Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Première partie. Modèles scientifiques et formes esthétiques

Sortir de l’indistinction : la vie comme tension formelle dans la pensée de Jean-Baptiste Lamarck

Nathalie Vuillemin

Texte intégral

1Peut-être parce qu’elle marque, symboliquement, le passage de l’histoire naturelle à la biologie, la pensée de Jean-Baptiste Lamarck reste assez mal connue et négligée des études littéraires, qui se sont pourtant abondamment consacrées, ces dernières années, à l’analyse discursive des textes savants du xviiie siècle ; on n’en retient, peu ou prou, que le cœur du propos – l’idée générale d’une adaptation des espèces à leur milieu, conduisant à certaines modifications structurelles et morphologiques durables. Or Lamarck, penseur scientifique remarquable, fut également, comme l’ont montré de nombreuses études dans le champ spécifique de l’histoire des sciences, un grand philosophe (Braunstein 1997 ; Corsi et al. 2006 ; Drouin 1986 ; Laurent 1975). Ses conceptions biologiques s’ancraient dans une réflexion globale sur l’économie de la nature, dont l’expression mériterait d’être abordée plus attentivement à travers les différentes phases qui caractérisent l’évolution de la pensée du savant. On peut, grossièrement, envisager comme suit ces moments : le transformisme de Lamarck émerge au tournant des xviiie et xixe siècles, après une période fixiste durant laquelle il avait mené d’importants travaux dans les domaines de la chimie et de la géologie (Gohau 1971 et 1997 ; Laurent 1975). Énoncée explicitement dans le Discours d’ouverture de 1801 (Lamarck 1801) et dans les Recherches sur l’organisation des corps vivants de 1802 (Lamarck 1802), l’hypothèse s’appuya dans un premier temps sur le modèle leibnizien de la continuité, les « trous » dans la succession des formes étant assimilés, comme c’était classiquement le cas au xviiie siècle, à un défaut des connaissances ou, éventuellement, à la disparition de certaines espèces au cours du temps. Au fur et à mesure qu’il progressa dans l’étude systématique des fonctions organiques des invertébrés, Lamarck renonça à cet ancien motif linéaire de la chaîne des êtres, intégra la discontinuité à sa pensée, et adopta de nouvelles représentations, arborescentes, qui mettaient en évidence la complexité des mécanismes naturels là où le siècle précédent avait privilégié une exaltation de son économie de moyens (Laurent 1975).

2Les Recherches sur l’organisation des corps vivants peuvent être envisagées comme un ouvrage de transition dans l’histoire des sciences de la vie, non seulement relativement à la théorie qu’elles contribuent à affirmer, mais également dans la manière d’exposer celle-ci. S’il est déjà convaincu que les formes sont secondaires, sur le plan biologique, par rapport aux fonctions, Lamarck reste pourtant attaché à un mode de démonstration fondé sur ce qu’il conviendrait d’appeler une rhétorique de la forme : il s’agit de mettre en scène l’enchaînement des structures, leurs relations, les passages d’un degré à l’autre de la chaîne. En me focalisant essentiellement sur cet ouvrage, j’essaierai de mettre en évidence les procédés par lesquels le savant souligne la continuité des formes, mimant dans le texte, tout autant qu’il les explique, les principes qui régissent selon lui l’économie naturelle. Cette analyse sera précédée de quelques éléments préliminaires relatifs aux grands principes physiques qui régissent la pensée transformiste. Bien connus des spécialistes de Lamarck, et exposés ici de manière peut-être un peu simpliste, ils me paraissent indispensables au lecteur profane pour la bonne compréhension de la démonstration qui suivra.

Le transformisme comme tension formelle

3La forme, dans la pensée transformiste Lamarck, est l’une des manifestations essentielles de la vie, étroitement attachée aux fonctions. C’est parce qu’il est systématiquement sollicité dans une certaine direction qu’un organisme développe certaines formes. Aussi Lamarck insiste-t-il souvent sur ce point, la forme n’est pas à l’origine des facultés et des comportements particuliers des animaux, elle en est le résultat :

  • 1 Voir également : « […] la conformation des individus et de leurs parties […], leurs organes, leurs (...)

Ce ne sont pas les organes, c’est-à-dire la nature et la forme des parties du corps d’un animal, qui ont donné lieu à ses habitudes et à ses facultés particulières ; mais ce sont au contraire ses habitudes, sa manière de vivre, et les circonstances dans lesquelles se sont rencontrés les individus dont il provient, qui ont avec le temps constitué la forme de son corps, le nombre et l’état de ses organes, enfin les facultés dont il jouit. (Lamarck 1802 : 50)1

4Essentiel, le principe suppose qu’à l’acquisition de nouvelles facultés puisse également répondre la perte de celles-ci, et la disparition de certaines formes lorsque l’organisme n’y recourt plus. C’est parce qu’elle n’a pas besoin de voir que la taupe présente des yeux atrophiés et myopes (ibid. : 54). Dans le premier cas, les circonstances et certains comportements entraînent un mouvement de spécification et de complexification ; dans le second, on assiste à une forme de dégradation.

  • 2 Voir notamment : « Pendant long-tems je remarquais avec surprise une tendance ou une sorte d’achemi (...)

5Or avant même l’émergence de ses convictions transformistes, Lamarck avait posé un double principe qui correspond, sur le plan purement physique, à ce mouvement, et s’exprime dans les termes d’une véritable tension. Premièrement, tous les corps composés, dans la nature, tendent à se dégager de l’état de combinaison (Lamarck 1797b et 1797c)2. Si la vie « défend » en partie les organismes de cette menace de désagrégation, elle est soumise à la même tendance, qu’elle contient en elle-même. En effet, la conception lamarckienne de la vie est purement physique, matérielle. Elle ne peut donc échapper à cette « marche constante de la nature vers un but tout à fait opposé à celui qu’il semble qu’elle devrait avoir » (Lamarck 1797b : 91), comme le répète l’auteur dans les Recherches :

[…] on a méconnu de tout temps la tendance qu’ont les élémens constitutifs des composés à se dégager de l’état de combinaison ; […] toute matière composée que les effets de la vie ne défendent pas ou n’entretiennent pas, va continuellement en s’altérant, se détruisant, et laissant échapper ou dégager successivement les différens principes qui la constituoient. (Lamarck 1802 : 75)

6De cette observation, Lamarck déduit deuxièmement que le monde inorganique est formé des déchets de toute la matière organique abandonnée par le principe vital, et notamment des organismes élémentaires : « par leurs dépouilles, ces êtres [vivants] donnent lieu à l’existence de toutes les matières composées brutes qu’on observe dans la nature » (Lamarck 1801 : 3, 24-26 ; voir aussi Lamarck 1797a : 238-248).

