Version classiqueVersion mobile

Le Saint-Empire. Histoire sociale

 | 
Falk Bretschneider
, 
Christophe Duhamelle

Introduction : une histoire sociale et franco-allemande du Saint-Empire à l’époque moderne

Falk Bretschneider et Christophe Duhamelle

Texte intégral

  • 1 Le livre procède du travail mené pendant deux ans (2012-2014) au sein d’un « programme formation re (...)

1Cet ouvrage poursuit un triple objectif. II veut d’abord présenter au public français les renouvellements actuels de l’historiographie sur un objet historique, le Saint-Empire moderne, qui depuis un demi-siècle a connu une réhabilitation radicale et un accroissement exponentiel des connaissances. Il souhaite ensuite mettre en évidence le rôle spécifique qu’a joué la recherche française dans cette évolution et le dynamisme qui la caractérise actuellement – il s’agit d’ailleurs de plus en plus, entre autres par le biais des cotutelles, d’une recherche binationale. Il aspire enfin à sortir le Saint-Empire de son relatif isolement historiographique et à l’ouvrir vers une comparaison internationale. Ce triple objectif rencontre à la fois un programme et une méthode : le programme d’une histoire sociale du Saint-Empire, transcendant les cloisonnements entre histoire institutionnelle et politique, histoire économique, histoire religieuse, mais aussi entre histoire des États territoriaux composant l’Empire et étude du niveau impérial lui-même ; et une méthode, celle qui consiste à saisir dans les pratiques sociales elles-mêmes, dans les stratégies des acteurs et dans leur construction de l’espace, cette interaction constante entre les domaines et entre les échelles1.

2 Ces objectifs et ce programme se heurtent à plusieurs difficultés. La première réside dans la perception de l’histoire moderne allemande parmi les modernistes français. La « barrière linguistique » n’est qu’une explication, peut-être trop commode, d’une relative ignorance qui, par le biais des programmes des enseignements et des concours, se nourrit d’une certaine force d’inertie. Plus généralement, deux représentations limitent l’intérêt porté à l’Empire. D’un côté, il passe pour un monstre de complexité, un hapax dont les caractéristiques semblent d’autant plus aberrantes qu’elles sont de toute façon condamnées par un déclin qui n’en finit pas – bref, l’Empire serait incomparable, pourquoi dès lors s’y intéresser ? D’un autre côté, l’utilisation d’exemples allemands au service d’interrogations particulières (les Lumières, l’histoire religieuse, le capitalisme naissant, etc.), depuis longtemps pratiquée, peut, semble-t-il, faire l’économie d’un système politique compliqué et touffu pour revenir à l’apparente universalité d’une société d’Ancien Régime – l’Empire, réduit au rôle de superstructure absconse, ne suscite dès lors pas davantage l’intérêt.

  • 2 L’abondance des références bibliographiques, en particulier dans les articles proposant une synthès (...)

3Cette difficulté est d’autant plus grande quelle rencontre l’inconfort que l’historiographie allemande elle-même a longtemps éprouvé envers le Saint-Empire moderne. D’une part, la période moderne y a souffert d’un relatif discrédit, coincée qu’elle était entre l’étincelle de la Réforme et l’avènement, beaucoup plus tard, de la « Modernité » dont les prolégomènes, semblait-il, ne faisaient apercevoir leurs lueurs qu’au sein des grands États territoriaux : l’Autriche, la Prusse, et peu d’autres. Le règne du paradigme de l’État moderne s’accommodait mal d’un Empire au sein duquel on ne savait pas trop où le chercher – avant de parer, tardivement, l’Empire lui-même de ses oripeaux. D’autre part, les fortes divisions disciplinaires de la science historique allemande – répartie non seulement en « spécialités » aussi soucieuses de leurs traditions et de leurs approches spécifiques que de défendre leur pré carré contre les voisines, mais également au sein de plusieurs facultés, le droit, la théologie, l’économie autant que l’histoire même – ont longtemps empêché une appréhension globale de l’Empire comme système social, soit qu’elles en aient fait une variable secondaire, voire regrettable, des problématiques, soit qu’elles l’aient au contraire érigé plus récemment en un objet en soi, incarné par quelques institutions impériales prestigieuses comme la Diète ou les tribunaux suprêmes de l’Empire2.

