Version classiqueVersion mobile

Robert Musil

 | 
Walter Moser

Chapitre 6. Fonction interdiscursive de la littérature et écriture romanesque

Texte intégral

  • 1 Roland Barthes, S/Z, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », 1970.

1Notre traversée rapide et sélective du premier chapitre du roman a déjà permis d’entrevoir de vastes problématiques traitées par la suite dans le texte romanesque, ceci selon une logique que Roland Barthes a bien explicitée dans S/Z1 : tout texte littéraire introduit et active, dès son incipit, différents codes sémiologiques et donne aux lecteurs des pistes à suivre et des énigmes à résoudre en cours de lecture. Ainsi, la problématique apparemment locale et limitée au trait discursif de la véridiction référentielle s’est avérée déboucher sur des questions bien plus vastes qui ont trait au statut et à la fonction de la littérature et à la manière dont Musil y répond. Il y va, dans sa portée la plus générale, de la manière dont l’écrivain opère son insertion historique dans l’état concret du système des discours contemporain.

2Il s’agit donc maintenant d’élargir la problématique, tant théoriquement qu’historiquement, et de nous situer à un niveau de généralité très élevé, quitte à revenir au roman de Musil, voire au « détail de l’écriture » (Starobinski), pour en aborder l’analyse.

Les fonctions de la littérature

  • 2 Tzvetan Todorov, Les genres du discours, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique », 1978.

3Dans son livre Les genres du discours2, Tzvetan Todorov a entériné un tournant que les études littéraires avaient déjà bien entamé. Il s’agissait, pour en résumer l’argument succinctement, de déplacer la question adressée à la littérature : non pas « qu’est la littérature ? », mais bien plutôt « que fait la littérature ? ». D’une recherche visant à déterminer la substance du littéraire – on parlait alors beaucoup de la « littérarité » ou de « l’autotélisme » du littéraire – il s’agissait de passer à une recherche de type plus pragmatique visant à établir la fonction ou les fonctions de la littérature. Pour ce faire, il fallait commencer par reconnaître que la littérature est un type de discours parmi d’autres, qui s’insère dans un système de discours et qui est géré par un « ordre du discours ». J’emprunte ici cette expression qui remonte à la leçon inaugurale de Michel Foucault au Collège de France ; de plus, je parlerai de « types de discours » pour me référer à la différentiation fonctionnelle qui structure tout système de discours.

  • 3 Cf. Wolf Lepenies, Das Ende der Naturgeschichte. Wandel kultureller Selbstverständlichkeiten in den (...)
  • 4 Gaston Bachelard parle de « l’esprit scientifique » dans La formation de l’esprit scientifique. Con (...)
  • 5 J’ai élaboré cet argument dans mes propres textes : « Le reste, c’est de la littérature. Le portrai (...)

4Nous avons l’habitude de faire remonter la littérature, comme une catégorie atemporelle, à des époques très anciennes. En réalité, si nous essayons de la déterminer comme un type de discours séparé d’autres types de discours spécialisés dans une logique de système discursif, elle n’entre dans son statut historique moderne que vers 18003. C’est vers ce tournant de siècle que la science moderne4 se constitue comme discours autonome, entre autres choses en se séparant du fictionnel (Newton : hypotheses non fingo) et du fondement subjectif du savoir (Buffon : « le style c’est l’homme », qui faisait encore de la beauté du style un critère de vérité dans le discours savant). En même temps, Kant, en tant que philosophe, pouvait rejeter le style trop métaphoriquement fleuri du texte Ideen zur Philosophie der Geschichte der Menschheit (1784-1791) de Johann Gottfried Herder. Fictionnalité, subjectivisme, ornement rhétorique – voilà autant de traits discursifs qui sont alors en quelque sorte rejetés vers la littérature5, qui les recueille comme ses proprietés discursives, ce qui redéfinit les frontières de la littérature, du moins par rapport à la science et à la philosophie.