7La nature se caractériserait ainsi par un double mouvement, vers la destruction, l’indistinction et la matière brute, d’une part, et, dans l’espace du vivant, vers l’élaboration, la distinction et la progression des formes d’autre part :

Il existe dans tous les êtres vivans, deux forces puissantes, très-distinctes et toujours en opposition entr’elles ; de manière que chacune d’elles détruit perpétuellement, les effets que l’autre parvient à produire.
L’une compose et forme ou répare sans cesse, la substance des êtres dont il s’agit ;
L’autre la détruit perpétuellement sur-tout dans les parties les moins solides.
Rien n’est donc plus important que de bien distinguer dans les êtres vivans, tout ce qui est le résultat du pouvoir de la vie ; d’avec ce qui est produit par la tendance continuelle de la nature. (Lamarck 1797a : 248 sq.)

8Cette tension devient le fondement de la rhétorique lamarckienne dans les textes où le savant expose la théorie transformiste. Si la forme n’est pas une donnée induisant des fonctions, mais se modifie en réponse à des circonstances et une activité organique particulière, elle peut être envisagée comme le lieu d’une signification, un élément de distinction des organismes singuliers. Distribuer les formes le long d’une chaîne ou d’une échelle qui met en scène la continuité de la nature, c’est donc également montrer ce qui fait la spécificité de chacune, ce qui la distingue des éléments qui la précèdent et la suivent. Il y a là un travail de représentation que Lamarck conduit avant tout dans le langage, auquel est confiée la tâche de donner à voir nuances et continuités, notamment dans les organismes invertébrés, moins connus du lecteur que les grands animaux.

9L’ordre de la démonstration de la thèse transformiste, dont on a souvent souligné la problématique (Conry 1980 : 110 ; Drouin 1986 : 33 ; Laurent 1975 : 334 sq. et 355 sq. ; Loty 2010 : 62 ; Roveda 2005 : 152 sq.), est essentiel à la mise en place de ce mouvement : toujours descendant dans un premier temps, il vise en réalité à mettre en scène une ascension structurelle et chronologique dans l’ordre du vivant. Or en obligeant son lecteur à descendre d’abord le long de l’échelle, pour contempler la dégradation progressive des structures, Lamarck met en place un véritable jeu de tension formelle entre distinction et indistinction, indispensable à l’acceptation de sa théorie.

La vie comme processus de distinction

  • 3 Pietro Corsi attire toutefois l’attention sur le fait que si les générations spontanées expliquent (...)

10Les premiers degrés de l’échelle des êtres sont représentés par des corps dont la propriété première semble être l’absence de forme claire. Ces « polypes amorphes ou microscopiques » (Lamarck 1801 : 27), « points animés » (ibid. : 42), « corpuscules gélatineux, transparens, d’une forme très simple » (Lamarck 1802 : 36) sont dotés d’un mouvement organique qui, seul, les distingue de la matière dont ils sont issus. Lamarck, en effet, admet la possibilité d’un processus de génération spontanée comme manifestation originelle de l’animalité3. Le principe de cette vie réduite à sa plus simple expression est l’orgasme vital, qui peut être envisagé comme une première fonction de distinction, assurant la cohérence de l’être :

J’appelle orgasme vital, dans les animaux, une tension particulière dans tous les points des parties molles de ces corps vivans, qui tient leurs molécules dans un certain écartement entr’elles, et qu’elles sont susceptibles de perdre, par le simple effet de l’attraction, lorsque la cause qui l’entretient cesse d’agir.
Cet écartement des molécules des parties molles des animaux vivans, ne va pas au point d’empêcher la cohésion de ces molécules et de détruire leur adhérence, leur agglutination et leur ténacité, tant que l’intensité de l’orgasme n’excède pas certaines proportions. Mais la tension qui en résulte empêche le rapprochement qu’auroient ces molécules, si la cause de cette tension n’existoit pas, et qu’elles reprennent en effet aussi-tôt que cette cause cesse son influence. (Lamarck 1802 : 79 ; italiques originaux)

11On le voit clairement ici, l’indistinction agit comme une menace. L’orgasme vital, qui maintient la cohérence organique – entre l’excès d’attraction et l’absence totale de cohésion – est basé sur la distribution dans l’organisme d’un « fluide subtile et expansif » (ibid. : 80). Il est en permanence renouvelé par les différentes fonctions vitales – la nutrition et la respiration notamment – et circule, chez les animaux munis d’un système circulatoire, par le biais du sang artériel. Mais le fluide vital est également « répandu dans les milieux environnans » (ibid. : 81), produit par l’effet de la chaleur solaire. C’est là que le puisent, à l’extérieur d’eux-mêmes, tous les animaux inférieurs, qui se montrent par conséquent fort sensibles aux changements de température.

12La complexification des structures organiques répond à la nécessité de renouveler le fluide vital. La vie, en effet, se conserve d’autant mieux que l’organisme en multiplie les moyens d’acquisition. L’animalcule élémentaire, qui n’a aucune forme dédiée et est en quelque sorte mu de l’extérieur, est aussi le plus fragile. La « nutrition » ne s’opère ici que par simple capillarité. L’être disparaît donc aussi facilement qu’il est apparu. Mais parce que la nature « éprouve nécessairement le besoin de le conserver » (Lamarck 1802 : 111), elle lui accorde le pouvoir de se nourrir et « lui form[e] un canal nutritif spécial » (ibid.). Le premier canal alimentaire, celui du polype, « comme un conduit aveugle, ou comme un sac, n’a qu’une seule ouverture qui est à la fois la bouche et l’anus » (ibid. : 36). À partir du moment où l’être doit rejeter une part importante des molécules qu’il a ingérées, les deux orifices sont distingués, devenant véritablement fonctionnels et échappant à leur neutralité initiale.

