Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Troisième partie. Transferts et réécritures

L’essai chez Lorand Gaspar

Une médiation entre sciences et poésie

Patrick Née

Texte intégral

1Je fonderai mon propos sur trois des essais du grand poète d’origine hongroise mais d’expression française Lorand Gaspar (né en 1925), Approche de la parole (1978), Feuilles d’observation (1986) et Apprentissage (1994), qui forment une sorte de trilogie dans son œuvre. J’aurai à cœur de dégager la catégorie fondatrice pour lui du continuum unissant toutes les manifestations du « vivant », tout en devant faire à ce sujet – faute de place – des choix sévères. Aussi ne parlerai-je pas de son affirmation d’un « corps-esprit » venu pour lui tout droit de son intérêt pour le Tch’an extrême-oriental, puis de sa lecture approfondie de Spinoza ; ni du tissage de sa parole poétique aux principes métaphysiques qu’il a élus à partir de Démocrite relayé par Lucrèce, puis de Diderot ; ni du principe de continuité créatrice entre inconscient et conscience ; ni de sa conception de l’art et de la beauté comme mise en perspective d’une transcendance dans l’immanence, faisant de lui (il n’est pas le seul dans sa génération) un réaliste anti-idéaliste doublé d’un spiritualiste athée.

Du côté des sciences

  • 1 Voir l’« Essai d’autobiographie inédit », in Sol absolu et autres textes : « En 1943, j’ai été admi (...)
  • 2 Voir dans Apprentissage : « La première fois que le problème de légitimité de l’écriture (au sein d (...)

2Je me concentrerai sur la possibilité que lui a offerte la forme-essai de tisser plus qu’un dialogue entre sa pratique de la poésie et les sciences qu’il connaît de formation (il fut à Budapest un jeune polytechnicien – d’abord intéressé par la physique d’Einstein, resté pour lui une référence vivante – avant que la tourmente de la seconde guerre mondiale ne modifiât radicalement son destin1 ; et à l’issue de la guerre il adopta, avec la nationalité française, la voix de la médecine qu’il exerça comme chirurgien à Bethléem, puis à Tunis jusqu’à sa retraite2) : à la fois affirmant leur « profonde unité », et modelant une forme expressive pour en rendre compte.

  • 3 Les molécules d’acides nucléiques peuvent être assimilées à de longs brins (à une échelle atomique) (...)

3Je partirai de la notion de « brin » qui intervient trois fois dans Approche de la parole – peut-être venue du Rêve de d’Alembert dont Lorand Gaspar a été grand lecteur (Diderot 2010 : 375 sq.), et à coup sûr de ses connaissances en biochimie moléculaire où l’on parle des deux « brins » de l’ADN par opposition au « brin » unique de l’ARN3 :

Tous ces parlers [le rationnel, l’intuitif, etc.] ne sont peut-être qu’une manière de fuir l’inacceptable jailli de la dissection […] des deux brins contradictoires qui courent, intimement mêlés dans le tissage du vivant. (Gaspar 2004 : 11)

Et la voix qui résonne dans la bouche éphémère de ses corps successifs est à deux brins contraires et indissociables. (Ibid. : 29)

Et dans les travaux de ferments où les brins se mêlent, je guette le fouet vivace du chant. (Ibid. : 67 ; je souligne dans les trois citations.)

  • 4 Voir Maxime Del Fiol (2013 : 21-27).

4D’entrée de jeu, remarquons que, sur le plan générique, l’essai chez Lorand Gaspar ne cesse de répondre à ce paradigme du tissage des « brins » qui composent le vivant, en tressant les fils du poétique et du scientifique. La formation de l’auteur n’y est pas pour rien : en dépit – ou à cause – de la réorientation de sa carrière du côté médical, Lorand Gaspar n’a cessé de se tenir informé de l’avancée des sciences – je parle des sciences dites « dures » (physique, chimie, biochimie et génétique, enfin neurosciences), comme en témoigne le relevé de ses lectures et de leurs annotations, opéré par Maxime Del Fiol dans les trois bibliothèques de l’auteur, à Gammarth (aux environs de Tunis), à Domazan (résidence d’été proche du pont du Gard) et à Paris4.

  • 5 Cité en note d’Approche de la parole (Gaspar 2004 : 26).
  • 6 « This work springs from a conviction of the unity of nature, expressed here in a single principle  (...)
  • 7 « Dans un autre sens, plus spécifique, la méthode unitaire est le prolongement d’une vue ancienne. (...)

