Version classiqueVersion mobile

La parure

 | 
Georg Simmel

Psychologie de la parure

Traduction de Florence Vinas

Texte intégral

1Dans le désir qu’a l’être humain de plaire à son entourage, on trouve, entrelacées, les tendances contradictoires dont l’action combinée compose, d’une manière générale, toute relation entre individus : il y a dans ce désir une part généreuse, le souhait de procurer de la joie à l’autre ; mais aussi, accompagnant le premier, le souhait que cette joie, ce « plaisir qu’on procure » nous revienne sous forme de reconnaissance et de considération et soit mis, en tant que valeur, au crédit de notre personnalité. Et ce besoin va si loin qu’il contredit totalement le désintéressement initial du vouloir-plaire : par le biais de ce plaisir que l’on donne on veut précisément se distinguer aux yeux des autres, on veut être l’objet d’une attention qui n’échoit pas aux autres – et même être envié. Plaire est ici un moyen pour qui veut exercer son pouvoir ; on peut observer à ce propos, dans certaines âmes, cette étonnante contradiction qui fait qu’elles ont précisément besoin des individus qu’elles dépassent par leur être et par leur action pour asseoir leur propre assurance sur la conscience que ces individus ont de leur être subordonnés. Ces diverses motivations entrent dans des combinaisons propres au phénomène de la parure et, se présentant tout à la fois sous leur aspect interne et externe, permettent d’en comprendre le sens. Car ce sens est de mettre en valeur la personnalité, de mettre en relief ce qu’elle a d’excellent de quelque manière que ce soit, mais non par une démonstration directe de puissance, non par quelque chose qui contraint l’autre de l’extérieur, seulement par le plaisir qui est suscité en lui et qui par là même contient quelque élément de libre volonté. On se pare pour soi et cela se peut seulement lorsqu’on se pare pour autrui. C’est là une des combinaisons sociologiques les plus remarquables : un acte fait exclusivement pour mettre en valeur son agent et en accroître l’importance n’atteint son but qu’en offrant à autrui un spectacle agréable et en prenant le détour d’une espèce de gratitude exprimée par cet autre. Car même être jaloux de la parure d’autrui ne s’explique pas autrement que par le désir du jaloux de gagner pour lui-même la même reconnaissance et la même admiration, et sa jalousie prouve justement à quel point ces valeurs sont liées pour lui à la parure. Si le jaune est la couleur symbolique de la jalousie, c’est lié au jaune de l’or : l’or est ce qui resplendit, ce qui est beau, dont la vue cause du plaisir – mais un plaisir pour ainsi dire objectif, qui se transpose en plaisir subjectif dans la volonté de possession et l’envie. La parure est tout bonnement l’égoïsme, dans la mesure où elle fait ressortir celui qui la porte. Elle porte et accroît son amour-propre au détriment des autres (car la même parure pour tous ne parerait pas l’individu). Elle est en même temps l’altruisme, qui donne justement à ces autres le plaisir qu’il procure – tandis que le possesseur lui-même ne peut en jouir que dans l’instant où il se regarde dans le miroir – et c’est d’abord le reflet de ce don qui confère à la parure sa valeur. Les tendances diverses de la vie, que la réalité confronte ou oppose, se révèlent être, dès qu’il y a mise en forme esthétique, intimement apparentées ; de même, dans le domaine sociologique des influences réciproques entre individus, dans cette arène où s’affrontent en tout homme l’être-pour-soi et l’être-pour-les-autres, la forme esthétique qu’est la parure représente un point où ces deux tendances opposées entrent dans une relation d’interdépendance, chacune étant tantôt fin, tantôt moyen.

