Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

Conclusion

Texte intégral

1Les « jardins ordinaires », comme les nomme Françoise Dubost (1997), sont bien ces livres ouverts qui se prêtent à lecture. Le texte écrit avec des plantes, des pots, des massifs, des parterres, des allées, des pelouses ou des objets plus incongrus fait aussi l’objet de commentaires jardiniers, devenus inséparables du support qu’ils décrivent, lieu d’une pratique souvent passionnée. Car rares sont les endroits où représentations et pratiques se trouvent à ce point « collées » les unes aux autres, où le geste accompagne l’idée, où l’appréciation motive l’action. Cela tient peut-être au statut du jardin, espace intermédiaire s’il en est, à la fois dedans et dehors, intime et ouvert, privé et public, espace ambivalent aussi, masculin et féminin, personnel et collectif, artificiel et naturel, utile et inutile, important et dérisoire. Ces caractères, par leur indéfinition, lui ouvrent une gamme des possibles, une liberté presque, qui vont parfois jusqu’à contenir le monde, sa représentation tout au moins. Je me souviens de ces femmes complètement « prises » par cet espace, paysannes vaquant aux occupations nombreuses du « dehors » avec une concentration qui le transformait en royaume, femmes retraitées de tous horizons construisant une sorte de « bulle » fleurie, à partager toutefois, mais « bulle » intimement personnelle. Je me souviens de tous ces mots et de tous ces pots, qui parlent de celui qui les dit et les fait, qui parlent de la matière respectueusement triturée et des relations aux choses du vivant, qui parlent des autres, gens aimés et gens croisés, gens absents ou passants, voisins ou gens d’ailleurs, du monde des fleurs aussi parfois. Ce sont ces paroles et écritures qui font du jardin le précipité de culture que j’ai tâché de découvrir.

2La fleur s’est imposée très vite comme indicateur majeur, à tel point qu’elle a parfois pris le pas sur les autres végétaux ou les autres éléments et qu’elle aurait pu reléguer au second plan l’organisation de l’espace, pourtant fondamentale elle aussi. Plus qu’un indicateur de choix, la fleur est un médiateur. Par elle, passe toute la relation jardinière, relation au jardin, relation à soi, aux autres, à la nature. Elle-même est un précipité de jardin. Et que les formes se répètent à différentes échelles ou bien diffèrent, le fond, de la fleur ou du jardin, est identique. Un monde dans un pot. Le choix de la fleur reflète également ce qui se passe dans ces lieux où les femmes (le jardinage, tel que je l’ai abordé, est essentiellement féminin) font la part belle aux fleurs : « quand je suis dans les fleurs », « je vais aux fleurs ». Par ailleurs, cette entrée est d’autant plus intéressante qu’elle n’a pas été étudiée comme telle. L’« inutilité » relative de la fleur, sa valeur surtout esthétique expliquent peut-être cette manière d’oubli, dont certains discours jardiniers se font d’ailleurs l’écho.

3Quant à la liberté jardinière, elle a toutefois des limites. Les « arts de faire » chers à Michel de Certeau s’intègrent dans une histoire spécifique, dans des moments culturels qu’ils reflètent peut-être davantage qu’ils ne les transgressent. Et si les grilles de lecture sont toujours à même d’être affinées, il n’est cependant pas une infinité de manières de choisir, classer et mettre en scène les végétaux ni même d’organiser l’espace domestique dans son ensemble. Mais les trois types de fleurissement décrits, synchroniques et diachroniques à la fois, renvoient à des situations contrastées où existe toujours une part d’irrépressible singularité. Le goût du jardin est lui aussi variable. Si de nombreux jardins de « passionnés » ont été retenus, c’est que cette passion est révélatrice de ce qui se joue aussi ailleurs, à des échelles d’intensité moindre (Bromberger 1998). Comme le conflit, la passion exacerbe les relations, rendues à cette occasion plus lisibles.

