Version classiqueVersion mobile

Les philosophes lisent Kafka

 | 
Léa Veinstein

Partie II. De Walter Benjamin à Günther Anders

1. De Benjamin à Adorno : Kafka ou les mutations de l’espace-temps

Texte intégral

1Le 17 décembre 1934, Adorno adresse une lettre à Benjamin, dont il vient de lire l’essai sur Kafka :

  • 1 Theodor W. Adorno, lettre à Walter Benjamin du 17 décembre 1934, in : Adorno-Benjamin, Correspondan (...)

« En toute hâte – car Felizitas est sur le point de m’enlever l’exemplaire de votre Kafka, que j’ai pu seulement parcourir deux fois – laissez-moi remplir ma promesse en vous disant quelques mots […] Ne le prenez pas pour un manque de modestie, mais je commencerai par dire que je n’ai jamais aussi bien pris conscience qu’ici de notre accord sur les questions centrales de la philosophie [unsere Übereinstimmung in den philosophischen Zentren]1. »

2Si l’on en croit Adorno, c’est donc par l’entremise de Kafka que quelque chose de leur philosophie, de leur façon de penser et d’affronter les « questions centrales », se rejoint. Cela a pour nous deux conséquences : la première est de confirmer l’hypothèse selon laquelle leurs deux interprétations peuvent être lues ensemble, comme formant un dialogue. Cela montre en outre que leurs lectures de Kafka, loin d’être isolées dans leurs œuvres, en sont un point cardinal, où s’articule l’ensemble des questions philosophiques qu’ils se sont donné pour tâche de poser. Cet échange épistolaire de 1934 nous servira de repère, à l’arrière-plan de ce chapitre, pour cerner la singularité de leurs deux lectures, et du dialogue qui les nourrit. Quelles sont ces « questions centrales de la philosophie », sur quoi repose cet accord, et quelles sont donc leurs hypothèses communes au sujet de Kafka ?

3Si l’on poursuit la lecture de la lettre, il semble que l’accord concerne en premier lieu la compréhension de la modernité comme mutation de l’espace-temps :

  • 2 Theodor W. Adorno, lettre à Walter Benjamin du 17 décembre 1934, in : Adorno-Benjamin, Correspondan (...)

« Et si je vous cite ma tentative d’interprétation la plus ancienne de Kafka, remontant à neuf années : à savoir que c’est une photographie de la vie terrestre prise à partir de la perspective du rachat, rien n’apparaissant de cette dernière sur la photographie sauf le coin d’un tissu noir, alors que l’optique de l’image, effroyablement décalée, n’est autre que celle de la caméra elle-même, mise de biais – il n’y aura pas besoin d’en dire davantage sur l’accord en question2. »

4On voit que l’interprétation d’Adorno, qui rejoint celle de Benjamin, concerne la perspective sur le monde que Kafka aurait inventée dans son œuvre, et qui permettrait de regarder celui-ci depuis un lieu extérieur (celui du « rachat »). Il s’agit d’un regard défini par le décalage, la mise de biais, autrement dit : un regard déformé, qui met à jour les transformations du monde. Ainsi le champ lexical de la déformation est-il omniprésent dans cette phrase d’Adorno : l’optique est « effroyablement décalée » (verschoben), la caméra est « mise de biais » (schräg gestellten). Nous voyons donc que l’une des questions communes, en provenance de la philosophie, qu’ils vont tous deux retrouver à travers l’œuvre de Kafka, est bien celle d’un état du monde que l’on doit regarder comme étant en métamorphose, en mouvement, en torsion. C’est pourquoi ils se donnent pour tâche de lire Kafka comme éclair ou instantané (comme l’indique l’image de la photographie, dont on verra qu’elle est présente dans leurs textes) – c’est la philosophie de l’histoire que leurs interprétations mettent en jeu.

5C’est aussi, comme l’explique Adorno dans la phrase suivante de la lettre, une certaine position d’interprétation qui leur est profondément commune. Elle concerne le rejet des deux « grilles de lecture » de Kafka existantes, l’une « naturelle » (la psychanalyse et la psychologie), l’autre « surnaturelle » (la religion). Ce rejet n’est pas pour autant radical, puisque Benjamin et Adorno vont tenter de s’interroger sur la manière proprement kafkaïenne consistant à reprendre (c’est-à-dire : au prisme des mutations) certaines catégories de la théologie, et de la psychologie, mais en en proposant une inversion – ce qui rejoint leur désir d’inverser ces catégories au sein de la philosophie :

  • 3 Ibid.

« [Cet accord] concerne aussi, et dans un sens tout à fait principiel, la position face à la “théologie” […] On pourrait l’appeler une théologie “inversée”. La position récusant simultanément l’interprétation naturelle et surnaturelle, position formulée ici pour la première fois avec tout son tranchant, me semble très exactement la mienne3. »

6 Nous aurons à interroger cette position singulière, présentée comme commune, qui cherche à mettre au jour, avec Kafka, une théologie « inversée » : à nous interroger sur son sens philosophique, et sur son apport quant à la lecture de Kafka. En gardant à l’esprit ces deux pistes communes (la modernité comme mutation de l’espace-temps, et l’inversion des catégories théologiques), nous aurons par ailleurs à nous demander en quoi leurs deux lectures se rejoignent si profondément, et quelles sont les limites de ce recoupement. Pour cela, nous allons maintenant entrer dans l’analyse du corpus benjaminien.

Notes

1 Theodor W. Adorno, lettre à Walter Benjamin du 17 décembre 1934, in : Adorno-Benjamin, Correspondance 1928-1940, trad. fr. par. Philippe Ivernel et Guy Petitdemange, Paris, Gallimard, 2006, p. 76. Benjamin über Kafka, p. 111.

2 Theodor W. Adorno, lettre à Walter Benjamin du 17 décembre 1934, in : Adorno-Benjamin, Correspondance 1928-1940, trad. fr. par Philippe Ivernel et Guy Petitdemange, Paris, Gallimard, 2006, p. 76. Benjamin über Kafka, p. 111.

3 Ibid.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search