Version classiqueVersion mobile

En Corse

 | 
Gérard Lenclud

Ressources du milieu, gestion du troupeau et évolution sociale

Gérard Lenclud et François Pernet

Texte intégral

1Tout système économique et social tend à organiser, d’une façon qui lui est propre, les échanges avec les systèmes naturels. Toute transformation des relations entre une société et son milieu renvoie donc logiquement à une transformation des relations entre les hommes au sein de cette société. Le texte qui suit n’a d’autre ambition que d’illustrer ces propositions qui constituent, à vrai dire, la « théorie » de la plupart des recherches consacrées à la dynamique des interdépendances entre des groupes sociaux déterminés et des écosystèmes localisés.

2La perspective adoptée a commandé la place qu’occupe le pastoralisme dans ce travail. Nous n’avons pas cherché à en faire une étude monographique, mais avons choisi de le considérer comme un révélateur. À travers le pastoralisme traditionnel, en effet, se décèle un type spécifique d’exploitation des ressources du milieu, étroitement articulé à une forme de société ; en d’autres termes, un modèle d’agencement entre des potentialités animales et végétales, des techniques qui les réalisent, une organisation économique et sociale qui en suscite l’utilisation. Ainsi, les formes contemporaines d’élevage dans la Corse de l’intérieur servent de révélateur synthétique pour étudier les multiples corrélations entre changement économique et social, et transformations de l’écosystème.

3Ce parti pris de départ explique que nous ayons schématisé une évolution historique dont nous avons systématiquement accentué certains traits, stylisant à l’extrême l’opposition entre pastoralisme traditionnel et formes contemporaines d’élevage, épurant la variété des contextes locaux – nous nous en sommes expliqués par ailleurs (Pernet & Lenclud 1977).

4Une précision, enfin, s’impose. Elle concerne la terminologie employée et, au-delà des mots, la façon d’envisager les relations entre faits biologiques et faits sociaux. En parlant de « ressources du milieu », de « gestion du troupeau », d’« évolution sociale », nous n’avons pas voulu ranger, par ordre décroissant de l’élément « naturel », des catégories de réalité autonomes. « Les circuits d’échanges qui structurent l’environnement ne se divisent pas en deux catégories distinctes qui seraient, d’une part les systèmes naturels, d’autre part les activités humaines. » (Dessau 1973.) Il est bien évident, par exemple, que la rusticité du troupeau corse (son endurance, sa capacité à supporter les variations climatiques, etc.) est un avantage relevant aussi bien d’une donnée d’ordre biologique que des pratiques d’élevage mises en œuvre par des générations de bergers. Mais la collecte des données comme leur présentation et leur interprétation ne peuvent, évidemment, faire l’économie de délimitations et de frontières.

Milieu et ressources fourragères

5Dans tout système d’élevage, l’état des ressources disponibles pour l’alimentation du troupeau dépend de l’action combinée de facteurs du milieu (climatiques, édaphiques, etc.) et de facteurs historiques et humains (importance des effectifs animaux, définition de leurs besoins alimentaires en fonction de leur utilisation, modes de conduite, gestion passée et présente des pâturages, apport ou non d’alimentation d’appoint).

6En Corse comme dans l’ensemble du monde méditerranéen, les contraintes climatiques sont déterminantes quant à la qualité et à la quantité de ces ressources (Miège 1977). Voici donc les principales caractéristiques du stock fourrager d’origine spontanée dans l’île. En premier lieu, l’extrême variabilité des disponibilités fourragères d’une année à l’autre. Une preuve indirecte de cette irrégularité des ressources est donnée par la variation, allant du simple au double (1 197 t en 1968, 2 303 t en 1964), du tonnage annuel de pâtes fabriquées par Roquefort Société. A. Luporsi (1969) et Janine Renucci (1974) ont montré que ces variations dans la production sont étroitement corrélées aux facteurs climatiques.

7Maurice Le Lannou (1941) faisait déjà observer, à propos de la Sardaigne voisine, que les moyennes élaborées ne rendent aucun compte de ce fait essentiel pour la vie pastorale qu’est, une année sur quatre au moins, la sécheresse automnale, « Automne pelé, berger affamé », dit-on là-bas. Tous les éleveurs interrogés en Corse soulignent qu’il faut compter, en général, sur une bonne et une mauvaise année climatique pour deux années moyennes. L’année la plus mauvaise, celle de la « faim noire », cumule sécheresse automnale et déficit de pluie au printemps. Au risque d’incendie et à ses conséquences sur la valeur alimentaire du couvert végétal, s’ajoutent les difficultés de l’agnelage et du chevrotage puisque les mères sont sous-alimentées. Il faut laisser agneaux et cabris plus longtemps sous la mère et retarder la reprise de la traite. Ils sont donc mis en marché à une époque plus tardive et, pour pallier les pertes de revenu, il est alors nécessaire de prolonger la traite, au risque d’épuiser les mères. Les bergers qui n’ont pas suffisamment de réserves pour acheter des compléments fourragers, dont les prix deviennent spéculatifs, sont acculés à vendre les animaux dans les pires conditions puisque c’est à l’automne que se fixe le cours de la brebis… La pénurie fourragère de la « mauvaise année » est donc un élément permanent de l’économie pastorale puisque ses conséquences se reportent sur les années suivantes.

8À l’échelle annuelle, l’équilibre saisonnier des ressources est fonction des caractéristiques du climat méditerranéen. Guy Degos (1956) en a rapporté les variations : qu’elles soient exprimées en termes de déficit, c’est-à-dire rapportées à des besoins animaux calculés en fonction d’une population déterminée et d’un type d’élevage spécifique, n’enlève rien à la démonstration qu’elles fournissent.

9Pour les seuls ovins, les besoins théoriques ont été évalués à 98 millions d’unités fourragères (uf), or les ressources spontanées ont été estimées à un maximum de 58 millions d’uf. Le déficit saisonnier prend une grande importance du fait du parcours durant l’été, et des besoins accrus pendant l’agnelage et la période de lactation : on sait qu’à ce moment, notamment, les besoins dépassent de près du double la seule ration d’entretien.

10On trouvera dans le tableau 1 les déficits saisonniers selon que l’année est sèche ou pluvieuse. Ainsi le déficit en ressources fourragères, si l’on ne tient pas compte des potentialités qu’offre la transhumance, peut varier suivant les années de 50 à 70 % du total des besoins théoriques et, au cours d’une même année, de 0 à 30 % suivant la saison.

* Sans transhumance.
Tableau 1 — Calendrier du déficit fourrager (en millions d’UF).

11Sans entrer dans le détail des facteurs écologiques qui modulent la nature et la quantité des espèces consommables par le troupeau, on s’aperçoit donc que toute organisation par l’homme des relations entre troupeau et milieu passe par la mise en œuvre de moyens techniques palliant l’irrégularité et la variation saisonnière des ressources fourragères, ajustant ressources et besoins du troupeau.

Les ajustements traditionnels

12Pour résister aux aléas saisonniers, le pastoralisme traditionnel opère à des niveaux différents. À l’origine il y a les systèmes de transhumance, qui remontent aussi loin dans le temps que l’élevage du mouton dans l’île ; plus tard la symbiose entre l’activité du pâtre et celle de l’agriculteur s’est inscrite dans le contexte historique précis de la Corse du xixe siècle et du début du xxe siècle.

La mobilité du troupeau

13C’est d’abord par la mobilité du troupeau que le pastoralisme s’est adapté aux variations des disponibilités fourragères. La Corse apparaît, en effet, comme un système d’étages climatiques emboîtés dans lequel l’altitude détermine largement la distribution et le cycle des peuplements végétaux, donc la nature, la quantité, le calendrier d’apparition et d’épuisement du stock alimentaire disponible. traditionnel y revêt par conséquent, depuis toujours, les traits d’une course à l’herbe, de déplacements verticaux du troupeau entre des pâtures d’altitudes différentes. Mais, contrairement au pastoralisme nomade ou semi-nomade, les trajets en étaient à peu près invariables, s’ordonnant à partir d’une base fixe, l’établissement villageois, dont seuls les bergers et parfois leurs familles se détachaient provisoirement.

14La variété des types d’implantation villageoise explique donc la variété des types de déplacements, de la double transhumance à la simple remue d’estive. Trois exemples montreront une même logique à l’œuvre dans des circuits de prélèvements bien différenciés.

15Le terroir de la commune de Po., dans la vallée moyenne du Tavignano, englobe à la fois des croupes de 750 m à 800 m d’altitude (avec village perché) et un fiuminale, ou fond de vallée, à 250 m : l’étage de la châtaigneraie y domine donc celui des coteaux. Au surplus, sans qu’apparaisse une discontinuité territoriale, la commune disposait d’une portion d’étage alpin, longtemps indivise avec d’autres communes de la vallée, domaine des alpages au-dessus de la limite supérieure de la forêt. Ainsi, d’octobre à mai, les déplacements du troupeau pouvaient se circonscrire à l’intérieur du territoire communal, sans qu’il soit besoin de gagner des « plages » littorales. Les bergers utilisaient le décalage entre le fond de vallée et les divers niveaux d’altitude. Le parcours de chaque troupeau était marqué par une succession ordonnée de stations, déterminée par la stratification du couvert végétal, l’état des ressources. Des processus correcteurs nuançaient la mobilité verticale : effets d’adret et d’ubac, inversion thermique… La longueur du trajet quotidien et l’ordre des stations variaient d’une époque à l’autre en fonction des critères de température et d’humidité, de l’état et de la demande du troupeau, de la quête d’espèces végétales assurément bénéfiques, du contournement au contraire de celles qui risquaient d’être nocives. En juin, une remue montait les troupeaux à l’estive afin qu’ils consomment les ressources des pelouses d’altitude.

16La commune d’Al., dans la haute vallée du Golo, appartient par contre à l’étage montagnard de la Corse ; celui où les villages s’échelonnent entre 800 m et 1 100 m – pour l’établissement humain le plus élevé de l’île. Les bergers ne disposaient donc à l’intérieur des limites communales que des ressources végétales des étages supérieurs (successivement supraméditerranéen, montagnard, subalpin et oroméditerranéen, alpin) (Gamisans 1975), et se trouvaient contraints d’assurer l’essentiel de l’alimentation de leurs troupeaux en dehors du territoire villageois. En octobre-novembre, un premier trajet (impiaghja) conduisait les bergers et troupeaux vers les pâtures de basse altitude (Balagne, Filosorma, Cap Corse, côte orientale) ; en mai-juin, c’était par un trajet contraire (ammuntagna) qu’ils regagnaient la vallée. Ils attendaient alors aux alentours des villages que l’herbe pousse en altitude, après la fonte des neiges, puis rejoignaient, pour l’estive, les bergeries et terrains de parcours des étages supérieurs. Ici les déplacements pastoraux s’articulaient donc autour d’une double transhumance, descendante puis montante. Rythme susceptible de se dédoubler encore car il arrivait que les bergers, lors de périodes estivales exceptionnellement arides, redescendent leurs bêtes dans les zones basses (a capicorsura), pour les remonter à la fin de la première semaine de septembre.

17Mentionnons enfin le cas des bergers de la commune de Ga., dans le bassin du Fango. Cette région, annexe historique de la haute vallée du Golo, était utilisée par les chevriers de la commune d’Al. de novembre à juin. Elle était mise en valeur simultanément par une population qui avait essaimé de l’un des hameaux de l’entité « mère ». Les chevriers « d’en bas », après avoir mené leurs troupeaux, de l’automne à la fin du printemps, sur les terrains de parcours de Ga., les montaient pour l’estive dans les prairies subalpines de l’amphithéâtre rocheux qui domine à la fois la vallée du Golo et le bassin du Fango.

18Le pastoralisme traditionnel révèle donc une multitude de formes de mobilité, depuis les longs déplacements bisannuels – à l’échelle insulaire – de la double transhumance, jusqu’aux courtes oscillations verticales intéressant la microrégion ou même seulement la commune. Quelle que soit la distance entre les pâtures d’altitudes différentes, il s’agit bien pour le berger et l’animal d’aller chercher les ressources là où elles se trouvent.

L’adaptation animale au milieu écologique et technique

19Cette stratégie de cueillette des ressources fourragères s’intégrait dans un mode global de gestion du troupeau, entendu ici à la fois comme échantillon d’un type génétique exploitée, comme unité animale caractérisée par un système de comportements déterminés, et comme moyen de production.

20En ce qui concerne la gestion de la population animale, il faut relever l’aspect équivoque des affirmations suivant lesquelles la « sélection » était absente des élevages insulaires traditionnels. Certes on ne peut parler de sélection au sens où on l’entend dans les élevages industrialisés, mais comment appeler autrement la pluralité des opérations consciemment mises en œuvre par chaque berger, autrefois, pour contrôler le renouvellement de son troupeau ? Dans le choix des reproducteurs, comme dans celui des jeunes à élever, il tenait compte en effet plutôt de la résistance aux longs déplacements, de la capacité à maintenir la lactation en période de pénurie alimentaire, de la facilité de traite, que de la productivité laitière. Il est évident aussi que la longueur des parcours, l’importance des déplacements de transhumance, l’insuffisance saisonnière de l’alimentation, le médiocre état sanitaire général et le parasitisme ont contribué à renforcer les caractéristiques génétiques des races locales. En d’autres termes, l’entretien de la rusticité « naturelle » des génotypes insulaires était à la fois un objectif volontairement recherché et partiellement obtenu de facto. En Corse intervenait donc bien une sélection. Mais, à l’inverse de ce qu’on observe aujourd’hui dans les élevages industrialisés, le but poursuivi était davantage d’adapter un troupeau à l’environnement écologique et aux techniques d’exploitation adéquates que de rechercher des performances productives qui auraient nécessité une transformation de l’environnement pour le conformer aux exigences accrues des animaux.

