Version classiqueVersion mobile

Robert Musil

 | 
Walter Moser

Chapitre 4. Intermède théorique et méthodologique : intertexte et interdiscours

Texte intégral

1Avant d’aborder les textes de Musil, une réflexion s’impose sur les démarches analytiques à suivre face à la complexité. Comme il y va ici surtout de la manière dont cet auteur met son texte en rapport avec d’autres textes et le discours littéraire avec d’autres discours, il s’agira en particulier de bien différencier les notions d’intertexte et d’interdiscours, et de jauger leur valeur comme instruments d’analyse.

2Pour ce faire, nous procéderons schématiquement en plusieurs étapes qui peuvent représenter, dans l’histoire des études littéraires, de véritables changements de paradigme. Une première étape est marquée par le passage de « texte » à « intertexte ». Une seconde étape, plus radicale, introduit à côté du « texte », et parfois à la place du « texte », la notion de discours. Finalement, dans un mouvement analogue à la première étape, on passe de « discours » à « interdiscours ».

De « texte » à « intertexte »

3À la fin des années 1960, la notion de texte, qui avait remplacé celle d’œuvre dans certains de ses usages, lors d’un processus qui visait à éliminer les implications métaphysiques de cette dernière, était en passe de devenir un objet défini de manière positive. Une certaine conceptualisation du texte en faisait un objet matériel de nature sémiotique bien délimité, idéalement clôturé, afin qu’on puisse le traiter comme un objet détaché des contextes, et par là, des déterminations et des projections intentionnelles s’inscrivant en lui tant au moment de sa production qu’au moment de sa réception. Coupé de la sorte du sujet et du monde extratextuel, le texte pouvait devenir un objet vraiment scientifique. À condition d’opérer ces mises en suspens, on pouvait s’occuper de son unité, de sa cohérence, des relations internes de ses éléments d’une manière qui s’apparentait à une épistémologie positiviste, et qui, en fait, lorgnait du côté des « vraies sciences », ce qui est connoté dans des dénominations comme « Textlinguistik » ou « textologie ». Le texte devenait enfin un objet solide et calculable. Ce n’est sans doute pas par hasard que les débuts du traitement automatique du texte par ordinateur ont suivi de près cette conceptualisation du « texte ».

  • 1 La référence qui s’impose ici est la suivante : Julia Kristeva, Séméiotikè. Recherches pour une sém (...)

4Pour aller vite et en simplifiant un processus plus complexe, on peut affirmer que l’apparition de la notion d’intertextualité s’inscrivait en faux contre la clôture et contre la positivité de l’objet textuel, de même que contre son attribution à un producteur qui aurait l’autorité (auctoritas) exclusive sur sa constitution. Dans un contexte conflictuel, elle permettait d’articuler l’ouverture et la nature dynamique du texte. Cette dernière qualité a été formulée et concrétisée surtout par Julia Kristeva, dans des notions de provenance freudo-marxiste, telles que « travail » et « productivité »1.

5Un aspect complémentaire, non négligeable, de l’intertextualité est à mentionner ici, car l’usage massif de ce nouvel outil notionnel n’a pas seulement eu un impact cognitif dans notre discipline en transformant la configuration conceptuelle de son objet, mais il a entraîné également une transformation historique et axiologique de l’objet. Si « œuvre » et, dans une moindre mesure, « texte » étaient encore concomitants, dans le domaine littéraire, avec une conception moderne de la création qui impliquait sinon originalité, du moins nouveauté de l’objet créé, unité et homogénéité de l’ouvrage artistique et postulait un tant soit peu de contrôle ou de maîtrise du sujet créateur sur le processus et, partant, sur l’objet issu de l’acte de création, une vision mettant en avant sa dimension intertextuelle avait pour conséquence de faire voir, au premier plan, l’envers de cette conceptualité moderne. D’aucuns allaient jusqu’à en faire l’aspect principal, la vraie nature de l’œuvre d’art, et renversaient les pôles axiologiques : on révélait alors, parfois de manière provocatrice, que l’œuvre d’art littéraire n’était que citation, réappropriation de textes d’autrui et préexistants, que plus un texte était mosaïque hétérogène, plus il était artistique, que sa fragmentarité était une qualité esthétique positive et que l’auteur n’était que l’opérateur compulsif de cette hétérogénéité fragmentaire. Dans le cadre d’une esthétique postmoderne, hétérogénéité, fragmentarité et impureté devenaient en fait des valeurs célébrées.

  • 2 Fredric Jameson, Postmodernism, or the Cultural Logic of Late Capitalism, Durham, Duke University P (...)
  • 3 Cf., par exemple, Wolfgang Lange, « Eklektismus und Epigonentum heute. Die “Langsame Heimkehr” des (...)

6Il y avait cependant aussi des voix qui, tout en articulant ces catégories reliées à l’intertextualité, ne les inscrivaient pas dans la même axiologie positive, sans pour autant se situer automatiquement du côté d’une réaction animée par la nostalgie du Tout, de l’Un et de la nouveauté à tout prix. Il sera alors question d’« historiophagie » (Wlad Godzich), de « dégustation esthétique de tout ce qui a déjà été dit » (Gianni Vattimo), de « cannibalisation aléatoire de tous les styles du passé » (« random cannibalization of all the styles of the past2 », Fredric Jameson), de « règne des épigones » (« Epigonentum3 ») ou encore de « littérature de l’épuisement » (« literature of exhaustion », John Barth), pour ne mentionner que quelques-unes de ces voix.

  • 4 Sous le titre général « Intertextualité : intertexte, autotexte, intratexte » y interviennent, entr (...)

7Tout cela revient à dire que l’intertextualité mobilisait des enjeux autant conflictuels que cognitifs. Il ne s’agissait pas seulement de redéfinir l’objet afin de faire apparaître de nouveaux aspects, mais bien aussi de faire valoir des intérêts de connaissance qui arrachaient cet objet à une conceptualisation et, partant, à des groupes institutionnels identifiés alors comme adversaires. En 1983, le périodique Texte a consacré un numéro thématique4 aux débats à la fois épistémologiques et agonistiques qu’a suscités la notion d’intertexte.

  • 5 Bakhtine, n’utilisant pas la notion d’intertextualité, formulait toutefois des problématiques qu’el (...)
  • 6 Déjà, dans le numéro thématique cité de Texte, Michael Holland se demande sérieusement si, générali (...)

8La position générale que nous pensons adopter ici se résume ainsi : l’articulation de l’intertextualité par Julia Kristeva, en partie à partir de positions de Mikhaïl Bakhtine5, permet de dépasser un structuralisme et une sémiotique par trop positivistes. Elle met en lumière certains aspects du texte qui avaient été « oubliés » ou gommés en faveur d’une homogénéisation du texte dans le processus de sa constitution en objet scientifique. Elle a, en particulier, permis de penser le texte comme processus. Cependant, un usage trop général, et partant, indifférencié, de cette notion risquerait d’annuler son pouvoir explicatif et de nous faire perdre les avantages qu’elle nous a apportés. Il s’agira donc de maintenir comme des acquis les aspects positifs, tout en rejetant les inconvénients d’un usage abusif de l’intertextualité6.

9Nous proposons de partir d’un principe dialectique élémentaire. Pour qu’il soit possible de parler d’intertexte, il faut qu’il y ait une entité appelée texte. Cette entité est une donnée empirique et phénoménale première. Notre culture produit, classifie, fait circuler des textes. Leur découpage est souvent arbitraire, leur constitution précaire, mais ils nous parviennent sous forme découpée et constituée. C’est à partir de ces objets que nous pouvons aborder la question de l’intertextualité.

10Il est à noter cependant que cette constatation appuyée sur une évidence prima facie, qu’on ne peut toutefois pas effacer par prestidigitation ni par décret, ne nous engage point à consolider cette évidence par une conceptualisation totalisante de l’objet textuel. Mais, de l’autre côté, elle ne nous permet pas non plus d’affirmer que tout n’est qu’intertextualité, qu’il n’y a que de l’intertexte. La démarche à adopter se situe entre ces deux positions extrêmes. Faire apparaître la dimension intertextuelle dans ces entités textuelles premières, critiquer par là un certain maniement culturel et idéologique des textes et expliquer certains aspects du processus de leur constitution : voilà la tâche qui est envisagée ici.

11Quelque découpés, autonomes et divers que soient les textes dans leurs production et maniement sociaux, ils sont toujours précédés et entourés par d’autres textes. Ils en dépendent et s’y frottent. Cet état d’immersion des textes constitués est la condition même de l’intertextualité qui s’inscrit en eux. Voilà pourquoi il apparaît cognitivement plus « rentable » de considérer l’entité textuelle comme un objet relationnel, c’est-à-dire un objet dont la constitution, dont l’existence même se définissent par ses relations avec un environnement textuel donné. Ces relations peuvent être de nature très variée, mais elles ont tendance à s’articuler dans des oppositions de termes dont l’action est complémentaire : continuité/discontinuité, identité/différence, répétition/transformation, etc.

