Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Deuxième partie. Enjeux idéologiques et religieux

Biologie et idéologie du progrès dans la poésie post-darwinienne des femmes victoriennes

Fabienne Moine

Texte intégral

1Lors des deux dernières décennies du xixe siècle, de nombreuses femmes poètes britanniques contribuèrent aux débats suscités par la diffusion de la théorie de l’évolution. Certaines choisirent d’écrire des poèmes en s’appuyant sur la biologie et sur la théorie cellulaire en particulier. Elles utilisèrent alors les avancées technologiques, tel le perfectionnement du microscope, et s’intéressèrent aux progrès médicaux, comme les travaux de Pasteur sur les microbes et les vaccins, qui débouchèrent sur l’identification des bacilles de la lèpre en 1874, de la tuberculose en 1882 et de la peste en 1894. L’infiniment petit leur parut apporter des réponses aux questions soulevées par la théorie de l’évolution. Par exemple, certaines femmes poètes s’interrogèrent sur la possibilité d’une évolution sans Dieu sachant que la théorie darwinienne évoque une évolution sans direction et sans présence divine. D’autres recherchèrent une alternative morale à la survie des mieux adaptés ou bien rejetèrent le pouvoir du hasard, notions fondamentales chez Darwin. D’autres encore se demandèrent si une forme de rédemption pouvait intervenir dans les processus d’évolution à l’œuvre dans le monde vivant. Si certaines femmes de la fin du xixe siècle prirent en compte la théorie de l’évolution dans leurs poèmes, elles en proposèrent aussi souvent une alternative.

  • 1 La vulgarisation scientifique s’appuie sur les ressources de chaque forme littéraire. Peu d’ouvrage (...)
  • 2 Les éditeurs de l’anthologie de poésie scientifique française au xixe siècle Muses et ptérodactyles(...)
  • 3 Voir par exemple la quadrilogie de sonnets d’Emily Pfeiffer, « To Nature » dans Sonnets and Songs ( (...)

2Après la révolution scientifique et culturelle que constitue la théorie darwinienne, il n’est plus envisageable pour la majeure partie des poétesses d’écrire une poésie strictement didactique, comme ce fut le cas dans la dernière partie du xviiie siècle et jusqu’aux années 1860, lorsque les femmes utilisaient le poème pour vulgariser les connaissances scientifiques et éduquer les jeunes lecteurs1. Les poèmes de ces femmes, à la fin du xixe siècle, attestent leur maîtrise des outils et des méthodes scientifiques et témoignent de la force de leur engagement dans les débats portant sur les questions sociales de leur temps2. L’utilisation de l’évolutionnisme en poésie n’est toutefois pas réservée aux femmes. À cette époque, la théorie scientifique de Darwin est souvent utilisée par les idéologies dominantes pour justifier les bienfaits de l’individualisme et de la concurrence. Au contraire, les femmes poètes proposent tout un arsenal de contre-attaques idéologiques au sujet de la notion de progrès social que la science devrait engendrer. La poésie darwinienne de leurs confrères, tels Lord Tennyson, Robert Browning, Thomas Hardy ou George Meredith, exprime généralement, quant à elle, leur désillusion face à une nature désormais indifférente au devenir de l’humain. Ainsi, ces poètes masculins recherchent le sens d’un monde sans Dieu (Holmes 2009). Si les femmes poètes affichent parfois une forme de désenchantement similaire face à la nature dont l’évolution serait laissée au hasard3, elles engagent tout de suite leur poésie sur la route de l’idéologie du progrès.

  • 4 Au sujet de la non-mixité dans l’enseignement secondaire et supérieur en Europe, voir Rogers (2004) (...)
  • 5 Voir Blain (2001 : 235).
  • 6 Voir Gates et Shteir (1997 : 10).
  • 7 Principaux ouvrages portant sur la vulgarisation de la science à l’époque victorienne : Shteir 1996 (...)

3 Alors que les institutions de la société victorienne maintenaient les femmes en dehors des professions scientifiques et des universités jusqu’au dernier quart du xixe siècle4, la plupart de ces poétesses se forgèrent une culture scientifique en autodidactes, par simple imprégnation. Parmi les femmes poètes présentes dans cette étude, seule Constance Naden put approfondir son éducation scientifique de qualité à l’université et fut reconnue sur les plans scientifiques, philosophiques et sociologiques par les intellectuels de son époque5. Pour d’autres, l’environnement familial et une éducation un peu plus poussée permirent parfois de rapprocher les femmes du monde scientifique. Par ailleurs, les femmes assistaient à de nombreuses conférences publiques, consultaient des magazines en bibliothèque ou s’abonnaient à des revues6 et complétaient leur éducation dans le domaine de l’histoire naturelle par la lecture d’ouvrages et d’articles de vulgarisation7.

4Elles participaient également à la production de littérature scientifique en utilisant tous les genres littéraires pour diffuser la connaissance scientifique mais aussi pour produire leur propre discours aussi bien esthétique qu’idéologique. Certaines femmes parvinrent ainsi à proposer leur propre interprétation des phénomènes naturels à travers des poèmes qui abordent la question du sens de la vie et de la science. Grâce aux outils littéraires mobilisés par la forme poétique, les femmes purent contribuer aux débats soulevés par le darwinisme. La diffusion des découvertes scientifiques en matière de biologie est attestée par la fréquence des références chez des poètes appartenant à des zones géographiques et des milieux socioculturels différents. En choisissant une poésie inspirée par la biologie, domaine scientifique réservé aux hommes à la fin du siècle, elles plongèrent au cœur du vivant afin d’y trouver des éléments qui révèlent une organisation de la vie fondée sur la coopération et remirent en cause les recherches des biologistes qui légitimaient les idéologies inégalitaires.

  • 8 L’ontogenèse correspond au développement progressif d’un individu particulier depuis sa naissance a (...)

5Elles prirent ainsi position à travers le poème, à défaut de pouvoir le faire sur la scène publique, pour s’opposer aux scientifiques qui, selon elles, cherchaient à justifier leur propre vision de l’évolution fondée sur les inégalités et sur la disparition des plus faibles. L’observation de la structure biologique des êtres vivants et les conclusions qu’elles en tirèrent aidèrent ces femmes poètes à construire une autre forme d’idéologie, cette fois-ci progressiste, puisqu’elle consistait à penser que l’analyse de la cellule permet l’identification d’un modèle social fondé sur les valeurs humanistes, socialistes ou chrétiennes de l’altruisme et du pardon. À travers l’observation scientifique, elles montrèrent que les systèmes biologiques et l’évolution en particulier ne sont pas dénués de sens ; il faut seulement apprendre à déchiffrer cette signification cachée et surtout à appliquer la leçon que la nature transmet à travers l’infiniment petit. À leurs yeux, le Mieux, si ce n’est le Bien, représentait le but de cette évolution téléologique révélée par l’observation microscopique des structures égalitaires du vivant. À défaut d’être la mission du biologiste, ce sera celle de la femme poète que de chercher une signification universelle aux microphénomènes. L’utilisation de la biologie permet d’associer le développement ontogénétique à l’évolution phylogénétique, afin de montrer que l’ensemble du genre humain est engagé dans la voie du progrès moral8.

6 L’objectif des femmes poètes est de rapprocher le tissu biologique et le tissu social afin de convaincre le lecteur, mais aussi le scientifique, le philosophe ou l’homme politique, que la société avancera sur la route du progrès social une fois qu’elle aura pris en considération le modèle progressiste que présentent les organismes vivants. En intégrant dans leurs poèmes un nouvel outil performant, le microscope, les femmes souhaitent percer le secret du vivant et accéder à l’invisible où réside la réponse aux angoisses sociales de leur temps. L’amélioration des techniques d’observation scientifique soutient leur démonstration morale et théologique qui consiste à révéler la force du divin dans la nature ainsi qu’à identifier le sens de la vie qui ne se trouve pas à la surface des éléments. Dans leur lutte idéologique, elles soulignent qu’il ne faut pas se fier aux apparences car le véritable sens du progrès n’est visible que depuis l’infiniment petit, espace qu’il faut apprendre à déchiffrer. En scrutant le vivant depuis ses plus petites entités, les femmes poètes y perçoivent une force vitaliste qui donne un sens historiciste à l’évolution et leur permet de procéder à une interprétation téléologique. Grâce aux conclusions qu’elles tirent de leurs observations biologiques, elles peuvent s’inscrire artistiquement et philosophiquement dans le débat évolutionniste, d’abord en redonnant un sens à la nature puis en tempérant la dureté des conclusions scientifiques grâce à la diffusion d’un évangile du vivant.

Les outils et les méthodes : voir l’invisible

  • 9 Il s’agit de l’Académie des sciences et des lettres d’Écosse dont Chalmers fut vice-président de 18 (...)