21Une logique semblable orientait les pratiques de conduite du troupeau considéré comme unité sociale animale. Le travail du berger visait autant à conserver certaines qualités et prédispositions habituelles des animaux qu’à leur imposer des comportements prescrits. Il s’agissait, bien sûr, de le surveiller et de le protéger – par des actions « directes », pour reprendre l’expression consacrée d’André-Georges Haudricourt (1962) –, mais en maintenant sa marge d’autonomie. Loin de rechercher une « surdomestication » du troupeau en guidant autoritairement tous ses déplacements, en le conduisant à son alimentation, en l’assistant de façon continue, le berger tirait bénéfice (moindre gardiennage, meilleur rendement du parcours) des aptitudes des animaux à dénicher des ressources clairsemées, à les exploiter, à ordonner leurs déplacements, à organiser leurs comportements grégaires. Quitte à accepter, pour la chèvre notamment, le risque d’ensauvagement d’une fraction du troupeau…

22L’observation ethnographique de quelques exploitations de la montagne corse, dans un contexte sans doute très modifié depuis le début du siècle, permet de reconstituer certains aspects des systèmes traditionnels de conduite, ceux qui concernent, en particulier, la relation entre l’animal et le parcours. Cette relation était fondamentale. Le berger s’efforçait d’intégrer dans les habitudes du troupeau l’exploitation de sa zone de parcours (imbestita), surtout de veiller à ce que cette connaissance du trajet d’acquisition alimentaire, de ses limites à la fois naturelles et juridiques, se transmette au sein du troupeau au fur et à mesure de son renouvellement. Ainsi s’explique que la quasi-totalité des troupeaux traditionnels aient toujours été articulés autour de bêtes-souches (patrunali), sélectionnées afin de perpétuer les comportements spatiaux de l’unité grégaire. Aujourd’hui encore, l’acquisition d’un troupeau comporte le droit, à l’estive du moins, d’accéder à son imbestita habituelle, alors que bergeries et terrains de parcours dans la montagne sont normalement dévolus en fonction de l’appartenance à la communauté locale et à une lignée familiale déterminée.

23La gestion du troupeau comme moyen de production obéissait aux mêmes principes. Nous en aborderons plus loin les principales caractéristiques. Il suffit, ici, de mentionner le choix de la période de lactation : il correspond aux phases successives de repousse de l’herbe. Il témoigne donc de la recherche, à tous les niveaux, des meilleurs ajustements possibles aux disponibilités.

La symbiose agropastorale

24La Corse n’a jamais été exclusivement pastorale. Comment aurait-elle pu l’être ? Si, à la fin du xviiie siècle, 87 % de ses communautés abritent des troupeaux d’ovins et de caprins, moins de 2 % sont qualifiées de « pastorales » dans le plan terrier. Mais le pastoralisme insulaire ne peut pas non plus être considéré comme une institution immobile et immuable. Il a été prédateur dans les phases les plus anciennes, annexant l’inculte et menaçant le cultivé. Puis la politique génoise, guère tendre pour le berger, s’efforce de le cantonner dans des zones bien définies. Dans la Corse du siècle dernier, un équilibre s’instaure entre pastoralisme et agriculture, aboutissant, dans l’intérieur de l’île tout au moins, à une véritable symbiose technique et sociale.

25Tous les travaux menés dans les régions de l’intérieur confirment que l’essor de l’agriculture n’est pas l’apanage de la Corse des coteaux, de la frange méditerranéenne. À Po. en 1780, la moitié à peine du territoire est exploitée ; cinquante ans plus tard, la superficie cultivée a augmenté d’un tiers. Quand blé et orge, seigle en altitude, ne suffisent pas, une châtaigneraie bien exploitée relaie la production céréalière et assure la soudure. En 1862, l’enquête agricole parle encore d’une « croissance sans précédent » : sur les 1 275 ha du terroir, non compris les alpages intercommunaux, il n’y aurait pas 200 ha en friche permanente. À Ant., plus en aval dans la vallée, les experts du plan terrier estimaient que « la population pourrait être multipliée par huit eu égard aux potentialités agronomiques ». Un demi-siècle plus tard, il y a eu à Ant. un essor céréalier spectaculaire : le nombre des attelages de labour a plus que doublé ; les bonnes années, la production de blé et d’orge excède largement les besoins locaux, le surplus est troqué dans tout le Cortenais. Ant. dispose d’une « plaine » au pied de ses pentes : elle se couvre de vignes (jusqu’à 1 500 hl de vin sont disponibles pour d’éventuelles passations de marché) et d’oliviers (cinq pressoirs broient désormais les olives). Al., vaste commune de la montagne cristalline, voit, entre l’époque du plan terrier et les années 1870, ses surfaces cultivées se multiplier par sept tandis que la châtaigneraie s’étend bien au-delà des berges des ruisseaux : dans les terres hautes, blé et seigle, pomme de terre et légumineuses, châtaignes et vignes à verjus ; en bas, près du littoral, des céréales encore, mais aussi des vignes et des oliviers, des cédratiers et des amandiers. Cet essor de l’agriculture trouvera son apogée, en toutes régions, dans les années 1860-1870. Il laissera place à la décroissance à partir de cette époque, dans certaines zones. Il se poursuivra, par contre, dans la Corse « profonde » jusqu’à la veille de 1914.

  • 1 Certains fonds des Archives départementales de la Corse-du-Sud (adc) (séries 9 M, 13 M, 14 M, 0) c (...)

26Si l’élevage a pu coexister avec un tel développement de l’emprise agricole sur les sols, c’est qu’en place des anciens antagonismes entre pâtres et paysans s’était institué un rapport de complémentarité. Cette complémentarité a sans doute impliqué une stagnation relative des effectifs animaux, une diminution en tout cas du cheptel caprin. Faute de chiffres suffisamment crédibles1, on peut seulement le supposer, mais là n’est pas l’essentiel. C’est dans l’aménagement de l’espace que se déchiffre le mieux, peut-être, la logique de l’intégration de l’élevage à l’occupation agronomique des sols.

27À travers la diversité des formes de terroirs traditionnels dans l’intérieur de l’île, un type récurrent semble s’imposer (Ravis-Giordani 1974). Autour du village on rencontre d’abord la ceinture des jardins potagers (orti) clôturés, irrigués, minutieusement entretenus. Une seconde zone rassemble, en gros, les champs régulièrement cultivés, les rares prés de fauche, les vergers et les cultures arbustives. Un troisième cercle englobe les parcelles soumises à une agriculture plus extensive. Au-delà, ce sont les terres incultes. Dans ce cadre grossièrement concentrique s’appliquait le vieux principe de la presa qui réservait aux cultures, pour un temps déterminé, un secteur du terroir et rassemblait le bétail sur un autre. L’ensemble des terres labourables, à l’exception du clôturé, se répartissait donc en « prises », exploitées en alternance et dans le cadre d’une rotation. La presa, autrefois portion de biens communaux que l’on distribuait pour un temps aux chefs de famille, était donc devenue un bloc, collectivement fermé, de parcelles non clôturées à statut communal et privé. Ainsi, à Po., comme à Al., le territoire communal resta divisé en deux prese jusqu’en 1914.

28Cette organisation démontre que les échanges entre élevage et agriculture se situaient à deux niveaux. Réciprocité directe d’abord. Si l’élevage fournissait à l’agriculture les seuls engrais dont elle pouvait disposer, il en recevait une part de l’alimentation du troupeau : pâturage des chaumes, des jachères, apport aux animaux des multiples sous-produits et déchets des activités agricoles telle la ramée (frasca) d’olivier ou de châtaignier. Ces ressources étaient d’autant plus intéressantes que, pour une partie d’entre elles, elles devenaient disponibles pendant la période cruciale de l’automne. Échanges indirects aussi. En effet, sur les espaces qui leur étaient temporairement alloués, les troupeaux bénéficiaient des améliorations de la productivité herbagère dues aux aménagements agricoles antérieurs : épierrement, extraction des souches, débroussaillage, ameublissement, protection de la mince couche de terre arable. La mise en culture périodique des friches ouvrait au bétail des emplacements que le dynamisme végétal tendait à fermer, comme on le voit aujourd’hui ; sans compter la protection efficace ainsi assurée contre les feux non contrôlés. Si l’incendie était une des techniques du défrichage, il n’était pas, à l’inverse de ce qui se passe de nos jours, le seul agent de rajeunissement de l’écosystème.

29Les caractéristiques négatives de l’élevage traditionnel ont été fréquemment relevées : absence de cultures fourragères, absence d’équipement de stabulation, inexistence d’une sélection animale conduite en fonction de critères « modernes ». Elles ne doivent cependant pas cacher sa cohérence interne. Cet élevage n’est pas seulement le produit d’« impasses » naturelles et sociales : conditions écologiques défavorables, structures sociales incapables de susciter une percée des forces productives. Il met en évidence un mode d’organisation particulier des relations entre le troupeau et le milieu.

Milieu, techniques, système social

  • 2 Nous ne prétendons nullement recenser et analyser toutes les institutions sociales liées directeme (...)

30S’ajustant à des conditions écologiques déterminées, cet élevage doit créer son type de stratégie productive, adéquat au fonctionnement de l’économie et de la société. Il faut donc tenter de repérer ici les articulations les plus significatives entre organisation des relations animal-milieu et organisation de la société2.

Différenciations écologiques, discontinuité sociale

  • 3 Isac Chiva (1958) parle de « structure réticulaire », par opposition à la structure pyramidale des (...)

31Malgré toutes les pressions qui avaient tendu au cours de l’histoire à réduire les autonomies locales, la société insulaire du xixe et du début du xxe siècle était encore marquée par les cloisonnements internes. Faute d’instances d’autorité centralisatrices, elle restait dans une large mesure une mosaïque d’entités locales. Les nombreux contacts qui existaient entre pièves, entre communautés, à travers la transhumance et les échanges de biens et de services, à travers les solidarités sociales, les coalitions politiques et les enchevêtrements de clientèle, n’avaient pas réussi à instituer des spécialisations économiques, à charpenter des hiérarchies univoques. L’équilibre interne de cette société était davantage fondé sur la multiplicité répétitive de micro-organisations que sur des agencements organiques3.

32Ainsi chaque société locale en Corse s’efforce-t-elle de conserver où d’acquérir, de détenir en tout cas pour son usage exclusif un territoire regroupant le plus grand nombre possible de profils écologiques. C’est pourquoi l’objectif constant des pièves et communautés agropastorales a toujours été, au travers de toutes les vicissitudes historiques, de faire coïncider l’aire globale d’approvisionnement du troupeau et l’espace sur lequel elles étaient habilitées à exercer un contrôle sans partage. Une enquête datant du xixe siècle illustre ce cloisonnement territorial. Sur 242 communes qui répondent au questionnaire, 156 affirment disposer d’une « plage » abritant l’hiver une partie de leurs populations. Plus tard, on évaluera à 62 le nombre des communes possédant des alpages, au sens d’ailleurs peu précis de parcours de montagne utilisés l’été. Mais ces chiffres ne donnent pas une image exacte de la réalité correspondant à cet idéal d’autonomie territoriale : nombreuses étaient les communautés qui tenaient sous leur « mouvance » des espaces alpins ou littoraux sur lesquels elles ne pouvaient se prévaloir de droits officiellement transcrits et reconnus.

  • 4 Dans une commune de l’étage alpin où nous avons mené une enquête, l’étude de 559 mariages célébrés (...)

33Ce contrôle sur les ressources était évidemment lié au contrôle que chaque unité locale exerçait sur les conditions d’appartenance au groupe. Chacune d’entre elles tendait à constituer une société, démographiquement, socialement, culturellement close. On rappellera la forte tendance à l’endogamie villageoise4, l’impossibilité pour l’étranger de s’installer dans un village autrement qu’en nouant alliance. L’octroi très réservé de la citoyenneté sociale qui, ouvrant droit aux ressources, étayait l’incrustation du groupe dans l’espace, faisait en quelque sorte correspondre cloisonnement écologique et cloisonnement sociologique.

34À partir de cette simultanéité du contrôle exercé par le groupe sur les ressources et sur la population susceptible de les exploiter, on comprend la diversité des dispositifs « techno-écologiques » de production, comme autant de variantes élaborées par chaque microsociété à partir du modèle de base. Chacune d’entre elles façonnait une combinaison particulière entre activités d’élevage, d’agriculture et d’arboriculture, valorisant à sa façon, par divers types de prélèvement, le plus large éventail possible des ressources de son milieu. Cette diversité suivait les différenciations écologiques : on sait que le milieu insulaire offre une grande variété de profils climatiques, morphologiques, pédologiques et qu’aucun des grands groupes de régions naturelles (Blanchard 1915) n’est réellement homogène ; mais il inclut des cadres suffisamment dissemblables pour alimenter des modes distincts d’exploitation des ressources. La diversité accompagnait aussi les différenciations sociologiques : tous les travaux des historiens soulignent la variété des types de structures et de stratifications sociales, des modes de tenures foncières, des pratiques coutumières. On sait à ce propos que chaque période de l’histoire corse a vu se créer de nouvelles lignes de fracture dans le tissu social sans que les plus récentes annulent les plus anciennes : partage entre l’En-deçà et l’Au-delà, effets discriminants de la politique génoise de mise en valeur, voies divergentes empruntées par les économies et les sociétés de coteaux, les économies et les sociétés de la montagne, coupures déterminées par un développement et une pénétration de l’économie monétaire plus affirmée en certaines régions ou par l’apparition d’un arrière-plan urbain…

35Du même coup, dans ce milieu et au sein de cette société dont les architectures sont d’une certaine manière homothétiques, l’élevage n’a pas partout, on le verra, la même fonction écologique ni la même assise sociale. C’est ainsi qu’il exerce une sorte d’impérialisme dans les hautes vallées de la Corse granitique, tandis qu’il s’associe à la céréaliculture et à l’arboriculture dans la Corse de moyenne altitude, qu’il est l’objet d’un prélèvement plus marginal dans les régions où le châtaignier est à la fois végétation spontanée et ressource dominante, et qu’il est carrément refoulé dans la Corse des coteaux où, tardivement par rapport aux évolutions continentales, l’olivier et la vigne ont supplanté la vieille association agropastorale et où l’animal est accueilli seulement comme « hôte payant » dans les réserves en friche ou en jachère des grands domaines (Casinca, Balagne, etc.). Tout aussi différemment, cet élevage utilise le milieu par de grandes transhumances ou de courtes remues de vallées, par de grosses concentrations de compagnies d’ovins ou des déplacements plus isolés de caprins.

