Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Deuxième partie. Enjeux idéologiques et religieux

De la cellule à la peau de chagrin

T. H. Huxley et le matérialisme scientifique victorien

Laurence Talairach-Vielmas

Texte intégral

  • 1 « […] the most discussed writer in English besides Shakespeare » (George Levine cité par Beer 2000  (...)
  • 2 Voir Beer (2000) et Levine (2006).

1En 1885, un conte de fées satirique de May Kendall et Andrew Lang, That Very Mab, met en scène la fée Mab, partie s’exiler avec sa cour dans les îles polynésiennes Samoa, et qui, chassée par l’arrivée de missionnaires par trop nombreux, décide alors de retourner en Angleterre. À son arrivée, ce qu’elle découvre est un pays métamorphosé par les avancées scientifiques et technologiques, un monde où magie et merveilleux ont disparu et où les fées sont désormais des espèces éteintes, de vieilles superstitions auxquelles on ne croit plus. À l’origine de cette transformation évoquée dans le conte se trouve la publication en 1859 de l’Origine des espèces au moyen de la sélection naturelle, ou la préservation des races favorisées dans la lutte pour la vie et l’explication de l’évolution de la nature par la sélection naturelle imaginée par Charles Darwin. Les références à « l’auteur anglais le plus discuté avec Shakespeare1 », pour citer George Levine, émaillent en effet le texte, désignant la théorie de l’évolution comme la source de tous les maux – une théorie notamment responsable du matérialisme scientifique que le conte de fées satirique s’amuse à tourner en dérision. L’exemple de Kendall et Lang démontre à l’envi l’influence de la théorie de l’évolution sur la culture victorienne. Cependant, comme l’ont démontré Gillian Beer et George Levine dans des études pionnières sur Darwin et la littérature victorienne, le texte même de l’Origine des espèces s’inspire tout autant de la scène culturelle2. La laïcisation du vivant par Darwin, qui réécrit les grands récits de la création et de l’origine de la vie, s’impose peu à peu grâce à un discours hybride qui puise dans la littérature, et plus largement dans un imaginaire culturel, les images qui permettront au naturaliste, comme aux partisans de l’évolution à sa suite, de mettre en récit une nouvelle vision de la nature. C’est pourquoi cet article se propose d’aborder certaines des représentations imagées de la théorie de l’évolution à partir de l’étude des écrits d’une figure clé de l’évolutionnisme victorien : Thomas Henry Huxley (1825-1895). Surnommé le « bouledogue » de Darwin, Huxley contribuera fortement à la diffusion de la théorie de l’évolution. Mais il fera aussi l’objet de nombreuses critiques et pamphlets satiriques, tel Protoplasm, Powheads, Porwiggles and the Evolution of the Horse from the Rhinoceros, Illustrating Professor Huxley’s Scientific Mode of Getting Up the Creation and Upsetting Moses (1875). Ce dernier, publié anonymement, dénoncera par exemple la réécriture de l’origine de la vie par Huxley en présentant le scientifique comme un prophète païen prêchant des sermons laïques. Bouleversant l’idéologie chrétienne, T. H. Huxley emploie néanmoins un imaginaire issu d’un réalisme fantastique qu’il conviendra d’analyser. Il s’agira donc ici de suivre la circulation des images de métamorphoses et de transformations qui nourrissent les écrits sur l’évolution du vivant depuis la publication de l’Origine des espèces, afin de saisir leur productivité métaphorique dans d’autres champs du savoir ainsi que leurs enjeux, qu’ils soient épistémologiques ou idéologiques.

L’imaginaire darwinien

  • 3 Les célèbres rapprochements que Darwin fait entre l’ours et la baleine ou le cochon et le chameau d (...)
  • 4 « In the process of Darwin’s thought, one movement is constantly repeated : the impulse to substant (...)
  • 5 « Romantic materialism » (Beer 2000 : 37).
  • 6 En 1843, le biologiste, paléontologue et anatomiste Richard Owen (1804-1892) appela des structures (...)
  • 7 « The crust of the earth is a vast museum » (Darwin 1998 : 141).
  • 8 Mentionnons ici l’exemple de l’Homme de Piltdown, un fossile trouvé dans le Sussex, en Angleterre, (...)

2Dans son ensemble, la littérature victorienne se joue d’images, de transformations et de métamorphoses en tout genre et, comme dans les contes de fées – que la période aime à réécrire – belles et bêtes se retrouvent bien souvent à jamais unies, faisant trembler un lectorat hanté par des peurs de croisements entre espèces ou même entre « races humaines ». L’imaginaire victorien – basculant en un instant du merveilleux au grotesque – peut donc se lire et s’appréhender comme le reflet de l’impact des principes de l’évolution dès la publication de l’Origine des espèces. Les petites filles changent de taille et se déforment, les espèces mutent, comme le bébé de la duchesse qui passe de l’humain au cochon dans Alice’s Adventures in Wonderland (1865), de Lewis Carroll, et l’on n’a de cesse de décrire les métamorphoses des chenilles en papillons sur le mode du merveilleux, donnant aux transformations naturelles une touche magique digne d’un conte de fées. Il ne s’agit plus ici, bien sûr, des merveilles divines que les défenseurs de la théologie naturelle aiment à lire dans la nature. Pourtant, le monde imaginaire que la théorie de Darwin met soudain à la portée de tous n’est pas un matérialisme aride qui réduit le vivant à de simples mécanismes évolutifs : il permet surtout d’envisager le passage des espèces par toutes sortes de formes intermédiaires, comme lorsque Darwin postule qu’un animal terrestre carnivore peut très bien s’être transformé en espèce aquatique3, ou qu’il met en lumière la façon dont les spécimens fossiles analysés par Richard Owen (1804-1892) ont permis de rapprocher cochon et chameau (Darwin 1998 : 266) – laissant ainsi à l’imagination une place de choix qui incite à renouveler le regard que l’on porte sur la nature et à relire transformations et métamorphoses à la lumière d’anciens mythes4. Sûrement, pense Darwin, y a-t-il une logique sous-jacente au système que les naturalistes tentent de définir ou de construire – mais encore faut-il découvrir ce qui relie la souris à la musaraigne ou le dugong à la baleine. Pour Gillian Beer, le « matérialisme romantique5 » de Darwin résulte, en effet, de ses efforts pour donner corps à la métaphore afin de convertir l’analogie en affinité biologique. Car le principe de l’homologie phylogénétique6 permet à Darwin d’analyser le « vaste muséum7 » du monde comme un espace inexploré qui recèle d’innombrables espèces intermédiaires – autant de chaînons qui alimenteront les recherches les plus folles et les faux les plus célèbres8, tandis que les scientifiques s’affaireront à démontrer et trouver le fameux « chaînon manquant ».

