Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Deuxième partie. Enjeux idéologiques et religieux

Les enjeux d’une vulgarisation apologétique. Le Dictionnaire de Jéhan de Saint-Clavien (1857)

Sarah Billaut

Texte intégral

1Le sous-titre du Dictionnaire historique des sciences physiques et naturelles depuis l’Antiquité la plus reculée jusqu’à nos jours, publié en un volume par Louis-François Jéhan de Saint-Clavien, précise l’un des objectifs principaux de l’ouvrage : « Notice biographique sur les auteurs qui se sont fait un nom par leurs travaux ou leurs découvertes dans ces branches des connaissances humaines ; examen critique et analyse de leurs ouvrages et de leurs théories. Mouvement philosophique de la science, principes et doctrines, à notre époque ». Après avoir successivement édité plusieurs dictionnaires thématiques sur la botanique, la géologie, la zoologie ou la paléontologie (entre 1847 et 1854), Louis-François Jéhan publie en 1857 un dictionnaire récapitulatif et général afin de fixer, en cette moitié de siècle, l’état des connaissances en histoire naturelle.

2Louis-François Jéhan, archiviste, bibliothécaire de la société archéologique de Touraine et membre de la société géologique de France, est avant tout connu comme le vulgarisateur scientifique principal des Encyclopédies théologiques de l’abbé Migne. Devant suivre le rythme de publication soutenu de l’abbé Migne à partir des années 1850 (Langlois et Laplanche 1992 : 57), il en vient à emprunter de longs passages, qu’il cite sans indiquer ses sources. Ce dictionnaire couronne son travail de vulgarisateur : il entend faire le point sur les différentes doctrines qui ont fait avancer l’histoire naturelle, et fixer l’état des connaissances de son époque. C’est dans cette optique que le débat sur la variabilité ou la fixité des espèces est abordé dans le dictionnaire. Ces théories touchaient aux croyances établies par la Genèse. Il apparaissait dès lors nécessaire de les présenter aux lecteurs catholiques dans une version non seulement vulgarisée, afin qu’ils se familiarisent avec des concepts pour lesquels ils n’étaient pas spécialistes, mais aussi apologétique, afin qu’ils puissent avoir des outils dialectiques et argumentés pour se défendre contre les attaques matérialistes qui n’hésitaient pas à radicaliser le propos de ces découvertes contre le dogme.

  • 1 Par exemple Victor Meunier et sa revue L’Ami des sciences, fondée en 1885 ; Henri Le Couturier et L (...)

3Le Dictionnaire de Jéhan se situe ainsi dans la droite ligne de la politique encyclopédique de l’éditeur Jacques-Paul Migne qui, conscient du manque d’instruction de la nouvelle génération des prêtres hâtivement formés et ordonnés entre 1820 et 1840, a voulu leur proposer toute une série de dictionnaires sur les domaines scientifiques en général, de la théologie à la botanique, en passant par les patrologies (Langlois et Laplanche 1992 : 10). L’objectif de l’abbé Migne était de faire contrepoids aux diverses revues et encyclopédies publiées dans les années 1850 qui vulgarisaient à destination de toutes les couches de la société une science pouvant être considérée comme matérialiste1. Pour cela il a voulu apporter le complément d’information qui manquait à ce nouveau clergé sur la tradition comme sur la modernité (Langlois 1988 : 229-255), en démontrant notamment qu’il était encore possible de trouver des preuves de la Providence divine au sein de l’organisation de la nature.

  • 2 La science catholique est un concept qui a été développé à l’origine par Félicité de Lamennais, prê (...)

4Mais la démarche même de cet éditeur témoigne d’une tendance de l’époque : certains catholiques, comme Félicité de Lamennais2, tentent de concilier la science et les vérités révélées, afin de montrer que les croyances catholiques peuvent avoir toute leur place dans un monde moderne. Si cette tentative concerne davantage les sciences historiques et la philosophie, les sciences naturelles ont elles aussi été le terrain de travaux menés par des clercs et des théologiens. Les débats qui tournaient autour de la question des origines (du monde et de l’homme) ont conduit ces ecclésiastiques à réfléchir à leur interprétation du texte sacré et à la façon de le relier aux dernières théories scientifiques. Une des méthodes globalement utilisée était alors la physico-théologie, qui consistait à mettre en évidence les merveilles de la nature, preuve de l’existence et de la toute-puissance de Dieu, au travers d’une observation naturaliste. Pour cela, il était nécessaire de se fonder sur des écrits de savants de renom, afin d’y trouver une caution scientifique.