5Je le rappelle : c’est la notion première de continuité qui fonde toute la pensée mise en œuvre dans ces essais. « Nature et culture sont, à mon sens, indissociables dans leur fond » (Gaspar 1994 : 103 / rééd. 2004 : 237), assure Apprentissage. D’où l’intérêt pour les travaux de Lancelot Law Whyte (1896-1972)5, qui affirmait dans l’incipit de son The Unitary Principle in Physics and Biology : « Ce travail provient de ma conviction d’une unité de la Nature, traduite ici en un principe unique6 » (cherché aux côtés, entre autres, d’Einstein), et qui dans The Next Development in Mankind7, affirmait la nécessité de transcender tout dualisme dans la compréhension des phénomènes aussi bien physiques que biologiques, psychologiques ou sociologiques. À l’intérieur de la culture maintenant, pour Lorand Gaspar, arts et sciences n’agissent pas moins en continuité : s’il est conscient du fait qu’une solution de continuité s’est introduite entre eux à la fin de l’époque moderne (à la charnière des xviiie et xixe siècles), c’est pour en contester le principe admis :

L’opposition radicale entre la science et les arts – si étroitement liés jadis pour des esprits comme Léonard de Vinci et Goethe – est devenue une sorte d’évidence […]. Mais la raison attachée à l’exploration rigoureuse de l’enchaînement des causes […] travaille-t-elle sur une autre réalité ? Son objet n’est-ce pas la même « nature » où nous percevons les corps et la pensée […] ? (Gaspar 2004 : 156)

  • 8 Girolamo Fracastoro, dit Jérôme Frascator (1478-1553), condisciple et ami de Copernic, médecin pers (...)
  • 9 Henri Mondor fut le spécialiste de Mallarmé que l’on sait (éditeur de la correspondance, d’inédits, (...)
  • 10 Voir Camelin (2004 : 197).

6Et du moins dans le domaine médical, il lui semble que, jusqu’aux « années cinquante » du xxe siècle, le divorce n’était pas encore consommé, avec « quelques hommes dignes des Francastoro de la Renaissance8, à la fois novateurs en médecine et lettrés éminents, comme Henri Mondor, René-Albert Gutmann9 ou Jean Bernard, plus tard » (ibid. : 185). Même constat du côté du plus illustre physicien de ce siècle, et l’une des grandes admirations du poète depuis sa jeunesse10, Einstein :

On avait demandé à Einstein, qui ne se séparait jamais de son violon, si la musique l’aidait dans son travail. La musique n’influence pas la recherche scientifique, avait-il répondu, mais les deux sont nourries à la même source de désir profond […]. (Gaspar 2004 : 234)

7Enfin, un retournement en faveur d’une « nouvelle alliance » (pour reprendre le titre de l’essai classique d’Ilya Prigogine et Isabelle Stengers [1979]) est souhaitable, voire possible : souhaitable dans le cas de la médecine (« il faudrait que la science des médecins soit aussi écoute poétique » – Gaspar 1986 : 100), possible dans le cas de « la science », selon l’aggiornamento qui serait aujourd’hui le sien (« C’est d’ailleurs la science qui vient à la poésie pour y puiser des forces nouvelles » – ibid. : 101).

8La racine commune aux deux types d’expression créatrice tient au fait que, dans l’un et l’autre cas, c’est le texte du vivant qui doit être traduit ; le titre, Approche de la parole, le manifeste avec éclat, qui recouvre indifféremment ce qui parle aussi bien au corps qu’à la conscience de l’artiste ou du savant, et que ceux-ci déchiffrent et parviennent à exprimer dans leurs langages propres :

Je ne vois pas d’interruption entre le langage de la matière, celui de la vie, le discours de l’homme et celui de la société. Niveaux d’émergence, de vitalité et d’assèchement […] d’une même parole qui se manifeste en signes discontinus, pris dans le jeu d’une formidable combinatoire […] ; le texte, la syntaxe et l’écriture.
[…] Et le langage en [l’homme] va sans discontinuité du discours monotone du polymère nucléique à celui qui naît sur sa langue, se coule en écriture. En lui tout parle sans frontière.
La poésie est le langage de la vie […]. (Gaspar 2004 : 12, je souligne)

9D’où cette conviction radicale : « La totalité du monde vivant parle le même “langage” » (ibid. : 36). Qu’il s’agisse de la partition d’une fugue de la sonate n° 1 en sol mineur pour violon de Bach, d’un fragment de la « double chaîne d’acide désoxyribonucléique », ou de la « transcription des ARN ribosomiens » en enroulements de feuilles ou plumes légères, les trois ont également droit à leur reproduction en incipit de chacune des parties de l’essai (« L’ordre improbable », p. 19, pour l’une ; « Langue natale », p. 97, pour l’autre ; « Chant », p. 117, pour la troisième). Et l’ouvrage s’ouvre sur cette affirmation :

Quand on ausculte le mouvement intime de la vie, son commerce minutieux [le mot est repris de Valéry], quand on essaie d’imaginer son invention en se servant de l’alphabet de la matière, de ce syllabaire qui la précède de quelques milliards d’années, […] – pour aboutir à un mammifère doué du puissant moyen d’action qu’est « l’organe » pensée-langage –, il arrive qu’à un détour du chemin le regard embrasse soudain de vastes paysages qui se déroulent à la manière d’une écriture, texte bruissant d’un perpétuel devenir […]. (Gaspar 2004 : 9, je souligne)

10Le lecteur apprend ainsi que si la « séquence nucléique » du colibacille, « longue d’environ un millimètre », est « constituée d’une vingtaine de millions de signes », pour ce qui concerne celle de l’homme (comparaison justifiée puisqu’elle est elle-même « bâtie à partir de matériaux identiques chez tous les vivants »), elle est pour sa part « longue de deux mètres et contenant plusieurs milliers de signes dans chacun de ses plis » (ibid. : 42, je souligne). L’observation de l’ensemble du vivant est susceptible de métaphorisations du même ordre : car « ce qui frappe le biologiste, c’est […] l’unité de conception, de plan, de fonctionnement, l’universalité du langage (du code) génétique pour toutes les espèces » (ibid. : 26, je souligne) ; et si le mot « langage » se voit ici corrigé par celui, mieux approprié, de « code », son apparition spontanée sous la plume n’en reste pas moins hautement significative, en tant qu’elle inclut toutes sortes de possibilités évolutives et créatrices.

