Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

VI. Les concours à l’échelle locale

25. Le concours côté département

Texte intégral

1L’étude du déroulement du concours à l’échelle départementale (1994 et 1999) permet de mesurer la conformité ou l’écart entre normes officielles et enjeux locaux. Réappropriations, ajustements, conciliations, ces phénomènes jouent en effet dans la construction du territoire départemental, où compte aussi l’influence des professionnels et des spécialistes.

L’organisation du concours

  • 1 Durant l’été 2001, j’ai été membre du jury régional du concours de fleurissement dans la région Pa (...)

2Organisé jusqu’en 1985 par le comité départemental du tourisme du Lot, le concours relève ensuite de la compétence du conseil général (service Tourisme et Environnement). Dans les autres départements, l’organisation du concours dépend le plus souvent du CDT. Dans la région Pays de la Loire par exemple1, c’est le cas pour les départements de la Mayenne et de la Sarthe. En Loire-Atlantique et en Maineet- Loire, le conseil général se charge du dossier. En Vendée, le CAUE en est responsable. Mais les investissements sont multiples : importants dans le Lot, en Mayenne et en Vendée, ils sont d’une importance relative en Loire-Atlantique et Maine-et-Loire. Il est donc difficile d’énoncer des généralités mais l’échelle départementale paraît déterminante.

  • 2 En 1998, 35 communes sur 130 participantes sont primées, et 39 prix récompensent les lauréats du c (...)

3Dans le Lot, la participation au concours s’est considérablement accrue depuis que le conseil général est chargé de son organisation. Sur un total de 340 communes, 60 sont inscrites en 1985, 137 en 1989, 141 en 1990 et 600 particuliers, 146 en 1991 et 700 particuliers. En 19982, le nombre d’inscriptions était particulièrement bas (130 communes participantes en 1998, 135 en 2000). Supposant une certaine lassitude de la part des communes inscrites, mais non récompensées, les organisateurs espèrent inverser la tendance en créant de nouvelles catégories et des missions de conseils.

  • 3 Le directeur, ingénieur des Eaux et Forêts, néorural dans les années 1970, a effectué différentes (...)

4Dès 1992, le concours bénéficie de changements instaurés par la nouvelle direction « Tourisme et Environnement » du conseil général3. La protection et la revalorisation des paysages lotois, la promotion de nouveaux produits touristiques à partir de ressources patrimoniales représentent autant de dossiers portés par une nouvelle dynamique. Le dossier Fleurissement n’échappe pas à cette manière de voir, que partage d’ailleurs l’équipe du CAUE. Les règlements national et départemental usent plus ou moins des mêmes termes. On pourrait supposer que le second s’inspire du premier, qui génère un modèle à l’échelle du pays. Mais selon les organisateurs du conseil général, le contenu du concours à l’échelle départementale dépend surtout de ses promoteurs, réputés être « à l’avant-garde pour les questions d’aménagement et de paysage » par rapport aux autres départements. Quant aux distinctions, elles sont conformes aux directives nationales. Pour les communes, celles qui sont dotées des meilleurs scores auprès des jurys de district sont ensuite départagées par les organisateurs, puis visitées par un jury régional qui attribue les insignes (une, deux ou trois fleurs et le panneau « village fleuri » ou « ville fleurie »). Dans le Lot, ce fonctionnement a servi de modèle pour la création d’un concours départemental, cette fois, des villes et villages fleuris dont les récompenses sont les suivantes :

– Prix d’excellence, pour les communes qui continuent à se distinguer par leurs efforts de fleurissement : leur panneau « Cité fleurie » se verra orné d’une 1re, 2e, 3e et même 4e « Feuille de chêne ».
– Prix d’honneur, pour les communes qui ont été primées quatre années consécutives, le panneau « Cité fleurie » viendra récompenser leurs efforts.
– Prix départementaux, pour les communes déjà récompensées les années précédentes. Dotation de 1 000 francs (654 euros).
– Prix d’encouragement, pour les communes qui se trouvent primées pour la première fois.

