Version classiqueVersion mobile

La parure

 | 
Georg Simmel

La fidélité

Essai de socio-psychologie

Traduction de Philippe Marty

Texte intégral

1Sans le phénomène que nous appelons fidélité, la société, sous la forme où elle existe effectivement, n’aurait aucun moyen de subsister avec une durée quelconque. Les facteurs qui la conservent et la maintiennent : intérêt propre de ses éléments, persuasion, contrainte, idéalisme, habitude mécanique et sentiment du devoir, amour et paresse – ces facteurs ne sauraient la préserver de la décomposition, s’ils n’étaient tous complétés par le facteur de la fidélité.

2C’est un fait de la plus grande portée sociologique que d’innombrables relations persistent et demeurent inchangées dans leur structure, même lorsqu’a disparu le sentiment ou la motivation pratique qui les avait produites à l’origine. Cette incontestable vérité selon laquelle détruire est plus facile que bâtir, n’est pas toujours absolument valable quand il s’agit de certains rapports humains. Certes, pour que naisse une relation, un certain nombre de conditions positives et négatives est nécessaire ; l’absence d’une seule de ces conditions empêche a priori l’apparition de la relation. En revanche, une fois apparue, il n’est pas du tout assuré qu’elle soit détruite par la disparition après coup d’une de ces conditions sans lesquelles auparavant elle n’aurait pu se former. Ainsi, une relation érotique, fondée sur la beauté physique, peut très bien survivre à la beauté évanouie et changée en laideur. Ce qu’on a dit des États, à savoir que les mêmes moyens qui les ont fondés leur permettent aussi de se maintenir, n’est vrai que très partiellement et ne peut guère être regardé comme un principe constant qui présiderait, de façon générale, à la constitution des sociétés. Bien plutôt, le lien sociologique, une fois constitué et quelle qu’en soit l’origine, développe une aptitude à l’auto-conservation, au maintien autonome de sa forme, indépendamment des motifs qui au départ ont fait se lier les éléments. Sans cette capacité à perdurer que possèdent, une fois qu’elles sont en place, les cellules de sociabilité, la société dans son ensemble se déferait à tout instant ou bien se trouverait transformée d’incalculable façon. D’un point de vue psychologique, la conservation d’une forme en tant qu’unité est due à plusieurs facteurs, intellectuels et pratiques, positifs et négatifs. La fidélité est, dans cet ensemble de facteurs, celui qui se fonde sur le sentiment, ou encore : elle est la forme sentimentale que prennent ces facteurs, leur projection sur le plan du sentiment. Aux relations naissantes qui s’engagent entre les individus, correspond, chez eux, un sentiment spécifique s’appliquant proprement à la relation, un intérêt, une impulsion. S’il advient que la relation se poursuive et dure, apparaît alors, interagissant avec la poursuite et la persistance de la relation, un sentiment particulier, ou bien encore : la situation psychique originelle et fondatrice se métamorphose (pas toujours certes, mais dans bien des cas) de façon à faire apparaître une forme particulière que nous appelons la fidélité et qui est, sur le plan psychologique, une sorte de bassin collecteur ou encore la forme globale ou unitaire rassemblant les intérêts et les affects les plus divers, les motifs les plus variés qu’on a de se lier ; par-delà la diversité de leur origine, ces motivations acquièrent, sous la forme de la fidélité, un certain équilibre qui, naturellement, favorise la persistance de ce sentiment dans le temps. Ce dont je veux parler donc, ce n’est donc pas ce qu’on appelle amour fidèle, attachement fidèle, etc., et qui désigne un mode particulier ou une quantité mesurable dans le temps d’un sentiment par ailleurs déjà défini ; j’entends par fidélité un état psychique propre, s’attachant à la persistance même de la relation et indépendant de son contenu, du sentiment ou de la volonté qui la portent.

