Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Troisième partie. Transferts et réécritures

Jules Verne vulgarisateur de l’histoire naturelle

L’exemple de Voyage au centre de la terre

Carmen Husti

Texte intégral

1En période de plein essor et affirmation des différentes disciplines scientifiques, Jules Verne commence sa carrière d’écrivain et la rédaction de la série de ses Voyages extraordinaires par la publication en 1863 de Cinq semaines en ballon. Vingt-huit romans verront le jour dans cette série, des romans dans lesquels l’esthétique de l’écrivain se développe et s’affine sous l’influence maintes fois rappelée par la critique littéraire de son éditeur, Pierre-Jules Hetzel. Tous ces romans ont en commun leur intérêt pour les « conquêtes » spatiales et les découvertes scientifiques les plus récentes.

2Parmi ces découvertes, l’essor de l’histoire naturelle a attiré l’écrivain dès son deuxième roman, Voyage au centre de la terre. Le livre connaîtra deux éditions, la première en 1864, la seconde, augmentée de deux chapitres, en 1867, toutes deux dans la collection « Bibliothèque d’éducation et de récréation » dirigée par Hetzel.

3Ce roman, qui narre le voyage initiatique du jeune Axel et de son oncle, Otto Lindenbrock, professeur de minéralogie au Johannæum, vers le centre de la terre, sur les traces des découvertes réalisées par un savant du xvie siècle, Arne Saknussemm, dont ils parviennent difficilement à déchiffrer le manuscrit en caractères runiques, peut être qualifié de roman des « fossiles, marqué par le “sceau de l’immortel Cuvier” », comme l’affirme Christian Chélebourg dans l’article qu’il lui a consacré (Chélebourg 1988).

  • 1 Pour un inventaire quasi exhaustif des études portant sur Jules Verne, voir notamment Boia (2005 : (...)

4Partant de Hambourg, les deux voyageurs rallient un pic de la montagne Sneffels, en Islande, point central à partir duquel l’aventure proprement dite commence. Aidés par un guide, Hans, ils poursuivent leur descente vers le centre supposé de la Terre, qui restera hors de portée. Ce voyage sera néanmoins une réussite. De retour à Hambourg, Axel épouse Graüben et le professeur parvient à accroître sa notoriété scientifique grâce aux connaissances acquises. Voyage au centre de la terre offre l’occasion à l’écrivain Jules Verne d’inscrire la fiction romanesque dans l’actualité de son temps, de faire œuvre de vulgarisation, tout en dépassant la « vérité » scientifique elle-même. L’analyse de cette stratégie auctoriale caractéristique des romans verniens constituera l’objet de cet article consacré au Voyage au centre de la terre. Elle permettra de dépasser le point de vue de la critique littéraire, souvent centré sur la vie de l’écrivain, sur la mythologie, sur les structures fictionnelles, sur la relation écrivain-éditeur1, et d’envisager d’une nouvelle manière le rapport de l’écrivain au savoir et à la vulgarisation scientifiques.

La mission de vulgarisation scientifique et la question de l’histoire naturelle

  • 2 « Cette bibliothèque, comme notre recueil, comporte deux parties qui ne peuvent, qui ne doivent jam (...)

5Les débuts romanesques de Jules Verne sont marqués par la mission de vulgarisation scientifique qui lui a été assignée par son éditeur, Pierre-Jules Hetzel, dès leur rencontre. La correspondance échangée entre les deux hommes, les préfaces (notamment celle des Voyages et aventures du capitaine Hatteras [Verne 1878]), les présentations faites par l’éditeur sous le pseudonyme P.-J. Stahl dans le journal Magasin d’éducation et de récréation, ainsi que la publication de la plupart des romans de l’écrivain dans la collection de la maison Hetzel intitulée « Bibliothèque d’éducation et de récréation2 » – collection elle-même rattachée au Magasin d’éducation et de récréation qui en assure régulièrement la promotion –, reflètent la volonté de l’éditeur Hetzel de diriger dès le début la création romanesque de Jules Verne vers un public très large, celui de « toute la famille », avec une prédilection pour la jeunesse :

[…] il faut bien se dire que l’art pour l’art ne suffit plus à notre époque, et que l’heure est venue où la science a sa place faite dans le domaine de la littérature.
Le mérite de M. Jules Verne, c’est d’avoir le premier et en maître, mis le pied sur cette terre nouvelle, c’est d’avoir mérité qu’un illustre savant, parlant des livres que nous publions, en ait pu dire sans flatterie : « Ces romans qui vous amuseront comme les meilleurs d’Alexandre Dumas, vous instruiront comme les livres de François Arago. »
Petits et grands, riches et pauvres, savants et ignorants, trouveront donc plaisir et profit à faire des excellents livres de M. Verne, les amis de la maison et à leur donner une place de choix dans la bibliothèque de la famille. (Verne 1878 : ii)

6Ainsi la réception des romans de Verne est-elle orientée en fonction de son appartenance au Magasin d’éducation et de récréation.