5Ainsi, les distinctions départementales ne sont plus symbolisées par des fleurs, mais par des feuilles de chêne, en hommage à cet arbre qui couvre l’essentiel du territoire. Le panneau national a cédé la place à un panneau départemental portant l’inscription « cité fleurie ». Cette action, unique en France, montre la qualité de l’investissement local mais révèle aussi une forme d’indépendance et un esprit d’initiative communs à d’autres projets. Une telle pratique n’est pourtant pas encouragée par les instances régionales et nationales : outre que plusieurs panneaux peuvent venir encombrer les entrées de villages, elle brouille les repères entre institutions. Habitants et élus pourraient en effet se satisfaire de distinctions qui paraissent similaires, sans les contraintes d’une compétition nationale.

6Dans les autres départements ou à l’échelle nationale, concours des maisons et concours des villes et villages font l’objet d’une organisation séparée. Ici ils sont réunis sous l’intitulé « Concours des villes, villages et maisons fleuris ». Les habitants peuvent participer à la condition que leur commune soit elle-même inscrite. Il n’est d’ailleurs pas rare qu’une municipalité effectue la démarche à la suite de la demande d’un particulier et présente sa candidature au seul concours des maisons fleuries. Une commune peut également choisir de présenter les réalisations communales sans pour autant participer aux « maisons fleuries ». Mais le plus souvent, les deux volets du concours sont adoptés et la majorité des villes et des villages visités par les quelque 35 jurys de district présentent des réalisations privées et publiques. Des élus communaux ou des délégués au fleurissement ont préalablement sélectionné une réalisation par catégorie du CMF, et mentionné au jury de district les créations communales à apprécier.

7Les catégories du concours des maisons fleuries sont les suivantes :

  1. Jardin visible de la voie publique
  2. Décor floral en bordure de la voie publique (sans jardin)
  3. Fenêtre, murs, balcons ou terrasses fleuries
  4. Bâtiments publics, lotissements, immeubles collectifs
  5. Commerces, structures d’accueil et d’hébergement touristique
  6. Fermes fleuries

8Quant aux catégories du concours des villes et villages fleuris, elles concernent simplement le nombre d’habitants :

  1. Moins de 300 habitants
  2. De 301 à 1 000 habitants
  3. Plus de 1 000 habitants

9Le département est découpé en trente-cinq districts que vont visiter autant de jurys à la fin du mois de juin. Chaque district est composé d’environ huit communes situées dans une même zone. Composition des équipes et découpage sont décidés par les organisateurs du conseil général. Le rôle des jurys de district est de donner une note générale à la commune (concours des villages fleuris) et de noter chacune des réalisations sélectionnées par les communes pour le concours des maisons. Puis, chaque jury choisit un ou deux concurrents par catégorie et par district (soit un total d’environ quarante sélections par catégorie pour l’ensemble des jurys). Enfin, au mois de septembre, le jury départemental, composé de spécialistes et d’élus, examine, à partir de photographies, les réalisations ayant obtenu les meilleures notes octroyées par les jurys de district. Cinq lauréats sont récompensés (du 1er au 5e prix) dans chacune des catégories. Des prix d’honneur, remportés par les gagnants des années précédentes, sont également attribués.

10Les jurys de district comprennent entre trois et cinq personnes, dont les deux tiers sont membres d’institutions (employés à divers titres, techniciens ou cadres des collectivités : CG, CDT, CAUE, préfecture, DDAF, DDE), l’autre tiers étant composé de professionnels (pépiniéristes, paysagistes, fleuristes, photographes). Mais, comme ces derniers hésitent à se libérer pour deux ou trois journées sans grande contrepartie, on observe une surreprésentation du personnel administratif, notamment celui du conseil général. Chaque jury comprend toutefois un spécialiste, du secteur privé ou public. La composition des jurys influe en effet sur la nature des appréciations (voir supra).

11« Temps de respiration », occasion de « sortir », la participation des membres du CG aux jurys de districts est perçue comme importante. Au fil des années, elle s’est faite « tradition ». À la fin du printemps, ses différents membres sont amenés à se côtoyer dans des conditions inédites et à maintenir le contact avec un terrain jugé trop lointain. Fabrique ou entretien d’un lien qui renforce le sentiment d’appartenance à l’institution, le fleurissement réitère ainsi une fonction sociale.