4Les trois types de fleurissement doivent aux observations de terrain tout en les dépassant. Comme les autres départements ruraux, le Lot compte une population agricole très minoritaire dont les jardins (ou plutôt les cours, car il n’est de jardin que potager) se laissent subdiviser en deux catégories génériques. Les cours sont devenues « jardins fleuris » à partir des années 1960 quand les jeunes agricultrices (même si elles n’en ont pas le statut), imprégnées de l’idéologie du progrès de l’après-guerre et de l’intensification agricole, transforment le « jardin paysan » de leurs ascendantes. Mais la campagne lotoise, et plus largement française, reste ponctuée de ces lieux où on trouve « un peu de tout » qui qualifient les abords d’exploitations bientôt vouées à s’éteindre. Plus courants sont les jardins fleuris, qui ceignent les exploitations dites modernistes mais aussi, et peut-être surtout, la grande majorité des maisons individuelles qu’occupe une large part de la population française et dont le nombre croît chaque jour. Ces jardins fleuris sont caractérisés par la présence d’une certaine gamme de végétaux et d’un certain type d’organisation de l’espace. Aujourd’hui pourtant, dans le contexte d’un engouement jardinier presque général, et d’une faveur nouvelle accordée aux questions environnementales, les jardins d’une catégorie plus choisie de la population font valoir une autre manière de fleurir et de paysager l’espace, plus « naturelle ».

5Ces manières de fleurir se laissent repérer à leurs motifs emblématiques. Du jardin paysan, il faut retenir la présence de certaines plantes, vivaces pour la plupart, « plantes anciennes » ou « floricottes », installées au gré des occasions dans des récipients de tous ordres et souvent issues du savoir-jardiner ou de l’échange de voisinage. On pourrait encore évoquer le mélange, l’accumulation, les mises en relations inédites, qui valent pour les plantes à fleurs autant que pour les autres végétaux, animaux et même objets de la sphère domestique. Dans le jardin fleuri, domine la couleur : vive et chaude, si ce n’est criarde comme le disent ses détracteurs, couleur des plantes annuelles et estivales parmi lesquelles le géranium reste « roi du jardin », sur fond de pelouse verte. Volontiers hébergées par de vieux outils restaurés pour l’occasion, les plantes marquent une organisation de l’espace, ponctuant entrées et sorties, déplacements et lieux centraux. Dans le jardin « au naturel », s’imposent les massifs en pleine terre et autres mixed-borders, composés de vivaces exclusivement, agrémentés de pergolas, de treilles, de tonnelles. Pour toujours évoquer « la nature », celle qui commence au bout du jardin (le paysage agricole) comme dans l’imaginaire.

6Dans le jardin paysan, l’« amitié respectueuse » (Haudricourt 1962) s’adresse aux fleurs, mais aussi aux animaux, domestiques et de basse-cour, ou encore aux légumes. Ce « monde » en relation permanente, où genres et sous-espaces ne sont que faiblement discriminés, en appelle à un réseau d’échanges, de voisinage le plus souvent, fédéré par le partage de valeurs identiques. Dans le jardin fleuri, les plantes à fleurs prennent le pas sur les autres aspects qui font l’espace péridomestique, concourant parfois à la « réalisation personnelle » (Bromberger 1998 : 30) des jardinières prises de passion. Au gré de ce mouvement qui conduit de la cour au jardin, la distance se creuse avec les autres, autres éléments, autres genres, autres gens. Pourtant, le jardin fleuri est aussi celui des villes et des villages, comme pour témoigner d’une intégration sociale réussie. Le jardin « au naturel » adhère également à un « monde », celui des amateurs et des spécialistes, de « vrais jardins » composés de plantes plus ou moins rares, naturelles ou sophistiquées. La relation aux végétaux y demeure amicale mais se fait plus savante tandis qu’elle détermine la relation aux autres, classés pour l’occasion en fonction de leurs positions jardinières. Si le traitement des fleurs reflète la relation à l’autre, il indique également la part de soi, l’attention portée à sa propre réalisation, à son propre confort et bien-être, et encore une relation plus générale à la nature et au cosmos, médiatisée par la plante. Mise en ordre des êtres et des choses, ces différents aspects sont aussi redevables d’une histoire culturelle et des valeurs significatives d’une époque.