5En fait, dans son histoire – avant et après le tournant de l’année 1800 – la littérature en tant que discours a assumé des fonctions très variées, en les combinant dans la plupart des cas, mais souvent en accordant la prépondérance à l’une en particulier. Voici, dans une rapide énumération, et sans prétention à l’exhaustivité, quelques-unes de ces fonctions. Dans le système du mécénat princier dont dépendait l’écrivain, son travail avait souvent une fonction épidictique qui consistait à chanter les louanges de la maison princière. Dans le contexte des Lumières, elle a également assumé une fonction rhétorique d’embellissement des idées élaborées en sciences ou en philosophie, qu’elle « vulgarisait » en quelque sorte dans un discours agréable à lire et facile à entendre. Les Entretiens sur la pluralité des mondes (1686) de Fontenelle en constituent un bon exemple. Ce surplus d’élaboration rhétorique allait souvent de pair avec une fonction pédagogique. On peut également parler d’une fonction idéologique qui s’active dans des pratiques littéraires très variées, comme dans le Bildungsroman, qui propose une représentation narrative et fictionnelle de la formation du sujet bourgeois, ou dans le réalisme socialiste, qui demande à l’écrivain d’injecter dans la représentation du réel son idéalisation socialiste. La fonction mimétique de la littérature remonte jusqu’à Aristote, connaît des variantes (imiter les idées ou les choses) et se précise dans la prétention à une certaine fidélité au monde réel dans le réalisme du xixe siècle. La fonction satirique est comme un détournement de la fonction mimétique, dans la mesure où elle induit l’écrivain à déformer le réel qu’il dit copier, dans la plupart des cas pour critiquer cette réalité, et parfois avec, à l’arrière-plan, l’utopisme d’un monde social ou politique idéal. La fonction parodique fait un travail équivalent non pas par rapport à un réel social et politique déplaisant, mais par rapport à d’autres discours et textes dont il s’agit de contester la validité. Dans ce sens, on peut lire la seconde version de L’éducation sentimentale de Flaubert comme une parodie du Bildungsroman. En radicalisant le réalisme dans le programme du naturalisme, la littérature s’est soumise à une fonction expérimentale. Dans le manifeste Le roman expérimental (1880), Zola subordonnait en fait la littérature à un certain paradigme scientifique – en l’occurrence la physiologie de Claude Bernard – qu’il considérait comme un modèle à être transposé en littérature, afin d’en faire un instrument d’exploration scientifique du monde social et psychologique.

6Dans ce qui suit, je voudrais me concentrer sur une autre fonction de la littérature que j’appellerai sa fonction interdiscursive. Il s’agit d’une fonction qui est toujours un enjeu en littérature, mais qui, sous certaines conditions historiques, peut se glisser au premier plan et ainsi jouer un rôle primordial.

  • 6 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », 1970, p. 152.

7Dès les années 1970, Roland Barthes nous a offert une bonne entrée en matière pour la question de l’interdiscursivité en littérature. D’abord, dans Sade, Fourier, Loyola, il s’est servi d’une analogie chimique pour évoquer l’existence universelle d’un ordre du discours, dont le non-respect peut avoir des conséquences sérieuses : « Dans toute société, semble-t-il, la séparation des langages est respectée, comme si chacun d’eux était une substance chimique et ne pouvait entrer en contact avec un langage réputé contraire sans produire une déflagration sociale6. »

  • 7 On note la coïncidence de ce registre sémantique avec la métaphore chimique qui prend une place pré (...)
  • 8 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France  (...)

8Plus tard, dans la Leçon, il s’est penché plus particulièrement sur la littérature dont il a dit qu’elle « prend en charge beaucoup de savoirs ». La littérature serait donc la pratique discursive dans laquelle ce contact chimique7 a lieu, non pas par accident, mais systémiquement, puisque « l’écrivain […] doit avoir l’entêtement d’un guetteur qui est à la croisée de tous les autres discours8 ».

  • 9 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France  (...)

9Nous suivons Roland Barthes dans ce constat qui installe l’interdiscursivité de manière constitutive dans la littérature. En revanche, nous ne saurions le suivre quand il se met à effacer les distinctions ainsi proposées, avec une fonction particulière attribuée à l’écrivain qui est auteur littéraire. Quelques lignes plus haut, il efface ces distinctions en affirmant : « Je puis donc dire indifféremment littérature, écriture ou texte9. » Et dans Le plaisir du texte, il attribue à la notion de texte un potentiel de subversion presque illimité, ce qui fait sauter toutes les différences entre ce qu’il appelle aussi les « langages ». Ces « langages » sont pourtant codifiés dans des règles génératives qui peuvent changer historiquement mais qui n’en règlent pas moins les pratiques discursives dans un état de société donné.

  • 10 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France  (...)

10Force nous est donc de prendre des distances par rapport à la sémiologie de la Leçon et du Plaisir du texte. C’est qu’il ne suffit pas d’exalter la dynamique subversive de l’écriture en général en l’expliquant par la seule « vérité du désir10 ». Il faut également considérer que, si dynamique il y a, elle se déploie dans et parfois contre des régularités précises tracées par les conditions d’énonciation historiques des différents discours, y compris le discours littéraire. Là où Roland Barthes a proposé d’exporter le littéraire – catégorie sans détermination historique – avec sa force subversive, de « faire du savoir une fête », de retracer « l’écriture dans les autres discours », de pratiquer donc une sémiologie performative qui mime la mouvance de son objet, je propose d’examiner la dynamique de l’intégration des autres discours dans le discours littéraire.

11Ceci conditionne aussi un changement de terminologie et de méthode. À la place de « texte », « savoir », « langage », « écriture », cet examen mettra au centre de l’analyse les notions de discours et de pratique discursive. Sans passer en revue toutes les avances que la théorie et l’analyse des discours ont accomplies depuis plusieurs décennies, renvoyons ici à la clarification terminologique déjà proposée dans un chapitre précédent, et en particulier à la bifurcation interne de « discours » en acte discursif et matrice générative. Au niveau le plus général, on peut ainsi affirmer que toute société dispose d’un ordre du discours, plus ou moins complexe, et que la plupart des individus ont acquis des compétences diversifiées dans différents types de discours.

