de plus en plus entendre ceux qui, comme Schilling et Reinhard, mettent l’accent sur les aspects dysfonctionnels et déficitaires de l’Empire et de sa constitution. Parallèlement, la place à part qu’occupait l’histoire de l’Empire au sein de la recherche moderniste allemande tend à s’estomper.

  • 49 Signalons, par exemple, le projet actuel visant à inventorier « les actes du Conseil impérial auliq (...)

25On ne saurait pourtant oublier que les recherches sur le Saint-Empire ont continué à faire au cours des vingt dernières années des progrès considérables. Certains domaines bien balisés ont été approfondis, et d’autres, jusqu’alors négligés, ont été pris en compte. C’est particulièrement le cas pour l’empereur, ainsi que pour le Conseil impérial aulique qui lui était intimement lié : son importance, au moins équivalente à celle de la Chambre de justice impériale, semble désormais bien établie. Parmi les facteurs qui ont rendu possible cette redécouverte du Conseil impérial aulique, l’intérêt nouveau et massif des chercheurs en histoire autrichienne et en histoire du droit pour l’exploitation de ses archives a joué un rôle de premier plan49.

  • 50 Voir par exemple Schnettger 2007a.
  • 51 Schnettger et Verga 2006 ; Cremonini et Musso 2010. En français, sur les recherches allemandes conc (...)

26Lui aussi directement lié à l’empereur, le système féodal d’Empire est un autre champ de recherche ayant suscité une attention accrue ces dernières années50. Par ce biais, les regards se sont davantage portés vers les régions non allemandes qui relevaient de la suzeraineté de l’empereur, en particulier l’Italie impériale. Depuis plus de dix ans, les modernistes italiens ont d’ailleurs eux aussi redécouvert l’histoire de l’Empire en Italie, ce qui tient avant tout au fait que les schémas historiographiques centrés sur le Risorgimento, prenant l’État-nation comme horizon ultime, et ne voyant dans l’époque moderne qu’une période d’ingérences extérieures, ont entre temps perdu de leur prestige, si bien que les liens entre l’Italie du Nord et l’Empire ou son empereur peuvent désormais être analysés autrement que comme un simple phénomène collatéral de la « domination étrangère » des Autrichiens51.

  • 52 Arndt et Körber 2010 ; Arndt 2013. Voir également Behringer 2003.
  • 53 Wrede 2004.
  • 54 Voir par exemple Ulbert 2004 ; Wrede 2002 ; Braun 2014.

27Toutefois, l’évolution la plus importante réside dans la découverte de l’Empire par les problématiques d’histoire culturelle, qui y ont trouvé un objet particulièrement attrayant. On l’étudie désormais comme un espace communicationnel52 et la recherche s’est intéressée à l’image des ennemis produite par la publicistique d’Empire – particulièrement florissante au xviie siècle – afin de promouvoir un patriotisme impérial aux accents souvent favorables à la figure de l’empereur53. Ce courant s’est également tourné vers la perception du Saint-Empire à l’extérieur de ses frontières, par les diplomates français ou les nonces pontificaux, pour ne citer que quelques exemples54.

  • 55 Stollberg-Rilinger 2008a ; traduction française : Stollberg-Rilinger 2013a. Sur ce qui suit, voir S (...)

28Mais c’est avant tout ce qui, dans l’Empire, est le plus « étranger » qui retient l’attention de la nouvelle histoire culturelle : le cérémonial, un aspect à peu près totalement négligé par les spécialistes du Saint-Empire de la deuxième moitié du xxe siècle. En comblant cette lacune, c’est une nouvelle fois une image inédite du vieil Empire que l’on a pu faire émerger. Barbara Stollberg-Rilinger, en particulier, en a dessiné les contours, mettant ainsi à mal la narration qui avait fait de l’évolution institutionnelle du Saint-Empire une sorte de success-story jusqu’en plein xviiie siècle55. Au constat fait à la fin du siècle dernier par les spécialistes de l’Empire – celui d’une capacité d’action conservée jusqu’à l’époque de Frédéric II de Prusse par ce corps politique, moyennant une aptitude au compromis et débouchant sur une adaptation limitée des institutions d’Empire à l’évolution des circonstances – cette historienne oppose en effet une interprétation assez différente.