4L’ambition du présent ouvrage est de dépasser ces difficultés pour essayer de montrer que le Saint-Empire n’est pas un objet marginal par rapport à la réalité sociale qui l’entoure, mais plutôt que ses caractères originaux infusent de nombreux domaines et s’offrent donc pleinement à la comparaison, dans la mesure où ils invitent à penser l’agir social constamment en lien avec les spécificités institutionnelles dans lesquelles il s’inscrit et qu’il contribue à modeler.

5Cette ambition passe, d’abord, par un dialogue avec les renouvellements de l’histoire de l’Empire moderne en Allemagne. Car outre-Rhin aussi, on sort de la « niche impériale » qu’ont construite des historiens des institutions pour aborder au contraire l’Empire par le biais de l’histoire de la communication ou de celle des cultures politiques, sous l’angle en particulier des rituels et du langage symbolique. Après une alternance assez rapide entre un Empire voué aux gémonies, et un Empire pratiquement élevé au rang de précurseur de l’État post-moderne et de l’unification européenne, marqués par le règne du droit et de la subsidiarité, on en vient désormais à une étude moins soucieuse de trouver un modèle national et plus encline à décrypter un fonctionnement politique dont le déchiffrement cesse d’être soumis à la nécessité de mettre l’Allemagne des xvie-xviiie siècles « au niveau » de l’État moderne.

6Cette ambition passe, ensuite, par une interrogation sur l’espace – non pas une passion cartographique un peu perverse pour les innombrables complexités des frontières dans l’Empire, mais une attention portée aux échelles, aux imbrications, aux limites et à leur appropriation, c’est-à-dire aux modalités spécifiques de l’histoire sociale moderne allemande : le rapport au droit, à l’espace, à l’altérité.

7Cette ambition passe enfin par une volonté de dépasser les compartimentages de la recherche historique. Différents en Allemagne et en France, ils sont tout aussi dévastateurs dans leurs effets. Dans ce volume, nous avons voulu réunir des « spécialistes » du droit et des pratiques pénales, des territoires et de leurs élites politiques, des institutions d’Empire, de la communication, de l’économie, des villes, des relations confessionnelles, des représentations de l’espace, du monde universitaire, des mobilités, et nous avons tous réfléchi ensemble à ce que l’Empire faisait à chacun de ses sujets, ainsi qu’à la contribution que chacun apportait à la connaissance de la société impériale. Retrouvant ainsi l’impératif, trop ambitieux peut-être, mais stimulant, de l’histoire sociale comme histoire totale, nous nous sommes souvenus qu’il s’accompagnait d’une exigence : toujours ancrer les problèmes généraux au plus près des acteurs de l’histoire, de leurs pratiques, de leurs mots et de la recréation constante qu’ils font de leurs horizons spatiaux, de leurs appartenances multiples, et de leurs stratégies.

8Alors que dire du Saint-Empire ? Il convient pour en parler de sortir de l’alternative dont l’un des termes est de le proclamer « incomparable », et l’autre est de s’empresser de n’y étudier que ce qui serait « comme partout ailleurs ». La spécificité n’est pas l’obstacle de la comparaison, mais son moteur – et le levier qui lui permet de comprendre que rien ne va de soi, et que tout est affaire de contexte. Le Saint-Empire, précisément parce qu’il est singulier, est une invitation à inscrire les cas singuliers dans un cadre de référence général. Un paysan qui renâcle à obéir à son prince n’est pas fondamentalement différent en France ou en Allemagne ; qu’il puisse se référer au droit d’Empire, faire valoir sa différence confessionnelle, ou se réfugier chez le prince voisin dans le village d’à côté, en revanche, marque une modalité particulière de la domination sociale et de sa contestation. Le Saint-Empire est une société d’Ancien Régime où l’État est pluriel, diffus, contesté par ceux qui s’y opposent, contesté aussi par les nombreux acteurs qui s’en revendiquent, mais s’en revendiquent concurremment. Il offre la possibilité, en retour, de voir les sociétés d’Ancien Régime où l’État prétend à une unicité de principe et d’action non comme la définition même d’une société d’Ancien Régime, mais comme une de ses modalités.

