Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

Illustrations

Texte intégral

1 – Ces « floricottes » qu’on aime à voir pousser dans les jardins paysans. Lucienne en son « petit jardin » de fleurs et de légumes mêlés (photo M. Bergues).

2 – Le jardin paysan exprime la règle du « savoir tout faire et ne rien jeter ». Le « grand jardin » chez Lucienne L., en hiver (photo M. Bergues).

3 – « Fleurs anciennes, petites fleurs », fleurs résistantes, le « devant » de Suzanne T. comprend aussi de jeunes plants de légumes (photo M. Bergues).

4 – Raymonde B. a coutume de repiquer des tiges dans les pots déjà occupés et toujours recyclés. Comme les légumes, les fleurs sont décrites avec des termes anthropomorphiques (photo M. Bergues).

5 – Voisinage des genres dans un jardin paysan. Issues de dons et de repiquages, les cactées en viennent à faire collection. Saint-Céré, 2003 (photo M. Bergues).

6 – Rarement achetées, le plus souvent semées ou bouturées, les fleurs révèlent aussi le réseau de celles, parentes et voisines, qui « se donnent ». Divers bricolages, pour faire pousser ou préserver les semis de la volaille, sont utilisés. Jardin paysan à Girac, 2006 (photo M. Bergues).

7 – Plants de melon et « petites fleurs » installés dans une potée bricolée et surélevée, volailles qui vaquent, le « devant » exprime la culture paysanne. Un autre jardin paysan à Girac, 2006 (photo M. Bergues).

8 – Les fleurs assurent le lien entre morts et vivants d’une même lignée. Et on élève les chrysanthèmes pour le « cimetière » au même titre que les autres végétaux. Ici, les pieds mères. Girac, 2006 (photo M. Bergues).

9 – « Ce sont des fleurs sauvages, ce ne sont pas des fleurs achetées. C’est peut-être ce qui ne me vaut pas des points. » Marthe A. et sa « bordure » : entre jardin paysan et jardin fleuri (photo M. Bergues).

10 – Dans les jardins fleuris et bientôt primés, il faut « cacher la ferme ». Et les « fleurs-fleurs » marquent les seuils, comme ici le long du four à pain chez Jeannette C. (photo M. Bergues).

11 – Les annuelles aux couleurs vives éclatent dans les massifs, sur fond de pelouse toujours verte. Dans le jardin de Marguerite B. (photo J.-L. Obereiner).

12 – Géraniums « roi du jardin » et anciens outils esthétisés dans le jardin de Yolande V. (photo M. Bergues).

13 – Le « fleurier » de Jeannette C. ou la passion des fleurs (photo M. Bergues).

14 – À la belle saison, les « fleurs vives » dominent sur les marchés (photo M. Bergues).

15 – Des villages comme des jardins, « fleuris » : le fleurissement public participe du même mouvement que celui qui s’observe à l’échelle privée. Mairie de Caniac-du-Causse (photo N. Blaya).

16 – Un jardin « au naturel » inspiré du modèle anglais. Mixed-borders dans le jardin de Rose V. (photo M. Bergues).

17 – La fleur devient suspecte d’artificialité. « Herbaceous-borders » et pergolas dans le jardin de Clive J. (photo M. Bergues).

18 – Dans les jardins « au naturel », le passage à l’espace environnant est soigneusement organisé. Derrière la maison de Clive J. (photo M. Bergues).

19 – Recevoir les amateurs en son jardin, mais ne pas postuler aux concours de fleurissement. Le jardin de Gisèle B., ses vivaces et ses arbres (photo M. Bergues).

20 – Pour « un nouvel art de vivre à la campagne ». M. et Mme V. ; depuis le banc, le jardin est vu en perspective (photo M. Bergues).

21 – Sous l’impulsion des associations, les bourses aux plantes se développent à partir des années 1990 et fédèrent un public d’amateurs, voire de collectionneurs. L’Abbaye-Nouvelle, 1992 (photo M. Bergues).

22 – « Doronicum austriacum est très élégant, columnae est plus pointu », le rapport aux plantes unit un réseau d’amateurs souvent déterritorialisé. Week-end Mon jardin et ma maison, 1994, Lot (photo M. Bergues).

23 - L’histoire du fleurissement, privé ou public, doit à la palette florale des grands parcs urbains du Second Empire, dont la pratique de la mosaïculture est directement issue. Elle doit aussi au développement du tourisme, et notamment à l’action du Touring club de France en faveur de l’hygiène et de la mise en paysage du pays (photo monregard – Fotolia.com).

24 – Dans l’entre-deux-guerres, enseignement, presse spécialisée et organismes professionnels prônent hygiénisme et progrès technique. Carte postale (coll. personnelle).

25 – Depuis le xixe siècle, le rôle de l’horticulture a été déterminant dans la fabrication de la palette des « plantes décoratives » du « jardin fleuri ». Il se confirme avec l’amélioration des techniques et les nouveaux modes de commercialisation (photo Bertrand Ternès – Fotolia.com).

26 – Institutionnalisés en 1959, les concours de fleurissement des maisons, des villes et des villages sont les grands promoteurs du « jardin fleuri » jusqu’à la fin des années 1980. Quelle que soit l’échelle territoriale, les fleurs sont requises pour fabriquer du lien et de l’espace à la fois (brochure Comité national pour le fleurissement de la France).

27 – À partir de la fin des années 1990, tandis que le jardin devient « passion nationale », le « nouveau fleurissement » privilégie vivaces ou plantes dites naturelles et se doit d’être intégré à l’environnement. Le concours de 1996 annonce le changement d’orientations brochure Comité national pour le fleurissement de la France).