  • 11 Michel Foucault, L’ordre du discours : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembr (...)

12C’est Michel Foucault, dans sa leçon inaugurale au Collège de France de 1970, qui a résumé le principe de l’« ordre du discours » comme suit : « Dans toute société, la production du discours est à la fois contrôlée, sélectionnée, organisée et redistribuée par un certain nombre de procédures11. » Ces procédures sont instaurées pour réglementer et pour raréfier le foisonnement aléatoire de la production discursive. Elles stabilisent la pratique discursive en la différenciant selon les lieux, les sujets et les circonstances d’énonciation, selon les objets et méthodes et selon la formation langagière des énoncés. Ces règles visant la production et la circulation de discours bien formés relèvent tant du discursif proprement dit (l’usage des signes), que du non-discursif tel que l’insertion institutionnelle, l’ordre juridique, les pratiques sociales, les compétences culturelles, etc.

13Aucun acte de discours individuel, ou événement discursif – ce terme intéresse plus particulièrement Foucault – n’est jamais entièrement conforme à une régularité codifiée ni ne réalise la totalité des règles que comporte la matrice générative. D’emblée s’instaure donc une espèce de dialectique entre la contrainte du système et sa transgression dans l’acte ou l’événement concret et ponctuel. La stabilité d’un ordre du discours est constamment menacée par la dynamique des actes ou événements discursifs qui ont le potentiel de transformer le système, et vice-versa. Mais, du côté de l’acte discursif, il y a la possibilité d’une originalité individuelle qui, dans le discours littéraire, est reliée à un nom d’auteur. Même si Foucault semble privilégier « événement » par rapport à « acte », dans cette étude sur Robert Musil, nous cherchons à évaluer comment un auteur littéraire peut se positionner par rapport aux régularités de tout un système discursif et y intervenir de manière critique.

14Encore une précision terminologique s’impose : on visera donc ici, comme objets à connaître et à analyser, la pratique discursive, l’acte discursif, les discours que manipule Robert Musil ainsi que les transformations auxquelles il les soumet. Mais on n’aura entre les mains que des textes, dans leur support médiatique de textes imprimés. Ce sera, pour nous, la positivité matérielle dont parle Foucault. Discours n’est donc pas texte, mais tout texte imprimé est l’enregistrement matériel d’actes de discours. Dans ce sens, le texte comporte toujours du discursif ; c’est la tâche de l’analyse discursive de le faire apparaître et de le donner à connaître.

  • 12 Jürgen Link, Elementare Literatur und generative Diskursanalyse, Munich, Fink Verlag, 1983.

15Après cette mise au point théorique, nous sommes maintenant en mesure de préciser la fonction interdiscursive de la littérature. Et pour ce faire, nous nous appuyons sur Jürgen Link qui a proposé un cadre de conceptualisation dans son livre Elementare Literatur und generative Diskursanalyse12. Il commence par distinguer deux zones discursives : d’une part, la zone de l’interdiscours (Interdiskurs, aussi appelé, par un terme moins heureux, elementare Literatur) ; d’autre part, celle des discours spécialisés (Fachdiskurse). Les discours spécialisés sont des types de discours hautement réglementés quant à savoir qui y a accès, comment ils doivent être formés, quels effets pragmatiques ils peuvent produire. Ils sont étanches entre eux ; tout au plus, certains transferts de concepts, souvent de manière analogique, peuvent s’opérer entre eux. Il est aussi possible qu’un discours spécifique devienne un discours pilote pour tout un groupe de discours, comme cela a été le cas pour le discours de la discipline scientifique de la physique dans les sciences modernes. L’interdiscours, en revanche, est présenté dans une métaphore sociocommerciale : c’est le marché général des échanges discursifs. Il est accessible à tout le monde et garantit la communication sociale en général. Pour remplir cette fonction, il n’est pas grevé de beaucoup de contrôles ou de procédures. Il vit toujours en contact avec des discours spécialisés dont il peut emprunter des éléments et les faire circuler libres de leurs conditions d’énonciation et de formation rigoureuses, souvent sous forme de « vulgarisation ». On peut ainsi affirmer que c’est moyennant l’interdiscours que les discours spécialisés restent en contact.

16Dans une telle logique discursive, quelles sont la place et la fonction de la littérature ? Elle a tout d’abord le statut d’un discours spécialisé. Mais, en tant que tel, elle a la fonction paradoxale d’intégrer et de mettre en contact les discours spécialisés. Elle représente donc le lieu particulier du système où se produit constitutivement ce qui, selon l’ordre du discours, est interdit ailleurs en vertu des procédures qui gèrent le bon fonctionnement de la différenciation systémique. C’est, en quelque sorte, le discours spécialisé dans la généralité. C’est la partie du système qui peut englober tous les autres membres du système. Pour le dire dans un langage plus proche des théories bakhtiniennes : la littérature peut reprendre tous les énoncés, avec leurs voix, qui circulent déjà dans l’espace social. De ce fait, elle est marquée d’une hétérogénéité dialogique et d’une secondarité énonciative, ce que Bakhtine dit être surtout le cas du roman.