5Dans le contexte du développement d’une science catholique, Louis-François Jéhan, rédacteur scientifique des Encyclopédies théologiques, tente d’apporter sa pierre à l’édifice. Comment a-t-il mis en œuvre à son échelle la vulgarisation de données savantes dans un but apologétique ? L’étude de ce dictionnaire nous conduira à nous interroger sur les enjeux d’une vulgarisation scientifique destinée au clergé dans les années 1850, sur ses moyens, sur le choix des articles, sur la ligne éditoriale et son rapport avec la pensée catholique. Cela nous permettra en particulier d’analyser la présentation du transformisme pour un lectorat clérical.

Les enjeux de la vulgarisation apologétique

  • 3 Situation dénoncée notamment à partir des années 1850 par Guillaume-René Meignan, alors professeur (...)

6L’objectif de Louis-François Jéhan est avant tout de proposer au clergé de manière accessible les dernières avancées scientifiques – ici en histoire naturelle – afin de pallier le manque de formation dans ce domaine au sein des Séminaires3. Les clercs au xixe siècle étaient effectivement très peu formés aux sciences profanes et plus particulièrement aux sciences naturelles, qui étaient souvent regardées avec méfiance. C’est pourquoi l’enjeu pour les rédacteurs de ces dictionnaires scientifiques était de sensibiliser leur lectorat à ces débats savants, en utilisant d’autres biais didactiques. Il paraissait nécessaire de familiariser le clergé avec des théories qui traitaient de l’origine du monde. L’introduction donne ainsi le ton : Jéhan utilise la pensée d’éminents philosophes pour défendre l’existence des causes finales, et ainsi le rôle de Dieu dans la nature. Pour cela, il se fonde tout d’abord sur Leibnitz pour qui « […] Dieu, enfin, la cause première de tout, est aussi la cause dernière de tout, ou la raison des êtres, […], puisque tout concourt à faire connaître aux hommes sa puissance et sa bonté » (Jéhan 1857). Par l’observation de la nature il est donc possible de trouver des preuves de l’existence de Dieu. L’unité des êtres vivants prouverait l’existence d’un dessein intelligent. Jéhan de Saint-Clavien aborde les notions de transformations simultanées ou successives des espèces, et les confronte au dogme dont il éprouve la résistance :

Mais quand on admettrait avec Bonnet que tous les êtres forment une échelle partout continue, qui va du règne minéral au règne végétal, du règne végétal au règne animal, du règne animal à l’homme ; ou quand on admettrait avec Geoffroy Saint-Hilaire ou Goethe, que tous les êtres organisés sont formés sur un plan unique, dont toutes les formes particulières ne sont que des modifications, en quoi la doctrine des causes finales s’en trouverait-elle ébranlée ? (Jéhan 1857 : 75 sq.)

7La doctrine des causes finales est le fondement même d’une physico-théologie et d’une lecture providentialiste de l’ordre du monde. Jéhan cherche donc à prouver que les dernières théories naturalistes, notamment celles d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire, ne peuvent remettre en cause la croyance en un dessein divin agissant dans la nature. Le finalisme est présent chez de nombreux naturalistes qui appartiennent aux cercles académiques du savoir ; dès lors, ils deviennent du point de vue du rédacteur de possibles soutiens dans sa démarche apologétique.

8Par l’intermédiaire de penseurs tels que Leibnitz ou même Goethe, qui étaient présentés dans l’introduction du Dictionnaire historique des sciences physiques et naturelles, le rédacteur cherche un moyen de gagner son lectorat à sa cause en lui montrant qu’il n’y a rien à redouter du discours scientifique, lequel peut tout à fait être en accord avec le dogme.