12L’intertextualité serait donc ce réseau actif qui, en dessous des découpages et des séparations des textes, alimente une circulation potentiellement inépuisable de traits et d’éléments, et qui, de ce fait, opère radicalement l’ouverture de tout objet textuel constitué. Cette intertextualité connaît des modalités de manifestation très variées, allant de la plus explicite (la citation formelle, par exemple) à la plus imperceptible et difficile à repérer (l’insertion sans marque d’identification jusqu’à l’allusion, par exemple). Mais elle a un statut spécial dans la littérature dans la mesure où elle y est très souvent assumée de manière explicite. Plus que dans d’autres types de discours, elle compte parmi les éléments constitutifs du discours littéraire, même si une affirmation d’une telle généralité doit être précisée par des spécifications selon le lieu et l’époque. Plus que d’autres types de textes, les textes littéraires s’avouent constitués par leurs liens avec d’autres textes, nonobstant le fait que ces liens tombent, selon les écoles et les époques, sous une valorisation positive ou négative.

  • 7 Michael Riffaterre, « Sémanalyse de l’intertexte (réponse à Uri Eisenzweig) », Texte 2, 1983, p. 17 (...)

13Pour préciser la position qui sera adoptée ici, nous la situerons par interpolation entre celle de Michael Riffaterre et celle de Marc Angenot. La position de Riffaterre nous apparaît comme trop étroite : il relie l’intertextualité trop exclusivement au discours littéraire, affirmant « qu’intertextualité et littérarité sont deux faces du même phénomène7 ». Une double objection à cette position peut être articulée. D’une part, l’intertextualité ne suffit pas pour définir la littérature ; d’autre part, elle apparaît également dans des discours autres que littéraires.

14Dans le sens opposé, nous hésitons toutefois à aller aussi loin que Marc Angenot. Il cherche explicitement à annuler le privilège ou la place centrale accordée souvent au texte littéraire dans les études sur les textes :

  • 8 Marc Angenot, « Intertextualité, interdiscursivité, discours social », Texte 2, 1983, p. 104.
  • 9 Ibid., p. 108.

Je me propose d’exposer ici le cadre général d’une problématique du discours social, problématique dans laquelle je chercherai à situer une conception de l’analyse intertextuelle « généralisée »8.
[…] mes analyses, totalisantes et englobantes en ne se fixant pas sur une « Œuvre », mais en examinant une topologie discursive générale, devraient apporter bien des corrections et changements de point de vue à cet examen des sources et des thèmes à la mode. […] En immergeant la littérature (les belles-lettres) dans la totalité des discours sociaux, on cherche à en décentrer l’examen pour en mieux comprendre la fonction, ou mieux les fonctions variables, elles-mêmes fonction de l’économie des autres champs discursifs et non pas entités pourvues d’un statut transhistorique stable9.

  • 10 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, coll. « L’Univers des disc (...)
  • 11 Un même argument s’applique à la notion d’« horizon d’attente », dont la reconstruction empirique, (...)

15Nous ne saurions nous dire trop en accord avec le principe de l’immersion de la littérature dans les textes et discours environnants. Ce principe implique justement qu’on la traite comme un objet relationnel et qu’on en refuse par conséquent toute définition transhistorique. Cependant, nous sommes moins à l’aise avec la notion de discours social, et avec les prédicats « totalisant » et « généralisé » qu’elle introduit nécessairement. Et même si l’on peut concevoir une telle notion totalisante en tant que construction théorique, sa mise en application empirique nous paraît comme un problème, sinon une impossibilité. La coupe synchronique de 1889 que Marc Angenot a établie et analysée dans son 1889. Un état du discours social10 est impressionnante. Pour notre part, nous devons admettre que nous ne saurions ni établir ni manier une documentation aussi titanesque. À cet argument pratique s’en ajoute un autre, de nature théorique. C’est que, toute monumentale qu’elle soit, il y a des doutes qu’elle ne puisse jamais réaliser empiriquement la prétention totalisante du concept de « discours social »11.

16Pour des raisons purement pratiques, en premier lieu, nous nous engagerons donc ici dans une démarche plus restreinte, qui vise à constituer un objet d’analyse plus modeste, tout en maintenant la généralité et l’orientation spécifique de la problématique abordée ici à partir de la notion d’intertextualité. Nous procéderons donc de manière sélective pour identifier un axe d’exploration principal et pour découper un corpus maniable. La réduction qu’implique cette approche tactique relevant du critère assez personnel de la maniabilité est d’ordre quantitatif et ne devrait pas réduire la complexité de la tâche formulée.

  • 12 L’expression est de Michel Pêcheux qui, comme Marc Angenot, aimerait décentrer l’objet littéraire : (...)

17Il y a également des raisons stratégiques qui interviennent dans le choix du corpus. Si nous postulons en principe qu’on pourrait procéder à partir de n’importe quel corpus local pour accéder par irradiation à l’ensemble du réseau intertextuel et interdiscursif, il y a quand même des aires locales que, en raison de sa formation, le chercheur connaît mieux que d’autres. Ceci nous ramène à la littérature, non pas pour en faire « un objet sacré12 » ou pour la situer objectivement au centre du système des discours, mais parce que, explicitement intertextuelle et interdiscursive, elle offre une porte d’entrée particulièrement propice pour aborder les problématiques qui nous intéressent dans cette étude. Qui plus est, elle mène nécessairement au dépassement de son isolement comme objet d’étude, pour peu qu’on soit disposé à relever le défi de son statut d’objet relationnel.

18Le choix des écrits de Robert Musil comme champ d’étude privilégié relève donc à la fois d’une préférence tout à fait personnelle et d’un choix stratégique. Musil se situe au cœur d’une crise importante qui ébranle les règles de production discursive. Deux aspects spécifiques rendent le corpus des textes de Musil particulièrement intéressant et propice à un travail d’analyse interdiscursive. D’abord, l’auteur a une formation universitaire et professionnelle qui lui donne accès, de manière compétente, à plusieurs discours spécialisés, dont ceux de l’ingénierie, des mathématiques, de la philosophie et de la psychologie expérimentale ; de fait, sa thèse de doctorat se situe dans le domaine de l’épistémologie des sciences. Ensuite, Musil nous permet particulièrement bien de retracer les liens entre son œuvre littéraire et l’environnement discursif et textuel, parce qu’il nous a laissé des cahiers dans lesquels, pendant plusieurs décennies, il consignait ce qu’on pourrait appeler son écoute de ce qui se pensait, se disait et s’imprimait autour de lui. Sous le titre Journaux, ces cahiers sont aujourd’hui publiés et, par conséquent, accessibles au même titre que ses œuvres littéraires.

  • 13 Philippe Jaccottet, « Introduction » à Robert Musil, Journaux, Paris, Éditions du Seuil, 1981, tome (...)

19En travaillant sur les écrits de Musil, le chercheur a donc devant lui, face à face, l’œuvre littéraire – ici, il sera surtout question de L’homme sans qualités – et les Journaux dans lesquels l’auteur a enregistré ses réflexions, ses lectures et ses commentaires de lecture. En regard de l’œuvre, nous disposons de ce que le traducteur Philippe Jaccottet a appelé « l’entrepôt » ou « le chantier » de l’œuvre. On ne lira cependant pas les Journaux exclusivement « sous la perspective presque tyrannique de l’œuvre à réaliser13 », comme le donne à penser Jaccottet, mais aussi comme représentant un premier stade de réception-élaboration des textes et des discours environnants avant que ceux-ci ne soient intégrés, sous les formes les plus variées, dans le texte littéraire. Nous avons donc la chance plutôt rare que l’auteur (et l’éditeur après lui) nous ait ouvert une fenêtre dans la boîte noire du travail intertextuel et interdiscursif.

