Version classiqueVersion mobile

Penser le vivant

 | 
Laurence Dahan-Gaida
, 
Christine Maillard
, 
Gisèle Séginger
, 
et al.

Première partie. Modèles scientifiques et formes esthétiques

L’imagination à l’épreuve de la science

Goethe et l’émergence d’une pensée morphologique

Jean-Michel Pouget

Texte intégral

  • 1 Cette contribution s’appuie sur ma thèse de doctorat (Pouget 2001). Ce travail met en évidence l’ex (...)
  • 2 Dans Le conte (das Märchen), texte à caractère expérimental de 1795, Goethe évoque d’étranges métam (...)
  • 3 Pour une définition des notions de type et de métamorphose voir Auroux (2002 : 1612 sq. [métamorpho (...)
  • 4 « La physiognomonie […] prétend déchiffrer un être sur son apparence à partir des signes morphologi (...)

1Goethe ne fut pas seulement poète mais eut également une carrière scientifique très riche qui a duré toute son existence et qui l’amena à réaliser des travaux scientifiques approfondis dans de multiples domaines1 : science des couleurs, géologie, minéralogie, météorologie, anatomie, botanique, zoologie. Une des caractéristiques essentielles et d’ailleurs bien connue de l’approche goethéenne en matière scientifique est le primat de la dimension qualitative d’étude des phénomènes. Cette priorité donnée au qualitatif est étroitement liée à une forme de pensée de type morphologique, le terme « morphologie » ayant d’ailleurs fait sa première apparition sous la plume de Goethe dans les années 1790. Cette pensée s’articule autour de deux idées centrales issues de l’imaginaire philosophique et littéraire. La première est celle d’un plan d’organisation commun aux êtres vivants, la seconde celle de métamorphose. L’idée de plan commun repose sur la parenté visuelle externe qui existe entre les formes animales. Ces ressemblances morphologiques ont de tout temps suggéré une proximité entre les êtres et conduisent intuitivement à les rapprocher. La pensée philosophique a tenté d’en donner une représentation rationnelle qui fut à l’origine des premières comparaisons anatomiques dès l’Antiquité, chez Aristote notamment. Cette idée ancienne selon laquelle les animaux, voire tous les vivants, relèvent d’une structure commune fut reprise au xviiie siècle et parvint à Goethe via Herder et sa Hauptform (forme principale) ; on la trouve chez de nombreux naturalistes dont l’un des plus influents de l’époque, Buffon, qui évoquait un « moule intérieur » à l’origine des formes ainsi qu’un « dessin primitif qu’on peut suivre très loin et sur lequel tout semble avoir été conçu » (Buffon 1753). L’intuition d’une parenté entre les êtres a sans doute aussi contribué à nourrir l’imaginaire poétique, favorisant l’émergence de l’idée de métamorphose dans le domaine littéraire, on pense ici aux Métamorphoses d’Ovide ou à l’Âne d’or d’Apulée, ou plus près de nous, à la fameuse nouvelle de Kafka2. Si l’idée de structure commune peut déjà être considérée comme l’amorce d’une approche scientifique, celle de métamorphose semble entretenir un rapport au réel beaucoup plus libre3. Ce libre jeu de l’imagination avec les formes animales, Goethe l’a pratiqué au stade préscientifique de sa carrière de naturaliste en contribuant aux travaux physiognomoniques du pasteur suisse Lavater. La démarche physiognomonique est une association très libre de la morphologie faciale et du caractère4. Lorsque, quelques années plus tard, le poète traitera de véritables questions anatomiques, il aura l’occasion de rencontrer une tentative audacieuse d’application de l’idée de métamorphose à la science chez l’anatomiste Petrus Camper qui, écrit Goethe avec le recul, n’hésitait pas à « transformer hardiment en quelques traits sur tableau noir le chien en cheval, le cheval en homme, la vache en oiseau » (Goethe 1999 : 247, ma traduction). Ces translations anatomiques de type géométrique restaient toutefois purement théoriques et idéales, elles aussi étaient le fruit d’un imaginaire dont le rapport au réel restait trop lâche pour pouvoir fonder un savoir scientifique véritable.

  • 5 Au xviiie siècle, les frontières entre les règnes animal, végétal et minéral étaient encore relativ (...)