  • 4 Le sous-titre des Annales de philosophie chrétienne est à ce propos très éloquent : « Recueil pério (...)
  • 5 On trouve en effet dans les Annales de philosophie chrétienne à partir des années 1850 de nombreuse (...)
  • 6 La physico-théologie est définie comme « la démonstration, par l’étude des ordonnances de l’univers (...)

9Le Dictionnaire a pour but d’adapter les connaissances sur l’origine et l’organisation des êtres vivants aux croyances chrétiennes. Louis-François Jéhan se situe alors dans la même dynamique que la revue des Annales de philosophie chrétienne4 dirigée par Augustin Bonnetty et qui, au même titre que l’Encyclopédie théologique, a servi de référence pour cette partie du clergé convaincue de la nécessité de se confronter avec la science sur son propre terrain – une revue dont l’objectif était de présenter un état des lieux actualisé des principaux débats et découvertes qui avaient cours dans le domaine des sciences. Augustin Bonnetty, qui voyait en l’entreprise de Migne une extension de son propre travail, a dès le départ incité son lectorat à s’abonner aux Encyclopédies théologiques, afin d’y trouver un complément plus fouillé et plus complet5. À plus grande échelle, le travail de Louis-François Jéhan se situe aussi dans la continuité de la natural theology telle qu’elle a été développée en Angleterre par William Buckland et que l’on peut traduire en France par « physico-théologie6 ».

  • 7 Des savants comme Cabanis et Broussais ont défendu une conception matérialiste du vivant, en mettan (...)

10Dans un contexte de diffusion croissante des théories matérialistes7, il était urgent de fournir au clergé les outils pour se défendre. Étienne Forichon, prêtre du diocèse de Nevers et médecin, en est la parfaite illustration. Cet homme d’Église a œuvré toute sa vie pour concilier la science avec la religion et inciter les nouvelles générations à se former à l’histoire naturelle. La vérité révélée ne suffisait plus à emporter l’adhésion, selon son point de vue il fallait créer une science alternative et respectueuse du dogme, mais aussi se fonder sur les travaux de scientifiques renommés pour démontrer que la Providence divine est encore à l’œuvre au sein de la nature (Forichon 1837).

11C’est pourquoi, on trouve dans le dictionnaire de nombreuses entrées qui permettent de présenter les principaux naturalistes et les débats de l’époque. Après comparaison avec le Dictionnaire de zoologie (1852- 1853) et avec le Dictionnaire d’anthropologie (1853), on peut d’ailleurs constater que des thèmes comme « l’origine des êtres organisés » ou la « variation dans les espèces animales » ont déjà été abordés, que ce soit dans le corps du texte, ou dans les introductions. Ainsi, le Dictionnaire historique des sciences physiques et naturelles se situe dans la continuité des réflexions amorcées auparavant et poursuit cette logique en se voulant une œuvre récapitulative et généralisante.

Comment vulgariser des conceptions scientifiques à destination d’un public non spécialiste ?

12L’un des moyens de la vulgarisation est de mettre à disposition des définitions accessibles de termes clés. C’est une des premières étapes pour maîtriser ensuite les débats et les théories des scientifiques qui ont utilisé ces concepts. Jéhan a-t-il donc œuvré à une vulgarisation accrue par ce biais ? Lorsqu’on observe la table analytique, on trouve des entrées pour des termes comme « diffusion des espèces à la surface du globe », « évolution » ou « créations successives », mais ils font l’objet quasi systématique d’un renvoi aux articles biographiques consacrés aux naturalistes qui les ont développés. Ces notions ne sont donc ni traitées ni définies pour elles-mêmes.