3Ainsi, les tensions sont fortes entre la vision ultra-matérialiste du monde proposée par Darwin et la méthode scientifique de ce dernier, qui donne à l’imagination une place de choix. C’est bien entendu cette tension qui se trouve au centre du conte de fées de May Kendall et Andrew Lang, lorsque la fée Mab redécouvre son pays, un monde où l’on ne jure plus que par la science et où les scientifiques vouent désormais un culte au microscope, instrument merveilleux qui permet de passer au crible l’intégralité du vivant. Et c’est bien la fée qui vient incarner cette tension, alors même qu’elle est capturée par un scientifique qui la prend pour un Stephanoceros et la place dans un bocal en verre de façon à pouvoir l’observer à sa guise. C’est à ce moment-là que s’amorce une discussion entre un poète, qui sait voir la fée derrière le verre, et le scientifique, qui n’identifie qu’un papillon. Mais alors que le scientifique s’apprête à observer le spécimen sous la lentille de son microscope, la fée s’échappe, laissant les deux hommes face à face se disputer. Le discours met en regard science et religion, opposant la théorie de l’évolution proposée par Darwin à la théologie naturelle de William Paley (1743-1805). La conversation illustre à merveille les nouvelles conceptions du vivant qui définissent l’humain dans la seconde moitié du xixe siècle :

  • 9 « “Your soul is sordid!” he said indignantly to the professor. “You have no eyes for the Immaterial (...)

« Votre âme est immonde » dit-il au professeur avec indignation. « Vous n’avez d’yeux que pour l’immatériel, l’idéal intangible, qui se trouve derrière le voile sombre et trompeur que l’on appelle Matière »
« Mon âme », dit le professeur avec tout autant d’indignation, « c’est-à-dire, si j’en ai une, est aussi bonne que la vôtre ».
« Non », dit le poète. « Je ne suis qu’âme, ou presque. Vous n’êtes rien d’autre qu’une masse de Protoplasme. »
« Personne ne peut rêver mieux. J’aimerais savoir », cria le professeur en colère, « où nous serions tous sans le Protoplasme »9.

  • 10 Parmi les scientifiques connus qui continueront à défendre une vision théiste de l’évolution, menti (...)

4L’image de l’homme comme simple masse protoplasmique vient résumer la vision de l’impact de la théorie de l’évolution sur la société victorienne. Car il ne s’agit pas ici d’un clin d’œil à Darwin, mais bel et bien à l’un des scientifiques les plus célèbres de la seconde moitié du xixe siècle qui défendit et diffusa largement les thèses de Darwin : T. H. Huxley. Le débat entre science et religion ici mis en scène illustre combien la définition du vivant proposée par Huxley bouleverse l’idéologie chrétienne, ouvrant la voie à de nombreuses lectures/réécritures spirituelles du biologique qui seront proposées par nombre de scientifiques, de vulgarisateurs ou encore d’écrivains de l’époque10. La productivité métaphorique du monde presque magique proposé par Huxley, inspirée, comme nous allons le voir, du réalisme fantastique de Balzac, irriguera dans les dernières décennies du siècle la scène littéraire britannique. Celle-ci s’emparera, de façon plus ou moins critique, des définitions du vivant proposées par le scientifique, celles-ci résultant elles-mêmes d’une hybridation avec la littérature, pour mieux dénoncer ou mettre en doute la vision de l’évolution du vivant de Huxley, tout autant que ses implications et interprétations et récupérations idéologiques.

T. H. Huxley et la peau de chagrin

  • 11 On peut par exemple rappeler ici sa fameuse dispute avec Samuel Wilberforce à Oxford lors de la réu (...)

5Biologiste, zoologiste et paléontologue, champion d’anatomie comparée, inventeur du terme « agnostique » (1869), T.H. Huxley est connu surtout pour ses parallèles entre l’homme et le singe (Evidence as to Man’s Place in Nature [1863])11. Non seulement Huxley défendit farouchement les thèses de Darwin, mais il devint également l’incarnation même du matérialisme scientifique de l’Angleterre victorienne. Il représente ainsi à lui seul tout autant les nouvelles définitions du vivant du second xixe siècle que les méthodes d’analyse de ce vivant qui découlent de l’avènement de la théorie de l’évolution. Huxley, il est vrai, était avant tout un empiriste, un anatomiste qui ne croyait qu’en ce qu’il voyait et qui, bien que défendant Darwin, n’adhérait pas forcément à l’idée de la sélection naturelle proposée par ce dernier. C’est, en effet, surtout la question du mécanisme de l’évolution qui intéresse Huxley, une évolution qui, selon lui, doit pouvoir être visible à l’œil nu. Pourtant, son parcours intellectuel et son interprétation de l’évolution permettent de suivre la constitution de la biologie dans la seconde moitié du xixe siècle et montrent l’importance croissante de l’imagination dans la méthode scientifique.