  • 56 Stollberg-Rilinger 2013a, p. 4.
  • 57 Ibid., p. 5.

29Sa réflexion prend pour prémisse que « tout ordre social est fondé sur une construction sociale et sur une attribution collective de signification56 ». Dans le Saint-Empire, « les fictions institutionnelles concernaient avant tout la participation collective à des cérémonies publiques d’ordre symbolique et rituel57 ». La pratique politique, intégrant les rituels du pouvoir, se voit attribuer par Barbara Stollberg-Rilinger une utilité égale et même supérieure à celle des normes fixées par écrit pour la description de l’édifice institutionnel de l’Empire à l’époque moderne.

  • 58 Ibid., p. 9-10.

30Cette prémisse va de pair avec une appréhension nouvelle du concept de constitution. Plutôt que d’adopter celui qu’a élaboré notre monde moderne et qui, axé sur les normes écrites, forme à ses yeux un instrument anachronique pour aborder l’époque moderne, Stollberg-Rilinger regarde avant tout les institutions telles qu’elles sont pratiquées, en incluant expressément tous ces rites que les historiens des générations précédentes ont rejetés du côté de l’accessoire ou de l’irrationnel. En effet, « jusqu’en plein xviie siècle, ce n’est pas dans le domaine des concepts abstraits que l’on accordait une grande valeur à l’exactitude, mais dans celui des apparences concrètes que devaient respecter les rituels symboliques58 ». C’est précisément en observant ces rituels quelle en vient à modifier profondément notre conception de l’Empire dans son ensemble. Par exemple, le fait que les protestants, à partir du milieu du xvie siècle, se sont abstenus de paraître lors des cérémonies d’Empire catholiques, ou de celles qui avaient une forte connotation confessionnelle, et ont par conséquent refusé de participer à des manifestations symboliques et publiques fondamentales, cesse d’apparaître, si l’on prend en compte cette prémisse, comme un incident superficiel, mais s’avère être au contraire une menace envers les fondements mêmes de l’Empire.

  • 59 Ibid., p. 332.

31L’historienne situe l’une des manifestations les plus fortes du dérèglement progressif de ce système dans l’érosion qui affecte la culture de la présence. Cette évolution s’exprime autant dans la participation de plus en plus rare des princes-électeurs, surtout séculiers, à l’élection de l’empereur, que dans l’avènement en 1663 de la Diète perpétuelle qui ne se compose plus que de délégués des états d’Empire et non des princes eux-mêmes. C’est peut-être sur ce point que Barbara Stollberg-Rilinger se démarque le plus nettement de la vulgate sur le Saint-Empire. Loin de voir dans la Diète perpétuelle un « parlement du Saint-Empire » annonçant l’avenir, elle souligne qu’au xviiie siècle elle n’exerce plus la fonction qui aurait dû être la sienne, celle d’un organe délibératif commun à l’empereur et aux états d’Empire dans toutes les matières politiques importantes, car les principales options politiques sont désormais décidées au niveau des plus grandes cours princières. Plus grave encore, l’assemblée de ces mandataires peu nombreux, et souvent sans grand relief, n’était presque plus en mesure de représenter, au sens strict du terme, la majestas imperii. La dégradation de ses cérémonies les plus solennelles en purs décors de théâtre fit subir à l’Empire une perte larvée de son sens. Dans cette perspective, en 1806, « il n’a pas été difficile d’effacer d’un trait de plume la fiction institutionnelle de l’Empire, car sa faculté d’agir collectivement était morte depuis longtemps59 ». En appliquant à l’Empire une approche rigoureusement historisante, Barbara Stollberg-Rilinger ne rejoint toutefois qu’en apparence les jugements du xixe et du début du xxe siècle. Elle ne récuse absolument pas tous les acquis de la nouvelle histoire de l’Empire de la seconde moitié du siècle dernier. Elle dégage toutefois des perspectives inédites sur le Saint-Empire et sa constitution, contribuant ainsi, comme l’ont fait sur d’autres bases Heinz Schilling, Wolfgang Reinhard et quelques autres, à conjurer l’idéalisation de l’Empire.

