Version classiqueVersion mobile

Les philosophes lisent Kafka

 | 
Léa Veinstein

Partie III. Kafka philosophe ? Métamorphose et animalité

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Michel Surya, Humanimalités, Paris, Éditions Léo Scheer, 2004, p. 36.

« On doit concevoir le rapport entre le savoir et le non-savoir non pas comme un passage ou un saut, mais un glissement ; un glissement dans le vide (une métamorphose)1. »

1Dans la deuxième partie, nous avons voulu aborder chacune des lectures philosophiques de Kafka de façon analytique : nous avons pris le temps de pénétrer leur logique interne, leur structure, et la façon dont chacun des interprètes y affronte la problématique de la métamorphose. Des lignes communes, mais aussi des perspectives de conflits se sont ainsi dessinéesau cours du cheminement – notamment à travers les deux ensembles que nous avons proposé de distinguer. Ce moment d’analyse et de présentation doit ici déboucher sur un questionnement d’ordre critique. Après avoir présenté ces textes, il s’agit de les interroger, et de faire ainsi éclore notre propre interprétation philosophique de Kafka. Ainsi voudrions-nous tenter de répondre aux deux questions qui surgissent à ce stade : ces quatre lectures parviennent-elles, selon nous, à livrer une interprétation philosophique de Kafka (quels problèmes épistémologiques et méthodologiques cela pose-t-il) ? Et comment, à partir de là, proposons-nous notre lecture philosophique de Kafka, en prenant en compte les objections critiques que nous aurons formulées, et en plaçant, à notre tour, la question de la métamorphose au cœur de l’interprétation ?

2L’approche critique que nous allons proposer va se nouer autour de deux pôles problématiques, qui sont apparus comme tels au terme de la deuxième partie. Le second nœud conceptuel autour duquel se construira notre approche critique concerne la notion centrale de métamorphose. Nous avons vu dans la deuxième partie que nos quatre interprètes, bien que de façon différente, la font tous porter sur l’existence (Dasein), sur le sujet, et sur l’homme : c’est eux que la modernité vient bousculer et mettre en crise, comme en témoigne de façon paradigmatique l’œuvre de Kafka. Nous pouvons toutefois nous demander s’ils ne laissent pas de côté la dimension littérale de la notion de métamorphose : chez Kafka, elle concerne en premier lieu, de façon très directe et très concrète, l’animalité qui surgit brutalement au cœur de l’homme. Lorsque Grégoire Samsa, au début de la nouvelle, se réveille métamorphosé « en une véritable vermine », Kafka ne nous livre pas une réflexion sur le bouleversement de la notion de sujet ou d’existence à l’heure de la modernité. Il nous décrit, longuement, précisément, les conséquences de cet état de fait sur le corps de Grégoire, sur sa façon de se mouvoir, sur ce qu’il ressent physiquement lorsqu’il découvre qu’il a, à la place du dos, une carapace :

  • 2 La métamorphose / Die Verwandlung, éd. bilingue, trad. fr. par Claude David, Paris, Gallimard, 1991 (...)

« Il était couché sur son dos, dur comme une carapace [er lag auf seinem panzerartig harten Rücken], et, lorsqu’il levait un peu la tête, il découvrait un ventre brun, bombé, partagé par des indurations en forme d’arc [seinen gewölbten, braunen, von bogenförmigen Versteifungen geteilten Bauch], sur lequel la couverture avait de la peine à tenir et semblait à tout moment près de glisser2. »

3Et le texte nous raconte comment ses parents et sa sœur vont peu à peu chercher à se débarrasser de ce qui n’est qu’un insecte, un parasite.

4Kafka pose la question suivante : que signifie (que produit) le fait que le sujet-humain découvre en lui un animal – et pas seulement un autre, un autre homme, un étranger ? Si notre corpus rencontre cette question, lui tourne autour, il ne semble pas l’affronter – ni tenter, avec Kafka, d’y répondre. Il se heurte à la littéralité de la métamorphose, et à l’animalité qui semble déborder le cadre conceptuel de leurs interprétations. Nous aurons à nous demander pourquoi ils ne parviennent pas à formuler cette question dans sa littéralité. Malgré la métamorphose de la philosophie qu’ils ont à cœur de mettre en mouvement dans leurs interprétations, la distinction fondatrice entre l’homme et l’animal, que Kafka, lui, cherche à renverser, est maintenue – leur questionnement s’y heurte, ou s’y arrête.

Notes

1 Michel Surya, Humanimalités, Paris, Éditions Léo Scheer, 2004, p. 36.

2 La métamorphose / Die Verwandlung, éd. bilingue, trad. fr. par Claude David, Paris, Gallimard, 1991, p. 18.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search