20Il ne s’agit, certes, pas d’un enregistrement complet ni exhaustif de la chose dite, mais d’un échantillonnage remarquablement vaste et diversifié. Voici quelques domaines que Musil fréquentait dans ses lectures : la presse écrite, la scène juridique et judiciaire, la théorie culturelle, l’ethnologie, l’éducation, la politique, l’histoire, la philosophie, l’esthétique, la production et la critique de la littérature, les mathématiques (en particulier le calcul des probabilités et les statistiques), la physique, la psychologie, la psychiatrie, l’entomologie (en particulier les insectes sociaux), la mystique et le domaine militaire. Sans examiner ici de près tous ces matériaux, voici quelques observations générales sur leur traitement par Musil :

  1. Il ne s’agit pas seulement de matériaux bruts (de longs extraits transcrits et cités), mais souvent déjà du résultat d’un premier degré d’élaboration.
  2. Cette élaboration comporte plusieurs opérations, telles que la sélection, le découpage, la mise en relation, le regroupement ainsi que les transformations sous forme de résumé ou de paraphrase.
  3. Souvent, ce premier degré d’élaboration se poursuit dans des commentaires et des interprétations.
  4. La sélection dépend, certes, des intérêts personnels de Musil et des aléas de sa vie quotidienne. Mais comme ces intérêts étaient si étendus – pour ne pas dire encyclopédiques –, le résultat en acquiert un aspect assez systématique et peut être perçu comme offrant une représentation assez objective de la production discursive de l’époque. Le travail patient et régulier auquel nous devons les Journaux relève donc à la fois du système et de la méthode, d’une part, et des vicissitudes d’une vie personnelle, d’autre part.
  • 14 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, op. cit., p. 269-308.

21Quant aux diverses transformations opérées par Musil – dont la paraphrase, le résumé, la mise en valeur, la reformulation et le commentaire – il y en a une qui nous intéresse tout particulièrement et qui retiendra notre attention ici. Musil s’est en fait appliqué à expliciter à partir des textes leurs règles de production. En partant de textes concrets et matériellement donnés, il a essayé de formuler leurs régularités immanentes ainsi que le réseau sous-jacent assurant la cohérence entre eux. Dans les textes particuliers, son intérêt visait donc à reconnaître les règles de constitution virtuelles qui devaient avoir présidé à leur réalisation. Par cette opération, il cherchait à rejoindre un niveau d’abstraction et de généralité plus profond. Pour le dire dans la terminologie de Bakhtine, il passait ainsi des énoncés concrets et ponctuels aux genres de discours comportant des régularités qui rendent compte de la part répétable de ces énoncés14.

De « discours » à « interdiscours »

22En passant de la sorte de ce qui se disait et s’écrivait dans sa Lebenswelt aux règles discursives qui organisent cette production environnante, Musil passait du texte au discours. En fait, depuis quelques paragraphes déjà, pour parler adéquatement de son œuvre, nous avons dû glisser de l’une à l’autre de ces deux notions. Imperceptiblement, la problématique de l’intertextualité s’est doublée d’une problématique de l’interdiscursivité. Il est temps d’assumer explicitement cette distinction dont on aura besoin pour rendre compte des écrits de Musil.

  • 15 Ceci laisse de côté la question d’un « texte oral ».

23Pour commencer, il faut préciser la terminologie. On parlera de discours en se référant à l’usage socialement réglé d’un système de signes. Traitant de littérature, nous nous limiterons ici aux signes verbaux ; et nous parlerons de texte pour nous référer à l’enregistrement matériel et durable d’un tel usage, que ce soit dans un médium manuscrit, imprimé ou encore, plus récemment, numérique15. La notion de discours comporte deux versants, puisqu’elle peut se référer tant à un acte singulier qu’à une codification générale. Le versant de la pratique discursive renvoie à des actes individuels ou à des événements ponctuels, concrets et strictement non répétables puisque déterminés par un hic et nunc évanescent, tandis que le versant de la matrice générative renvoie à un ensemble de règles qui ont un statut virtuel, transindividuel et durable. Bien que rarement explicitées, ces règles informent et restreignent tout locuteur individuel s’engageant dans une pratique discursive. Cette matrice est plus ou moins articulée et différenciée et se divise en différents types de discours. Ces deux versants coexistent dans une relation dialectique, qu’on peut formuler comme suit : il n’y a pas de pratique discursive sans règles de constitution discursive qui établissent sa bonne formation et sa pertinence pragmatique, mais il n’y a pas non plus de règles discursives sans concrétisation pratique permettant de les reconnaître. Pour ce qui est des relations entre « texte » et « discours », on peut affirmer que, quelque concret et individuel que soit un texte, il relève toujours d’un type de discours, fût-ce dans une relation de transgression ou de marginalité ; en retour, la manifestation de tout type de discours a besoin d’un support textuel.

24On peut donc affirmer que, dans les Journaux, Musil enregistrait tant des textes que des discours, sans qu’il ne se serve pour autant de cette terminologie. Plus encore que les formes types de genres spécifiques de discours, il cherchait à reconnaître des configurations discursives regroupant et traversant plusieurs genres de discours. Ainsi parle-t-il, par exemple, de « l’homme libéral » pour désigner une configuration du sujet qu’il considère être en crise, ou de « l’homme collectiviste » pour identifier l’émergence possible d’une nouvelle configuration de sujet. La configuration « l’homme libéral » se réfère à un ensemble de règles couvrant le champ de plusieurs genres discursifs, extraits d’un grand nombre de textes concrets qui appartiennent, entre autres, aux domaines de l’éducation, de la politique, de l’esthétique, du journalisme et de la juridiction.

25Pour notre problématique, nous avons donc avantage à distinguer « intertextualité » et « interdiscursivité », même si, en ce qui concerne l’analyse de textes concrets, cette distinction n’est pas toujours facile à appliquer.

26Ces deux procédés se concrétisent dans le texte romanesque de Musil. C’est là, à l’intérieur du discours littéraire, que se réalisent les deux opérations sous les formes les plus variées, mais très souvent comme une réinscription et une transformation de matériaux déjà identifiés et recueillis dans les Journaux.

Intertexte et interdiscours dans le texte romanesque

27Voici, à titre d’illustration, les intertextes et interdiscours qu’on peut repérer dès le tout premier chapitre du roman L’homme sans qualités. On s’attardera plus en détail sur l’incipit du roman – une véritable pièce d’anthologie qui a déjà attiré l’attention de beaucoup de critiques – afin d’exemplifier ce travail de repérage et afin de préciser les enjeux méthodologiques qui en découlent, quitte à passer en revue plus rapidement les nombreux autres cas d’interdiscours et le seul cas d’intertexte concentrés dans ce premier chapitre.

  • 16 Sans ouvrir le vaste débat théorique sur la fiction, je m’appuie ici sur les avancées réalisées par (...)

28L’homme sans qualités de Robert Musil est, sans le moindre doute, un ouvrage de fiction. Le terme « roman » figurant sous le titre le manifeste explicitement, tout en orientant l’attitude du lecteur : même s’il est invité à opérer la fameuse suspension consentie de l’incrédulité (willing suspension of disbelief) en entrant dans l’univers fictionnel, il n’est pas obligé de croire – au sens fort du terme – ce qu’il s’apprête à lire. Il n’est pas non plus obligé de référer ce qu’il lira à un monde de factualité (Tatsächlichkeit) existant en dehors de ce monde fictionnel, même s’il est libre de le faire s’il en a envie. Un aspect-clé du contrat de fictionnalité qu’un auteur établit avec son lecteur consiste en la modification « comme si », que tous deux doivent appliquer aux propositions du texte fictionnel, suspendant de la sorte toute prétention à la vérité référentielle, toute obligation de responsabilité morale, voire judiciaire, dans leur communication16.

29Étant ainsi averti qu’il s’apprête à entrer dans un monde de fiction, le lecteur peut être surpris de découvrir que ce monde commence par une description qui serait plus appropriée pour un ouvrage, dont le contrat entre auteur et lecteur n’est pas seulement différent de celui qu’on vient d’esquisser, mais dépend du fait que le lecteur accepte la « factualité » de ce qui est décrit :

  • 17 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 31.

Über dem Atlantik befand sich ein barometrisches Minimum ; es wanderte ostwärts, einem über Russland lagernden Maximum zu, und verriet noch nicht die Neigung, diesem nördlich auszuweichen. Die Isothermen und Isotheren taten ihre Schuldigkeit. Die Lufttemperatur stand in einem ordnungsgemäßen Verhältnis zur mittleren Jahrestemperatur, zur Temperatur des kältesten wie des wärmsten Monats und zur aperiodischen monatlichen Temperaturschwankung. Der Auf-und Untergang der Sonne, des Mondes, der Lichtwechsel des Mondes, der Venus, des Saturnringes und viele andere bedeutsame Erscheinungen entsprachen ihrer Voraussage in den astronomischen Jahrbüchern. Der Wasserdampf in der Luft hatte seine höchste Spannkraft, und die Feuchtigkeit der Luft war gering.
On signalait une dépression au-dessus de l’Atlantique ; elle se déplaçait d’ouest en est en direction d’un anticyclone situé au-dessus de la Russie, et ne manifestait encore aucune tendance à l’éviter par le nord. Les isothermes et les isothères remplissaient leurs obligations. Le rapport de la température de l’air annuelle moyenne, celle du mois le plus froid et du mois le plus chaud, et ses variations mensuelles apériodiques, était normal. Le lever, le coucher du soleil et de la lune, les phases de la lune, de Vénus et de l’anneau de Saturne, ainsi que nombre d’autres phénomènes importants, étaient conformes aux prédictions qu’en avaient faites les annuaires astronomiques. La tension de vapeur dans l’air avait atteint son maximum, et l’humidité relative était faible17.