7Depuis 1845, Hetzel et Théophile Lavallée envisagent de créer un « journal d’éducation et de récréation » (Verne et Hetzel 1999 : 7). Mais ce projet ne voit le jour qu’en mars 1864, après la rencontre de l’éditeur avec Jules Verne. Dès le premier numéro du journal, Jules Verne y publie ses romans en feuilleton, à commencer par les Aventures du capitaine Hatteras, et, à partir de 1880 (numéro 16), il intervient en tant que rédacteur dans la partie « éducation », dirigée par Jean Macé. La partie « récréation » est dirigée par Hetzel lui-même sous le pseudonyme P.-J. Stahl.

8L’éditorial du premier numéro souligne l’orientation du Magasin :

Il s’agit pour nous de constituer un enseignement de famille dans le vrai sens du mot, un enseignement sérieux et attrayant à la fois, qui plaise aux parents et profite aux enfants. – Éducation, récréation – sont à nos yeux des termes qui se rejoignent. L’instructif doit se présenter sous une forme qui provoque l’intérêt : sans cela il rebute et dégoûte de l’instruction : l’amusant doit cacher une réalité morale, c’est-à-dire utile : sans cela il passe au futile, et vide les têtes au lieu de les remplir. (Magasin d’éducation et de récréation, 1864, 1er semestre : 1)

9Le public visé est la jeunesse mais aussi « toute la famille », comme le rappellent les avant-propos des numéros, encore en 1880 :

Un recueil comme le Magasin d’éducation et de récréation, qui n’a d’autre ambition que celle de s’adresser à l’enfance et à la jeunesse, et qui a gardé, depuis sa fondation, depuis seize années, la plupart de ses anciens abonnés, qui est resté le journal de la jeune femme, de la jeune mère, de jeune homme et du jeune père, après avoir été celui de la petite fille et de la jeune fille, du petit et du grand garçon, ce journal est évidemment le journal de confiance de toute la famille. (Magasin d’éducation et de récréation, 1880, 2e semestre : 345)

10Dans le Magasin, l’histoire naturelle occupe une place de choix. Mais pourquoi l’histoire naturelle ? C’est une question que pose Théodore Lacordaire dans la première livraison du Magasin d’éducation et de récréation en 1864, et à laquelle il apporte la réponse suivante :

Soit, me direz-vous ; mais nous n’en sommes plus à l’époque où, sans aspirer à devenir un savant, un homme intelligent pouvait se flatter de suivre sans trop de peine les progrès des sciences naturelles. Chacune d’elles est devenue un océan sans fond ni rives, et de longues années d’étude suffisent à peine pour former un ornithologiste ou un entomologiste passable. Laquelle choisir, et, le choix fait, jusqu’où aller ? Puis, où sont les Buffon qu’on pouvait lire, et qui savaient faire aimer la nature ? […] Sans doute la science est sans limites, et la plus modeste plante, comme le plus humble insecte, suffit pour absorber la vie d’un homme. (Magasin d’éducation et de récréation, 1864, 1er semestre : 345 sq.)

  • 3 Pour définir les sciences naturelles, Charles d’Orbigny écrit ainsi dans son dictionnaire que leur (...)

11À un moment où les sciences naturelles sont en plein essor3, la transmission des connaissances appartenant à ce champ disciplinaire apparaît comme un devoir, affirmé aussi bien dans les dictionnaires que dans les revues.

12La vulgarisation de l’histoire naturelle se réalise par le biais de la presse, des encyclopédies, mais aussi des dictionnaires de vulgarisation à l’exemple du dictionnaire de Charles d’Orbigny, édité en 1842, dont la version abrégée est entièrement motivée par le souci de diffusion : « Instruire en amusant, développer le goût de l’étude de la nature à laquelle peu d’hommes aujourd’hui restent insensibles, mettre à la portée de tous un ouvrage à la fois intéressant et utile, tel a été notre but » (Orbigny et Wegmann 1842 : II). Qu’un écrivain « vulgarisateur » reprenne ces thématiques dans ses romans semble donc naturel et conforme aux souhaits de son éditeur.

13Cependant, comme nous allons le voir, si Jules Verne fait œuvre de vulgarisation scientifique en se pliant aux exigences de son éditeur, il dépasse les attentes de celui-ci, en parvenant à s’inscrire au cœur même de certaines des querelles scientifiques de son époque, tout en adoptant sa propre position.

14L’œuvre romanesque de Jules Verne est traversée par des questionnements, des images et des problématiques issues de l’histoire naturelle. Vingt mille lieues sous les mers, Voyage au centre de la terre, Les Indes noires, L’île mystérieuse, Un village aérien, etc., ne sont que quelques-uns des titres les plus connus qui exploitent des éléments appartenant à ce champ disciplinaire.