  • 4 Dans la Philosophie zoologique (1809), Lamarck expliquera ainsi que les organes respiratoires, d’ab (...)

13Plus l’être est actif, plus il a recours aux éléments extérieurs pour renouveler sa matière et plus il se complexifie. Des polypes aux vers, ce processus est toutefois purement mécanique : l’accroissement de l’activité, le contact avec des milieux différents, conduit à l’émergence de nouvelles structures4. L’être est donc entièrement déterminé, soumis à l’action de la nature. Dès l’apparition d’une moelle et de nerfs, puis d’un cerveau élémentaire, il faut compter avec des sensations, et par conséquent avec une action au moins partiellement dirigée par l’animal lui-même. Enfin, la présence d’un cerveau véritable à partir des poissons rend possible l’apparition d’un sentiment de soi et d’idées.

14Ainsi émerge dans la théorie de Lamarck la notion d’effort, comprise comme un mouvement exercé par certains animaux contre l’assujettissement auquel les soumettent les circonstances : « L’oiseau que le besoin attire sur l’eau pour y trouver la proie qui le fait vivre » (Lamarck 1802 : 56) acquerra progressivement des pattes palmées ; celui qui, mauvais nageur, « a [cependant] besoin de s’approcher des bords de l’eau pour y trouver sa proie, [et] sera continuellement exposé à s’enfoncer dans la vase, […] voulant faire en sorte que son corps ne plonge pas dans le liquide, fait tous ses efforts pour étendre et alonger ses pieds » (ibid. : 57) ; telle est l’origine des échassiers ; le félin, que les circonstances « ont forcé […] soit à grimper, soit à vivre de chair, et pour cela à attaquer et mettre à mort sa proie, a eu besoin continuellement d’enfoncer l’extrémité de ses doigts dans l’épaisseur des corps qu’il veut saisir » (ibid. : 59) ; il a ainsi acquis des griffes particulièrement développées. La manière dont Lamarck exprime cet effort spécifique marque l’apparition progressive d’une forme de volonté dans l’adaptation aux circonstances :

Lorsque la volonté détermine un animal à une action quelconque, les organes qui doivent exécuter cette action y sont aussi-tôt provoqués par l’affluence de fluides subtils qui y deviennent la cause déterminante des mouvemens qu’exige l’action dont il s’agit. […]
Il en résulte que des répétitions multipliées de ces actes d’organisation, fortifient, étendent, développent et même créent les organes qui y sont nécessaires. (Ibid. : 60 sq.)

  • 5 La mauvaise interprétation de ces termes est essentiellement due à la lecture qu’en produisit le da (...)
  • 6 Voir à ce propos Lamarck (1817).
  • 7 « Ces animaux, même les individus de chaque espèce, peuvent satisfaire à leurs besoins, à leurs pen (...)

15Évidemment, les idées d’« effort » et de « volonté » ne doivent pas être envisagées spécifiquement dans le sens d’une recherche « consciente » de l’animal, mais comme processus purement physique5. Lamarck, entrevoyant la possibilité d’un sentiment élémentaire dans des animaux tels que les mollusques, précisera plus tard que cette volonté est d’abord fort ténue, entièrement déterminée par l’instinct des animaux6. Plus l’intelligence s’exerce, plus les actions visant à satisfaire aux besoins sont susceptibles d’être variées7. Une action délibérée peut être à l’origine du processus mécanique de sollicitation d’un organe, et engendrer de nouvelles formes. Les animaux supérieurs ont ainsi la possibilité d’échapper à certains déterminismes et entretiennent ou développent, grâce aux fonctions supérieures de l’activité cérébrale, de nouvelles structures. Chez l’homme, la capacité de répondre aux besoins est favorisée par un potentiel supérieur d’intelligence. Dans des circonstances favorables, les moyens mis en œuvre pour dépasser l’assujettissement de la nature conduisent donc à un haut degré d’invention et de création. Au contraire, le polype

n’est pas […] libre de ne pas avaler les corpuscules qu’il rencontre et qui peuvent le nourrir […]. Si l’on observe dans ces animalcules des mouvemens qui paroissent indépendans et libres, c’est qu’assujettis par leur orgasme aux influences variables des fluides environnans qui les pénètrent, les impressions qu’elles [sic] en reçoivent leur font faire des mouvemens qui paroissent volontaires et choisis. (Lamarck 1802 : 187 sq.)

Science et rhétorique de la distinction

16Lorsqu’il présente sa théorie, dans le Discours d’ouverture de 1801, mais surtout dans les Recherches sur l’organisation des corps vivants, Lamarck ne l’expose pas directement comme je viens de le faire, sur le mode ascendant, pour expliquer la progressive complexification des formes et des fonctions dans les animaux. Après en avoir annoncé très succinctement les principaux enjeux (Lamarck 1802 : 7-10), le naturaliste s’attache en premier lieu à mettre en scène la tendance générale à la dégradation des formes et des facultés le long de la chaîne des êtres, soulignant les vertus pédagogiques de cet ordre. On constate pourtant dans tout le passage les traces d’une hésitation entre deux ordres, ou deux thèses, qui ont en réalité valeur égale. Ainsi Lamarck commence-t-il par souligner l’importance du phénomène de dégradation dans la nature :

En examinant avec la plus sérieuse attention l’organisation et les facultés de tous les animaux connus, on est nécessairement frappé d’un fait très-singulier et qui malgré son évidence, ne paroît nullement avoir fixé l’attention des Naturalistes.
On est forcé de reconnoître, que la totalité des animaux qui existent, constitue une série de masses, formant une véritable chaîne ; et qu’il règne d’une extrémité à l’autre de cette chaîne, une dégradation nuancée dans l’organisation des animaux qui la composent […]. (Ibid. : 12 ; italiques originaux)

17Pour Lamarck, le constat de ce mouvement ne peut que conduire « le naturaliste philosophe » (ibid. : 13) à des considérations épistémiques d’importance : il « sent[ira] », en considérant la chaîne des êtres du haut vers le bas, qu’il sombre progressivement vers le terme de l’animalité, vers les êtres « qui en sont vraisemblablement les premières ébauches, et sans doute par lesquels la nature a commencé, s’il est vrai, qu’à l’aide de beaucoup de temps et des circonstances favorables, elle soit ensuite parvenue à former tous les autres » (ibid.).