Journée d’un jury de district

12J’ai participé à quatre jurys de district : deux en 1994 (cantons de Labastide-Murat et de Salviac), deux en 1999 (cantons de Bretenoux - Saint-Céré et de Puy-Lévêque). En compagnie d’une architecte du CAUE et de deux employées du CG, nous formons le jury qui doit évaluer les réalisations du canton de Labastide-Murat. Notre dossier comprend les itinéraires et les rendez-vous, les consignes et les règlements du concours, les fiches de notation à remplir. Une réunion de préparation a eu lieu préalablement, adressée aux agents administratifs, mais non aux professionnels, avec pour consigne de ne point sanctionner mais d’encourager les différentes initiatives. Ce qui est confirmé dans le dossier : « Il convient de ne pas se montrer trop sévère dans la notation : moyen = 12, bon = 14, très bon = 16, excellent = 18. » Dans cette même fiche, sont exposés les critères d’appréciation élaborés par le comité national.

  • 4 Je le jugerai suffisamment exemplaire pour vouloir l’analyser en détail (chapitre 1, « Le jardin d (...)

13Le 22 juin 1994, à Ginouillac, petit village de 300 habitants situé entre Gourdon et Labastide-Murat, le maire est le premier au rendez-vous, surveillant l’arrivée des quatre femmes composant le jury. Un employé communal, « responsable du fleurissement et de l’entretien », nous escorte pendant la visite. En nous accompagnant sur la place enherbée qui relie l’église à la mairie, le maire exprime son souhait d’aménager les alentours de l’église. L’architecte du CAUE conseille de ne point « trop toucher », ni aux espaces enherbés, anciens communaux appelés « coudercs », ni aux tilleuls entourés de murets. Mais la critique est sévère à propos d’une haie de thuyas « type jardin de banlieue » devant le « Balcon fleuri » (catégorie 3). Ainsi, rapidement, s’énoncent appréciations et représentations spatiales. Les employées du conseil général sont sensibles à la vue d’un jardin orné d’une vaste pelouse tondue de près et agrémentée de rangées de rosiers nains d’un rouge éclatant. Ce « décor floral en bordure de voie publique » (catégorie 2 du CMF) impressionne favorablement, avec l’ordonnancement donné à ses allées recouvertes de castine, ses pelouses, ses rosiers grimpants et ses bacs en pierre emplis de géraniums roses. L’architecte du CAUE et l’ethnologue, qui ne partagent pas complètement ce goût de l’ordre et de la décoration, lui attribuent une note moyenne qui pondère le 19 octroyé par les membres du conseil général. Inversement, elles accordent une assez bonne note à la mairie (catégorie 4) tandis que les employées administratives, jugeant ses parterres « trop fouillis », ne lui octroient qu’un 12 sur 20. Nous nous dirigeons ensuite vers la « Ferme fleurie » (catégorie 6) située dans l’un des hameaux du village. Là encore, les grilles propres à chaque personne se dévoilent. À la différence du précédent « Décor floral », il y a une grande profusion de plantes, installées dans des pots de toutes sortes ou dans des parterres au voisinage de légumes. Cailloux, vieux objets se mêlent à la végétation du devant de porte. Il revient à l’ethnologue de démontrer l’intérêt de ce jardin qui présente tous les signes du jardin paysan avec mélange des genres, bricolage, recyclage et échange4. Les employées du CG décernent un 12, lui reconnaissant tout au plus un caractère « mignon et propre ». Quant à l’architecte du CAUE, elle découvre l’existence de ce savoir-faire paysan. En démontrant son aspect patrimonial et culturel, j’obtiens que la note de ce jardin soit relevée. Quant au dernier jardin visité (catégorie 1), il fait l’unanimité. Les Anglais installés au village présentent des compositions très ordonnées à base de plantes vivaces, mixed-borders similaires à ceux décrits dans le chapitre sur les « jardins au naturel ». Pourtant éloigné des références d’une partie du jury, le jardin anglais suscite l’approbation : son originalité, comme la présence de certaines plantes – par exemple, ces œnothères (Oenothera) qui mêlent le jaune pâle de leurs fleurs de crépon au bleu profond des iris de collection – surprennent agréablement. Chacun des membres du jury accorde un 19 à cette réalisation qui sera non seulement la lauréate de la journée dans cette catégorie, mais bientôt classée parmi les premières places par le jury départemental.