2La parure accroît ou bien élargit l’effet de la personnalité, dans la mesure où elle agit pour ainsi dire comme un rayonnement de celle-ci. C’est pourquoi les métaux brillants et les pierres précieuses ont été depuis toujours sa substance, et sont « parure » au sens strict, davantage que l’habillement et la coiffure, qui pourtant « parent » aussi. On peut parler d’une radioactivité de l’être humain : autour de chacun il y a pour ainsi dire une plus ou moins grande sphère de valeur rayonnant à partir de lui, dans laquelle toute autre personne, qui a affaire avec lui, s’immerge – une sphère en laquelle des éléments physiques et spirituels s’entremêlent de manière inextricable. Les influences perceptibles par les sens, qui émanent d’un être et agissent sur son entourage, sont de quelque manière que ce soit les supports d’une fulguration spirituelle ; et elles agissent comme les symboles d’une telle fulguration même là où elles ne sont en fait qu’extérieures, où ce n’est pas véritablement la personnalité, avec sa puissance de suggestion ou sa valeur, qui passe à travers elles. Les rayonnements de la parure, l’attention sensuelle qu’elle suscite, confèrent à la personnalité une telle extension, voire même un tel accroissement de sa sphère, qu’elle est pour ainsi dire plus lorsqu’elle est parée. Comme, généralement, la parure est en même temps un objet d’une valeur importante, elle représente de ce fait une synthèse de l’avoir et de l’être des sujets ; par elle, la pure possession se change en un moyen de rendre l’individu sensiblement et fortement présent – encore que l’importance de telles significations attribuées à la parure ait tendance à devenir imperceptible, du fait de sa banalisation moderne, et à ne plus paraître de façon évidente que dans la parure des princes et des millionnaires. Pour le vêtement de tous les jours, ce n’est pas le cas, parce qu’il n’est perçu ni du côté de l’avoir ni de celui de l’être en tant que caractérisation individuelle ; d’abord le vêtement paré et au plus haut point les joyaux, qui paraissent rassembler sur un point de dimension réduite la valeur et l’importance de leur rayonnement, font que l’avoir de la personnalité devient une qualité visible de son être. Et tout cela non pas en dépit du caractère « superflu » de la parure, mais justement du fait même de ce caractère. L’immédiatement nécessaire est lié plus étroitement à l’homme, il entoure son être d’une périphérie plus proche. Le superflu « dé-borde », c’est-à-dire qu’il s’éloigne en s’écoulant de son point de départ, mais cependant comme il reste attaché à celui-ci, il instaure autour du cercle de la simple nécessité un autre cercle plus vaste qui est par essence illimité. Le superflu ne contient par définition aucune mesure ; la liberté et le caractère princier de notre être augmentent avec le degré de superfluité de ce que notre avoir nous permet d’ajouter à notre personne, parce qu’il n’y a plus de structure donnée du type de celle qui désigne l’indispensable comme tel, pour imposer à notre être la moindre loi limitative.

3Cette signification de la parure en tant que rayonnement de l’être humain, en tant que témoignage du fait que l’être humain ne s’achève pas avec la limite géométrique de son corps – fait apparaître le diamant comme la parure la plus appropriée, la parure par excellence. Car il est lui-même pour ainsi dire sans corps ; l’effet qu’il produit ne réside que dans les rayons qu’il diffuse, sans qu’il soit rattaché à une substance colorée qui séduit et attire l’attention par elle-même, comme c’est le cas pour le saphir ou l’émeraude. C’est pourquoi on a lié la valeur du diamant à sa transparence, à son eau. Parce que ce qui constitue la parure, le rayonnement, n’est porté dans le cas du diamant par aucune matière qui fasse de l’effet par elle-même, c’est lui qui épouse l’individu de la façon la plus parfaite, lui confère de la façon la plus désintéressée son pouvoir de rayonnement. Dans la mesure où le rayonnement de la pierre précieuse paraît aller vers l’autre comme l’éclair du regard que l’œil lance vers l’autre, c’est en lui que réside la signification sociale de la parure – son être-pour-autrui, qui en tant qu’élargissement de la sphère d’importance du sujet retourne à celui-ci.