32Les approches d’histoire culturelle et anthropologique forment véritablement l’une des voies d’avenir que peut emprunter la recherche sur le Saint-Empire et ses membres. Sous cet angle, ce sont précisément les aspects paraissant le plus exotiques qui sont les plus prometteurs. Il me semble que l’on a plus à gagner à s’engager dans cette direction, mieux adaptée à l’objet, qu’à vouloir à tout prix rendre le Saint-Empire « actuel ». Non d’ailleurs que les préoccupations de notre temps (outre la conjoncture commémorative, comme la « décennie Luther » qui s’engage) ne puissent ni ne doivent influer sur le choix des thématiques – et elles le feront sans aucun doute. Les questions soulevées par le maniement des diversités religieuses, par exemple, sont de nature à éveiller un intérêt nouveau envers les normes juridiques et les pratiques concrètes de la différence confessionnelle dans l’Empire moderne, moins toutefois pour invoquer une tradition controuvée de « tolérance » dans le Saint-Empire, voire en Allemagne, que pour mettre au service des problématiques actuelles le répertoire réflexif qu’offre l’histoire de l’Empire, si riche en conflits et en tentatives pour les résoudre.

  • 60 Les signes de cet intérêt sont indubitables. La première importante synthèse en langue anglaise sur (...)

33À mon sens, la découverte croissante du Saint-Empire par des historiens et des historiennes qui n’en sont pas des spécialistes patentés constitue une autre évolution très importante. Elle immunise la recherche sur l’Empire contre le danger d’un confortable isolement et contre la mise en place d’une sorte d’icône canonique du Saint-Empire. On pourrait dire qu’un souffle nouveau est venu aérer ce domaine scientifique. Il est souhaitable qu’il se maintienne, afin que l’Empire apparaisse, encore plus qu’aujourd’hui, comme un objet « normal » et non réservé à un cénacle relativement clos d’historiennes et d’historiens allemands. J’y vois aussi une condition indispensable à la poursuite de l’internationalisation de la recherche en ce domaine, car l’usage de méthodes et d’approches communes pourrait ouvrir aux historiographies étrangères un accès plus aisé à l’histoire de l’Empire60.

Conclusion

  • 61 Haug-Moritz 2013.

34Le Saint-Empire n’en reste pas moins un objet historique plein d’aspérités, en raison de ses structures complexes, dont la recherche d’ailleurs ne cesse de faire apparaître de nouvelles facettes. Or il est indispensable de connaître ces structures pour apporter une contribution valable et utile à l’étude de l’Empire. Même lorsque l’on souhaite, en pratiquant la microhistoire, représenter l’Empire « sur place » ou « en petit », il est préférable de prendre également en considération et même, idéalement, de relier entre elles les différentes échelles de référence des acteurs en présence, comme les institutions centrales de l’Empire, les Cercles d’Empire et les États territoriaux61.

35C’est bien parce que les structures de l’Empire sont complexes et qu’elles ne rendent pas le travail facile aux chercheurs qu’une des principales exigences, de mon point de vue, réside dans la capacité à réduire la complexité, une condition essentielle pour parvenir à communiquer les résultats actuels de la recherche spécialisée sur l’Empire au grand public, aux étudiants, mais aussi aux autres collègues historiens qui ne se sont pas intéressés de près à ce domaine – mais une condition qui ne doit pas s’accompagner de simplifications outrancières. Je suis bien persuadé que cette tâche restera toujours celle de la recherche sur l’Empire et que, par conséquent, celle-ci ne risque pas de manquer de travail avant un certain temps.

Notes

1 Treitschke 1883, p. 18-19 ; Treitschke 1879 offre également un aperçu éclairant sur la conception que l’auteur se faisait du Saint-Empire. Sur la manière dont Heinrich von Treitschke et ses contemporains considéraient l’Empire de l’époque moderne : Wolgast 2002 ; Kraus 2011 ; une synthèse dans Schindling 2001, p. 29-32 ; Schnettger 2007b, p. 129-131.