2Au début de sa carrière scientifique qui débute véritablement avec son installation à Weimar en 1775, Goethe fut confronté à ces deux idées que sont le plan commun et la métamorphose. Très présentes dans les esprits, elles restaient néanmoins d’une importance très marginale pour la connaissance scientifique de l’époque dans la mesure où elles s’apparentaient à des conjectures caractéristiques d’un esprit préscientifique5. La présente contribution tente d’établir qu’en donnant un contenu précis à ces deux idées et en les combinant, Goethe est à l’origine d’une pensée morphologique qui scelle l’alliance du savoir scientifique et de l’imaginaire. La démarche sera chronologique et couvrira la période 1784-1796 sur laquelle sont concentrés les principaux travaux goethéens en botanique et en anatomie. Après des travaux d’ostéologie comparée qui débouchent sur la mise en évidence de l’existence de l’os intermaxillaire chez l’homme en 1784, Goethe entame une réflexion approfondie sur la botanique, à Weimar puis en Italie, dont l’aboutissement est la première publication scientifique du poète : l’Essai d’explication de la métamorphose des plantes de 1790 (Goethe 1999 : 75-127). Mais Goethe n’en a pas oublié pour autant l’anatomie comparée et tirera profit des enseignements de la botanique pour élaborer, au milieu des années 1790, un « type ostéologique » rendu possible grâce à l’extension de l’idée de métamorphose au règne animal. C’est au cours de cette période très riche sur le plan de l’activité scientifique – Goethe entame aussi ses travaux d’optique des couleurs – que se constitue la pensée morphologique goethéenne dont nous allons à présent retracer la genèse.

La mise en évidence de l’existence de l’os intermaxillaire chez l’homme

  • 6 Ce mémoire porte le titre suivant : DemMenschenwie den Tieren isteinZwischenknochen der obern Kinnl (...)
  • 7 Herder notamment mais aussi des anatomistes de renom comme Petrus Camper contestaient l’existence d (...)
  • 8 Indépendamment de Goethe, l’anatomiste français Vicq d’Azyr aboutira au même résultat en 1780 et pu (...)

3Commençons par le mémoire sur l’os intermaxillaire de 17846. Publié en 1820 seulement, il est le résultat de patientes observations sur un grand nombre de crânes d’animaux. L’hypothèse guidant ces observations est celle de l’unité de composition osseuse de la tête chez l’homme et l’animal. Autrement dit, Goethe applique l’idée philosophique de plan de structure commun, mais, et cela est décisif pour la portée scientifique de la démarche, en restreignant son champ d’application à l’étude d’un segment du règne animal (les mammifères) d’une part, à l’étude d’une partie de l’ossature (la tête) d’autre part. En ciblant ainsi précisément sa recherche, Goethe s’ouvre la possibilité d’apporter la preuve scientifique que le crâne de tous les mammifères, homme inclus, est rigoureusement constitué de pièces osseuses identiques. À une époque où l’absence de trace visible de l’os intermaxillaire sur le crâne humain valait encore comme preuve de la différence anatomique entre l’homme et l’animal7, Goethe a ainsi pu retrouver les vestiges de suture de cet os avec les os voisins en combinant deux types de comparaisons : premièrement, des comparaisons de crânes d’animaux entre eux et avec celui de l’homme ; deuxièmement, des comparaisons du crâne humain aux différents âges de la vie, de la naissance à l’âge adulte. Le premier type de comparaisons est inspiré par l’idée d’unité de plan ainsi que par les principes leibniziens de gradation, de plénitude et de continuité des productions naturelles. S’appuyant sur ces principes induits par une vision harmonieuse et unitaire de la nature, Goethe reconstitue une série continue des différentes formes d’os intermaxillaires au sein du règne animal – on voit ainsi comment des idées philosophiques abstraites se traduisent en un principe concret d’ordonnancement de la diversité : une même pièce osseuse est déclinée chez un grand nombre d’animaux, cette mise en perspective permettant d’en donner une vision plus complète. Avec le deuxième type de comparaisons, Goethe introduit la dimension temporelle du devenir de l’organisme vivant considéré non comme une forme accomplie (Gestalt) mais comme une forme vivante, en évolution constante (Bildung). Bien que non encore explicitement formulée ni théorisée, l’idée de métamorphose est déjà présente dans cette double démarche comparative : métamorphose réelle de l’organisme individuel tout au long de son cycle de vie d’une part, métamorphose idéelle d’autre part, un os donné étant métamorphosé virtuellement par l’imagination tout au long de la série animale des mammifères. Cette première contribution goethéenne à l’anatomie comparée, qui a permis à Goethe d’établir l’existence de l’os oublié chez l’homme8, peut donc être considérée comme une première traduction scientifique d’une vision philosophique de la nature.

4Parallèlement à ses travaux d’ostéologie, Goethe s’est aussi lancé dans l’étude des plantes où s’affirmera également le rôle moteur de l’imagination et de l’idée.