4Mais cette accentuation de la personnalité se réalise justement par l’intermédiaire d’un trait d’impersonnalité. Tout ce qui, de façon générale, s pare » l’être humain, prend place sur une échelle de degrés, selon la façon plus ou moins étroite dont la parure est liée à la personnalité physique. La parure la plus étroitement liée au corps est caractéristique des peuplades primitives : c’est le tatouage. L’extrême opposé, c’est la parure de métal ou de pierre, qui n’est absolument pas liée à un individu et que chacun peut mettre. Entre les deux il y a le vêtement – qui certes n’est pas aussi inéchangeable et personnel que le tatouage, mais qui est tout de même plus lié à l’individu et moins détachable de lui que la « parure » à proprement parler. Mais c’est précisément dans l’impersonnalité de celle-ci que réside son élégance. Alors que la pierre et le métal sont entièrement clos sur eux-mêmes, ne désignant aucune individualité précise et non modifiables du fait de leur dureté, ils sont malgré tout forcés de servir une personnalité : là est précisément l’attrait le plus subtil de la parure. L’élégance véritable évite l’individualisation extrême, elle instaure toujours une sphère de généralité, de stylisation, pour ainsi dire d’abstraction autour de l’individu – ce qui n’empêche évidemment pas les raffinements par lesquels ce caractère général se lie à la personnalité. Que de nouveaux vêtements créent un effet particulièrement élégant, réside dans le fait qu’ils sont encore « empesés », c’est-à-dire qu’ils n’épousent pas encore toutes les modifications du corps individuel aussi bien que des vêtements qui sont portés depuis plus longtemps, déjà déformés et froissés par les mouvements propres à celui qui les porte et dont ils trahissent par là plus parfaitement l’individu alité. Cet aspect de « neuf », le fait que le vêtement n’a pas été modifié par l’individualité caractérise au plus haut point le propre de la parure de métal : elle est toujours neuve, elle se tient, froidement intacte, au-dessus de la singularité et du destin de celui qui la porte, ce qui n’est absolument pas le cas du vêtement. Un vêtement porté depuis longtemps semble ne faire qu’un avec le corps, il a une intimité, qui s’oppose totalement à ce qui fait l’élégance. Car l’élégance est quelque chose « pour les autres », est un concept social, qui tire sa valeur de la reconnaissance générale.

5Pour que la parure puisse élargir l’individu par quelque chose qui dépasse l’individuel, qui rayonne vers tous et est reçu et apprécié de tous, elle doit, en plus du simple effet de son matériau, avoir du style. Le style est toujours quelque chose de général, qui fait entrer les contenus de l’existence et de l’activité d’un seul individu dans une forme partagée par beaucoup et accessible à beaucoup. Dans le cas de l’œuvre d’art proprement dite on est d’autant moins intéressé par son style que l’unicité personnelle et la vie subjective, qui s’expriment en elle sont grands ; car elle fait appel aussi à ce qu’il y a de personnel chez le spectateur ; il est pour ainsi dire seul au monde avec l’œuvre d’art. Au contraire, pour tout ce que nous appelons arts décoratifs, pour ce qui, du fait de sa vocation utilitaire, s’adresse à une multitude de gens, nous réclamons une configuration générale, typique ; dans ces objets ne doit pas seulement s’exprimer une âme fondée sur son caractère unique, mais une manière de penser et un état d’esprit larges, attentifs à l’histoire ou à la société, qui rendent possible leur inscription dans les façons de vivre d’un très grand nombre d’individus. L’œuvre d’art est quelque chose pour elle-même, l’objet d’art industriel est quelque chose pour nous, le sens de celle-là est dans un resserrement qui fait accéder à un centre unique dans sa singularité, le sens de celui-ci est dans un élargissement vers l’accessibilité générale et la reconnaissance pratique. C’est la plus grave des erreurs de penser que la parure doive être une œuvre d’art individuelle, alors que sa fonction est toujours de parer un individu. C’est exactement le contraire : parce qu’elle doit servir l’individu, elle ne doit pas être elle-même d’essence individuelle, pas plus qu’un meuble sur lequel nous nous asseyons ou les couverts que nous utilisons ne doivent être des œuvres d’art individuelles. Bien plus, tout ce qui occupe la sphère d’existence élargie entourant l’individu – au contraire de l’œuvre d’art, qui n’est absolument pas incorporée à une autre vie, mais qui est un monde se suffisant à lui-même – doit entourer l’individu comme des sphères concentriques de plus en plus larges, qui conduisent à lui ou dont il est le point de départ. Ce renoncement à l’individualisation extrême, cette généralisation par delà l’unicité de l’être personnel, mais qui a malgré tout l’individuel comme base ou comme centre de rayonnement ou intègre l’individuel comme dans un courant largement répandu, telle est l’essence de la stylisation ; c’est de cet instinct qu’est sortie la parure, dans un effort de stylisation toujours assez poussé. Lorsqu’on fait maintenant le reproche aux admirables pièces de Lalique, de n’être pas faites pour être véritablement portées, la raison profonde en est bien qu’elles sont des produits artistiquement individualisés, qui ne peuvent plus s’adapter à un individu et former pour ainsi dire avec lui un système, une unité ; car ce n’est que de l’association organique du personnel et du général, du centre et de la périphérie que peut résulter une telle unité, tandis qu’une parure de Lalique, par son caractère unique, est l’exact opposé de la stylisation. Étant donné que l’âme de l’artiste dans toute son impulsivité et toutes ses bizarreries, dans ses enthousiasmes et ses aspects inavoués est investie dans ces pièces ornementales, elles ne sont pas aptes à orner une personne autre, elles entrent dans une concurrence inappropriée avec l’individualité de cette personne, altèrent le délicat équilibre entre ce qui appartient à l’individu et ce qui ne lui appartient pas, équilibre dans lequel réside l’essence psychologique de la parure.