3Il faut, à propos d’un grand nombre de relations ou de liens qui unissent les hommes entre eux, s’attendre – c’est d’ailleurs de façon générale une des conditions de l’existence de la société – à ce que la simple habitude d’être ensemble et le simple fait qu’une relation acquiert une certaine durée, fassent conclure, par induction, à la présence du sentiment. Voilà qui élargit le concept de fidélité et introduit un facteur très important : la situation sociologique telle qu’elle existe de façon extérieure – le fait d’être ensemble – coopte en quelque sorte les sentiments qui lui correspondent de façon spécifique, alors que ces sentiments n’étaient pas présents au départ et ne comptent pas parmi les causes qui ont fondé la relation. Le mécanisme de la fidélité agit ici, pourrait-on dire, à reculons. Les motifs psychiques, qui font qu’une relation se noue, rendent possible, à l’égard de cette relation, le sentiment de fidélité, ou bien se transforment en ce sentiment. Si maintenant une relation – pour de quelconques raisons extérieures, ou du moins pour des raisons d’ordre psychique étrangères à son sens – s’est mise en place sans motifs profonds, alors apparaîtra, vis-à-vis de cette relation, une fidélité qui à son tour produira et développera les états sentimentaux plus profonds adéquats à cette relation, laquelle sera en quelque sorte légitimée per subsequens matrimonium animarum. en disant souvent, à propos des mariages faits par convention ou pour des raisons purement extérieures, que l’amour vient avec le mariage – la sagesse commune, effectivement, n’est pas toujours dans l’erreur. Une fois que la continuité de la relation a trouvé son corrélat psychologique dans la fidélité, cette dernière à son tour finit par entrainer aussi les affects, les intérêts du cœur, les liens profonds, qui, au lieu de prendre place, de façon logique pourrait-on dire, au début de la relation, se manifestent comme son résultat final – processus qui n’est rendu possible que par l’intermédiaire de la fidélité.

  • 1 Philine adresse ces mots à Wilhelm dans La vocation théatrale de Wilhelm Meister, de Goethe (N.d.T.(...)

4Du seul point de vue de sa structure interne, la fidélité peut déjà être regardée comme un affect d’ordre sociologique. D’autres sentiments ont beau lier entre eux les êtres, ils ont malgré tout un caractère plus solipsiste. Et même l’amour, l’amitié, le patriotisme, le sentiment du devoir social se fondent à l’origine sur un affect qui se produit et réside dans le sujet même et est immanent au sujet, comme cela apparaît, de la façon la plus frappante peut-être, dans le mot de Philine1 : « Si je t’aime, en quoi est-ce que cela te regarde ? » Ici, donc, les affects, malgré leur importance sociologique infinie, demeurent avant tout des états du sujet. Certes, ils ne se produisent que par l’action d’autres individus ou groupes, mais ils apparaissent avant que cette action se soit changée en interaction ; tout au moins, même s’ils sont dirigés vers d’autres êtres, la relation à ces êtres n’est pas nécessairement leur condition ou leur contenu réel. Là est précisément le sens de la fidélité (du moins de celle dont nous parlons ici, l’usage de la langue lui donnant encore d’autres significations) ; elle est le mot désignant ce sentiment particulier qui ne s’attache pas à la possession de l’autre comme d’un bien qui comblerait l’être sentant, qui ne vise pas non plus le bien-être de l’autre et n’en fait pas une valeur objective opposable au sujet, mais qui recherche la Conservation et le maintien de la relation à l’autre ; elle ne fonde pas cette relation et, par conséquent, ne peut être, comme tous les affects désignés plus haut, pré-sociologique, mais parcourt de son flux la relation une fois qu’elle a été fondée, maintenant ses éléments accrochés l’un à l’autre ; elle est la face interne de la relation dans sa capacité à s’auto-conserver. Ce caractère spécifique et proprement sociologique de la fidélité est peut-être à mettre en relation avec le fait que, davantage que nos autres sentiments, qui nous tombent dessus comme la pluie et les rayons du soleil sans que notre volonté puisse commander à leur venue et à leur départ – la fidélité est accessible à nos résolutions morales, qu’un manquement à la fidélité est pour nous un reproche plus grave que l’absence d’amour ou de sentiment civique (au-delà de leurs manifestations uniquement commandées par le devoir).