13Par exemple, l’article « créations successives » renvoie aux notes additionnelles numéros IV et VI approfondissant la pensée d’Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et Jean-Baptiste Lamarck. L’article sur les « espèces », que l’on pourrait croire central, renvoie lui-même aux notices biographiques de Cuvier et Lamarck, mais il ne fait pas l’objet d’un développement approfondi et général. Or cette définition du concept d’espèce est au cœur même des débats sur la fixité ou non des êtres vivants entre les naturalistes du Muséum en cette première moitié du xixe siècle. Pour Cuvier par exemple, l’espèce est immuable et répond à une définition biologique qui intègre le mécanisme de génération, alors que pour Lamarck l’espèce ne peut être caractérisée par sa forme, elle est le résultat de différentes influences et conditions d’existence et à ce titre elle peut être amenée à changer au cours du temps. S’il est vrai que ces notions sont intrinsèquement liées aux penseurs qui les ont développées, tous ne s’accordent pas sur la définition à donner. Mais n’aurait-il pas mieux valu tout d’abord, mettre en avant les définitions de ces abstractions justement mouvantes « d’espèce », de « race » de « genre », afin que le lectorat clérical puisse avoir toutes les clés de compréhension et surtout puisse se les approprier ou les réutiliser si nécessaire ? On peut alors se poser la question de la clarté du propos.

14Selon Yves Jeanneret, la démarche même de vouloir définir de manière plus simple un concept scientifique a toujours des limites :

Une autre difficulté importante apparaît lorsqu’on se demande dans quelle mesure la définition des termes permet réellement au lecteur de s’approprier les notions. […] C’est dire que la définition est toujours un discours, instaurant un décalage et présentant la notion d’un certain point de vue au détriment d’autres points de vue possibles. (Jeanneret 1994 : 342)

15Jéhan limite le nombre de reformulations et d’intermédiaires pouvant instaurer ce fameux décalage, car il ne propose pas sa propre définition de ces notions savantes, mais il fait appel directement aux définitions qui étaient usitées par les naturalistes eux-mêmes.

16Sa méthode suscite des interrogations. Jéhan était connu pour son usage de la colle et des ciseaux, il n’hésitait pas à juxtaposer les citations, sans mentionner ses sources ni se donner la peine de distinguer les différents penseurs auxquels il faisait allusion. On peut se demander s’il ne déforme pas la pensée des auteurs qu’il convoque, en mélangeant des citations et des idées.

17Et comment a-t-il sélectionné ces scientifiques spécialistes en histoire naturelle ? Cela s’est-il fait de manière impartiale ou de manière orientée pour servir son propos apologétique ?

18Ses choix montrent une bonne connaissance du contexte scientifique, mais ils sont orientés. On y trouve tous les grands noms de l’histoire naturelle de la fin du xviiie siècle et de la première moitié du xixe qui ont pu se prononcer en faveur d’une approche téléologique du vivant : Linné, Cuvier, Blumenbach, Blainville (Blanckaert 1990 : 191). Le but en effet, est de pouvoir s’appuyer sur de grands naturalistes reconnus pour prouver qu’il est encore possible de concilier découvertes scientifiques et dogme catholique, et au besoin réutiliser leur propos dans un but apologétique. Par ailleurs, Louis-François Jéhan n’hésite pas non plus à insérer des notices biographiques de naturalistes qui ont pu développer des conceptions plutôt matérialistes de l’ordre du monde, comme Pierre Cabanis ou François Broussais. Les articles les concernant témoignent alors d’un parti pris orienté, leurs travaux sont systématiquement battus en brèche et il apparaît que le rédacteur cherche avant tout à mettre en évidence les limites de leurs théories.

19C’est assez flagrant lorsqu’il aborde le cas de Lamarck, qui était lui-même considéré comme déiste et qui n’était pas partisan d’une approche téléologique du vivant. Si dans sa notice biographique Louis-François Jehan s’en tient à une revue de ses principaux travaux, il se permet néanmoins une digression dans la note additionnelle numéro VI, où il approfondit la question « De Dieu et de la nature d’après Lamarck » (Jéhan 1857 : 1093). Cette note analyse la pensée du naturaliste à partir de son ouvrage Système analytique des connaissances positives de l’homme publié en 1820.