La botanique : de la quête de la Urpflanze à l’idée de métamorphose

5Dans le dernier tiers du xviiie siècle, la botanique restait dominée par l’idéal classificatoire incarné par le grand naturaliste suédois Carl von Linné dont la nomenclature binomiale des plantes reste d’ailleurs en partie toujours valable de nos jours. Le rapport de Goethe à Linné offre un bel exemple de confrontation productive ayant favorisé l’émergence d’une pensée morphologique articulée sur l’idée d’unité de plan et de métamorphose. Si Goethe fut dans un premier temps l’élève studieux et appliqué du grand botaniste, il fut amené par la suite à s’écarter de la voie du maître pour trouver la sienne propre. Au-delà de la dimension personnelle de ce conflit entre Goethe et Linné, c’est une opposition entre deux conceptions (philosophies) antinomiques de la botanique qui est en jeu ici : d’un côté une botanique classificatoire logico-mathématique attachée à enserrer la diversité du règne végétal dans un système logique, de l’autre une botanique de type « biologique », soucieuse de la réalité vivante des plantes. Le paradigme classificatoire, certes encore dominant dans la botanique de l’époque, affichait néanmoins des insuffisances, favorisant l’émergence de nouvelles approches de l’étude des plantes, dont celle de Goethe qui n’était pas isolée. Cette dernière peut être considérée comme un exemple de renouvellement du questionnement botanique à partir d’une réflexion qui puise aux sources d’une pensée philosophique de la nature. Cela pose la question des modalités de son adaptation aux exigences de la science. Comment Goethe parvient-il à convertir en savoir scientifique cette pensée privilégiant unité et continuité du règne végétal ? Le passage du statut d’élève de Linné à celui d’auteur d’un Essai d’explication de la métamorphose des plantes, vecteur d’une authentique philosophie de la botanique, fut un processus long et complexe dont nous ne pouvons ici que retenir l’essentiel relativement à la problématique de transfert épistémique, d’imaginaire et d’écriture scientifique. Nous avons ainsi choisi de nous concentrer sur deux points précis : premièrement, la fameuse intuition de la Urpflanze dont nous verrons qu’elle correspond à une phase transitoire de la pensée de Goethe menant à la découverte de l’idée de métamorphose au terme du premier voyage en Italie ; deuxièmement, la nouvelle écriture scientifique de la plante induite par l’approche morphologique goethéenne.

6Commençons par la Urpflanze. Ce qui frappe lorsqu’on étudie le parcours de Goethe en botanique, c’est le basculement qui s’opère vis-à-vis de Linné et de la botanique classificatoire : avant même le voyage en Italie, qui accélérera considérablement le phénomène, Goethe se détourne d’une maîtrise de la diversité de type comptable fondée sur une logique de différenciation et de classement des plantes. Renonçant à cet inventaire de la diversité éloigné de la réalité vivante des végétaux, il s’oriente vers une logique inverse faisant de la recherche de l’unité fondamentale de toutes les productions végétales une priorité. Goethe tente de remonter à la source des phénomènes végétaux eux-mêmes dont l’observation est sous-tendue par sa vision unitaire et continue du monde vivant dont la traduction poétique de l’écrit de 1790 sera donnée dans l’élégie éponyme de 1798 :

  • 9 « Alle Gestalten sind ähnlich, und keine gleichet der andern; / Und so deutet das Chor auf ein gehe (...)

Toutes ces formes sont semblables, aucune à l’autre n’est pareille ;
Ainsi renvoie ce chœur à une loi secrète,
Une énigme sacrée9.
(Goethe 1992 : 181)

  • 10 Lettre à Charlotte von Stein du 9 juillet 1786 (Goethe 1982: 93).
  • 11 Au sein de chaque domaine scientifique, Goethe postule l’existence d’un « phénomène originaire » do (...)