18La dégradation sert donc d’argument pour descendre par l’esprit vers l’origine et remonter ensuite des formes les plus simples aux plus composées. La difficulté, en 1802, de faire admettre cette thèse, et surtout le principe de génération spontanée sur lequel elle repose, conduit Lamarck à adopter un ordre « pédagogique » de présentation (Laurent 1975 : 355 sq.) : des plus grands animaux vers les plus imparfaits ou, dans la perspective de l’auteur, « du connu à l’inconnu » (Lamarck 1802 : 14). De nombreux commentateurs soulignent le choix de cette méthode et ses implications philosophiques et épistémologiques. On y voit la possibilité pour Lamarck d’exposer une histoire parfaitement hypothétique et indémontrable sur la base d’observations que fait apparaître la mise en scène inversée de l’échelle (Conry 1980). Mais ces deux ordres peuvent également manifester une forme de conflit entre les logiques de la classification et de la formation (Laurent 1975 : 334). Sur le plan philosophique, le mouvement descendant traduit la position dominante de l’homme contemplant la chaîne depuis le haut, point d’« acheminement » de la marche de la nature (Drouin 1986 : 33 ; Conry 1986 : 147). Enfin, Laurent Loty considère cette hésitation entre deux ordres comme l’un des symptômes « des interrogations de l’époque sur le sens de l’histoire » (Loty 2010 : 62).

19Ces différents aspects sont incontestablement présents dans la réflexion de Lamarck. Mais trois points méritent particulièrement d’être pris en considération. Tout d’abord, le naturaliste pouvait difficilement fonder toute sa théorie sur le présupposé des générations spontanées sans lier celles-ci à un mouvement général de la vie dont il fallait montrer la manifestation dans l’ensemble de l’échelle. Par ailleurs, la manière dont il introduit l’idée de la dégradation progressive des structures, qui semble s’imposer comme thèse avant de céder la place à l’argument pédagogique, rappelle évidemment le propos central des Mémoires de physique et d’histoire naturelle, répété encore dans le cours de 1801. C’est donc le mouvement de la nature qui est illustré dans cet exposé, mouvement auquel s’oppose celui de la vie, représenté dans l’échelle ascendante. Suivre « à l’envers » la série des productions animales permet à Lamarck de donner à voir les liens entre celles-ci en ayant toujours comme point de référence les échelons les mieux connus de la chaîne. Par conséquent, ce qui rattache encore chaque classe à celle qui lui est directement supérieure s’inscrira en tension dans la tendance générale à la dégradation, précisément comme c’est le cas, selon Lamarck, dans la nature.

20Le phénomène est surtout important dans la description des invertébrés : Lamarck s’inscrit ici en faux contre les visions de la nature qui tendent à confondre tous les animaux « inférieurs » dans les seules classes des insectes et des vers – arachnides, mollusques et crustacés compris. Il s’agit là d’une méconnaissance grossière de cet espace de l’animalité. Les huit classes placées sous les poissons sont le résultat d’un travail de spécialisation du regard et d’un nouvel effort de distinction dans l’élaboration d’une échelle qui respecte l’ordre de la nature. Cherchant l’inscription d’une continuité, Lamarck va, dans son exposé, faire exister ces formes. Et puisque la forme n’est pas une donnée, mais le résultat de certaines facultés, il va en mettre en évidence la signification dans l’économie naturelle.

  • 8 Voir aussi : « J’ai déjà dit que par cette graduation nuancée dans la complication de l’organisatio (...)
  • 9 Voir à ce propos Laurent (1975 : 347).

21C’est le système des fonctions organiques qui s’impose comme guide de ce cheminement. Lamarck, cependant, reste très attentif à la difficulté, pour son lecteur, de mettre en rapport des organes qui, bien que de formes radicalement différentes, doivent pourtant être rapprochés (les branchies et les poumons, par exemple). L’exposé va donc recréer les liens analogiques là où l’œil peine désormais à les saisir. Un compromis est ainsi mis en place entre l’ancien modèle de la chaîne des êtres, fondé sur l’apparence extérieure, et un examen privilégiant l’analyse fonctionnelle. Pour y parvenir, il s’agit dans un premier temps de bien préciser en quoi consiste la série des êtres mise en scène. Lamarck insiste à plusieurs reprises sur le fait qu’il n’envisage que des « masses », et non une suite d’espèces, gommant ainsi volontairement les différences trop spécifiques d’un groupe à l’autre8. La biologie naissante ne saurait en effet se limiter à distinguer les objets en les séparant les uns des autres : il faut mettre en évidence les rapports qui permettent d’envisager réellement un ordre dans la nature, ordre reposant ici sur l’idée de série. En s’attachant aux espèces, on obtient une représentation complexe, qui semble fragmenter l’ordre général, les espèces « form[ant] souvent autour des masses dont elles font partie, des ramifications latérales, dont les extrémités offrent des points véritablement isolés » (Lamarck 1802 : 42)9. Or le but du naturaliste est d’aboutir à une représentation globale cohérente et accessible, « d’embrasser par l’imagination le vaste ensemble des productions de la nature, de s’élever assez haut par ce moyen pour dominer les masses dont cet ensemble paroît être composé » (Lamarck 1801 : 1).