17Cette position privilégiée qui lui donne un avantage sur tous les autres discours spécialisés a toutefois une contrepartie. Comme tout acte discursif littéraire est soumis à une modalisation « comme si », ou comme toute prédication littéraire ne peut atteindre que le statut de quasi-jugement, selon Roman Ingarden, le discours littéraire est donc frappé d’une radicale impuissance pragmatique. Concrètement, cela veut dire qu’un romancier peut bien mettre en scène un médecin, un juge, un philosophe, par exemple, mais les discours spécialisés qu’il mettra dans leur bouche n’auront aucune valeur pragmatique dans le système judiciaire, en médecine ou en philosophie. La liberté interdiscursive de l’auteur littéraire a un prix pragmatique.

18Rappelons que la fonction interdiscursive, bien que constitutive de la littérature selon Link et définissant de ce fait une de ses spécificités, n’est pas la seule fonction que la littérature peut assumer dans le système discursif dont il fait partie. Mais elle peut s’activer plus particulièrement et, de ce fait, jouer un rôle primordial dans certaines circonstances historiques. Nous faisons ici l’hypothèse que l’interdiscursivité littéraire acquiert une certaine priorité en situation de crise, qu’elle peut se glisser au premier plan des fonctions quand la logique systémique de l’environnement discursif de la littérature est ébranlée dans ses fondations mêmes.

  • 13 Timothy Reiss, The Discourse of Modernism, Ithaca, Cornell University Press, 1982.
  • 14 Cf. Jürgen Habermas, Erkenntnis und Interesse, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1977.

19Nous ne pouvons, certes, pas exposer ici en détail toute la logique systémique de l’ordre du discours tel que Musil l’a connu autour de 1900. Mais relevons les éléments qui attirent l’attention de Musil et auxquels il s’intéresse tout particulièrement, tant dans ses enregistrements dans les Journaux que dans son travail de romancier. Au moyen d’un geste heuristique, on peut les ramener à un énoncé rudimentaire qui se compose d’un sujet, d’un verbe transitif et d’un objet : « le sujet humain connaît et représente le monde réel. » Dans cet énoncé, on peut d’abord inscrire le trait discursif que nous avons déjà observé, décliné en diverses variations et transformations, dans le texte du roman. Il appartient en premier lieu au discours scientifique et pourrait être appelé « véridiction référentielle » : le sujet humain connaît le monde réel, dans la mesure où le sujet humain représente le monde réel. Dans le cas où « représenter » implique le médium langue, il est sous-entendu que la langue joue dans cet énoncé un rôle instrumental qui donne accès de manière transparente au monde des faits. C’est ce que Timothy Reiss appelle la classe de discours analytico-référentielle dans son histoire des discours13 ; il l’attribue à la modernité qui commencerait dès le xviie siècle. Foucault, dans Les mots et les choses, l’appelle l’épistémè de la représentation. L’accès véridictionnel à l’objet « monde réel » serait donc assuré selon ce trait discursif. Et, dans la logique d’un usage instrumental de la raison, l’application efficace de ce trait discursif ouvrirait la voie à un « Verfügungswissen14 » qui permettrait aux humains de disposer, souvent à l’aide de technologies, des objets de la connaissance.

  • 15 Par exemple, en 1933, il enregistre dans son Journal après lecture de la revue Rundschau : « Die Ze (...)

20Si, ensuite, nous portons notre attention sur la première partie de notre énoncé, nous abordons la problématique du sujet, puisque, en vertu de cette connaissance du monde, on peut enchaîner une série d’attributions verbales à ce sujet : le sujet connaît, interprète et transforme le monde. En d’autres termes le sujet y intervient en vertu de son savoir, de son interprétation et de son action. Il s’agit là, historiquement parlant, d’une constellation de sujets qui instaure l’individu dans la fonction de sujet. Ce sujet est doué d’une certaine autonomie, largement fondée en sa rationalité, en sa capacité de concevoir des projets d’action, de les exécuter, d’en évaluer les résultats et d’en assumer la responsabilité. Il est également capable de produire du sens. Ainsi, c’est un sujet qui est à l’origine d’activités qui sont captées dans les verbes « connaître », « agir », « interpréter » ou « créer ». Dans certains de ses textes, Musil appelle cette configuration du sujet individuel « l’homme libéral15 » et, dans la mesure où quelques « super-sujets » pourraient être tenus responsables du cours du monde, il parle de « Geniemoral » (morale du génie).