7Lorsque l’Écossaise Jeanie Morison (dates inconnues) publie en 1899 Sabbath Songs and Sonnets and By-Way Ballads, un de ses nombreux livres de poésie religieuse, les progrès techniques ont permis d’améliorer considérablement les résultats de l’observation au microscope. Les scientifiques qui ont découvert l’agent pathogène peuvent désormais dépister des maladies et préparer des vaccins. Les femmes s’emparent du microscope du laboratoire et le placent sur la table de la poétesse qui en a aussi besoin pour améliorer sa vision du vivant. Elle se fait visionnaire à double sens : en effet, c’est grâce aux progrès de l’optique que la vision permet la révélation. Morison place le microscope au cœur du sonnet intitulé « Le microscope explique le télescope » (« The Microscope explains the Telescope »). Le titre du poème renvoie à un fragment de sermon que le théologien écossais et vice-président de la Royal Society of Edinburgh9, le docteur Thomas Chalmers (1780-1847), publia en 1818. Selon ce pasteur, les croyances sont rationnelles et peuvent se combiner avec la science expérimentale. Ainsi, dans « Étendue de la condescendance divine » (« Extent of Divine Condescension »), un des chapitres de cet ouvrage, il s’enthousiasme pour les techniques optiques permettant d’atteindre le divin, en observant soit l’infiniment grand avec le télescope, soit l’infiniment petit avec le microscope :

  • 10 « L’un m’aide à voir un système entier dans chaque étoile ; l’autre un monde dans un atome. L’un m’ (...)

The one led me to see a system in every star; the other leads me to see a world in every atom. The one taught me that this mighty globe, with the whole burden of its people and of its countries, is but a grain of sand on the high field of immensity; the other teaches me that every grain of sand may harbour within it the tribes and the families of a busy population. The one told me of the insignificance of the world I tread upon; the other redeems it from all its insignificance, for it tells me that in the leaves of every forest, and in the flowers of every garden, and in the waters of every rivulet, there are worlds teeming with life, and numberless as are the glories of the firmament10. (Chalmers 1818: 64)

  • 11 Traduction : « où Dieu qui fait des miracles élit domicile afin d’y exercer tous ses pouvoirs, où I (...)

8Il poursuit son apologie de la diversité du vivant en démontrant que la grandeur de Dieu, perçue par celui qui pointe son télescope vers le ciel, est désormais perceptible dans l’infiniment petit à condition d’utiliser une lentille assez puissante. L’homme a alors la possibilité d’admirer ce qui restait jusqu’alors invisible : « where the wonder-working God finds room for the exercise of all His attributes, where He can raise another mechanism of worlds, and fill and animate them all with the evidences of His glory11 » (Chalmers 1818 : 65).

  • 12 Il s’agit des Discourses on the Christian Revelation Viewed in Connexion with the Modern Astronomy, (...)

9Jeanie Morison, fille de pasteur, s’appuie sur les sermons de Chalmers12 pour soutenir sa démonstration poétique qu’il n’y a pas de rupture entre le divin et la nature malgré les bouleversements épistémologiques causés par les théories darwiniennes, et que le microscope moderne permet de rapprocher l’homme de son créateur en facilitant la perception divine dans l’infiniment petit. Dans le huitain qui présente la thèse de son sonnet sur le microscope et le télescope, elle décrit le psalmiste de jadis qui tournait son regard vers Dieu et souligne combien il se sentait à la fois écrasé par le poids effrayant du divin perçu dans les astres et orphelin tant la distance à parcourir pour L’atteindre était grande. Au contraire, dans le sizain qui constitue l’antithèse du sonnet, Morison fait l’apologie de la technique moderne qui permet de réaliser des observations moins impressionnantes. Grâce au microscope, le poète constate le pouvoir créateur du divin dans l’activité incessante des cellules observées. Il ressent la présence d’un Dieu plus proche, qui donne aussi vie aux plus petits :

  • 13 « Et pourtant voyons-nous avec des yeux assistés par la Science et dans une goutte d’eau, un monde (...)

Yet turn we now with Science-aided eyes,
And in one water-drop a whole world rife
With myriad perfect yet minutest life,
Each mite His care, beneath our ken there lies13.
(Morison 1899: 81 sq.)

  • 14 Voir l’extrait d’Augures d’innocence (1803) ci-dessous :
    Voir un Monde dans un Grain de Sable
    Et un (...)

10Si Chalmers faisait allusion au vers du poème de son contemporain William Blake dans lequel le poète souligne qu’on peut voir le monde dans un grain de sable14, Morison qui écrit après la diffusion des théories darwiniennes choisit plutôt la goutte d’eau perçue comme bouillon de culture. Le choix de la goutte d’eau n’est sans doute pas anodin puisque c’est bien une goutte que Van Leeuwenhoek, précurseur de la microbiologie, observa au xviie siècle. Il y découvrit « un monde inconnu : des formes qui grouillent ; des êtres qui vivent ; toute une faune imprévisible que l’instrument, soudain, rend accessible à l’observation » (Jacob 1970 : 23). C’est en ces termes que François Jacob, scientifique du xxe siècle, décrit les premières observations au microscope et retranscrit l’enthousiasme de Van Leeuwenhoek, mais il n’oublie pas d’ajouter que les découvertes faites par le savant néerlandais sont surtout des sujets de distraction – et parfois de scandales – mais non des objets d’analyse : « Pour qu’un objet soit accessible à l’analyse, il ne suffit pas de l’apercevoir. Il faut encore qu’une théorie soit prête à l’accueillir » (ibid. : 24). C’est cette théorie que propose Morison lorsqu’elle démontre, au fil des quatorze vers du sonnet « The Microscope explains the Telescope », que le fourmillement de particules vivantes témoigne de la générosité du Créateur et que science et pratique religieuse ne sont pas antagonistes. Le choix du terme écossais ken (« entendement ») au vers 12, signifiant à la fois « vision » et « savoir », souligne le lien qui existe désormais entre l’observation et la compréhension grâce au microscope. Cette nouvelle médiation qu’est la lentille permet aux femmes poètes chrétiennes de transposer la métaphore de l’œil comme porte de l’âme jusque dans le monde moderne.

11Armées de ce nouvel outil d’observation du monde depuis l’infiniment petit, elles peuvent mettre en place leur propre méthode d’analyse qui permet de voir mieux et surtout différemment les processus naturels. Dans Border Rhymes, publié également en 1899, une autre poète écossaise, Isabella Anderson Gray (dates inconnues), originaire de la région des Borders à la frontière entre l’Écosse et l’Angleterre, affirme que la méthode utilisée par les défenseurs du darwinisme est insensée puisqu’ils ne font que des constats sans proposer de conclusion. Selon elle, les scientifiques qui se revendiquent de Darwin se contentent d’observer les mécanismes à l’œuvre dans le vivant sans chercher à y trouver un dessein divin. Comme ceux qui s’enthousiasment vainement grâce aux observations de Van Leeuwenhoek, ils ne proposeraient aucune théorie cohérente. C’est donc à bon escient qu’Anderson Gray, qui écrit sous le pseudonyme de « Free Lance », intitule son poème « Dessein » (« Design ») :

  • 15 « Dans ces temps de sagesse nos scientifiques se moquent du dessein : la plante produit la fleur, l (...)

In these wise times our scientists do flout design,
The plant brings forth the flower, the flower the seed,
The seed the plant again, and so their creed
Revolves in endless circles fine.
If from nothing something was evolved
That caused everything, the myst’ry’s solved,
And there’s no need for an original overmind15.
(Free Lance 1899: 90)

12Si le scientifique se contente d’observer la reproduction des plantes, il ne pourra que constater les effets d’un processus cyclique, en apparence autonome, dont les cercles insensés le font tourner en rond ! Mais si, cette fois-ci, le scientifique et le poète observent ce qui se passe au niveau de l’organisme primitif, ils se rendront compte que l’évolution n’est pas un processus cyclique. C’est au cœur des particules que se joue la lutte pour la vie dont la signification ne peut provenir que d’une conscience supérieure :

  • 16 « Mais si nous découvrons soigneusement recroquevillé dans le protoplasme chaque mouvement, âme et (...)

But if neatly folded up we find
In protoplasm all motion, soul and life,
And all the elements of internecine strife,
Where the strongest live and the weakest die,
Obeying a hidden law unconsciously;
Unless our souls are grossly blind,
All the more surely must we see
The need of one all-comprehending overmind16.
(Ibid. : 90)

13Free Lance ne cherche pas à remettre en cause la théorie de l’évolution des espèces puisqu’elle valide le principe de la survie des mieux adaptés, mais elle voit dans cette marche en avant le signe d’un dessein divin. L’énergie martiale présente dans la cellule est produite par un roi omnipotent caché en son sein, qui sait animer la matière et soumettre la nature. C’est la biologie qui permet de justifier la théorie darwinienne à condition de savoir réaliser les bonnes observations.