9De cette histoire de la recherche historique sur le Saint-Empire, de ces renouvellements qui la tiennent en haleine, du programme qui lui promet d’autres développements encore – tous les textes de ce volume portent témoignage. Car si nous avons choisi, pour l’ouvrir, ainsi qu’en tête de chacune des quatre sections, de placer des articles historiographiques et programmatiques, il ne s’agissait pas de séparer le niveau de la réflexion sur la recherche de la recherche elle-même, mais plutôt d’ouvrir un cadre interprétatif que chaque contribution, ensuite, s’approprie pour donner sens à une étude de cas.

  • 3 Bien que tous les auteurs présentent le plus clairement possible ce dont ils parlent, l’ouvrage n’e (...)

10Cette structure ainsi que la volonté commune d’établir des passerelles entre les domaines et les échelles produisent une certaine communauté de vue entre les différents articles, et multiplient les recoupements possibles entre eux. Ainsi, le Conseil impérial aulique et la Chambre de justice impériale, les deux tribunaux suprêmes de l’Empire3 – instances de règlement des conflits entre les territoires, mais aussi d’appel pour certains sujets et de validation des droits et privilèges – se retrouvent non seulement dans la contribution de Thomas Dorfner, mais aussi dans de nombreux autres articles, diffractés en quelque sorte dans les pratiques sociales qui, à l’échelon local et territorial, sont nombreuses à recourir à cette échelle impériale. L’espace – celui si exactement mesuré des cérémonies symboliques de l’Empire, celui si diffus de la fabrique du confessionnel, celui si complexe des circulations économiques – constitue lui aussi un thème récurrent de tous les articles, pas seulement ceux qui se consacrent plus précisément à cette thématique. Et partout, enfin, se retrouve le souci (sans doute le plus fédérateur de la nouvelle historiographie du Saint-Empire) de penser ensemble le cas et le problème, de surmonter la dichotomie entre territoires et Empire pour saisir en actes, « au ras du sol », les transversalités qu’établissent entre les échelles politiques les nécessités et les aspirations de la vie sociale.

11C’est ce paradoxe fécond, nourri aux leçons de la microhistoire, qui résume peut-être le mieux l’ambition de l’ouvrage, reflet des nouvelles manières d’appréhender la société impériale : travailler au plus près pour embrasser au plus large. Lui seul nous a permis de développer depuis plusieurs années la notion de « fractalité », exposée dans la contribution de Falk Bretschneider, pour comprendre certaines caractéristiques récurrentes de l’agir social dans le Saint-Empire, et en particulier de la manière de résoudre – ou de ne pas résoudre – les innombrables conflits engendrés par le foisonnement des appartenances et la confusion des échelles. Cette notion renvoie à une similitude des figures d’action et de conflit à différents niveaux, à la faible hiérarchisation entre ces derniers, et à la circulation constante entre local, territorial et impérial. Sans prétendre à l’exactitude mathématique que semble promettre son origine, elle présente, du point de vue pratique du chercheur éploré devant l’extrême complexité de son objet et tenté de le réduire au connu – l’État, même imparfait ; la frontière linéaire, même si elle ne l’est pas ; la prétention des territoires à être leur propre centre, même si elle se heurte à une réalité inverse ; l’autisme du dogme, même si tout montre que domine le mécanisme interactif de la distinction confessionnelle – un quadruple intérêt : rendre compte d’une spécificité impériale sans l’abîmer dans la simple description de la diversité des cas ; surmonter, en faisant de la circulation entre les échelles son principe, la division historiographique entre territoires, local, et « niveau impérial », pour fournir au contraire un instrument d’analyse des figures du social ; décentrer, pour parvenir à surmonter cette dichotomie, la question du politique par rapport à la notion d’État, qu’il s’agit non pas de placer du côté des territoires, ou de « l’État-Empire », même « complémentaire », mais de saisir dans ses manifestations concrètes, c’est-à-dire dans les pratiques de l’étaticité ; enfin, indexer constamment les acteurs à leur pratique de l’espace, faisant ainsi de la frontière et des déplacements non les sous-produits mal étudiés de l’État territorial, mais la matrice même du système impérial.