11Car c’est un « copiste » qui retranscrit « la double chaîne de l’acide désoxyribonucléique » – lequel « n’invente jamais (mais peut, comme tous les copistes, […] commettre des erreurs sous l’effet non pas de l’inattention, mais de quelque perturbation) ». Et quel est-il donc, ce copiste ? c’est l’« un des enzymes spécifiques construits selon les indications du texte fondamental d’un gène » (ibid. : 26, je souligne). L’hérédité ?

[C’]est un texte incroyablement précis, « écrit » par la disposition de motifs chimiques le long d’un polymère. Sans le fonctionnement […] de milliards de cellules, jamais personne n’eût prononcé un mot éphémère dans le monde. Jamais ne serait né le langage également rigoureux dans l’exploitation, la construction, la subversion et la destruction. (Gaspar 2004 : 46, je souligne)

12Ce qu’on appelle couramment « le langage » est donc issu d’une protolangue, Ursprache inscrite dans la matière :

Tout ce que peut la vie est proprement révolutionnaire par rapport à ce qui la précède, et cela sans avoir eu recours au moindre matériau qui ne fût déjà disponible avant son apparition. Tout paraît donc une question d’assemblage […]. […] [Q]uelle est la stratégie du langage souple des régulations et des coordinations, du tissage formidablement mobile, réceptif des interactions qui sont la base de l’organisation ? De ce langage du langage, […] du jaillissement d’un ordre mouvant qui se transforme en « parlant » ? (Gaspar 2004 : 27, je souligne)

13Et c’est toute la deuxième section de « L’ordre improbable », à l’ouverture d’Approche de la parole, qui entre ici en jeu : elle déploie sur cinq pages le phénomène de l’évolution biologique, qui ouvre sur une révolution encore plus considérable que les précédentes – on aura deviné laquelle :

L’émergence du langage parlé (et écrit) semble être un bond non moins prodigieux que celui accompli par la cellule vivante, mais son organisation arborescente, […] sa matrice germinative […] s’inspirent de l’ordre du vivant. (Gaspar 2004 : 27)

  • 11 Waddington 1940 ; 1946 ; 1948 ; 1956 ; 1957 ; 1959 ; 1961 ; 1964 ; 1966 ; 1968-1972.
  • 12 En biologie du développement, assimilation d’une réponse à un « stress » environnemental directemen (...)
  • 13 « En 1942, Conrad (Hal) Waddington, scientifique et philosophe britannique, propose de fusionner le (...)

14Rappelons-nous l’hésitation précédemment notée entre « code » et « langage » pour décrire ce « langage du langage » qui, par ses capacités d’évolution, outrepasse la fixité d’un simple code : ce sont toutes les leçons de l’épigénèse que Lorand Gaspar intègre là – c’est-à-dire cette branche de la génétique qui intègre la réponse environnementale à la théorie de l’évolution. Aussi renvoie-t-il, en note de la page 26 d’Approche de la parole, aux travaux de Conrad Hal Waddington11 (1905- 1975), père de « l’assimilation génétique12 » qui constitue le fondement de la nouvelle discipline. On mesurera l’importance de Waddington au développement actuel de l’épigénétique qui en est issue, chez une Edith Heard par exemple13, élue au Collège de France en 2012 à la chaire d’« Épigénétique et mémoire cellulaire » :

  • 14 Présentation (4e de couverture) de l’édition papier de la Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 dé (...)

Comment l’information contenue dans nos gènes est-elle lue, mémorisée, interprétée ? […] L’épigénétique étudie la façon dont la lecture du génome est influencée par son histoire cellulaire. Depuis le séquençage du génome humain complet au début du xxie siècle, l’épigénétique crée aussi l’espoir que nous sommes « plus » que la séquence de nos gènes. Cette idée est sans doute à l’origine de la formidable explosion d’intérêt que suscite cette discipline14.

Poétique

15Comme l’univers tout entier dont elle est partie prenante, la poésie vit de mouvement perpétuel, ce qui fait qu’elle « ne s’accrochera jamais à aucune forme exclusive ; sa vertu première est la mobilité » (Gaspar 1994 : 52). Aussi rien ne lui est-il suffisant : « ce qu’il y a dans la poésie de vivant et de vrai trouvera, ici comme là, son lieu – son insuffisance » (ibid. : 52, je souligne).