  • 4 Voir à ce propos l’inventaire des textes présents dans Jules Verne et le courant scientifique de so (...)
  • 5 Voir la lettre de Verne à Hetzel du 8 janvier 1870 : « L’affaire avec la Revue est tout à fait manq (...)

15Tous ces romans abondent en descriptions et en détails scientifiques, éléments pour lesquels les sources d’inspiration sont souvent de second ordre4. Jules Verne était lecteur des textes des vulgarisateurs scientifiques les plus connu de son époque, comme Camille Flammarion et Louis Figuier (voir Amiot 1980 : 199-218). Il lisait probablement le Magasin pittoresque (1933-1938) et certainement la Revue des deux mondes (1er numéro en 1829), à laquelle il a contribué à partir de 1876, malgré une première tentative avortée en 1869 dont nous gardons les traces dans la correspondance avec Hetzel5. Dans cette revue Isidore Geoffroy Saint-Hilaire (1837 : 105-131), Claude Bernard (1875 : 326-349), Armand de Quatrefages, Auguste Laugel écrivent des articles sur l’histoire naturelle en général, la zoologie l’homme primitif, les fossiles, etc.

16Parmi les romans de Jules Verne, celui qui a été le plus influencé par l’histoire naturelle, et qui a été qualifié dès 1864, l’année de sa première parution dans la « Bibliothèque d’éducation et de récréation », de roman de la « géologie » par Hetzel lui-même, est Voyage au centre de la terre.

Voyage au centre de la terre : le roman de la géologie et de la paléontologie

17Roman du début de la carrière de Verne, il est d’autant plus important dans l’ensemble de l’œuvre qu’il répond en apparence à tous les impératifs de la vulgarisation scientifique de deux sciences déjà anciennes qui sont justement en train de se consolider – la géologie et la paléontologie –, et qu’il parvient à problématiser l’évolution de ces deux sciences mêmes.

18Quand le roman paraît en 1864, la définition du mot « paléontologie » semble être déjà consolidée, comme l’atteste son apparition dans le Dictionnaire abrégé d’histoire naturelle rédigé par Charles d’Orbigny, que nous avons déjà cité :

En terminant ce que nous avions à dire sur les divisions introduites dans le règne organique, ajoutons que chacun des groupes qui le composent a sa partie palæntologique. La palæntologie est la science qui traite des débris des corps organiques mêlés aux terrains des divers âges : elle forme une de branches les plus importantes de la Géologie, et sert à faire reconnaître les diverses couches du sol par la différence des débris qu’elles renferment. Créée par les grands travaux de Cuvier, et incessamment perfectionnée par de nouvelles études, cette science contribue de plus en plus, par l’importance qu’elle acquiert, à éclaircir l’histoire encore si obscure des premiers âges de notre globe. (Orbigny et Wegmann 1842 : 35)

  • 6 « Une histoire de la Paléontologie et de l’Évolution en France de 1800 à 1860 non seulement se just (...)
  • 7 Il a par ailleurs publié dans le Journal des savants, le Bulletin de la société d’anthropologie, la (...)
  • 8 Comme l’écrit Patrick Tort, Quatrefages, « [f]idèle à ses convictions spiritualistes, […] ne fut pa (...)

19Voyage au centre de la terre se place dans un contexte où les positions idéologiques discordantes de Cuvier et de Lamarck6 ou Geoffroy Saint-Hilaire par rapport à cette discipline restent encore d’actualité, et où simultanément la notoriété, voire l’autorité d’Armand de Quatrefages, élu membre de l’Académie des sciences en 1852 et titulaire de la chaire d’anthropologie du Muséum à partir de 1855, est grandissante7, malgré une position idéologique ambivalente qui s’exprimera en 1870 dans l’ouvrage Charles Darwin et ses précurseurs français : études sur le transformisme, publié chez G. Baillère8.

20La première édition du roman paraît en 1864, deux ans seulement après la traduction effectuée par Clémence Royer de l’ouvrage de Darwin sous le titre Origine des espèces par sélection naturelle ou des lois de transformations des êtres organisés, publiée chez Guillaumin et Cie ; une deuxième édition suit, revue et augmentée par l’auteur, en 1867, qui comporte l’ajout de deux chapitres entiers, contenant des épisodes qui réalisent une actualisation de l’avancement de la science, justement dans le domaine de la paléontologie, lorsque le créationnisme de Cuvier s’est trouvé contesté.

21Dans les deux versions du roman, le trajet descendant des deux protagonistes, le professeur Lidenbrock et de son neveu Axel, accompagnés de leur guide Hans, vers le centre de la terre traverse les différentes couches géologiques leur permettant de différencier les âges de la terre et des fossiles récupérés. Des espèces complètement disparues, selon l’oncle, ou présentant des similitudes avec les espèces actuelles selon le neveu, sont identifiées :

Je ramassai une coquille parfaitement conservée, qui avait appartenu à un animal à peu près semblable au cloporte actuel ; puis, je rejoignis mon oncle et je lui dis :
« Voyez !
 – Eh bien, répondit-il tranquillement, c’est la coquille d’un crustacé de l’ordre disparu des trilobites. Pas autre chose. » (Verne 1867 : 99)

  • 9 C’est la position non encore conflictuelle déclarée par Cuvier dans Tableau élémentaire de l’histoi (...)