12L’un des meilleurs spécialistes allemands du Saint-Empire, Matthias Schnettger, ouvre le volume par un bilan historiographique alerte et dynamique, qui conduit tout naturellement au premier thème, cœur des recherches actuelles : l’histoire sociale et culturelle du politique. En présentant les parrainages de princes par les villes libres d’Empire, André Krischer souligne d’emblée deux aspects fondamentaux de ces recherches : l’attention portée aux rituels symboliques, et l’importance des relations et circulations transversales entre les territoires de l’Empire. Sébastien Schick met particulièrement en valeur ce second aspect en étudiant les correspondances entre ministres, saisies dans leur matérialité, leur discours et les liens qu’elles établissent et révèlent au sein de la société politique impériale. Katrin Keller, pionnière des travaux sur les correspondances des princesses, montre alors à quel point l’approche par le genre et par la communication permet de renouveler profondément l’appréhension d’un Empire qui formait davantage un grand cousinage princier qu’une collection d’États en petit. Thomas Dorfner enfin réintroduit le social dans l’institution et démythifie les prestigieux tribunaux d’Empire en analysant la place de l’informel, et même de l’illégal, dans les relations entre la société impériale et ses juges.

13La seconde section approfondit ce nouveau lien établi par la recherche entre système politique et histoire sociale du Saint-Empire. Guillaume Garner retrace d’abord la rencontre longtemps improbable, et pourtant indispensable, entre l’étude des institutions d’Empire et celle de la vie économique allemande de l’époque moderne. Vincent Demont illustre un des aspects de cet éloignement dommageable et de ce rapprochement nécessaire en montrant comment l’étude de l’Empire comme ressource (par le biais, en l’occurrence, des privilèges impériaux) peut surmonter les apories de la recherche sur les élites urbaines, fragmentée en ses monographies. Rachel Renault présente ensuite ses recherches sur l’impôt d’Empire, une pratique sociale d’une grande ambiguïté qui lie constamment l’exercice de la domination politique à la recherche, pour les princes, du statut au sein de l’Empire et à l’espérance, pour les sujets, d’un recours impérial contre leur prince.

14La troisième section explore l’une des spécificités de l’approche française du Saint-Empire : l’attention portée aux pratiques de l’espace. Falk Bretschneider, après avoir donné les raisons de cette spécificité, propose d’utiliser la notion de fractalité pour comprendre les modalités spécifiques du jeu d’échelles dont se saisissent les acteurs du monde social impérial et plus particulièrement l’univers du pénal. Anne Saada montre, à partir des circulations entre universités et du lien constitutif entre ces institutions territoriales et la participation à la politique impériale, à quel point la coexistence d’espaces diversifiés, mais interconnectés, est caractéristique de l’Empire. Cela seul permet de comprendre comment un espace fragmenté par tant de frontières a pu connaître l’échange et le mouvement. C’est à l’étude de cette mobilité, à partir du « droit de conduit », que se livre ensuite Luca Scholz, soucieux lui aussi d’inscrire l’Empire dans une comparaison large qui seule peut donner un sens à ses particularités. Axelle Chassagnette enfin, à partir d’une technique cartographique, l’enluminure, parvient à pister précisément la difficulté qu’avaient les contemporains à saisir cet espace qui ne peut se réduire à la catégorie trop simple des progrès de la territorialité.

15La dernière section enfin s’attarde sur une particularité éminente du Saint-Empire : sa pluralité confessionnelle. Là encore, il s’agit d’intégrer un champ disciplinaire très autonome (balisé surtout par « l’histoire des Églises », relevant en Allemagne des facultés de théologie) dans une étude des pratiques sociales de la diversité, de la distinction et de l’espace – c’est le sens de la réflexion historiographique de Christophe Duhamelle. Marc Mudrak montre ensuite la fécondité d’une approche soucieuse d’appréhender la fabrique sociale du confessionnel en présentant ses travaux sur les « vieux-croyants » dans les premières années de la Réforme : négligés par une historiographie focalisée sur Luther, ils se saisissent de toutes les possibilités offertes par le système impérial pour, en affirmant défendre l’ancien, faire du neuf et poser les jalons d’une coexistence concrète. Naïma Ghermani enfin s’intéresse à un effet inverse de l’historiographie : soucieuse de traiter les migrations religieuses dans le cadre plus large de l’histoire des mobilités, celle-ci a négligé d’étudier les conditions concrètes de l’accueil des migrants ; son texte nous invite par conséquent à examiner de près l’interaction entre le système impérial et l’intégration des exilés religieux.