5Mais cette importance sociologique particulière de la fidélité lui fait jouer aussi un rôle unificateur dans un dualisme tout à fait fondamental affectant la forme principale de toute sociabilisation. Ce dualisme est le suivant : une relation, qui est un procès vital fluctuant, perpétuellement en devenir, prend extérieurement une forme relativement stable ; les formes sociologiques que prennent la façon d’entretenir des relations, l’effort pour constituer un tout unifié, la représentation vers l’extérieur – ne peuvent jamais se mouler exactement sur les fluctuations internes de la relation, c’est-à-dire celles affectant, à l’intérieur de chaque individu, les processus ayant l’autre pour objet ; les deux niveaux ont leur propre rythme de développement, ou bien la forme extérieure se caractérise souvent aussi par le fait qu’elle ne se développe pas à proprement parler. La norme extérieure la plus forte permettant de fixer des relations intérieurement labiles est évidemment la norme juridique : l’institution du mariage s’opposant de façon inflexible aux fluctuations d’une relation personnelle ; le contrat entre deux associés qui fait deux parts égales des gains de l’entreprise même s’il apparaît rapidement que l’un des deux associés fait tout le travail tandis que l’autre ne fait rien ; l’appartenance à une communauté municipale ou religieuse qui devient étrangère ou antipathique aux individus. Mais au-delà même de tels cas très visibles, on peut observer de façon très précise comment les relations entre individus (et aussi entre groupes), dans leur développement progressif, tendent d’emblée à consolider leur forme extérieure, et comment la forme prise constitue ensuite un précédent plus ou moins rigide commandant la suite de la relation ; ainsi les relations sont hors d’état de s’adapter au caractère vibrant et vivant, aux fluctuations plus ou moins sensibles d’un échange concret. Tout cela, au reste, ne fait que répéter la contradiction habitant chaque individu. La vie intérieure – que nous éprouvons comme un flux, un procès perpétuel, un incessant va-et-vient des pensées et des états d’âme – se cristallise pour nous-mêmes sous en formules et en directions toutes fixées, souvent par le simple fait de traduire ce flux en mots. Il se peut que cette fixation ne conduise que rarement à des inadéquations concrètes, précisément perceptibles ; et on peut avoir la chance, dans certains cas, que la forme extérieure fixe représente le point central ou le centre de gravité à partir duquel la vie oscille avec régularité, atteignant tantôt l’un, tantôt l’autre côté – il reste cependant l’opposition fondamentale, formelle, entre le flux, la mobilité essentielle de la vie psychique subjective et le pouvoir de ses formes, qui expriment et figurent, non pas un idéal qui s’opposerait à la réalité qu’est la vie psychique, mais précisément cette vie même. Étant donné que les formes extérieures, dans la vie individuelle comme dans celle de la société, ne sont pas mouvantes, à la différence de l’évolution intérieure, mais au contraire restent toujours fixées pour un certain temps, elles sont nécessairement soit en avance, soit en retard sur cette réalité intérieure. C’est précisément au moment où des formes dépassées sont brisées par la vie dont le pouls bat sous leur écorce, que s’effectue pour ainsi dire un mouvement de balancier qui fait passer d’un extrême à l’autre et produit des formes qui dépassent cette vie réelle et ne sont pas encore complètement remplies par elle. Les exemples ne manquent pas, à commencer par les relations d’ordre tout à fait personnel : il arrive souvent que le vous entre amis soit ressenti depuis longtemps, comme une forme gourmée peu adaptée au caractère chaleureux de la relation, et que le tu soit ensuite éprouvé, non moins souvent, comme allant un tout petit peu trop loin, comme l’anticipation d’une intimité complète qu’il s’agit cependant encore de conquérir. Même chose sur le plan politique : il arrive que des changements de constitution remplacent des formes dépassées, qui n’étaient plus qu’un intolérable carcan, par des formes libérales et plus larges, sans que la réalité des forces politiques et économiques soit déjà mûre pour ces nouvelles formes, un cadre provisoirement trop grand en remplaçant ainsi un autre qui était trop étroit. Vis-à-vis de cette structure de la vie sociale, la fidélité, dans le sens que nous développons ici, a la fonction suivante : avec elle, l’intériorité personnelle et mouvante arrive à prendre effectivement le caractère de la forme fixée et stable qui est celle de la relation ; cette rigidité d’ordre sociologique qui se maintient par-delà la vie immédiate et son rythme subjectif est devenue ici le contenu véritable de la vie subjective dans ses motivations affectives. Si l’on fait abstraction des innombrables modifications, bifurcations et intrications qui caractérisent les destins réels et concrets, la fidélité est le pont joignant et réconciliant les termes de ce dualisme profond, fondamental qui crée un fossé entre la forme vitale qui est celle de l’intériorité individuelle, et la forme que revêt la sociabilisation, laquelle cependant a la première pour soubassement ; la fidélité est, pour l’âme vivant sans contraintes sa vie mouvante comme un flux continuel, cet état où l’âme parvient à intérioriser et à intégrer la stabilité de la forme propre à la relation supra-individuelle, où elle accueille, comme possédant un sens et une valeur, et où elle fait entrer dans la vie réellement vécue un contenu dont la forme est nécessairement – bien qu’elle ait créé elle-même ce contenu – en contradiction avec le rythme ou l’arythmie de la vie réelle.

Notes

1 Philine adresse ces mots à Wilhelm dans La vocation théatrale de Wilhelm Meister, de Goethe (N.d.T.).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2019

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search