36L’exploitation pastorale du milieu correspond donc à la discontinuité des cellules sociales : elle fait coïncider logiquement variété des dispositifs techniques et diversité écologique, en plaçant « à la base » la régulation des échanges entre l’homme et le milieu.

Cloisonnement économique et articulation au marché

37Cet aspect fragmentaire de l’univers corse se manifeste notamment par le cloisonnement économique. S’il n’y a pas de frontière hermétique entre Corse des coteaux, tournée depuis le xviie siècle vers les productions viticoles et arboricoles à débouchés monétaires, et Corse de la montagne développant des productions pour la consommation interne, les collectivités agropastorales ne sont que très faiblement articulées au marché et peu irriguées par la circulation du numéraire.

38Elles s’intègrent en fait, jusqu’à la veille de 1914, dans une économie de subsistance. Certes chaque communauté ne produit pas l’intégrante de ce qu’elle consomme : il y a dans le nord de l’île, par exemple, de vastes réseaux d’échanges interrégionaux de produits et de services. Certes l’argent y est sans doute moins inconnu que les témoignages spontanés ne le rapportent. Mais, de même que les pratiques de troc n’instituent en aucune façon des processus de dépendance économique, de même les liquidités sont concentrées dans un tout petit nombre de foyers et surtout n’interviennent pas dans la plupart des transactions quotidiennes : c’est en nature (fromage, huile, blé, maïs) que sont souvent loués les pâturages, rémunérées les prestations de service, acquis les biens ordinaires de consommation.

39Nous nous bornerons à insister sur deux conséquences de cette faiblesse et de cette intermittence des relations entre les productions villageoises de la montagne et l’aire de fonctionnement du marché en Corse. D’abord, si chaque unité locale vise à produire la plus grande quantité possible de biens nécessaires à son existence matérielle, il en résulte que partout l’élevage bénéficie des aménagements agraires et vit, comme nous l’avons vu, en symbiose avec l’agriculture. Même dans les zones les moins favorables à l’extension des cultures, le troupeau doit une partie de ses ressources au travail agricole. En d’autres termes, le cloisonnement économique permet qu’il n’existe nulle part d’économie purement pastorale et que, dans tous les étages écologiques, exploitation agricole et extraction pastorale des ressources s’épaulent. En second lieu, les produits de l’élevage n’étant pas ou peu aspirés vers des débouchés commerciaux, il s’ensuit que cette activité ne fait pas l’objet d’un mécanisme spécifiquement économique de régulation et que l’affinité reste étroite entre stratégies productives et organisation sociale. La combinaison entre ressources à exploiter, qualité et quantité des biens à produire, techniques à mettre en œuvre est déterminée par le fonctionnement d’ensemble de la société locale. On le constate en mettant en évidence les relations qui existent entre les techniques d’élevage déjà recensées et les structures sociales.

Stratégies productives et organisation sociale

40Dans une société locale où sont tenues à distance les diverses instances spécialisées de la société englobante, l’organisation des activités productives, le contrôle de l’accès aux ressources pâturables et la régulation de leur prélèvement sont assurés par les institutions familiales et domestiques d’une part, villageoises de l’autre. Dès lors que « produire n’est qu’un aspect des choses de la vie » (Sahlins 1976), c’est bien au niveau des institutions qui gouvernent toutes ces choses de la vie que doit s’analyser l’intégration des dispositifs de production dans l’organisation sociale.

  • 5 Dans telle ou telle commune, le dépouillement des listes nominatives pourrait faire croire à l’exi (...)
  • 6 Voir par exemple la famille décrite en 1890 par Maximilien Bigot (1971). Nous avons pour notre par (...)

41Examinons d’abord la mise en œuvre des activités de production pastorale. En premier lieu, on observera que la complémentarité essentielle entre élevage et agriculture s’élaborait à l’intérieur du seul groupe domestique et familial. Il ne semble pas que dans la Corse de la fin du xixe et du début du xxe siècle il y ait eu au sein de la population villageoise, comme dans nombre de sociétés rurales traditionnelles, une sorte de sous-classe pastorale5. On pourrait dire, à la limite, qu’il n’existait pas de producteurs spécialisés les uns dans l’agriculture, les autres dans l’élevage, mais seulement des individus susceptibles de mettre en œuvre l’ensemble des techniques de production s’appliquant à l’ensemble des ressources définies et traitées par la société. La spécialisation individuelle n’était rien d’autre qu’une conséquence de la stratégie propre à chaque groupe familial ; stratégie qui, en fonction de la dimension du groupe, de sa composition en termes de force de travail et de bouches à nourrir, déléguait de façon temporaire ou permanente l’un ou plusieurs de ses membres à la conduite du troupeau et aux opérations de transformation du lait6. Même dans les grosses communautés pastorales transhumantes de l’étage alpin, le berger était aussi cultivateur, voire viticulteur quand, autour de sa bergerie, il semait le blé, exploitait une ou deux parcelles de vigne à la « plage ». Cette absence de spécialisation pastorale n’est pas sans importance pour qui voudrait placer l’étude au niveau des mentalités : le berger corse traditionnel n’était pas l’Attila des sols dont une certaine imagerie a répandu les traits…

42Que la symbiose agropastorale s’opère au sein du seul groupe familial, c’est là un premier aspect de la congruence entre organisation de la production et structure sociale, aspect que dégage mieux encore l’étude de la correspondance entre le cycle de développement familial et la gestion du troupeau, entendu à la fois comme modèle réduit d’un type génétique exploité et comme unité sociale animale. Il semble, en effet, qu’il y ait une étroite relation entre la longueur de ce cycle et la stratégie d’adaptation de l’animal au milieu et au territoire. On sait que la famille rurale corse présentait certains traits caractéristiques de la famille dite étendue, notamment la permanence de l’unité d’exploitation traversant les générations, soudant les fratries. Lorsqu’un fils venait à se marier, il recevait de son père une fraction du troupeau familial qui, néanmoins, n’était le plus souvent pas séparée du troupeau. Même partagé – le partage étant attesté par la pluralité des marques ou segni sur les oreilles des animaux –, le troupeau restait traité, conduit, géré, comme une seule unité animale. Cette gestion technique indivise permettait un contrôle étroit, apte à être transmis, du lien entre animal et territoire, des comportements des bêtes et de leur organisation de groupe. De la même façon d’ailleurs, la concentration des troupeaux d’une collectivité à l’intérieur d’un territoire nettement délimité (pour les caprins surtout) restreignait la population animale où pouvaient s’effectuer prêts et échanges de reproducteurs, pour « changer le sang ». On voit donc comment certaines formes de groupements sociaux organisés autour de valeurs culturelles, tels le maintien de l’indivision familiale ou le contrôle exclusif de son territoire par la communauté locale, étaient en rapport fonctionnel avec un certain type de manipulation du troupeau et de son rapport avec le milieu.

  • 7 La compagnie (cumpania) était une institution propre aux communautés transhumantes. Elle se compos (...)

43Évoquons un dernier aspect des contraintes sociales de cette forme de production pastorale : celui qui concerne la distribution de la force de travail dans une activité d’élevage étroitement liée à l’agriculture. On remarquera d’abord que la structure de famille étendue – du moins la continuité de l’organisation domestique de la production – convenait particulièrement à l’exploitation de ressources diversifiées, éparpillées dans l’espace et dont le traitement exigeait que des tâches différentes soient accomplies simultanément en des lieux distincts. On ajoutera à ce propos que certaines caractéristiques de son fonctionnement interne, la dimension patriarcale notamment, permettaient une gestion centralisée à la fois des travaux et de la main-d’œuvre. En revanche, certaines phases de l’activité pastorale requéraient un déploiement de force de travail excédant les disponibilités de la maisonnée. On palliait cette insuffisance soit en recourant à la constitution de groupements – comme la compagnie de transhumance –, soit à travers des échanges de travail codifiés et comptabilisés (selon la nature des tâches, la durée de travail), soit, enfin, à travers l’operata, forme de coopération plus exceptionnelle, échappant au strict principe du « prêté pour rendu », et qui offrait de plus une garantie de survie aux exploitations en difficulté. Ces groupements et associations étaient le lieu des actes concrets exprimant les valeurs sociales, articulant la vie de relations ; ils étaient aussi le produit, techniquement adapté, du fonctionnement de tous les principes d’organisation sociale (la parenté, le voisinage, le factionnalisme politique, etc.), en même temps qu’ils les informaient. On ne demandait pas aide à n’importe qui, on ne faisait pas « compagnie » avec n’importe quel capu pastore7.

44Passons maintenant aux structures d’appropriation des ressources pâturables et aux conditions sociales de leur utilisation. Elles forment évidemment un secteur particulièrement révélateur des ajustements sociaux à la dimension itinérante de ce type d’élevage.

45Ces ajustements s’expriment d’abord par l’extension du communal dans tout l’intérieur de l’île. Comme l’ont établi les travaux d’historiens (Lamotte 1956a, 1956b, 1957 ; Pomponi 1974), l’importance du communal est l’aboutissement d’un long travail de réduction qui a porté sur la taille des instances politico-territoriales exerçant un pouvoir foncier : le « Commun », le collectif de communautés sinon la piève. Quoi qu’il en soit, cette étape semble avoir été franchie après de fortes résistances. La propriété communautaire regroupait un tiers des sols à l’époque du plan terrier, avec des maxima significatifs (69,91 % dans le Cortenais, à la fois montagnard et situé au cœur de l’ancienne Corse du Commun) ; plus d’un siècle après, la propriété communale concerne encore 28 % des sols malgré les progrès de l’agriculture, les pressions des notables, les campagnes préfectorales. Le communal – ou l’intercommunal – prédominait logiquement aux deux étages extrêmes de l’aire d’approvisionnement du troupeau : les pâturages d’altitude (en dépit de la politique domaniale dans la forêt), les pacages littoraux. Ainsi, jusque dans les années 1930, les habitants des communes de Gh., Ag., Lu. et Pog. étaient « libres d’enclore et mettre en valeur telles parcelles qui leur plaisaient » (Carlotti 1933). Ainsi les chevriers de la haute vallée du Golo descendaient leurs troupeaux dans leur « annexe » de bas pays, le Filosorma, le Sia, le Marzolinu, communale à 100 %. Une fois précisé que le « communal » ne recouvre pas nécessairement l’aire communale au sens administratif du terme, on peut dire que la condition nécessaire et suffisante de l’accès aux ressources communes était l’appartenance du berger à la communauté locale. Seule exception, nous l’avons dit, la possession par un « étranger » d’un troupeau dont le trajet de quête alimentaire était incluse dans ce communal.

46Mais les troupeaux n’utilisaient pas le seul communal et la communauté agropastorale pouvait imposer une utilisation pastorale des sols appropriés en supervisant la rotation des emblavements, et en assurant la libre circulation du troupeau sur les jachères et les sols non clôturés. Elle pesait aussi sur toutes les négociations privées ayant pour objet la location de parcelles pâturables. Chaque piève, sinon chaque communauté, était en effet dépositaire d’un type de transaction (erbaticu) dont les termes et conditions étaient fixés par la coutume : ils échappaient donc, au moins partiellement, au champ de la surenchère (puntiglia) et à l’emprise des plus gros propriétaires. De plus, le corps social sécrétait ses arbitres et experts (omi), auxquels on avait souvent recours en cas de litige. On ne peut évoquer dans le détail, ici, comment ces communautés de l’intérieur, qui connaissent indubitablement, elles aussi, une accélération du processus de différenciation sociale, sont néanmoins capables de garantir une utilisation pastorale des sols appropriés (les dénonciations du libre-parcours par les notables de village n’aboutissent que très partiellement à limiter les déplacements du troupeau), de gommer les aspects les plus « sauvages » de la course à l’herbe. Disons seulement que l’enchâssement des implications économiques de l’appropriation dans la totalité du jeu social et, à la limite, les bases mêmes du processus de différenciation maintiennent à la disposition du berger les espaces privés complétant, en sus du communal, l’alimentation du troupeau : le propriétaire est en même temps un parent, un voisin, un obligé, un protecteur, un adhérent au même parti…

  • 8 La requête suivante, écrite par un berger, ou pour lui, auquel il était reproché par l’administrat (...)

