Version classiqueVersion mobile

Les philosophes lisent Kafka

 | 
Léa Veinstein

Partie II. De Walter Benjamin à Günther Anders

Quatre lectures philosophiques de Kafka

Texte intégral

  • 1 Benjamin 2000 [1934], p. 430.

« Kafka ne se laisse jamais réduire à de l’interprétable et a, au contraire, pris toutes les dispositions concevables pour faire obstacle à l’interprétation de ses textes. Il faut s’y enfoncer à tâtons, avec prudence, avec méfiance1. »

1Dans la première partie de cet ouvrage, nous avons retracé les conditions dans lesquelles Kafka a surgi au cœur de ce moment de la pensée allemande – ce qui nous a permis, d’une part, de répondre à la question : pourquoi Kafka ? et, d’autre part, de déployer l’hypothèse qui sous-tend ce travail, selon laquelle les lectures de ces quatre philosophes constituent un corpus de textes dont la ligne de force commune se dessine autour de l’idée de métamorphose. Métamorphose de la philosophie qui se construit dès lors à partir de sa confrontation à la littérature, et métamorphose de la métaphysique, c’est-à-dire du sujet et de son rapport au monde au moment où la modernité se découvre comme crise entraînant une série de mutations. Au cours de ce premier temps se sont esquissés les points communs de ces quatre interprétations, notamment à travers le mouvement qui a mené chacun de ces philosophes à rencontrer dans l’œuvre de Kafka la matière d’une expérience personnelle qui se mue, au contact de la philosophie, en une métaphysique de la modernité – c’est-à-dire de l’étrangeté. Les singularités de chacune des lectures, qu’il s’agisse de l’originalité (comprise comme exception et comme origine) de celle de Benjamin, ou de la différence des contextes historiques dans lesquels chaque philosophe a construit son interprétation, sont aussi apparues. Si la fonction de cette première partie [où nous avons posé le cadre de ce qui constitue un « corpus »] nous a conduits à laisser jusqu’ici ces singularités à l’arrière-plan, il est désormais temps de leur faire place, de les identifier, de les analyser – et d’entrer dans la matière propre et singulière de chacun de ces textes, étudiés isolément.

2Nous concevons cette deuxième partie, eu égard à sa position centrale dans l’ouvrage, comme le point cardinal de notre étude, son point d’équilibre. Elle a donc pour fonction de s’arrêter sur chacune des lectures, prises cette fois isolément et étudiées dans leur singularité. La question générale qui la guide est la suivante : comment chacun de ces quatre philosophes lit-il Kafka et met-il en place sa propre lecture philosophique ? Autrement dit, comment chacun de ces textes fonctionne-t-il, et en quoi chacun d’entre eux est-il, dans son économie propre, une rencontre entre Kafka et un philosophe ?

3Les hypothèses de travail qui sous-tendent ce deuxième temps en sa globalité restent les mêmes que celles proposées en première partie : elles concernent la dimension philosophique de ces textes, le fait qu’ils constituent un moment de la pensée allemande où le concept de modernité se construit au contact de l’idée de métamorphose. Mais elles vont ici être mises à l’épreuve selon une perspective différente : non plus seulement collective, mais individuelle. La méthode que nous adopterons ne sera plus génétique, comme dans la première partie où nous retracions les conditions d’un surgissement ; mais analytique. Nous nous donnons vis-à-vis de ces textes quatre objectifs : il s’agit de les commenter, c’est-à-dire de dérouler leur logique interne, leur construction, leurs lignes de force et leurs zones d’ombre. Il s’agit dans le même temps de les interroger, à partir d’une triple question : qu’est-ce que ce texte apporte à la lecture de Kafka ? En quoi déploie-t-il la problématique de la métamorphose ? Comment comprendre son inscription dans la pensée de son auteur ?

4S’il est clair que ces deux premiers objectifs exigent un commentaire de chacun des textes du corpus pris isolément, cela ne doit pas nous faire perdre de vue la problématique du corpus et de l’unité : c’est pourquoi nous proposons de construire cette partie en deux temps distincts, l’un étant constitué des lectures de Benjamin et d’Adorno, l’autre de celles d’Arendt et d’Anders. Ce choix, que nous allons justifier plus loin, nous permettra de maintenir vis-à-vis de ces textes un troisième objectif, qui est de les mettre en perspective et de nous interroger sur les recoupements et divergences à l’intérieur du corpus. L’enjeu en est à la fois philosophique, puisqu’il s’agit de se demander quels champs de pensée sont en jeu dans chacun de ces textes, et monographique, puisque cela implique d’étudier leurs lectures de Kafka au regard de chacune de leurs pensées, dont les préoccupations et les foyers de sens diffèrent sensiblement d’un auteur à l’autre (entre métaphysique, philosophie de l’histoire, anthropologie philosophique, philosophie politique et morale).