16Voilà qui va déterminer chez l’essayiste le choix d’une position singulière, en ces années où triomphe, en particulier dans l’approche de la littérature et non sans arrogance, la doxa structuraliste. On trouve par exemple cette amusante critique d’un colloque littéraire aussi typique de l’époque que caricatural, animé qu’il est d’une « trouille de rater le train », avec pour seule ambition celle de « camoufler la misère de l’existence » et « la pauvreté du désir » (Gaspar 1986 : 65) ! À ce « colloque de X… », donc, le poète – observateur forcé ? – ne peut que noter « l’obsession de la nouveauté formelle qui prime sur les objets et les questions simples d’une expérience quotidienne pourtant inépuisable […] de l’exercice de vivre » (ibid., je souligne) : l’accent final se faisant montaignien…

17« Tenter autre chose que franchir les limites, qu’aller au-delà. La parole que tu cherches est le lieu d’un poïein où surgissent et se dissolvent les formes » (Gaspar 1994 : 82). Il y a, bien entendu, nécessité d’en passer par une forme, mais sûrement pas d’y demeurer ; les bonnes formes étant elles-mêmes transitoires, tour à tour « surgiss[ant] et se dissolv[ant] ». La mise en garde touche même l’illusoire succès de la « réussite formelle » chez l’écrivain, jugée – à l’instar de « l’obsession de la nouveauté formelle » chez leurs critiques – une fuite de la vraie vie, un paravent contre le néant, un dérisoire pare-castration : « Ah ! la saveur unique d’une revendication qui ne se fourvoie pas dans les concessions rassurantes de la réussite formelle. Marche inaltérable sur les terres de refus, épuisant le pigment vert de la mémoire » (Gaspar 1994 : 77).

  • 15 Baudelaire, « Le Voyage » (1975 : 134).

18Est-ce un hasard si la suite du propos se déploie sur le mode du poème en prose ? – Voilà donc une forme, dira-t-on ? certes oui, mais qui subvertit le type d’énonciation de la prose d’idées, et qui incarne à merveille la poétique du passage appelée de ses vœux par le poète : « Lumière de roches que rien ne sépare de sa page obscure, où tombent les plus hautes revendications, comme si le puits imprenable et l’arbre qui s’absente à la halte du soir étaient déjà et sans commencement le bruit d’une eau sur les lèvres » (ibid. : 77). La métaphore de la « marche » comme processus d’écriture, maintenant filée, se précise en traversée d’un paysage désertique, mais d’un désert pétré comme l’est celui de Judée – telles sont donc les « terres du refus », lieux de quête ascétique : le soleil accable les pierres qui en renvoient l’éclat (c’est la « lumière de roches »), aveuglant au point d’en devenir obscur –, mais c’est la « page » qu’on écrit qui l’est, puisque « rien ne sépare » cette page de son paysage mental, et que les mots se nouent aux choses. L’exigence de la page en question se mesure aux « plus hautes revendications » qu’on y voit « tomb[er] », comme le feraient autant de pierres déboulant du haut d’abruptes parois rocheuses – revendications à l’opposé de celle, refusée d’emblée, de la « réussite formelle », et qui touchent donc aussi bien à l’enrichissement de l’existence vécue (pour celui qui écrit la page) qu’à la sorte de découverte qu’ambitionnait Baudelaire au vers ultime des Fleurs du mal : « Plonger […] / Au fond de l’inconnu pour trouver du nouveau15 » (pour la page qui s’écrit). À ce niveau d’exigence, peut-on encore espérer la récompense d’une oasis au bout du chemin ? En fait, oui ; tel est le sens du « comme si » qui unit les deux syntagmes : désirer en plein désert ces deux luxes que sont l’ombre et l’eau, c’est bien là émettre de ces « revendications » parmi « les plus hautes » ; et le seul fait de l’intensité du désir en garantit la promesse de réalisation : « déjà » s’entend « le bruit d’une eau sur les lèvres »…

  • 16 En fait, on aurait dû s’en aviser depuis Robert Godel (1957). Voir les travaux de Simon Bouquet (19 (...)
  • 17 Voici une esquisse de plan de la main de Saussure, non datée, mise en évidence par Simon Bouquet (1 (...)

19Voilà qui exige une mise au point sur la conception du langage, frontalement opposée chez le poète à la doxa linguistique d’époque, laquelle révérait comme le dernier des textes sacrés le Cours de linguistique générale alors universellement attribué à Ferdinand de Saussure comme sa grande œuvre posthume – on sait aujourd’hui16 qu’il s’agit d’un montage dû à Charles Bally et Albert Sechehaye (qui furent ses collègues et non pas ses « disciples »), à partir de cahiers de notes prises à l’occasion des trois cours professés, selon une vision idéologique qui en fausse la complexité de pensée et en interdit les réorientations ultérieures17. Rappelons-en la phrase finale, qui a longtemps passé pour parole d’Évangile : « la linguistique a pour unique et véritable objet la langue envisagée en elle-même et pour elle-même » (Saussure 1969 : 317 ; en italiques dans le texte).

