Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Deuxième partie. Enjeux idéologiques et religieux

Têtes d’assassin et graines de criminel ?

La recherche d’une explication scientifique de la criminalité en Grande-Bretagne, 1860-1880

Neil Davie

Texte intégral

1La période de 1860 à 1880 constitue un moment clé dans l’évolution complexe des rapports entre criminologie, médecine et biologie en Grande-Bretagne à l’époque victorienne. C’est en effet durant cette période qu’un savoir cohérent en matière de criminologie voit le jour outre-Manche, grâce aux efforts combinés d’un cercle restreint composé de médecins de prison, d’aliénistes et de hauts fonctionnaires de l’administration pénitentiaire britannique. Tous ont pour point commun d’être liés, de près ou de loin, aux prisons pour forçats (convict prisons) établies sur le sol britannique, dont les origines remontent au début du xixe siècle. Afin de déceler les causes de la criminalité – phénomène en plein essor selon les statistiques officielles de l’époque – ces premiers criminologues britanniques puisent dans une culture scientifique et médicale empreinte de darwinisme et plus largement d’explications biologisantes du comportement humain, telles la dégénérescence et l’atavisme. À ce bouillon de culture scientifique issu des années 1850 et 1860 s’ajouteront d’autres influences, plus anciennes, comme la physiognomonie et la phrénologie. Il s’agira dans ce chapitre de s’interroger sur les raisons qui ont poussé ce groupe de médecins et de hauts fonctionnaires de l’administration pénitentiaire britannique à se servir de ces outils scientifiques à ce moment précis. Dans un deuxième temps, nous aborderons les recherches de cette jeune école de criminologie britannique portant sur l’étiologie criminelle, avant d’analyser, dans une troisième partie, l’application de leurs travaux dans le domaine de l’identification criminelle. La compréhension de la démarche des premiers criminologues britanniques sera tout d’abord nécessaire, une démarche qu’il s’agit avant tout de replacer dans le contexte des impératifs et des contraintes liés à la place institutionnelle que ces criminologues occupaient au sein du système carcéral victorien.

Un milieu institutionnel propice

2Au début des années 1860, la Grande-Bretagne avait déjà pris la décision d’abandonner son dispositif de relégation (transportation), vieux de deux cents ans, qui consistait à déporter les individus condamnés pour des crimes non passibles de la peine capitale, ainsi que certains délits. Les condamnés furent tout d’abord envoyés en Amérique du Nord et, à partir de 1788, vers la nouvelle colonie pénale de Botany Bay en Australie. Mais dès le début des années 1840, l’incarcération des forçats dans des établissements pénitentiaires en métropole fut privilégiée, conduisant à la fin officielle de la relégation en 1868. Au début de la période étudiée, le pays comptait déjà huit prisons pour forçats, dont une des caractéristiques principales était la présence d’un médecin de prison, fonctionnaire travaillant à plein temps en milieu carcéral et résidant sur place. En revanche, dans les prisons réservées aux petits délinquants – plus nombreuses et que l’on qualifiait de « prisons locales » dans la terminologie de l’époque – seuls des médecins exerçant à l’extérieur effectuaient des visites ponctuelles. Les huit prisons pour forçats sur le territoire britannique étaient toutes gérées par le ministère de l’Intérieur, contrairement aux prisons locales.

3Le statut de ce corps médical était paradoxal. Tous issus de la médecine privée et sans formation spécialisée, ses membres jouissaient de larges pouvoirs au sein de l’administration pénitentiaire. Ils jouaient, en effet, un rôle clé dans le dispositif punitif de la prison victorienne, puisque c’étaient eux, et eux seuls, qui étaient chargés de décider de l’aptitude de chaque détenu à travailler (fit for labour) ou à subir un châtiment (fit for punishment) après une infraction au règlement intérieur. Il semblerait que très peu de médecins de prisons se soient opposés systématiquement à cet aspect de leur fonction (Wiener 1995). Il est vrai que ceux qui auraient eu des réserves déontologiques à ce sujet n’auraient sans doute pas choisi cette spécialisation. Cependant, il y eut, à l’époque, de nombreux exemples de conflits entre le corps médical et d’autres membres du personnel en milieu carcéral, notamment dans des cas où un médecin déclarait tel ou tel détenu « inapte » à travailler ou à subir un châtiment. Plus grave encore, certains médecins de prison s’opposèrent officiellement à des pratiques du régime pénitentiaire, tels que l’usage du manège de discipline (treadwheel) ou la diminution des rations alimentaires. Dans ces circonstances, l’enjeu était considérable, surtout si la presse s’emparait de l’affaire ; la carrière des médecins concernés pouvait être fortement menacée si l’affaire arrivait aux oreilles des hommes politiques (Davie 2005 : 70 sq.).