7Des fleurs prétextes aux fleurs placées au cœur de la relation, des fleurs éléments d’un tout aux fleurs tout devenues, le mouvement est d’amplitude. Le caractère « malléable » des plantes (Thomas 1985 : 33) augure bien de la capacité de la relation jardinière à « convertir la nature en culture » (ibid.), et la culture en nature. Les différentes formes du fleurissement ont aussi cette caractéristique d’être isomorphes : elles sont contenues dans les plantes elles-mêmes ou dans le jardin, comme déjà souligné, mais également dans l’aménagement des espaces publics, ruraux ou urbains, ou encore dans les discours qui accompagnent leur présence. Cette concordance de sens à différentes échelles, du détail à l’ensemble, du local au global, de l’individuel au collectif, donne sans doute sa cohérence à l’objet fleurissement autant qu’elle questionne ce qui ressort de sa constitution historique.

8Le recours à l’histoire éclaire la place dominante du jardin fleuri qui demeure à l’aube du xxie siècle, souvent perçu par les particuliers ou par les communes comme le seul légitime. Il est vrai qu’il porte en lui une série de normes, relatives à l’ordre, au propre et au beau, toujours d’actualité, et dont le xxe siècle accompagne la lente affirmation. Mais ses racines puisent plus avant, dès la fin du xviiie siècle, où les fleurs entament un parcours d’agrément qui ne va plus cesser, devenant une des expressions de la « bonne conduite » et du « polissage » propre à la nouvelle « civilisation des mœurs » (Elias 1991). Mais c’est surtout avec le Second Empire et son idéologie progressiste autant qu’hygiéniste que s’affirme une mise en ordre durable, exemplifiée au jardin. Les parcs urbains deviennent modèles tandis que le développement de l’horticulture influe directement sur la diffusion de la « culture des fleurs » (Goody 1994). Le tourisme naissant aura tout autant une incidence grandissante dans les décennies suivantes. En effet, la fascination pour une nature grandiose s’accompagne d’un désir d’hygiène en direction des villes et villages que des organismes tel le Touring Club de France n’auront de cesse d’imposer.

9Ainsi s’originent les concours de fleurissement, qui vont tout au long du xxe siècle affiner et réifier le mode du jardin fleuri, conjointement à l’élaboration d’une palette végétale spécifique, élaborée par les professionnels de l’horticulture. Diffusé par les concours désormais sous tutelle d’un organisme étatique (le Comité national du fleurissement de la France), il fait l’objet d’une véritable cristallisation dans la seconde partie du siècle, tandis que se généralise une idéologie du progrès. Outre le rôle historique du tourisme, de l’hygiénisme et des concours, la lente fabrication des jardins et des espaces extérieurs en paysage doit encore aux mutations de l’agriculture depuis les années 1950 et à l’affirmation d’une société dite de croissance, puis à la transformation de la structure des campagnes et du lien social, à l’avènement, enfin, d’une conscience écologiste et d’un goût renouvelé pour le jardin. Car ce n’est que dans les dernières décennies qu’émerge le privilège accordé au « jardin au naturel », sous l’influence d’une attention nouvelle aux phénomènes environnementaux et d’un « désir de campagne » (Hervieu & Viard 1996 : 10) essentiellement urbain, que le récent engouement jardiner, mais également l’aménagement paysager des villes et des villages, expriment. Il faut tout de même préciser que les concours du xxe siècle, en lien avec le secteur horticole, avaient fini par produire le fleurissement comme phénomène isolé, ce à quoi n’étaient étrangers ni une perception de la nature aujourd’hui dépassée ni le désintérêt du paysagisme pour les jardins.