20À cette vision désincarnée d’une langue distraite de ses attenances, Lorand Gaspar répond : « Ce qui fait la vigueur d’une “écriture”, c’est l’incarnation d’une langue, chose générale dans une existence particulière […] » (Gaspar 1986 : 19, je souligne). Et encore : « Ceux qui veulent enfermer la langue dans un code, dans un système froid et incorruptible de reflets, en cette nervosité de miroirs qui se multiplient à l’infini, la placent dans un refus de jouissance et de peine sur le versant de l’indifférence thermodynamique » (Gaspar 2004 : 37). Le choix de cette métaphore finale de la thermodynamique est éclairant : l’utilisation du langage consomme et dégage en retour de l’énergie, qui entretient et communique la chaleur du vivant, toujours à la fois corps et esprit ; il ne saurait être question d’en limiter l’analyse aux jeux internes d’un système clos sur lui-même. En un court-circuit polémique mettant l’arrogance de la technique au service de l’idéologie de la clôture des signes, l’ironie du poète fustige « ces temps glorieux » où régneront des ordinateurs qui justifieront absolument l’idée qu’« un mot ne renvoie jamais qu’à un autre mot et ainsi de suite » : « échafaudages de mots [qui] ne sont qu’un jeu mécanique fermé sur lui-même » (Gaspar 1986 : 164).

21Ce qui est ici remis en cause, c’est la toute-puissance de la théorie de la communication – mise au cœur du dispositif structuraliste – qui suppose la réduction du langage à un code : « On ne peut confiner la poésie dans un code déterminé, fermé. Elle est langage inaugural, langage des langages, puissance de liaison et de disjonction, de construction et de dissolution. Elle est investie du mouvement modeleur, du devenir musical de la matière du monde » (Gaspar 2004 : 16, je souligne). Or le point névralgique d’opposition réside dans la constitution même du « signe » : ne correspond-il plus qu’à l’ajointement d’un signifiant et d’un signifié, voués à l’arbitraire de leur association ?

22« Pour être opérationnel, le message linguistique doit, en premier lieu, pouvoir être entendu. La réception suppose en face du locuteur […] un organisme de détection du message sonore (ou écrit), un code commun et un référent, qui serait comme la valeur or du message » (Gaspar 2004 : 46, je souligne). Belle métaphore économique : sans « valeur or », le système fiduciaire de la monnaie s’écroule ; sans référent, le système du « code commun » (pas moins fiduciaire que le précédent), ne tournerait plus qu’à vide : il ne voudrait plus rien dire – à personne.

*

23Il est grand temps d’aborder la poétique de l’auteur telle qu’il la détermine dans ses essais. Je ne retiendrai qu’un seul de ses grands thèmes organisateurs, susceptible d’exprimer la rythmicité du poétique : le poumon. Quoique moins cité que la bouche, son rôle s’impose comme majeur au centre du corps en tant qu’il en règle la respiration – ce qui symboliquement le situe au cœur de la poéticité comme principe de régulation du souffle : « Le poète est celui qui ne sait pas. Pris dans le gisement inconnu, dans la poussée du mouvement sans nom, il cherche sa parole adéquate, congrue, comme le poumon peut chercher l’air » (Gaspar 1994 : 64 sq., je souligne). Réduction à l’essentiel : le poète à l’œuvre, métaphorisé en voyageur au centre de la terre égaré dans ses galeries souterraines (« le gisement inconnu ») et, pour filer la métaphore vulcanologique, poussé vers la sortie à la manière des héros de Jules Verne expulsés par les rejets d’une éruption du Stromboli (selon « la poussée d’un mouvement sans nom »), n’est plus tout entier qu’un poumon qui cherche l’air. Réciproquement, l’univers dont il participe – ou « la vie » – peut tout aussi bien apparaître sous la forme d’un gigantesque organe pulmonaire ; et l’on doit ici remarquer l’originalité d’un tel choix, qui préfère le poumon au cœur pour signifier le rythme même du vivant : lequel, avant de s’éprouver comme pulsation sanguine, se sent donc défini comme battement respiratoire. On en a un aperçu dans une page étonnante, d’écriture très poétisée :

La réalité n’est pas à sauver. Elle ne demande rien. Nous sommes ou ne sommes pas le rythme de la vie dans le parenchyme de son corps changeant, surgissant, s’effaçant. Ces signes tracés forment donc un monde parallèle, mais sécrété, une pousse étrange, peut-être un cancer. Entre les deux, nulle fracture d’énergie. Le monde parlé et écrit prend bien son souffle à la vie, à ses matériaux ; mais les pulsations de son corps ne s’animent que suspendues dans le regard complice du vivant. Et pourtant, ce regard qui les découvre sera autre, bougé jusque dans sa chimie. L’emballement mécanique, les circuits vicieux des mots réverbérés sèment le désordre dans les cellules et tuent. Ils n’en continuent pas moins leur exode entre oubli et résurgence. Solidarité pulmonaire dissoute dans l’inconnu. (Gaspar 1994 : 69)

24Deux ordres de phénomènes y sont décrits comme des parallèles qui, parfois, se rejoignent : d’une part « la réalité » (ou « la vie », ou « le vivant »), avec ses « cellules » ; d’autre part les « signes tracés » du « monde parlé et écrit », vus comme « une pousse étrange » (voire même « un cancer »), et que menacent sans cesse de pervertir « l’emballement mécanique » et « les circuits vicieux des mots réverbérés ». Entre les deux, le « nous » lyrique et son action de poète. Or ce n’est pas la « réalité » qui demande qu’on écrive à son propos – prétendument pour la « sauver » : car « [e]lle ne demande rien » (il lui suffit d’exister). Mais c’est le poète qui se sent investi d’une mission de défense et illustration de « la vie » en général, qu’il compte mener par le moyen des mots, alors que ces mêmes mots ne font que susciter « un monde parallèle », dont toute la question est de savoir à quelles conditions il aura chance de rejoindre l’autre, le vrai, le monde de la vie.

