Version classiqueVersion mobile

Robert Musil

 | 
Walter Moser

Pour conclure

Texte intégral

1Ce livre a proposé une traversée à la fois analytique et critique de l’œuvre de Robert Musil, ainsi qu’un regard sur quelques applications interprétatives de cette œuvre à différents moments et dans diverses situations de réception. S’y ajoute, en fin de parcours, une comparaison avec un roman brésilien qui s’avère d’une inquiétante familiarité avec le grand roman musilien. Les histoires d’un « homme sans qualités » et celle d’un « héros sans aucun caractère » semblent en fait émaner presque d’un même programme narratif, même si leur insertion dans un contexte respectivement européen et latino-américain en fait des événements littéraires très différents. Le contraste cognitif ainsi obtenu peut mettre en perspective tout le travail critique accompli sur les écrits de Musil.

2Cette traversée a combiné plusieurs opérations dans l’approche de ces écrits : collecte de données, repérage de matériaux, lecture thématique, analyse proprement dite, travail critique et interprétation. Mais, trouvant son lieu de convergence dans la critique interdiscursive qui s’avère constitutive du roman de Musil, elle est tributaire d’un petit nombre de lignes de force qui ont orienté notre enquête. Ces lignes de force sous-tendent tous les chapitres de ce livre et ont focalisé de la sorte notre regard sur l’œuvre de Musil. Elles se sont en fait concrétisées dans quatre enjeux principaux qui articulent notre démarche.

3Ce qui a guidé la recherche dont ce livre présente les résultats, c’est de montrer l’auteur, Robert Musil, situé au carrefour des discours et d’examiner le trafic discursif qui y a lieu. Même s’il a choisi, au cours de sa vie, d’installer sa propre pratique discursive de plus en plus exclusivement dans la littérature, et plus spécifiquement dans le genre romanesque, il n’a cessé de porter son regard d’observateur sur la totalité de son environnement discursif et d’y repérer et prélever des matériaux susceptibles d’alimenter son travail littéraire.

4Ainsi, le premier enjeu consiste à étendre cette traversée à tous les écrits de Musil afin d’être en mesure de montrer le va-et-vient entre les différents genres qu’il pratiquait. Il s’agit plus particulièrement des liens qui se tissent entre, d’un côté, les écrits académiques et journalistiques, les essais, les discours, les journaux, c’est-à-dire les écrits non littéraires, et, de l’autre, les écrits littéraires et plus spécifiquement son roman L’homme sans qualités. Ceci a été fait, toutefois, sans aucune prétention de totalisation, l’examen de ces liens se faisant de manière sélective selon des axes d’interrogation privilégiés.

5Le deuxième enjeu, de nature plus théorique, met en valeur une réflexion sur la fonction interdiscursive de la littérature. Cette fonction est fondée sur la secondarité des textes littéraires par rapport aux discours qui circulent dans la société. Il en résulte un statut ambivalent pour la littérature dans le système des discours. D’une part, elle est privilégiée, car elle peut reproduire en les incorporant, et souvent en les soumettant à un regard critique, tous les discours environnants. D’autre part, ce privilège ne va pas sans un prix à payer en termes de pouvoir pragmatique : le littéraire ne saurait faire la loi pour les discours non littéraires.

6Le troisième enjeu, de nature plus méthodologique, porte sur la nécessité de développer une méthode d’analyse qui permette d’observer de manière précise comment ces réinscriptions s’effectuent dans le texte littéraire. Afin de bien circonscrire le champ de cette analyse interdiscursive, il a fallu, au préalable, établir la distinction entre intertexte et interdiscours.

  • 1 Umberto Eco, Opera aperta. Forma e indeterminazione nelle poetiche contemporanee, Milan, V. Bompian (...)

7Avec ce regard analytique aiguisé, notre travail consistait à examiner en profondeur, et dans le détail de l’écriture littéraire, comment cette réinscription s’opère, et donc cette interaction entre divers types de discours. Ce faisant, nous avons privilégié deux traits discursifs à observer de près et à travers des écrits relevant de différents types de discours : la constitution du sujet et la saisie de l’objet. Nous avons ainsi pu montrer comment Musil utilise l’appareil formel du roman pour traiter le matériau discursif, mais aussi certains intertextes, qu’il soumet à de multiples stratégies énonciatives, de manière à révéler leur fonctionnement propre tout en les problématisant. C’est ici qu’on touche à ce qu’il a lui-même conceptualisé comme son essayisme dans le roman. Et c’est ici que se manifeste le défi que Musil s’est lancé comme romancier, car son essayisme déconstruit la forme narrative traditionnelle du roman, tout en ouvrant l’écriture romanesque sur de nouvelles possibilités de fonctionnement générique. Il a ainsi frayé le chemin pour une esthétique de l’œuvre ouverte, bien avant qu’elle ne trouve sa consécration théorique par Umberto Eco1.