22L’exposé, dans les Recherches sur l’organisation des corps vivants, est ainsi structuré autour d’une description succincte des principales caractéristiques de chaque classe, en partant des « mammaux » comme représentants de « l’organisation la plus perfectionnée » (Lamarck 1802 : 15). Le mouvement descendant est d’abord souligné par un recours massif aux idées de pertes, d’anéantissement, de disparition. Ces phénomènes se manifestent en premier lieu au sein de chaque classe, considérée par rapport à la précédente : ainsi les oiseaux manquent-ils de mamelles, liées au système reproductif entièrement interne des mammifères, « qu’on ne retrouve plus ni dans les oiseaux, ni dans aucun des animaux des rangs qui vont suivre » (ibid. : 17) ; le diaphragme, également, « cesse ici d’exister » (ibid. : 18). Les reptiles sont marqués par des pertes plus importantes, « puisqu’on ne retrouve plus dans leur cœur, qui est uniloculaire, cette conformation qui appartient essentiellement aux animaux du premier et du deuxième rang, et que leur sang est froid » (ibid.). Pourvus d’un unique poumon, parfois de simples branchies, ils offrent en outre un « squelette dégradé » (ibid. : 19). Les poissons, enfin, témoignent encore davantage de « cette dégradation soutenue dans l’ensemble de l’organisation et dans la diminution du nombre des facultés animales » (ibid. : 20), puisqu’« on ne retrouve plus en eux, ou que rarement et pendant un temps limité, l’organe respiratoire des animaux les plus parfaits » (ibid.) et qu’ils sont dépourvus de trachée-artère, larynx, voix et paupières.

  • 10 Après la description des poissons, le texte reçoit ainsi le sous-titre suivant : « Anéantissement d (...)
  • 11 « Anéantissement du cœur » (ibid. : 26).
  • 12 « Anéantissement de la fécondation sexuelle » (ibid. : 30).
  • 13 « Anéantissement de l’organe de la vue » (ibid. : 32).
  • 14 Ce tableau dépliant, inséré entre les pages 36 et 37 de l’édition de 1802, est reproduit dans l’édi (...)

23Lamarck souligne en outre dans la chaîne des paliers importants, lorsque survient l’anéantissement de certaines structures dont la valeur organique revêt également un puissant potentiel symbolique. Ainsi en va-t-il de la colonne vertébrale10, qui marque le passage aux invertébrés, du cœur, entre les crustacés et les arachnides11, de la fécondation sexuelle, entre les insectes et les vers12, et des yeux, absents chez les radiaires et les polypes13. Ces frontières, soulignées graphiquement dans le « tableau du règne animal montrant la dégradation progressive des organes spéciaux jusqu’à leur anéantissement14 », vont également marquer, dans le discours, le passage à de nouvelles stratégies de présentation des êtres qui remplissent ces sections. Car au fur et à mesure que disparaissent les formes et fonctions les plus essentielles chez les grands animaux, la nécessité de maintenir certaines spécificités, de préserver et de mettre en scène des structures distinctives chez les êtres inférieurs, se fait plus pressante.

  • 15 Le procédé est présent dans de nombreux ouvrages sur les insectes, notamment dans Réaumur (1734-174 (...)

24Le travail est d’abord rhétorique – et relativement classique, dans la tradition de l’histoire naturelle du xviiie siècle. Il s’agit, sur le mode de la captatio, de souligner la dimension merveilleuse des phénomènes là où la simplicité structurelle, ou la difficulté à voir, pourraient désarmer l’observateur15. Ainsi les insectes sont-ils « infiniment curieux par les particularités relatives à leur organisation, à leurs métamorphoses et à leurs habitudes » (Lamarck 1802 : 29) ; on se plaît à énumérer les merveilles du polype, que l’on peut retourner comme un gant sans qu’il s’en trouve affecté (ibid. : 36), ou l’irritabilité de larves encore mobiles vingt-quatre heures après avoir été éviscérées puis recousues (ibid. : 87). Facultés extraordinaires, qui maintiennent sans doute l’attention du lecteur, mais supposent surtout que la simplicité formelle ne signifie nullement la perte du pouvoir vital. D’une écriture du manque, qui continue de s’appliquer sur le plan général, on va donc passer paradoxalement, dès l’introduction des invertébrés, à une mise en scène des caractères positifs de chaque classe. Le regard semble inversé, l’enjeu étant désormais de souligner ce qui reste des classes supérieures, et ce qui raccroche encore l’être à une forme de complexité. C’est en gérant habilement la comparaison et ses valeurs connotatives, mais également en instaurant une subtile dialectique entre le positif et le négatif, que Lamarck met en place ce nouveau mouvement, vers le haut, dans une économie générale de la dégradation.

  • 16 « […] cette immense série d’animaux qui subissent des métamorphoses, qui ont en naissant un état mo (...)

25Ainsi les mollusques, « les mieux organisés des animaux sans vertèbres », respirent-ils « par des branchies comme les poissons » (ibid. : 23). Ils ne sont ni « articulé[s] ni annelé[s] » (ibid.), caractéristique apparemment négative qui, pourtant, les distingue radicalement de la classe inférieure des vers. Les annélides laissent entrevoir à l’observateur attentif un système nerveux élémentaire, un système circulatoire et « une espèce de sang rougeâtre » qui y circule (ibid. : 24). Si le cœur est extrêmement simplifié, il est présent à double. « Cette organisation », souligne Lamarck, est « bien plus parfaite que celle des vers, et même que celle des insectes, [et] les en éloigne considérablement » (ibid. : 25). De même, une observation scrupuleuse des crustacés révèle-t-elle la présence d’un cœur, d’un système circulatoire et de branchies, « ce qui fera toujours le tourment de ceux qui, pour suivre les divisions anciennes, s’obstinent à les ranger parmi les insectes » (ibid. : 26). Les arachnides, quoique dépourvus de cœur, sont cependant encore « distingués des insectes » par leur capacité d’engendrer à de multiples reprises (ibid. : 27). À l’instar des annélides et des crustacés, ils sont présentés par Lamarck comme des êtres ne subissant pas de métamorphose (ibid. : 24, 26, 28). La connotation négative du phénomène, alors même que celui-ci était énuméré parmi les « merveilles » des insectes, marque la volonté d’inscrire une distinction entre ces derniers et les classes qui leur sont supérieures. Les insectes sont en effet les derniers représentants d’une génération ovipare, mais qui ne peuvent procréer qu’une seule fois dans le cycle de leur existence (ibid. : 28). La métamorphose ne peut être perçue positivement que par comparaison aux classes inférieures : elle permet de perfectionner l’être au cours de sa vie16 pour lui faire acquérir des yeux, des antennes, six pattes, des stigmates et « des trachées qui se répandent partout » – éléments qui disparaîtront à leur tour progressivement chez les vers, les radiaires et les polypes.

