Version classiqueVersion mobile

Les philosophes lisent Kafka

 | 
Léa Veinstein

Partie I. Pourquoi Kafka ?

Avant-propos

Texte intégral

  • 1 Theodor W. Adorno, Stichworte [1969], in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellsc (...)

« Penser philosophiquement, c’est aussi penser
les intermittences, c’est se laisser déranger par ce qui n’est
pas la pensée elle-même1. »

  • 2 Anders (1990), p. 10.

1La première question que nous pose le sujet même de cette étude, et le regard porté sur le corpus qui nous occupe, doit dès à présent être posée : pourquoi ces quatre philosophes ont-ils, non pas seulement lu Kafka, mais fait quelque chose de cette lecture, et quelque chose de proprement philosophique ? Pourquoi avoir passé sur cette œuvre un temps qui fut, pour chacun d’entre eux, long et relativement coûteux, et comment se fait-il que l’interprétation de Kafka se soit imposée à eux comme une nécessité ? Günther Anders le formule avec une simplicité frappante : « Le difficile, pour nous […], était de ne pas écrire sur Kafka2. »

Notes

1 Theodor W. Adorno, Stichworte [1969], in : Gesammelte Schriften, t. X-2 : Kulturkritik und Gesellschaft, Stichworte : Kritische Modelle 2, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 1998, p. 16.

2 Anders (1990), p. 10.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search