47Il serait erroné néanmoins de définir ce type de société par la seule prédominance de l’entreprise collective sur le projet individuel car ce n’est sans doute pas le poids du collectif dans les structures sociales qui en fait l’originalité. Tout système d’élevage extensif suppose une organisation de la production, des règles d’utilisation dépassant le niveau domestique, une mise en commun d’une partie des ressources. C’est peut-être le rapport qui existait entre la maison et le village, l’espace domestique et l’espace local, la famille et la communauté qui définit le mieux cette société, et explique finalement la situation du berger dans le groupe. Il semble qu’il se soit instauré une sorte d’équilibre entre une représentation du « collectif », vécu comme l’extension de la famiglia, et une représentation du « privé », impliquant une forte part de collectif. Le communal était, en effet, moins ce qui appartenait à une instance administrative disposant du pouvoir de gestion qu’une sorte de bien laissé à la disposition commune, « un patrimoine resté dans l’indivision », suivant l’expression de Pierre Lamotte (1956b). Ainsi s’explique la violence des refus opposés à toute forme d’affermage des biens communaux ou la dévolution le long de la lignée, comme pour n’importe quel bien familial, du droit d’usage afférent aux bergeries et aux parcours implantés dans le communal8.

48À l’inverse, si l’on se place du point de vue de la conception de la propriété davantage qu’au niveau des catégories juridiques, la propriété privée était rien moins qu’individualisée. Nous verrons plus loin que l’indivision familiale pesait, bien avant même l’abandon des activités agricoles, sur une part importante des sols.

49Ainsi le déploiement de l’initiative domestique – qu’elle s’exerce dans le champ de la production ou dans celui de l’appropriation – n’était finalement pas contradictoire avec le maintien d’un contrôle collectif. D’où l’existence d’une certaine régulation du prélèvement pastoral des ressources, inhérente au fonctionnement même de la société. L’existence d’une telle régulation est un fait essentiel dans la mesure où cette forme d’élevage se caractérise par une tendance à l’expansionnisme qui doit être contenue, sous peine d’aboutir à des situations de déséquilibre entre les besoins d’une population animale en extension et les ressources d’un milieu surexploité. Nous n’évoquerons ici que l’aspect quantitatif de cette régulation : la faible taille du troupeau familial et la limitation, par conséquent, des effectifs animaux pâturant le territoire villageois. Tous les témoignages dont nous disposons font état, en effet, d’un nombre moyen de bêtes à peine supérieur à cinquante ou soixante par troupeau. Dépasser ce chiffre aurait mis en question la logique de fonctionnement de l’unité familiale : pourquoi produire au delà des besoins de la consommation familiale alimentaire ou vestimentaire ? Au delà des capacités d’absorption des réseaux d’échanges, réduites du fait de l’absence de spécialisation régionale ? Pourquoi prendre le risque de stocker ? Pourquoi affecter à la location de pâturages supplémentaires les produits supputés des futures campagnes ?

50L’extension du troupeau était également freinée au niveau villageois. Il suffit de citer à cet égard la façon dont une institution collective, la compagnie de transhumance, participait à cette action limitative. L’exemple permet, en outre, de montrer que cette dernière n’implique nullement un quelconque égalitarisme villageois. Les rapports entre le capu pastore et ses associés étaient fondés sur une réciprocité dont on peut ainsi résumer les termes : le premier offrait aux seconds son capital de relations sociales, ses aptitudes à la négociation, ses capacités d’organisateur du travail pastoral ; les seconds donnaient en échange leur force de travail. C’est dire que l’institution de la compagnie, si elle favorisait l’existence d’un seul « gros » troupeau – celui du capu pastore –, limitait en même temps le nombre des animaux dans le troupeau des associés : c’était le capu pastore qui choisissait ces derniers et décidait seul du nombre total d’agnelles à élever, sur la base des ressources en herbe des pâturages collectivement loués. Or, qu’il soit élu ou coopté, la fonction de capu pastore, avec ses avantages économiques et la possibilité de gérer un plus gros troupeau, était trop liée à de réelles aptitudes individuelles pour ne pas se disperser dans le corps social, pour s’incruster au sein d’une lignée.

Le changement social

51Nous chercherons à mettre en évidence quelques aspects de l’évolution du pastoralisme et des échanges entre les hommes et leur milieu, dans le cadre de la transformation économique et sociale qui a affecté l’ensemble de l’île.

Intégration, dépeuplement, érosion des cadres sociaux traditionnels

52En Corse comme dans toutes les régions françaises de montagne et de « campagne profonde », l’intégration des économies locales dans l’aire de fonctionnement du système économique d’ensemble, l’absorption des sociétés villageoises par la société englobante se sont traduites par une sous-utilisation croissante des ressources du territoire, par la régression démographique et l’érosion des structures sociales traditionnelles.

53Dès la fin du xixe siècle pour les régions de l’île tournées vers les productions commercialisables, après la guerre de 1914 pour la Corse agropastorale, se mettent en route de l’intérieur les processus cumulatifs qui s’instaurent dans la coexistence entre modes de production dominant et dominé.

54La mise en valeur des plaines côtières dans les années 1950, réalisée selon des procédures techniques et économiques inspirées des modèles de la grande agriculture industrielle et productiviste, utilisant une main-d’œuvre salariée d’origine étrangère, a transporté la compétition sur le sol même de l’île, accéléré le mouvement de domination de l’extérieur et la situation de sous-développement de la montagne. La concurrence ne s’exerce plus seulement sur les productions, mais sur les facteurs de la production, par le renchérissement du prix de la terre qui se propage vers l’intérieur, et sur l’utilisation de l’espace car les pâturages d’hiver de la « plage », aujourd’hui privatisés et mis en culture, ne sont plus accessibles aux troupeaux.

  • 9 On sait combien les données statistiques disponibles pour la Corse, dans tous les domaines, sont d (...)

55Le délabrement des sociétés villageoises de l’intérieur apparaît alors en pleine lumière. Délabrement démographique d’abord. Le xixe siècle avait été marqué par un puissant essor de la population : l’émergence d’un agropastoralisme véritablement intégré est d’ailleurs inséparable d’un peuplement important, apte à contrôler, partout, le dynamisme végétal. La densité démographique avait à peu près doublé entre la fin du xviiie siècle (17 hab./km2) et les premières années du xxe siècle (34 hab./km2 d’après le recensement de 1901). Inégalement réparti – c’est là un aspect supplémentaire des cloisonnements insulaires –, cet essor démographique va partout se briser dans la montagne, malgré quelques résistances localisées. Aujourd’hui la densité de peuplement de l’espace rural ne dépasse pas 10 hab./km2. Les vagues d’émigration et le phénomène d’urbanisation (dont le taux passe de 27 % en 1936 à 65 % en 1969) vident la Corse de l’intérieur. La tendance à long terme, exprimée en indices, le confirme amplement malgré l’imprécision quasi structurelle des statistiques9 et la surestimation systématique des populations villageoises résidentes (tabl. 2). En 1911, 7 villages seulement comptaient moins de 100 habitants ; ils étaient 100 en 1960 ; combien sont-ils en 1977 ? Dans certaines communes, on n’arrive même plus à rassembler assez de joueurs pour une partie de cartes.

Tableau 2 — Évolution de la population entre 1891 et 1954.(Source : Guigue 1965.)

56Sous-peuplement mais aussi déséquilibres démographiques. Dans la répartition par tranches d’âge d’abord : l’indice de vieillissement de la population ne cesse d’augmenter. Cas limite, mais non exceptionnel, celui de la commune de R. où un tiers des résidents permanents ont plus de 70 ans. Déséquilibre aussi dans la répartition des sexes : depuis 1945, l’exode féminin s’est brutalement accéléré, entraînant un célibat important de la population masculine au-dessus de 50 ans. Ces données suffisent à expliquer l’effondrement du taux de natalité sur une terre qui détenait encore voici moins de quarante ans le record national des familles nombreuses (431 familles sur 1 000 avaient 4 enfants ou plus).

57Ce mouvement massif de dépopulation a évidemment provoqué un effondrement du système économique des sociétés villageoises de l’intérieur et a placé les « survivants » dans un état extrême de dépendance matérielle vis-à-vis de l’extérieur. Le tableau 3 révèle la faiblesse des activités productives à l’échelle de la Corse entière.

Tableau 3 — Activités productives en Corse.(Source : 1. Schéma… 1970, 2. Hermitte 1974.)

58Si l’on sait que la population active se localise essentiellement dans les villes et le pourtour oriental, il ressort de la lecture de ce tableau que la société villageoise est devenue en majeure partie une société de retraités et de pensionnés. On a pu calculer, en se plaçant au niveau d’un canton de montagne, que les revenus soumis à l’impôt (revenus fonciers, bénéfices industriels et commerciaux, traitements et salaires, ressources d’origine agricole) représentaient 1 000 francs par habitant et par an, le montant des pensions et retraites correspondant à 6 150 francs par habitant et par an, celui de l’aide sociale à 1 650 francs. Même si l’on tient compte de certaines « anomalies » inhérentes à la Corse, on s’aperçoit que les revenus des résidents ne proviennent que pour une partie minime de la rémunération d’activités se déroulant sur place. Mis à part l’apport des bergers sur lequel nous reviendrons, l’économie villageoise corse est le plus souvent en état de survie assistée.

59La saignée démographique et la déshérence économique expliquent le très bas niveau des équipements collectifs. La faiblesse de l’infrastructure sanitaire et médicale, par exemple, ou la politique menée en matière d’équipements scolaires ont un effet multiplicateur sur l’abandon de l’espace rural. Ainsi la collectivité locale subit-elle aujourd’hui toutes les conséquences d’un enclavement qui trouve son origine tant dans une histoire qui a doté d’un contenu social et culturel la dispersion dans l’espace des établissements humains, que dans les facteurs naturels qui augmentent les distances.

60Mais la détérioration de la vie sociale ne se mesure pas seulement à l’insuffisance de ses soubassements matériels. C’est la vie sociale elle-même, entendue comme l’ensemble des relations entre individus, entre groupes, comme création et entretien de la communication, qui s’étiole. Les échanges sociaux, concurrencés par les liens avec le dehors, ont perdu leur caractère nécessaire. Il n’y a plus « production » quotidienne de réciprocité dans la vie locale.

61Les institutions communautaires et familiales ont vu fondre progressivement leurs champs d’application, donc disparaître, notamment avec l’abandon de l’agriculture, ce qui avait créé et reproduit leur existence : les activités productives ; la gestion des biens communs, avec la caducité du communal et la nouvelle signification de l’indivision, les dispositifs de consommation collective. L’image de cette asthénie apparaît immédiatement dans le contraste entre la périphérie de nombreux villages avec leur semis récent de villas et de jardinets enfermés à l’intérieur de clôtures, et leurs centres historiques aux maisons jointives composant un habitat resserré sur lui-même. Le factionnalisme politique, héritage qui fragmente toujours le village, n’organise plus avec la même rigueur la compétition entre maisons : la dynamique contemporaine du clan l’amène à isoler « en haut » l’essentiel de ses activités, à ne plus offrir à l’échelon local que des enjeux limités, voire, dans certains cas, purement symboliques.

Société locale, société nationale : la différence corse

  • 10 Pour ce qui concerne le contexte d’ensemble, voir Édouard Perrier (1974), Anne-Marie Guigue (1965) (...)

62Ces aspects du changement social sont analogues sans doute dans bien des régions10 investies par l’économie et la société d’ensemble. Il reste qu’en Corse cet investissement et les évolutions qui l’ont suivi présentent des caractères originaux.

63Rappelons d’abord que l’évolution des économies et des sociétés insulaires a davantage été commandée par les échanges d’hommes et la circulation des marchandises que par l’intégration des activités locales dans le circuit de commercialisation capitaliste qui ailleurs engendrait tout un remaniement social. C’est là un premier facteur de maintien des différences. La société englobante n’a agi en Corse que par délégation. Elle a toléré que subsiste un certain écart entre les particularismes insulaires et les dispositifs administratifs mis en place sur l’ensemble du territoire national. Ainsi, certaines pratiques juridiques se trouvaient ces dernières années encore en contradiction avec les normes officielles (Chiva 1963). C’est seulement quand des ressources nouvelles – comme la mise en valeur viticole ou agrumicole de la côte orientale, ou l’intensification du tourisme et la constitution de réserves foncières – deviennent un enjeu véritable pour l’économie nationale, que se trouvent directement confrontées la singularité insulaire et les institutions nationales.

64Retenons ensuite les modalités singulières de l’émigration corse. Les « clans » s’étaient vu conférer de larges moyens par le pouvoir central pour exercer, par procuration, une autorité sur les populations locales. Forts de leurs appuis dans les sphères politique et administrative, les chefs des partis locaux ont affronté avec des moyens appropriés la phase de l’émigration massive. Les « places » mises à la disposition de ces responsables vont se transformer en autant de têtes de pont organisant les départs, famille par famille, village par village, clientèle par clientèle. À la différence des paysanneries continentales happées par l’industrie, les Corses des villages ont été canalisés vers les appareils civils et militaires de l’État.

65Ce type d’émigration a donc laissé subsister des liens institutionnels avec le contexte local : à travers ces relais qu’étaient et sont encore les amicales et groupements de Corses ; sur place, grâce aux retours périodiques et surtout au retour définitif lors d’une retraite généralement précoce, parachèvement d’une vie professionnelle conçue et organisée, individuellement et collectivement, en vue de ce retour.