7À l’origine de cette quête d’une « loi secrète » ou « énigme sacrée » qui engage assurément l’imaginaire, il faut aussi évoquer l’influence de l’idée herderienne de « forme principale » que Goethe reprend en évoquant une « forme essentielle avec laquelle la nature ne fait pour ainsi dire que jouer, et en jouant engendre la vie si diverse10 ». Un autre type de maîtrise de la diversité des plantes s’amorce ici, reposant sur le principe d’origine de la variété et faisant appel à l’imagination : Goethe évoque un « phénomène originaire11 » (Urphänomen) dont découle la profusion des formes végétales, la question étant de savoir si ce type d’interrogation induit par le travail de l’imagination est apte à fonder une approche scientifique viable. Concrètement, cette quête goethéenne de la « forme [végétale] essentielle » entraîne un glissement du regard du végétal développé, fleur ou arbre, vers la graine et les premiers stades de croissance. Nettement repérable dans les travaux botaniques goethéens, ce glissement s’explique par le fait que dans son état de développement maximal, la plante offre surtout des marques extérieures de la différence : précieuses pour les classificateurs, ces différences visuelles ne le sont nullement pour celui qui, comme Goethe, cherche à mettre en évidence les affinités cachées entre les plantes ; celui-ci devra faire appel au travail de l’imagination pour compenser le manque de lisibilité des premiers commencements, où les différences entre les végétaux s’estompent, offrant au regard des phénomènes de germination et de croissance relativement homogènes et uniformes. À défaut de pouvoir saisir l’unité du règne végétal dans la plante achevée, la pensée s’oriente ainsi confusément vers les origines, vers la graine considérée comme matrice universelle de toutes les formes végétales. Mais cette graine cache la plante plus qu’elle ne la révèle et ne peut donc guère offrir de prise à l’élaboration d’une « forme essentielle ». La quête d’une « forme essentielle », c’est-à-dire la mise en évidence d’une structure transcendante à toutes les plantes dont toutes seraient issues, apparaît illusoire et vaine. Cette idée est précisément celle de la Urpflanze qui s’impose à Goethe lors du voyage en Italie. La « plante originaire » en tant que construction imaginaire fut un échec relatif, l’application de cette idée dans la pratique s’est heurtée à des difficultés insurmontables qui furent sinon résolues du moins dépassées grâce à cette autre intuition décisive de l’identité des organes de la plante dont Goethe eut la révélation au terme du voyage en Italie dans le jardin de Padoue. La mise à l’épreuve de l’idée de Urpflanze, la confrontation de ce produit de l’imaginaire aux réalités botaniques s’est soldée non par son abandon définitif mais par un déplacement de perspective : Goethe a certes renoncé à la quête d’une plante type matrice de toutes les autres plantes, mais il a conservé comme hypothèse directrice le principe d’unité du règne végétal au fondement de cette idée de Urpflanze. Ceci l’a amené à privilégier l’observation des processus de germination et de croissance d’un grand nombre de plantes. Ces observations approfondies des transformations morphologiques aux différents stades végétatifs ont finalement abouti à la découverte d’une loi valable pour l’ensemble du règne végétal : la loi de la métamorphose de la feuille, organe protée, qui sera au fondement de l’Essai d’explication de la métamorphose des plantes. À mesure que les observations botaniques se multipliaient, la quête de la Urpflanze a ainsi laissé place à une recherche plus réaliste portant non plus sur l’élaboration de la diversité des plantes mais sur l’élaboration de la diversité des organes de la plante individuelle. En dépit de ce déplacement de perspective, la problématique est restée identique : comme dans le cas de la Urpflanze il s’agit de trouver comment est engendrée la diversité à partir de l’un. Question qu’il s’agissait désormais pour Goethe de résoudre non plus au niveau de la foisonnante et insaisissable diversité des productions végétales mais à celui de la plante individuelle, plus accessible à la connaissance scientifique. L’idée initiale de Urpflanze, produit de l’imaginaire non encore passé par l’épreuve de l’expérience, a joué le rôle de principe directeur pour les observations botaniques goethéennes, ces dernières débouchant finalement sur l’intuition de l’identité des organes de la plante individuelle, cette intuition – appelée par Goethe « aperçu » – servant ensuite d’hypothèse scientifique centrale de l’essai de 1790. L’idée de métamorphose est donc dans la continuité directe de celle de la Urpflanze dont elle est l’aboutissement. Si la Urpflanze est le produit brut du travail de l’imaginaire, l’idée de métamorphose en est le produit fini. Le fait que Goethe ait lui-même qualifié la Urpflanze de « lubie » et qu’il se soit abstenu d’en donner une représentation visuelle alors même qu’il savait parfaitement dessiner les végétaux et qu’il a toujours tenu à accompagner ses travaux et écrits d’illustrations confirme ce statut de produit brut de l’imagination. On peut d’ailleurs se faire une idée de la bizarrerie d’une telle représentation en observant l’illustration réalisée par Pierre-Jean-François Turpin, botaniste et dessinateur français réputé. Sollicité par Goethe pour illustrer son traité sur la métamorphose des plantes, Turpin réalisa également un dessin du « végétal type, idéal, appendiculé ». Reproduit dans une édition de 1837 des travaux biologiques de Goethe publiée par Martins, cette représentation de la Urpflanze est « est un mélimélo bizarre, joliment dessiné, de tous les organes végétaux possibles et imaginables drapés le long d’une tige végétale. La confrontation avec le carnaval de Turpin a été épargnée à Goethe » (Wit 1993 : 412). L’auteur de l’Essai sur la métamorphose des plantes aurait sans aucun doute récusé une telle représentation ; sa réserve contraste avec l’audace de Turpin et montre que si, pour Goethe, l’imagination est un auxiliaire indispensable de la pensée scientifique, on ne saurait la laisser libre d’étendre son emprise sur le réel et de l’envahir au point de le dénaturer.

  • 12 Dans sa tentative de médiation lors de la querelle opposant Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire à l’Ac (...)
  • 13 Autre exemple : « Nous pouvons tout aussi bien dire qu’une étamine est un pétale contracté que dire (...)