La nature n’est pas l’univers, qui est l’ensemble de tous les corps et de toutes les matières qui existent, qui ne sauraient avoir en propre aucune activité, aucune sorte de puissance. […] C’est un ensemble d’objets non métaphysiques, étrangers aux parties de l’univers, formant un ordre de causes toujours actives, et de moyens qui régularisent et permettent les actions de ces causes, dont la source doit être attribuée à la volonté du puissant auteur de toutes choses. (Jéhan 1857 : 1093)

20Lamarck défendait une variation des espèces. Si sa pensée a pu dans une certaine mesure être réutilisée et radicalisée par les tenants du matérialisme afin de démontrer que Dieu n’avait plus sa place au sein de la nature, lui-même a cependant défendu l’idée selon laquelle il pouvait exister un « puissant auteur de toute chose » (Lamarck 1817). Or, en se fondant sur les écrits de ce savant, Louis-François Jéhan a tenté de démontrer qu’il était possible de trouver des preuves d’une adhésion à une certaine conception providentialiste de l’ordre du monde dans la plupart des écrits scientifiques et surtout dans ceux qui avaient pu servir les intérêts matérialistes. Ainsi le rédacteur du Dictionnaire pouvait mettre en évidence les limites des réflexions conduites par les tenants d’une interprétation de l’ordre de la nature qui excluait Dieu.

21Louis-François Jéhan, par le choix de ses notices ainsi que par son parti pris didactique, participe de cette science catholique qui entend intéresser les clercs aux débats scientifiques et leur donner des arguments à opposer aux tenants de la sécularisation de la pensée. Il n’y avait donc pas à redouter la vérité naturelle puisqu’elle rejoignait la vérité révélée.

22Cette démarche alliant apologétique et vulgarisation s’illustre dans l’ensemble du dictionnaire au travers du débat sur la variabilité ou la fixité des espèces.

Le débat sur la fixité ou la variabilité des espèces

23On trouve dans la notice biographique de Cuvier un bon exemple de la démarche de Louis-François Jéhan. L’objectif en est de faire le point entre autres sur la fixité des espèces et de valider cette théorie. Pour cela Jéhan s’est fondé principalement sur les Mémoires de Georges Cuvier, sur les Œuvres complètes de Buffon (Buffon 1884 : 79) et sur l’article de Pierre Flourens paru dans le Journal des savants d’avril 1837 (Flourens 1837 : 237). Or il a repris des passages entiers de ces trois écrits sans citer clairement ses sources et a juxtaposé les pensées de ces trois savants sans les distinguer clairement. Si cette manière de faire est typique de l’auteur, elle induit néanmoins une confusion sur l’auteur réel des arguments cités. On peut donc supposer qu’il n’était pas évident pour un lecteur sans connaissance préalable des ouvrages de ces trois naturalistes de faire la part des choses et de se repérer dans les méandres de la construction dialectique du rédacteur du Dictionnaire. Si cette juxtaposition a pu servir Jéhan dans son argumentation apologétique, était-ce pour autant accessible pour son public ? Le fait qu’il ne cite jamais clairement les auteurs auxquels il emprunte les écrits apparaît comme une des limites de son entreprise de vulgarisation.

24Afin d’aborder la question de la fixité des espèces, Jéhan organise son article selon une trame bien particulière. Il commence tout d’abord par reprendre les principaux arguments transformistes de Benoît de Maillet (Maillet 1748) afin d’en montrer les limites. Benoît de Maillet était en effet connu pour ses théories considérées comme fantaisistes dans le monde savant, cela servait donc la volonté de Jéhan de décrédibiliser la théorie transformiste. Par la suite, il défend par le biais de cas concrets l’idée de la non-variabilité des espèces. Pour cela il reprend exactement les mots de Pierre Flourens, qui lui-même retranscrit les arguments de Cuvier à propos des animaux momifiés retrouvés en Égypte :

L’Égypte nous a conservé dans ses catacombes nous dit M. Cuvier des chats, des chiens, des singes, des têtes de bœufs, des ibis, des oiseaux de proie, des crocodiles, etc., et certainement on n’aperçoit pas plus de différence entre ces êtres et ceux que nous voyons, qu’entre les momies humaines et les squelettes d’hommes d’aujourd’hui. (Jéhan 1857 : 429 sq.)