10Aujourd’hui, du spectaculaire essor du marché du jardinage à la multiplication des initiatives patrimoniales et/ou ludiques qui prennent le jardin pour support, du primat accordé à une palette dite naturelle à une refonte jugée nécessaire de l’aménagement des espaces publics, du succès des notions de « développement durable » ou de « gestion différenciée » à celui du concept de « planète-jardin », le jardin fleuri est largement dépassé. Mais il perdure dans les pratiques. Et n’est pas sans présenter des correspondances avec le jardin « au naturel » : le désir d’ordre, la rationalisation de l’espace, le privilège accordé à une gamme végétale existent de part et d’autre même s’ils s’expriment par des mises en scène et des choix différents. Parmi les différences toutefois, on observe, pour ce qui est du « jardin “au naturel” », la réactualisation du « dilemme » dont parle Keith Thomas entre « les besoins matériels de l’homme » et « une nouvelle sensibilité à la nature » – qu’il voit émerger en Angleterre à partir de 1800 et dont le jardin dit anglais s’est fait l’expression. Le jardin fleuri manifeste davantage, quant à lui, une vue positiviste du progrès. Au gré de la nouvelle faveur environnementale et patrimoniale, le jardin paysan, grand oublié des concours du xxe siècle, se trouve en partie réhabilité. Ce qui laisse supposer des accointances entre jardins paysan et « naturel ». Mais c’est compter sans le mode singulier du premier de bricoler et d’échanger, de mettre en relation ordres, genres et espèces, dans un temps qui ne distingue pas travail et loisir, et dans un espace limité mais qui « fait territoire ». Cette manière-là n’est toutefois que rarement prise en compte dans les entreprises de patrimonialisation et de mise en scène de la nature qui s’appliquent (dans la suite des « villages fleuris » des concours) à l’espace rural d’aujourd’hui.

11Au fil de cette histoire et de ces processus, les habitants-jardiniers apparaissent comme de plus en plus encadrés, soumis à des normes imposées d’en haut, ou d’ailleurs. Si les contextes historique, sociologique et économique déterminent fortement les manières de faire, néanmoins, les choses ne sont pas si tranchées. Ainsi les objets de l’« ancien temps » viennent-ils décorer le jardin fleuri avant qu’ils n’agrémentent les places des villages ; surtout, le jardin au naturel a ses émules, habitants et institutions locales, bien avant que l’organisme national chargé du fleurissement ne modifie ses vues ou que la presse spécialisée n’en fasse son quotidien. L’attention jardinière se fait affût, et découverte : des savoirs spécialisés et presque encore confidentiels, des « arts de faire » où l’invention peut germer. L’engouement d’aujourd’hui, qu’il s’attache aux jardins « au naturel » ou au paysage, est à cet endroit comparable avec d’autres domaines : l’affranchissement du local par rapport aux dimensions communales, départementales, nationales s’observe également avec « la fièvre d’histoire » (Fabre 2001 : 25) ou « l’injonction patrimoniale » (Micoud 2004), qui valorisent « l’espace mouvant des êtres collectifs singuliers » (Fabre 2001).

  • 1 Il faudrait encore évoquer l’insertion paysagère des trois types décrits : peu de clôtures et habi (...)
  • 2 Voir Ethnologie française, territoires en questions, 2004.