66Il faut aujourd’hui par conséquent abandonner le critère de résidence permanente comme indicateur exclusif de l’appartenance villageoise. Observons le visage saisonnier des communes de l’intérieur. Au cœur de l’hiver, Po. compte par exemple 110 habitants, Al. entre 110 et 140. Mais en plein été, la première commune héberge 440 habitants, la seconde plus de 1 000, alors qu’il n’y en a plus que 300 en septembre, peu avant l’étiage d’hiver. Ces chiffres illustrent le mouvement périodique qui ramène dans l’île – pour les fêtes, les vacances, les événements familiaux, les élections – les Corses du continent et de plus loin encore. Ainsi 300 000 Corses de l’« extérieur » au minimum rejoindraient, pour des séjours de longueur variable, moins de 170 000 résidents permanents. Soit un rapport de 2 à 3 pour 1, qui se transforme dans les villages de l’intérieur en rapport de 5, voire de 10 pour 1.

67Ce mouvement n’est pas un épiphénomène. Où passe la frontière entre un résident permanent et temporaire ? À partir de quelle durée de séjour ? Parfois des bergers transhumants sont « moins » présents au village que des résidents périodiques. Les membres de la diaspora qui se rassemblent pour un temps en une « communauté » locale ne sont pas seulement socialement organisés par leur appartenance à la société globale, urbaine et industrielle. L’espace villageois qu’ils occupent physiquement de façon intermittente suscite bien des pratiques sociales spécifiques. Ce n’est pas seulement l’étudiant, le fonctionnaire, le militaire qui viennent rejoindre le berger, le retraité ou l’employé communal, mais les liens sont ceux aussi du parent, de l’allié, du voisin, de celui qui partage encore avec le résident permanent des biens matériels (une partie de maison, un champ, un verger), une appartenance politique, des biens symboliques dont la valeur ne se mesure qu’à l’aune du « local ».

68Résidents permanents et temporaires forment ainsi une « quasi-société » (Boissevain 1968) locale : elle n’est certes pas un corporate group, mais elle n’est pas davantage un réseau d’interactions ponctuelles entre individus, puisque les membres non-résidents de cette quasi-société interviennent dans tous les domaines de l’existence économique, sociale et politique des résidents. Possédant la majeure partie des sols et consommant une bonne part des produits élaborés sur place, ils contrôlent l’usage des moyens de production pastoraux comme la distribution des produits ; ils « font » les élections et fournissent l’essentiel du personnel politique de l’île : conseillers municipaux, maires, conseillers généraux.

69L’existence même de cette quasi-société est le témoignage flagrant de la désintégration des anciennes structures : discontinuité sociale, cloisonnement économique, enclavement dans de micro-espaces, ajustement des activités productives locales au fonctionnement de micro-sociétés. Elle est aussi le vecteur de pénétration des modèles culturels extérieurs qui ont transformé le mode de vie. Or, simultanément, cette configuration née de la rupture avec le passé a eu une action incontestablement conservatrice sur le contexte local et comme un effet de gel, notamment dans le domaine des adaptations pastorales.

Le révélateur foncier

  • 11 Dans l’une des communes étudiées, on confiait au magnétophone de N. Vincenzini : « Le dernier cada (...)

70La situation foncière illustre parfaitement les conséquences de cette économie particulière du changement. D’abord par l’écart entre le plan foncier enregistré au cadastre et celui qui reste inscrit dans les mémoires individuelles et collectives11. Ces incertitudes qui alimentent et consolident le gel foncier proviennent sans nul doute de la difficulté à transposer dans les formes juridiques définies par les normes nationales les effets des dispositions coutumières et les anciennes transactions.

  • 12 Un exemple des conséquences de cette situation : dans une commune de l’étage alpin, la municipalit (...)

71C’est bien de gel foncier qu’il s’agit dans la Corse de l’intérieur. Une partie importante des sols y est en indivision. D’après le cadastre de 1962 – et donc avec toutes les réserves qui s’imposent –, 135 000 propriétaires se partageraient 1 086 000 parcelles cadastrales, dont 415 000 (38,2 %) en propriété indivise. Dans l’une des communes étudiées, sur les 494 comptes de la matrice cadastrale, 112 sont explicitement indivis, attribués à une personne collective : « les héritiers de… ». Cependant, une vérification portant sur un échantillon des 382 comptes individualisés a permis de constater qu’une proportion importante de ces derniers était au nom d’individus décédés, parfois même depuis longtemps. Tout s’est donc passé comme si le mouvement de transmission des droits sur la terre s’était grippé puis arrêté, comme si les règles désignant au sein de la famille la place de chacun dans la relation d’« inclusion-exclusion », dont le sol est l’objet, étaient tombées en déshérence. Chaque parcelle « amasse » alors autant d’ayants droit qu’il y a eu d’individus se succédant le long des lignées à partir des derniers propriétaires individualisés12.

72Cette situation est le résultat synthétique des évolutions économiques et sociales entrevues plus haut. Dans le fonctionnement de la communauté traditionnelle, l’indivision familiale était cohérente avec la longueur du cycle de développement domestique et, de manière plus générale, avec les rapports sociaux de production et de consommation au sein de la maison. C’est pourquoi, au moment où va se développer l’exode rural, un certain pourcentage des surfaces villageoises était en état d’indivision. Celle-ci devient une conséquence de la désorganisation sociale avec l’émigration et la dispersion géographique et professionnelle de la famille, par conséquent avec la rupture de l’interdépendance entre continuité familiale et gestion commune du patrimoine foncier.

73En effet le mouvement d’émigration corse n’a pas impliqué le renoncement des partants à leurs droits sur la terre, ni une contrainte de rachat pour ceux qui, favorisant l’accès aux carrières hors de l’île des migrants, restaient sur place avec des moyens financiers réduits. Dans sa monographie agricole établie au début des années 1930, Jules Carlotti (1933) a écrit que les émigrés tendaient à renoncer à l’usufruit de leur part de patrimoine, ce qui est confirmé par les enquêtes effectuées sur le « coutumier de l’émigration » ; selon le même auteur ils finissaient par léguer ou vendre leur quote-part aux parents restés sur place. Cette pratique ne semble pas s’être généralisée. D’une part la régression de l’agriculture et le caractère extensif de l’élevage n’ont pas conféré à la terre une valeur marchande incitant au partage. D’autre part le maintien au village des générations les plus anciennes, utilisant à des fins collectives le patrimoine commun, a tendu à lui conserver son caractère indivis. Enfin la préférence manifestée pour les procédures d’arrangement à l’amiable au détriment du recours aux arbitrages officiels a consolidé sinon la réalité de l’indivision du moins sa transcription cadastrale.

  • 13 Ce n’est là qu’un aspect de l’inversion de la hiérarchie traditionnelle entre montagne et littoral (...)

74Quoi qu’il en soit, le temps immobilise de plus en plus la structure foncière. Dans un contexte de stérilisation des ressources du territoire, la propriété n’a qu’une valeur économique médiocre, difficile à estimer puisque, précisément, le marché foncier est quasi figé dans les régions de l’intérieur. Bien que la spéculation tende aujourd’hui à escalader les courbes de niveau, le contraste reste marqué entre le littoral et la montagne13. « Le prix de l’hectare de bois et de taillis qui se situait à 300 francs dans la région littorale en 1953 passe à 3 000 en 1966 et à 7 500 en 1971 avec des maxima pouvant atteindre 18 000 francs. Il passe […] de 150 à 500 dans la montagne sur la longue période » (Perrier 1974). La forte incitation sociale au non-partage va de pair avec la dissuasion matérielle au partage car chaque opération est porteuse de conflits. Il faut identifier l’ensemble des ayants droit, déterminer les limites exactes de la propriété à partager, faire le bilan de toutes les transactions non enregistrées (anciens partages à l’amiable, ventes sous seing privé, échanges). C’est là le terrain où se manifeste avec le plus d’évidence la rupture entre passé et présent, la coupure entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés, le clivage entre utilisateurs du sol à des fins productives et consommateurs du seul « cadre de vie ». L’indivision a pour fonction sans doute aussi de masquer le fait que l’espace villageois, avec son zonage symbolique, est désormais potentiellement entre les mains d’« étrangers » au village, puisque l’éclatement des aires matrimoniales a élargi le cercle des copropriétaires. Le règlement des successions en instance mettrait donc aussi en lumière ce processus de dépossession.

Stratégies productives, ressources du milieu : les nouveaux termes de l’équation

75C’est, en effet, dans ce contexte que le berger utilise le milieu pour l’alimentation du troupeau, prélevant ses ressources selon des modes nouveaux adaptés à l’ensemble de ces évolutions. Cette transformation est manifeste au niveau de la dynamique même de l’activité pastorale, puis à celui des potentialités du milieu.

Les transformations du statut pastoral

76Le berger, en tant qu’individu social, est d’abord celui qui n’a pas traversé le crible de l’émigration. Toutes les enquêtes monographiques permettent de constater que les exploitations pastorales sont l’aboutissement d’une stratégie familiale fondée sur le départ du plus grand nombre d’individus et le maintien en place de quelques-uns, le plus souvent ceux qui peuvent immédiatement seconder le chef de famille (fils aîné ou gendre, frères les plus âgés) ou sont dans la position la moins favorable pour accéder aux réseaux de l’émigration. Le statut de berger apparaît donc, jusqu’à ces dernières années, comme un destin imposé.

77En tant que producteur pourtant, le berger n’est plus le délégué familial à l’élément pastoral de l’exploitation. Une nouvelle fonction de production lui a été assignée par l’intégration de l’île à l’économie d’ensemble, fait qui n’est pas propre à la Corse, puisque, dans toutes les régions les plus naturellement défavorisées, les agriculteurs se voient contraints d’adopter les productions refusées par les régions les plus favorisées, notamment les productions animales. Ainsi la survivance de l’élevage dans la Corse de l’intérieur résulte autant de sa position dans l’espace économique national que d’une vocation traditionnelle. Bien qu’une apparente continuité puisse masquer la rupture, la déroute céréalière et le maintien de l’élevage dans l’intérieur sont les deux faces d’une même évolution historique (tabl. 4).

  • 14 adc 6 M 668. Pour la commune voisine d’An., la superficie emblavée en blé d’automne n’excéderait p (...)

78Ainsi le pastoralisme est devenu, après la Première Guerre mondiale, le mode dominant, voire unique d’utilisation des ressources du milieu au sein des collectivités villageoises de l’intérieur. L’évolution de la structure professionnelle des populations locales reflète aussi le phénomène. À Po. par exemple, l’effacement des artisans suit l’introduction des produits manufacturés, la disparition des agriculteurs. Ces derniers seraient trente encore à la veille de la Seconde Guerre mondiale, mais en 1936 la superficie totale ensemencée en blé d’automne serait pour cinq déclarants inférieure à 1 hectare14. C’est la phase de transition hortopastorale souvent décrite et qui précède l’économie réduite à l’élevage. Les bergers en effet restent. Ils étaient vingt-sept à Po. en 1926, quinze encore dans les années 1950 d’après le registre d’inscription pour la jouissance des pâturages communaux. Ils ne sont plus que cinq aujourd’hui, seuls utilisateurs locaux des territoires communaux.

Tableau 4 — Évolution céréalière et exportations fromagères de la Corse (1868-1928).(Source : Delanney 1909.)

79Cela prouve assez qu’un marché s’est ouvert pour les seuls produits du pastoralisme ovin et caprin, mais aussi porcin (ce dernier n’est pas traité ici mais a suivi une évolution similaire). Il assure des revenus monétaires aux bergers qui deviennent les relais privilégiés de la pénétration du numéraire dans les communautés reculées de la montagne. Il s’agit d’un marché du lait d’abord : lait de brebis depuis l’implantation de la première laiterie en Balagne en 1893, lait de chèvre plus récemment. Dès 1917, pour le seul arrondissement de Corte, vingt-et-une fromageries fabriquent 1 185 quintaux de pâte. Aujourd’hui, d’après une enquête portant sur la campagne 1972-1973 (dda 1975), 63 % des éleveurs de brebis livreraient plus de 75 % de la production insulaire de lait de brebis à Roquefort (association créée en 1949 par différentes firmes pour la fabrication en commun du roquefort en Corse) ; 7 % en livreraient moins de 8 % à de petits industriels privés.

80La même enquête révèle que 30 % des éleveurs de brebis transformeraient eux-mêmes 17 % de la production laitière. À côté de la commercialisation « classique » s’est donc instauré un marché de type particulier pour les fromages fabriqués par les bergers ; il correspond à une demande – analogue à celle observée pour la charcuterie traditionnelle – des habitants des villages et surtout des Corses de l’extérieur ; ceux-ci s’approvisionnent directement durant la période estivale ; ils reçoivent des colis le reste de l’année. Une bonne partie de la production fromagère fermière – le reste transitant par les grossistes insulaires, voire locaux (incittaghju) – est donc écoulée par les bergers eux-mêmes hors des circuits commerciaux normaux, et selon des prix qui ne sont pas ceux des produits industrialisés et « anonymes » des élevages continentaux. L’absorption de ces produits, inclus dans l’ensemble des échanges sociaux et des valeurs culturelles locales, évite les aléas des modes passagères. La transformation par le berger de sa production assure sa rémunération dans la mesure où subsistent, entre les Corses de l’extérieur et leurs villages, des liens matériels et symboliques ; il y a donc une interdépendance étroite entre la coexistence de deux formes de commercialisation et le fonctionnement actuel de la société corse.

  • 15 La Corse a toujours été la lanterne rouge dans les classements par département du bien-être rural. (...)