30Notre première impression, c’est que nous sommes en train de lire un texte scientifique. Rien ne semble indiquer que nous avons affaire à un ouvrage de fiction, mais bien plutôt à un rapport factuel d’une situation météorologique. Plus précisément, notre surprise n’est pas due au fait qu’un roman commence par la description du beau temps – il s’agit en fait du topos bien connu du locus amoenus –, mais au jargon technique et scientifique dans lequel ce roman en particulier réalise cette description.

31Dès cet incipit, un double constat est à faire. D’une part, ce roman reproduit la tradition d’une entrée dans le monde fictionnel en reproduisant le topos du locus amoenus ; d’autre part, il nous surprend en réalisant cette ouverture par une interaction complexe entre deux types de discours. Un examen plus approfondi de cette complexité nous permettra de nous faire une première idée du raffinement artistique avec lequel Musil inscrit l’interdiscursivité dans le texte de son roman.

32L’originalité de la manière dont Musil reproduit le topos séculaire du locus amoenus réside dans son recours à un langage de type scientifique. Sa réécriture plus ou moins parodique du topos comporte un double message à l’adresse du lecteur : l’écrivain refuse de reproduire une certaine tradition romanesque tout en acceptant le genre du roman. Par cet incipit de roman, l’écrivain manifeste donc son attitude critique à l’égard du genre même qu’il est en train d’adopter.

  • 18 HsQ I, §1, p. 31.
  • 19 MoE I, p. 9.
  • 20 « On Linguistic Aspects of Translation », in Roman Jakobson, Selected Writings II, Berlin/New York/ (...)

33Une autre surprise nous attend vers la fin du même paragraphe d’incipit : « Autrement dit, si on ne craint pas de recourir à une formule démodée, mais parfaitement judicieuse : c’était une belle journée d’août 191318. » Comme certains termes allemands, qui importent pour mon analyse de cette fin de paragraphe, disparaissent dans la traduction, voici aussi la version allemande : « Mit einem Wort, das das Tatsächliche recht gut bezeichnet, wenn es auch etwas altmodisch ist : es war eine schöner Augusttag des Jahres 191319. » Ici, apparemment, nous est donnée en une seule tournure (littéralement : « en un mot ») l’information que nous sommes censés avoir reçue préalablement dans un long et lourd déploiement de jargon scientifique. Le narrateur saute dans un usage du langage, ou pratique discursive, radicalement différent et produit dans un langage courant – sans marques de discours spécialisé – ce qu’on pourrait facilement identifier, dans l’histoire du genre romanesque, comme le début d’un roman réaliste. À quoi bon donner deux versions différentes du même début de roman ? Les deux versions nous sont présentées consécutivement, mais la seconde ne se substitue pas réellement à la première. On ne peut pas non plus affirmer que la première version serait niée ou révoquée par la seconde. Simplement, le narrateur semble dire deux fois la même chose, d’abord dans un langage de type scientifique très élaboré, ensuite, en quelque sorte en résumé, dans un langage ordinaire. Même si une forte asymétrie quantitative existe entre les deux versions, nous pouvons interpréter leur apparition successive dans le texte comme un cas de ce que Roman Jakobson a appelé la « traduction intralinguale ou reformulation » (« intralingual translation or rewording20 ») : on transpose un genre de discours ou un style dans un autre, tout en restant dans la même langue.

  • 21 Ibid., p. 261.
  • 22 Wladimir Krysinski, « Musil vs Scarron, oder die Unbestimmtheit des Romanesken », in Uwe Baur et El (...)

34Normalement, toutefois, ce type de traduction (« interpretation of verbal signs by means of other signs of the same language21 ») répond à un besoin, ou à une promesse, de produire une meilleure version, ou du moins une version plus utile à certains égards. C’est exactement ce que fait Scarron dans le premier paragraphe de son roman Histoire comique. Dans un traitement comparatif de ces deux incipit de roman, Wladimir Krysinski a fait remarquer la similarité de leur structure22. Toutefois, Scarron présente la seconde version comme supérieure : « Pour parler plus humainement et plus intelligemment ». Ce faisant, il décide de la relative valeur des deux versions.

  • 23 MoE I, p. 9.

35Dans le texte de Musil, la voix narrative intervient également entre les deux versions, pour les connecter et pour commenter leur relation et valeur : « Mit einem Wort, das das Tatsächliche recht gut bezeichnet, wenn es auch etwas altmodisch ist23 ». Mais il n’en ressort aucune décision nette pour savoir laquelle des deux versions serait meilleure ou plus utile. Bien au contraire, le texte produit délibérément de l’indécision. La version scientifique est très longue et verbeuse, elle est moderne, mais décrit-elle vraiment ce qui est le cas ou « le factuel » (das Tatsächliche) ? La version en langage ordinaire, en revanche, est très brève, plus traditionnelle jusqu’à paraître démodée, mais elle décrit les faits bien adéquatement. Non seulement chaque version a-t-elle ses propres avantages et inconvénients, mais même cet équilibre n’est pas clairement établi, puisque certaines formulations se trouvent modulées par des expressions restrictives. « […] das Tatsächliche recht gut bezeichnet » – quel degré d’exactitude contient ce « recht gut » ? et « etwas altmodisch » – combien le fait d’être démodé invalide-t-il ce qui suit ? Un bilan intermédiaire s’impose : même si Musil commence son récit fictionnel dans un mode de scientificité inusitée et donc surprenante, il ne semble pas automatiquement préférer ce mode à un mode plus traditionnel, et encore moins remplacer le second par le premier. Plutôt propose-t-il les deux, et, même si sa voix narrative se prononce sur leur valeur relative en adoptant la pose d’un commentateur, il en remet la décision entièrement au lecteur. Krysinski voit dans cette manière très particulière de procéder un cas qui nous permet de montrer comment une indétermination fictionnelle est produite. Ce n’est qu’apparemment que la voix narrative agit comme un arbitre entre les deux versions proposées successivement. En réalité, son intervention explicite ne fait qu’ajouter à l’ambiguïté de ce premier paragraphe de roman.

36Mais il y a plus. À la fin de ce paragraphe, le lecteur attentif doit se rendre à l’évidence que le langage démodé et supposément peu précis de la version courte lui a offert une image bien plus précise d’un état de choses que la très longue version tenue dans le langage technico-scientifique de la météorologie. À y regarder de plus près, la première version nous présente plutôt la parodie d’un discours scientifique qu’autre chose. En réalité, elle ne produit qu’un semblant de scientificité et une fausse impression de précision, grâce à la reproduction de certains traits discursifs, tels que de nombreux termes techniques connotant un usage scientifique du langage et pointant vers une science en particulier. La concentration abusive de ces termes est en soi un indicateur de l’usage parodique que Musil en fait. S’y ajoute l’anthropomorphisation de certains éléments (« les isothermes et les isothères remplissaient leurs obligations »), ce qui rend l’usage de ce langage spécialisé pseudo-scientifique. De plus, l’insertion d’éléments gratuits sans valeur d’information scientifique (« nombre d’autres phénomènes importants étaient conformes aux prédictions qu’en avaient faites les annuaires astronomiques ») contribue à discréditer la nature scientifique de ce passage. Tout compte fait, il ne s’agit donc que d’un semblant discursif ; en réalité, l’accumulation de ces phrases ne réussit pas à capter et nous transmettre l’information précise qui nous est donnée dans la brève phrase finale du paragraphe : journée d’été, beau temps, mois d’août, 1913. Elle ne fait qu’étaler quelque chose comme l’appareillage d’un discours scientifique, étant toutefois dépourvue des données quantitatives et qualitatives qui pourraient être référées à une situation réelle.

  • 24 Krysinski, « Musil vs Scarron, oder die Unbestimmtheit des Romanesken », op. cit., p. 114.
  • 25 Dans une note intitulé « Vermächtnis » (Legs), qu’Adolph Frisé a mise en annexe à son édition de 19 (...)