4Ce type de cas demeura néanmoins relativement rare. Si l’on se fonde sur leurs journaux personnels et leurs rapports, le quotidien des médecins de prisons consistait surtout à faire le tri entre les vrais et les « faux » malades afin de soigner les premiers et châtier les seconds. Mais un certain nombre d’entre eux s’intéressèrent également à des questions plus larges et menèrent des recherches, souvent de leur propre initiative, afin de cerner les caractéristiques physiques et mentales des détenus sous leur responsabilité. Certains de leurs travaux parurent ensuite dans les pages des revues médicales spécialisées de l’époque, telles le Lancet, le British Medical Journal et le Journal of Mental Science. Ces recherches posèrent les premiers jalons de la discipline que l’on appelle « criminologie » en Grande-Bretagne, bien que ce terme ne soit devenu monnaie courante qu’à la fin du xixe siècle. Il est important de préciser qu’il ne s’agit pas d’une démarche purement scientifique ni académique, mais plutôt d’une tentative de la part des médecins de trouver des réponses à des questions d’ordre pratique, soulevées lors de l’exercice de leurs fonctions en milieu carcéral (Watson 1994).

5Par ailleurs, l’idée d’incarcérer des hommes, des femmes et (parfois) des enfants des années durant, dans une cellule individuelle et jusqu’à vingt-trois heures par jour, constituait une grande nouveauté pour l’époque. Comme nous l’avons vu, la plupart des auteurs de crimes passibles en théorie de la peine capitale, ainsi que certains petits délinquants, étaient jusqu’alors bannis. Une fois en Australie, ces forçats n’étaient pas incarcérés à proprement parler (sauf en cas de récidive sur place s’ils commettaient de nouvelles infractions), mais avaient plutôt le statut de travailleurs forcés, affectés à un employeur ou à une famille, et restaient sans véritable surveillance de la part des autorités (Hirst 1998).

6S’il existait bien, depuis plusieurs siècles en métropole, des prisons locales, gérées par les justices of the peace, elles accueillaient essentiellement les auteurs de délits relativement mineurs, dont la peine se limitait le plus souvent à quelques mois. Les victoriens étaient donc confrontés à une toute nouvelle série d’enjeux et d’interrogations : quel régime d’incarcération choisir pour des individus destinés à passer non pas quelques semaines derrière les barreaux, mais sept, quatorze, voire vingt ans ? Fallait-il un seul régime pour toute la durée de la peine ? Ou encore, fallait-il concevoir un dispositif spécifique pour certaines catégories de détenus, notamment pour les femmes ?

7Pendant une trentaine d’années, outre-Manche, des débats parfois houleux seront lancés entre adeptes de régimes différents. De chaque côté, on prétendait avoir découvert la solution idéale pour enrayer la montée de la criminalité, protéger la société, et punir les malfaiteurs. Le tout, bien sûr, à un coût défiant toute concurrence. Un large consensus finit par se dessiner. Il se traduisit, au début des années 1860, par un régime d’incarcération en deux temps. Chaque détenu était d’abord placé pendant six mois en isolement cellulaire (separate confinement) avant d’être affecté à un établissement dédié aux travaux forcés (public works prison). On y travaillait en groupe le jour, avant de retrouver sa cellule individuelle la nuit. D’après une expression courante à l’époque, tout devait concorder pour que l’expérience carcérale puisse se résumer à « un dur labeur, du pain dur et un lit dur » (hard labour, hard fare and a hard bed – voir McConville 1981 : 349-364).

8Pour autant, la question de savoir ce que l’on entendait par « dur » restait en suspens. Quel type de labeur pouvait maintenir le détenu en bonne forme physique tout en restant une activité pénible et éprouvante ? Ou encore, quel régime alimentaire pouvait répondre aux besoins nutritionnels des prisonniers sans pour autant encourager la gloutonnerie, ni leur fournir un quelconque plaisir gustatif ? Au-delà de la question de la santé physique de la population carcérale se posaient deux autres questions fondamentales : quelles pouvaient être les conséquences d’un emprisonnement dans la durée sur l’esprit du détenu ? Pouvait-on envisager que six mois passés en isolement cellulaire n’auraient aucune répercussion sur la santé mentale, ou, au contraire, qu’ils laisseraient des séquelles psychiques irréversibles ? Quant à la question du châtiment, le problème restait entier : combien de temps pouvait-on enfermer un détenu réfractaire dans une cellule disciplinaire (dite « cellule sombre » car coupée de la lumière et des sons provenant de l’extérieur), nourri au pain et à l’eau, sans s’attendre à ce que cet enfermement ait des conséquences à long terme sur sa santé mentale ou physique ?