14La perspective s’ouvre dans les derniers vers du poème lorsque la poète conclut que les phénomènes observés dans les organismes se retrouvent à l’échelle humaine, ce qui illustre l’idée qu’il est du devoir des hommes d’obéir à la volonté de Dieu. Chez Free Lance, le poème se fait métapoétique en déconstruisant d’abord la méthode jugée inopérante pour ensuite proposer une nouvelle approche des phénomènes scientifiques qui relient évolution et dessein intelligent :

  • 17 « L’organe programmé avec soin et clairvoyance reste muet et n’explique pas son but tant qu’il n’es (...)

The organ planned with careful perspicuity
Is dumb and answers not its end
Till breathed into by souls in unity
With the designer [… ]17.
(Ibid. : 91)

15Pour Morison et Free Lance, il faut se glisser sous la surface des corps jusqu’à la cellule pour découvrir que la grandeur de Dieu ne se perçoit pas toujours à l’œil nu et que les scientifiques font des erreurs d’interprétation. Selon une forme moderne de théologie naturelle qui prend en compte les avancées scientifiques, elles considèrent que la complexité du vivant, plutôt que sa beauté en apparence, est le signe qu’une force spirituelle l’anime. Une fois les bons outils technologiques et méthodologiques maîtrisés, les poètes peuvent commencer à transcrire leurs observations en restant au plus près des phénomènes physiques.

Les observations : la force de la vie

16Les observations du vivant menées par les victoriennes de la fin du xixe siècle tendent à montrer que les signes manifestes de la lutte pour la vie, telle qu’elle a été théorisée d’abord par Charles Darwin (1809-1882) sur le plan scientifique, puis par Herbert Spencer (1820-1903) sur celui de l’organisation sociale, sont souvent mal perçus et mal interprétés. En effet, même si la sélection naturelle est conçue par les poètes évolutionnistes comme une loi qui définit aussi l’évolution des sociétés, celles-ci tendent généralement à remettre en cause, du moins à atténuer, le principe de survie des mieux adaptés. Pour les poètes animées par leur foi chrétienne ou influencées par le socialisme des dernières décennies du xixe siècle, l’évolution, à la fois des espèces et des sociétés, s’observe à travers certains phénomènes qui ont été écartés ou partiellement analysés par les darwinistes sociaux.

  • 18 Les deux théories transformistes élaborées au xixe siècle, le darwinisme et le lamarckisme, s’oppos (...)

17Dans la poésie qui illustre les savoirs biologiques, c’est au cœur des cellules et au fond des organismes que s’observent les forces positives et vitalistes qui permettent de compenser l’œuvre incohérente des variations de l’espèce. Le vitalisme prend la forme d’une impulsion faite d’espoir, une poussée d’altruisme depuis l’intérieur des organismes qui contiennent l’énergie créatrice. L’utilisation des théories évolutionnistes, plutôt le transformisme de Lamarck que la sélection naturelle de Darwin18, permet d’expliquer l’élan vital qui pousse les êtres à avancer sur la route du progrès et de la civilisation.

  • 19 Pour plus d’éléments biographiques sur Blind, voir la thèse de Catherine Elizabeth Birch (2011).
  • 20 Le naturaliste Alfred Russel Wallace (1823-1913) découvrit la théorie de l’évolution par la sélecti (...)

18La force vitaliste théorisée par Lamarck et adoptée par l’ensemble des poètes évolutionnistes donne une impulsion aux êtres afin qu’ils évoluent dans une direction donnée, vers le Mieux, et non à cause de variations aléatoires. Mathilde Blind (1841-1896), néo-Lamarckienne qui bénéficia d’une éducation indépendante en astronomie, géologie, histoire et philosophie, s’inspira de The Descent of Man (La filiation de l’homme), ouvrage de Darwin publié en 1871, pour proposer sa propre vision poétique et téléologique de l’évolution19. Dans son épopée évolutionniste, The Ascent of Man (1889), dont l’édition posthume de 1899 fut préfacée par Alfred Russel Wallace20, Blind présente les étapes de la vie depuis les impulsions électriques primordiales et les premiers soubresauts cellulaires jusqu’à la maîtrise des techniques par l’homme. Selon elle, la vie apparaît grâce à une énergie naturelle, présente en toute chose, et dont elle cherche à reproduire l’intensité au cœur du poème. Loin d’interpréter l’élan vital comme une forme de moralité inscrite dans la nature, elle veut toutefois expliquer que l’énergie vitaliste pousse les organismes à évoluer et à se multiplier selon un ordre téléologique naturel. La première grande partie de l’épopée s’intitule « Chaunts of Life » (« Chants de vie ») et couvre la longue période de la formation des montagnes jusqu’à la maîtrise du feu par l’homme. Après la lente naissance des montagnes sur lesquelles viennent pousser les premières mousses puis s’étendre les fougères arborescentes, la cadence s’accélère au chapitre 2 lorsque Blind imagine l’évolution rapide des premières formes de vie sous-marines dont elle transcrit l’énergie à travers le sautillement des tétramètres iambiques. Un principe de vie assimilé à une forme d’amour coule en chaque être et en électrise les cellules :

  • 21 « Regardez, traversant les eaux chaotiques, comme l’amour émergeait des déchets bouillonnants, pren (...)

Lo, moving o’er chaotic waters,
Love dawned upon the seething waste,
Transformed in ever new avatars
It moved without or pause or haste:
Like sap that moulds the leaves of May–
It wrought within the ductile clay21.
(Blind 1889: 9)

19Des pulsations successives et rythmées modèlent une informe substance visqueuse (plastic slime). La vie, enfin maîtrisée par cette force mystique, peut se propager sous une forme cellulaire :

  • 22 « Éveillée dans la noirceur mystique, la vie prenait des myriades de formes et, dardant ses rayons (...)

Enkindled in the mystic dark
Life built herself a myriad forms,
And, flashing its electric spark
Through films and cells and pulps and worms,
Flew shuttlewise above, beneath,
Weaving the web of life and death22.
(Ibid.: 9 sq.)

  • 23 « […] / qui se multiplient dans les océans / Des choses amorphes, primitives, colossales ».

20La vie des organismes monocellulaires, si primitifs qu’ils n’apparaissent que sous la forme de monosyllabes, grouille dans cette strophe qui illustre l’explosion vitale multidirectionnelle. Cependant cette poussée d’énergie peut conduire à la disparition de certains individus puisque, de toute façon, la division cellulaire combinée à la multiplicité des espèces compense la perte des organismes les plus fragiles. Blind poursuit ensuite son immersion dans les océans à la rencontre des créatures géantes et cruelles, « Multiplying in the ocean, / Amorphous, rude, colossal things23 ». Au fil de ses vers, elle déroule l’histoire de la vie qui se propage grâce au principe énergisant qu’elle identifie comme « le désir ardent de la vie » (the lust of life). Blind ne cherche pas à comprendre la signification de cette énergie vitaliste qu’elle identifie pour la première fois au cœur de la cellule. Elle choisit de se limiter à l’observation de cette force en action.

21La force vitaliste que Blind place à l’origine de chaque modification cellulaire est également considérée par les poétesses comme une finalité interne de l’organisme ou de l’être vivant. Pour celles qui croient en une évolution téléologique atténuant la brutalité de la lutte pour la vie, il n’y a aucun déterminisme externe, puisque les êtres vivants sont les produits de l’automatisme de l’évolution qui est directionnelle et possède une finalité.

  • 24 « Il y a quelque chose qui m’attire ».
  • 25 « Il y a quelque chose qui m’enjoint de m’en aller ».
  • 26 « It touches stones to make them bread ».

22Isabella Southern (dates inconnues), fille d’un grand amateur de géologie et collectionneur invétéré de fossiles à Newcastle, a été conduite par l’environnement familial à prendre part au débat évolutionniste. Elle combine la théorie de l’évolution avec sa foi chrétienne dans son unique recueil de poésie qui regroupe des poèmes religieux à coloration scientifique Sonnets and Other Poems (1891). Plus proche de Lamarck que de Darwin comme la majorité des penseurs et réformateurs chrétiens qui utilisent la théorie de l’évolution à des fins prosélytes, elle considère que l’évolution suit un processus téléologique qui correspond à un schéma divin. Par exemple, dans le poème « One Thing I Know » (« Une chose que je sais »), elle démontre que l’évolution de la nature suit un ordre téléologique même si l’individu n’a pas conscience d’une cause finale. Dans les deux premiers quatrains, on trouve onze occurrences du pronom personnel I qui témoignent de la quête solitaire de la poète. Celle-ci cherche en vain à connaître les raisons de son existence en examinant les différents moments qui constituent son quotidien : le travail, la souffrance, la prière. Les deux quatrains suivants commencent par l’anaphore Something car c’est bien une force inconnue mais bienveillante qui guide l’humain : « Something there is that draws me on24 » et « Something there is that bids me go25 ». Cette force encourage la voix poétique à s’aventurer sur des chemins inconnus mais assure aussi la survie des êtres vivants en transformant les pierres en pain26. Enfin dans le dernier quatrain, la poétesse réussit à déterminer l’origine et la finalité de cette impulsion qui s’élève depuis les profondeurs de la création tout en restant relativement indéfinissable. En effet, cette force n’est qualifiée que par une différence de degré de l’adjectif (low/higher) qui indique une gradation mais en aucune manière n’apporte des précisions sur l’essence de cet élan. Quelle que soit cette force, elle permet à la voix poétique de retrouver sa place de sujet dans le premier vers du dernier quatrain :

  • 27 « Oui UNE CHOSE que je suis sûre de savoir, c’est que cette force invisible, mystérieuse évolue d’a (...)