  • 12 Pour une histoire synthétique des mouvements de pensée sur le vivant dans le long xixe siècle, voir (...)
  • 13 Voir à ce sujet Lawrence (2009 : 268).
  • 14 Voir Pickstone (2001 : 118).

6L’entrée du vivant dans le domaine des sciences marque un tournant au début du xixe siècle. Parmi les biologistes du xixe siècle12, l’on distingue ceux qui « dissèquent », notamment en France (Georges Cuvier [1769-1832], Marie François Xavier Bichat [1771-1802]) et ceux qui, particulièrement en Allemagne, s’opposent au mode d’exploration du vivant développé dans la capitale française. Les biologistes allemands poursuivent en effet plutôt l’idée qu’une structure se modifie en se développant, l’ensemble d’un corps reflétant la transformation de chacune des parties. Cette idée, soutenue en France par les morphologistes tel Étienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844), proche du transformisme de Jean-Baptiste Lamarck (1744-1829), permet à nombre de radicaux de proposer une vision plus matérialiste de la théologie naturelle. L’essor de la morphologie s’accompagne d’une utilisation de plus en plus fréquente du microscope, qui devient un outil essentiel à la recherche en biologie (on se rappellera ici la référence constante au microscope dans That Very Mab mentionné plus haut). Ainsi, si les tissus tiennent une part importante dans l’anatomie pathologique de Bichat, par exemple, les anatomistes allemands sont, quant à eux, à la recherche des tissus communs à l’ensemble des êtres. La théorie cellulaire propose tout d’abord qu’une seule et même protéine soit à la base de l’ensemble des tissus. Mais avec l’accroissement des performances de l’optique, le rêve romantique d’une unité dans le monde vivant et d’une origine commune s’effondre. Cependant, en 1839, le botaniste Mathias Jakob Schleiden (1804-1881) et l’anatomiste Theodor Schwann (1810-1882) démontrent qu’à défaut d’une unité commune, l’on peut avancer un mode de développement commun : ils postulent, en effet, que les noyaux autour desquels les protéines se déposent résultent de la cristallisation des fluides, expliquant que les cellules se développent alors différemment dans le monde animal et végétal. Le rôle central de l’étude de la cellule et de son développement (ou histologie13) dans le développement de la biologie comme discipline scientifique montre à l’envi que la morphologie, par son intérêt pour le développement et pour l’étude de l’organisation du monde animal et végétal, n’est pas très éloignée des préoccupations évolutionnistes14. Même si les morphologistes, à l’origine, défendent l’idée d’un plan commun de création, leurs études du développement des êtres laissent percevoir des préoccupations qui se trouveront également au centre de la théorie de l’évolution. Pour les évolutionnistes cependant, la théorie cellulaire, extrapolée au monde vivant, permet d’imaginer que plantes et animaux appartiennent à une même lignée cellulaire et ont donc une origine commune.

  • 15 « The influence of this mighty instrument of research upon biology, can only be compared to that of (...)

7C’est au centre de ces débats et de ces visions du monde vivant qu’il faut resituer le biologiste T. H. Huxley. Connu notamment pour ses études morphologiques, Huxley était également célèbre pour son approche expérimentale de la biologie et ses dissections du monde vivant. Dans son article sur la théorie cellulaire de 1853 – un article qui passe en revue les travaux sur la cellule depuis le xvie siècle jusqu’au milieu du xixe siècle et évalue en particulier les travaux de Schleiden (1837) et de Schwann (1838-1839) – Huxley souligne l’apport décisif du microscope sur le développement de la biologie : « L’influence de cet instrument puissant sur la recherche en biologie ne peut être comparée qu’à celle de la pile galvanique entre les mains de Davy sur la chimie15 ». Huxley célèbre les travaux d’Antonie Van Leeuwenhoek (1632-1723) et de Marcello Malpighi (1628-1674), entre le milieu du xviie siècle et 1840, présentant du même coup Schleiden et Schwann comme des descendants directs de leurs travaux. Il note cependant la date clé de 1838 en histologie. Car au-delà de la structure même de la cellule, c’est effectivement la question du développement de l’organisme que l’on doit à Schwann. Or Huxley souligne – et c’est ce qui nous intéressera ici – la puissance de la méthode scientifique de Schwann :

  • 16 « In biology, as in all the more complicated branches of inquiry, progress can only be made by a ca (...)

En biologie, comme dans toutes les branches complexes de la recherche, l’on ne peut progresser qu’en associant prudemment la méthode déductive à l’inductive, et en apportant l’aide puissante de l’imagination, que l’on maîtrisera, bien sûr, comme il se doit et avec rigueur, à l’observation et au raisonnement ; et il y a des périodes dans l’histoire de chaque science où une hypothèse, même fausse, vaut non seulement bien plus que l’absence d’hypothèse, mais est également la condition nécessaire préparant et annonçant l’hypothèse correcte16.

  • 17 Schwann suggère en fait que la fonction cellulaire est le résultat d’une force mystérieuse, tandis (...)

8Si Huxley critique les images utilisées par Schwann pour expliquer le développement, telle celle de la ruche, où les actions et les forces de chacune des parties peuvent être assimilées au développement des parties d’un organisme17, il n’en demeure pas moins qu’il défend la méthode inductive de Schwann, une méthode qui laisse une part importante à l’imagination. Car Huxley est bientôt forcé de constater que l’empirisme a ses limites, l’accumulation de données ne menant nulle part si elle ne s’accompagne d’une interprétation.

  • 18 « I cannot say I have ever had to complain of lack of hostile criticism; but the preceding essay ha (...)
  • 19 « Thus a nucleated mass of protoplasm turns out to be what may be termed the structural unit of the (...)