9Ce sont de telles réflexions qui conduisirent des médecins, des aliénistes et des administrateurs de prison à chercher à identifier les différences entre les hommes et les femmes incarcérés dans les établissements pénitentiaires britanniques. À cause, sans doute, du faible nombre de femmes présentes dans les prisons à l’époque, ainsi que par pudeur, les recherches menées à cette période portèrent presque uniquement sur les détenus de sexe masculin (Zedner 1991). Aussi, la question se résumait à s’interroger sur les caractéristiques du forçat : en quoi était-il semblable, sur le plan physique et psychique, à l’homme victorien respectueux de la Loi, ou au contraire, comme le soupçonnaient de nombreux spécialistes, foncièrement différent ?

« La tyrannie de l’hérédité »

  • 1 Cette apparente « vague » de criminalité a laissé les historiens sceptiques. Voir Gatrell (1990 : 2 (...)
  • 2 On trouve souvent ce terme (emprunté du français) dans sa traduction anglaise (dangerous classes) a (...)

10Ces réflexions sont, bien entendu, à relier au contexte sociopolitique et intellectuel de l’époque. Dans les années 1860 et 1870, la criminalité était un sujet brûlant, le taux de criminalité n’ayant cessé d’augmenter depuis une quarantaine d’années1. De nombreux victoriens tenaient les individus appartenant aux « classes dangereuses » comme premiers responsables2. Ils composaient, selon eux, une population souterraine faite de délinquants professionnels, agissant dans l’ombre et prenant pour cible d’honnêtes gens qui les côtoyaient à leur insu. Tout semblait indiquer que face à ce fléau, les forces de l’ordre tout comme le régime carcéral étaient parfaitement démunis, qu’il s’agisse de la prévention des actes criminels ou de l’identification et de l’arrestation des malfaiteurs, une fois les infractions commises. Dans ce contexte, le personnel de l’administration pénitentiaire britannique subissait de fortes pressions (émanant du Parlement et de l’opinion) pour trouver des solutions (Bailey 1993).

11Aussi, il s’agissait principalement de trouver le moyen efficace pour identifier les auteurs de crimes et de délits. Dans un contexte d’urbanisation fulgurante liée à l’industrialisation, on s’inquiétait qu’il soit de plus en plus aisé de se fondre dans la foule. En mettant en évidence des traits communs à tous les criminels, la police serait en mesure de se trouver à nouveau en position d’autorité dans la lutte contre la criminalité, point essentiel sur lequel nous reviendrons plus loin. Pour certains, il n’y avait d’autre solution que de punir plus sévèrement les criminels et en particulier de recourir à des peines plus longues. Pour d’autres, l’amélioration des conditions de vie et d’éducation devait finir par changer les mentalités. Pour d’autres encore, il existait une troisième voie : la science. Mais quelle science et quels outils ?

12L’environnement scientifique dans lequel s’inscrivent ces questions est à la fois celui du darwinisme et de la théorie de la dégénérescence, développée par l’aliéniste français Bénédict-Augustin Morel. Ces deux théories virent le jour à la fin des années 1850 et se répandirent outre-Manche surtout pendant la décennie suivante. On s’inspirait des deux théories (parfois à la fois) pour affirmer qu’il existait bel et bien des populations partageant des traits physiques et psychiques et pour justifier leur statut inférieur. La terminologie n’était pas encore bien déterminée. Certains parlaient de « races » ou de « types » ; d’autres préféraient évoquer des « classes » ou des « tribus ». On estimait que par définition, le criminel était inférieur sur le plan moral ; peut-être manquait-il de toute notion de valeur morale, phénomène connu à l’époque sous le terme de « folie morale » ou d’« imbécillité morale » (Rafter 2004).