81Une nouvelle rationalité articule alors le travail du berger, puisqu’il lui faut désormais dégager de chaque campagne une quantité toujours croissante de produits commercialisables, dont les revenus lui permettent d’acquérir de l’extérieur des biens autrefois soit cultivés, soit fabriqués ou encore transformés sur place au sein de la maisonnée, dans le cadre de la communauté locale. La satisfaction des besoins exigés par le nouveau mode de vie et de consommation passe par les marchés15, et les achats de biens et de services assurent même parfois la survie de l’exploitation. Le changement de moteur de l’activité pastorale tend donc à accroître ce que le berger doit tirer de son troupeau et, à travers l’animal, du milieu.

Milieu et ressources alimentaires pour le troupeau

  • 16 Nous nous référons aux travaux des équipes de botanique et phytosociologie qui ont participé à l’a (...)

82Or, face à cet accroissement de la « demande », le stock fourrager immédiatement disponible a diminué à travers toute une série d’évolutions régressives de la végétation mises en lumière par les travaux des écologistes16 : extension des surfaces en maquis, appauvrissement des ressources pâturables dû au surpâturage, conséquences néfastes des incendies sur la structure de répartition des espèces végétales consommables.

83La disparition de l’agriculture insulaire a donc, dans un même mouvement, sécrété une spécialisation pastorale et diminué la quantité et la qualité des ressources susceptibles d’être prélevées dans le milieu. La surface cultivée qui couvrait 36 % du territoire n’en occupe plus que 5 % en 1967, et la disparition des cultures se traduit presque intégralement par l’accroissement des surfaces couvertes par le maquis (tabl. 5).

Tableau 5 — Taux d’utilisation des sols.(Source : Morch 1968).

  • 17 « Le maquis qui procède de la dégradation de la silva originelle n’occupe pas la même situation to (...)

84En tenant compte de l’extension rapide depuis 1960 des surfaces cultivées dans les plaines côtières, on doit admettre que la disparition de l’activité culturale dans l’intérieur et l’extension du maquis17 sont les deux aspects d’un même phénomène qui illustre bien l’interdépendance entre type de société et écosystème.

85Le maquis a sans doute contribué, contribue et pourrait beaucoup mieux encore contribuer à l’alimentation du troupeau, si son extension s’opérait de façon contrôlée. Mais à partir d’un certain stade d’évolution, le maquis devient purement et simplement impénétrable pour l’animal, même pour la chèvre. Il « ferme » du même coup des espaces de parcours utilisables, et la libération de surfaces considérables consacrées autrefois à la culture se trouve vite annulée par l’augmentation corollaire de surfaces impropres à la pâture. De toute manière, la productivité du maquis en ressources consommables (feuilles, rameaux, fruits, baies) diminue une fois franchi un certain seuil (de 2 à 4 mètres d’après Denise Viale 1977).

86La composition interne de ce maquis, sa localisation et son évolution ont été aussi affectées par l’arrêt de l’aménagement agricole du milieu (protection contre l’érosion, contrôle des risques de propagation des incendies) et par les pratiques de surpâturage. Si le problème de la surcharge pastorale a perdu de son acuité, des années 1920 à la fin des années 1950, la pression pastorale n’a fait qu’augmenter. Le nombre des exploitations était resté alors à peu près stable, on l’a vu, par rapport au nombre des troupeaux familiaux des périodes précédentes mais avec un effectif moyen du troupeau plus gonflé. Cette progression quantitative s’explique aisément par le changement de finalité économique du travail pastoral. On sait que, dans une économie de subsistance, l’optimum de production n’est pas nécessairement le maximum de production possible (Godelier 1966) : dans le contexte nouveau, le berger a augmenté son troupeau jusqu’à atteindre 100 à 120 laitières par homme disponible au sein de l’exploitation. D’où ces « tonsures » du manteau végétal, à l’intérieur desquelles tendent à ne subsister que des espèces peu appétentes, telle l’asphodèle.

87Enfin les incendies répétés ont détruit les espèces à forte valeur alimentaire du maquis, au profit des pyrophytes et xérophytes. L’écobuage, technique séculaire, était minutieusement contrôlé et collectivement mis en œuvre dans un paysage à forte constituante agricole. L’incendie non contrôlable est une conséquence quasi inéluctable de l’abandon par l’homme des espaces intérieurs. Une enquête ponctuelle l’a confirmé pour la commune de Po. : tout en tenant compte de la distinction significative que font les habitants du village entre le feu-technique agraire et le feu-sinistre (« Tant qu’il y avait des cultures, il n’y avait pas d’incendies »), on s’aperçoit que les feux majeurs qui ont ravagé le territoire communal se situent tous à des époques critiques du calendrier de la désertion. En même temps, l’incendie devient, dans certains cas, le moyen le plus économique à la fois pour ouvrir à nouveau au troupeau des espaces de parcours fermés par le dynamisme de la végétation et pour remplacer – par rajeunissement de l’écosystème – les espèces délaissées par de l’herbe : « L’installation de la cistaie masque une importante strate herbacée : c’est un saltus de parcours qui doit être rajeuni périodiquement car les espèces constitutives perdent rapidement leur attrait alimentaire pour le troupeau » (Barry & Manière 1978). Il en résulte que, d’incendie en incendie, la surface qui doit être « reconquise » sur le maquis est condamnée à augmenter.

88Mettons en relation l’élévation de la « demande » pastorale en ressources et la diminution de l’« offre » par le milieu. La confrontation entre la société traditionnelle et le système économique et social d’ensemble dans un environnement particulier amène la séquence logique suivante : disparition de l’agriculture, spécialisation pastorale, extension du maquis, incendies répétés, diminution des ressources fourragères disponibles et donc ajustement en baisse de l’activité pastorale.

Les évolutions techniques et l’ajustement au minimum

  • 18 Continuité qui inspire des commentaires de ce type : « Les propriétaires de troupeaux que l’on app (...)

89Malgré l’apparente continuité entre pratiques pastorales d’hier et d’aujourd’hui18, on constate dans la Corse de l’intérieur un réel changement technique des procédés d’élevage. Nous tenterons d’abord de les définir, puis de déceler les nouveaux modes d’ajustement entre les besoins du troupeau et le déficit annuel ou saisonnier en ressources fourragères.

La réalité des évolutions techniques : l’extensification

90On a constaté la fin de l’« adossement » pastoral à l’activité agricole et la disparition, par conséquent, des ressources que celle-ci procurait directement au berger pour l’alimentation de ses bêtes. Mais le changement se manifeste aussi au niveau de la mobilité du troupeau ; le trajet d’acquisition de l’alimentation se raccourcit ; il n’y a pas sédentarisation absolue du prélèvement mais limitation significative des déplacements sur l’axe vertical. Ainsi la transhumance des ovins est en nette régression. « La majorité des éleveurs ne pratique plus la transhumance. On compte 56,1 % des éleveurs réunissant 43 205 brebis-mères dont le nomadisme ne s’étend pas au delà de la commune voisine… La transhumance d’été est cependant pratiquée encore par 43,9 % des éleveurs détenant 27 726 brebis-mères. Selon les éleveurs interrogés, le sédentarisme tend à s’accroître. » (dda 1975.) La précision de ces chiffres, qui ne tiennent pas compte des caprins, n’interdit pas de les mettre en question. Les enquêtes monographiques confirment pourtant la tendance à ne plus « suivre » les ressources et à limiter les déplacements verticaux. La mise en culture et la privatisation des anciens parcours communaux et intercommunaux a fermé en partie l’accès aux zones côtières l’hiver, surtout dans la plaine orientale. Quant au mouvement inverse d’estive, il prend l’aspect d’une remue à fonction essentiellement sanitaire. La traite s’arrête plus tôt ; les bergers « lâchent » leurs troupeaux dans les alpages de montagne. Ce processus de simplification de la double transhumance est lié à la transformation des structures sociales, et les élevages les plus traditionnels » qui cherchent les ressources au long des trajets anciens le font au prix d’une marginalité sociale et d’un isolement de plus en plus difficilement acceptables. Enchâssée autrefois dans une vie sociale meublant et organisant tous les pôles de la vie pastorale, des cabanes d’estive aux établissements littoraux, la transhumance empêche aujourd’hui le déroulement d’une vie normale de relations familiales et locales, interdit d’accéder aux équipements collectifs, scolaires et sanitaires, bref, est contradictoire avec les exigences de bien-être matériel. Il est évident que la corrélation entre célibat et vie pastorale s’explique au premier chef par les contraintes de la transhumance.

91Ce changement se traduit également par une transformation – qui trouve son origine dans le nouveau contexte économique et social – du caractère extensif de l’élevage. Ainsi l’extensification de l’utilisation de l’espace (le rapport surfaces utilisées/effectifs animaux) dérive en grande partie du blocage foncier. Juridiquement l’économie pastorale repose sur une formule de location, à l’année, des surfaces nécessaires au troupeau. Ce système de la vente annuelle d’herbe présente, plus fortement sans doute car il est plus précaire, tous les inconvénients classiques du métayage ; l’insécurité surtout qui interdit d’aménager les pâturages, ne serait-ce qu’en limitant leur emmaquisement, dans un horizon de temps ne dépassant pas l’année. Rien, en effet, ne garantit au berger qu’il jouira des pâturages améliorés par ses soins ; rien, au surplus, ne peut l’assurer formellement qu’il ne paiera pas plus cher, l’année suivante, la surface qu’il aura valorisée. Le berger se contente de prélever les ressources sans viser à assurer leur renouvellement.

92Or cette stratégie de cueillette, inhérente certes à l’élevage traditionnel, se réalise aujourd’hui selon des modes de conduite qu’on peut qualifier d’extensifs sur le plan de l’intervention humaine aussi. Éthologiste autant que gardien, le berger traditionnel ne cherchait pas à « surdomestiquer » son troupeau mais à annexer à son profit ses aptitudes et capacités. Dans ce but, il vivait à ses côtés, contrôlait ses déplacements, observait ses comportements, corrigeait ses écarts. Aujourd’hui le troupeau est plus lâchement encadré et sa mobilité devient dans certains cas extrêmes une véritable divagation (Flamant 1975).

93Cette extensification du travail pastoral résulte de la dépopulation et de la désorganisation des anciennes structures de coopération, la ponction démographique diminuant constamment la force de travail disponible au sein de l’unité familiale. En 1946 encore, dans une importante collectivité pastorale de l’étage alpin, deux générations participent à l’exploitation pour chaque maison. L’association technique entre pères et fils mariés, entre frères et beaux-frères, entre oncles et neveux est la règle. Aujourd’hui, sur les vingt-et-une exploitations qui subsistent, il y en a huit dans lesquelles un seul individu assume l’intégralité des tâches ; dans quatre seulement, trois hommes ou plus participent toute l’année à l’ensemble des travaux. En outre la moitié de cette population est composée de célibataires, alors qu’autrefois les femmes prenaient part à la production fromagère. La diminution du contrôle, par le berger, des déplacements du troupeau et de son organisation interne s’observe surtout dans les exploitations qui continuent de transformer le lait en fromage. Si l’on sait que la fabrication des pâtes requiert, en moyenne, cinq à six heures par jour – deux heures pour la traite biquotidienne (un berger trait 80 à 120 bêtes à l’heure), trois à quatre heures pour la confection des fromages et du brocciu (brousse), la surveillance de leur vieillissement –, on constate que le berger isolé ne peut plus simultanément conduire le troupeau et assumer la transformation des produits.

  • 19 Les travaux consacrés à la transformation de la zadruga, par exemple, ont bien montré que la sciss (...)

94Dans le même temps, la modification des structures sociales a affaibli les cadres du travail collectif et de la coopération. Ainsi, au niveau familial, l’individualisation19 des structures de la consommation rend plus aléatoire une gestion associée du troupeau familial. Ce dernier n’est plus un patrimoine commun mais un bien à gérer en fonction des besoins propres de chaque partenaire, différenciés selon l’âge, la situation de famille, les projets d’avenir. De la même façon la compagnie de transhumance a fait place à des procédures d’association plus précaires, moins organisées. Le seul accroissement de la taille moyenne du troupeau empêche la survie des vastes unités d’élevage ; le maintien des formes les plus évoluées d’utilisation des pâtures littorales (séparation entre laitières et non laitières au sein du troupeau, rotation des animaux sur les différentes parcelles ou tassili, etc.) devient l’exception, faute de bras.

95Enfin l’élevage d’aujourd’hui ne s’appuie plus de façon aussi rigoureuse sur la recherche de l’adéquation de l’animal au milieu. Il y a contradiction logique entre l’exigence de productivité et le maintien de la rusticité du troupeau. Des enquêtes sur le métissage des populations animales locales sont prévues ; mais d’ores et déjà on constate l’introduction en Corse de la chèvre alpine, meilleure laitière mais plus vulnérable aux conditions difficiles du milieu et à l’insuffisance saisonnière de l’alimentation.

Les nouveaux ajustements

96Le pastoralisme actuel n’est plus en mesure d’assurer par les procédures traditionnelles la satisfaction des besoins alimentaires du troupeau. Dès lors, les ressources autrefois produites tendent à être remplacées par des ressources achetées (tabl. 6).

Tableau 6 — Importation de pailles et de foins (en quintaux).

97L’amplitude des variations de la quantité de fourrage importé ces dernières années montre combien le recours à des ressources achetées n’est que le substitut des anciennes stratégies mises en œuvre pour pallier les déficits annuels et saisonniers du stock fourrager spontané. À titre d’exemple, chaque berger de la commune de Po. distribue quotidiennement, entre novembre et avril, une ration moyenne de 250 g de maïs (ou 200 g d’aliments complets) par tête de bétail, en sus de la luzerne. Mais chacun peut doubler cette ration, faute de ressources végétales spontanées, en cas d’aléas climatiques. Cette substitution de biens achetés à des ressources produites pèse lourdement sur l’économie pastorale de l’île : le coût des transports alourdit le prix des aliments importés qui, par ailleurs, les besoins étant très variables d’une année à l’autre, font l’objet de pressions spéculatives. La disparition de l’élevage traditionnel conduit donc à une intégration progressive de l’activité pastorale au marché, non plus seulement en aval, mais aussi en amont, désagrégeant les moyens de maîtrise et de défense des bergers, augmentant leur vulnérabilité.