6Par delà la stylisation formelle de la parure, le ressort matériel de sa finalité sociale est cet éclat de la parure par lequel celui qui la porte apparaît comme le centre d’une sphère de rayonnement dans laquelle sont inclus tous ceux qui sont à proximité, tous les regards qui se portent sur elle. Les rayons de ce cercle marquent d’un côté la distance que la parure établit entre les hommes : j’ai quelque chose que tu n’as pas. d’un autre côté ils permettent non seulement à l’autre d’être un participant, mais encore ils brillent justement dans sa direction, ils n’existent effectivement que pour lui. Par son matériau la parure marque à la fois la distance et la connivence. C’est pourquoi elle est spécialement au service de la vanité, qui a besoin des autres pour pouvoir les mépriser. Là réside la profonde différence entre vanité et fierté orgueilleuse : car la conscience de soi qu’a l’orgueil ne réside au fond qu’en lui-même, il méprise généralement quelque « parure » que ce soit. Là dessus se greffe dans le même sens la signification de la matière « authentique ». L’attrait de « l’authentique », dans tous les sens du terme, réside dans ce qu’il est plus que son apparence immédiate, qu’il partage avec sa copie. Ainsi il n’est pas, comme celle-ci quelque chose d’isolé, mais il a des racines et un fondement qui dépassent sa simple apparence, alors que le faux n’est que ce que l’on y voit momentanément. Ainsi l’homme « authentique » est celui auquel on peut se fier, même lorsqu’on ne l’a pas sous les yeux. Ce plus-que-l’apparence est pour la parure sa valeur ; car celle-ci n’est pas visible dans la parure, elle est quelque chose qui, à l’opposé de l’habile contrefaçon, s’ajoute à son apparence. Étant donné alors que cette valeur est toujours réalisable, est reconnue de tous, possède un caractère relativement intemporel, la parure est estimée selon des critères qui sont au-delà du contingent, du personnel. La parure en toc, la quincaillerie est ce qu’elle offre momentanément à celui qui la porte ; la parure authentique possède une valeur qui dépasse celui qui la porte, elle prend racine dans les notions qu’a de la valeur l’ensemble d’une société et elle s’y ramifie. Voilà pourquoi l’attrait et l’accent qu’elle confère à l’individu qui la porte, tirent une nourriture de ce sol supra individuel ; sa valeur esthétique, qui ici est bien aussi une valeur « pour les autres », devient donc grâce à l’authenticité le symbole d’un jugement général et en fin de compte de l’appartenance à un système social de valeur.