25Pour y répondre, la métaphore convoquée par Lorand Gaspar est non seulement de type biologique mais a trait, plus précisément, au mécanisme respiratoire. Le fait d’être ou de ne pas être « le rythme de la vie dans le parenchyme de son corps changeant » en est la première illustration : le parenchyme étant la partie interne du poumon, composée d’alvéoles et de bronchioles respiratoires, dont les capillaires sanguins facilitent la mise en contact avec l’air alvéolaire. Il s’agit ici pour le poète, afin de relever le gant de ce nouveau défi hamlétien, d’écrire d’une façon telle qu’il fasse corps avec le rythme des échanges respiratoires du « parenchyme » du gigantesque poumon de « la vie ». Il y a donc des points de contact possibles entre les deux mondes, à condition que les mots ne deviennent pas « réverbérés » (ne renvoyant plus qu’à eux-mêmes, en miroir, dans l’oubli complet de leurs référents), proliférant alors en autant de cellules cancéreuses. Le finale, quant à lui, renoue tous les fils : « Solidarité pulmonaire dissoute dans l’inconnu ».

26Pour ce faire, il existe une forme stylistique privilégiée propre à dilater l’argumentation de ses amplifications lyriques : je veux parler de ces larges énumérations qui ne cessent de faire trouée dans le propos – mais « trouée » est inadéquat, dans la mesure où s’y noue, à chaque fois, la totalité du vivant en un tout organique, unifiant matière et esprit, univers naturel et monde humain ; leur structure nominale et leur parataxe tendant d’autant mieux à la constitution d’une unité qu’un système de métaphore filée réunit le tout comme en un bouquet :

  • 18 In « Méditations arborescentes », inédit ajouté à la section « Approches de l’étendue » dans la réé (...)

Arbre de vie, arbres et arborisations vasculaires, bronchiques, ceux du système nerveux périphérique et central, nervures d’une feuille, d’un élytre, dessins du vol d’une colonie de martinets, du vent dans le sable, de l’érosion par ruissellement… craquelures d’une roche ou d’un sol argileux, celles de la peau. Noms d’arborisations en alchimie et chimie ancienne : « Arbre de Diane » pour l’amalgame d’argent, « Arbre de Jupiter » pour l’étain précipité par le zinc. Tissage et intertissages indéfinis de mouvements, de forces physiques et d’idées18.

Pour conclure

27Aura-t-on vu à quel point l’écriture de l’essai est consubstantielle à l’œuvre de Lorand Gaspar ? Je dirai – et ce sera ma brève conclusion – qu’elle l’est pour au moins deux raisons : d’abord par le fait d’éprouver, au jour le jour, cette réflexion dans sa propre existence, dans le droit fil de la manière découverte par Montaigne ; ensuite, par cette union intime de l’idée et de la beauté qui fait la poésie – mais une poésie alors en prose, dont voici pour finir un merveilleux exemple :

Quelle est la place de la poésie parmi tant de modes et de ruses à se manifester, à communiquer, à dominer, à tromper, à exploiter ? […] Reprendre nos sentiers de nomades où fume encore le foyer du matin, et comme une brûlure sur le visage, le rougeoiement là-bas d’un ciel pulmonaire. (Gaspar 1994 : 38, je souligne)

Bibliographie

Bibliographie

Baudelaire, Charles, 1975 [1857]. Les Fleurs du mal, in Œuvres complètes I, Claude Pichois (éd.). Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Bouquet, Simon, 1997. Introduction à la lecture de Saussure. Paris, Payot & Rivages.

– 2003. Ferdinand de Saussure. Paris, Éditions de l’Herne, coll. « Cahier de l’Herne », n° 76.

Camelin, Colet, 2004. « Approches de la lumière : Einstein et Gaspar », in Daniel Lançon (dir.), Lorand Gaspar. Gognac, Le Temps qu’il fait, coll. « Cahier », n° 16 : 197-208.

Del Fiol, Maxime, 2013. Lorand Gaspar : approches de l’immanence. Paris, Hermann.

Diderot, Denis, 2010 [1769]. Le rêve de d’Alembert, in Œuvres philosophiques, Michel Delon et Barbara de Negroni (éd.). Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade ».

Gaspar, Lorand, 1982. « Essai d’autobiographie inédit », in Sol absolu et autres textes. Paris, Gallimard, coll. « Poésie ».

– 1986. Feuilles d’observation. Paris, Gallimard.

– 1994. Apprentissage, Paris, Deyrolle, 1994 ; réédition en 2004 dans Approche de la parole.

– 2004. Approche de la parole [1978] suivi de Apprentissage et de deux inédits. Paris, Gallimard, 2004.