98L’importation de fourrages n’étant qu’un complément à des ressources désormais inadaptées aux besoins, on peut considérer que l’ajustement fondamental entre ressources du milieu et besoins du troupeau est celui qui s’exprime par la diminution constante du nombre des troupeaux et, plus récemment, par la réduction de leurs effectifs (tabl. 7). Tout en restant critique à l’égard de ces statistiques, on perçoit bien les évolutions sur le long terme : d’abord le maintien d’une assez forte densité animale tandis que diminue le nombre des exploitations, c’est-à-dire l’accroissement du troupeau individuel ; puis la nette régression des troupeaux insulaires. On peut reprendre la situation des communes déjà citées. À Po. qui n’abrite plus que 5 troupeaux, on en comptait encore une quinzaine dans les années 1950. Dans le village de Cal., l’une des plus fortes collectivités pastorales de l’étage alpin où il y avait encore 75 exploitations en 1947 (45 troupeaux de brebis, 30 de chèvres), il n’y a plus aujourd’hui que 12 troupeaux, 7 de brebis, 5 de chèvres, dont 3 seront amenés à disparaître prochainement. Dans l’ensemble de l’île le nombre des seuls moutonniers aurait diminué de 5,5 % par an entre 1970 et 1975, passant de 1 224 à 975 (dda 1975). La même enquête portant sur les intentions des bergers dans les trois années à venir indique que 17 % seront probablement amenés à cesser leurs activités.

Tableau 7 — Évolution des effectifs du troupeau corse en milliers de têtes.
(Sources : 1. Jeannin 1952, 2. Delanney 1909, 3. Carlotti 1933, 4. Degos 1956, 5. Guigue 1965, 6. Simi 1966, 7. Renucci 1974).

99Tout se passe donc comme si la diminution du troupeau ovin et caprin insulaire, liée à la régression des activités d’élevage, était le moyen d’ajuster les ressources disponibles et les besoins animaux. À l’échelle communale chaque portion de territoire abandonnée par un troupeau est immédiatement annexée par un autre et se trouve, par là même, indisponible pour d’autres utilisations. Non seulement le nombre des exploitations pastorales diminue mais les bergers qui restent estiment qu’il n’y a pas de place pour de nouveaux troupeaux, car les espaces récupérés sont nécessaires pour compenser l’appauvrissement en ressources prélevables.

  • 20 On peut faire l’hypothèse que les années 1970-1971, exceptionnelles par la sécheresse, le nombre e (...)

100Cette logique d’ajustement « au minimum » du nombre des exploitations se complète, plus récemment semble-t-il, par une tendance à la réduction des effectifs de chaque troupeau20. Plutôt que d’aller prélever les ressources partout où elles se trouvent au prix d’un isolement social qui n’est plus supportable, ou d’acheter à des coûts sans cesse croissants les compléments fourragers nécessaires, de nombreux bergers diminuent leur cheptel. On devine aisément les conséquences écologiques de ce renversement des stratégies pastorales. Les effectifs étant adaptés aux ressources disponibles pendant les périodes de déficit fourrager, les ressources printanières ne seront pas suffisamment consommés par le troupeau. Commence alors le processus de l’extension des refus et l’accroissement des surfaces couvertes par le maquis. La maîtrise de l’emmaquisement supposerait, à l’inverse, une charge de bétail proportionnée aux disponibilités printanières, autrement dit un troupeau plus nombreux et, par conséquent, des compléments fourragers plus importants durant les périodes de déficit.

101Cette interprétation reste schématique, sans doute, mais elle met en valeur le cycle régressif déjà mentionné : détérioration des pratiques traditionnelles, ajustement des effectifs animaux aux ressources disponibles, extension du maquis, incendies répétés, diminution consécutive des effectifs du troupeau. Bergers et troupeaux, formations végétales du maquis sont les éléments d’un écosystème dans lequel l’homme contrôle de moins en moins les interdépendances entre ses activités et son milieu biologique.

L’intégration : une modernisation de l’élevage

102Nous avons jusqu’ici tenté d’établir comment le changement social avait transformé l’ancienne économie des échanges entre le berger et son milieu, et comment cette désorganisation du pastoralisme traditionnel aboutissait à la régression des activités d’élevage. Il reste maintenant à se demander dans quelle mesure ce même changement est susceptible de sécréter un autre mode d’organisation des échanges, une nouvelle utilisation des ressources, une autre gestion du troupeau. C’est dans cette optique que nous analyserons brièvement les tentatives de modernisation de l’élevage insulaire.

103L’introduction dans l’île de nouvelles normes d’élevage, transposant les modèles continentaux, consacre le passage à des structures de production relevant de la rationalité économique dominante. Ici comme ailleurs, il revient à inciter les bergers à cultiver eux-mêmes les fourrages dont ils ont besoin – orge et avoine –, à entretenir des prairies artificielles ou temporaires. Il repose sur l’adoption des techniques industrialisées : fertilisation, mécanisation, irrigation. Il implique une dépendance accrue à l’égard de la société globale (nécessité de se procurer les facteurs de production : équipements matériels, engrais et semences, produits de traitement, etc.) et, en Corse comme sur le continent, fait passer l’activité principale du berger de la conduite des animaux et de la transformation du lait à la production de l’alimentation animale. Il est difficile alors, sauf si l’on dispose d’une main-d’œuvre salariée, de conduire le troupeau, de cultiver l’herbe et de fabriquer les fromages tout à la fois.

104D’ores et déjà, en ce sens, un certain nombre d’exploitations se sont transformées et 63 % de la production laitière ovine seraient obtenus aujourd’hui sur des exploitations « où le pasteur a fait place à l’agriculteur » (dda 1975), ces exploitations livrant presque toutes leur lait – 80 % au total – à Roquefort Société.

  • 21 On a pu calculer qu’un éleveur de brebis disposant d’un troupeau de 120 laitières et livrant à Roq (...)

105Cette modernisation de l’élevage a été permise paradoxalement par les caractères originaux du pastoralisme traditionnel. Les revenus de l’élevage nécessaires pour accéder aux matériels techniques se sont constitués en Corse grâce à certains traits permanents du système traditionnel. D’abord la valorisation, par le berger lui-même, des produits de son élevage et de son circuit local de commercialisation : la transformation du lait en fromage permet de tripler en moyenne la valeur de la production laitière21. La faiblesse, ensuite, des coûts de production : dans les élevages restés proches des systèmes traditionnels, il y a peu de dépendance vis-à-vis des données économiques extérieures puisqu’on achète peu de fournitures ou de services ; et si l’on tient compte d’un rapport capital/travail, qui étant donné la faiblesse des capitaux d’exploitation ne relève en rien du mode capitaliste, cet élevage est également peu vulnérable aux variations de conjoncture. Les revenus des bergers corses, à la condition que leur nombre aille en se réduisant, paraissent supérieurs aux revenus des bergers du continent (Pernet & Lenclud 1977). Les caractères originaux du pastoralisme corse ont amorcé un processus d’intégration à l’économie globale, et ont finalement conduit au renoncement à ce qui faisait la spécificité du système dans lequel a pu s’élaborer l’accumulation initiale nécessaire au développement de ce processus d’intégration.

106Cet élevage moderne est-il susceptible d’étendre son aire de fonctionnement jusqu’à englober la plus grande partie des surfaces utilisées dans le cadre de l’ancien système ? Peut-il constituer le support technique de la construction d’un nouvel écosystème ? La réponse à ces questions doit être apportée en se plaçant au niveau des contraintes écologiques de fonctionnement comme à celui des contraintes sociales et économiques.

  • 22 Communauté économique européenne, Carte des pentes moyennes, vol. 2, France, Belgique, Luxembourg. (...)

107Les exploitations destinées à mettre en œuvre les techniques industrialisées de culture de l’herbe ne peuvent, étant donné les caractéristiques géomorphologiques de l’intérieur, s’implanter que dans les fonds de vallée ou les surfaces les plus planes des coteaux : là où se trouvent les sols « mécanisables », voire irrigables. Or ces surfaces à faible pente sont peu nombreuses en Corse. Selon la carte des pentes moyennes, établie par la Communauté économique européenne22, on ne dispose, au-dessus de 300 m d’altitude, que de 32 km2 dont la pente moyenne soit inférieure à 15 %, 29 km2 dont la pente moyenne soit comprise entre 10 et 15 %, 9 km2 dont la pente moyenne soit inférieure à 10 %. Par conséquent, les surfaces abandonnées par l’ancienne agriculture et gagnées par le maquis ne sauraient être toutes réutilisées, même lorsqu’elles ont à leur périphérie des pentes retournées au maquis, que l’on peut exploiter comme réserves d’appoint saisonnier. L’élevage corse moderne, à l’image des aménagements réalisés sur la côte orientale, se « replierait » par conséquent sur quelques points favorables du territoire qui seraient, dès lors, privatisés. Les questions posées par l’extension du maquis et la sous-utilisation des ressources du territoire ne sont donc pas de son ressort, puisqu’il délaisserait, par nécessité, la plus grande partie de ces ressources, accentuant même l’évolution du milieu en supprimant des possibilités de pâturage hivernal, en empêchant les bergers traditionnels d’envisager des cultures fourragères de complément.

108Ce schéma d’élevage n’est pas davantage compatible avec les évolutions sociales et économiques analysées. Nous nous limiterons à le constater ici du seul point de vue de la situation foncière. Certes le système fort onéreux de la vente annuelle d’herbe pousse à l’achat par les bergers des sols qu’ils occupent. Mais ceux qui veulent acheter entrent en concurrence avec des candidats qui envisagent des utilisations agricoles, touristiques, ou même immobilières beaucoup plus spéculatives favorisant la hausse du prix des terres. Au surplus – et c’est là une caractéristique propre à la Corse –, l’imprécision des situations foncières et l’indivision de la propriété renforcent cette tendance à la hausse en restreignant les quantités de terre disponibles sur les marchés. Ainsi, seul un petit nombre de bergers parviendront à s’assurer la maîtrise juridique des surfaces fourragères nécessaires au fonctionnement d’exploitations modernes d’élevage.

109On s’aperçoit donc que pour chacune des catégories d’élevage, celui qui est issu des transformations du pastoralisme traditionnel comme celui qui se définit par la transposition des modèles continentaux, les perspectives de croissance économique sont subordonnées soit à une régression, soit à une stagnation des effectifs d’ensemble. Toutes les conditions paraissent réunies pour que la Corse de l’intérieur soit vouée aux utilisations que l’on connaît, là où l’homme est devenu rare ou bien saisonnier.

  • 23 Cf. les recherches menées par les chercheurs du cepe dans la vallée du Golo. Sur des parcelles où (...)
  • 24 Voir les recherches menées en Sardaigne en liaison avec le programme international sur l’homme et (...)

110Et pourtant les recherches biologiques récentes ont établi que la productivité des écosystèmes végétaux était, en Corse, susceptible de valoriser de nouvelles techniques d’exploitation. Certaines expérimentations23 ont montré que des interventions relativement simples (girobroyage des ligneux et fertilisation) pouvaient améliorer considérablement la qualité nutritive du couvert végétal et modifier, après quelques cycles, la structure de ce couvert, en faisant disparaître des espèces telles que le ciste et en favorisant le développement d’espèces à plus forte valeur alimentaire. Ce type de traitement ne répond pas, sans doute, à la question stratégique du déficit saisonnier. Mais là également des recherches qui portent sur l’élaboration de techniques de pâturage ou de récolte des fourrages arboricoles laissent entrevoir qu’il est possible de dominer les processus conduisant à la diminution des ressources disponibles24. Enfin, les premiers travaux des généticiens et zootechniciens ont souligné les atouts des troupeaux rustiques, tels ceux de Corse, par rapport aux troupeaux appartenant à des génotypes améliorés en fonction des critères modernes de sélection (Flamant 1975).

111Amélioration de la productivité des parcours, maîtrise de l’extension du maquis, meilleure utilisation du maquis lui-même, aptitudes du troupeau : autant de ressources à l’état potentiel pour un type de société susceptible de les définir et de les traiter comme telles, de les intégrer à son propre fonctionnement, économique et social.