2 Voir en particulier Erdmannsdörffer 1892-1893 ; Wolgast 2002, p. 181-188.

3 Le jugement qu’il porte sur la paix de Westphalie est révélateur : « La faiblesse fondamentale de la constitution impériale allemande, c’est-à-dire la contradiction entre la signification juridique de l’émergence des États territoriaux et leur pouvoir effectif, n’a aucunement été éliminée par la paix de Westphalie, qui l’a au contraire plutôt renforcée. L’époque de la Réforme de l’Empire [NdT : à partir de 1495] avait au moins essayé d’accroître l’intégration des territoires dans l’édifice impérial en renforçant l’unité. La paix de Westphalie quant à elle se contenta de détruire, dans la mesure où elle reconnut presque sans restriction la liberté des états d’Empire, leur supériorité territoriale et leur droit d’alliance, sans pour autant préciser en aucune manière leurs devoirs envers l’empereur et l’Empire. [...] Ainsi, l’évolution de la constitution d’Empire trouve son terme avec la paix de Westphalie. L’institution de l’empereur se voyait ravir [...] presque toute marge de manœuvre pour intervenir dans l’Empire. [...] Mais les vainqueurs de ce combat autour de la constitution, c’est-à-dire les états d’Empire, n’étaient pas eux non plus en mesure d’instiller un nouveau souffle de vie dans le corps constitutionnel rigidifié de l’Empire » : Hartung 1959, p. 150-151 (la première édition a parue en 1914, la huitième et dernière en 1964). Sur Hartung, voir la notice nécrologique rédigée par son élève, Gerhard Oestreich : Oestreich 1968 ; voir également Kraus 2012.

4 Mazohl-Wallnig et Schneider 2011.

5 Srbik 1941, p. 458 et 460-463. Voir Derndarsky 2002 ; Kraus 2013b.

6 Sur ce qui suit : Schindling 2001, p. 32-54 ; Schnettger 2007b, p. 131-136.

7 Brocke 1999.

8 Sur Franz Schnabel : Gall 2007 ; Hertfelder 1998. Sur Max Braubach : Repgen 2007.

9 Voir par exemple Lutz 1964.

10 Voir par exemple Braubach 1972 ; Weber 1956 ; Weber 1969.

11 Voir par exemple Schubert 1966 ; Fürnrohr 1963.

12 Voir, entre autres, Schubert 1966 ; Rürup 1965.

13 Voir par exemple Moser 1737-1754, réimprimé chez Zeller à Osnabrück en 1968 ; Moser 1766-1782, réimprimé chez Zeller à Osnabrück en 1967 ; Pütter 1776-1791, réimprimé à Francfort-sur-le-Main chez Sauer & Auvermann en 1965.

14 Les sous-séries de cette entreprise correspondant à l’époque moderne sont la Mittlre Reihe (pour l’époque de Maximilien Ier entre 1486 et 1519), la Jüngere Reihe (pour le règne de Charles Quint de 1519 à 1556), ainsi que la séquence Reichsversammlungen (1556- 1662). Cette dernière (qui ne comporte pas de numérotation en continu) n’a toutefois été inaugurée qu’en 1988 avec le volume des actes de la Diète de Spire en 1570, édité par Maximilian Lanzinner. Une présentation en français de l’entreprise éditoriale des Actes des Diètes : Duhamelle 2003.

15 Les Acta Pacis Westphalicae sont répartis en trois séries : la première est consacrée aux instructions, la seconde aux correspondances, la troisième aux comptes rendus, actes des négociations, diaires et documents divers. Les deux dernières comprennent toutefois chacune quatre subdivisions, comportant elles-mêmes plusieurs volumes indépendants. Le premier volume contenant les instructions émises par la France, la Suède et l’empereur, édité par Fritz Dickmann, a paru en 1962.

16 Fürnrohr 1963.

17 Par exemple dans Dickmann 1959, p. 494 : « La paix de Westphalie signifia pour notre peuple un malheur national et pour le Saint Empire romain, dans lequel ce peuple avait jusqu’alors trouvé sa forme étatique, le début d’une maladie mortelle à laquelle il finit par succomber. Nos livres d’histoire l’ont démontré si souvent et de manière si convaincante qu’il est inutile de le répéter. L’an 1648 est l’une des grandes dates catastrophiques de notre histoire. »

18 Neugebauer 2006 ; Kraus 2013a.

19 Voir par exemple Neuhaus 1982 ; Schindling 1991 ; Härter 1992.

20 Voir par exemple Dotzauer 1989 ; Hartmann 1997 ; Nicklas 2002.

21 On se contentera ici d’indiquer l’existence depuis 1973 de la très active collection des « Sources et travaux sur la juridiction suprême dans le Saint-Empire » (Quellen und Forschungen zur höchsten Gerichtsharkeit im Alten Reich).