  • 16 Il s’agit des chapitres 9, 10 et 11 de la première partie du roman. Le titre du chapitre 9 est « Er (...)
  • 17 MoE I, p. 47 ; HsQ I, §13, p. 80.

21Grâce à sa formation scientifique et philosophique, Musil a pu accéder à une connaissance remarquablement diversifiée de cet état historique de l’ordre du discours. Plus encore que d’une connaissance sur plusieurs discours, il détient une maîtrise multidiscursive qu’il a acquise avant même de choisir le discours littéraire comme son « champ de travail » privilégié. Il s’est formé en science, plus particulièrement en physique et psychologie expérimentale ; il a fait une thèse de doctorat en épistémologie sur Ernst Mach, et, ayant fait du service comme officier sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale, il a appris à pratiquer le discours militaire. Il y a donc un aspect autobiographique quand il raconte, dans L’homme sans qualités, les trois tentatives de son protagoniste pour devenir un homme important16. La première tentative l’achemine vers une carrière militaire, la deuxième vers une occupation professionnelle comme ingénieur en génie mécanique, et la troisième vers les mathématiques. Il les interrompt toutes les trois pour prendre un congé d’une année de la vie active : « […] beschloß er, sich ein Jahr Urlaub von seinem Leben zu nehmen, um eine angemessene Anwendung seiner Fähigkeiten zu suchen » (« il résolut de prendre congé de sa vie pendant un an pour chercher le bon usage de ses capacités »)17.

22Dans ses Journaux est documenté son intérêt ciblé et sélectif pour certains types de discours. Au fil des années, il enregistre des extraits de différents champs discursifs, en y ajoutant souvent des commentaires et réflexions : les mathématiques des probabilités, le calcul des grands nombres (statistique), la thermodynamique boltzmannienne, l’entomologie (où son intérêt particulier se porte sur les « insectes sociaux »), la mystique, l’ethnographie, la psychologie (autant de champs qui donnent à penser la perte d’autonomie et la dissolution du sujet individuel : dans l’union mystique, dans l’expérience de la transe, dans la pathologie appelée psychasthénie). Dans la théorie de l’éducation, il s’intéresse au contraire à la formation du caractère, c’est-à-dire à la formation d’un homme avec qualités.

23Que ce soit donc par sa propre formation ou par des intérêts qu’il a élargis par la suite, Musil connaît et sait pratiquer avec maîtrise un vaste éventail de différents types de discours. Il ne cesse de s’intéresser à son environnement discursif, toujours aux aguets de nouveaux développements et prêt à les enregistrer dans les cahiers de matériaux et de réflexions que sont ses Journaux. On peut donc affirmer qu’il a acquis un accès avec peu de lacunes à la totalité du système de discours qui le précédait de peu et qui l’entourait et dans lequel il va inscrire sa pratique du discours littéraire. Il n’est donc pas étonnant que cette pratique s’alimente massivement de matériaux provenant de discours non littéraires.

24Or, ce système de discours était entré en crise autour de 1900. Musil n’en est pas seulement conscient, ce qui peut être une des raisons pour lesquelles il s’y intéresse avec une telle acuité. Il participe aussi activement à cette crise en en explorant les paramètres et les dynamiques, dans le discours littéraire et plus particulièrement dans la fiction romanesque. Il profite des conditions qui gèrent le discours littéraire pour en activer la fonction interdiscursive. Ainsi peut-on observer une corrélation entre la situation de crise discursive et l’importance que prend cette fonction particulière de la littérature.

La notion de crise

  • 18 Communication, no 25, 1976. Quelques années plus tard apparaît le livre de Walter L. Bühl, Krisenth (...)
  • 19 Communication, no 25, 1976, p. 88.
  • 20 Communication, no 25, 1976, p. 159.

25Ici, une réflexion s’impose sur la notion même de crise. Depuis quelque temps, cette notion a fait l’objet d’un intérêt théorique soutenu. Nous nous référons ici plus particulièrement à un numéro spécial de la revue Communication consacré à « La notion de crise »18. L’approche de ce numéro est à la fois théorique et historique. Il offre une réflexion interdisciplinaire sur le concept de « crise », à laquelle participent des auteurs comme Edgar Morin, René Thom et Emmanuel Le Roy Ladurie. Morin et Thom s’accordent à reconnaître dans cette notion un « processus de rupture-réorganisation19 », à en affirmer de ce fait son « ambiguïté radicale20 ». Ils s’inscrivent ainsi en faux contre l’opinion qui n’y voit que le côté ou le moment négatif et la pense comme un état de maladie ou de dysfonctionnement. Edgar Morin insiste tout particulièrement sur « le double visage » de la crise :

  • 21 Communication, no 25, 1976, p. 159.

Il y a donc dans toute crise, déblocage des activités intellectuelles, dans la formation d’un diagnostic, dans la correction d’une connaissance trop insuffisante ou faussée, dans la contestation d’un ordre établi ou sacralisé, dans l’innovation et la création.
Il y a donc, en même temps qu’une destructivité en action dans une crise qui s’approfondit (entrée en virulence des forces de désordre, de dislocation, de désintégration) une créativité en action. La crise libère en même temps des forces de mort et des forces de régénération21.