22Sont ici mises en présence deux positions idéologiques dissemblables, mais pas encore conflictuelles9, qui pourraient être attribuées à Cuvier et Lamarck : « Pour Cuvier, le fil des événements avait été rompu, pour Lamarck, il ne l’avait jamais été. La Vie avait été continue sur le globe, les espèces analogues fossiles et actuelles, étaient là pour en témoigner » (Laurent 1987 : 34). Le neveu, l’élève, tend à observer à travers les couches géologiques les traces de la transformation des êtres, traces ignorées en revanche par l’oncle :

La plupart de ces marbres offraient des empreintes d’animaux primitifs. Depuis la veille, la création avait fait un progrès évident. Au lieu des trilobites rudimentaires, j’apercevais des débris d’un ordre plus parfait ; entre autres, des poissons Ganoïdes et ces Sauropteris dans lesquels l’œil du paléontologiste a su découvrir les premières formes du reptile. Les mers dévoniennes étaient habitées par un grand nombre d’animaux de cette espèce, et elles les déposèrent par milliers sur les roches de nouvelle formation. (Verne 1867 : 100)

23Il conclut : « il devenait évident que nous remontions l’échelle de la vie animale dont l’homme occupe le sommet. Mais le professeur Lidenbrock ne paraissait pas y prendre garde » (Verne 1867 : 100). Tandis qu’Axel évoque l’une des plus célèbres théories de Lamarck : « L’homme, véritable produit de la nature, terme absolu de tout ce qu’elle a pu faire exister de plus éminent sur notre globe, est un corps vivant qui fait partie du règne animal […] » (Lamarck 1998 : 149), l’oncle regarde mais ne voit pas. Des plantes vivantes conservées comme dans une serre et des fossiles d’espèces disparues peuplent ces espaces singuliers au milieu desquels se trouve une mer, baptisée la mer Lidenbrock.

24Le monde souterrain qu’ils découvrent dans les profondeurs de la terre (et non en son centre qu’ils ne parviennent pas à atteindre) présente les traces de l’existence des grands animaux antédiluviens, des mastodontes, le dinothérium, le mégathérium et une végétation luxuriante (Verne 1867 : 187), une présence qui met encore une fois en question et en rapport les différentes théories de l’époque, notamment par rapport à la datation des fossiles. Si l’oncle soutient qu’il s’agit de terrains sédimentaires déposés par un affaissement du sol, le neveu commence à avoir l’intuition de la présence de la vie au milieu des fossiles :

Voilà la mâchoire inférieure du mastodonte, disais-je ; voilà les molaires du dinotherium ; voilà un fémur qui ne peut avoir appartenu qu’au plus grand de ces animaux, le megatherium. Oui, c’est bien une ménagerie, car ces ossements n’ont certainement pas été transportés jusqu’ici par un cataclysme. Les animaux auxquels ils appartiennent ont vécu sur les rivages de cette mer souterraine, à l’ombre de ces plantes arborescentes. Tenez, j’aperçois des squelettes entiers. Et cependant…
 – Cependant ? dit mon oncle.
 – Je ne comprends pas la présence de pareils quadrupèdes dans cette caverne de granit.
 – Pourquoi ?
 – Parce que la vie animale n’a existé sur la terre qu’aux périodes secondaires, lorsque le terrain sédimentaire a été formé par les alluvions, et a remplacé les roches incandescentes de l’époque primitive.
 – Eh bien ! Axel, il a une réponse bien simple à faire à ton objection, c’est que ce terrain-ci est un terrain sédimentaire.
 – Comment ! à une pareille profondeur au-dessous de la surface de la terre !
 – Sans doute, et ce fait peut s’expliquer géologiquement. À une certaine époque, la terre n’était formée que d’une écorce élastique, soumise à des mouvements alternatifs de haut et de bas, en vertu des lois de l’attraction. Il est probable que des affaissements du sol se sont produits, et qu’une partie des terrains sédimentaire a été entraînée au fond des gouffres subitement ouverts.
 – Cela doit être. Mais, si des animaux antédiluviens ont vécu dans ces régions souterraines, qui nous dit que l’un de ces monstres n’erre pas encore au milieu de ces forêts sombres ou derrière ces rocs escarpés ? (Verne 1867 : 143 sq.)