13Comme nous l’avons indiqué, d’autres traditions scientifiques ou pseudo-scientifiques plus anciennes, telles que la phrénologie ou la physiognomonie, s’ajoutaient à ces concepts. Pour elles, tout manquement moral ou comportemental s’accompagne forcément d’anormalités ou de difformités physiques. On puisait dans différentes théories scientifiques afin d’expliquer les origines de ces anomalies et de ces difformités, parmi lesquelles on trouvait la transmission des caractères chère aux néo-lamarckiens, la sélection naturelle, l’atavisme, le retard dans le développement ou encore la dégénérescence. La plupart des spécialistes s’accordaient à reconnaître l’existence d’un « criminel-type » bien défini et étaient confiants dans l’idée qu’à terme, les recherches en médecine et en anthropologie seraient capables d’en énumérer les principaux traits (Davie 2010).

14Les spécialistes britanniques les plus importants de cette jeune école de criminologie britannique étaient l’aliéniste Henry Maudsley (1835- 1918) et les médecins de prison James Bruce Thomson (1810-1873), David Nicolson (1844-1932) et George Wilson (dates inconnues). Pendant une dizaine d’années, de 1865 à 1875, toute une série de recherches cohérentes virent le jour, en se fondant sur l’idée que tout criminel possédait ce que Maudsley appelait dans un ouvrage de 1870 « la tyrannie de l’hérédité » (Maudsley 1870 : 43, 75 sq.). C’est ainsi qu’il la décrivait :

  • 3 Toutes les traductions de sources primaires sont de l’auteur du chapitre.

Bien que cela puisse paraître excessif, il est indéniable de constater que certains êtres humains sont tellement dénués de tout esprit que peu importent les efforts apportés en matière de socialisation, rien ne les élèvera au-dessus du niveau des bêtes. J’estime également qu’à cause d’influences ancestrales néfastes, certaines personnes sont venues au monde avec un tel défaut ou une telle tare que, quelle que soit l’attention portée à leur condition, rien ne pourra les empêcher d’avoir une conduite vicieuse et criminelle ni de perdre la raison. (Ibid. : 753)

15On retrouve les mêmes thématiques dans les travaux rédigés par les médecins de prison. Dans un article du docteur Thomson paru en 1869 dans le Journal of Mental Science, on peut lire qu’« il existe un groupe d’individus criminels qui ne ressemble pas aux autres hommes civilisés ni à d’autres criminels […] car il se caractérise par des traits physiques et psychiques particuliers » (Thomson 1869 : 488). Le voleur professionnel, par exemple, est « aussi différent des ouvriers honnêtes que le mouton à tête noire l’est d’autres races ovines ». Il possède des « traits grossiers et repoussants », il a « le teint sale et la mine atrabilaire » (ibid. : 490). Thomson met l’accent sur le fait que ces traits sont les signes incontournables d’une criminalité qui est à la fois innée et incurable (Thomson 1866 : 341). Les résultats de nombreuses autopsies qu’il effectue à la prison de Perth (Écosse) où il exerce sont pour lui sans appel : « Dans la plupart des cas, écrit-il, le décès n’est pas dû à une seule maladie puisque presque chaque organe est malade. Je suis stupéfait de constater que le malade soit resté en vie alors que tous les organes vitaux étaient touchés » (Thomson 1869 : 492).

16Le docteur Nicolson, de la prison de Portsmouth, et le docteur Wilson, de celle de Woking, partagent le même avis, comme en témoignent plusieurs articles et communications publiés à la même époque. Nicolson, par exemple, souligne en 1873 que certains criminels récidivistes « portent leurs tares sur le visage, et leur expression indique tout de suite à tous ceux qui ont affaire à eux à quoi ils peuvent s’attendre – ou ne pas s’attendre » (Nicolson 1873-1875 ; Wilson cité par Ellis 1890 : 6). Afin d’illustrer son propos, le médecin de Portsmouth joint à son article une planche de portraits de forçats « réalisés avec suffisamment de soin pour bien représenter les traits typiques des criminels faibles d’esprit ». L’un des portraits, celui d’un berger irlandais condamné pour viol et homicide involontaire, mériterait selon lui, une attention particulière. En effet, selon Nicolson, il possède « une expression remarquable, semblable à celle d’un babouin ; un véritable chaînon manquant » (Nicolson 1875 : 250).