7Dans la France médiévale, il y eut à une époque un édit selon lequel le port d’une parure d’or était interdit à toutes les personnes au-dessous d’un certain rang. De manière très évidente s’exprime ici la combinaison qui porte l’essence tout entière de la parure : en elle l’accentuation sociologique et l’accentuation esthétique de la personnalité se rassemblent comme dans un foyer, l’être-pour-soi et l’être-pour-les-autres deviennent alternativement cause et effet. Car la mise en évidence esthétique, le droit qu’a chacun d’être attirant et de plaire ne doit pas dépasser les limites définies par la sphère d’importance sociale où se meut l’individu ; et par la parure justement l’individu ajoute à l’attrait que le fait d’être paré apporte à son apparence purement individuelle un attrait sociologique – celui d’être par la parure un représentant de son groupe et d’être « paré » de toute l’importance de ce groupe. On pourrait dire que les mêmes rayons, qui émanant de l’individu ont pour effet d’élargir sa sphère d’influence, lui renvoient aussi sa signification sociale symbolisée par cette parure ; la parure apparaît ici comme le moyen de transformer la puissance ou la dignité sociale afin de mettre en évidence de façon frappante une personne.

8Enfin, les tendances centripètes et centrifuges contenues dans la parure convergent dans une configuration particulière lorsqu’on nous apprend que dans les peuplades primitives la propriété privée apparaît pour les femmes plus tard que celle des hommes et concerne d’abord et souvent exclusivement la parure. Le fait que la possession personnelle pour les hommes commence généralement par la possession des armes révèle la nature active, agressive de l’homme, qui élargit la sphère de sa personnalité sans attendre la volonté des autres. Pour la nature plus passive des femmes, cet effet – qui est, en dépit des différences extérieures, le même d’un point de vue formel – est davantage lié au bon vouloir des autres. Chaque propriété est extension de la personnalité, ma propriété est ce qui obéit à ma volonté, c’est-à-dire ce dans quoi mon Moi s’exprime et se réalise extérieurement. Cela se produit de la façon la plus immédiate et de la manière la plus complète dans tout ce qui touche notre corps, et c’est pourquoi il est notre première propriété, la plus absolue. Avec le corps paré nous possédons davantage : nous sommes pour ainsi dire maîtres de quelque chose de plus vaste et de plus majestueux lorsque nous disposons d’un corps paré. Et donc il faut voir une signification profonde dans le fait que spécialement la parure devienne la possession d’un seul parce qu’elle a pour effet cet élargissement de notre moi, cet agrandissement de la sphère qui nous entoure, que nous emplissons de notre personnalité et qui est constituée par le plaisir et l’attention de notre entourage – cet entourage qui passe devant la personne moins parée, et pour cette raison en quelque sorte moins étendue, sans lui prêter attention, sans être attiré dans son périmètre. Le fait que dans ces états primitifs de la société, dont nous avons parlé plus haut, ce que les femmes possèdent de plus remarquable est justement ce qui dans son essence n’est là que pour les autres et permet à celui qui le porte d’augmenter son importance et sa valeur par la reconnaissance d’autrui qu’il en a en retour, ce fait met bien en évidence une fois de plus le principe fondamental de la parure. Pour ce qui est des grandes tendances complémentaires et antagonistes de l’âme et de la société, à savoir l’élévation que le moi connaît par le fait qu’on est là pour les autres et que l’être-là-pour-les-autres connaît par le fait qu’on accentue et que l’on agrandit son moi propre, la parure a créé dans la forme de l’esthétique une synthèse qui lui est particulière ; tandis que cette forme en soi et pour soi se place au-dessus des tendances humaines individuelles caractérisées par leurs contradictions, ces aspirations trouvent en elle non seulement une façon de cohabiter sans heurts mais surtout elles y trouvent cette structure réciproque qui en, étant comme le présage et le garant d’une unité métaphysique plus profonde, s’élève au-dessus de leurs apparentes contradictions.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search