25Pendant la traversée de la mer souterraine, un rêve prémonitoire entraîne Axel vers les époques bibliques de la création. L’histoire de la terre est recréée dans son imagination. Le protagoniste devient, comme son prénom l’annonçait déjà, un centre, un axe. Une rétrogression s’opère vers l’origine de la vie :

Tout ce monde fossile renaît dans mon imagination. Je me reporte aux époques bibliques de la création, bien avant la naissance de l’homme, lorsque la terre incomplète ne pouvait lui suffire encore. Mon rêve alors devance l’apparition des êtres animés. Les mammifères disparaissent, puis les oiseaux, puis les reptiles de l’époque secondaire, et enfin les poissons, les crustacés, les mollusques, les articulés. Les zoophytes de la période de transition retournent au néant à leur tour. Toute la vie terrestre se résume en moi, et mon cœur est le seul à battre dans ce monde dépeuplé. Il n’y a plus de saisons ; il n’y a plus de climats ; la chaleur propre du globe s’accroît sans cesse et neutralise celle de l’astre radieux. La végétation s’exagère. (Verne 1867 : 154)

26La série de transformations terrestres laisse la place à l’apparition d’une masse gazeuse, dénuée de vie, puis au corps du rêveur, devenu lui-même atome, perdu dans l’espace planétaire. Le corps d’Axel gagne ainsi dans ce roman une centralité étonnante. Cet épisode réalise une fonctionnalisation réussie des théories scientifiques en circulation au xixe siècle, par le dépassement du réalisme scientifique de la description et par l’apparition de ce que Thomas Pavel appelle une structure « saillante » (Pavel 1988) :

Les siècles s’écoulent comme des jours ! Je remonte la série des transformations terrestres. Les plantes disparaissent ; les roches granitiques perdent leur dureté ; l’état liquide va remplacer l’état solide sous l’action d’une chaleur plus intense ; les eaux courent à la surface du globe ; elles bouillonnent, elles se volatilisent ; les vapeurs enveloppent la terre, qui peu à peu ne forme plus qu’une masse gazeuse, portée au rouge blanc, grosse comme le soleil et brillante comme lui !
Au centre de cette nébuleuse, quatorze cent mille fois plus considérable que ce globe qu’elle va former un jour, je suis entraîné dans les espaces planétaires ! Mon corps se subtilise, se sublime à son tour et se mélange comme un atome impondérable à ces immenses vapeurs qui tracent dans l’infini leur orbite enflammée ! (Verne 1867 : 155)

27Ce rêve, qui a une valeur de révélation, produit dans l’économie du roman un bouleversement qui connaît son apogée seulement dans la deuxième version du roman, dans l’épisode où la vie apparaît effectivement dans le monde souterrain : dans la mer, les fossiles marins antédiluviens prennent vie. Puis, après le naufrage du radeau que les héros utilisent pour traverser la mer – et cela seulement dans la deuxième édition du roman –, le crâne d’un homme fossile fait son apparition au milieu d’une masse fluide de débris fossiles :

Mais ce fut bien un autre émerveillement, quand, courant à travers cette poussière organique, il saisit un crâne dénudé, et s’écria d’une voix frémissante :
« – Axel, Axel ! une tête humaine !
 – Une tête humaine ! mon oncle, répondis-je, non moins stupéfait.
 – Oui, neveu ! Ah ! M. Milne-Edwards ! Ah ! M. de Quatrefages ! que n’êtes-vous là où je suis moi, Otto Lidenbrock ! » (Verne 1867 : 180)

L’existence de l’homme quaternaire s’affirmait donc chaque jour davantage.
[…]
Ainsi, d’un bond, l’homme remontait l’échelle des temps d’un grand nombre de siècles ; il précédait le mastodonte ; il devenait contemporain de l’« éléphas meridionalis » ; il avait cent mille ans d’existence, puisque c’est la date assignée par les géologues les plus renommés à la formation du terrain pliocène ! (Verne 1867 : 182)

  • 10 Pour plus de détails, voir aussi Christian Chélebourg (1988 : 223).

28Ce rajout correspond à une actualité scientifique des années 1860 : il s’agit de la fausse découverte de l’homme quaternaire, soutenue par Armand de Quatrefages, d’ailleurs cité dans le texte, qui finira par écrire lui-même un ouvrage intitulé Hommes fossiles et hommes sauvages (Quatrefages 1884), dans lequel il confirmera une théorie qui avait longtemps circulé au sujet de la taille gigantesque des habitants des temps révolus. La version de 1867 du Voyage au centre de la terre répond probablement à la nécessité ressentie par Jules Verne d’inclure dans son univers romanesque les avancées de la théorie Darwin dont l’auteur n’était pas au courant lorsqu’il publia la première édition de son texte10.