17Ce portrait fut également à l’honneur lors d’une conférence donnée en 1875 à la Social Science Association par Edmund Du Cane, directeur du conseil de l’administration pénitentiaire au sein du ministère de l’Intérieur. Citant les recherches de Thomson, Nicolson, Wilson et leurs collègues, Du Cane affirme que :

[l]es caractéristiques de cette classe [de criminels] sont en tous points semblables à celles des races inférieures de l’espèce humaine – ils ont l’habitude d’errer comme des vagabonds, ils sont extrêmement paresseux, ils sont incapables d’anticiper et de s’organiser, ils n’ont aucun sens moral, ils sont fourbes et sales. Dans certains cas, leur apparence physique ressemble à celle des animaux inférieurs, à tel point qu’elle semble les rapprocher de ce que le Professeur Darwin appelle « nos ancêtres arboricoles ». (Du Cane 1876 : 302 sq.)

18Afin d’illustrer ce dernier point, Du Cane reprend l’exemple du forçat irlandais décrit par Nicolson : « Cet homme qui est actuellement en prison semble être très proche de son ancêtre [arboricole], à dire vrai ; il a, comme son portrait nous le montre, une ressemblance extraordinaire avec ce type d’animal » (Du Cane 1876 : 303).

19Même si Nicolson, Du Cane et les autres médecins n’évoquaient guère leurs motivations (à une exception près, comme nous allons le voir ci-dessous), ils souhaitaient probablement que leurs recherches permettent au régime carcéral victorien de proposer un subtil mélange de travaux forcés, de conditions de vie difficiles et de châtiments, afin de maintenir tout forçat en bonne forme physique tout en faisant de l’emprisonnement l’expérience « la plus austère et la plus contraignante possible », selon les termes d’un historien spécialiste du sujet (McConville 1981 : 349). La plupart des contemporains estimaient qu’un tel régime devait servir surtout à prévenir la criminalité. Pour ceux qui étaient déjà derrière les barreaux, en revanche, affaiblis par le poids des tares innées et/ou acquises, il ne restait guère d’espoir.

Science et identification criminelle

20Il existe un deuxième champ d’application à cette époque tout aussi important pour les recherches sur le criminel-type : celui de l’identification criminelle. Étant donné que les traits physiques du délinquant typique pouvaient, selon les toutes dernières découvertes, être définis avec précision, ce domaine offrait alors toute une série de possibilités. Ainsi, l’auteur d’un crime ne devait plus être en mesure de se fondre dans la foule des villes. On espérait donc au ministère britannique de l’Intérieur que les forces de l’ordre, à la recherche de malfaiteurs, pourraient à terme être munies de signalements, ou même de photographies, de criminels « typiques », afin de leur permettre de concentrer leurs efforts sur les suspects les plus probables. Les expériences menées par Francis Galton à la fin des années 1870, et commandées par Edmund Du Cane (désormais fait chevalier et promu à la tête de la toute nouvelle administration pénitentiaire gérant les affaires de tous les établissements carcéraux britanniques) représentent un exemple fascinant des recherches dans ce domaine. Du Cane fournit à Galton plusieurs centaines de portraits de forçats, afin que ce dernier puisse identifier des images types de criminels. Lors de cette nouvelle pratique, Galton eut l’idée de superposer photographiquement plusieurs portraits afin d’arriver à une image « composite » (Galton 1879). De toute évidence, Galton espérait pouvoir établir de cette façon toute une série de portraits génériques de « meurtriers », de « violeurs », de « pyromanes », etc. (Davie 2003).

21Quel était le but de ces expériences ? Il était question, en partie sans doute, de simple curiosité scientifique. Cependant, pour Francis Galton, la recherche d’un criminel-type par la photographie s’insérait dans un projet plus large, ayant pour objet de distinguer les « aptes » des « inaptes ». Même s’il n’avait pas encore inventé le mot « eugénisme » (voir Galton 1883), Galton était déjà convaincu qu’il fallait identifier des critères objectifs pour trier le bon grain de l’ivraie. Il était urgent, selon lui, d’encourager la procréation chez les premiers et de la dissuader, voire de l’empêcher, chez les seconds. Sans une telle intervention ciblée, l’avenir même de la « race britannique » était à ses yeux menacé. Quant à Sir Edmund Du Cane, il semble peu plausible qu’il ait agi de la sorte par simple curiosité scientifique ou pour promouvoir les thèses de Galton. Selon nous, le ministère de l’Intérieur prit la décision de financer les recherches de Galton probablement pour des raisons plus pragmatiques. Une intervention de Du Cane qui vint clore une conférence de Galton à l’Anthropological Institute en 1878 nous donne quelques éléments de réponse, mêmes si ses propos restent ambigus :

En réfléchissant à la meilleure façon de traiter et de lutter contre la criminalité, il m’est venu à l’esprit que nous devons essayer de suivre sa trace jusqu’à la source, et d’étudier la possibilité de l’enrayer à ce niveau, au lieu d’attendre qu’elle se développe et d’agir après coup. Pour remonter aux sources de la criminalité, nous devons remonter dans le passé de ses auteurs et surtout explorer les pistes capables d’expliquer (à ce qu’on nous dit) les véritables raisons du comportement criminel. Parmi ces pistes, une des plus importantes est d’isoler l’existence éventuelle d’une propension innée [à commettre des crimes] de l’effet de la socialisation. […] La méthode de M. Galton nous aiderait à trancher sur ce point. (Galton 1879 : 142 sq.)