Yes ONE THING I most surely know,
That this unseen, mysterious force
Evolves the higher from the low,
Brings out the better from the worse27!
(Southern 1891: 230)

23Cette force donne une raison d’être aux créatures et un sens au processus évolutif. Les rimes croisées indiquent qu’il existe une signification et une force de vie même au sein des êtres les moins évolués : en effet, la connaissance (know/ « savoir ») provient de l’observation des créatures primitives (low), tout comme la force de vie corrige les êtres en bas de l’échelle de l’évolution (force/worse). Ici Southern ne fait pas explicitement référence à la cellule, mais ses observations méthodiques du monde lui permettent de prendre conscience que le processus évolutif est perceptible à chaque étape de la vie, puisqu’il y a toujours un degré inférieur et un degré supérieur en toute chose. Ainsi la force qui agit au niveau des organismes les moins évolués (the low) produit le même effet chez les hommes en donnant un sens, à la fois spirituel et existentiel, à la vie de chacun.

  • 28 Pour plus d’éléments biographiques sur Naden ainsi que sur la doctrine de l’hylo-idéalisme, voir Th (...)

24Si Southern ne définit pas précisément la nature de cette force, d’autres poètes cherchent à identifier sa provenance. C’est ainsi que Constance Naden (1858-1889) transforme son poème en une lentille grossissante et choisit d’observer ces organismes vivants au microscope pour décrire la force qui se cache derrière le processus évolutif. La poésie scientifique de Naden est travaillée et modelée par ses études de biologie, de botanique, de zoologie et de physique. Elle est aussi influencée par l’hylozoïsme, qu’elle rebaptise hylo-idéalisme, doctrine philosophique selon laquelle la matière est douée de vie et possède sa propre énergie mais aussi une forme d’âme28. Par ailleurs, en tant que disciple du sociologue Herbert Spencer, elle veut appliquer à la société les résultats des observations scientifiques en illustrant poétiquement les conséquences sociales de la science. Contrairement à Spencer qui souligna les effets bénéfiques de la survie des mieux adaptés, Naden n’hésita pas à mettre en doute certaines interprétations de la théorie de l’évolution, par exemple celle qui justifie l’individualisme ou l’eugénisme.

25Parmi ses nombreux poèmes scientifiques, « The Lament of the Cork Cell » (« La Lamentation de la cellule de liège »), tiré du recueil Songs and Sonnets of Springtime (1881), constitue un parangon de poème scientifique. Constellé de termes liés à la biologie, ce poème donne la parole à une cellule de liège qui fait le bilan de son existence quelques instants avant sa mort. Avec ce poème, Constance Naden se positionne sur plusieurs débats importants de l’époque. D’abord, elle explore la question de l’énergie qui animerait la matière selon les principes de l’hylo-idéalisme, un individu – ici une cellule de liège – pouvant, à son tour, irradier de son énergie tous les organismes alentours. Le poème s’inscrit ensuite au cœur du vif débat sociopolitique sur la question de l’identité sociale de l’individu et, par conséquent, sur celle de l’interaction ou de la compétition entre les individus. En prenant l’exemple de la cellule, Naden se demande si cet organisme est un être unique formant un tout indépendant ou bien s’il est un élément constitutif d’un être vivant plus large. Enfin, ce poème expose clairement le croisement de l’engagement socialiste de Naden et des valeurs chrétiennes qui traversent les dernières décennies du siècle. Naden explore ainsi comment la cellule fait le sacrifice de sa vie pour le bien du plus grand nombre.

  • 29 Si Herbert Spencer est sans doute celui qui a poussé le plus loin la réflexion sur la nature de l’i (...)
  • 30 L’anthologie Muses et Ptérodactyles présente un extrait du grand poème de Jacques Delille, Les troi (...)

26En croisant ces interrogations, le poème de Naden permet d’identifier cette force mystérieuse qui anime le vivant et neutralise le pouvoir dévastateur de la lutte pour la vie : il s’agit de l’altruisme de la nature. Naden transpose dans l’infiniment petit ce qui a déjà été observé par d’autres penseurs au fond des eaux chez les zoophytes lorsqu’ils cherchent à illustrer leurs théories biosémiotiques29. Ceux-ci s’inspirent du polype, être mi-végétal mi-animal, qui contribue à la fabrication du corail une fois que sa base se calcifie30. Les penseurs remarquent que la colonie de polypes qui compose le corail ne constitue pas un être unique mais bien un ensemble de polypes identiques qui collaborent. Ceux qui veulent faire de l’hydrozoaire l’emblème de l’individu égoïste, sans souci pour ses congénères, insistent sur l’avidité du polype qui capture le plancton avec ses tentacules pour sa propre consommation. Pour d’autres, au contraire, si le polype se nourrit si goulûment, c’est pour le bien de la colonie, puisque les aliments organiques ingérés par un individu peuvent être véhiculés jusqu’à l’autre bout de la colonie. Enfin, pour d’autres encore, le polype offre un modèle de modération puisque sa vie en collectivité est fondée sur la maîtrise de son individualisme. C’est l’opinion que partage Herbert Spencer au début de sa carrière lorsqu’il écrit dans Principles of Biology (1864-1867) :

Nous ne pouvons nier une certaine individualité au polypier […]. Nous tenons une preuve encore plus claire que l’individualité des membres est en partie absorbée dans l’individualité du groupe. […] Il serait par conséquent impossible de dire où les individualités inférieures ont cessé et où les individualités supérieures ont commencé. (Spencer 1893 : 248)

  • 31 Hooke a décrit ses observations dans l’ouvrage intitulé Micrographia : or, Some Physiological Descr (...)

27Comme le polype, la cellule du liège est intéressante à plusieurs titres. D’une part, ce fut la première cellule observée au microscope par Robert Hooke en 166531. Il inventa d’ailleurs le mot « cellule » lorsqu’il remarqua que ces petits ensembles ressemblaient à des cellules monacales. En remontant l’histoire des sciences et du microscope, Naden retourne aux origines de la biologie pour identifier certains processus primordiaux qui régissent le monde naturel. D’autre part, les cellules du bois sont très particulières puisqu’en se divisant, elles poussent les cellules les plus anciennes à l’extérieur où celles-ci meurent et se transforment en liège. Pour Naden, c’est la fonction de la cellule de liège d’être placée au service de toutes les autres cellules puisque c’est uniquement ensemble et par le sacrifice de certaines qu’elles constitueront la microsociété de l’écorce d’arbre. Dans le poème, Naden propose de comprendre le modèle naturel d’organisation démocratique en observant la structure profonde du liège. Pour y parvenir, elle laisse la parole à la cellule de liège qui est la plus à même d’expliquer cette organisation du vivant et de justifier les choix qui sont effectués par les individus afin de se mettre au service d’autrui :

  • 32 « Ils me disent que j’ai aidé le tronc à grandir, les racines à sucer la terre, les branches à fair (...)

They tell me I have helped the trunk to grow,
The roots to suck the earth, the boughs to fork,
The fruits to ripen–well, it may be so,
But I am dying, and shall soon be cork32.
(Naden 1881: 98)

28La cellule, une fois sur son lit de mort, se souvient de sa jeunesse, alors qu’elle débordait d’énergie et de chlorophylle :

  • 33 « Époque bénie ! Lorsque transparente et élastique, ma membrane pouvait à peine retenir son endopla (...)

Blest epoch! When transparent and elastic,
My membrane scarce restrained its endoplast,
When, homogeneous, semi-fluid, plastic,
My vital molecules rotated fast33.
(Ibid. : 99)

  • 34 « […] cette sombre prison où je vivais comprimé ».
  • 35 « Au plus grand bien du plus grand nombre / Ma vie doit servir ».