29Mais, alors que cet épisode rajouté pouvait suffire par son étonnante actualité, Jules Verne va encore plus loin : il évoque au milieu de la végétation de l’époque tertiaire – « de grands palmiers d’espèces aujourd’hui disparues, de superbes palmacites, des pins, des ifs, des cyprès, des thuyas, représentaient la famille des conifères, et se reliaient entre eux par un réseau de lianes inextricables » (Verne 1867 : 186) – des mastodontes, des grands éléphants de taille gigantesque, et parmi eux, le gardien du troupeau :

Immanis pecoris custos, immanior ipse !
Oui : immanior ipse ! Ce n’était plus l’être fossile dont nous avions relevé le cadavre dans l’ossuaire, c’était un géant, capable de commander à ces monstres. Sa taille dépassait douze pieds. Sa tête, grosse comme la tête d’un buffle, disparaissait dans les broussailles d’une chevelure inculte. (Verne 1867 : 188)

30L’apparition de l’homme fossile dans le roman est le terme de l’évolution. Ainsi, Voyage au centre de la terre verse dans l’anticipation. L’esthétique romanesque de Jules Verne dépasse donc la mission de vulgarisation qui lui a été confiée par son éditeur. Au début de sa carrière d’écrivain, ce roman manifeste une tendance nouvelle, créant un genre différent : ni fiction, ni savoir, comme le remarque Anne Gaëlle Weber (Weber 2004).

Dépasser la mission de vulgarisateur

31Si on lit Voyage au centre de la terre en suivant les transformations de l’histoire naturelle au xixe siècle, on s’aperçoit que Jules Verne adopte d’abord une conception dominée par l’idée d’échelle des êtres, alors que dans la version suivante, en 1867, le récit prend davantage en compte l’idée d’évolution.

  • 11 « Le haut degré d’intérêt apporté par Lamarck à leur étude [des fossiles] se manifeste dès le début (...)
  • 12 « Or le principe de la Paléontologie stratigraphique s’énonce simplement : les couches géologiques (...)

32Si Cuvier, Quatrefages et Milne-Edwards sont cités dans le roman, le grand absent, jamais cité dans aucun des romans de Verne, est bien Lamarck, celui qui, selon Goulven Laurent a redéfini l’emploi même du terme « fossile11 ». De plus, Lamarck a posé les principes de la paléontologie stratigraphique12, principe utilisé pendant toute la première partie du roman. L’idée de l’échelle des êtres, présente dès l’édition de 1864, appartient bien à Lamarck, lequel « [t]out le premier, […] a affirmé la liaison, la solidarité de tous les êtres vivants et leur communauté d’origine. Il ne s’est pas contenté, comme certains de ses prédécesseurs, de prêter au monde organique une unité idéale » (Rostand 1945 : 108).

33Si Lamarck est absent de ce roman, c’est sans doute parce que Jules Verne veut éviter d’entrer en contradiction avec les positions de son éditeur Hetzel, qui écrivait l’année même de la parution du roman :

Dans la nature, il n’existe point d’infiniment petit. Tout ce qui sort des mains de Dieu, du ciron qui dévaste nos rosiers au mammouth qui ravageait autrefois les forêts épaisses du monde antédiluvien, est empreint d’un indicible caractère de grandeur et de puissance. L’étude d’un insecte, à peine perceptible, soulève les mêmes problèmes, présente les mêmes mystères que celle de l’homme. (Magasin d’éducation et de récréation, 1864-1865, 2e semestre : 166)

34Signe de révolte et volonté de dépasser la mission de vulgarisation scientifique assignée par Hetzel, de dépasser la position religieuse de celui-ci, de donner beaucoup de détails, d’être dans l’excès ? Dans sa correspondance, l’éditeur reproche fréquemment à Jules Verne cette tentation de l’excès :

[…] Bref, mon vieux, dans la V.F. [Ville flottante] comme dans les grands voyages vous croyez trop que la vérité peut intéresser par elle-même et votre effort étant moindre vous économisez l’intérêt. Ces 2 vol. ne seront pas les meilleurs de votre répertoire. Donc mettez-vous à un livre comme l’Oncle Robinson […] d’histoire vraie. (Lettre de Hetzel à Verne du 26 mai 1870, Verne et Hetzel 1999 : 140)

Vous vous êtes mis le doigt dans l’âme en espérant que votre procédé de vulgarisation scientifique pouvait s’appliquer à la médecine comme à des choses moins connues. Cela a l’air d’être du pédantisme et je dis le mot c’est ennuyeux, embêtant. Si je ne vous le disais pas, vous ne fer[i]ez pas assez courageusement votre sacrifice. (Lettre de Hetzel à Verne du 22 janvier 1871, ibid. : 229)

  • 13 Dans son ouvrage Jules Verne : un océan tumultueux de mots et de rêves, Fabrice Boumahdi affirme ne (...)