37L’ironie de ce premier paragraphe découle donc du fait qu’il y a moins de précision dans la version scientifique faussement précise que dans l’imprécision du langage ordinaire. Krysinski a raison de montrer que l’usage typique et omniprésent que fait Musil de l’ironie est à l’œuvre dès l’ouverture de L’homme sans qualités. Toutefois, en ce qui concerne la fonction de cette ironie, je n’insisterai pas autant sur son aspect négatif que Krysinski, qui y reconnaît un « filtre négatif » (negativierender Filter), un « négativisme » (Negativismus), et lui attribue une « fonction apophatique » (apophatische Funktion). L’ironie apparaît ainsi comme la via negativa d’une recherche utopique24. Je préfère mettre l’accent sur la fonction et le travail positifs de l’ironie dans les écrits de Musil25 : l’ironie est l’un des opérateurs d’une critique discursive qui vise à interroger des comportements discursifs, des positions, des attitudes et des croyances relevant d’un ordre des discours établi, et de les ouvrir sur de possibles nouvelles formations discursives. La modalité d’opération préférée de l’ironie chez Musil procède par décontextualisation et recontextualisation d’éléments discursivement fixés.

38Ironie et indétermination sont étroitement connectées, dans la mesure où l’ironie produit de l’indétermination en suspendant les prétentions de vérité et de validité de certaines propositions. Ainsi, dans le premier paragraphe du roman de Musil, ni le langage scientifique ni le langage ordinaire ne sont vrais d’une manière absolue, ou valides dans le contexte fictionnel dans lequel ils apparaissent. Le message de cet incipit serait donc de nous avertir qu’en produisant les deux versions, et qu’en suspendant leur validité, le texte performe une logique discursive qui dit ni/ni et et/ et : la voix narrative propose une alternative de deux différents commencements textuels, mais ni l’usage scientifique ni l’usage ordinaire du langage ne semblent être nettement adéquats ou pertinents pour commencer un roman. Les deux versions deviennent problématiques dans leur traitement par l’auteur.

39Nous avons affaire ici à un emprunt discursif parmi beaucoup d’autres qui traversent les textes de Musil. Pour illustrer son recours massif et diversifié à des transferts interdiscursifs dans la fiction, et aussi pour documenter la vaste variété de solutions techniques pour les insérer dans son texte fictionnel, nous n’avons qu’à poursuivre la lecture du premier chapitre du roman.

40Le prochain exemple soulève à nouveau la question de la description scientifique du réel :

  • 26 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 32.

Es wäre wichtig, zu wissen, warum man sich bei einer roten Nase ganz ungenau damit begnügt, sie sei rot, und nie danach fragt, welches besondere Rot sie habe, obgleich sich das durch die Wellenlänge auf Mikromillimeter genau ausdrücken ließe.
Il serait important de démêler pourquoi, quand on parle d’un nez rouge, on se contente de l’affirmation fort imprécise qu’il est rouge, alors qu’il serait possible de le préciser au millième de millimètre près par le moyen des longueurs d’onde26.

41Encore une fois, comme dans le premier paragraphe du roman, la précision de la description scientifique se trouve opposée à l’imprécision d’une affirmation non scientifique qui relève du langage ordinaire. Ici, le narrateur semble révoquer le discrédit qu’il a assez insidieusement jeté sur le discours scientifique dans l’incipit du roman. Il prend maintenant plus nettement parti en faveur de l’exactitude de ce discours, qu’il a l’air de présenter comme une procédure discursive idéale. Si nous considérons ce passage comme un écho du premier paragraphe, alors une nouvelle suspension ironique du jugement s’opère à distance de paragraphe à paragraphe. Le jugement indirect sur l’imprécision d’un certain usage du langage scientifique est confronté à, et contredit par, l’affirmation du contraire. Le cas de l’indétermination fictionnelle gagne en degrés de complexité.

  • 27 MoE IV, p. 1089 ; HsQ II, §46, p. 516.

42Qui plus est, ce passage fait apparaître une nouvelle question par rapport aux pratiques discursives. Car, même si nous sommes capables de décrire des faits, comme la rougeur d’un nez, avec la plus grande précision scientifique, dans quels contextes une telle description est-elle adéquate ? L’insignifiance des faits fictionnels donnés en exemple par Musil – le temps qu’il fait, un nez rouge, et plus tard il sera question du vert du gazon27 – semble indiquer que l’élément décisif n’est pas l’objet factuel en soi, mais la question de son appréhension discursive, la relation plus générale entre n’importe quel objet et n’importe quelle description.

43Ce second exemple d’un emprunt discursif fait écho au premier encore d’une autre manière. Puisque sa manifestation est bien plus explicite, il jette rétroactivement une nouvelle lumière sur le premier. Les questions que le narrateur pose ici explicitement sont les mêmes que le lecteur est amené à se poser en lisant le premier paragraphe : quel pourrait être un rendu adéquat, ou du moins satisfaisant, d’un fait non seulement en rapport à la nature de ce fait, mais aussi en rapport à la situation dans laquelle sa description est produite et utilisée ? En plus du statut véridictionnel, c’est aussi le statut pragmatique du discours scientifique qui devient problématique.

44Dans le paragraphe suivant, Musil conclut la description d’une grande ville par une allusion à la thermodynamique :

  • 28 MoE I, p. 10 ; HsQ I, §1, p. 32.

[Die Stadt] glich im ganzen einer kochenden Blase, die in einem Gefäß ruht, das aus dem dauerhaften Stoff von Häusern, Gesetzen, Verordnungen und geschichtlichen Überlieferungen besteht.
[La ville était] en gros, une sorte de liquide en ébullition dans quelque récipient fait de la substance durable des maisons, des lois, des prescriptions et des traditions historiques28.

  • 29 Michel Serres, Hermès V. Le passage du Nord-Ouest, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Critique  (...)

45Ce transfert interdiscursif est moins explicite et donc moins évident. Je dois son identification à Michel Serres29 qui, bien qu’il soit parfois un peu trop porté à voir des nuages, des tourbillons et des chaudrons en ébullition, a parfaitement raison de reconnaître ici l’analogie : la ville en tant que système complexe vivant est comme un système thermodynamique.

  • 30 Une seule fois dans le roman, il a recours à une figuration de type mécanique quand, de manière sat (...)

46D’autres développements de cette analogie dans les textes de Musil confirment son apparition dans le premier chapitre du roman, même si lors de leur première apparition textuelle, l’allusion discursive à la science n’est pas très explicite30. Néanmoins, la description de la grande ville dans le premier chapitre ouvre une longue série de réflexions sur les dispositifs discursifs aptes à décrire et rendre compte de phénomènes humains de haute complexité : des villes, des sociétés, des événements historiques. De manière intermittente, mais tout au long de son roman, Musil testera et expérimentera une nouvelle intelligibilité des phénomènes collectifs humains à partir des discours probabiliste et statistique en physique et en mathématique.

47Par la suite, un accident fait irruption dans la régularité fonctionnelle de la grande ville. Cet événement sème le désordre et la panique. Les passants sont à la fois attirés et émotionnellement bouleversés par ce qu’ils voient et forment un cercle autour d’un homme étendu sur le trottoir. Dans cette foule, la narration singularise « une dame » et « son compagnon » à la manière d’un zoom cinématographique. « La dame ressentit au creux de l’estomac un malaise qu’elle était en droit de prendre pour de la pitié ; c’était un sentiment d’irrésolution paralysant. » Et voici ce qu’on pourrait appeler une thérapie discursive qui vient à bout de cette émotion désagréable :

  • 31 MoE I, p. 11 ; HsQ I, §1, p. 33-34.

Der Herr sagte nach einigem Schweigen zu ihr : „ Diese schweren Kraftwagen, wie sie hier verwendet werden, haben einen zu langen Bremsweg.“Die Dame fühlte sich dadurch erleichtert und dankte mit einem aufmerksamen Blick. Sie hatte dieses Wort wohl schon manchmal gehört, aber sie wusste nicht, was ein Bremsweg sei, und wollte es auch nicht wissen ; es genügte ihr, daß damit dieser gräßliche Vorfall in irgendeine Ordnung zu bringen war und zu einem technischen Problem wurde, das sie nicht mehr unmittelbar anging.
Après être resté un instant sans parler, le monsieur lui dit : « Les poids lourds dont on se sert chez nous ont un chemin de freinage trop long. » La dame se sentit soulagée par cette phrase, et remercia d’un regard attentif. Sans doute avait-elle entendu le terme une ou deux fois, mais elle ne savait pas ce qu’était un chemin de freinage et d’ailleurs ne tenait pas à le savoir ; il lui suffisait que l’affreux incident pût être intégré ainsi dans un ordre quelconque, et devenir un problème technique qui ne la concernait plus directement31.

  • 32 Cf. Günter Graf, qui lit tout le premier chapitre dans la perspective d’une problématique de véraci (...)