  • 17 On retrouvera dans le Cours de zoologie sur les animaux sans vertèbres une même indistinction dans (...)

26Comment maintenir, dans cet espace apparemment si élémentaire, la possibilité d’une distinction ? Le texte lamarckien trahit les difficultés de l’observation même. Si « beaucoup de vers paroissent encore respirer par des trachées », on « soupçonne que [celles-ci] sont aquifères et non aérifères » (Lamarck 1802 : 31). Les radiaires, dénués d’yeux et d’appareil auditif, ne peuvent se voir attribuer de fonctions d’odorat et de goût « que par hypothèse » (ibid. : 34). De même les polypes « paroissent[-ils] se nourrir par succion et absorption » (ibid. : 36), et la description des derniers représentants de cette classe, « points animalisés, corpuscules gélatineux, transparens, d’une forme très-simple, et contractile dans tous les sens » (ibid.) dit assez les limites rencontrées par le naturaliste pour saisir ces productions, tant par le regard que par le langage17. Il faut pourtant leur préserver quelques qualités positives, tant qu’une forme peut être distinguée. Le procédé passe à nouveau par une mise en scène forcée des rapports avec les classes supérieures ; l’observation positive cède cependant le pas au travail rhétorique, la description recréant sur le plan sémantique et logique les liens toujours plus hypothétiques au niveau des formes et des fonctions.

  • 18 Notons que dans la Philosophie zoologique de 1809, tout en mentionnant à nouveau des « espèces d’ov (...)
  • 19 « Dans les radiaires fistulides, la nature a commencé à abandonner la forme rayonnante des parties, (...)

27Tout en étant persuadé que ces animaux ne démontrent plus aucune trace de génération sexuée, Lamarck décrit ainsi les bourgeonnements qu’il y observe comme des « espèces d’ovaires abondans en corpuscules oviformes », des « espèces d’œufs, qui peuvent produire sans fécondation » (Lamarck 1802 : 30)18. Lorsqu’il évoque chez les vers les « vestiges d’une moelle longitudinale » (Lamarck 1802 : 31), il établit entre les vers et les classes supérieures un lien génétique inversé, parfaitement artificiel, confirmant ainsi la valeur heuristique d’une lecture descendante de la chaîne. Dans la Philosophie zoologique, l’argument sera repris dans la perspective inverse, les vers présentant la forme intermédiaire nécessaire pour le passage des animaux à structures rayonnantes aux animaux à structure symétrique19.

28Reste, au bas de la chaîne, le cas difficile des radiaires et des polypes. La description des premiers confirme le rôle prépondérant d’une lecture imposée par le naturaliste à la signification des formes même les plus élémentaires :

Il paroît qu’ils n’ont réellement ni moelle longitudinale ni nerfs, et qu’ils ne sont plus que simplement irritables.
Cependant les radiaires ne forment pas le dernier échelon que l’on puisse assigner dans le règne animal. Il faut encore descendre nécessairement, et distinguer ces animaux des polypes qui constituent véritablement le dernier anneau de cette chaîne intéressante.
Il n’est pas plus possible de confondre les radiaires avec les polypes, qu’il ne l’est de ranger les crustacés parmi les insectes, ou les reptiles parmi les poissons.
En effet, dans les radiaires, non-seulement on apperçoit encore des organes qui paroissent destinés à la respiration ; mais on observe en outre des organes particuliers pour la génération, tels que des ovaires de diverses formes. À la vérité, rien ne constate, rien même n’indique que les prétendus œufs qui naissent de ces ovaires reçoivent une fécondation sexuelle ; et je les regarde comme des gemmules internes et perfectionnées, par une suite nécessaire des rapports des radiaires avec les polypes, dont les premiers ordres offrent des gemmipares externes.
Il n’est donc pas convenable de confondre les radiaires avec les animaux de la dernière classe, en qui aucun organe spécial, soit pour la génération, soit pour la respiration, n’est perceptible.
L’organisation des radiaires présente un corps sans colonne vertébrale, régénératif dans toutes ses parties, dépourvu de tête, d’yeux, de pattes articulées, et ayant une disposition générale dans ses parties à la forme rayonnante. (Lamarck 1802 : 33 sq.)

29Pour imposer la conviction qu’il faut séparer les radiaires des polypes, Lamarck recourt d’abord à une comparaison qui force la distinction :

  • 20 Le terme est introduit par Lamarck lui-même, d’abord dans sa Flore française en 1778, pour définir (...)

30ce qui est désormais évident plus haut dans la chaîne, entre les crustacés et les insectes, doit s’appliquer ici, dans un espace où la vue semble pourtant ne plus avoir qu’une faible prise. C’est ensuite, le fait est intéressant, une logique ascendante fondée sur un pur syllogisme qui va imposer la comparaison entre les gemmes des radiaires et des ovaires : si les polypes sont des gemmipares externes – faits connus depuis les expériences de Trembley et Réaumur au milieu du siècle précédent – les radiaires, situés au-dessus, doivent être des gemmipares internes. Enfin, compte tenu de la difficulté que semble présenter la description de la classe des polypes, on soulignera l’importance d’une dernière production dont la forme semble fixe et détermine jusqu’à la dénomination20.

