Version classiqueVersion mobile

Les philosophes lisent Kafka

 | 
Léa Veinstein

Remerciements

Texte intégral

1Je remercie vivement Gérard Raulet d’avoir soutenu mes recherches, et d’avoir donné l’impulsion nécessaire à sa publication ; ainsi que Florian Targa et Astrid Thorn-Hillig pour la relecture précise et enthousiaste qu’ils ont accomplie, avec lui, dans cette perspective. Merci infiniment aussi à Anne Gorouben, auteure du magnifique livre Mon Kafka : Kafka l’unique – textes et illustrations, paru aux éditions Encre Marine en 2015, de m’avoir proposé l’un de ses pastels pour la couverture.

2Étant donné que cet ouvrage est issu de ma thèse, mes remerciements vont aussi à Gérard Bensussan, qui l’avait dirigée avec confiance et bienveillance.

3Ils vont aux professeurs, chercheurs et étudiants « strasbourgeois » qui m’ont accueillie et m’ont permis, au gré d’échanges toujours féconds, de découvrir la richesse d’un questionnement portant, entre autres, sur les liens entre philosophie et littérature – dans une atmosphère toujours vivante. Je pense en particulier à Lev Fraenckel, à Jacob Rogozinski, à Coralie Camilli, à Francesco Paolo de Sanctis en philosophie, mais aussi à Michèle Finck et à Patrick Werly, en littérature.

4Aux philosophes « parisiens », devenus amis pour ceux qui ne l’étaient pas déjà, qui m’ont invitée ou incitée à parler de Kafka et m’ont ouvert de nouvelles pistes de lecture. Je pense en particulier à Marc Goldschmit, qui sait donner aux échanges philosophiques l’amitié, la vie et la passion dont ils ont besoin, et à Igor Krtolica, dont la présence et les conseils m’ont toujours été précieux.

5À mes professeurs : à Gilbert Cabasso qui m’a initiée à la philosophie et m’a imprégnée d’une certaine « constellation » littéraire et philosophique, devenue objet d’étude ; à Marc Crépon, qui avait dirigé mon premier mémoire sur Walter Benjamin et m’avait suggéré d’étudier ses textes sur Kafka ; à Gérard Raulet, qui avait dirigé avec enthousiasme et précision mon second mémoire sur Benjamin et Kafka à la Sorbonne ; à Jacques-Olivier Bégot, qui m’avait fait découvrir Benjamin dans son séminaire de la rue d’Ulm, et avait soutenu les premières ébauches de mon « projet de thèse ».

6À tous ceux qui, près de moi au cours de ces quatre années de recherche et d’écriture, ont eu la patience de m’écouter, de me soutenir, et de me relire.

7Merci à Jérémy enfin, de m’avoir chaque jour accompagnée – ce livre est traversé de nos échanges, et pour une grande part, il leur en est redevable.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search