48Ce qui est illustré ici, c’est la performance très spéciale d’une pratique discursive : un événement créant du désordre et une expérience bouleversante – les versants objectif et subjectif de la même chose – peuvent être contrôlés, voire éliminés, par son insertion dans un ordre discursif qui en neutralise l’effet perturbateur. Le monsieur n’a qu’à mentionner un terme spécial appartenant à l’usage technique du langage pour effacer l’horreur de l’événement et soulager la dame qui en est affectée. Ce mécanisme fonctionne comme par magie, mais il est ironisé par la mauvaise foi de la dame32. Il s’agit en fait d’un usage abusif de la force perlocutoire d’un discours, dans la mesure où elle ne sait pas ce que « chemin de freinage » signifie. Elle ne peut donc pas évaluer avec quel degré d’adéquation cet élément discursif décrit ou explique l’événement qui l’a bouleversée. Elle manifeste une confiance aveugle à l’égard de n’importe quelle mise en ordre discursive (« un ordre quelconque ») dont elle attend une protection contre les phénomènes chaotiques du monde factuel. Ce réflexe – que nous partageons tous jusqu’à un certain degré – se trouve ici problématisé et critiqué par son ironisation narrative. Il consiste à faire disparaître quelque chose de non discursif par une explication discursive.

49Finalement, un dernier exemple de citation discursive clôt le premier chapitre. Une ambulance apparaît sur la scène de l’accident, son intervention est techniquement si parfaite et bien organisée que tout semble entrer dans l’ordre :

  • 33 MoE I, p. 11 ; HsQ I, §1, p. 34.

Man ging fast mit dem berechtigten Eindruck davon, daß sich ein gesetzliches und ordnungsmäßiges Ereignis vollzogen habe.
„ Nach den amerikanischen Statistiken“, so bemerkte der Herr, „ werden dort jährlich durch Autos 190000 Personen getötet und 450000 verletzt.“
„ Meinen Sie, daß er tot ist ?“fragte seine Begleiterin und hatte noch immer das unberechtigte Gefühl, etwas Besonderes erlebt zu haben.
On s’en alla, et c’était tout juste si l’on n’avait pas l’impression, justifiée, que venait de se produire un événement légal et réglementaire.
„ D’après les statistiques américaines, remarqua le monsieur, il y aurait là-bas annuellement 190000 personnes tuées et 450000 blessées dans des accidents de circulation ».
„ Croyez-vous qu’il soit mort ? » demanda sa compagne qui persistait dans le sentiment injustifié d’avoir vécu un événement exceptionnel33.

50Ce qui est de nouveau en jeu ici, c’est l’efficacité de divers dispositifs d’ordre : organisation, technique, discours. À en juger par leur effet rassurant sur les gens, Musil fait valoir qu’il faut les voir comme faisant partie d’un même système d’ordre. Mais ensuite, pour son illustration fictionnelle, il sélectionne à nouveau le discours dans sa capacité étonnante, presque paradoxale, de mettre en ordre ce qui, par définition, représente des événements et expériences perturbateurs : les accidents. En insérant l’accident dans une série d’accidents, en le réduisant ainsi à une simple donnée dans un ensemble statistique, il lui fait adopter l’apparence d’un ordre collectif. Le désordre disparaît dans le grand nombre mathématique. Cette manipulation discursive ajoute à « l’impression, justifiée, que venait de se produire un événement légal et réglementaire » et efface la nature exceptionnelle et déplaisante de l’expérience singulière et individuelle. Mais a-t-elle le pouvoir d’agir sur le sentiment d’exceptionnalité qui, selon la logique du discours statistique, est devenu injustifié ? S’ouvre ici une autre question majeure sur les mises en ordre discursif dans leur relation à divers types de mondes factuels. Elle sera développée à travers tout le roman : la subjectivité individuelle comme opposée à, voire menacée par, des phénomènes collectifs et par les équivalents discursifs pour en rendre compte.

51Cet exemple complète la série de citations discursives du premier chapitre qui proviennent de discours extralittéraires. Une autre catégorie d’interdiscursivité se manifeste également dans ce premier chapitre. Il faudrait peut-être plutôt parler d’intradiscursivité, puisque le renvoi est fait à certains codes esthétiques appartenant également au discours littéraire. Mais ce renvoi se situe bien au niveau discursif, puisqu’il s’agit de la reprise de certains principes de production du discours romanesque, et non pas d’une référence faite à un texte précis. Le premier chapitre de L’homme sans qualités comporte deux exemples de ce type intralittéraire d’interdiscursivité.

52Le premier exemple nous ramène à la petite phrase « c’était une belle journée du mois d’août 1913 », qui fait contrepoids, dans le premier paragraphe, au long développement météorologique. Nous avons constaté qu’elle est formulée en langage ordinaire, mais en même temps, elle représente la citation discursive d’un début de roman de type réaliste. En tant que telle, elle ne cite pas tel ou tel texte, mais bien un genre romanesque, et plus précisément la partie du code romanesque qui régit la production du début du roman réaliste qui exerçait encore une certaine domination générique quand Musil a entamé sa production romanesque.

  • 34 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 31. Il est possible aussi que ce refus explicite de la relation de caus (...)

53On peut reconnaître une citation discursive du même type dans les jeux de fiction que Musil réinscrit, d’une part, dans le titre du premier chapitre : « Woraus bemerkenswerter Weise nichts hervorgeht » (« D’où, chose remarquable, rien ne s’ensuit »)34 et reproduit, d’autre part, dans le double geste qui consiste à la fois à identifier et à refuser d’identifier ses personnages :

  • 35 MoE I, p. 10 ; HsQ I, §1, p. 33.

Angenommen, sie würden Arnheim und Hermelinda Tuzzi heißen, was aber nicht stimmt, denn Frau Tuzzi befand sich im August in Begleitung ihres Gatten in Bad Aussee und Dr. Arnheim noch in Konstantinopel, so steht man vor dem Rätsel, wer sie seien.
En admettant que ces deux personnes se nomment Arnheim et Hermeline Tuzzi, et la chose étant impossible puisque Mme Tuzzi, en août, se trouve à Bad-Aussee en compagnie de son mari et que le Dr Arnheim est encore à Constantinople, une question se pose : qui est-ce35 ?

  • 36 Cette attitude narrative est maintenue à travers le premier chapitre avec consistance. La narration (...)
  • 37 Dans son Don Quijote de la Mancha.
  • 38 Surtout dans sa seconde préface à Julie ou La Nouvelle Héloïse.

54À part son refus de proposer et encore davantage de développer des identités individuelles36, ce passage contient quelque chose comme une autocitation fictionnelle de certains procédés du discours de la fiction. De manière enjouée, voire paradoxale, le statut fictionnel du discours est explicité. L’auteur démontre son pouvoir de créer de toutes pièces des mondes fictionnels (« en admettant que… »), tout autant que l’impuissance du narrateur qui doit suivre fidèlement la matière narrative en acceptant la « réalité » posée du monde fictionnel (« la chose étant impossible », en allemand : « was aber nicht stimmt »). Ici Musil joue avec les chassés-croisés de « vérité-comme-fiction » et « fiction-comme-vérité », fidèle à la manière dont l’écriture du roman le faisait déjà dans la deuxième moitié du xviiie siècle, avec Sterne et Diderot comme ses meilleurs représentants. Il reprend de la sorte une certaine modernité dans l’histoire du discours romanesque – dont Cervantes37 et Rousseau38 sont des pionniers – et la met au service d’une stratégie d’indétermination, produite par le double geste de l’affirmation-révocation aboutissant à une question à laquelle seul l’acte de lecture peut apporter une réponse.

  • 39 Robert Musil, « Geist und Erfahrung. Anmerkungen für Leser, welche dem Untergang des Abendlandes en (...)
  • 40 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 32.
  • 41 Oswald Spengler, Le déclin de l’Occident : esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle, tr (...)
  • 42 Oswald Spengler, op. cit., p. 51.
  • 43 Oswald Spengler, op. cit., p. 93.