9On voit ici combien Huxley, père de la biologie moderne en quelque sorte, place l’imagination au centre de la méthode scientifique, sa définition de la science/biologie moderne se retrouvant dans nombre d’articles qui suivront. C’est tout particulièrement le cas dans son article de 1868, « On the Physical Basis of Life », article qui postule que le protoplasme est à la base de la vie et est commun à tous les êtres vivants. L’article lui vaudra les commentaires les plus hostiles de toute sa carrière : « Je ne puis dire que j’aie eu à me plaindre de l’absence de critiques hostiles, mais l’essai qui précède a eu plus que sa part de commentaires dans cette catégorie18 ». Suite logique de la théorie cellulaire, l’article avance que le vivant, dans son ensemble, est mu par une unité de pouvoir, de forme et de composition (Huxley 1901 : 133). Citant Goethe, Huxley s’inscrit dans la continuité de pensée des morphologistes allemands à la recherche d’une unité et d’une origine commune au vivant, annihilant les frontières entre monde végétal et monde animal. Pour lui, plantes, animalcules ou mammifères se nourrissent, se développent et se reproduisent. C’est pourquoi, à partir de l’étude du protoplasme de l’ortie, il extrapole alors ses conclusions à l’ensemble du vivant. Car le protoplasme est à l’origine de tout être vivant, une substance active, qui, dotée d’un noyau, compose l’unité de base du corps humain : « Ainsi, une masse nuclée de protoplasme devient ce que l’on peut appeler l’unité de base du corps humain19 ». Par conséquent, si l’animal le plus évolué est fait de la multiplication de telles unités de vie, il est néanmoins rangé parmi les bêtes, reptiles, poissons et vers :

  • 20 « Beast and fowl, reptile and fish, mollusk, worm, and polype, are all composed of structural units (...)

Animaux et oiseaux, reptiles et poissons, mollusques, vers et polypes se composent tous d’unités structurelles identiques, c’est-à-dire de masses de protoplasme contenant un noyau20.

  • 21 « […] so far as form is concerned, plants and animals are not separable » (Huxley 1901: 139).
  • 22 « It is a mere matter of convention whether we call a given organism an animal or a plant » (ibid.)

10La proposition réunit les principes défendus par les morphologistes allemands et les idées de Darwin et elle démontre l’impact de la théorie cellulaire sur les définitions du vivant dans la seconde moitié du xixe siècle. Les mondes végétal et animal sont inséparables (« en ce qui concerne la forme, l’on ne peut séparer plantes et animaux21 »), distingués uniquement par convention (« l’appellation animal ou plante donnée à un organisme n’est qu’une question de convention22 »). Or le principe réduit inévitablement l’homme à une simple masse de matière. L’image est on ne peut plus terrifiante pour le xixe siècle, la question de la matière et du vivant créant un véritable tsunami à en croire l’image utilisée par Huxley :

  • 23 « I have endeavoured, in the first part of this discourse, to give you a conception of the directio (...)

J’ai essayé, dans la première partie de ce discours, de vous donner une idée de la direction vers laquelle la physiologie moderne tend […].
La conscience de cette grande vérité est un véritable cauchemar, je crois, pour nombre des plus grands intellectuels d’aujourd’hui. Ils observent ce qu’ils imaginent être le progrès du matérialisme avec la même peur et la même colère impuissante qu’un sauvage lors d’une éclipse, au moment où la grande ombre glisse sur le visage du soleil. La matière, véritable marée montante, menace d’engloutir leurs âmes [… ]23.

  • 24 Voir, par exemple, l’ouverture de la préface: « [O] n peut légitimement conclure que ceux qui se di (...)
  • 25 « In other words, matter and spirit are but names for the imaginary substrata of groups of natural (...)

11La prose imagée de Huxley flirte ici avec les idéologies racistes des dernières décennies du siècle et le principe de supériorité de certaines « races humaines », la croyance en une âme humaine reléguant les individus au rang (inférieur) de « sauvages ». On comprend ici pourquoi des œuvres satiriques telles que Protoplasm, Powheads, Porwiggles and the Evolution of the Horse from the Rhinoceros, Illustrating Professor Huxley’s Scientific Mode of Getting Up the Creation and Upsetting Moses joueront sur la classification implicite chez Huxley des agnostiques parmi les espèces supérieures et réutiliseront précisément les images de classes et d’espèces de Huxley pour séparer les hommes entre croyants et athées24. Réduisant comme il le fait l’esprit et le corps à de simples conventions lexicales (« En d’autres termes, l’esprit et la matière ne sont que des mots pour désigner des sous-groupes imaginaires de phénomènes naturels25 »), réduisant l’humain à un amalgame cellulaire, sans forme définie, Huxley, dans son article, impose une physiologie moderne hyper-matérialiste, sa conception du vivant comme simple matière prenant telle ou telle forme incarnant pour d’aucuns la dérive de l’évolutionnisme. Car en expliquant le vivant comme somme ou suite de phénomènes purement physiques (ou plutôt chimiques), en ôtant à l’homme toute âme, la théorie du protoplasme lui ôte également toute forme, le protoplasme supprimant la solidité du corps et liquéfiant ce dernier.

  • 26 « Gothicity of matter » (Hurley 2004: 33).
  • 27 Citons par exemple le docteur Jekyll dans Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886, en français (...)

12Huxley propose, en effet, une nouvelle conception du vivant pour le moins monstrueuse – une matière « gothique », dira Kelly Hurley, dans un ouvrage qui démontre que les réécritures gothiques qui suivront la publication de l’article d’Huxley témoignent de l’influence de ce dernier26. Dans ces fictions-là, comme dans l’article de Huxley, l’être humain tel que la physiologie moderne le définit n’est plus que masse informe, visqueuse, et capable de passer d’une forme à l’autre comme d’un état à un autre27.

  • 28 « Balzac’s studies had led him over a wide range of thought and speculation, and his shadowing fort (...)