22Si les techniques de la photographie composite étaient véritablement capables d’identifier les visages génériques de meurtriers, de violeurs et de pyromanes, indique Du Cane, il devait être possible de cibler de futurs ou potentiels criminels – ce que les criminologues d’aujourd’hui nomment le « précrime » (Zedner 2009).

23Cette conception du délinquant, condamné à commettre des crimes à cause d’une « propension innée au meurtre », rappelle le « criminel né » cher au criminologue italien Cesare Lombroso (1835-1909). Dans son célèbre ouvrage, L’homme criminel, paru en 1876, mais dont le contenu ne sera connu outre-Manche qu’à partir de la fin des années 1880, Lombroso dresse le portrait d’individus, combinaison malsaine de pièces de musée et de bombes à retardement, poussés inexorablement à commettre des crimes par des pulsions d’origine atavique (Lombroso 1876 ; Davie 2013). Certains spécialistes britanniques – tout comme leurs confrères français (voir Renneville 1994 ; Mucchielli 2006) – restèrent dubitatifs quant au rôle de l’atavisme. Un large consensus se dégagea néanmoins autour de l’idée que l’on avait affaire à des pulsions innées incontrôlables, dont on pourrait au mieux limiter les effets néfastes, sans pour autant les éradiquer à la source. Selon les propos hauts en couleur d’Henry Maudsley, le criminel reprendra toujours son comportement criminel car : « Le chien retourne à son vomi et la truie revient se vautrer dans la fange. […] Comment, ajoute-t-il, est-il possible que quelque chose qui s’est façonné à travers les générations puisse être re-façonné dans l’espace d’une seule vie ? Est-ce que l’Éthiopien peut changer de peau ou le léopard perdre ses taches ? » (Maudsley 1874 : 33).

24Le docteur Thomson était arrivé aux mêmes conclusions dans son article paru quelques années auparavant :

  • 4 Cette citation dans la citation est tirée du premier chapitre de l’Origine des espèces de Charles D (...)

La leçon se trouve dans la théorie de la sélection naturelle, si bien présentée par M. Darwin. Lorsqu’il faut améliorer une variété de plantes, les horticulteurs « se contentent de visiter leurs plates-bandes pour arracher les plantes qui dévient du type ordinaire. On pratique aussi cette sorte de sélection avec les animaux, car personne n’est assez négligent pour permettre aux sujets défectueux d’un troupeau de se reproduire4 ». Pourquoi donc, lorsqu’il s’agit de criminels irrécupérables, devrait-on les laisser en liberté au moment où ils sont en pleine force de l’âge ? Pourquoi devrait-on les envoyer en prison pour purger de courtes peines, avant de les remettre en liberté, une fois plein de verve, afin qu’ils puissent propager une race inférieure en matière de constitution physique ? (Thomson 1870 : 331)

25Dans son article, Thomson cite également l’aliéniste britannique Thomas Laycock (1812-1876), amateur, lui aussi, de métaphores horticoles :

Ils [les criminels] sont, pour la plupart d’entre eux, des imbéciles moraux ; ce qui fait que, peu importe le temps qu’ils passent en prison ou qu’ils se soumettent à telle ou telle forme de discipline, dès leur remise en liberté, ils reprennent leurs vieilles habitudes criminelles et vicieuses. Ce sont des mauvaises herbes, et tout comme les mauvaises herbes, ils se propagent vite, et préservent ainsi leur race. La loi de la transmission héréditaire des caractéristiques mentales et morales est inexorable chez eux, comme dans tout organisme. De plus, étant donné qu’ils sont, pour la plupart, à l’âge fécond, et qu’ils se propagent naturellement, ils ne cesseront de le faire que le jour où la Loi le leur interdira. Je souhaite insister sur la manière dont ces imbéciles vicieux, qui souillent leur descendance jusqu’à la troisième ou quatrième génération, font augmenter la part imbécile, vicieuse et dégradée de la population. (Cité par Thomson 1870 : 350).