Godel, Robert, 1957. Les sources manuscrites du Cours de linguistique générale de F. de Saussure. Genève, Droz.

Gutmann, René-Albert, 1965. Dante. La médecine et la philosophie de son temps. Paris, Doin, Deren & Cie.

– 1977. Dante et son temps. Paris, Nizet.

Heard, Édith, avril 2014. « Épigénétique et mémoire cellulaire », Annuaire du Collège de France 2012-2013. Résumé des cours et travaux, 113e année : 321-330.

Prigogine, Ilya et Stengers, Isabelle, 1979. La nouvelle alliance : métamorphose de la science. Paris, Gallimard.

Saussure, Ferdinand de, 1969 [1916]. Cours de linguistique générale, Charles Bally et Albert Sechehaye (éd.). Paris, Payot.

– 2002. Écrits de linguistique générale, Simon Bouquet et Rudolf Engler (éd.). Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de philosophie ».

Waddington, Conrad Hal, 1940. Organisers & Genes. Cambridge, Cambridge University Press.

– 1946. How Animals Develop. Londres, George Allen & Unwin Ltd.

– 1948. The Scientific Attitude. Londres, Penguin Books.

– 1956. Principles of Embryology. Londres, George Allen & Unwin.

– 1957. The Strategy of the Genes. Londres, George Allen & Unwin.

– 1959. Biological Organisation Cellular and Subcellular : Proceedings of a Symposium. Londres, Pergamon Press.

– 1961. « The human evolutionary system », in Michael Banton (dir.), Darwinism and the Study of Society. Londres, Tavistock.

– 1964. New Patterns in Genetics and Development. New York, Columbia University Press.

– 1966. Principles of development and differentiation. New York, Macmillan.

Waddington, Conrad Hal (dir.), 1968-1972. Towards a Theoretical Biology. Édimbourg, Edinburgh University Press, 4 volumes.

Whyte, Lancelot Law, 1949. The Unitary Principle in Physics and Biology. Londres, The Cresset Press.

– 2003 [1944]. The Next Development in Mankind. New Brunswick (New Jersey), Transaction Publishers.

Notes

1 Voir l’« Essai d’autobiographie inédit », in Sol absolu et autres textes : « En 1943, j’ai été admis à l’École polytechnique de Budapest : mon père était au comble du bonheur ; ce ne fut pas pour longtemps. L’armée soviétique victorieuse s’approchait des frontières ; après quelques mois d’entraînement intensif je me suis retrouvé derrière un canon, qui aurait dû contribuer à freiner le déferlement des chars russes » (Gaspar 1982 : 10).

2 Voir dans Apprentissage : « La première fois que le problème de légitimité de l’écriture (au sein de la vie “sérieuse”) m’est apparu clairement, ce fut en voyant le visage effondré, puis tendrement compatissant et ironique de mon père quand je lui annonçai, adolescent, que je voulais devenir à la fois écrivain et physicien. […] Esprit éminemment pratique, mon père m’avait cependant convaincu de troquer la physique théorique contre les sciences techniques, domaine d’avenir pensait-il, mais la guerre […] a rasé de mon horizon […] la géométrie analytique, et les belles lois stables de la mécanique classique ; la “quantique” n’avait pas encore son mot à dire en technologie. Sorti de la tourmente, et n’ayant jamais envisagé de gagner mon pain en écrivant, la médecine m’avait-elle paru plus proche de la littérature, plus compatible avec sa pratique ? Le fait même, sans doute, d’avoir ressenti à ce moment-là avec tant de force le besoin d’une activité quotidienne taillée dans le plus vif, le plus concret de la nature humaine, des relations humaines et de leurs articulations avec la nature tout court, était significatif de mes rapports avec l’écriture » (Gaspar 1994 : 46 sq. / rééd. 2004 : 184).

3 Les molécules d’acides nucléiques peuvent être assimilées à de longs brins (à une échelle atomique). Ces molécules peuvent soit comporter un seul « brin » (cas des « brins » d’ARN, dits monocaténaires), soit en comporter deux (cas des « brins » d’ADN, dits bicaténaires).

4 Voir Maxime Del Fiol (2013 : 21-27).

5 Cité en note d’Approche de la parole (Gaspar 2004 : 26).

6 « This work springs from a conviction of the unity of nature, expressed here in a single principle » (Whyte 1949 : 2, ma traduction).