14Vers 10 heures, nous quittons Ginouillac pour nous diriger vers Séniergues et Montfaucon. Pendant les trajets en voiture, les commentaires vont bon train tandis que nous inscrivons sur nos fiches des remarques en face des notes attribuées. La journée, placée sous le soleil de juin, s’annonce bien : Ginouillac nous a présenté une palette de jardins variés et nous y avons été bien reçues. À Séniergues, nous sommes accueillies par Mme le maire, puis visitons les jardins en compagnie d’un conseiller municipal visiblement peu convaincu de l’utilité de cette mission. Selon lui, le concours n’intéresse personne et de fait, il a eu du mal à trouver des participants : trop de résidents secondaires (50 % de la population) et des permanents (129 au total) peu concernés. Cependant, la proximité du village avec l’une des sorties de l’autoroute incite les élus à envisager une intervention paysagère sur l’espace villageois et à demander au conseil général des subventions en matière d’environnement. Le concours est pris dans cette logique, ce qui fait du jury un médiateur possible. « La commune n’ayant rien à présenter », nous allons estimer les réalisations présentées au titre des maisons fleuries. Nous visitons deux jardins (catégories 1 et 3) reconnaissables à leurs potées de géraniums et d’impatiens, rosiers grimpants, jardinières agrémentant les fenêtres et conifères plantés au milieu des pelouses. Ils obtiennent des notes assez moyennes, dont les plus élevées sont octroyées par les employées du conseil général. Nous voyons encore deux jardins paysans (catégories 2 et 6), également très moyennement appréciés (c’est moi qui donne les meilleures notes). L’un d’entre eux (catégorie 2) comprend quelques pots en bordure de route, une touffe d’oeillets éclairant une cour irrégulièrement enherbée, et au pied de l’escalier, un massif d’iris mêlés à d’autres plantes entourées d’une ficelle. Encadré de larges tilleuls et d’énormes boules de buis, le jardin de la ferme (catégorie 6) présente, quant à lui, des massifs où dominent les oeillets fanés et les mauvaises herbes. Des hosta courent au devant de la porte ; le linge est étendu près de là. Espace de vie plus qu’espace de représentation, cette cour obtient une mauvaise note.

15Ensuite, nous visitons le village de Montfaucon. Tous les espaces publics ont fait l’objet d’un aménagement, sur l’initiative d’un jardinier professionnel à la retraite, également adjoint au maire. L’intensité de sa passion est-elle à relier, par contraste, au faible investissement des habitants sur leur espace privatif ? Ici, les maisons sont très peu ornées, comme s’il y avait délégation des uns à l’autre, spécialiste. Les réalisations (catégories 2 et 3) obtiennent des notes relativement basses, tandis que le jardin de lotissement présenté en catégorie 1, typique du modèle fleuri, convainc les seules employées du conseil général. Le point de vue est plus unanime concernant la ferme, qui mêle de façon originale les références au jardin fleuri et au jardin paysan, ou encore sur le restaurant proposé en catégorie 5. Quant à la roseraie figurant en catégorie 4, elle emporte l’adhésion du jury. Dessinée et réalisée juste après guerre par un horticulteur allochtone, située dans la cour d’une bâtisse du xixe siècle qui se trouve être un centre de rééducation fonctionnelle, elle relève d’une autre catégorie, celle des jardins savants.

16Après le déjeuner, occasion de confronter nos différents points de vue et de retenir les meilleures des réalisations visitées, nous sommes reçues par une conseillère municipale qui annonce d’emblée la couleur : Labastide-Murat « ne voulait pas participer » et s’inscrit au dernier moment pour répondre à l’insistance d’un particulier. Alors, « on a amené des géraniums la veille devant la mairie, […] on a inscrit des gens sans les prévenir ». Le jury s’étonne de telles pratiques, les employées du CG estimant quant à elles que seuls des « arriérés » auraient pu refuser l’inscription de leur jardin. Au vu de la gendarmerie absolument dégarnie, elles s’exclament : « Il n’y a pas une seule fleur ! Il n’y a rien ! C’est mort ! » Le contraste est en effet flagrant avec la réalisation du jardinier insistant, qui, installé dans la région depuis sa retraite, s’est passionné pour son jardin, vrai déferlement de plantes horticoles.