13Si le discours inspira les réécritures gothiques des dernières décennies du xixe siècle, comme le pense Hurley, il est significatif que Huxley s’inspire également de la littérature fantastique pour expliquer à son auditoire les fonctionnements du vivant. Le choix est en fait pour le moins osé, pourrait-on penser, puisque l’intertexte qui va servir à Huxley pour formuler son hypothèse sur l’évolution rejoue le pacte faustien sur le mode moderne – un pacte avec le Diable que tout scientifique évolutionniste victorien semble passer dès lors qu’il ôte à l’homme son âme. En effet, Huxley illustre son discours à l’aide du roman de Balzac La Peau de chagrin (1831). Le roman, affirme Huxley, témoigne des connaissances de Balzac en physiologie et de sa capacité à spéculer sur le vivant : « Les études de Balzac l’ont mené à concevoir de nombreuses hypothèses de pensée, et la vérité physiologique que l’on lit en filigrane dans son histoire a pu être intentionnelle28 ». Le roman conte le destin d’un personnage qui se sait condamné, la peau de chagrin, qui exauce tous ses désirs, se réduisant petit à petit, la disparition des cellules qui la composent mimant la mort progressive des cellules du personnage. Ancré dans un monde dominé par l’anatomie pathologique, un univers où les cadavres se monnaient, se mettent en bocaux, se découpent et s’exposent, La Peau de chagrin s’inscrit dans un xixe siècle où le scalpel sert à traquer l’origine du vivant. Alors que le héros cherche à mettre un terme à sa vie, c’est dans un cabinet de curiosités qu’il découvre la peau de chagrin, au milieu de momies et de modèles anatomiques en cire. C’est également là qu’on lui promet de lui révéler « le grand mystère de la vie humaine » (Balzac 1855 : 69). Or le héros est aussi versé en anatomie et physiologie, il rédige une œuvre « purement physiologique » (ibid. : 106) et il est capable de déceler en lui-même les « lésions sensibles » (ibid. : 116) qui le condamneront. En s’appuyant sur les principes de la biologie moderne, le roman montre ainsi comment les sciences du xixe siècle ont balayé l’âme humaine pour ne laisser place qu’à de la matière – une matière vivante vouée à mourir mise en image par la peau de chagrin dont la surface s’amenuise à mesure qu’on l’utilise, mimant ainsi la vie physiologique du héros.

  • 29 « […] happily, the protoplasmic peau de chagrin differs from Balzac’s in its capacity of being repa (...)

14La perte de surface ou de cellules de la peau de chagrin imite en effet, déclare Huxley, le destin du corps humain, à une différence près cependant : la « peau de chagrin protoplasmique » est néanmoins capable d’être réparée et de reprendre sa taille initiale après chaque utilisation (« heureusement, la peau de chagrin protoplasmique diffère de celle de Balzac dans sa capacité à être réparée et ramenée à sa taille initiale après chaque utilisation29 »). Et Huxley de se prendre lui-même comme exemple pour expliquer le renouvellement des cellules dans chaque être :

  • 30 « For example, this present lecture, whatever its intellectual worth to you, has a certain physical (...)

Par exemple, cette conférence aujourd’hui, quelle que soit sa valeur intellectuelle pour vous, a une valeur physique pour moi, qui s’exprime, en théorie, par le nombre de grains de protoplasme et autre substance corporelle dépensés en maintenant mes fonctions vitales pendant toute mon élocution. Ma peau de chagrin sera clairement plus petite à la fin de ce discours qu’au début. Dans un instant, j’aurai probablement recours à la substance que l’on appelle communément viande, de façon à l’étirer à nouveau jusqu’à sa taille initiale. Cette viande était jadis le protoplasme vivant, plus ou moins modifié, d’un animal – le mouton. En le mangeant, ce sera la même matière transformée, non seulement par la mort, mais par l’exposition à diverses opérations artificielles liées à la cuisson.
Mais ces changements, quelle que soit leur portée, ne l’ont pas rendu incapable de reprendre ses anciennes fonctions de matière vivante. Le laboratoire intérieur que je possède dissoudra une certaine quantité du protoplasme modifié ; la solution ainsi formée passera dans mes veines ; et les influences ingénieuses auxquelles il sera soumis permettront de convertir le protoplasme mort en protoplasme vivant et de transsubstantier le mouton en homme.
Mais ce n’est pas tout. Si l’on pouvait traiter la digestion à la légère, je pourrais prendre du homard au souper, et la matière vivante du crustacé subirait la même métamorphose merveilleuse pour se transformer en matière humaine. Et si je retournais à ma place en mer et faisais naufrage, le crustacé pourrait, et c’est très probable, me retourner le compliment, et faire la démonstration de notre nature commune en transformant mon protoplasme en homard vivant. Ou encore, à défaut d’avoir mieux, je pourrais renouveler mes réserves simplement avec du pain, et je verrais que le protoplasme du blé se convertit tout aussi facilement en homme, sans plus de difficultés que celui du mouton et encore moins, j’imagine, que celui du homard30.

15Comme Huxley l’explique, la perte de protoplasme / diminution de sa peau de chagrin lors de son discours sera compensée en ingurgitant un plat de mouton, lui-même protoplasme, qui une fois mort, cuisiné et avalé redeviendra matière vivante. Et si d’aventure du homard était au menu, il serait lui aussi transformé en matière humaine. À moins que l’homme naviguant en mer ne tombe à l’eau et ne soit à son tour ingurgité par le homard et transformé en homard à son tour. Enfin, au mouton et homard le pain pourrait aussi bien faire l’affaire, et se changer de même en homme.