31L’exposé de Lamarck semble présenter trois phases dans la méthode de description des différentes classes de l’échelle : des mammifères aux poissons, on insiste essentiellement sur les pertes. Des mollusques aux insectes, la dégradation est toujours manifeste, mais avec une volonté évidente, de la part de Lamarck, de distinguer les différents invertébrés, d’éviter de les confondre avec les insectes et les vers, et de préserver les liens réels entre les classes. Le négatif, ici, peut devenir positif tant qu’il maintient l’écart entre un degré et le suivant. À partir des vers, le mouvement de distinction n’est plus que rhétorique.

32Ces trois moments discursifs correspondent de manière troublante, dans la vision de la nature que produit la théorie lamarckienne, aux trois espaces dans lesquels le mouvement vital et le processus de distinction répondent à des exigences bien différentes : purement mécaniques au bas de l’échelle ; guidés par une action de l’animal dès la présence de sensations ; issus enfin d’un sentiment intérieur clair, débouchant dans certains cas sur un acte de volonté. Au haut de l’échelle, l’évidence du lien entre les formes est maximale. Il ne nécessite pas davantage qu’une énumération, renforcée de quelques explications dans l’exposé de certaines singularités (le cœur uniloculaire des reptiles, les branchies des animaux aquatiques). Les classes suivantes, parce qu’elles offrent des formes clairement distinctes, signifient d’elles-mêmes, mais elles requièrent le regard spécialisé du naturaliste pour être vues. Objets d’un déterminisme absolu dans la nature, polypes, radiaires et vers semblent exiger un acte de distinction, sur le plan intellectuel, d’autant plus engagé et volontaire.

33L’exposé suivant l’ordre de dégradation de la nature, tout en permettant la mise en scène des tensions qui maintiennent la vie dans des structures toujours plus simples, assure la compréhension de la signification des formes en les rattachant à celles qui les « précèdent », et servent alors de référents. La présentation ascendante, en effet, devait envisager chaque structure comme un supplément, une nouveauté issue de l’exercice de certaines facultés. Si l’accroissement de certains organes ne posait pas de problèmes particuliers, leur transformation – par exemple le passage des branchies aux poumons – supposait qu’on admette un lien de similitude fonctionnelle et la modification de la forme. Le problème de représentation et de logique posé par le postulat des générations spontanées (quelque chose venant de rien) était ainsi réitéré. La présentation descendante assurait à Lamarck de mettre en place une continuité, de rendre possible une lecture dans une logique – celle de l’effacement – beaucoup plus facile à admettre que celle, inverse, de la création.

Bibliographie

Bibliographie

Braunstein, Jean-François, 1997. « Lamarck et les philosophes », in Goulven Laurent (dir.), Jean-Baptiste Lamarck 1744-1829. Paris, CTHS : 43-49.

Conry, Yvette, 1980. « L’idée d’une “marche de la nature” dans la biologie prédarwinienne au xixe siècle », Revue d’histoire des sciences, vol. 33, n° 2 : 97-149.

Corsi, Pietro, 2006. « Biologie », in Pietro Corsi et al (dir.), Lamarck, philosophe de la nature. Paris, PUF : 37-64.

Corsi, Pietro et al. (dir.), 2006. Lamarck, philosophe de la nature. Paris, PUF.

Drouin, Jean-Marc, 1986. « Lamarck ou le naturaliste philosophe », Corpus, revue de philosophie, n° 3 : 29-35.

Gohau, Gabriel, 1971. « Le cadre minéral de l’évolution lamarckienne », in Joseph Schiller (dir.), Colloque international « Lamarck ». Paris, A. Blanchard : 105-133.

– 1997. « L’hydrogéologie et l’histoire de la géologie », in Goulven Laurent (dir), Jean-Baptiste Lamarck 1744-1829. Paris, CTHS : 137-147.

Lamarck, Jean-Baptiste, 1797a. Mémoires de physique et d’histoire naturelle. Paris, Chez l’auteur.

– 1797b. « Sur la tendance naturelle qu’ont les molécules essentielles des composés à se détruire », in Mémoires de physique et d’histoire naturelle. Paris, Chez l’auteur : 88-110.

– 1797c. « Sur la véritable cause des dissolutions », in Mémoires de physique et d’histoire naturelle. Paris, Chez l’auteur : 111-130.

– 1801. « Discours d’ouverture prononcé le 21 floréal an VIII », in Système des animaux sans vertèbres. Paris, Déterville : 1-48.

– 1802. Recherches sur l’organisation des corps vivans. Paris, Maillard.

– 1812. Extraits du cours de zoologie sur les animaux sans vertèbres. Paris, D’Hautel et Gabon.

– 1817. Article « Habitudes », in Nouveau dictionnaire d’histoire naturelle. Paris, Déterville, vol. 14 : 128-138.

– 1986 [1802]. Recherches sur l’organisation des corps vivants, Jean-Marc Drouin (éd.). Paris, Fayard, coll. « Corpus des œuvres de philosophie en langue française ».

– 1994 [1809]. Philosophie zoologique, André Pichot (éd.). Paris, Flammarion, coll. « GF ».

Laurent, Goulven, 1975. « Lamarck : de la philosophie du continu à la science du discontinu », Revue d’histoire des sciences, vol. 28, n° 4 : 327-360.

Loty, Laurent, 2010. « L’invention d’un transformisme généralisé (1781- 1796) : l’imagination d’une temporalité naturelle entre “perfectionnement” et “révolution” », in Jean-Jacques Tatin-Gourier et Jean Goulemot (dir.), Temps, durée dans la littérature des Lumières et ses marges. Paris, Le Manuscrit : 33-72.

Mayr, Ernst, 1982. The Growth of Biological Thought : Diversity, Evolution and Inheritance. Cambridge, Harvard University Press.

Réaumur, René-Antoine Ferchault de, 1734-1742. Mémoires pour servir à l’histoire des insectes. Paris, Imprimerie royale, 6 volumes.

Roveda, Lyndia, 2005. « Lamarck et l’art des distinctions », Revue d’histoire des sciences, vol. 58, n° 1, 2005 : 145-168.