17L’après-midi, à Lunegarde, la conseillère municipale nous précise, non sans fierté, que le fleurissement est l’affaire de tous : « C’est pour le village qu’on fait le concours et non chacun pour soi. » En effet, aucun candidat à titre personnel, le village est simplement inscrit au concours des villages fleuris. Le travail, témoin d’une activité agricole passée, garni de géraniums, est particulièrement apprécié par les employées du conseil général, tandis que la petite ruelle tout en herbe bordée de roses trémières suscite l’admiration de l’architecte du CAUE. Mais avec les réactions enjouées du jury et l’octroi unanime d’un 19 sur 20, le village de Lunegarde représente le point d’orgue de la journée.

  • 5 « On m’en a parlé. On m’a dit tu verras c’est la plus belle de toutes avec ses charrettes », s’exc (...)

18La visite se poursuit avec la visite du village de Caniac. Les efforts municipaux sont favorablement sanctionnés, tandis que les membres du jury s’exclament à la vue de la réalisation présentée en catégorie 2 (la « bordure » de Marthe A., décrite chapitre 2) ou de la ferme fleurie de géraniums et agrémentée de vieux outils agricoles5 (également décrite chapitre 2). La mairie, présentée en catégorie 4, déjà primée, arbore cette année encore des géraniums rouges et d’imposants rosiers, tandis que le monument aux morts est entouré de pétunias. Quant au balcon (catégorie 2), orné par la femme de l’adjoint, également chargée de l’entretien des fleurs « publiques », il obtient une note honorable, due à une profusion de géraniums roses ponctuée de plantes vertes (misères, caoutchouc). La journée se termine avec la visite de Soulomès, village également retenu pour l’enquête. Une seule réalisation (catégorie 2, balcons et terrasses) est jugée digne, du point de vue des organisateurs, d’un prix départemental. Ce « balcon » appartient à des paysans retraités qui, ayant pris soin de masquer tout signe de la ferme, proposent une imposante composition à partir de géraniums, pétunias et surfinias roses. Le résultat, spectaculaire, emporte l’adhésion des membres du jury.

19Avant de se séparer, le jury se concerte pour fournir une série de notes cohérente et établir le palmarès de la journée. Les écarts de points sont soigneusement discutés, les résultats sensiblement corrigés pour parvenir à un consensus : catégorie 1, jardin anglais de Ginouillac ; catégorie 2, « bordure » de Caniac ; catégorie 3, balcon de Soulomès ; catégorie 4, roseraie de Montfaucon ; catégorie 5, restaurant de Montfaucon ; catégorie 6, ferme de Caniac. Puis bilan est fait de cette journée riche d’enseignements. « Il n’y a plus de jouets qui traînent, de choses diverses, de poules […] les gens fleurissent », soulignent les unes. La variété et la qualité de l’accueil sont également mentionnées tandis que toutes s’accordent sur le caractère harmonieux du passage entre espace privé et espace public : « À Lunegarde, tout se suit. »

20D’un jury l’autre, certains écarts sont à relever, dont l’investissement du groupe. Parmi les quatre jurys de district auxquels j’ai participé, celui qui vient d’être présenté est sans doute celui qui prend sa mission le plus au sérieux. La comparaison des notes, la volonté de confronter son propre regard à celui des autres, la recherche d’un consensus n’ont pas été observées ailleurs. Ainsi, l’appréciation varie selon les interactions au sein du groupe, et également selon l’acuité de l’observation. Car le regard se forme au fil de la journée, comme si, attentivement examinés, les jardins en venaient à une existence plus forte. « Je ne croyais pas que ça pouvait être intéressant comme ça, il y a plein de choses. Le matin, on est un peu déroutée, le soir, on a plus l’habitude », conclut cette compagne d’un jour.