8Ces analyses devraient avoir confirmé la « centralité » heuristique que nous avons accordée au discours littéraire. L’activation de la fonction interdiscursive permet en fait au discours littéraire d’affirmer son statut paradoxal d’être un discours spécialisé, donc une partie qui a comme une de ses fonctions d’inclure potentiellement la totalité du système des discours. De ce fait, il s’offre à nous comme le point d’entrée le plus opportun, et cognitivement le plus avantageux, pour avoir accès à tout le système.

9Enfin, un dernier enjeu consistait à montrer comment l’écriture romanesque de Musil devient une véritable critique interdiscursive par rapport à un état historiquement donné du système des discours. Cet état, Musil le qualifie de crise. Et il enregistre de multiples manières les secousses de cette crise qui ébranlent la stabilité des régularités discursives. C’est dans une telle situation que la fonction interdiscursive du littéraire peut venir occuper une place prépondérante parmi d’autres fonctions. C’est le cas du roman de Robert Musil, qui est en fait une véritable écriture de crise. Dans ce sens, il s’y installe et il y participe en problématisant les prétentions stabilisatrices de divers discours. Mais ce moment de problématisation est doublé d’un moment de « possibilisation » où l’on peut observer Musil explorer et « essayer » de nouvelles pratiques et configurations dont l’utopisme pointe vers une sortie de la crise, sans pourtant ne jamais les couler affirmativement dans une utopie. C’est que la pratique d’écriture reste processuelle, et sa stratégie essayiste. En termes psychanalytiques, on pourrait ainsi parler d’une perlaboration discursive de la crise historique, d’autant plus que Musil mobilise également des matériaux discursifs historiquement résiduels (le discours mystique, des emprunts au premier romantisme) en quelque sorte comme des machines de guerre contre les paradigmes dominants et en vue de faire advenir un ordre émergent.

10Sans nous engager dans une analyse étoffée de la réception de l’œuvre de Musil, nous avons également proposé quelques incursions dans ce domaine. Il s’agissait d’explorer quelques-unes des multiples interpellations que ses écrits et ses pensées ont pu adresser à différents publics dans des horizons historiques changeants. Ainsi des sondes lancées de manière sélective dans les horizons d’attente « Paris 1935 » et « Paris 1981 » ont-elles révélé un grand contraste, presque une inversion dans la réception de Musil. Et, dans un exercice plus explorateur, nous avons inscrit son œuvre dans les crises de la modernité en testant la pluralité des réponses qu’elle peut susciter à partir des paramètres romantique, moderne et postmoderne qui s’y manifestent. Il s’est avéré que, étant donné le travail de critique interdiscursive qu’elle comporte, elle véhicule un potentiel de sens qui est loin d’être épuisé et peut s’activer encore dans le contact avec de futurs horizons d’attente.

11Ainsi, ce livre se conclut avec l’espoir que la combinaison des enjeux privilégiés dans cette étude constitue un axe d’exploration qui aura permis de jeter un regard encore inédit sur l’œuvre de Musil, et plus particulièrement sur la richesse interdiscursive de son écriture romanesque. Cette approche aura pu révéler pourquoi, parmi ses contemporains, Musil a inscrit dans son œuvre un potentiel de futures réceptions, interprétations et appropriations qui dépasse de loin la première moitié du xxe siècle où l’œuvre a ses assises historiques.

12Ce potentiel ne pourra toutefois se déployer et s’activer qu’à une condition : que les lecteurs s’astreignent au labeur de la lecture lente et patiente permettant d’accueillir productivement toujours de nouvelles interpellations dans toujours de nouveaux horizons historiques. En ce sens, Musil reste peut-être un Geheimtip, mais dont l’efficace historique mérite d’être connue par qui est disposé à s’ouvrir à la réflexion critique de nature historique, culturelle et plus spécifiquement discursive que son œuvre contient. Cette œuvre continuera à donner à penser pour qui s’aventure sérieusement dans sa traversée.

13Il reste ainsi à compléter, sinon à corriger, ce qui a été dit à plusieurs reprises sur l’impuissance pragmatique du discours littéraire. C’est que cette impuissance est doublée d’une efficacité historique, et ceci dans la mesure où le texte littéraire, s’il comporte un potentiel de lectures, voire d’applications multiples, s’il est donc de la trempe de L’homme sans qualités, peut transcender l’horizon d’attente de sa situation historique de production et maintenir et renouveler son actualité bien au-delà. C’est certainement le cas de l’œuvre de Musil qui nous interpelle encore aujourd’hui avec sa force cognitive et critique et peut, de la sorte, nous aider à penser notre monde contemporain, bien davantage que des ouvrages non littéraires qui appartiennent au même moment historique de production et qui, eux, ne cessent de voir s’amenuiser leur pouvoir pragmatique.

Notes

1 Umberto Eco, Opera aperta. Forma e indeterminazione nelle poetiche contemporanee, Milan, V. Bompiani, 1962.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search