16Le corps humain, tel un « laboratoire » de chimiste (notons le vocabulaire lié à la chimie ici : substance, laboratory, dissolve, solution), permettra alors la métamorphose du mouton en homme. Nous ne sommes pas loin du Jekyll et Hyde inventés par Robert Louis Stevenson en 1886 (Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde), roman dans lequel le laboratoire du chimiste a remplacé l’amphithéâtre d’anatomie désormais désuet. D’une façon significative, l’image de la transsubstantiation réécrit sur le mode ironique l’eucharistie, faisant de la science moderne un véritable diable. Ainsi, la métaphore littéraire de la peau de chagrin fait irrémédiablement basculer le vivant dans le domaine des sciences. L’on comprend ici combien la prose imagée du scientifique, en puisant dans le réalisme fantastique de Balzac les images lui permettant de mettre en récit sa définition du vivant et de ses origines, dérange d’autant plus l’idéologie chrétienne. L’essai tisse les références culturelles pour mieux réécrire les grands récits de la création et de l’origine de la vie, expliquant d’ailleurs pourquoi certains écrits satiriques, tel Protoplasm, Powheads, Porwiggles and the Evolution of the Horse from the Rhinoceros, Illustrating Professor Huxley’s Scientific Mode of Getting Up the Creation and Upsetting Moses, mentionné plus haut, présenteront l’agnostique en prêcheur.

  • 31 « But the man of science, who, forgetting the limits of philosophical inquiry, slides from these fo (...)
  • 32 « Dans son grenier elle a des visions féériques qui dépassent les capacités d’entendement des deux (...)

17Ces métamorphoses magiques du vivant, qui réduisent l’humain à de la matière et lui volent son âme, incarnent pleinement la biologie de la seconde moitié du xixe siècle, une biologie prise en tension entre son matérialisme extrême et les méthodes scientifiques sur lesquelles elle s’appuie, qui laissent une large part à l’imagination. L’exemple de Huxley démontre à merveille combien les transformations du vivant permettent aux scientifiques d’imaginer les métamorphoses les plus insensées, comme ici le passage du pain, du homard ou du mouton à l’homme. S’il n’y a plus de fées, comme Kendall et Lang le suggèrent dans That Very Mab, il n’en demeure donc pas moins que le matérialisme scientifique victorien ne réduit pas le vivant ni à des formules mathématiques ni à des symboles – des formules qui, si elles sont le résultat inévitable de la vision moderne du vivant, dira Huxley, risquent bien de détruire la « beauté de la vie31 ». C’est pourquoi, T.H. Huxley sera, paradoxalement pourrait-on penser, l’un des scientifiques qui défendra le plus le rôle de l’imagination dans les sciences, qu’il s’agisse de son article, « On the Method of Zadig » (1880), qui présente le scientifique comme un prophète du passé, capable de reconstruire des mondes perdus, ou qu’il s’agisse de ses réflexions qui comparent la science moderne à Cendrillon enfermée dans son grenier32, autant de métaphores qui caractérisent finalement aussi bien le matérialisme scientifique victorien que les contes de fées destinés aux enfants.

Bibliographie

Bibliographie

[Anonyme], 1875. Protoplasm, Powheads, Porwiggles and the Evolution of the Horse from the Rhinoceros, Illustrating Professor Huxley’s Scientific Mode of Getting Up the Creation and Upsetting Moses. Londres, Longmans and Co.

Balzac, Honoré de, 1855 [1831]. La Peau de chagrin. Paris, Bureau du siècle.

Beer, Gillian, 2000 [1983]. Darwin’s Plots : Evolutionary Narrative in Darwin, George Eliot and Nineteenth-Century Fiction. Cambridge, Cambridge University Press.

Carroll, Lewis, 2001 [1865]. Alice’s Adventures in Wonderland, in The Annotated Alice, Martin Gardner (éd.). Londres, Penguin.

Cosslett, Tess, 1982. The « Scientific Movement » and Victorian Literature. Brighton – New York, The Harvester Press – St Martin’s Press.

Darwin, Charles, 1998 [1859]. On the Origin of Species by Means of Natural Selection, or the Preservation of favoured races in the struggle for life. Oxford, Oxford University Press.

Doyle, Arthur Conan, 2008 [1912]. The Lost World. Oxford, Oxford University Press.

Hurley, Kelly, 2004 [1996]. The Gothic Body : Sexuality, Materialism and Degeneration at the Fin de Siècle. Cambridge, Cambridge University Press.

Huxley, Thomas Henry, 1894 [1886]. « Science and morals », in Collected Essays, vol. 9. Evolution and Ethics and Other Essays. Londres, Macmillan : 117-146.

– 1898 [1853]. « The Cell Theory », in The Scientific Memoirs of Thomas Henry Huxley, vol. 1. Londres, Macmillan : 241-278.

– 1901 [1868]. « The physical basis of life », in Collected Essays, vol. 1. Methods and Results. Londres, Macmillan : 130-165.

Kendall, May et Lang, Andrew, 1885. That Very Mab. Londres, Longmans, Green & Co.

Kingsley, Charles, 1863. The Water-Babies : A Fairy-Tale for a Land Baby. Londres – Cambridge, Macmillan & Co.

Lawrence, Susan C., 2009. « Anatomy, histology, and cytology », in Peter Bowler et John V. Pickstone (dir.), The Cambridge History of Science, vol. 6. The Modern Biological and Earth Sciences. Cambridge, Cambridge University Press : 265-284.

Levine, George, 2006. Darwin Loves You : Natural Selection and the Re-Enchantment of the World. Princeton, Princeton University Press.

Lightman, Bernard, 2007. Victorian Popularizers of Science : Designing Nature for New Audiences. Chicago – Londres, The University of Chicago Press.

Machen, Arthur, 1995. The Three Imposters. Londres, Everyman.

Pickstone, John V., 2001. Ways of Knowing. A New History of Science, Technology and Medicine. Chicago, The University of Chicago Press.

Stevenson, Robert Louis, 1993 [1886]. The Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde, in Dr Jekyll and Mr Hyde, The Merry Men and Other Stories. Ware, Wordsworth Classics : 3-62.

Wells, Herbert George, 2012 [1896]. The Island of Doctor Moreau. San Diego, Canterbury Classics.