Les critères des jurys de district ou l’importance relative des fleurs

21Le système de notation n’est pas identique d’un jury à l’autre. Entre 12 et 19, entre 14 et 20, entre 14 et 18, les écarts, a priori peu importants, déterminent pourtant le choix des sélections présentées au jury départemental. Parfois, les membres d’un même jury accordent leurs notations, la composition des groupes pouvant influer sur leur teneur.

22La grande majorité des réalisations présentées, privées ou communales, participent du type du jardin fleuri. Globalement, ces jardins ou villages sont d’autant mieux notés que les membres des jurys ne sont pas spécialistes. La sévérité des notations renvoie à l’existence d’une compétence en matière de jardinage ou d’aménagement. Ainsi le nombre de réalisations obtenant des notes très favorables (18, 19) est-il nettement plus élevé dans le jury comprenant deux néophytes sur trois (1999, secteur de Puy-Lévêque), que dans celui composé de trois spécialistes (en 1999, nord du département).

23Parmi les quatre groupes auxquels j’ai participé, les jardins paysans n’ont jamais obtenu de notes leur permettant de concourir devant le jury départemental. Les notes correctes ou très correctes attribuées aux jardins « paysans » et « naturels » sont le fait d’une minorité sensible au paysage et à la valeur patrimoniale de l’espace. Quelques exemples avec ma propre position : En 1994, le jardin fleuri de Frayssinet (catégorie 1 du CMF), qui présente un rempart de géraniums en guise de balcon et une pelouse parfaitement homogène agrémenté de plusieurs arbustes de pépinière, obtient deux 19 et un 20, quand je lui octroie un 16. Même chose aux Arques, ou à Ginouillac, avec un autre jury. Même écart de note en 1999 pour la résidence de personnes âgées présentée en catégorie 4 (deux 20 pour un 17). Par contre, dans ce même jury, les jardins de vivaces ne font pas l’unanimité (moyenne : 16,25 pour un 17 donné par moi). En 1994, les jardins paysans de Ginouillac ou Séniergues n’avaient pas su retenir l’attention du jury. En 1999, celui de Saint-Céré ne suscite pas davantage de notes honorables, à l’exception de celle que je lui attribue. Quant aux « jardins fleuris », ils font l’unanimité, même si les jardins « au naturel » sont désormais remarqués.

24Contrairement à ce que l’on pourrait attendre, ni la nature du fleurissement (quantité, qualité, couleurs, situation, organisation, etc.) ni même la qualité de l’environnement ne sauraient, à elles seules, déterminer le jugement des jurys de district. D’autres critères conditionnent largement la notation, en particulier la qualité de l’accueil du groupe. Cela est surtout vrai des notes accordées aux réalisations communales. La qualité de l’accueil officiel n’intervient que faiblement sur le jugement des « maisons fleuries », alors que la rencontre avec les jardiniers a une influence, comme si le fait de parler des fleurs leur conférait un supplément de beauté. La discussion avec les jardiniers permet de mesurer l’investissement, de prodiguer des encouragements. Ainsi les jurés semblent-ils éprouver quelques difficultés à envisager la visite d’une commune et de ses réalisations sans médiateurs. Le paysage jardiné, soumis à l’œil critique de personnes missionnées, suppose une relation sociale et, qui plus est, déférente.