25Cet argument a été utilisé de manière récurrente notamment dans les débats qui ont opposé Georges Cuvier et Étienne Geoffroy Saint-Hilaire au sein de l’Académie des sciences dans les années 1830. Il témoigne du fait que même sur un temps estimé long on ne trouvait pas de différence flagrante entre les espèces anciennes et actuelles, ce qui contredit l’idée selon laquelle les êtres vivants ont évolué au cours des âges. Cela ne pouvait donc que servir le parti pris de Jéhan de démontrer la fixité des espèces.

26Par la suite, Jéhan reprend les critiques faites par Cuvier sur l’hybridation considérée comme facteur de création de nouvelles espèces, thématique qui est elle-même même très présente dans les débats. Pour ce faire il prend l’exemple de l’âne et du cheval :

Assurément, si jamais on a pu imaginer une réunion complète de toutes les conditions les plus favorables à la transformation d’une espèce en une autre cette réunion se trouve ici. Et cependant y a-t-il eu transformation ? L’espèce de l’âne s’est-elle transformée en celle du cheval, ou celle du cheval en celle de l’âne ? […] L’espèce est donc fixe. Les variétés de chaque espèce, déterminées par les circonstances extérieures (la chaleur, la lumière, le climat, la nourriture, la domesticité), ont leurs limites. Les variations qui résultent du croisement des espèces voisines ont aussi les leurs ; car, d’une part, si les métis, c’est-à-dire les individus provenant de ces unions croisées, s’unissent entre eux, ils deviennent bientôt inféconds, et, de l’autre, s’ils s’unissent à l’une des deux espèces primitives, ils retournent à cette espèce. (Jéhan 1857 : 430)

27Que ce soit Cuvier, Buffon ou Flourens, tous sont considérés comme des naturalistes de renom, dont les travaux ont fait date dans l’avancement de la compréhension des mécanismes agissant au sein de la nature. Il était donc tout à fait nécessaire pour Louis-François Jéhan de se fonder sur leurs travaux et d’y trouver un soutien pour démontrer que l’organisation du monde pouvait entrer en corrélation avec l’exégèse biblique. Se référer à ces naturalistes permettait au rédacteur du Dictionnaire de prouver à ses lecteurs qu’il existait des soutiens au sein même des cercles académiques du savoir et qu’il n’y avait pas d’incompatibilité entre les sciences et le texte sacré. Dès lors, il devenait plus facile de les inciter à s’emparer de ces domaines de recherche.

28Pour autant si certaines théories pouvaient servir à défendre le dogme, ce n’était pas le cas de toutes ; ainsi les travaux sur la variabilité des espèces n’ont pas reçu le même accueil. Le dictionnaire possède bien une notice sur Lamarck, qui défend la variabilité des espèces. Mais si l’on compare cette notice avec celle qu’il consacre à Cuvier, on est frappé par la quantité de notes qui font référence aux travaux de Lamarck. Or, nous l’avons vu précédemment, il est plutôt rare que l’auteur soit précis sur ses emprunts. Dans la notice sur Lamarck, Jéhan indique presque page par page ses emprunts à la Physiologie zoologique (1809). Mais son but n’est pas de valider les théories de son adversaire. Il commence en premier lieu par citer les principaux arguments à propos de la variabilité des espèces :

Quantité de faits, dit plus loin Lamarck, nous apprennent qu’à mesure que les individus d’une de nos espèces changent de situation, de climat, de manière d’être ou d’habitude, ils en reçoivent des influences qui changent peu à peu la consistance et les proportions de leurs parties, leur forme, leurs facultés, leur organisation même, en sorte que tout en eux participe, avec le temps, aux mutations qu’ils ont éprouvées. (Jéhan 1857 : 640)

  • 8 Outre Gratiolet, plusieurs naturalistes publient de manière rapprochée des ouvrages sur le sujet da (...)
  • 9 Henry Hollard, disciple d’Henri de Blainville, a tenté de démontrer dans la plupart de ses ouvrages (...)