35Peut-être Verne ne connaissait-il pas l’œuvre de Lamarck, car, comme l’affirme Jean Rostand dans son Histoire de la biologie, « Lamarck n’a pas été pris au sérieux de son vivant et son ouvrage la Philosophie zoologique n’a pas rencontré de succès » (Rostand 1945 : 110). Dans le même ordre d’idées, André Pichot dans L’histoire de la vie soutient que « Lamarck est l’occasion ratée de la biologie : il est venu trop tard, c’est un biologiste du xviiie siècle, égaré au xixe » (Pichot 1993 : 687). Fabrice Boumahdi affirme que Jules Verne aurait plutôt subi l’influence de Cuvier13. Or Voyage au centre de la terre est un roman qui permet de mettre en doute cette hypothèse, car le récit semble plutôt rendre compte d’idées transformistes et lamarckiennes, et même évolutionnistes dans la version de 1867. Ainsi Jules Verne dépasse-t-il bien la mission de vulgarisation de l’histoire naturelle qui lui était impartie par Hetzel, davantage convaincu de son côté par la pensée créationniste.

Bibliographie

Bibliographie

Amiot, Anne-Marie, 1980. « Jules Verne et Raymond Roussel », in Jules Verne. Filiations – rencontres – influences, vol. 2 de Jules Verne écrivain du xixe siècle : actes du colloque d’Amiens, 11-13 novembre 1977. Paris, Minard : 199-218.

Bernard, Claude, mai 1875. « Définition de la vie, les théories anciennes et la science moderne », Revue des deux mondes, t. IX, n° 3 : 326-349.

Boia, Lucian, 2005. Jules Verne : les paradoxes d’un mythe. Paris, Les Belles Lettres.

Boumahdi, Fabrice, 2012. Jules Verne : un océan tumultueux de mots et de rêves. Paris, Honoré Champion.

Chélebourg, Christian, 1988. « Le paradis des fossiles. Stylistique de l’histoire naturelle dans Voyage au centre de la terre », in Jean Bessière (dir.), Modernités de Jules Verne. Paris, PUF : 213-228.

[Collectif], 1992. Jules Verne et le courant scientifique de son temps (xixe siècle) : bibliographie. Mulhouse, Bibliothèque de l’université et de la société industrielle de Mulhouse.

Cuvier, George, 1797 (an VI). Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux. Paris, Baudouin.

Foucault, Michel, 1966. Les mots et les choses. Paris, Gallimard.

Geoffroy Saint-Hilaire, Isidore, avril 1837. « Considérations historiques sur les sciences naturelles – la zoologie », Revue des deux mondes, t. X : 105-131.

Lamarck, Jean-Baptiste de, 1998 [1820]. Système analytique des connaissances positives de l’homme. Paris, PUF, coll. « Quadrige ».

Laurent, Goulven, 1987. Paléontologie et évolution en France de 1800 à 1860 : une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin, Charles C. Gillispie (préf.). Paris, éditions du CTHS.

Orbigny, Charles d’ et Wegmann, Ferdinand de, 1842. Dictionnaire abrégé d’histoire naturelle présentant le tableau des phénomènes de la nature donnant la définition et l’histoire des êtres qui composent les trois règnes, leur application générale aux arts, à l’agriculture, à l’économie domestique, à l’industrie, etc., précédé d’une « Introduction à l’étude des sciences naturelles ». Paris, Au bureau du Dictionnaire universel d’histoire naturelle.

Pavel, Thomas, 1988. Univers de la fiction. Paris, Seuil.

Pichot, André, 1993. Histoire de la notion de vie. Paris, Gallimard, coll. « Tel ».

Quatrefages, Armand de, 1884. Hommes fossiles et hommes sauvages. Paris, J. B. Baillière et fils.

Rostand, Jean, 1945. Esquisse d’une histoire de la Biologie. Paris, Gallimard.

Tort, Patrick (dir.), 1996. Dictionnaire du darwinisme et de l’évolution. Paris, PUF, 3 volumes.

Verne, Jules, 1864. Voyage au centre de la terre. Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

– 1867. Voyage au centre de la terre, vignettes par Riou. Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

– 1878. Voyages et aventures du capitaine Hatteras : les Anglais au pôle Nord, le désert de glace, vignettes par Riou, avertissement de l’éditeur signé J. Hetzel. Paris, Hetzel, coll. « Bibliothèque d’éducation et de récréation ».

Verne, Jules et Hetzel, Pierre-Jules, 1999. Correspondance inédite de Jules Verne et de Pierre-Jules Hetzel (1863-1886), t. I. 1863-1874, Olivier Dumas, Piero Gondolo Della Riva et Volker Dehs (éd.). Genève, Slatkine.

Weber, Anne-Gaëlle, 2004. A beau mentir qui vient de loin : savants, voyageurs et romanciers au xixe siècle. Paris, Honoré Champion.

Notes

1 Pour un inventaire quasi exhaustif des études portant sur Jules Verne, voir notamment Boia (2005 : 21-23).

2 « Cette bibliothèque, comme notre recueil, comporte deux parties qui ne peuvent, qui ne doivent jamais être absolument distinctes : éducation, récréation. Nous rangerons aussi parmi les ouvrages de science très-positive les travaux géographiques de M. Jules Verne, que leur forme pittoresque et dramatique rend cependant accessibles à des enfants beaucoup plus jeunes. Cinq semaines en ballon, qui est à sa quatrième édition, les Anglais au pôle Nord, que les lecteurs du Magasin connaissent, et le Voyage au centre de la terre, qui vient de paraître, sont des ouvrages d’une valeur égale et qui seront lus et relus avec autant de profit que de plaisir » (comte de Gramont, Magasin d’éducation et de récréation, 1864-1865, 2e semestre : 190).

