Version classiqueVersion mobile

La lutte, pas la guerre

 | 
Ernst Bloch

Présentation

Lucien Pelletier

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Pendant la Grande Guerre, un nombre important d’intellectuels allemands ou français opposés au militarisme de leurs États respectifs émigrèrent en Suisse, pays dont la neutralité leur assurait une liberté d’expression qui, espéraient certains d’entre eux, leur permettrait d’influer de quelque manière sur les destinées politiques de leur patrie. Ils trouvèrent en terre helvétique des compatriotes de tendances politiques variées ainsi que des diplomates et émigrés d’autres pays, neutres ou belligérants, avec lesquels ils purent entretenir d’intenses débats et controverses, de vive voix et par l’entremise de journaux, revues, livres et brochures, de sorte que la Suisse fut véritablement dans ces années-là le « centre intellectuel de l’Europe1 ».

Réformé en 1915 pour cause d’extrême myopie, le philosophe Ernst Bloch s’était retiré dans la campagne bavaroise pour rédiger son premier livre, L’Esprit de l’utopie, qu’il acheva en mai 19172 et dont la parution fut repoussée jusqu’à l’été 1918...

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search