Notes

1 Le livre procède du travail mené pendant deux ans (2012-2014) au sein d’un « programme formation recherche » (PFR) soutenu et financé par le Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’Allemagne (CIERA), mené par les deux responsables de ce volume en étroite collaboration avec Guillaume Garner (ENS Lyon), Matthias Schnettger (université de Mayence) et Barbara Stollberg-Rilinger (université de Münster), ainsi qu’avec l’appui de nos laboratoires respectifs : le Centre Georg-Simmel – Recherches franco-allemandes en sciences sociales (UMR 8131 EHESS/CNRS) et le Centre de recherches historiques (UMR 8558 EHESS/CNRS). Ce programme a permis d’organiser un workshop d’ouverture à Mayence en septembre 2012, un séminaire franco-allemand mensuel pendant deux ans à Paris, un atelier doctoral franco-allemand à Münster en juin 2013, et un colloque conclusif, également à Paris, en octobre 2014. Les contributions, retravaillées à la lumière du travail commun, sont le fruit de ces différentes manifestations. Nous tenons à remercier tous ces promoteurs (personnes et institutions) d’une réflexion collective productive et chaleureuse, tous les intervenants et discutants du séminaire, de l’atelier et du colloque, et enfin tous les auteurs de ce volume pour s’être prêtés avec générosité à l’aventure commune.

2 L’abondance des références bibliographiques, en particulier dans les articles proposant une synthèse sur la recherche au sujet du Saint-Empire, et leur regroupement en fin de volume en une bibliographie générale nous dissuadent de nous livrer à un exercice redondant en multipliant, dans cette introduction, les notices en bas de page. Nous signalons simplement, de manière générique, les nombreux articles historiographiques et comptes rendus du Bulletin puis de la Revue de la Mission historique française en Allemagne, puis Institut français d’histoire en Allemagne et désormais Institut franco-allemand de sciences historiques et sociales (dont le rôle a été déterminant – sans être exclusif – dans l’émergence d’une historiographie française du Saint-Empire) ; nombre d’entre eux sont désormais disponibles en ligne : http://ifha.revues.org. Précisons, par ailleurs, que les textes composant cet ouvrage ont été achevés à l’été 2015. Sauf complément exceptionnel, les indications bibliographiques sont donc arrêtées à cette date.

3 Bien que tous les auteurs présentent le plus clairement possible ce dont ils parlent, l’ouvrage n’est pas un manuel synthétique d’introduction au Saint-Empire. Le lecteur pourra donc parfois ressentir le besoin d’explications rapides sur tel ou tel terme – comme, ici, les tribunaux d’Empire. Nous nous permettons de le renvoyer à un travail collectif disponible en ligne (Bretschneider et Duhamelle 2014) et réalisé collectivement au sein du séminaire que nous animons depuis plusieurs années à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris).

Auteurs

(1974) a obtenu son doctorat en 2005 à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris) et à l’université technique de Dresde. Depuis 2008 il est maître de conférences à l’EHESS. Ses recherches portent sur l’histoire sociale des pratiques pénales à l’époque moderne et l’histoire des espaces du Saint-Empire. Parmi ses publications : avec Christophe Duhamelle, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung, 43, 2016/4, p. 703-746 ; avec Guillaume Garner et Pierre Monnet (dir.), « Le Saint-Empire à l’époque moderne/Das Alte Reich in der Frühen Neuzeit », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales, 14, 2013 (en ligne) ; (dir.), « Praxis der Grenze – Konflikte und Umgänge mit Territorialgrenzen im Alten Reich », Jahrbuch für Regionalgeschichte, 29, 2011, p. 35-110.

(1966) a obtenu à l’université Paris I son doctorat en 1994 et son habilitation en 2006. Il est depuis 2008 directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (Paris). Ses recherches portent sur l’histoire sociale des confessions dans le Saint-Empire (conflits, coexistence, construction des distinctions et des espaces confessionnels). Parmi ses publications : avec Falk Bretschneider, « Fraktalität. Raumgeschichte und soziales Handeln im Alten Reich », Zeitschrift für historische Forschung, 43, 2016/4, p. 703-746 ; La frontière au village. Une identité catholique allemande au temps des Lumières, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010 ; avec Philippe Büttgen (dir.), Religion ou confession. Un bilan franco-allemand sur l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2010.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search