8Passons au deuxième point : la nouvelle écriture de la plante induite par l’idée de métamorphose. Si Goethe n’a pu donner corps à son projet d’élaboration de la « plante originaire », cette dernière l’a mis sur la voie de la découverte des lois d’organisation de la plante individuelle. Sur ce terrain précis, avant même l’essai de 1790, il va se lancer dans une offensive anti-classificatoire visant à rétablir la réalité vivante de la plante que les botanistes classificateurs avaient tendance à occulter. Il faut rappeler ici que cette botanique classificatoire reposait tout entière sur le langage, le fameux système binominal linnéen permettant de déduire la fiche d’identité de toute plante à partir de quelques caractères extérieurs seulement. Cette terminologie botanique sèche et rigide de type abréviatif, très utile au demeurant pour s’orienter dans le labyrinthe des productions végétales, remplaçait en quelque sorte la plante. Goethe s’est opposé à ce pouvoir absolu du langage et à la réduction des plantes à de simples formules. L’aperçu sicilien selon lequel « tout est feuille » (Alles ist Blatt), condensé de l’idée de métamorphose, a bouleversé la logique traditionnelle de détermination des parties et inauguré une nouvelle écriture de la plante. Imaginant tous les organes de la plante développée comme processus de différenciation progressive, morphologique et fonctionnelle, de ce même organe de base qu’est la feuille, Goethe déconstruit l’image fausse véhiculée par les nomenclatures usuelles de la plante comme composition, assemblage mécanique d’organes séparés et distincts12. Dans des esquisses préparatoires à l’Essai d’explication de la métamorphose des plantes non destinées à la publication, il fait littéralement éclater cette nomenclature : « Nous nommerons racine une feuille qui ne fait qu’absorber l’humidité sous la terre, bulbe une feuille dilatée par l’humidité, tige une feuille qui s’allonge d’un coup » (Goethe 1954 : 58, ma traduction13). Tout organe peut se définir par rapport à cet organe générique qu’est la feuille, dont il constitue une métamorphose particulière. Cet exemple extrême illustre le souci de Goethe de redéfinir les dénominations existantes afin qu’elles reflètent les processus de croissance dont la plante est le siège. L’enjeu de l’Essai de 1790 sera précisément celui-ci : retracer en l’expliquant le cycle complet de développement de la plante jusqu’à la floraison à l’aide d’un langage aussi proche que possible de la réalité phénoménale. Si, pour reprendre la distinction établie par Ernst Cassirer, les botanistes classificateurs représentaient la plante comme « forme spatiale » (Raumgestalt) figée, Goethe cherchait quant à lui à montrer une « forme temporelle » (Zeitgestalt), une réalité organique en mouvement (Cassirer 1994 : 146-154). Cette nouvelle écriture de la plante marquait l’introduction dans l’étude des vivants du facteur temps, dont on connaît l’importance fondamentale pour la biologie.

Le transfert de l’idée de métamorphose à l’anatomie comparée

  • 14 Pour un aperçu de la controverse entre Goethe et Oken, on se reportera à l’article de Schmitt (2011 (...)

9De retour d’Italie, Goethe va reprendre ses travaux d’anatomie comparée des mammifères qui le conduiront à élaborer un « type ostéologique » dans les années 1795-1796. À la différence des premiers travaux sur l’os intermaxillaire, dans lesquels l’idée de métamorphose n’était qu’implicite, les recherches anatomiques des années 1790 bénéficieront de la découverte de cette loi d’organisation, Goethe transposant l’idée de métamorphose d’un organe identique de la botanique à l’ostéologie. Ce transfert s’est opéré pour la première fois lors du second séjour en Italie et prit également la forme d’un « aperçu » : c’est la fameuse intuition de la théorie vertébrale du crâne qui se produisit fortuitement, lors d’une promenade sur la plage du Lido à Venise ; en voyant un crâne de bélier éclaté, Goethe l’imagina composé de vertèbres modifiées à l’instar de la plante composée de feuilles modifiées. Cette façon d’envisager des métamorphoses de l’ossature, partie rigide de l’organisme animal la moins soumise à transformation, peut surprendre et laisser penser qu’en l’absence d’une réelle vision phylogénétique chez Goethe, ces métamorphoses vertébrales n’étaient qu’un jeu purement formel de l’imagination du poète, un jeu déconnecté de la réalité phénoménale à l’image des translations anatomiques de Petrus Camper évoquées précédemment. On aurait tort de le penser pour deux raisons au moins. La première est l’extrême prudence méthodologique de Goethe qui contraste avec l’audace de Lorenz Oken, Natuphilosoph qui en 1806, soit seize ans après la découverte du Lido, eut également l’intuition que la tête était formée de vertèbres modifiées en observant un crâne de chevreuil trouvé lors d’une promenade sur le Brocken. Dès 1807, Oken publiait une théorie vertébrale du crâne, ce que Goethe vit d’un assez mauvais œil, lui qui s’était volontairement abstenu de rendre publique sa découverte, ne le faisant que bien plus tard, en 1820, à une époque où cette théorie était déjà largement répandue14. Pourquoi un si long silence de la part de Goethe ? Lui-même a apporté une réponse qui éclaire sur son scepticisme à l’encontre des transpositions hâtives des produits de l’imagination spéculative en théorie scientifique :

La question se pose de savoir si l’on a vraiment le droit et le devoir de faire dériver les os du crâne des vertèbres […] je reconnais volontiers que je suis convaincu depuis trente ans de cette secrète affinité et que j’ai toujours mené des réflexions à ce sujet. Cependant, un tel aperçu, une telle révélation, conception, représentation, notion, idée, quel que soit le nom qu’on lui donne, conserve toujours, quoi que l’on fasse, un caractère ésotérique ; sur un plan général cela peut être affirmé mais pas prouvé. (Goethe 1987 : 504, ma traduction)

  • 15 Une conversation confiée à Eckermann résume la position de Goethe sur ce que doit être le travail d (...)