26Chaque crise comporte ainsi un versant négatif et un versant positif ; elle constitue un moment carrefour qui engendre des potentialités. Chez Musil, comme nous allons le voir, ces deux versants sont souvent figurés, d’une part, avec la métaphore de la dissolution (Auflösung), et d’autre part, avec celle de l’émergence donnant lieu à l’utopisme qui traverse son roman.

  • 22 Par exemple, quand il décline les possibilités d’attribution de la responsabilité pour cette guerre (...)
  • 23 Cf. Tagebücher I, p. 312 ; Journaux I, p. 387.

27Le diagnostic de crise a accompagné la vie de Robert Musil, tant sur le plan biographique que comme un constat d’époque fait par plusieurs auteurs dans différents domaines. Nous avons plusieurs témoignages documentant le fait que Musil a vécu la crise de son temps non pas seulement intellectuellement, mais aussi comme une expérience personnelle et subjective. D’abord, l’éclatement de la Première Guerre mondiale a complètement ébranlé sa croyance en une modernité rationaliste et progressiste ; il l’a vécu comme un traumatisme personnel et en parle dans ses Journaux et dans certains de ses Essais22. D’ailleurs, le temps historique qu’il a décidé de fictionnaliser dans L’homme sans qualités, ce sont les mois précédant cette guerre. L’épisode du Fliegerpfeil qui a failli le tuer sur le front italien pendant la Première Guerre mondiale est un autre moment de crise qui l’a touché existentiellement23. À la fin de la guerre, il a dû assister à la disparition de l’empire austro-hongrois dont il était citoyen. Finalement, le « Vienne-au-tournant-du-siècle » qui a fait l’objet de tant d’analyses est devenu le paradigme d’un chronotope de crise ; Musil y a vécu une grande partie de ses années de formation.

28Nous trouvons de multiples traces de ces expériences de crise dans L’homme sans qualités. Il les a thématisées explicitement dans le chapitre dont le titre reprend la métaphore de la maladie pour parler de crise : « Eine geheimnisvolle Zeitkrankheit » (« Une mystérieuse maladie d’époque ») où l’on trouve ce passage :

  • 24 MoE I, p. 57-58 ; HsQ I, §16, p. 94.

Was ist also abhanden gekommen ?
Etwas Unwägbares. Ein Vorzeichen. Eine Illusion. Wie wenn ein Magnet die Eisenspäne losläßt und sie wieder durcheinandergeraten. Wie wenn Fäden aus einem Knäuel herausfallen. Wie wenn ein Zug sich gelockert hat. Wie wenn ein Orchester falsch zu spielen anfängt. Es würden sich schlechterdings keine Einzelheiten haben nachweisen lassen, die nicht auch früher möglich gewesen wären, aber alle Verhältnisse hatten sich ein wenig verschoben. Vorstellungen, deren Geltung früher mager gewesen war, wurden dick. Personen ernteten Ruhm, die man früher nicht für voll genommen hätte. Schroffes milderte sich, Getrenntes lief wieder zusammen, Unabhängige zollten dem Beifall Zugeständnisse, der schon gebildete Geschmack erlitt von neuem Unsicherheiten. Die scharfen Grenzen hatten sich allenthalben verwischt, und irgendeine neue, nicht zu beschreibende Fähigkeit, sich zu versippen, hob neue Menschen und Vorstellungen hervor.
Qu’est-ce donc qui s’est perdu ?
Quelque chose d’impondérable. Un présage. Une illusion. Comme quand l’aimant lâche la limaille, et elle retombe en vrac. Comme quand un peloton de laine se défait. Comme quand un cortège se disperse. Comme quand un orchestre commence à jouer faux. Vous n’auriez pu déceler le moindre détail qui n’eût pas été également possible autrefois, mais tous les rapports s’étaient légèrement gauchis. Des idées dont la valeur était naguère fort mince avaient pris de l’embonpoint. Des gens qu’on n’aurait pour rien au monde pris au sérieux récoltaient maintenant des lauriers. Les angles s’arrondissaient, ce qui avait été séparé se recollait, les hommes indépendants faisaient des concessions au succès, le goût qu’on s’était formé entrait dans une nouvelle période d’incertitude. Partout, les limites précises s’étaient effacées, et une sorte de don de la mésalliance, d’ailleurs difficile à décrire, permettait partout l’ascension de conceptions et d’hommes nouveaux24.

29Ce constat de crise joue avec de multiples nuances de dissolution et d’émergence – les deux versants de la crise – sans qu’il soit toutefois possible de déceler une orientation du mouvement historique décrit. La crise est plutôt présentée comme une expérience de désorientation qui affecte tous les domaines de la vie, pas seulement le système discursif.