5Deux possibilités s’ouvraient à nous pour cette deuxième partie : la première, que nous n’avons pas retenue, aurait consisté en une partie unique, n’ayant comme subdivisions que les quatre chapitres qui correspondraient aux quatre philosophes (nous aurions alors suivi l’ordre chronologique de la publication de leurs études sur Kafka : Benjamin, Arendt, Anders, puis Adorno).

6Mais ce faisant nous risquions de perdre de vue la perspective sur le corpus à partir de la question de la métamorphose. C’est donc pour tenter de mettre au jour une certaine dynamique du corpus que nous avons opté pour la seconde possibilité, qui consiste à maintenir l’arrêt successif sur chacune des lectures, mais en faisant apparaître deux « sous-parties », regroupant chacune deux de nos philosophes. Ce choix ne correspond pas à la chronologie, mais fait apparaître une frontière thématique au sein du corpus. Si les quatre philosophes qui nous occupent abordent Kafka à partir de l’horizon commun de la modernité, s’ils définissent tous Kafka comme un écrivain de la « transformation du monde » et d’une radicale nouveauté en littérature (allant jusqu’à employer les mêmes mots), ils le font toutefois dans un ancrage philosophique différent. Ce sont, à travers leurs lectures de Kafka, deux familles de pensée et deux points de contact différents entre philosophie et littérature qui se dessinent : Benjamin et Adorno d’un côté, Arendt et Anders de l’autre.

7Cette frontière s’est dessinée progressivement au cours de la recherche : elle ne peut apparaître nettement qu’à la lecture attentive de chacun des textes, ainsi que des correspondances. Pour donner à voir cette frontière avant d’entrer dans les commentaires, nous pouvons dire que ce qui la constitue (ce qui différencie ces deux ensembles de textes), ce sont d’une part leurs enjeux philosophiques, et d’autre part le point de vue adopté par les philosophes pour porter un regard sur l’œuvre de Kafka. D’un côté, chez Benjamin et Adorno, Kafka est abordé à partir de la problématique de la modernité comprise comme mutation de l’espace et du temps, mettant au premier plan la philosophie de l’histoire, et concevant l’interprétation comme une « critique » visant à déployer une certaine expérience de la langue. Même si le moment où Benjamin et Adorno écrivent sur Kafka est très différent (rien de moins que la Seconde Guerre mondiale sépare leurs études), on verra que le rapport à l’écrivain et la façon de faire se croiser la philosophie et la littérature qui émanent de leurs textes permettent également leur rassemblement. Kafka leur est très proche, et sa présence dans leurs textes est celle d’un spectre à la présence familière.

8De l’autre côté, chez Arendt et Anders, les enjeux philosophiques d’une lecture de Kafka ainsi que le rapport à l’écrivain sont sensiblement différents. Ils abordent Kafka à partir d’une anthropologie philosophique et d’une réflexion politique. Si la problématique de la modernité comme métamorphose qui se dégage de l’œuvre de Kafka est aussi leur point de départ, ils interrogent plutôt les conséquences de ces mutations. La question qui est la leur peut être formulée comme telle : que reste-t-il de l’homme après ces mutations, et comment peut-il habiter le monde ? L’écrivain, dès lors, n’apparaît plus comme un double du philosophe, mais comme un romancier dévoilant les nouveaux contours du monde, ses « structures cachées ». Kafka est ainsi ramené du côté d’une interrogation pratique sur l’homme et son rapport au monde. En outre, leurs lectures s’inscrivent dans une perspective plus distante à l’égard de Kafka : ils se considèrent plus comme ses héritiers que comme ses contemporains, et analysent autant la réception de Kafka que sa lecture première.

9Cette frontière nous ramène à la double définition de la métamorphose kafkaïenne : dans la première partie du corpus, elle est présente comme processus donnant lieu à des mutations en train de se produire, et qui affectent le sujet et le langage (Benjamin et Adorno) ; alors que dans la seconde, elle est présente sous la forme d’un état ou d’un résultat : l’homme est métamorphosé [comme dans la première phrase du récit de Kafka], il s’agit alors de décrire les conséquences de cette métamorphose (sur le sujet, son rapport au monde), dans l’après-coup (Arendt et Anders). Nous verrons en quoi cela engage de facto un rapport différent à la prose kafkaïenne.

Notes

1 Benjamin 2000 [1934], p. 430.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search