29Alors que les cellules de croissance se sont épuisées, la cellule durcit et redevient semblable à la prison observée par Hooke, « this dark prison where compressed I dwell34 ». Le protoplasme réalise que son abnégation a contribué toute sa vie au bien-être d’autrui : « The greatest pleasure of the greatest number / My life may serve35 ». La poète réinterprète ainsi les théories utilitaristes de Bentham et de Mill dans un sens altruiste.

30À l’heure de sa mort, il est légitime que la cellule se demande quelques instants si son sacrifice a un vrai sens moral, si son action est indispensable à la collectivité et si elle ne devrait pas, peut-être, faire sécession en se divisant comme le polype qui peut bouturer et se régénérer à n’importe quel moment de son existence. Après mûre réflexion au fil des strophes, elle renonce à ce projet car elle sait fort bien que l’individualisme menace l’intégrité physique et morale du groupe et finit par mettre en danger l’individu. Elle imagine d’abord la détresse de la cellule isolée, loin de son parent dont elle est le double :

  • 36 « Cellule amiboïde, dérivant loin de sa mère, nue et sans abri sous le cruel orage, ne recevant l’a (...)

A cell amoeboid, drifting from its mother,
Naked and houseless in the cruel storm,
Having no aid of sister or of brother,
Nor any cellulose to keep it warm36 ;
(Ibid. : 100).

31Enfin, la cellule héroïque meurt en ayant pris conscience du sens de son action et de l’utilité de son sacrifice :

  • 37 « Et pourtant j’étais libre ! Non, loin de moi ce rêve, le temps de la division cellulaire est term (...)

Yet having freedom! Nay, the dream I banish,
The time of cell-division is past;
Slowly and surely, all my contents vanish,
My walls are waterproof–I’m cork at last37!
(Ibid.)

32Naden constate que la nature a besoin du sacrifice de chacun et de la combinaison des forces de tous pour le bien commun. Cet intérêt pour la coopération au sein du vivant est partagé par un certain nombre de scientifiques de l’époque. François Jacob explique que, pour eux :

Les unités doivent s’amalgamer en un autre ordre supérieur. Il leur faut se soumettre à l’organisme, abdiquer toute individualité devant celle du tout. C’est à ce prix que l’être indivisible peut se composer d’unités élémentaires. L’organisme n’est pas une collectivité mais un monolithe. (Jacob 1970 : 131)

  • 38 Notamment May Kendall (1861-1943), poétesse satirique appartenant à la société fabienne de York.

33Grâce à ses observations microscopiques, Naden identifie cette force vitale à une forme naturelle d’altruisme qu’elle cherche en vain chez l’être humain et plus précisément chez le scientifique. Chez Naden, comme chez plusieurs autres femmes poètes de la fin du siècle38, celui-ci incarne l’égoïsme et l’individualisme, puisque, grâce à la science, il a appris à se rendre imperméable aux sentiments. Le poème « Scientific Wooing » (« Séduction scientifique ») illustre toutes les précautions prises par le biologiste afin de préserver son intégrité physique et morale contre ce qu’il qualifie d’« épidémie » :

  • 39 « J’étais un jeune homme studieux, Belle Science était ma douce maîtresse et m’attirait à ses côtés (...)

I was a youth of studious mind,
Fair Science was my mistress kind,
And held me with attraction chemic
No germs of Love attacked my heart,
Secured as by Pasteurian art
Against that fatal epidemic39.
(Naden 1887 : 135)

34Ce biologiste se prémunit ainsi de la maladie d’amour. Toutefois, contrairement au scientifique qui s’inocule le vaccin anti-sentiment pour ne plus faire preuve d’altruisme ni de charité chrétienne, les autres humains peuvent faire un choix différent : celui de se régénérer.

Les conclusions scientifiques : l’exégèse du vivant

35Pour les poétesses humanistes, l’observation biologique indique clairement que la vie suit un processus téléologique car elles décrivent des organismes qui possèdent une forme de volonté, chère à Lamarck. Pour elles, la progression et le progrès vers le futur s’effectuent de manière plus ou moins linéaire et selon une temporalité qui s’accélère ou se ralentit suivant les stades de l’évolution. La route vers l’avenir est souvent jalonnée d’obstacles à surmonter pour devenir meilleur et peut-être mieux adapté, une fois les bons choix faits. Quant aux poétesses chrétiennes, elles vont synthétiser les observations biologiques et les idées véhiculées par le renouveau socialiste des années 1880 pour expliquer les phénomènes et tirer les bonnes conclusions dans leur exégèse du vivant. Leurs poèmes qui traitent des maladies contagieuses ne sont aucunement des textes de propagande sanitaire ou hygiéniste, et ne conseillent pas de mesures de prophylaxie, si ce n’est la cure spirituelle.

  • 40 C’est-à-dire « résipiscence ou reconnaissance de sa faute, avec la volonté de s’amender ».

36Comme l’indique le titre d’un de ses recueils de poèmes paru en 1887, A Modern Apostle (Un apôtre moderne), Naden cherche à faire la synthèse de la science et du christianisme qui, pour elle, sont compatibles et délivrent des messages comparables. Contrairement à Mathilde Blind, Naden n’est pas athée et accepte la moralité chrétienne à condition qu’elle renforce et justifie l’évolution. Dans le poème intitulé « Resipiscentia40 », Naden tire les conclusions à caractère théologique de ses observations biologiques. Écrit treize ans après l’identification du bacille de la lèpre, ce poème fait l’alliance de deux miracles de Jésus : la guérison du boiteux et celle du lépreux. Un premier personnage, ex-boiteux, explique comment il a été guéri par le Christ en faisant pénitence. Il propose ensuite au deuxième homme qui souffre de la lèpre de faire de même pour pouvoir recevoir l’élixir du pardon. Mais le lépreux refuse car il croit que sa maladie est le reflet de la noirceur de son âme et la trace de la méchanceté qui court dans les veines des hommes et se transmet de l’un à l’autre :

  • 41 « Ma douleur n’a ni commencement ni fin ; je fais pénitence pour les péchés commis avant ma naissan (...)

My grief has no beginning and no end;
I do repent of antenatal sin,
Whose poisoning juices thread my veins, and blend
With the fresh life within.
That in my blood this virus I must keep
To-morrow, next week, next month, all my years,
Until my day of death – for this I weep
With ignominious tears41.
(Naden 1887: 122 sq.)

37Il refuse de croire en Jésus le guérisseur car il se croit atteint d’une lèpre morale :

  • 42 « Pourrais-je croire la véracité de ton magnifique Évangile, qu’il n’y aurait aucun remède à ce mal (...)

Could I believe thy glorious Gospel true,
That were no cure for this organic ill:
Can Christ unweave my tissues, mould anew
The matrix of my will42?
(Ibid.: 122)

38Naden associe les références au Nouveau Testament avec la terminologie médicale lorsqu’elle utilise le terme tissue : s’agit-il des bandelettes qui entourent les membres sclérosés du lépreux ou bien des tissus organiques de son corps que Jésus devrait détricoter pour mieux les recoudre ? La régénérescence physique passerait donc par la guérison morale du chrétien. Mais comme pour toute guérison, il faut d’abord que le malade souhaite recouvrer la santé avant qu’on lui administre le bon traitement. C’est le message que livre Jésus au lépreux lorsque Naden lui donne la parole à la fin du poème. Pour Jésus, le malade est responsable de sa guérison :

  • 43 « Non, l’espoir t’appartient ! Celui qui chante cette morne complainte a un cœur inébranlable, un e (...)

Nay, hope is thine! Who chants this grim complaint
Has steadfast heart, free mind, and insight keen;
Such man may purge away the leprous taint
While yet he cries ՙUnclean43!’
(Ibid.: 123)

39Dans les deux quatrains suivants, Jésus se conduit plus qu’en guérisseur. Il prend la parole et se présente comme un biologiste, mieux, comme un virologiste :

  • 44 « Chaque jour, tes tissus meurent – et renaissent chaque jour, sans que tu ne ressentes ni joie ni (...)

Daily thy tissues die–are born afresh
Daily, not moving thee to joy or dole;
Yet all the slow mutations of thy flesh
Gently transmute thy soul.
Go, live in hope and labour, fearing nought;
Starve the foul germs of hate, and lust, and greed44;
(Ibid.)

  • 45 « Il vous faut naître d’en haut » (Bible de Jérusalem).

40Les termes scientifiques modernes cohabitent avec les archaïsmes bibliques car, dans ce poème, la guérison n’est pas uniquement due aux progrès de la médecine mais aussi à la capacité du malade à se régénérer une fois qu’il a détruit les microbes qui fragilisent son âme. Le chrétien renaît alors à lui-même comme l’indique l’épigramme du poème : « You must be born again » tiré de l’Évangile selon Jean (III, 7)45.