10Goethe met ici en doute la légitimité des théories scientifiques fondées sur les audaces de l’imagination, l’argument étant que de telles approches spéculatives, ésotériques par nature et donc invérifiables, ne remplissent pas le critère de transmissibilité exigé par la science qui est une œuvre commune. Goethe est toujours resté conscient des risques que comportait l’application de l’idée à la pratique scientifique. De l’idée de métamorphose il a ainsi pu dire qu’elle présentait le danger de dissolution du savoir : « L’idée de métamorphose est un don venu d’en haut extrêmement vénérable mais extrêmement dangereux à la fois. Elle mène à l’informe, détruit le savoir, le dissout15 » (Dobel 1995 : 604, ma traduction).

  • 16 Goethe a anticipé la découverte par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire des deux principes des connexion (...)

11La seconde raison pour laquelle l’intuition goethéenne de la théorie vertébrale est à prendre au sérieux tient au fait que le plus important est le pont qu’elle permet de jeter entre botanique et anatomie. Ce transfert atteste de la naissance d’un modèle de pensée de type génétique – bio-logique – applicable à l’ensemble des phénomènes du vivant, non plus simplement aux seules productions végétales ou aux seules productions animales. Il s’agit plus précisément d’une pensée morphologique centrée sur les processus de développement par différenciation progressive d’éléments identiques, la morphologie étant définie par Goethe comme science de la « formation et transformation des natures organiques » (Bildung und Umbildung organischer Naturen : Goethe 1999 : 62). C’est ce mode de pensée qui permettra l’élaboration d’un « type ostéologique » dans les années 1790, ossature type des mammifères ou, diront certains qui y voient une inspiration platonicienne, ossature « idéale ». Bien qu’idéale, cette construction n’en avait pas moins pour but de faciliter les comparaisons anatomiques, ce qu’elle a en effet permis d’accomplir. Pour élaborer ce « type ostéologique » (osteologischer Typus), Goethe s’est à nouveau appuyé sur l’idée d’unité des productions naturelles appliquée cette fois à l’ossature entière et non plus simplement à la tête comme dans le mémoire de 1784 sur l’os intermaxillaire. Partant de la même hypothèse « philosophique » selon laquelle toutes les ossatures – non plus seulement le crâne – sont composées des mêmes pièces osseuses, il a envisagé ensuite toutes les variations morphologiques possibles des différents os à travers le règne animal en appliquant systématiquement le principe de métamorphose des parties identiques issu de ses recherches botaniques. Cette démarche fondée sur la décomposition de l’ossature en unités élémentaires lui a permis de repousser les frontières des comparaisons anatomiques en découvrant les affinités morphologiques cachées de certains organes affichant des différences de formes considérables d’un animal à l’autre : ainsi la patte d’un mammifère et l’aile d’un oiseau offrent un aspect visuel très différent, mais le regard morphologique à partir des unités osseuses les composant dévoile que ces deux organes sont en réalité constitués de pièces osseuses identiques dont seuls la forme et l’agencement varient16. Goethe a ainsi pu retrouver, derrière l’écran des différences des organes, des affinités cachées au niveau de leur agencement que Richard Owen désignera plus tard par le terme d’« homologies » (Owen 1848) et que la science darwinienne expliquera par l’hypothèse de l’ancêtre commun.

12Inspiré par une vision philosophique de la nature fondée sur l’unité, la continuité et l’harmonie de ses productions, Goethe a élaboré dans les années 1784-1796 un modèle de pensée morphologique combinant les deux idées de type et de métamorphose. Cette conception nettement inspirée par une Naturphilosophie dans laquelle l’imagination entre pour une large part, a joué le rôle de fil directeur des recherches goethéennes, générant des travaux empiriques aux résultats positifs incontestables en anatomie et en botanique : mise en évidence de l’os intermaxillaire chez l’homme, découverte d’un nouveau type de comparaisons anatomiques, contribution au fondement d’une approche biologique de l’étude des plantes. On peut donc parler de transfert réussi dans le domaine scientifique d’une vision de la nature nourrie par l’imagination. Goethe s’est approprié des idées générales dans l’air du temps pour en faire des principes d’une grande valeur heuristique grâce à un travail de l’imagination en prise avec la réalité phénoménale. L’exemple goethéen montre qu’une des conditions de réussite du transfert à la science de produits de l’imagination réside dans la complémentarité des deux dimensions empirique et imaginaire : le naturaliste doit à tout prix éviter les dérives spéculatives consistant à plaquer les produits de l’imaginaire sur le réel, il ne doit pas non plus se cantonner à la seule démarche empirique, s’en tenir aux seules réalités visibles, mais doit transcender le simple témoignage des sens en imaginant une autre dimension suprasensible, qui doit le guider et l’orienter dans ses observations ; pour reprendre l’expression de Buffon chère à Goethe, la démarche du scientifique doit associer les « yeux du corps » à ceux de « l’esprit » dans un va-et-vient permanent, les facultés de perception sensible et suprasensible devant être conjointement exercées. Autrement dit, pour que l’imagination puisse avoir droit au qualificatif de scientifique, elle doit rester ancrée dans le réel, accepter d’en subir l’épreuve, et, si nécessaire, revoir à la baisse ses ambitions, à l’image de l’idée de métamorphose, succédané de l’idée de la Urpflanze qui a ouvert à Goethe les portes d’une approche authentiquement biologique.