12Que ses formes se succèdent ou qu’elles soient contemporaines les unes des autres, le fleurissement donne à lire plusieurs conceptions du territoire, plusieurs conceptions du rapport à soi, à l’autre, et à l’espace. Les « floricottes » ou les bricoles du jardin paysan construisent le lieu d’ici, village et gens d’ici, et ne se soucient guère de reconnaissance ni même d’appartenance à un ensemble plus large, même si certaines pratiques le contredisent à l’occasion. Tandis que les relations d’échange s’amenuisent, les « fleurs-fleurs » du jardin fleuri ont leurs consœurs dans les rayonnages des jardineries et des librairies, dans les massifs urbains et villageois, pour une intégration à l’espace local, départemental et national que ne manquent pas de solliciter les concours. Quant aux vivaces du jardin « au naturel », nouvellement valorisées, elles s’agrègent à un réseau choisi, le plus souvent déterritorialisé1. Ces passages, du territoire au sens fort du terme, où se superposent lieux et relations, à un espace à la fois local et global où s’amenuisent les relations de proximité en même temps que se développe la part d’individualisme, jusqu’à un territoire délocalisé mais centré autour de la personne, illustrent des mouvements généraux qui dépassent largement le cadre du jardin et de ses fleurs2. Mais ils l’éclairent de manière exemplaire.

13Pourtant la fleur génère résolument de la sociabilité. La fleur est sociale dans le type paysan, jardin ou village, où sont faibles les distinctions entre dedans et dehors, privé et public et où elle entre dans le système de l’échange au même titre que d’autres biens domestiques. Elle l’est d’une tout autre manière dans les types fleuri et, dans une moindre mesure, « naturel », où elle devient support de relations et intègre aux réseaux des spécialistes et des amateurs.

  • 3 Ministère des Transports et du Tourisme, 1949, Jardins de France : 3.

14Aux différentes échelles nationale, départementale, communale, par le biais des différents organisateurs de concours et élus, elle a fonction d’agrégation et de fabrique territoriale. Car le fleurissement procède d’un geste volontariste, qui, sous couvert d’esthétique, invite à l’appartenance à une communauté et au partage de ses normes. Discours sur la nation, sur l’accueil et le bonheur promus par l’organisme national en charge des concours, rituels de remise des prix qui mettent en scène une utopie communautaire, stratégies électoralistes ou formes de mise en représentation du pouvoir, ratification systématique de tout « effort de paysage », le fleurissement a une vocation emblématique qui le destine à fabriquer du lien et de l’espace à la fois. Ce projet a parfois des écueils, ainsi le risque d’entériner le succès du jardin fleuri en dépit de la « nouvelle sensibilité à la nature », ou de souligner la césure entre privé et public, entre individuel et collectif (comme à Caniac). Tandis que ceux qui revendiquent la fin du jardinier- fleuriste pour renouer avec « l’art du jardinier-paysagiste du xviiie siècle » (Allain 1997 : 208) porteur d’un idéal à la fois paysager et social prônent à nouveau la mobilisation pour faire de la France « un vaste jardin3 », « un jardin paysager vivant » ( Jones 2000 : 10).

15Au-delà des contingences historiques et sociales, au-delà des typologies, il est une façon toujours partagée de jardiner. Celle qui met en scène le caractère vital qu’il y a à s’occuper des plantes et plus largement à entreprendre l’espace extérieur commun. Marque, prise, emprise, signe de l’appropriation et de l’action sur la matière et le monde. Manifestation de la vie, contre la déprise, sociale et paysagère. Manifestation d’un geste pour favoriser le lien. Une emprise qui souligne l’importance du rapport au vivant, fait de vigilance, d’« amitié respectueuse » mais aussi de promesses. Car dans leur capacité à naître, pousser et renaître, les plantes disent qu’ici, que maintenant, que demain sont possibles. « Une fleur, et si c’était le bonheur… », comme dit la chanson…

Notes

1 Il faudrait encore évoquer l’insertion paysagère des trois types décrits : peu de clôtures et habitude de transplantation dans le premier, série de « clôtures et de seuils » (Christiany & Dubost 1987) et plantes résolument horticoles dans le second, limites évoquant la nature et plantes dites naturelles mais toutefois issues de pépinières spécialisées pour le troisième.

2 Voir Ethnologie française, territoires en questions, 2004.

3 Ministère des Transports et du Tourisme, 1949, Jardins de France : 3.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search