55En plus des nombreuses instances d’interdiscours que nous avons ainsi identifiées dans ce premier chapitre, il y a aussi des passages marqués par l’intertextualité, mais, selon notre repérage, en bien plus petit nombre. Nous n’en avons en fait relevé qu’un seul et qui est de nature extralittéraire. Il s’agit d’une interaction concrète avec le texte du Déclin de l’Occident d’Oswald Spengler. Musil connaissait bien cet ouvrage contemporain, puisqu’il en a écrit et publié un compte rendu critique en 192139. Le début du roman a comme décor le phénomène collectif d’une grande métropole européenne. S’agit-il de Vienne ou d’une autre ville ? Qu’importe : « Die Überschätzung der Frage, wo man sich befinde, stammt aus der Hordenzeit, wo man sich die Futterplätze merken mußte » (« C’est depuis le temps des nomades, où il fallait garder en mémoire les lieux de pâture, que l’on surestime ainsi la question de l’endroit où l’on est »)40. Ce rapprochement de la métropole moderne et des hordes de nomades des temps primitifs renvoie à Spengler, qui parle des « petites bandes […] de nomades » de « la première époque »41 et qui reconnaît dans le déclin de la civilisation occidentale « un retour au va-et-vient zoologique de l’époque primitive42 », retour qui, selon lui, s’effectue dans le décor de « cette masse de pierre [qui] est la ville absolue43 ». Dans ce cas concret, l’identification de l’intertexte ainsi que du prélèvement qu’a fait Musil chez Spengler n’est pas chose facile, étant donné qu’il ne s’agit pas du transfert direct d’un segment continu du texte spenglérien, mais plutôt de la cooccurrence et de la superposition, dans les mêmes termes, entre deux thèmes : celui des nomades des premiers temps et celui de la grande ville moderne. De la sorte, Musil condense le récit spenglérien du cycle d’une grande culture qui prend ses origines dans les steppes habitées par les hordes primitives et atteint son déclin dans les métropoles qu’il voit comme des steppes de pierre où les masses urbaines retournent à un état primitif.

Vers l’analyse interdiscursive

56Nous avons ainsi relevé des interactions avec d’autres discours et textes dans le premier chapitre du roman L’homme sans qualités. Le résultat est impressionnant ! Quelques remarques sur ce relevé s’imposent :

  1. Il est peu probable que ce bilan soit complet. Bien au contraire, un tel relevé, par principe, ne peut jamais être complet, puisqu’il dépend à la fois de la mémoire culturelle et du regard de qui l’établit. D’autres lectures pourraient faire ressortir d’autres intertextes et interdiscours.
  2. La problématique qui est ciblée ici ne répond donc pas à une épistémologie positiviste, puisque la position de l’observateur-interprète infléchit et codétermine le résultat. Cela ne veut cependant pas dire que n’importe quoi puisse être affirmé, car le chercheur doit se soumettre à l’obligation d’appuyer toute affirmation sur des observations textuelles précises.
  3. Les modalités de réinscription des éléments prélevés ailleurs et transférés dans le discours romanesque, ainsi que dans ce texte romanesque en particulier, varient grandement. Par la suite, il faudra s’y attarder plus longuement pour les analyser plus en détail. Ici, pour des fins de démonstration, il était question de repérer et d’identifier ces greffes.
  4. Il s’agissait surtout de faire la distinction entre intertexte et interdiscours, le premier mettant en jeu des instances textuelles spécifiques et uniques, tandis que le second renvoie, à un niveau plus abstrait, à des règles de production des textes. Ce qui complique les choses, c’est que ce dernier type de renvoi se fait nécessairement, à son tour, dans une instance textuelle spécifique et matériellement donnée (qui est ici le texte romanesque de Musil).

57Cet aperçu rapide, limité au tout premier chapitre du roman, nous permet déjà de formuler quelques résultats intermédiaires :

  • 44 Surtout selon son manifeste : Le roman expérimental.

58D’abord, nous constatons l’importance – du moins quantitative – de l’interdiscours de type technique, mathématique et scientifique. Toutefois, sa réinscription dans le roman s’opère selon une modalité très différente par rapport à celle que pratique, de préférence, le roman réaliste et naturaliste. Loin d’être un modèle à suivre – comme chez Zola44 –, le discours de type scientifique devient chez Musil l’objet d’une réappropriation critique qui problématise son interdiscours dans l’acte même de sa réinscription.

59Ensuite, il est frappant de voir que Musil s’intéresse moins à des textes ou à des auteurs spécifiques et individuellement identifiables qu’à l’organisation générique, typique des discours. Il situe par là l’enjeu de sa critique à un niveau « profond » et vise moins des actes ou événements discursifs que les règles de leur production et de leur circulation.

60Sur le plan méthodologique, comment aborder le travail de type interdiscursif et intertextuel ? On distinguera ici trois étapes, la première étant empirique, la deuxième analytique et la troisième interprétative.

  • 45 Le travail de cette première étape peut souvent s’appuyer sur des instruments auxiliaires qui sont (...)

61L’étape empirique consiste essentiellement en une opération de repérage et d’identification des segments de texte ou des traits discursifs qui fondent notre décision de parler d’intertexte ou d’interdiscours, et ceci tant dans le lieu de prélèvement que dans le lieu de réinscription, ce qui implique, entre autres choses, un travail de segmentation. À ce stade, il est important de bien identifier la partie du texte ou l’opération d’un texte dans laquelle s’active l’interaction avec un autre texte ou discours45. Notre propre repérage dans le premier chapitre a à peine dépassé cette première étape.

  • 46 Voir à ce sujet le débat entre Uri Eisenzweig et Michael Riffaterre (op. cit.).

62Cette première étape exige les mêmes compétences et connaissances que l’ancienne recherche sur les sources et les influences. Même si la critique intertextuelle prétend justement remplacer et dépasser ce type de recherche, j’estime qu’elle ne peut quand même pas sauter cette étape, à moins de tomber dans l’imprécision. L’étape empirique présuppose donc des connaissances biographiques sur l’auteur, génétiques sur l’élaboration de son œuvre, historiques sur son époque et une vaste mémoire culturelle, ce que ne possède pas nécessairement tout lecteur, quoi qu’en disent certains critiques46.

63L’étape analytique se concentre sur l’examen des opérations de prélèvement et de réinscription, et plus généralement de la circulation d’éléments textuels et discursifs. Ceci implique des aspects qui vont de la morphologie à la pragmatique. Il s’agit d’identifier clairement les éléments qui circulent et qui sont transformés : un geste discursif, une règle syntaxique, un argument, un topos, une forme, un thème, un concept, l’usage d’un mot, une figure rhétorique, un énoncé, etc. Leur réinscription est-elle marquée ou non, explicite ou implicite, directe ou indirecte ? Est-elle assumée ou non par l’auteur, par le narrateur ou par le personnage du texte littéraire ? Le prélèvement s’opère-t-il dans un discours considéré comme hiérarchiquement supérieur ou inférieur dans le système discursif ? La réappropriation est-elle favorable ou conflictuelle ? C’est à cette étape qu’il s’agit de préciser les modalités de la réinsertion d’éléments « étrangers » et les effets de transformation qu’elles entraînent. C’est à ce niveau de l’analyse que les travaux de Bakhtine peuvent être d’une grande utilité.

64L’étape interprétative dépasse ce que l’étape analytique comporterait de purement technique. Elle doit apporter des réponses à ce schéma de question : si un auteur prélève tels éléments dans tels textes ou discours et les réinscrit de telle manière dans son propre texte, qu’est-ce que cela veut dire (pour nous) ? Cette question peut être posée dans une perspective historique, sociologique ou psychologique, et on peut aussi tenter d’intégrer tous ces aspects. C’est à cette étape qu’on décidera si la réutilisation de textes et de discours a une valeur idéologique, cognitive ou critique. Chez Musil, nous avons déjà vu que la manière dont il manipule les matériaux transférés a tendance à rendre « visible » leur mode de fonctionnement discursif et effectue de la sorte un travail de nature critique à l’égard de ce fonctionnement. Du moins invite-t-elle le lecteur à faire ce travail, puisque la technique d’indétermination musilienne attribue au lecteur une part très active.

65Il va de soi que ces trois étapes ne sont jamais linéairement consécutives ni exclusives les unes des autres dans le processus du travail critique sur un texte donné. Ce travail se déroule plutôt par recoupements, par présupposition réciproque et par des va-et-vient entre les étapes schématiquement distinguées. Il se déroule souvent dans une logique dialectique, où une étape renvoie à une autre tout en la présupposant.

66Il y a par ailleurs un type de questionnement qui traverse les trois étapes et auquel on doit faire face dans chacune d’elles. L’auteur dispose-t-il à bon escient des matériaux identifiés par le critique comme étant engagés dans un travail intertextuel ou interdiscursif ? Est-il libre de choisir et de combiner ces matériaux à sa guise, ou se sont-ils plutôt imposés à lui ? On trouvera à ce sujet des pages intéressantes chez Jürgen Link et chez Mikhaïl Bakhtine. Personnellement, j’estime qu’il faut dans chaque cas faire la part des choses, essayer d’expliciter les contraintes de l’environnement discursif sans pour autant négliger les zones de liberté ni la force de transgression de l’auteur individuel. Je ne vois pas l’avantage qu’on aurait à radicaliser la question en affirmant que textes et discours se réinscrivent eux-mêmes dans le travail d’écriture, en quelque sort à l’insu de l’auteur. Celui-ci ne serait alors plus que l’opérateur-exécutant d’une intertextualité tous azimuts qui se mettrait elle-même en scène et occuperait la place vide du sujet de l’écriture. Dans le cas de Musil, ce sont les Journaux qui nous permettent d’observer l’auteur aux prises avec la crise historique, en train d’enregistrer son environnement discursif tout en y opérant déjà des choix et effectuant des transformations qu’il assume dans une très large mesure.