22 Les travaux de Martin Heckel ont occupé dans ce domaine une place éminente : Heckel 1989-2013.

23 On rappellera ici la collection consacrée à l’histoire de l’Eglise d’Empire à l’époque moderne, parue de 1956 à 1996 sous la direction d’abord de Leo Just, puis de Heribert Raab et Rudolf Reinhard (avec la collaboration de Günter Christ et de Konstantin Maier). Un état de la recherche dans Braun 2002.

24 Voir par exemple Burgdorf 1998.

25 Entre autres, Becker 1973 ; voir surtout Gotthard 1999.

26 Duchhardt 1977 ; Press 1989a.

27 Sur ce point, un tour d’horizon historiographique dans Kohler 2010 ; Duchhardt 1990.

28 Par exemple Press 1989a.

29 Peter Moraw, Volker Press et leurs élèves se sont, entre autres, employés à établir un lien entre histoire institutionnelle et histoire sociale du Saint-Empire, avant tout pour faire l’histoire de ses élites. L’exemple le plus impressionnant de ce type d’approche est l’habilitation, effectuée à Gieβen, de Sigrid Jahns : Jahns 2003-2011. La création en 1977, sous la direction de Karl Otmar Freiherr von Aretin, Peter Moraw, Volker Press et Hermann Weber, des « contributions à l’histoire sociale et institutionnelle du Saint-Empire » (Beiträge zur Sozial- und Verfassungsgeschichte des Alten Reiches), une sous-série au sein des publications de l’Institut d’histoire européenne de Mayence, avait à cet égard une valeur programmatique.

30 La collaboration entre historiens et historiens du droit (relevant des facultés juridiques) a trouvé sa traduction institutionnelle avec la création en 1996 du réseau sur la juridiction d’Empire. Voir https://blognetzwerkreichsgerichtsbarkeit.wordpress.com. La coopération avec l’histoire des Églises (relevant des facultés de théologie) s’effectue régulièrement dans tous les domaines touchant à l’histoire ecclésiastique et confessionnelle de l’Empire, de la Réforme au fébronianisme et aux sécularisations en passant par les clauses de la paix de Westphalie organisant les rapports entre Églises, territoires et Empire.

31 Cette évolution bénéficia d’une série très propice de commémorations successives : le 350e anniversaire de la paix de Westphalie en 1998 ; le bicentenaire du décret de la députation d’Empire de 1803, scellant la disparition des États ecclésiastiques, en 2003 ; le 450e anniversaire de la paix d’Augsbourg en 2005 ; le bicentenaire de la disparition du Saint-Empire en 2006. On se contentera d’indiquer les plus importants catalogues d’exposition édités à ces occasions : Buβmann et Schilling 1998 ; Himmelein et Rudolf 2003 ; Schilling et al. 2006.

32 De ce point de vue, il est révélateur que l’un des deux tribunaux d’Empire, le Conseil impérial aulique, contrôlé par l’empereur, ait longtemps été négligé par rapport au second, la Chambre de justice impériale, dont les juges étaient dans leur grande majorité nommés par les états d’Empire (quand bien même eux aussi rendaient leurs sentences au nom de l’empereur).

33 Signalons toutefois les travaux de l’historien français Jean-François Noël : Noël 1968.

34 Cette remarque n’est toutefois pas valable pour les travaux de Volker Press, et moins encore pour l’œuvre monumentale de Karl Otmar von Aretin qui a au contraire étudié l’Empire en se plaçant dans la perspective de l’empereur : Aretin 1967 ; Aretin 1986 ; Aretin 1993-1997.

35 Les choses ont toutefois commencé à changer à partir des années 1990, comme le montrent certaines publications, dont un volume issu d’une rencontre entre historiens allemands et autrichiens : Duchhardt et Schnettger 1999. Voir également Klueting et Schmale 2004. Et voir avant tout le renouveau récent, et important, des travaux sur le Conseil impérial aulique.

36 Pour ce qui suit, voir Schnettger 2007b, p. 146-151.

37 Press 1982, repris dans Press 1997, p. 18-41 ; Roeck 1984.

38 Schmidt 1999, p. 44.

39 Schmidt 2002, p. 276 ; traduction française de cet article : Schmidt 2013 ; voir également Schmidt 2001.

40 Burkhardt 2002, p. 313.

41 Burkhardt 1999, p. 750.

42 Voir par exemple le compte rendu rédigé par Wolfgang Burgdorf, PERFORM 1-3, 2000 (http://www.sehepunkte.de/perform/reviews).