7 « Dans un autre sens, plus spécifique, la méthode unitaire est le prolongement d’une vue ancienne. Car dans sa tentative de transcender tous les dualismes radicaux, la méthode unitaire suit les grands penseurs monistes, et particulièrement Spinoza et Goethe, pour lesquels l’homme et sa pensée sont une part de la nature universelle. […] Quand des termes dualistes sont utilisés, cela doit provenir du fait que nous n’avons pas encore reconnu le phénomène unitaire qui leur est sous-jacent, ces termes représentant des paires d’aspects. Dans sa mise en évidence de la structure moniste, la pensée unitaire n’a rien de nouveau.
Finalement, dans sa postulation d’un processus de formation, c’est-à-dire un processus dans lequel sont développés des modèles réguliers, la méthode unitaire fait culminer une tendance qui est évidente dans une grande part de la pensée scientifique des quarante dernières années en physique, en biologie, en psychologie et en sociologie. La fécondité de la pensée “atomiste” peut apparaître provisoirement épuisée, dans la mesure où un résultat scientifique se concentre davantage sur l’étude du modèle et de la symétrie, et sur l’émergence de nouveaux modèles. Dans bien des domaines, la tâche cruciale de la recherche scientifique consiste maintenant à identifier la structure de chaque phénomène, c’est-à-dire la variation interne au modèle (qui détermine son caractère). La méthode unitaire cherche à faciliter cette tâche en visant un processus de formation, une tendance à la clarification de la forme et du modèle, dans chaque phénomène » (Whyte 2003 : 4, ma traduction).

8 Girolamo Fracastoro, dit Jérôme Frascator (1478-1553), condisciple et ami de Copernic, médecin personnel de Paul III Farnèse, est l’un des types du génie renaissant. Sur le plan des sciences de la nature, il décide, en 1517, que l’abondance des fossiles trouvés en montagne ne saurait s’expliquer par le seul Déluge, mais par le retrait d’anciennes mers. La postérité a surtout retenu son apport médical. En 1530, il publie son poème néo-latin Syphilis sive morbus gallicus (dédié au cardinal Bembo son ami), qui sur une trame mythologique à la manière d’Ovide décrit un tableau théorique, clinique et thérapeutique de la nouvelle peste frappant l’Europe, le « morbus gallicus » (qui, par antonomase, s’appellera dorénavant du nom du malheureux héros du poème, Syphilis, frappé de ce mal par Apollon). Son traité De contagione et contagiosis morbis (Venise, 1546) formule la théorie moderne de la contagion qui ne pourra être démontrée que plusieurs siècles après : l’infection passe d’un individu à l’autre par le biais de « particules si petites qu’elles ne tombent pas sous les sens » : ce sont les « seminaria contagionis » ou microbes.

9 Henri Mondor fut le spécialiste de Mallarmé que l’on sait (éditeur de la correspondance, d’inédits, d’études sur plusieurs apparentés : Verlaine, Lefébure, Claudel, Valéry, France) ; René-Albert Gutmann, commentateur de Dante (voir Gutmann 1965 ; 1977) et traducteur de l’Enfer, fut en outre le père de Jacqueline Gaspar, la seconde épouse du poète.

10 Voir Camelin (2004 : 197).

11 Waddington 1940 ; 1946 ; 1948 ; 1956 ; 1957 ; 1959 ; 1961 ; 1964 ; 1966 ; 1968-1972.

12 En biologie du développement, assimilation d’une réponse à un « stress » environnemental directement dans le génome, par variation du génotype dû à l’environnement, s’inscrivant dans un phénotype lui-même stable.

13 « En 1942, Conrad (Hal) Waddington, scientifique et philosophe britannique, propose de fusionner les termes d’épigénèse et de génétique pour désigner par le nouveau nom d’epigenetics l’étude des mécanismes par lesquels les gènes déterminent les caractères. Même si notre compréhension du vivant a progressé de façon spectaculaire dans les années 1960 et 1970 grâce à la biologie moléculaire, les liens moléculaires entre génotype et phénotype n’ont commencé à être véritablement élucidés que plusieurs décennies plus tard, au début des années 1980 » (Heard 2014 : 322).

14 Présentation (4e de couverture) de l’édition papier de la Leçon inaugurale prononcée le jeudi 13 décembre 2012 par Edith Heard au Collège de France (chaire d’Épigénétique et mémoire cellulaire) ; je souligne.

15 Baudelaire, « Le Voyage » (1975 : 134).

16 En fait, on aurait dû s’en aviser depuis Robert Godel (1957). Voir les travaux de Simon Bouquet (1997 ; 2003) – en particulier son édition, avec Rudolf Engler, des Écrits de linguistique générale de Saussure (2002), à partir du livre manuscrit du linguiste, De l’essence double du langage, cru perdu et redécouvert en 1996 dans l’orangerie de l’hôtel des Saussure, à Genève.

17 Voici une esquisse de plan de la main de Saussure, non datée, mise en évidence par Simon Bouquet (1997 ; 2003) :
(Sémiologie =
morphologie, grammaire, syntaxe,
synonymie, rhétorique, stylistique,
lexicologie, etc.
… le tout étant indispensable)
(phonétique)
L’architecture linguistique ici mise en schéma met en rapport d’égalité phonétique et sémiologie, celle-ci se voyant richement diversifiée, en intégrant un grand nombre de branches qui furent éliminées des considérations et de l’inspiration même du Cours de linguistique générale – pour lequel il eût été une hérésie de mêler « rhétorique » ou « stylistique » à « morphologie » et « syntaxe », par exemple. Simon Bouquet parle à propos du Cours d’une réduction de la pensée de Saussure sur le langage à une linguistique de type exclusivement « logico-grammatical ».

18 In « Méditations arborescentes », inédit ajouté à la section « Approches de l’étendue » dans la réédition de 2004 d’Apprentissage (Gaspar 2004 : 295).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search