Notes

1 « […] the most discussed writer in English besides Shakespeare » (George Levine cité par Beer 2000 : x ; toutes les traductions sont de l’auteur de l’article).

2 Voir Beer (2000) et Levine (2006).

3 Les célèbres rapprochements que Darwin fait entre l’ours et la baleine ou le cochon et le chameau donneront lieu à des débats qui pousseront le naturaliste à expliquer ou reformuler les nombreuses analogies qui balisent ses écrits. Nous verrons plus loin comment T. H. Huxley utilise ce type de rapprochement et pousse le principe de métamorphose à l’extrême, notamment grâce à la référence au réalisme fantastique de Balzac.

4 « In the process of Darwin’s thought, one movement is constantly repeated : the impulse to substantiate metaphor and particularly to find a real place in the natural order for older mythological expressions » (Beer 2000 : 74). Levine note, quant à lui, l’influence de Milton ou de la poésie romantique : « Though undeceived by it, Darwin remained in love with nature, which drew on the deepest resources of his mind and of the language that from Milton through Wordsworth had endowed it with a mythic energy while registering it with startling precision » (Levine 2006 : 223).

5 « Romantic materialism » (Beer 2000 : 37).

6 En 1843, le biologiste, paléontologue et anatomiste Richard Owen (1804-1892) appela des structures « analogues », deux structures ayant la même fonction, tandis que des structures biologiques n’ayant pas la même fonction mais étant formées sur des modèles similaires étaient considérées comme « homologues ». Après la publication de l’Origine des espèces en 1859, on définit comme homologues des structures identiques car héritées/dérivées d’un ancêtre commun. Cependant, dans l’édition de 1859 de l’Origine, cette nouvelle définition de l’homologie phylogénétique apparaît souvent sous le terme « analogie ».

7 « The crust of the earth is a vast museum » (Darwin 1998 : 141).

8 Mentionnons ici l’exemple de l’Homme de Piltdown, un fossile trouvé dans le Sussex, en Angleterre, présenté comme le chaînon manquant entre le singe et l’homme du fait de sa composition : un crâne d’homme et une mâchoire de singe. Il s’agissait en réalité d’une supercherie. Parmi les coupables présumés figurait Arthur Conan Doyle, alors en pleine rédaction de The Lost World (1912), en français Le Monde perdu, roman d’aventures fantastique qui met en scène des explorateurs qui découvrent sur un plateau d’Amérique du Sud des espèces préhistoriques et des hommes-singes.

9 « “Your soul is sordid!” he said indignantly to the professor. “You have no eyes for the Immaterial, the intangibly Ideal, that lies behind the shadowy and deceptive veil that we call Matter.” / “My soul”, said the professor with equal indignation, “that is, if I have got one, is as good as yours”. / “No, it isn’t,” said the poet ; “I am all soul, or nearly all. You are nothing but a mass of Higher Protoplasm”. / “No one need wish to be anything better. I should like to know”, cried the professor angrily, “where we should all be without Protoplasm” » (Kendall et Lang 1885 : n.p.).

10 Parmi les scientifiques connus qui continueront à défendre une vision théiste de l’évolution, mentionnons Richard Owen (1804-1892) ainsi qu’Alfred Russel Wallace (1823-1913), co-découvreur avec Darwin de la théorie de l’évolution par la sélection naturelle mais également défenseur du spiritisme qui croyait en l’existence de l’âme humaine. Parmi les vulgarisateurs célèbres qui participeront à la diffusion de la théorie de l’évolution tout en réconciliant dans leurs écrits évolution et foi chrétienne, signalons l’écrivain Charles Kingsley (1819-1875), auteur entre autres de The Water-Babies : A Fairy-Tale for a Land Baby (1863), un conte pour enfants mettant en récit les principes de l’évolution, et la vulgarisatrice Arabella Buckley (1840 – 1929), secrétaire du géologue Charles Lyell (1797-1875) de 1864 à 1875, auteur de deux ouvrages de vulgarisation scientifique sur l’évolution, Life and Her Children (1881) et Winners in Life’s Race, or the Great Backboned Family (1883). L’« évolutionnisme spirituel » de Buckley (spiritual evolutionism [Lightman 2007 : 238]) se lit également dans ses contes de fées scientifiques, des récits où les fées et le merveilleux lui servent à mettre en mots ce qui échappe au regard. L’article de Fabienne Moine dans ce volume donne également l’exemple des poétesses victoriennes qui proposent une lecture spirituelle du biologique afin de contrer les idéologies inégalitaires engendrées par certaines interprétations de la théorie de l’évolution.

11 On peut par exemple rappeler ici sa fameuse dispute avec Samuel Wilberforce à Oxford lors de la réunion de la British Association for the Advancement of Science en 1860 où Wilberforce demanda à Huxley s’il préférait descendre du singe du côté de son grand-père ou de sa grand-mère maternelle.

12 Pour une histoire synthétique des mouvements de pensée sur le vivant dans le long xixe siècle, voir Pickstone (2001), dont ce passage s’inspire.

13 Voir à ce sujet Lawrence (2009 : 268).

14 Voir Pickstone (2001 : 118).

15 « The influence of this mighty instrument of research upon biology, can only be compared to that of the galvanic battery, in the hands of Davy, upon chemistry » (Huxley 1898 : 247).

16 « In biology, as in all the more complicated branches of inquiry, progress can only be made by a careful combination of the deductive method with the inductive, and by bringing the powerful aid of the imagination, kept, of course, in due and rigid subordination, to assist the faculties of observation and reasoning; and there are periods in the history of every science when a false hypothesis is not only better than none at all, but is a necessary forerunner of, and preparation for, the true one » (Huxley 1898: 248 sq.).

17 Schwann suggère en fait que la fonction cellulaire est le résultat d’une force mystérieuse, tandis qu’Huxley croit en des causes moléculaires bien plus mécaniques.