41La tache du lépreux (The taint), à la fois marque du péché et lésion corporelle, se retrouve dans un sonnet de l’humaniste chrétienne Isabella Southern. Dans « The Gospel of Science » (« L’évangile de la science »), elle utilise à son tour les avancées scientifiques pour soutenir le message chrétien. Southern transpose dans son poème un verset d’Ézéchiel qui rappelle que chacun de nous est responsable de ses propres péchés, « L’âme qui pèche, c’est celle qui mourra. Le fils ne portera pas l’iniquité de son père » (Ézéchiel XVIII, 20). Southern démontre que les recherches contemporaines sur l’hérédité renforcent l’idée qu’il n’existe précisément aucune hérédité du mal ni aucune tache morale qui ne saurait disparaître :

  • 46 « Non taché à la naissance, ne transmettant pas de fraîches souillures qui détruisent la Valeur, ma (...)

Not tainted at his birth,
Not handing down fresh stains destroying Worth,
But always fitted to begin afresh46.
(Southern 1891: 135)

  • 47 En effet, Spencer a utilisé cette expression dans son ouvrage Principles of Biology en 1864. Charle (...)

42Always fitted fait sans nul doute référence à la célèbre expression inventée par Herbert Spencer, the survival of the fittest (« la survie des mieux adaptés »)47. Cependant Southern cherche à en ôter le caractère violent et pessimiste en indiquant que le chrétien n’est pas soumis à cette logique et est libre de prendre un nouveau départ (begin afresh).

  • 48 La note ajoutée au titre, « A Gospel of Science », renvoie directement à « Professor Weismann’s the (...)
  • 49 Elles s’appellent aussi cellules sexuelles et contiennent les gamètes.
  • 50 Weismann ajoute par ailleurs que la cellule ne transmet pas un caractère acquis mais une informatio (...)

43Dans une note de bas de page, elle associe le titre de son sonnet à la théorie de la continuité du plasma germinatif élaborée par le biologiste allemand August Weismann (1834-1914)48. Selon cette théorie, seules les cellules germinales49 détiennent des caractères héréditaires et les transmettent à leur descendance. Pour qu’un changement soit acquis, il doit affecter les gamètes de ces cellules afin que la variation se transmette. Dans Essays on Heredity (1881-1885), Weismann montre que le stimulus de l’environnement n’affecte pas les cellules germinales qui ne sont pas influencées par ce que le corps apprend. Ainsi ces cellules ne peuvent pas transmettre des acquis aux individus des générations suivantes50. Selon les termes de François Jacob, pour Weismann, « le milieu n’a plus le moyen d’enseigner l’hérédité. La lignée germinale se trouve à l’abri de toute variation qui peut survenir dans les individus de l’espèce […]. Ce qui peut arriver à un individu n’influe pas sur sa descendance. L’hérédité est séparée de toute fantaisie locale, de toute influence, de tout désir, de tout incident » (Jacob 1970 : 237).

44En s’appuyant sur la théorie de Weismann, Southern appelle la communauté des chrétiens à une vigilance constante si l’humanité souhaite continuer à progresser. Elle montre en effet que le progrès social n’est pas héréditaire et que l’homme doit œuvrer à chaque instant pour améliorer le sort de l’humanité :

  • 51 « [L’humanité est] toujours adaptée à renaître de nouveau, à condition qu’elle soit délivrée du fil (...)

[Mankind is] But always fitted to begin afresh,
If but relieved from the destructive mesh
Of adverse circumstance51.
(Southern 1891: 135)

45Selon Southern, l’évolution reste toutefois un processus positif qui donne de l’espoir. En effet, les humains ont la possibilité d’agir avec compassion et coopération entre les êtres. Southern s’en enthousiasme dans les derniers vers du sonnet :

  • 52 « Alors l’espoir redressa sa tête juvénile, et offrit un visage rayonnant à l’homme le plus ignoble (...)

[…] Then hope would raise
Her youthful head, and look with beaming eyes
Upon the foulest man that grovelling lies52.
(Ibid.)

46Comme Naden, Southern répand la bonne nouvelle, l’évangile de la science, car chaque humain a la possibilité de retrouver le droit chemin à n’importe quel moment de son existence. Ni l’hérédité génétique ni la maladie transmissible n’entraînent la gangrène sociale (et encore moins morale). La science ne sauve pas les hommes mais sert à révéler l’existence d’une force supérieure à elle et permet au scientifique de diffuse l’espoir que le Bien ou la guérison sont possibles dans ce monde et dans l’au-delà.

Conclusion

47À l’aube du xxe siècle, certaines femmes expriment leur enthousiasme devant la beauté et l’organisation parfaite de la nature à travers de nouveaux outils et de nouvelles images poétiques qui intègrent les connaissances scientifiques et les débats qui en découlent. À l’heure des innovations technologiques, le poète, traditionnellement en charge d’être le secrétaire de la nature, doit pénétrer au cœur des organismes. Ainsi, la nature peut être scrutée depuis le laboratoire car le sens de l’existence se déchiffre aussi au cœur de la cellule qui est garante de la justice sociale. Les femmes poètes humanistes ou chrétiennes croient que le progrès social préexiste à la société puisqu’il est inscrit dans la cellule ou dans ce qu’aujourd’hui nous nommerions les gènes. Pour elles, les germes du pardon sont visibles à travers l’observation biologique.

  • 53 Jeanie Morison a toutefois eu une riche production poétique, publiant une dizaine de volumes de poé (...)

48Contrairement aux réformateurs, aux anthropologues ou aux sociologues qui cherchent à traquer l’origine du mal dans la cellule pour proposer une explication biologique aux inégalités, les femmes poètes proposent un évangile du vivant qui remet en cause les présupposés sur l’origine des maux de la société. Elles proposent ainsi une lecture spirituelle du biologique. Dans un contexte scientifique, philosophique et littéraire très masculin, le poème à coloration biologique devient un outil moderne pour les femmes qui revendiquent le droit à la pratique scientifique, herméneutique et théologique. Prenant part à travers leurs poèmes aux débats suscités par les progrès de la science, les femmes soulignent que l’idéologie du progrès ne peut pas être détachée d’une vision téléologique ou judéo-chrétienne du monde et de l’histoire. Même si leurs contributions poétiques ont eu relativement peu d’impact sur leurs contemporains, poètes ou scientifiques53, elles ont permis de revisiter la théorie de l’évolution. Leurs connaissances empiriques renforcent leurs principes spirituels ou théologiques et rendent parfaitement compatibles l’orientation de la vie tournée vers l’avenir avec le mouvement cyclique de la régénérescence. C’est cette synthèse réussie qui constitue le cœur de leur idéologie progressiste du vivant.

Bibliographie

Bibliographie

Birch, Catherine Elizabeth, 2011. Evolutionary Feminism in Late-Victorian Wome’ns Poetry : Mathilde Blind, Constance Naden and May Kendall, PhD thesis. University of Birmingham.

Blain, Virginia (éd.), 2001. Victorian Women Poets : A New Annotated Anthology. Harlow, Longman

Blake, William, 1977. Augures d’innocence, in Œuvres II. Poèmes, Pierre Leyris (trad.). Paris, Aubier-Flammarion : 152.

Blind, Mathilde, 1889. The Ascent of Man. Londres, Chatto & Windus.

Chalmers, Thomas, 1818. Discourses on the Christian Revelation Viewed in Connexion with the Modern Astronomy, vol. 2. Andover, Mark Newman.

Coriale, Danielle, 2012. « When zoophytes speak : polyps and naturalist fantasy in the age of liberalism », Nineteenth-Century Contexts, vol. 34, n° 1 : 19-36.

Corsi, Pietro, 2010. Evolution Before Darwin. Oxford, Oxford University Press.

Free Lance (pseudonyme d’Isabella Anderson Gray, ), 1899. Border Rhymes. Hawick, James Edgar.

Gates, Barbara T., 1998. Kindred Nature : Victorian and Edwardian Women Embrace the Living World. Chicago – Londres, University of Chicago Press.

Gates, Barbara T. et Shteir, Ann B. (dir.), 1997. Natural Eloquence : Women Reinscribe Science. Madison, University of Wisconsin Press.

Holmes, John, 2009. Darwi’ns Bards : British and American Poetry in the Age of Evolution. Édimbourg, Edinburgh University Press.

Jacob, François, 1970. La logique du vivant : une histoire de l’hérédité. Paris, Gallimard.

Lightman, Bernard, 2007. Victorian Popularizers of Science : Designing Nature for New Audiences. Chicago – Londres, The University of Chicago Press.

– 1997. « The voices of nature : popularizing victorian science », in Bernard Lightman (dir.), Victorian Science in Context. Chicago – Londres, The University of Chicago Press : 187-211.

Marchal, Hugues (dir.), 2013. Muses et ptérodactyles. La poésie de la science de Chénier à Rimbaud. Paris, Seuil.

Morison, Jeanie, 1899. Sabbath Songs and Sonnets and By-Way Ballads. Édimbourg – Londres, William Blackwood & Sons.