43 Voir par exemple l’article de Karl Otmar Freiherr von Aretin, intitulé « Die Wormser Republik » et paru dans le quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung, 237, 12 octobre 1999.

44 Voir par exemple Stollberg-Rilinger 2002 ; Schnettger 2002b, p. 75.

45 Schilling 2001 ; Schilling 2002, traduit en français : Schilling 2013.

46 Moraw 1985.

47 Reinhard 2002, p. 343. Des critiques tout aussi massives dans Tabaczek 1999 ; Münch 1999.

48 Pour ce qui suit, voir également Bretschneider et Garner 2013.

49 Signalons, par exemple, le projet actuel visant à inventorier « les actes du Conseil impérial aulique », et porté à la fois par l’Académie des sciences de Gôttingen, les archives d’État autrichiennes, l’Académie des sciences d’Autriche et l’université de Vienne (http://reichshofratsakten.de).

50 Voir par exemple Schnettger 2007a.

51 Schnettger et Verga 2006 ; Cremonini et Musso 2010. En français, sur les recherches allemandes concernant l’Italie impériale, voir Schnettger 2004.

52 Arndt et Körber 2010 ; Arndt 2013. Voir également Behringer 2003.

53 Wrede 2004.

54 Voir par exemple Ulbert 2004 ; Wrede 2002 ; Braun 2014.

55 Stollberg-Rilinger 2008a ; traduction française : Stollberg-Rilinger 2013a. Sur ce qui suit, voir Schnettger 2008a.

56 Stollberg-Rilinger 2013a, p. 4.

57 Ibid., p. 5.

58 Ibid., p. 9-10.

59 Ibid., p. 332.

60 Les signes de cet intérêt sont indubitables. La première importante synthèse en langue anglaise sur le Saint-Empire à l’époque moderne depuis des décennies est ainsi parue en 2012 et a été immédiatement suivie de sa traduction en allemand : Whaley 2012 ; Whaley 2014. Pour la France, on citera en premier lieu le programme de formation recherche « Histoire du Saint-Empire – regards croisés franco-allemands » (http://saintempire.hypotheses.org) qui a rassemblé une bonne partie de la recherche française sur le Saint-Empire moderne et a encouragé sur ce thème les échanges entre historiographies française et allemande – le présent volume en porte témoignage. Le bilan assez sombre que Christophe Duhamelle tirait naguère de la recherche française sur le Saint-Empire est donc devenu un peu plus positif : Duhamelle 2002.

61 Haug-Moritz 2013.

Auteur

Johannes-Gutenberg Universität, Mayence
(1965) a obtenu son doctorat à Münster en 1994 et son habilitation à Francfort-sur-le-Main en 2006. Il est depuis 2006 professeur d’histoire moderne à l’université Johannes-Gutenberg de Mayence. Ses recherches portent principalement sur l’histoire du Saint-Empire et de l’Italie, ainsi que sur les relations internationales et les processus d’échanges et de transferts dans l’Europe moderne. Parmi ses publications : avec Bettina Braun et Katrin Keller (dir.), Nur die Frau des Kaisers ? Kaiserinnen in der Frühen Neuzeit, Vienne, Cologne, Weimar, Böhlau, 2016 ; avec Marcello Verga (dir.), L’Impero e l’Italia nella prima età moderna/Das Reich und Italien in der Frühen Neuzeit, Bologne et Berlin, Il Mulino et Duncker & Humblot, 2006 ; (dir.), Imperium Romanum – irregulare corpus – Teutscher Reichs-Staat. Das Alte Reich im Verständnis der Zeitgenossen und der Historiographie, Mayence, Zabern, 2002.

Christophe Duhamelle (Traducteur)

(1966) a obtenu à l’université Paris I son doctorat en 1994 et son habilitation en 2006. Il est depuis 2008 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). Ses recherches portent sur l’histoire sociale des confessions dans le Saint-Empire (conflits, coexistence, construction des distinctions et des espaces confessionnels). Parmi ses publications : avec Falk Bretschneider, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung, 43, 2016/4, p. 703-746 ; La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010 ; avec Philippe Büttgen (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search