18 « I cannot say I have ever had to complain of lack of hostile criticism; but the preceding essay has come in for more than its fair share of that commodity » (Huxley 1901: 164).

19 « Thus a nucleated mass of protoplasm turns out to be what may be termed the structural unit of the human body » (Huxley 1901: 139).

20 « Beast and fowl, reptile and fish, mollusk, worm, and polype, are all composed of structural units of the same character, namely, masses of protoplasm with a nucleus » (ibid.: 133).

21 « […] so far as form is concerned, plants and animals are not separable » (Huxley 1901: 139).

22 « It is a mere matter of convention whether we call a given organism an animal or a plant » (ibid.).

23 « I have endeavoured, in the first part of this discourse, to give you a conception of the direction towards which modern physiology is tending […]. / The consciousness of this great truth weighs like a nightmare, I believe, upon many of the best minds of these days. They watched what they conceive to be the progress of materialism, in such fear and powerless anger as a savage feels, when, during an eclipse, the great shadow creeps over the face of the sun. The advancing tide of matter threatens to drown their souls […] » (ibid.: 159 sq.).

24 Voir, par exemple, l’ouverture de la préface: « [O] n peut légitimement conclure que ceux qui se disent non-croyants, qu’ils s’appellent infidèles ou athées, ou ceux que l’on nomme matérialistes, panthéistes, positivistes, libres penseurs ou autre, considèrent que ceux qui adhèrent au christianisme sont une espèce de dupes ignares et crédules parce qu’ils croient en un Dieu et en la Révélation divine […] » ( « [P] rofessed unbelievers, whether called infidels or atheists, or recognised as materialists, pantheists, positivists, freethinkers, or by any other name, may be regarded by legitimate inference as virtually looking on the acceptors of Christianity as a class of cozened and credulous ignoramuses, because of their believing in a personal God and divine Revelation […] » [Anonyme 1875: n.p.]).

25 « In other words, matter and spirit are but names for the imaginary substrata of groups of natural phænomena » (Huxley 1901: 160).

26 « Gothicity of matter » (Hurley 2004: 33).

27 Citons par exemple le docteur Jekyll dans Strange Case of Dr Jekyll and Mr Hyde (1886, en français L’Étrange cas du docteur Jekyll et de M. Hyde) de Robert Louis Stevenson, dont les traits semblent fondre ( « [his] features seemed to melt » [Stevenson 1993: 47]) et qui passe d’une forme à une autre; The Three Imposters (1895, en français Les Trois Imposteurs) d’Arthur Machen; et The Island of Doctor Moreau (1896, en français L’Île du docteur Moreau), de H. G. Wells, où le savant fou recherche « la limite extrême de la plasticité dans la forme vivante » ( « to find out the extreme limit of plasticity in a living shape » [Wells 2012: page 105]).

28 « Balzac’s studies had led him over a wide range of thought and speculation, and his shadowing forth of physiological truth in this strange story may have been intentional » (Huxley 1901: 146).

29 « […] happily, the protoplasmic peau de chagrin differs from Balzac’s in its capacity of being repaired, and brought back to its full size, after every exertion » (Huxley 1901: 146).

30 « For example, this present lecture, whatever its intellectual worth to you, has a certain physical value to me, which is, conceivably, expressible by the number of grains of protoplasm and other bodily substance wasted in maintaining my vital processes during its delivery. My peau de chagrin will be distinctly smaller at the end of the discourse than it was at the beginning. By and by, I shall probably have recourse to the substance commonly called mutton, for the purpose of stretching it back to its original size. Now this mutton was once the living protoplasm, more or less modified, of another animal – a sheep. As I shall eat it, it is the same matter altered, not only by death, but by exposure to sundry artificial operations in the process of cooking.
But these changes, whatever be their extent, have not rendered it incompetent to resume its old functions as matter of life. A singular inward laboratory, which I possess, will dissolve a certain portion of the modified protoplasm; the solution so formed will pass into my veins; and the subtle influences to which it will then be subjected will convert the dead protoplasm into living protoplasm, and transubstantiate sheep into man.
Nor is this all. If digestion were a thing to be trifled with, I might sup upon lobster, and the matter of life of the crustacean would undergo the same wonderful metamorphosis into humanity. And were I to return to my own place by sea, and undergo shipwreck, the crustacean might, and probably would, return the compliment, and demonstrate our common nature by turning my protoplasm into living lobster. Or, if nothing better were to be had, I might supply my wants with mere bread, and I should find the protoplasm of the wheat-plant to be convertible into man, with no more trouble than that of the sheep, and with far less, I fancy, than that of the lobster » (Huxley 1901: 146-148).

31 « But the man of science, who, forgetting the limits of philosophical inquiry, slides from these formulae and symbols into what is commonly understood by materialism, seems to me to place himself on a level with the mathematician, who should mistake the x’s and y’s with which he works his problems, for real entities–and with this further disadvantage, as compared with the mathematician, that the blunders of the latter are of no practical consequence, while the errors of systematic materialism may paralyse the energies and destroy the beauty of a life » (Huxley 1901: 165).

32 « Dans son grenier elle a des visions féériques qui dépassent les capacités d’entendement des deux mégères qui se disputent à l’étage inférieur. Elle voit se dérouler sous ses yeux l’ordre qui règne sur le désordre apparent du monde; le grand théâtre de l’évolution, avec toute sa part de pitié et de terreur, mais également sa bonté et sa beauté fécondes. » ( « In her garret, she has fairy visions out of the ken of the pair of shrews who are quarrelling downstairs. She sees the order which pervades the seeming disorder of the world; the great drama of evolution, with its full share of pity and terror, but also with abundant goodness and beauty, unrolls itself before her eyes » [Huxley 1894: 146, cité par Cosslett 1982: 32]).

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search