Vuillemin, Nathalie, 2009. Les beautés de la nature à l’épreuve de l’analyse : programmes scientifiques et tentations esthétiques dans l’histoire naturelle du xviiie siècle (1744-1805). Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Notes

1 Voir également : « […] la conformation des individus et de leurs parties […], leurs organes, leurs facultés, & c. & c. sont uniquement le résultat des circonstances dans lesquelles chaque espèce et toute sa race s’est trouvée assujétie par la nature, et des habitudes que les individus de cette espèce ont été obligés de contracter » (ibid. : 62).

2 Voir notamment : « Pendant long-tems je remarquais avec surprise une tendance ou une sorte d’acheminement continuel vers la destruction, dans une multitude de substances différentes qui me paraissaient graduellement s’anéantir. Ces substances, en effet, me semblaient subir des altérations successives et continuelles qui diminuaient de plus en plus, soit le nombre, soit la quantité de leurs principes combinés, jusqu’à ce qu’à la fin tous leurs élémens constitutifs soient dégagés de l’état de combinaison » (Lamarck 1797b : 90, § 94).

3 Pietro Corsi attire toutefois l’attention sur le fait que si les générations spontanées expliquent l’apparition de la vie, elles ne sont pas suffisantes pour comprendre l’émergence de tout le système vivant (Corsi 2006).

4 Dans la Philosophie zoologique (1809), Lamarck expliquera ainsi que les organes respiratoires, d’abord élémentaires et adaptés à l’eau dans laquelle baignent les premiers corps, apparaissent avec l’exigence d’un apport en oxygène (Lamarck 1994 : 435-437).

5 La mauvaise interprétation de ces termes est essentiellement due à la lecture qu’en produisit le darwinisme. Sur les interprétations ambiguës de ces idées, voir Mayr (1982).

6 Voir à ce propos Lamarck (1817).

7 « Ces animaux, même les individus de chaque espèce, peuvent satisfaire à leurs besoins, à leurs penchans, par des voies qui ne sont pas toujours les mêmes, et par des manœuvres variées selon les circonstances […] » (Lamarck 1817 : 135).

8 Voir aussi : « J’ai déjà dit que par cette graduation nuancée dans la complication de l’organisation, je n’entendois point parler de l’existence d’une série linéaire et régulière considérée dans les espèces et même dans les genres ; une pareille série n’existe pas. Mais je parle d’une série assez régulièrement graduée dans les masses principales, c’est-à-dire dans les principaux systèmes d’organisation reconnus, qui donnent lieu aux classes et aux grandes familles observées » (Lamarck 1802 : 39). Sur la valeur pédagogique du choix de Lamarck, voir Corsi (2006).

9 Voir à ce propos Laurent (1975 : 347).

10 Après la description des poissons, le texte reçoit ainsi le sous-titre suivant : « Anéantissement de la colonne vertébrale » (Lamarck 1802 : 21).

11 « Anéantissement du cœur » (ibid. : 26).

12 « Anéantissement de la fécondation sexuelle » (ibid. : 30).

13 « Anéantissement de l’organe de la vue » (ibid. : 32).

14 Ce tableau dépliant, inséré entre les pages 36 et 37 de l’édition de 1802, est reproduit dans l’édition moderne du texte (voir Lamarck 1986 : 34-37). Lamarck y présente, du haut vers le bas, la succession des animaux dans l’ordre suivant : Mammaux – oiseaux – reptiles – poissons – mollusques – annélides – crustacés – arachnides – insectes – vers – radiaires – polypes.

15 Le procédé est présent dans de nombreux ouvrages sur les insectes, notamment dans Réaumur (1734-1742). Voir à ce propos Vuillemin (2009 : 255sq.).

16 « […] cette immense série d’animaux qui subissent des métamorphoses, qui ont en naissant un état moins parfait que celui dans lequel ils se régénèrent, et qui tous, ou presque tous, n’engendrent qu’une seule fois dans le cours de leur vie » (Lamarck 1802 : 28).

17 On retrouvera dans le Cours de zoologie sur les animaux sans vertèbres une même indistinction dans l’approche de la classe des infusoires, d’où toute description est absente, sinon par un système de comparaisons très approximatives pour le deuxième ordre : « Ils ont à l’extérieur des parties saillantes, comme des poils des espèces de cornes, ou une queue » (Lamarck 1812 : 16).

18 Notons que dans la Philosophie zoologique de 1809, tout en mentionnant à nouveau des « espèces d’ovaires abondants en corpuscules oviformes, que l’on prend pour des œufs », Lamarck soulignera que de nombreuses productions, animales aussi bien que végétales, peuvent se reproduire par des corpuscules qui ne sont pas des œufs (Lamarck 1994 : 187 sq.).

19 « Dans les radiaires fistulides, la nature a commencé à abandonner la forme rayonnante des parties, et à donner au corps des animaux une forme allongée, la seule qui pouvait conduire au but qu’elle se proposait d’atteindre. / Parvenue à former les vers, elle va tendre dorénavant à établir le mode symétrique de parties paires, auquel elle n’a pu arriver qu’en établissant celui des articulations » (Lamarck 1994 : 258 ; italiques de Lamarck pour radiaires fistulides et symétrique de parties paires). Dans la présentation de dégradations progressives, c’est également ce mouvement positif qui est souligné à plusieurs reprises, introduisant une description hésitante quant à l’imposition du mode de lecture : « Les vers doivent suivre immédiatement les insectes, venir avant les radiaires, et occuper le onzième rang dans le règne animal. C’est parmi eux qu’on voit commencer la tendance de la nature à établir le système des articulations ; système qu’elle a ensuite exécuté complètement dans les insectes, les arachnides et les crustacés. Mais l’organisation des vers étant moins parfaite que celle des insectes, puisqu’ils n’ont plus de moelle longitudinale, plus de tête, plus d’yeux et plus de pattes réelles, force de les placer après eux ; enfin, le nouveau mode de forme que commence en eux la nature, pour établir le système des articulations, et s’éloigner de la disposition rayonnante dans les parties, prouve qu’on doit placer les vers avant les radiaires mêmes » (ibid. : 258 : 190, je souligne).

20 Le terme est introduit par Lamarck lui-même, d’abord dans sa Flore française en 1778, pour définir un être organisé en rayons.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search