29Jéhan déconstruit cette thèse : selon lui, seul un acte créateur d’une puissance supérieure peut être à l’origine des espèces, et il est impossible de considérer que l’homme n’est qu’un « orang-outan modifié » (ibid. : 647). On touche le cœur même du débat sur la variabilité des espèces. Car la question des similitudes anatomiques entre l’homme et les primates est un des principaux points de recherche et de débats pour les scientifiques dans les années 1850 (Gratiolet 1854)8, mais c’est aussi une source profonde de remises en question pour les catholiques, qui ne pouvaient accepter que l’homme ne soit pas directement créé par Dieu9. Pour démentir les arguments de Lamarck, Jéhan se fonde notamment sur la réfutation faite par le cardinal Wiseman dans son Discours sur les rapports entre la science et la religion révélée :

À quels efforts l’homme ne s’est-il pas livré et ne se livre-t-il pas encore plus spécialement de nos jours pour découvrir de nouvelles ressources, de nouvelles forces mécaniques, et pour donner un champ plus vaste à l’usage de ses sens ! Et cependant hélas ! Aucun membre ne nous a poussé, pas un seul organe ne s’est plus développé, aucun nouveau canal de perception ne s’ouvre pour nous donner l’espoir qu’après plusieurs milliers d’années nous atteindrons un plus haut degré de l’échelle de l’amélioration progressive, ou que nous nous éloignerons de quelques pas de plus de notre consanguinité avec le singe babillard. (Jéhan 1857 : 647)

30Tournant presque en ridicule les théories transformistes, Jéhan met ainsi à distance les travaux de Lamarck et d’autres naturalistes qui ont travaillé sur l’hypothèse d’une descendance avec modification. Cela lui permet de défendre le parti pris fixiste, beaucoup plus conciliable avec une organisation providentialiste de la nature. En cela il représente l’opinion majoritaire du clergé lettré qui a pu s’intéresser à ces questions.

31Louis-François Jéhan a tenté d’apporter sa contribution à l’entreprise de science catholique telle qu’elle était envisagée par Félicité de Lamennais à l’origine : produire une science alternative à celle considérée comme matérialiste. Pour cela, il s’est engagé dans un ouvrage récapitulatif des avancées en histoire naturelle, afin de montrer que les travaux des plus grands savants contemporains donnaient des preuves d’une vision téléologique de l’organisation du monde. En se réappropriant des théories comme celles sur la fixité ou variabilité des espèces, il a démontré une très bonne connaissance des grands enjeux de son temps. Mais s’il a présenté de manière générale les principales théories débattues dans les cercles académiques, Jéhan, pour autant, ne pouvait transiger avec la concordance avec le dogme, c’est pourquoi les travaux trop éloignés d’une vision providentialiste de la nature (tels que ceux défendus par Lamarck ou Geoffroy Saint-Hilaire) ont nécessairement été critiqués puis rejetés. Son entreprise vulgarisatrice souffre en outre de limites méthodologiques : en retravaillant la pensée originelle des auteurs pour lesquels il propose des notices biographiques, il a pu induire une mauvaise interprétation de leurs travaux, ou à tout le moins une radicalisation de leur pensée ; par ailleurs, en ne citant pas toujours nommément ses sources, il ne met pas vraiment le savoir qu’il prétend diffuser à disposition de son lectorat catholique. On peut supposer que ce sont là les limites de la vulgarisation guidée par une démarche apologétique.

Bibliographie

Bibliographie

Blanckaert, Claude, 1990. « “La théologie naturelle” de Louis-François Jéhan (1803-1871). Science, apologétique, vulgarisation », Nuncius, Annali di storia della scienza, n° 2 : 167-204.

Buffon, Georges-Louis Leclerc comte de, 1884. Œuvres complètes, t. IX, nouvelle édition. Paris, Levasseur.

Flourens, Pierre, avril 1837. « Recherches sur les ossements fossiles, où l’on rétablit les caractères de plusieurs animaux dont les révolutions du globe ont détruit les espèces par Georges Cuvier », Journal des savants : 237-250.

Forichon, Étienne, 1837. Examen des questions scientifiques de l’âge du monde, de la pluralité des espèces humaines, de l’organologie ou matérialisme, et autres considérations par rapport aux croyances chrétiennes. Paris, Débécourt éditeur.