  • 5 Il est frappant dans ce contexte que certains adeptes de la théorie du criminel-type, tels Henry Ma (...)

26L’harmonie au sein du jardin du criminologue britannique sera néanmoins de courte durée sous l’effet d’importantes tensions et divergences d’opinion lors des décennies suivantes. Si l’on considère que le criminel est condamné à récidiver et à se propager telle une mauvaise herbe jusqu’à ce qu’on l’empêche physiquement d’agir, le rôle du médecin de prison, de l’aliéniste, voire de l’administration pénitentiaire, se réduit à celui de simple geôlier. Il n’est donc peut-être pas surprenant que la vision fataliste et déterministe du comportement criminel finisse par céder la place à une autre conception. Au début des années 1890, la criminologie britannique aura pratiquement abandonné les thèses défendues par les pionniers des années 1860 et 1870 et soutiendra désormais une position résolument anti-lombrosienne et volontariste. Le concept de « criminel-né », quant à lui, sera rejeté par la plupart des criminologues britanniques comme une survivance des explications préscientifiques, une sorte de croquemitaine populaire maintenu en vie dans les romans à quatre sous (Davie 2013)5.

27Ainsi, comme nous l’avons mis en évidence, à partir des années 1880- 1890, les criminologues britanniques rejetèrent pour la grande majorité d’entre eux l’idée qu’un « criminel-type » immuable et inné, reconnaissable à partir de ses traits anatomiques et physiologiques, puisse expliquer des pans entiers du comportement criminel de leurs concitoyens. Dans ce sens, les théories biologisantes de Thomson, Nicolson ou Maudsley, empreintes d’un mélange de darwinisme, de dégénérescence, de physiognomonie et de phrénologie, ne retrouveront jamais leur influence d’antan. Ainsi, le fatalisme et le déterminisme biologique, tellement caractéristiques de la période précédente, perdront de leur force. Les explications biologisantes de la criminalité ne disparaîtront pas pour autant outre-Manche. Elles seront reprises par les eugénistes au début du nouveau siècle, encouragés par un Galton septuagénaire. Au sein même de l’establishment médico-pénal britannique, hostile aux thèses du mouvement eugéniste et aux solutions que prône ce dernier, on continue à faire appel à la biologie et aux théories innéistes pour expliquer le comportement de certains criminels, jugés « mentalement déficients » ou « faibles d’esprit ». Si ce groupe ne pouvait être tenu responsable que d’une petite minorité des crimes et délits commis dans le pays, il n’en reste pas moins que le spectre d’un groupe de malfaiteurs, programmé en quelque sorte pour commettre des crimes par leur biologie défectueuse, continua à inquiéter et à fasciner les experts comme le grand public, jusqu’à la veille de première guerre mondiale (Davie 2005 : chap. v).

Bibliographie

Bibliographie

Bailey, Victor, 1993. « The Fabrication of Deviance : “Dangerous Classes” and “Criminal Classes” in Victorian England », in John Rule et Robert Malcolmson (dir.), Protest and Survival : The Historical Experience. Londres, Merlin Press : 221-257.

Darwin, Charles, 1876 [1859]. L’origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la lutte pour l’existence dans la nature, Edmond Barbier (trad.). Paris, Reinwald & Co.

Davie, Neil, 2003. « “Une des défigurations les plus tristes de la civilisation moderne” : Francis Galton et le criminel composite », in Michel Prum (dir.), Les malvenus : race et sexe dans le monde anglophone. Paris, L’Harmattan : 191-220.

– 2005. Tracing the Criminal : The Rise of Scientific Criminology in Britain, 1860-1918. Oxford, Bardwell Press.

– 2010. « Born for Evil ? Biological theories of crime in historical perspective », in Shlomo Giora Shoham, Paul Knepper et Martin Kett (dir.), International Handbook of Criminology. New York, CRC Press : 23-50.

– 2013. « Lombroso and the “men of real science” : British reactions, 1886-1918 », in Paul Knepper et P.J. Ystehede (dir.), The Cesare Lombroso Handbook. Londres, Routledge : 342-360.

Du Cane, Edmund, 1876. « Address on the repression of crime », Transactions of the National Association for the Promotion of Social Science : Brighton meeting 1875 : 271-308.

Ellis, Havelock, 1890. « The study of the criminal », Journal of Mental Science, vol. 36 : 1-15.