  • 25 Au neuvième chapitre de ce livre, on ouvrira le chronotope « Vienne 1900 » sur la longue durée en p (...)
  • 26 Paul Ricœur, De l’interprétation. Essai sur Freud, Paris, op. cit., p. 41.

30Cette perception subjective de la crise – ici attribuée par le narrateur à la voix intérieure d’Ulrich – ainsi que son expérience personnelle par Musil s’inscrivent dans une crise historique plus générale qui couvait du vivant de Musil. On peut subsumer cette époque par l’expression « le tournant 1900 », en ouvrant toutefois le temps historique, en aval et en amont, au-delà de cette date fatidique25. Il est certain aussi que, comme toujours, la conscience d’une fin de siècle et d’un changement de siècle y était pour quelque chose. Ainsi cette conscience de la crise se trouve-t-elle dans beaucoup de publications, émanant de différents domaines et appartenant à divers types de discours qui la thématisent. À commencer par les travaux de trois penseurs et auteurs importants que Paul Ricoeur appelle « les trois maîtres du soupçon26 » : Nietzsche, Marx et Freud. Qui en philosophie, qui en économie, qui en psychologie, tous les trois démystifient des savoirs acquis, des « bonnes consciences », des certitudes qui en fait cachent des réalités et pensées plus profondes, qu’il s’agit de révéler. Rappelons que Musil était un grand lecteur de Nietzsche, probablement le plus radical parmi les trois, un penseur qui l’a beaucoup influencé, surtout dans ses années de formation. Heidegger peut également être considéré comme un penseur de la crise, même s’il ne l’a pas thématisée en tant que telle, surtout dans son texte de 1938 : « L’époque des conceptions du monde ». Son ancien maître, Edmund Husserl, avait publié à partir de 1935 les textes réunis dans le livre La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale. Pour rester en philosophie, même les fragments de Horkheimer et Adorno, réunis en 1947 sous le titre Dialectique de la raison, comportent une réflexion sur la crise de la modernité pensée comme une rationalité émanant des Lumières. Dans d’autres domaines, la pensée de la crise avait commencé bien plus tôt. Le « Vienne 1900 » y avait contribué, par exemple avec la critique radicale de la langue par Fritz Mauthner de 1910-1911. En science, déjà l’empiriocriticisme d’Ernst Mach avait ébranlé l’épistémologie fondamentale de la véridiction référentielle.

  • 27 En particulier dans son texte « Langage et réalité en physique actuelle ». Cf. Werner Heisenberg, P (...)
  • 28 Dans ce livre, « contemporain » se réfère à la situation historique apparaissant après la Seconde G (...)

31Plus tard c’est Werner Heisenberg, un des pionniers de la physique quantique qui n’a pas seulement diagnostiqué une crise en science, mais qui, du fait de cette crise, a reconnu un possible rapprochement entre science et littérature27. Dans une de ses conférences des années 1950, regroupées en français dans le livre La nature dans la physique contemporaine28, il dit :

  • 29 Werner Heisenberg, La nature dans la physique contemporaine, trad. Ugné Karvelis et A. E. Leroy, Pa (...)

« L’incertitude dans les mouvements de l’esprit » est peut-être ce qui décrit de la façon la plus frappante l’état des hommes dans la crise actuelle. […] notre époque se trouve de toute évidence devant une situation absolument nouvelle qui ne trouve guère d’analogie dans l’histoire. […]
[on peut] considérer les transformations des fondements de la science moderne de la nature comme un symptôme des changements des bases de notre existence, changements qui se manifestent simultanément en beaucoup de points, que ce soit dans des modifications de notre genre de vie et de nos habitudes de pensée, ou dans des catastrophes extérieures, guerres ou révolutions29.

32Toutes ces réflexions et tous ces témoignages documentent le fait que Musil « habitait » une période présentant beaucoup de symptômes de crise, et que cette crise affectait la conscience et le travail d’auteurs importants dans plusieurs domaines. Il appert que Musil, dans ces conditions historiques, était lui-même affecté, dans sa pensée et dans ses écrits, par cette situation de crise.

Notes

1 Roland Barthes, S/Z, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », 1970.

2 Tzvetan Todorov, Les genres du discours, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Poétique », 1978.

3 Cf. Wolf Lepenies, Das Ende der Naturgeschichte. Wandel kultureller Selbstverständlichkeiten in den Wissenschaften des 18. Und 19. Jahrhunderts, op. cit.

4 Gaston Bachelard parle de « l’esprit scientifique » dans La formation de l’esprit scientifique. Contribution à une psychanalyse de la connaissance objective, Paris, Librairie philosophique J. Vrin, 1972.

5 J’ai élaboré cet argument dans mes propres textes : « Le reste, c’est de la littérature. Le portrait négatif de la littérature par les auteurs savants du xviiie siècle », Protée, vol. 13, no 1, printemps 1985, p. 95-105 et « La littérature, un entrepôt de savoirs ? », TLE (Théorie, littérature, enseignement), no 10, 1992, p. 39-57.