Table des illustrations

Légende 1 – Ces « floricottes » qu’on aime à voir pousser dans les jardins paysans. Lucienne en son « petit jardin » de fleurs et de légumes mêlés (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 2 – Le jardin paysan exprime la règle du « savoir tout faire et ne rien jeter ». Le « grand jardin » chez Lucienne L., en hiver (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 758k
Légende 3 – « Fleurs anciennes, petites fleurs », fleurs résistantes, le « devant » de Suzanne T. comprend aussi de jeunes plants de légumes (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 4 – Raymonde B. a coutume de repiquer des tiges dans les pots déjà occupés et toujours recyclés. Comme les légumes, les fleurs sont décrites avec des termes anthropomorphiques (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 5 – Voisinage des genres dans un jardin paysan. Issues de dons et de repiquages, les cactées en viennent à faire collection. Saint-Céré, 2003 (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 999k
Légende 6 – Rarement achetées, le plus souvent semées ou bouturées, les fleurs révèlent aussi le réseau de celles, parentes et voisines, qui « se donnent ». Divers bricolages, pour faire pousser ou préserver les semis de la volaille, sont utilisés. Jardin paysan à Girac, 2006 (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 763k
Légende 7 – Plants de melon et « petites fleurs » installés dans une potée bricolée et surélevée, volailles qui vaquent, le « devant » exprime la culture paysanne. Un autre jardin paysan à Girac, 2006 (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 8 – Les fleurs assurent le lien entre morts et vivants d’une même lignée. Et on élève les chrysanthèmes pour le « cimetière » au même titre que les autres végétaux. Ici, les pieds mères. Girac, 2006 (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 737k
Légende 9 – « Ce sont des fleurs sauvages, ce ne sont pas des fleurs achetées. C’est peut-être ce qui ne me vaut pas des points. » Marthe A. et sa « bordure » : entre jardin paysan et jardin fleuri (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Légende 10 – Dans les jardins fleuris et bientôt primés, il faut « cacher la ferme ». Et les « fleurs-fleurs » marquent les seuils, comme ici le long du four à pain chez Jeannette C. (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 11 – Les annuelles aux couleurs vives éclatent dans les massifs, sur fond de pelouse toujours verte. Dans le jardin de Marguerite B. (photo J.-L. Obereiner).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 12 – Géraniums « roi du jardin » et anciens outils esthétisés dans le jardin de Yolande V. (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1020k
Légende 13 – Le « fleurier » de Jeannette C. ou la passion des fleurs (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Légende 14 – À la belle saison, les « fleurs vives » dominent sur les marchés (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 923k
Légende 15 – Des villages comme des jardins, « fleuris » : le fleurissement public participe du même mouvement que celui qui s’observe à l’échelle privée. Mairie de Caniac-du-Causse (photo N. Blaya).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 16 – Un jardin « au naturel » inspiré du modèle anglais. Mixed-borders dans le jardin de Rose V. (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende 17 – La fleur devient suspecte d’artificialité. « Herbaceous-borders » et pergolas dans le jardin de Clive J. (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 18 – Dans les jardins « au naturel », le passage à l’espace environnant est soigneusement organisé. Derrière la maison de Clive J. (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 1021k
Légende 19 – Recevoir les amateurs en son jardin, mais ne pas postuler aux concours de fleurissement. Le jardin de Gisèle B., ses vivaces et ses arbres (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 947k
Légende 20 – Pour « un nouvel art de vivre à la campagne ». M. et Mme V. ; depuis le banc, le jardin est vu en perspective (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 21 – Sous l’impulsion des associations, les bourses aux plantes se développent à partir des années 1990 et fédèrent un public d’amateurs, voire de collectionneurs. L’Abbaye-Nouvelle, 1992 (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 875k
Légende 22 – « Doronicum austriacum est très élégant, columnae est plus pointu », le rapport aux plantes unit un réseau d’amateurs souvent déterritorialisé. Week-end Mon jardin et ma maison, 1994, Lot (photo M. Bergues).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Légende 23 - L’histoire du fleurissement, privé ou public, doit à la palette florale des grands parcs urbains du Second Empire, dont la pratique de la mosaïculture est directement issue. Elle doit aussi au développement du tourisme, et notamment à l’action du Touring club de France en faveur de l’hygiène et de la mise en paysage du pays (photo monregard – Fotolia.com).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Légende 24 – Dans l’entre-deux-guerres, enseignement, presse spécialisée et organismes professionnels prônent hygiénisme et progrès technique. Carte postale (coll. personnelle).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 817k
Légende 25 – Depuis le xixe siècle, le rôle de l’horticulture a été déterminant dans la fabrication de la palette des « plantes décoratives » du « jardin fleuri ». Il se confirme avec l’amélioration des techniques et les nouveaux modes de commercialisation (photo Bertrand Ternès – Fotolia.com).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Légende 26 – Institutionnalisés en 1959, les concours de fleurissement des maisons, des villes et des villages sont les grands promoteurs du « jardin fleuri » jusqu’à la fin des années 1980. Quelle que soit l’échelle territoriale, les fleurs sont requises pour fabriquer du lien et de l’espace à la fois (brochure Comité national pour le fleurissement de la France).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende 27 – À partir de la fin des années 1990, tandis que le jardin devient « passion nationale », le « nouveau fleurissement » privilégie vivaces ou plantes dites naturelles et se doit d’être intégré à l’environnement. Le concours de 1996 annonce le changement d’orientations brochure Comité national pour le fleurissement de la France).
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2714/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search