Myers, Christine D, 2004. « “Qu’elles continuent de frapper à la porte !” L’admission des femmes dans les universités écossaises à la fin du xixe siècle », in Rebecca Rogers (dir), La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents. Lyon, ENS Éditions, en ligne sur OpenEdition.

Naden, Constance, 1881. Songs and Sonnets of Springtime. Londres, C. Kegan Paul & Co.

– 1887. A Modern Apostle. Londres, Kegan Paul, Trench & Co.

Pfeiffer, Emily, 1880. Sonnets and Songs. Londres, C. Kegan Paul & Co.

Rogers, Rebecca (dir.), 2004. La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents. Lyon, ENS Éditions, en ligne sur OpenEdition.

Shteir, Ann B., 1996. Cultivating Women, Cultivating Science : Flora’s Daughters and Botany in England, 1760 to 1860. Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Southern, Isabella, 1891. Sonnets and Other Poems. Londres, Walter Scott.

Spencer, Herbert, 1893 [1re parution originale 1864 ; 1re trad. fr. 1877]. Principes de biologie, t. I, Émile Cazelles (trad.). 4e édition, Paris, Felix Alcan.

Thain, Marion, 2011. « Birmingham’s women poets : aestheticism and the daughters of industry », Cahiers victoriens et édouardiens, n° 74 : 37-57.

Wallace, Alfred Russel, 1899. « Introductory note », in Mathilde Blind, The Ascent of Man. Londres, T. Fisher Unwin.

Notes

1 La vulgarisation scientifique s’appuie sur les ressources de chaque forme littéraire. Peu d’ouvrages critiques sont toutefois consacrés à l’utilisation didactique de la poésie en particulier, puisque cette forme reste minoritaire lors de la diffusion de la connaissance.

2 Les éditeurs de l’anthologie de poésie scientifique française au xixe siècle Muses et ptérodactyles n’ont jugé dignes d’être admises au Panthéon des poètes scientifiques que Louise Ackermann et Louise Collet. Il est cependant fort probable que d’autres poétesses, sans doute de moindre renommée, aient également écrit des poèmes à coloration scientifique.

3 Voir par exemple la quadrilogie de sonnets d’Emily Pfeiffer, « To Nature » dans Sonnets and Songs (1880). Dans ses poèmes darwiniens, Pfeiffer constate que la bienveillance maternelle de la nature a laissé la place au pouvoir du hasard. Ainsi, la nature, victime d’un matricide, ne poursuit aucun grand dessein ; les plantes et les animaux d’aujourd’hui qui ont survécu ne sont que des « fous du hasard » (fools of chance) qui n’ont aucune raison de continuer à espérer que le Bien peut advenir (« To Nature IV », Pfeiffer 1880 : 10).

4 Au sujet de la non-mixité dans l’enseignement secondaire et supérieur en Europe, voir Rogers (2004) et plus précisément l’article de Christine Myers (2004 : 53-72). Certains colleges strictement féminins sont créés en Angleterre, suivant le principe qu’une éducation séparée est indispensable au maintien de la séparation des sphères sexuelles d’influence. Par exemple, la poète Amy Levy (1861-1889) sera admise en 1879 à Newnham College, fondé au sein de l’université de Cambridge, mais ne sera pas autorisée à obtenir un diplôme. Si les femmes étaient autorisées à suivre des cours de science, elles n’étaient pratiquement jamais embauchées dans le corps enseignant. Par ailleurs, après le rapport de la commission Taunton sur l’éducation en 1868-1869, le gouvernement britannique va réorienter l’éducation des femmes vers les études classiques afin de diminuer le fossé entre hommes et femmes. Cette nouvelle orientation aura pour conséquence de détourner encore plus les femmes du domaine scientifique. Voir Gates et Shteir (1997 : 17).

5 Voir Blain (2001 : 235).

6 Voir Gates et Shteir (1997 : 10).

7 Principaux ouvrages portant sur la vulgarisation de la science à l’époque victorienne : Shteir 1996 ; Gates et Shteir 1997 ; Lightman 1997 ; Gates 1998 ; Lightman 2007. Tous ces ouvrages sur la vulgarisation scientifique soulignent le rôle majeur joué par les victoriennes dans la diffusion de la connaissance auprès des femmes et des enfants. Selon Barbara Gates, les femmes proposaient aussi des articles scientifiques dans des magazines généralistes comme le Penny Magazine au cours des années 1830. Après le développement des magazines spécialisés dans l’histoire naturelle à partir des années 1850, les femmes furent peu à peu exclues de la production d’articles scientifiques, même s’ils avaient pour objectif la vulgarisation. Voir Gates (1998 : 3 sq.).

8 L’ontogenèse correspond au développement progressif d’un individu particulier depuis sa naissance alors que la phylogénèse représente l’histoire de l’évolution de l’espèce. Selon la célèbre formule du biologiste Ernst Haeckel, « l’ontogenèse récapitule la phylogénèse ».

9 Il s’agit de l’Académie des sciences et des lettres d’Écosse dont Chalmers fut vice-président de 1835 à 1842.

10 « L’un m’aide à voir un système entier dans chaque étoile ; l’autre un monde dans un atome. L’un m’enseigne que ce puissant globe, supportant le poids de ses habitants et de ses nations, n’est qu’un grain de sable dans l’immensité céleste ; l’autre m’enseigne que chaque grain de sable nourrit en son sein les tribus et les familles d’une population affairée. L’un me signale que le monde que je foule aux pieds est insignifiant ; l’autre le sauve de son insignifiance, puisqu’il me dit que dans les feuilles de chaque forêt, dans les fleurs de chaque jardin, et dans l’eau de chaque ruisseau, il y a des mondes qui grouillent de vie et que leur nombre est aussi incalculable que les splendeurs du firmament » (traduction Fabienne Moine).

11 Traduction : « où Dieu qui fait des miracles élit domicile afin d’y exercer tous ses pouvoirs, où Il peut organiser d’autres mondes et leur donner vie en les animant de tous les signes de Sa grandeur ».

12 Il s’agit des Discourses on the Christian Revelation Viewed in Connexion with the Modern Astronomy, série de sermons prononcés par Chalmers alors qu’il était pasteur à l’église de Tron Church à Glasgow. Dans ses sermons, Chalmers réfute l’idée que l’humanité et la nature seraient insignifiantes pour Dieu. Il se présente en admirateur de la science afin de montrer la grandeur de la création divine.

13 « Et pourtant voyons-nous avec des yeux assistés par la Science et dans une goutte d’eau, un monde entier plein de toutes sortes de petits mais parfaits détails de la vie, chaque mite dont Il prend soin se trouve sous nos yeux ». Toutes les traductions des poèmes sont de Fabienne Moine (il n’existe aucune traduction en français des ouvrages de poésie présentés dans cette étude).

14 Voir l’extrait d’Augures d’innocence (1803) ci-dessous :
Voir un Monde dans un Grain de Sable
Et un Ciel dans une Fleur Sauvage
Tenir l’Infini dans la paume de la main
Et l’Éternité dans une heure (Blake 1977 : 152).

15 « Dans ces temps de sagesse nos scientifiques se moquent du dessein : la plante produit la fleur, la fleur la graine, la graine la plante à nouveau, et ainsi leurs principes tournent sans cesse en rond. Si c’est de rien que quelque chose évolue et que tout en découle, le mystère est résolu, et il n’y a pas besoin d’un maître d’œuvre omniscient. »

16 « Mais si nous découvrons soigneusement recroquevillé dans le protoplasme chaque mouvement, âme et vie, et tous les éléments de la lutte mutuelle, où vit le plus fort et meurt le plus faible, obéissant inconsciemment à une loi cachée ; à moins que nos âmes soient totalement aveugles, il est indispensable que nous comprenions le besoin d’un maître d’œuvre omniscient. »

17 « L’organe programmé avec soin et clairvoyance reste muet et n’explique pas son but tant qu’il n’est pas animé par les âmes à l’unisson avec leur créateur. »

18 Les deux théories transformistes élaborées au xixe siècle, le darwinisme et le lamarckisme, s’opposent sur l’explication des mécanismes de l’évolution et précisément ceux de la transmission des caractères. Pour les darwinistes, la sélection naturelle explique comment l’environnement influe sur l’évolution des espèces en sélectionnant les individus les mieux adaptés. Ceux-ci transmettront à leur descendance les caractères les plus favorables à la survie et à la reproduction de l’espèce. Pour les lamarckiens, c’est l’utilisation d’un organe qui en permet le développement ; cette modification serait transmise d’une génération à une autre selon le principe de la transmission des caractères acquis. L’opposition célèbre entre le raisonnement de Darwin et celui de Lamarck pour expliquer l’allongement du cou de la girafe permet de comprendre les différences de point de vue entre les deux théories : pour Lamarck, la girafe qui voulait manger les feuilles poussant en hauteur a étiré son cou et aurait transmis ce caractère à ses girafons qui auraient à leur tour eu un cou progressivement plus allongé. Pour Darwin, les girafes au long cou sont avantagées pour se nourrir lors de la lutte entre espèces. Pouvant se nourrir des feuilles en hauteur, elles ont une vie plus longue et ainsi une descendance plus nombreuse. Pour plus d’éléments sur la diffusion du lamarckisme en Angleterre, voir Pietro Corsi, Evolution Before Darwin (2010).