Notes

1 La référence qui s’impose ici est la suivante : Julia Kristeva, Séméiotikè. Recherches pour une sémanalyse, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel quel », 1969.

2 Fredric Jameson, Postmodernism, or the Cultural Logic of Late Capitalism, Durham, Duke University Press, coll. « Post-Contemporary Interventions », 1991, p. 18.

3 Cf., par exemple, Wolfgang Lange, « Eklektismus und Epigonentum heute. Die “Langsame Heimkehr” des Peter Handke », Merkur, XXIX : 3, no 433, 1985, p. 256-263.

4 Sous le titre général « Intertextualité : intertexte, autotexte, intratexte » y interviennent, entre autres, Hans-George Ruprecht, Michael Riffaterre, Jean Ricardou, Marc Angenot, Michael Holland et Uri Eisenzweig.

5 Bakhtine, n’utilisant pas la notion d’intertextualité, formulait toutefois des problématiques qu’elle désigne aujourd’hui pour nous – par exemple, le principe de la secondarité discursive de la littérature : « Dans leur grande majorité les genres littéraires sont des genres seconds, complexes, qui sont composés de divers genres premiers transformés » (Mikhaïl Bakthine, « Les genres du discours », in Esthétique de la création verbale, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1984, p. 307).

6 Déjà, dans le numéro thématique cité de Texte, Michael Holland se demande sérieusement si, généralisée de manière trop indifférenciée, cette notion n’a pas perdu son pouvoir explicatif et, partant, son utilité analytique (p. 177-192).

7 Michael Riffaterre, « Sémanalyse de l’intertexte (réponse à Uri Eisenzweig) », Texte 2, 1983, p. 173.

8 Marc Angenot, « Intertextualité, interdiscursivité, discours social », Texte 2, 1983, p. 104.

9 Ibid., p. 108.

10 Marc Angenot, 1889. Un état du discours social, Longueuil, Le Préambule, coll. « L’Univers des discours », 1989.

11 Un même argument s’applique à la notion d’« horizon d’attente », dont la reconstruction empirique, par exemple pour l’année 1857 par Hans-Robert Jauss, s’est avérée une tâche infinie. Cela n’exclut pas que, tant pour le « discours social » que pour l’« horizon d’attente », la quantité de données recueillies peut s’avérer à un moment donné comme empiriquement pertinente pour « remplir » le concept totalisant.

12 L’expression est de Michel Pêcheux qui, comme Marc Angenot, aimerait décentrer l’objet littéraire : « Aus dieser Perspektive erscheint mir die Entscheidung, das Studium des textuellen Materials nicht a priori auf die„ geheiligten“literarischen Objekte zu beschränken, von großer Bedeutung zu sein. Sie erlaubt die Frage nach den Prozessen, unter denen sich diskursive Referenzen herstellen, in ihrer ganzen Tragweite zu stellen, und ebenso die Alltagssprache (die Alltagsfiktion) und ebenso die wissenschaftlichen, technischen, politischen und ästhetischen Diskurse zu berücksichtigen » (« Metapher und Interdiskurs » in Jürgen Link et Wulf Wülfling (dir.), Bewegung und Stillstand in Metaphern und Mythen, Stuttgart, Klett-Cotta, 1984, p. 93).

13 Philippe Jaccottet, « Introduction » à Robert Musil, Journaux, Paris, Éditions du Seuil, 1981, tome I, p. 15.

14 Mikhaïl Bakhtine, Esthétique de la création verbale, op. cit., p. 269-308.

15 Ceci laisse de côté la question d’un « texte oral ».

16 Sans ouvrir le vaste débat théorique sur la fiction, je m’appuie ici sur les avancées réalisées par Roman Ingarden (Das literarische Kunstwerk, Tübingen, Niemeyer, 1972) quant à cette problématique. Dans son développement d’une « phénoménologie herméneutique », Paul Ricœur définit la fiction, entre autres, par la mise en suspens de la référentialité (Paul Ricœur, Du texte à l’action. Essais d’herméneutique II, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Esprit », 1986, p. 17).

17 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 31.

18 HsQ I, §1, p. 31.

19 MoE I, p. 9.

20 « On Linguistic Aspects of Translation », in Roman Jakobson, Selected Writings II, Berlin/New York/Amsterdam, Mouton, 1971.

21 Ibid., p. 261.

22 Wladimir Krysinski, « Musil vs Scarron, oder die Unbestimmtheit des Romanesken », in Uwe Baur et Elisabeth Castex (dir.), Robert Musil. Untersuchungen, op. cit., p. 113-126.

23 MoE I, p. 9.

24 Krysinski, « Musil vs Scarron, oder die Unbestimmtheit des Romanesken », op. cit., p. 114.

25 Dans une note intitulé « Vermächtnis » (Legs), qu’Adolph Frisé a mise en annexe à son édition de 1970 de L’homme sans qualités, Musil plaide pour une « ironie constructive » (« konstruktive Ironie », MoE 1970, p. 1603).

26 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 32.

27 MoE IV, p. 1089 ; HsQ II, §46, p. 516.

28 MoE I, p. 10 ; HsQ I, §1, p. 32.

29 Michel Serres, Hermès V. Le passage du Nord-Ouest, Paris, Les éditions de Minuit, coll. « Critique », 1980, p. 54-55.

30 Une seule fois dans le roman, il a recours à une figuration de type mécanique quand, de manière satirique, il évoque ce qu’il appelle « une espèce de ville hyper-américaine » (HsQ I, §8, p. 59 ; « eine Art überamerikanische Stadt », MoE I, p. 31).

31 MoE I, p. 11 ; HsQ I, §1, p. 33-34.

32 Cf. Günter Graf, qui lit tout le premier chapitre dans la perspective d’une problématique de véracité, en y appliquant les concepts de « Wahrhaftigkeit » et « Unwahrhaftigkeit » de Bollnow (Günter Graf, Studien zur Funktion des ersten Kapitels von Robert Musils Roman Der Mann ohne Eigenschaften. Ein Beitrag zur Unwahrhaftigkeitstypik der Gestalten, Göppingen, Kümmerle, 1969).

33 MoE I, p. 11 ; HsQ I, §1, p. 34.

34 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 31. Il est possible aussi que ce refus explicite de la relation de cause à effet, ou en termes narratifs de la superposition de consécutions et de conséquences, comporte un renvoi implicite à la critique épistémologique de la causalité par Ernst Mach.

35 MoE I, p. 10 ; HsQ I, §1, p. 33.

36 Cette attitude narrative est maintenue à travers le premier chapitre avec consistance. La narration met bien en scène des agents individuels, mais sans identification : le conducteur, un homme, la dame, son compagnon ou encore le monsieur. L’homme sans qualités lui-même subit un sort analogue : nous ne connaîtrons jamais son nom de famille.

37 Dans son Don Quijote de la Mancha.

38 Surtout dans sa seconde préface à Julie ou La Nouvelle Héloïse.

39 Robert Musil, « Geist und Erfahrung. Anmerkungen für Leser, welche dem Untergang des Abendlandes entronnen sind », Essays, p. 1042-1059 (« Esprit et expérience. Remarques pour des lecteurs réchappés du déclin de l’Occident », Essais, Paris, Éditions du Seuil, 1978, p. 98-117).

40 MoE I, p. 9 ; HsQ I, §1, p. 32.

41 Oswald Spengler, Le déclin de l’Occident : esquisse d’une morphologie de l’histoire universelle, trad. M. Tazerout, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des idées », 1948, vol. 1, p. 16.

42 Oswald Spengler, op. cit., p. 51.

43 Oswald Spengler, op. cit., p. 93.

44 Surtout selon son manifeste : Le roman expérimental.

45 Le travail de cette première étape peut souvent s’appuyer sur des instruments auxiliaires qui sont à la disposition du chercheur. Dans le cas de Musil, l’existence des Journaux, avec le travail qu’ont fourni leurs éditeurs, facilite et accélère beaucoup cette étape. Pour le roman Macunaíma de Mario de Andrade, dont il sera question plus loin, le Roteiro est évidemment d’une aide inestimable, même s’il ne saurait jamais être définitivement établi.

46 Voir à ce sujet le débat entre Uri Eisenzweig et Michael Riffaterre (op. cit.).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search