Fabrication du fromage et du brocciu dans une exploitation de type traditionnel
Il faut entre deux et trois litres de lait de brebis ou entre trois et six litres de lait de chèvre pour confectionner un fromage frais d’un kilo. Le fromage se fait le matin après la traite. Le lait, transvasé du seau à traite (tinellu), est mis à cailler dans un vaste récipient, généralement la casgiadoghja, avec de la présure (arradu) achetée ou fabriquée par le berger lui-même. La durée du caillage dépend évidemment de la température extérieure : elle ne doit être en aucun cas trop rapide. Deux ou trois heures après le début de l’opération, le caillé est « cassé » (rumpa u casgiadu) avec une louche en bois (cochja) de façon à faire monter le petit-lait (seru). Puis il est déposé dans des formes (fatoghja ou casgiaghja) – autrefois en jonc tressé, elles sont le plus souvent en plastique aujourd’hui – que l’on range sur de longues planches en bois évidées, dont les extrémités en gouttière servent d’égouttoirs (scaffe) et de pièce de transport à la montagne. Le remplissage des formes se fait en plusieurs fois afin que le petit-lait, recueilli dans un chaudron (paghjolu), s’écoule bien. Lorsqu’il est égoutté, le caillé est retourné deux fois. Dans l’après-midi, le berger transporte les cagerottes dans la cave à fromage ou, à la montagne, dans l’abri qui en tient lieu. Celui-ci (casgile) est très bas de plafond de façon à assurer une température plus fraîche et un taux d’humidité constant ; le berger doit souvent ramper pour y pénétrer et travailler accroupi. Là, le caillé est enlevé de la forme et le berger procède, à la main, au salage d’une de ses faces. Il salera l’autre le lendemain. Le fromage est alors disposé sur le tavolidu, vaste planche de bois, contenu entre un bord extérieur et une barre mobile afin qu’il acquière sa forme carrée aux angles caractéristiques vaguement arrondis. Il commencera alors à se transformer, de pâte fraîche qu’il était (furmagliu) en fromage vieux (casgiu). Plusieurs jours de suite on le tourne et le retourne ; lissé à la main, il est essuyé avec un linge humide, puis mis à vieillir. Son mûrissement est soigneusement contrôlé.
Le brocciu ou brousse se fait dans les mêmes conditions. Il s’obtient à partir d’un mélange de lait et de petit-lait : 4 l de lait et 24 l de petit-lait pour certains bergers, 7 l de lait et 30 l de petit-lait pour d’autres. Le brocciu pèse généralement entre 2,5 et 3 kg.
Voici comment nous l’avons vu fabriquer dans diverses bergeries de montagne. Le berger met à chauffer le paghjolu qui contient le petit-lait à 15-20 cm au-dessus d’un feu de bois soigneusement disposé en carré pour que la chaleur soit également répartie. Dès que le petit-lait est chaud, mais non bouillant, il verse d’un coup le lait (puricciu), puis ajoute une poignée de sel. Tout en surveillant le mélange pour qu’il n’entre pas en ébullition, le berger filtre doucement la surface du liquide. Lorsque le brocciu monte à la surface, le feu est diminué puis arrêté. Le paghjolu est alors mis à l’abri. Le berger enlève toutes les particules puis ramasse le brocciu à la louche et les chutes (fioru) à la cuiller. Le tout est placé dans une forme ancienne en jonc. Le brocciu se consomme soit frais soit vieilli et entre dans de nombreux plats traditionnels.
Cette élaboration très artisanale tranche évidemment avec la fabrication semi-industrielle du brocciu telle qu’elle est menée dans certaines fromageries.

Notes

1 Certains fonds des Archives départementales de la Corse-du-Sud (adc) (séries 9 M, 13 M, 14 M, 0) contiennent des données numériques sur l’élevage. Mais la comparaison des informations disponibles montre des écarts aberrants qui renseignent plus sur le contexte social et politique que sur la réalité pastorale.

2 Nous ne prétendons nullement recenser et analyser toutes les institutions sociales liées directement ou non au mode technique d’exploitation des ressources animales ou végétales : bien des secteurs de la société corse traditionnelle pourraient être utilement interrogés sans pour autant tomber dans un excès fonctionnaliste. (Sur la difficulté de discerner les faits sociaux ayant une fonction manifeste ou latente dans le procès d’adaptation au milieu, voir Robert Mc C. Netting 1965.) Nous ne prétendons pas davantage démontrer la nécessité des institutions sociales ayant effectivement coexisté avec cette forme d’utilisation du milieu. Entre la reconstitution, après coup, d’une expérience qui s’est historiquement réalisée et l’élaboration répétitive d’un protocole expérimental, il y a une différence qui ne pénalise pas seulement les sciences de l’homme et de la société.

3 Isac Chiva (1958) parle de « structure réticulaire », par opposition à la structure pyramidale des systèmes sociaux dits complexes.

4 Dans une commune de l’étage alpin où nous avons mené une enquête, l’étude de 559 mariages célébrés sur place entre 1850 et 1910 fait apparaître que 90 % des conjoints auraient été originaires de la commune. On note en même temps une nette tendance à l’endogamie au sein de chacun des villages de la commune qui étaient autrefois des communautés distinctes.

5 Dans telle ou telle commune, le dépouillement des listes nominatives pourrait faire croire à l’existence d’une population pastorale. Mais si l’on y regarde de plus près, on s’aperçoit qu’un individu mentionné comme berger (pastore) lorsqu’il était inclus dans un groupe familial de résidence en tant que fils ou gendre du chef de famille, acquérait souvent le statut d’agriculteur (coltivatore) lorsqu’il devenait chef de famille. L’individu compte moins, dans cette optique, que le groupe familial et domestique.

6 Voir par exemple la famille décrite en 1890 par Maximilien Bigot (1971). Nous avons pour notre part recueilli toute une gamme de situations concrètes de division du travail, variant tant du point de vue du principe de partage des tâches que de celui de son caractère, durable ou non.

7 La compagnie (cumpania) était une institution propre aux communautés transhumantes. Elle se composait d’un chef-berger (capu pastore) et d’un nombre variable de bergers mettant en commun troupeaux et force de travail sur des pâturages collectivement loués. Le chef-berger, élu ou reconnu comme tel, exerçait son autorité sur l’ensemble des opérations techniques et économiques : choix du rughjone (pâturages loués dans le bas pays), négociation avec le ou les propriétaires, organisation de la campagne, attribution des tâches en fonction des compétences (gardiennage des bêtes laitières, conduite des agnelles, surveillance des muntoni), répartition des bénéfices en fonction du nombre de bêtes laitières introduites sur le rughjone après soustraction des frais collectifs d’alimentation. Cette institution à caractère techno-économique reflétait cependant les formes de la structure sociale. Nous connaissons ainsi un village où il y avait traditionnellement deux compagnies : une pour chaque « clan » politique.

8 La requête suivante, écrite par un berger, ou pour lui, auquel il était reproché par l’administration de s’être approprié une parcelle du domaine, illustre l’ambiguïté des relations entre propriété privée et communale : « La terre que je possède [souligné par nous] depuis quarante-deux ans sur le territoire de X., cette terre sauvage que j’ai défrichée en y faisant la culture, cette parcelle de terrain que j’ai entourée d’un mur, j’entends qu’elle ne soit pas sur le domaine de l’État mais qu’elle soit située sur le sol des biens communaux. » (adc, 2 Q 82.) Le berger en question, ou son conseiller, entendait sans doute « traduire » la procédure traditionnelle d’investissement privé du communal dans les termes administrativement recevables de la prescription acquisitive ou usucapion.

9 On sait combien les données statistiques disponibles pour la Corse, dans tous les domaines, sont d’un maniement délicat. Elles sont évidemment le produit d’une situation politique, économique et sociale qu’elles décrivent bien… mais au second degré.

10 Pour ce qui concerne le contexte d’ensemble, voir Édouard Perrier (1974), Anne-Marie Guigue (1965), Jean-Émile Hermitte (1974) et Janine Renucci (1974). Pour ses illustrations au niveau micro-régional et local, voir Madeleine Favreau-Cancellieri (1975), Pierre Simi (1966) et Camille Raichon (1976).

11 Dans l’une des communes étudiées, on confiait au magnétophone de N. Vincenzini : « Le dernier cadastre a encore tout embrouillé et mélangé les propriétaires. Il y a des gens qui n’avaient pas de terres dans certains endroits et il leur en a donné […] On se demande où il est allé chercher ces noms-là […] La moitié du territoire est passée aux autres. » L’informateur ajoutait aussitôt : « Tout le monde ici sait tout, chacun connaît son bien. »

12 Un exemple des conséquences de cette situation : dans une commune de l’étage alpin, la municipalité a dû traiter avec vingt-deux copropriétaires pour acquérir un sol de moins d’un are. Dans la même commune, les éleveurs de porcs qui s’associent pour louer une châtaigneraie, dont les fruits nourrissent soixante cochons pendant un mois, négocient chaque année avec trente-six propriétaires dont un seul est propriétaire unique de sa parcelle. Les autres agissent comme des gérants de propriétés familiales.

13 Ce n’est là qu’un aspect de l’inversion de la hiérarchie traditionnelle entre montagne et littoral. Jusqu’à une époque récente, les bandes côtières étaient des espaces peu valorisés. Dans de nombreuses pièves, lorsqu’on voulait indiquer qu’un individu était mentalement dérangé, on disait qu’il avait une lenza (planche de culture) sur le littoral. Bien souvent les partages de communaux affectèrent ces zones aux « marginaux » de la communauté, tandis que les familles autochtones se réservaient les espaces montagnards (Lamotte 1956b). De même pour les partages familiaux. L’ironie de la situation n’échappe pas à certains de leurs descendants lorsqu’ils observent la côte les jours d’été…

14 adc 6 M 668. Pour la commune voisine d’An., la superficie emblavée en blé d’automne n’excéderait pas 45 ha pour 22 exploitations.

15 La Corse a toujours été la lanterne rouge dans les classements par département du bien-être rural. Au début du siècle, l’enquête nationale sur la fortune privée attribue au Corse à peine plus du tiers du revenu moyen du Lozérois, avant-dernier au classement français. Cette austérité extrême a contribué largement à accélérer le mouvement de dépopulation. En 1954 encore, pour maints indices de ce bien-être, elle se situe au dernier rang. Si, dans la poussée des vingt dernières années, on constate une remontée très partielle du niveau de vie, il est certain que l’émigration qui garde ses racines locales propage les standards de vie urbains, en fournit une grille de référence et rend plus insupportable le décalage entre ceux qui sont partis et ceux qui sont restés. Par ailleurs, la meilleure satisfaction des besoins dits quantitatifs en matière de bien-être se réalise dans un isolement social dont nous avons mentionné plus haut le caractère aigu.

16 Nous nous référons aux travaux des équipes de botanique et phytosociologie qui ont participé à l’action concertée « Équilibre et lutte biologique » en Corse (voir notamment Barry & Manière 1978).

17 « Le maquis qui procède de la dégradation de la silva originelle n’occupe pas la même situation topographique, n’a pas la même consistance… » (Barry & Manière 1978).

18 Continuité qui inspire des commentaires de ce type : « Les propriétaires de troupeaux que l’on appelle des bergers ne pratiquent pas un élevage digne de ce nom ; on en est toujours au stade pittoresque des nomades pasteurs en perpétuel conflit avec les propriétaires du sol » (dda 1970). On peut se demander si de telles appréciations ne se fondent pas uniquement sur l’impression de décalage que procure la comparaison entre les supports matériels du genre de vie pastoral en Corse et leurs équivalents sur le continent. Dans une telle optique, la seule vétusté, par exemple, des équipements pastoraux (comme les cabanes d’estive si « archaïques » d’aspect, mais dont la construction remonte en réalité le plus souvent au siècle dernier) porterait le sceau de l’authenticité.

19 Les travaux consacrés à la transformation de la zadruga, par exemple, ont bien montré que la scission de la famille élargie en ménages de dimension réduite est directement liée à l’individualisation de la consommation, elle-même accélérée par la pénétration de l’économie monétaire. L’utilisation de l’argent pour satisfaire les besoins de consommation a pour conséquence immédiate d’élargir et de diversifier la gamme des choix personnels.

20 On peut faire l’hypothèse que les années 1970-1971, exceptionnelles par la sécheresse, le nombre et l’extension des incendies (35 000 ha de maquis ont brûlé) marquent, à cet égard, un palier.

21 On a pu calculer qu’un éleveur de brebis disposant d’un troupeau de 120 laitières et livrant à Roquefort Société sa production de sept mois de traite gagne, au prix de la campagne 1975-1976, 22 000 francs. Si cet éleveur avait transformé sa production en fromages, vendus aux tarifs de 1975-1976, il aurait gagné au minimum 55 000 francs.

22 Communauté économique européenne, Carte des pentes moyennes, vol. 2, France, Belgique, Luxembourg. Informations internes sur l’agriculture.

23 Cf. les recherches menées par les chercheurs du cepe dans la vallée du Golo. Sur des parcelles où la charge initiale à l’hectare était de 0,2 brebis, on a pu obtenir les charges suivantes : après incendie et sans fertilisation, 0,3 à 0,4 brebis/ha ; après incendie et 100 U. de npk, 1 à 1,5 brebis/ha ; après girobroyage et 100 U. de npk, 2 brebis/ha ; après girobroyage et 200 XJ. de npk, 2,5 brebis/ha.

24 Voir les recherches menées en Sardaigne en liaison avec le programme international sur l’homme et la biosphère (mab) de l’Unesco.

Table des illustrations

Légende * Sans transhumance.Tableau 1 — Calendrier du déficit fourrager (en millions d’UF).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Légende Tableau 2 — Évolution de la population entre 1891 et 1954.(Source : Guigue 1965.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Légende Tableau 3 — Activités productives en Corse.(Source : 1. Schéma… 1970, 2. Hermitte 1974.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Légende Tableau 4 — Évolution céréalière et exportations fromagères de la Corse (1868-1928).(Source : Delanney 1909.)
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Tableau 5 — Taux d’utilisation des sols.(Source : Morch 1968).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Légende Tableau 6 — Importation de pailles et de foins (en quintaux).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 46k
Légende Tableau 7 — Évolution des effectifs du troupeau corse en milliers de têtes.(Sources : 1. Jeannin 1952, 2. Delanney 1909, 3. Carlotti 1933, 4. Degos 1956, 5. Guigue 1965, 6. Simi 1966, 7. Renucci 1974).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2722/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 77k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search