19 Pour plus d’éléments biographiques sur Blind, voir la thèse de Catherine Elizabeth Birch (2011).

20 Le naturaliste Alfred Russel Wallace (1823-1913) découvrit la théorie de l’évolution par la sélection naturelle en même temps que Charles Darwin. Engagé dans sa mission socialiste et fervent défenseur du spiritisme, il croit en l’existence d’une force supérieure qui guide l’être humain dans sa progression. Même s’il estime que la poésie évolutionniste de Blind reste très pessimiste puisqu’elle insiste sur le rôle primordial de la lutte pour la vie et de la compétition, il précise à la fin de son introduction que le poème de Blind pourra avoir de vraies conséquences sociales et humanitaires. Voir Wallace (1899 : xii).

21 « Regardez, traversant les eaux chaotiques, comme l’amour émergeait des déchets bouillonnants, prenant la forme d’avatars toujours nouveaux. Il avançait sans arrêt et sans hâte : comme la sève qui façonne les feuilles de mai – il travaillait l’argile malléable ».

22 « Éveillée dans la noirceur mystique, la vie prenait des myriades de formes et, dardant ses rayons électriques à travers pellicules, cellules, pulpes et vers, s’envolait de-ci de-là, vers le haut, vers le bas, tissant la toile de la vie et de la mort. »

23 « […] / qui se multiplient dans les océans / Des choses amorphes, primitives, colossales ».

24 « Il y a quelque chose qui m’attire ».

25 « Il y a quelque chose qui m’enjoint de m’en aller ».

26 « It touches stones to make them bread ».

27 « Oui UNE CHOSE que je suis sûre de savoir, c’est que cette force invisible, mystérieuse évolue d’autant plus qu’elle vient du bas, qu’elle fait naître le meilleur du pire ! »

28 Pour plus d’éléments biographiques sur Naden ainsi que sur la doctrine de l’hylo-idéalisme, voir Thain (2011 : 37-57).

29 Si Herbert Spencer est sans doute celui qui a poussé le plus loin la réflexion sur la nature de l’individu en utilisant l’image du polype, de nombreux autres intellectuels de l’époque, tels le philosophe George Henry Lewes (1817-1878), le géologue américain James D. Dana (1813-1895), ou encore l’écrivain pour enfants Frances Freeling Broderip (1830-1878), ont largement contribué à modifier la perception des zoophytes et à les utiliser pour diffuser les théories sociales qui s’appuient sur les signes du vivant. Pour plus de détails sur la fascination pour les polypes et les coraux, voir Coriale (2012 : 19-36).

30 L’anthologie Muses et Ptérodactyles présente un extrait du grand poème de Jacques Delille, Les trois règnes de la nature (1808), qui porte sur le polype. Cet extrait souligne que c’est un être fascinant à plusieurs titres : il est à la fois végétal et animal ; il repousse si on coupe ses ramifications ; il accepte les greffons ; c’est en fait un seul organisme composé d’une pluralité d’êtres avec lesquels il est codépendant. « Sur sa tige sensible un peuple entier fourmille ; / Même instinct, même vie anime la famille ; / Des milliers d’animaux semblent n’en former qu’un ; / Communs sont leurs besoins, leur mouvement commun ; » (Marchal 2013 : 372). Coriale fait également référence au polype dans un des chants du long poème en anglais Pelican Island (1827), de James Montgomery. Voir Coriale (2012 : 29 sq.).

31 Hooke a décrit ses observations dans l’ouvrage intitulé Micrographia : or, Some Physiological Descriptions of Minute Bodies Made by Magnifying Glasses (1665).

32 « Ils me disent que j’ai aidé le tronc à grandir, les racines à sucer la terre, les branches à faire des ramifications, les fruits à murir – et bien, qu’il en soit ainsi, mais je suis en train de mourir, et bientôt je serai liège. »

33 « Époque bénie ! Lorsque transparente et élastique, ma membrane pouvait à peine retenir son endoplasme, lorsque, homogène, à moitié liquide, plastique, mes molécules vitales tournoyaient rapidement. »

34 « […] cette sombre prison où je vivais comprimé ».

35 « Au plus grand bien du plus grand nombre / Ma vie doit servir ».

36 « Cellule amiboïde, dérivant loin de sa mère, nue et sans abri sous le cruel orage, ne recevant l’aide ni d’une sœur ni d’un frère, et dénuée de cellulose pour me tenir chaud ; […] ».

37 « Et pourtant j’étais libre ! Non, loin de moi ce rêve, le temps de la division cellulaire est terminé ; doucement mais sûrement, tout mon contenu disparaît, mes parois sont étanches – j’ai fini par devenir liège ! »

38 Notamment May Kendall (1861-1943), poétesse satirique appartenant à la société fabienne de York.

39 « J’étais un jeune homme studieux, Belle Science était ma douce maîtresse et m’attirait à ses côtés par attraction chimique. Aucun germe amoureux n’attaquait mon cœur, protégé comme par l’entremise de Pasteur contre cette épidémie fatale. »

40 C’est-à-dire « résipiscence ou reconnaissance de sa faute, avec la volonté de s’amender ».

41 « Ma douleur n’a ni commencement ni fin ; je fais pénitence pour les péchés commis avant ma naissance et dont le jus empoisonné court dans mes veines et s’y mélange avec l’élan vital. Dans mon sang ce virus je dois garder, demain, la semaine suivante, le mois suivant, tout au long de ma vie, jusqu’à l’heure de ma mort – c’est pour cela que je pleure des larmes d’infamie. »

42 « Pourrais-je croire la véracité de ton magnifique Évangile, qu’il n’y aurait aucun remède à ce mal organique : le Christ peut-il découdre mes tissus, modeler à nouveau la matrice de ma volonté ? »

43 « Non, l’espoir t’appartient ! Celui qui chante cette morne complainte a un cœur inébranlable, un esprit libre, et une intense perspicacité ; un tel homme peut éliminer sa tache de lépreux alors même qu’il crie “Impur” ! »

44 « Chaque jour, tes tissus meurent – et renaissent chaque jour, sans que tu ne ressentes ni joie ni peine ; pourtant toutes les lentes mutations de ta chair doucement transforment ton âme. Va, vis dans l’espoir et travaille, ne craignant rien ; affame les germes dégoûtants de la haine, de la luxure et de la cupidité ; […] ».

45 « Il vous faut naître d’en haut » (Bible de Jérusalem).

46 « Non taché à la naissance, ne transmettant pas de fraîches souillures qui détruisent la Valeur, mais toujours adapté pour renaître de nouveau. »

47 En effet, Spencer a utilisé cette expression dans son ouvrage Principles of Biology en 1864. Charles Darwin l’a reprise à son compte, ce qui a donné une légitimité à cette expression et a contribué à sa diffusion et à son application dans de très nombreux domaines.

48 La note ajoutée au titre, « A Gospel of Science », renvoie directement à « Professor Weismann’s theory of the continuity of the germ-plasm ».

49 Elles s’appellent aussi cellules sexuelles et contiennent les gamètes.

50 Weismann ajoute par ailleurs que la cellule ne transmet pas un caractère acquis mais une information qui prédispose l’individu à réagir de telle ou telle manière dans un environnement privilégié.

51 « [L’humanité est] toujours adaptée à renaître de nouveau, à condition qu’elle soit délivrée du filet destructeur que tissent des circonstances défavorables. »

52 « Alors l’espoir redressa sa tête juvénile, et offrit un visage rayonnant à l’homme le plus ignoble qui avance en se traînant. »

53 Jeanie Morison a toutefois eu une riche production poétique, publiant une dizaine de volumes de poésie entre 1887 et 1899. Elle fut l’amie de Robert Browning et membre des cercles littéraires majeurs de la fin du siècle, mais sa poésie, comme celle de la majorité des victoriennes, fut pourtant précipitée dans l’oubli au moment du tournant moderniste. Parmi toutes les femmes poètes citées dans cet article, seules Constance Naden et Mathilde Blind, qui ont publié plusieurs ouvrages, bénéficient d’une attention critique renouvelée depuis une dizaine d’années. Il reste toutefois à espérer que la qualité poétique de l’œuvre de Blind et la portée philosophique de celle de Naden contribueront à ne plus classer ces deux femmes dans la catégorie des poètes mineures.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search