Bibliographie

Bibliographie

Auroux, Sylvain (dir.), 2002. Les notions philosophiques : dictionnaire, t. II. Paris, PUF, coll. « Encyclopédie philosophique universelle ».

Buffon, 1753. Histoire naturelle, générale et particulière, t. IV. Paris, Imprimerie royale.

Cassirer, Ernst, 1994. Das Erkenntnisproblem in der Philosophie und Wissenschaft der neueren Zeit. Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 4 volumes.

Dobel, Richard (dir.), 1995. Lexikon der Goethe-Zitate. Munich, Deutscher Taschenbuch Verlag.

Eckermann, Johann Peter, 1998. Gespräche mit Goethe in den letzten Jahren seines Lebens. Francfort-sur-le-Main, Insel Verlag.

Fontenay, Élisabeth de, 2013. Le silence des bêtes. La philosophie à l’épreuve de l’animalité. Paris, Points, coll. « Points. Essais ».

Goethe, Johann Wolfgang, 1837. Œuvres d’histoire naturelle de Goethe comprenant divers mémoires d’anatomie comparée, de botanique et de géologie, Charles Martins (éd. et trad.). Paris, Cherbuliez.

– 1954. Die Schriften zur Naturwissenschaft, vol. 9. Zur Morphologie : von den Anfängen bis 1795, Deutsche Akademie der Naturforscher Leopoldina (éd.). Weimar, H. Böhlaus Nachfolger.

– 1982. Correspondance 1765-1832, Adèle Fanta et Claude Roëls (trad.). Paris, Presses d’aujourd’hui.

– 1987. Schriften zur Morphologie, Dorothea Kuhn (éd.). Francfort-sur-le-Main, Deutscher Klassiker Verlag.

– 1992. La métamorphose des plantes et autres écrits botaniques, Rudolf Steiner et Paul-Henri Bideau (éd.), Henriette Bideau (trad.). Paris, Triades.

– 1996. Goethes Werke. Hamburger Ausgabe, vol. 1. Gedichte und Epen I, Erich Trunz (éd.). Munich, Beck.

– 1999. Goethes Biologie. Die wissenschaftlichen und die auto-biographischen Texte, Hans Joachim Becker (éd.). Wurzbourg, Königshausen & Neumann.

Owen, Richard, 1848. On the Archetype and Homologies of Vertebrate Skeleton. Londres, Richard et John E. Taylor.

Pouget, Jean-Michel, 2001. La science goethéenne des vivants : de l’histoire naturelle à la biologie évolutionniste. Berne, Peter Lang.

– 2011. « Goethe, la querelle de l’Académie royale des sciences (1830) et la Naturphilosophie allemande », in Mai Lequan (dir.), Goethe et la Naturphilosophie. Paris, Klincksieck : 75-107.

Schmitt, Stephan, 2011. « Goethe, Oken et la théorie vertébrale du crâne », in Mai Lequan (dir.), Goethe et la Naturphilosophie. Paris, Klincksieck : 153-169.

Wit, Hendrick C. D de, 1993. Histoire du développement de la biologie, t. II. Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes.

Notes

1 Cette contribution s’appuie sur ma thèse de doctorat (Pouget 2001). Ce travail met en évidence l’existence d’une véritable pensée biologique chez Goethe dont les travaux botaniques et anatomiques s’inscrivent dans le paradigme de cette nouvelle science qui émerge au tournant du xixe siècle : la biologie. Pour une édition critique (en allemand) des textes biologiques de Goethe regroupant à la fois les textes botaniques, anatomiques et zoologiques, on aura avantage à se reporter au recueil Goethes Biologie édité par Hans Joachim Becker (Goethe 1999). Pour une édition française regroupant les écrits botaniques et anatomiques, le lecteur se reportera à une édition ancienne numérisée de Charles Martins : Œuvres d’histoire naturelle de Goethe (voir Goethe 1837). Pour une édition des principaux écrits botaniques on consultera : La métamorphose des plantes et autres écrits botaniques (Goethe 1992).