6 Roland Barthes, Sade, Fourier, Loyola, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », 1970, p. 152.

7 On note la coïncidence de ce registre sémantique avec la métaphore chimique qui prend une place prépondérante dans la poétique des premiers romantiques allemands : la poésie comme mélange (Mischung) chimique. Voir à ce sujet l’étude de Peter Kapitza, Die frühromantische Theorie der Mischung. Über den Zusammenhang von romantischer Dichtungsheorie und zeitgenössischer Chemie, Munich, Max Hueber Verlag, 1968.

8 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France : prononcée le 7 janvier 1977, Paris, Éditions du Seuil, 1978, p. 17 et 26.

9 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France : prononcée le 7 janvier 1977, op. cit., p. 17.

10 Roland Barthes, Leçon. Leçon inaugurale de la chaire de sémiologie littéraire du Collège de France : prononcée le 7 janvier 1977, op. cit., p. 25.

11 Michel Foucault, L’ordre du discours : leçon inaugurale au Collège de France prononcée le 2 décembre 1970, Paris, Gallimard, 1971, p. 10-11.

12 Jürgen Link, Elementare Literatur und generative Diskursanalyse, Munich, Fink Verlag, 1983.

13 Timothy Reiss, The Discourse of Modernism, Ithaca, Cornell University Press, 1982.

14 Cf. Jürgen Habermas, Erkenntnis und Interesse, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, 1977.

15 Par exemple, en 1933, il enregistre dans son Journal après lecture de la revue Rundschau : « Die Zeit des Ich (Liberalismus) muß zu Grabe getragen werden », Tagebücher I, p. 823 (« L’époque du moi [libéralisme] doit être enterrée », Journaux II, p. 342).

16 Il s’agit des chapitres 9, 10 et 11 de la première partie du roman. Le titre du chapitre 9 est « Erster von drei Versuchen, ein bedeutender Mann zu werden » que Jaccottet traduit ainsi : « Le premier de trois essais de devenir un grand homme ». « Versuch » pourrait tout aussi bien se traduire par « tentative » et « bedeutend » par « important » ; il veut aussi dire, dans d’autres contextes, « significatif ».

17 MoE I, p. 47 ; HsQ I, §13, p. 80.

18 Communication, no 25, 1976. Quelques années plus tard apparaît le livre de Walter L. Bühl, Krisentheorien. Politik, Wirtschaft und Gesellschaft im Übergang, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1984.

19 Communication, no 25, 1976, p. 88.

20 Communication, no 25, 1976, p. 159.

21 Communication, no 25, 1976, p. 159.

22 Par exemple, quand il décline les possibilités d’attribution de la responsabilité pour cette guerre : « Wie falsch die leider oft in Deutschland zu hörende Schulbubenausrede : Wir haben̓s nicht getan ! Sondern die Kaiser, die Generäle, die Diplomaten ! Natürlich haben wir’s getan : wir haben es gewähren lassen ; es hat es getan, ohne daß es von uns gehindert worden wäre. Bei uns wie bei den andern (« Die Nation als Ideal und als Wirklichkeit », Essays, 1921, p. 1062 (« Comme elle est vaine, l’échappatoire puérile hélas ! trop souvent entendue en Allemagne : “Ce n’est pas nous qui avons fait cela ! Ce sont les empereurs, les généraux, les diplomates !” Nul doute : c’est bien nous qui l’avons fait ; nous l’avons laissé faire ; cela s’est fait sans que nous essayions de l’empêcher. Ce qui est vrai aussi de l’adversaire », « La nation comme idéal et comme réalité », Essais, p. 120).

23 Cf. Tagebücher I, p. 312 ; Journaux I, p. 387.

24 MoE I, p. 57-58 ; HsQ I, §16, p. 94.

25 Au neuvième chapitre de ce livre, on ouvrira le chronotope « Vienne 1900 » sur la longue durée en parlant au pluriel des crises de la modernité et en prenant le romantisme et le postmodernisme comme ses deux manifestations chronologiquement extrêmes.

26 Paul Ricœur, De l’interprétation. Essai sur Freud, Paris, op. cit., p. 41.

27 En particulier dans son texte « Langage et réalité en physique actuelle ». Cf. Werner Heisenberg, Physique et philosophie. La science moderne en révolution, Paris, Albin Michel, coll. « Les savants et le monde », 1961, p. 221-248.

28 Dans ce livre, « contemporain » se réfère à la situation historique apparaissant après la Seconde Guerre mondiale. Dans son livre Physique et philosophie. La science moderne en révolution (op. cit.), il applique la notion de crise, en historien des sciences, aux changements intervenus dans les sciences de la nature dans la première moitié du xxe siècle (surtout la théorie de la relativité et la théorie quantique).

29 Werner Heisenberg, La nature dans la physique contemporaine, trad. Ugné Karvelis et A. E. Leroy, Paris, Gallimard, coll. « Idées », 1962, p. 26-27.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search