3 Pour définir les sciences naturelles, Charles d’Orbigny écrit ainsi dans son dictionnaire que leur limite principale est l’homme et que leur étendue correspond aux trois règnes de la nature, zoologique, botanique et minéralogique (Orbigny et Wegmann 1842 : 23 et 9 sq.).

4 Voir à ce propos l’inventaire des textes présents dans Jules Verne et le courant scientifique de son temps. xixe siècle : bibliographie ([Collectif] 1992).

5 Voir la lettre de Verne à Hetzel du 8 janvier 1870 : « L’affaire avec la Revue est tout à fait manquée. Ils n’ont offert que 200 F la feuille, prix – disent-ils – qui est de tradition pour les débutants de la Revue et que Droz a eu pour commencer. J’ai répondu que je ne pouvais me départir du prix de 400. J’ai tenu bon, eux aussi et… l’affaire est manquée. J’ai remporté le manuscrit. Question d’amour-propre sur laquelle je passe facilement d’ailleurs » (Verne et Hetzel 1999 : 127).

6 « Une histoire de la Paléontologie et de l’Évolution en France de 1800 à 1860 non seulement se justifie ainsi d’une manière générale, mais s’impose même d’un point de vue particulier. Il ne faut pas oublier que la Paléontologie est, à cette époque, jusqu’à un certain point, mais d’une manière certaine, une science française. Il en est de même du Transformisme : c’est une théorie que l’on qualifie de “lamarckienne” pendant une bonne partie du xixe siècle. La fascination exercée par Lamarck et Cuvier sur la pensée des naturalistes d’Europe et d’Amérique durant la première moitié du xixe siècle explique que le développement français de ce courant de pensée et de cette discipline mérite une attention particulière, bien qu’elle n’ait pas la prétention d’être exclusive » (Laurent 1987 : 7).

7 Il a par ailleurs publié dans le Journal des savants, le Bulletin de la société d’anthropologie, la Revue des cours scientifiques, la Revue des deux mondes (voir pour plus de détails la Notice sur les travaux scientifiques et les titres académiques de M. A. de Quatrefages, Paris, Société anonyme des imprimeries réunies, 1883).

8 Comme l’écrit Patrick Tort, Quatrefages, « [f]idèle à ses convictions spiritualistes, […] ne fut pas un partisan de l’évolution ; luttant même contre elle jusqu’à la fin de sa vie […] » (Tort 1996, t. III : 3589). Il tente cependant une recherche des précurseurs nationaux de l’évolutionnisme darwinien dans l’intention consciente de « restreindre l’originalité de la découverte ou de l’invention théorique examinée, tout en attribuant l’essentiel de son éventuel mérite à des théoriciens plus proches de [lui] et déjà connus […] » (ibid.).

9 C’est la position non encore conflictuelle déclarée par Cuvier dans Tableau élémentaire de l’histoire naturelle des animaux lorsqu’il affirme : « Je crois m’honorer en donnant ces témoignages publics de ma reconnoissance pour les hommes célèbres avec lesquels j’ai le bonheur de vivre, et dont l’amitié et les secours m’ont encouragé dans cette entreprise » (Cuvier 1797 : viii sq.).

10 Pour plus de détails, voir aussi Christian Chélebourg (1988 : 223).

11 « Le haut degré d’intérêt apporté par Lamarck à leur étude [des fossiles] se manifeste dès le début par le fait même qu’il éprouve le besoin non pas sans doute d’inventer un mot nouveau, mais de fixer un sens particulier au terme ancien de “fossile”. On sait que jusque-là, le mot “fossile”, créé par Agricola vers 1540, servait à désigner tous les objets que l’on pouvait extraire du sein de la Terre. “Je donne le nom de fossile”, avertit Lamarck, “aux dépouilles des corps vivans altérés par leur long séjour dans la terre ou sous les eaux, mais dont la forme et l’organisation sont encore reconnoissables” » (Laurent 1987 : 52).

12 « Or le principe de la Paléontologie stratigraphique s’énonce simplement : les couches géologiques et les fossiles sont liés, non pas seulement par leur nature, mais d’abord et surtout par leur âge » (Laurent 1987 : 55).

13 Dans son ouvrage Jules Verne : un océan tumultueux de mots et de rêves, Fabrice Boumahdi affirme nettement l’influence de Cuvier sur Jules Verne, notamment par rapport à la question de l’homme africain (Boumahdi 2012 : 34 en particulier). C’est une affirmation qui mérite selon nous une analyse plus approfondie.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search