2 Dans Le conte (das Märchen), texte à caractère expérimental de 1795, Goethe évoque d’étranges métamorphoses qui rompent la continuité entre les règnes vivant et minéral. Il y a là une réminiscence de la tradition alchimique à laquelle Goethe fut confronté dans sa jeunesse.

3 Pour une définition des notions de type et de métamorphose voir Auroux (2002 : 1612 sq. [métamorphose] et 2660 [type]).

4 « La physiognomonie […] prétend déchiffrer un être sur son apparence à partir des signes morphologiques et établir à cette fin une typologie » (Fontenay 2013 : 960).

5 Au xviiie siècle, les frontières entre les règnes animal, végétal et minéral étaient encore relativement floues, l’imaginaire de cette époque restant largement dominé par un esprit de type « préscientifique » ouvert aux conjectures transformistes. En France par exemple, les penseurs matérialistes ont diffusé l’idée d’une matière en constante évolution, envisageant la possibilité de transformation et de création de nouvelles espèces, à l’instar de Diderot dans Le Rêve de D’Alembert. On peut également citer le cas de Benoît de Maillet (1656-1738), auteur à titre posthume du Telliamed (1748,1755), qui contient un scénario transformiste : des poissons égarés dans les marais s’accoutument à la vie terrestre, leurs nageoires se transformant en pattes ; leurs descendants héritent de cette nouvelle anatomie et donnent naissance à une nouvelle espèce terrestre. Goethe a emprunté à deux reprises cet ouvrage à la bibliothèque de Weimar en 1806 et 1816.

6 Ce mémoire porte le titre suivant : DemMenschenwie den Tieren isteinZwischenknochen der obern Kinnlade zuzuschreiben (Goethe 1999 : 25-35). L’os intermaxillaire se situe au niveau de la mâchoire supérieure. Protubérant chez l’animal, cet os a totalement disparu chez l’homme au fil de l’évolution, seul l’embryon humain affichant les vestiges de son existence.

7 Herder notamment mais aussi des anatomistes de renom comme Petrus Camper contestaient l’existence de cet os chez l’homme. L’accueil mitigé réservé par Camper au mémoire de Goethe ne fut pas isolé, les autres anatomistes à qui le poète l’avait fait parvenir ne l’accueillirent guère plus favorablement. Ceci s’explique par la réticence, encore marquée à cette époque, à admettre l’égalité anatomique de l’homme et de l’animal.

8 Indépendamment de Goethe, l’anatomiste français Vicq d’Azyr aboutira au même résultat en 1780 et publiera les résultats de ses travaux en 1784.

9 « Alle Gestalten sind ähnlich, und keine gleichet der andern; / Und so deutet das Chor auf ein geheimes Gesetz / Auf ein heiliges Rätsel » (Goethe 1996: 199).

10 Lettre à Charlotte von Stein du 9 juillet 1786 (Goethe 1982: 93).

11 Au sein de chaque domaine scientifique, Goethe postule l’existence d’un « phénomène originaire » dont découle l’intégralité des phénomènes particuliers observables. Ce « phénomène originaire » fait office de loi universelle. Par exemple, tous les phénomènes colorés peuvent s’expliquer selon Goethe par la tension entre lumière et obscurité. Le « phénomène originaire » représente la limite assignée à la connaissance, l’homme ne doit pas chercher à la transgresser, il lui faut accepter avec humilité qu’au-delà commence le territoire de l’insondable (das Unerforschliche). On peut penser que cette limite à ne pas franchir concernait aussi l’imagination scientifique.

12 Dans sa tentative de médiation lors de la querelle opposant Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire à l’Académie royale des sciences, Goethe formulera une critique similaire du langage utilisé en anatomie comparée, notamment la vision mécaniste et statique véhiculée par les concepts d’« unité de plan » et d’« unité de composition » (voir Pouget 2011 : 75-107).

13 Autre exemple : « Nous pouvons tout aussi bien dire qu’une étamine est un pétale contracté que dire du pétale qu’il est une étamine dilatée » (Goethe 1954 : 60, ma traduction).

14 Pour un aperçu de la controverse entre Goethe et Oken, on se reportera à l’article de Schmitt (2011).

15 Une conversation confiée à Eckermann résume la position de Goethe sur ce que doit être le travail de l’imagination scientifique : « Dans le fond, on ne peut imaginer de vrai grand naturaliste dépourvu de ce don. Ce que j’entends en fait par là n’est pas une imagination qui s’achemine vers des choses vagues et en imagine de non existantes ; je pense ici au contraire à une sorte d’imagination qui ne quitte pas les réalités terrestres et s’achemine, en prenant comme repère ce qui est du domaine du réel et du connu, vers des choses pressenties, supposées » (Eckermann 1998 : 660, ma traduction).

16 Goethe a anticipé la découverte par Étienne Geoffroy Saint-Hilaire des deux principes des connexions et de constance de la place des parties osseuses identiques. L’anatomie idéale ou transcendante de l’anatomiste français a souvent été rapprochée de celle de Goethe.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2017

Licence OpenEdition Books

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search