Gratiolet, Pierre, 1854. Mémoire sur les plis cérébraux de l’homme et des primates. Paris, Arthus Bertrand.

Jeanneret, Yves, 1994. Écrire la science : formes et enjeux de la vulgarisation. Paris, PUF.

Jéhan, Louis-François, 1857. Dictionnaire historique des sciences physiques et naturelles. Paris, Éditions Migne.

Lamarck, Jean-Baptiste, 1817. Article « Espèce », in Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle. Paris, Déterville, vol. 10 : 441-451.

Langlois, Claude, 1988. « Le temps des séminaristes. La formation cléricale en France aux xixe et xxe siècles », in Problèmes de l’histoire de l’éducation. Actes des séminaires organisés par l’École française de Rome et l’Università di Roma – la Sapienza (janvier-mai 1985). Rome, École française de Rome, coll. « Publications de l’École française de Rome », n° 104 : 229-255.

Langlois, Claude et Laplanche, François (dir.), 1992. La science catholique : « l’Encyclopédie théologique » de Migne (1844-1873) entre apologétique et vulgarisation. Paris, Cerf.

Maillet, Benoît de, 1748. Telliamed ou Entretien d’un philosophe indien avec un missionnaire français sur la diminution de la mer, la formation de la terre, l’origine de l’homme, etc. Amsterdam, L’Honoré et fils.

Notes

1 Par exemple Victor Meunier et sa revue L’Ami des sciences, fondée en 1885 ; Henri Le Couturier et La Science pour tous, fondée en 1856.

2 La science catholique est un concept qui a été développé à l’origine par Félicité de Lamennais, prêtre ultramontain, puis libéral, qui a rompu avec l’Église à cause de ses convictions politico-religieuses. Lamennais a pour objectif la réappropriation par les catholiques des domaines scientifiques afin de lutter contre la montée en puissance du matérialisme. Sa pensée prend un tour politique : « Ce que sera le catholicisme dans la société nouvelle » (L’Avenir, 30 juin 1831 : 77). On y trouve la première mention de la « science catholique ».

3 Situation dénoncée notamment à partir des années 1850 par Guillaume-René Meignan, alors professeur d’Écriture sainte à la Sorbonne.

4 Le sous-titre des Annales de philosophie chrétienne est à ce propos très éloquent : « Recueil périodique destiné à faire connaître tout ce que les sciences humaines et en particulier l’histoire, les antiquités, l’astronomie, la géologie, l’histoire naturelle, la botanique, la physique, la chimie, l’anatomie, la physiologie, la médecine et la jurisprudence renferment de preuves et de découvertes en faveur du christianisme ».

5 On trouve en effet dans les Annales de philosophie chrétienne à partir des années 1850 de nombreuses mentions des Encyclopédies théologiques de l’abbé Migne et des publicités qui invitaient notamment les lecteurs à s’abonner aux différents tomes de ces Encyclopédies. L’entreprise de Jacques-Paul Migne était donc connue du clergé et reconnue de ses confrères qui n’hésitaient pas à la louer. On en trouve une mention à partir du tome XV publié en 1856.

6 La physico-théologie est définie comme « la démonstration, par l’étude des ordonnances de l’univers matériel, de l’existence de Dieu et de ses attributs » (Blanckaert 1990 : 169).

7 Des savants comme Cabanis et Broussais ont défendu une conception matérialiste du vivant, en mettant en avant les notions de génération spontanée par exemple.

8 Outre Gratiolet, plusieurs naturalistes publient de manière rapprochée des ouvrages sur le sujet dans les années 1850.

9 Henry Hollard, disciple d’Henri de Blainville, a tenté de démontrer dans la plupart de ses ouvrages que les similitudes physiques qui pouvaient exister entre les hommes et les primates ne pouvaient en aucun cas les rapprocher sur le plan de la filiation. Le fait que l’homme soit doué d’abstraction était pour lui une preuve suffisante de la place à part de l’homme au sein de la nature.

Auteur

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search