Galton, Francis, 1879. « Composite portraits », Journal of the Anthropological Institute, vol. 6 : 132-144.

– 1883. Inquiries into Human Faculty and its Development. Londres, Macmilllan.

Gatrell, Victor, 1990. « Crime, authority and the policeman-state » in Francis Michael Longstreth Thompson (dir.), The Cambridge Social History of Britain, 1750-1950, vol. 3. Social Agencies and Institutions. Cambridge, Cambridge University Press : 243-310.

Hirst, John, 1998. « The Australian experience : the convict colony », in Norval Morris et David J. Rothman (dir.), The Oxford History of the Prison : The Practice of Punishment in Western Society. New York – Oxford, Oxford University Press : 235-265.

Lombroso, Cesare, 1876. L’uomo delinquente. Milan, Hoepli.

Maudsley, Henry, 1870. Body and Mind. Londres, Macmillan.

– 1874. Responsibility in Mental Disease. New York, Appleton & Co.

– 1888. « Remarks on crime and criminals », Journal of Mental Science, vol. 36 : 159-167.

McConville, Seán, 1981. A History of English Prison Administration, vol. 1. 1750 – 1877. Londres, Routledge & Kegan Paul.

Mucchielli, Laurent, 2006. « Criminology, hygienism and eugenics in France, 1870-1914 : the medical debates on the elimination of the “incorrigible” », in Peter Becker et Richard F. Wetzell (dir.), Criminals and their Scientists : the History of Criminology in International Context. Cambridge, Cambridge University Press : 207-230.

Nicolson, David, 1873-1875. « The morbid psychology of criminals », Journal of Mental Science, vol. 19 (1873) : 222-32 ; vol. 20 (1874) : 20-37, 167-185, 527-551 ; vol. 21 (1875) : 18-31, 225-250.

– 1895. « Presidential address », Journal of Mental Science, vol. 41 : 567- 591.

Rafter, Nicole, 2004. « The unrepentant horse-slasher : Moral insanity and the origins of criminological thought », Criminology, vol. 42, n° 4 : 977-1006.

Renneville, Marc, 1994. « La réception de Lombroso en France », in Laurent Mucchielli (dir.), Histoire de la criminologie française. Paris, L’Harmattan : 107-135.

Thomson, James Bruce, 1866. « The effects of prison discipline on the body and mind », Journal of Mental Science, vol. 12 : 340-348.

– 1869. « The hereditary nature of crime », Journal of Mental Science, vol. 15 : 487-498.

– 1870. « The psychology of criminals », Journal of Mental Science, vol. 16 : 321-350.

Watson, Stephen, 1994. « Malingerers, the “weakminded” criminal and the “moral imbecile” : how the English prison medical officer became an expert in mental deficiency, 1880-1930 », in Michael Clark et Catherine Crawford (dir.), Legal Medicine in History. Cambridge, Cambridge University Press : 223-241.

Wiener, Martin J., 1995. « The health of prisoners and the two faces of Benthamism », in Richard Creese, W. F. Bynum et Joe Bearn (dir.), The Health of Prisoners : Historical Essays. Amsterdam, Rodopi : 44- 58.

Zedner, Lucia, 1991. Women, Crime and Custody in Victorian England. Oxford, Clarendon Press.

– 2009. Security. Londres, Routledge, coll. « Key Ideas in Criminology ».

Notes

1 Cette apparente « vague » de criminalité a laissé les historiens sceptiques. Voir Gatrell (1990 : 250).

2 On trouve souvent ce terme (emprunté du français) dans sa traduction anglaise (dangerous classes) au Royaume-Uni dans les années 1840-1860. Il existe de nombreuses variations : criminal classes, vicious and dangerous classes, etc.

3 Toutes les traductions de sources primaires sont de l’auteur du chapitre.

4 Cette citation dans la citation est tirée du premier chapitre de l’Origine des espèces de Charles Darwin (1876 : 33). Dans la version anglaise de l’ouvrage, la comparaison entre mauvaises herbes et criminels est encore plus explicite, car Darwin fait remarquer que les horticulteurs qualifient « les plantes qui dévient du type ordinaire » de rogues ou voyous.

5 Il est frappant dans ce contexte que certains adeptes de la théorie du criminel-type, tels Henry Maudsley et David Nicolson, reviennent sur leurs positions de jeunesse à partir des années 1880. Voir par exemple Maudsley (1888) et Nicolson (1895).

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search