25Car le jury réuni par le conseil général doit être accueilli comme tel, avec les honneurs que lui confère son étiquette : perçu comme une équipe de spécialistes, il dispose d’un savoir savant, légitime par rapport au savoir populaire qu’il est censé juger. « Vous êtes les cracks », entend-on à Soulomès. À Goujonac, village modèle, presque sur-aménagé, l’adjoint se préoccupe du point de vue du jury : « Maintenant que vous êtes passés, s’il y a quelque chose à changer, on changera. Si quelque chose vous choque, il faut nous le dire… » Les positions des spécialistes seront suivies : « On enlèvera cette ruche si… [ceci ne vous paraît pas conforme]. […] Ces balsamines, c’est pas… : on les enlèvera. » Une ruche accrochée à la façade de l’église, des fleurs réputées sauvages, ces expressions d’un bricolage ou d’une faible intervention humaine sur l’espace sont supposées non conformes à un modèle qui se soucie d’ordre et non de hasard. Dans ce même village, le jardin présenté en catégorie 1 suscite l’embarras : « Dommage qu’il y ait le linge qui sèche, si j’avais su… [que vous veniez aujourd’hui]. Non, ce potager, ce linge, ça ne va pas du tout. » Les membres du jury sont partagés : la femme du préfet acquiesce aux remarques de l’adjoint et sanctionne le potager, tandis que l’ethnologue et la photographe professionnelle lui accordent de très bonnes notes. On se souvient également des remarques de Marthe A., dont le jardin fleuri, proche encore du style paysan, est composé de fleurs semées ou bouturées : « Ce sont des fleurs sauvages, c’est ce qui ne me vaut pas des points […] ils ne veulent pas de mes bassines. » Les mêmes représentations valent ainsi à l’échelle individuelle et à l’échelle communale : « ils », les spécialistes, préconisent le jardin ou village fleuri et ne dérogent pas.

26Autre point fondamental, le jury de district représente le conseil général, volontiers assimilé à toutes les institutions de l’échelon départemental. Les jardinières du jardin fleuri considéraient souvent « le département », « Cahors », « la préfecture », comme les lieux de légitimation de leur pratique. Pour certains élus, il peut s’ensuivre des effets favorables pour la commune. Dans la petite commune de Grézels, visitée en 1999, le maire nous réserve un accueil des plus chaleureux. Tout en faisant part de sa bonne volonté, il nous explique en détail le fonctionnement communal, pour le cas où nous pourrions influer favorablement sur l’octroi de subventions de la part du « département » (voir aussi Séniergues). Dans tous les cas, l’inscription au concours contribue à donner une visibilité sociale à la commune et à la faire clairement exister à l’échelle du département.

  • 6 En revanche, en 1999, le village obtient sa première feuille de chêne. Ce qui montre bien que les (...)

27Les membres du jury ont sans doute intériorisé le fait d’être momentanément promus à un rang d’importance. En tout cas, ils n’hésitent pas à sanctionner une commune où personne n’est là pour les recevoir et, au contraire, à rajouter des points à celles dont l’accueil sympathique semble valoriser le fleurissement et le groupe chargé d’en juger. Prenons quelques exemples. La visite du village du Lherm (1994) aura laissé une impression désagréable au jury. Tout d’abord, personne n’est là pour l’accueillir. L’adjointe, très en retard, fait part de son pessimisme au sujet de ce village magnifique, mais désert, avant de nous expliquer vaguement la situation géographique des différents jardins privés à noter. Sur l’ensemble des communes que j’auras eu l’occasion de visiter en tant que jury de district (soit 36 pour 6 jours), Lherm fournit le seul exemple où le jury, tenu de se diriger seul, effectue sa visite sans conviction6. En 1999, dans la commune de Prayssac (4 550 habitants), le jury doit patienter près d’une heure dans les locaux de la mairie. Ce retard, non sans incidence sur le déroulement d’une journée très chargée, est perçu comme un manque de respect. Après les excuses de l’adjoint, la visite se déroule en compagnie du jardinier de la ville, ce qui n’est pas pour rattraper le déficit d’image de la commune auprès du jury. Car celui-ci apprécie toujours la présence du maire, ou même de l’adjoint, symbolique de l’intérêt réel porté au fleurissement et au concours. À la mairie de Biars-sur-Cère (1 983 habitants), un accueil honorifique est réservé au jury, avec discours de l’élu, champagne et petits fours. Cette petite ville, qui doit sa présence récente à l’existence d’une gare et à l’implantation de quelques fabriques devenues après guerre des usines conséquentes, a obtenu en 1938 la distinction « Village moderne de France » décernée par le ministère de l’Agriculture. Cette distinction trône dans la salle de réception de la mairie, au même titre que la collection de diplômes décernés dans le cadre du concours des villages fleuris. Depuis une dizaine d’années, la municipalité a en effet décidé de « montrer les fleurs » :

28une véritable politique du fleurissement vient pallier un défaut de patrimoine rural, valorisé dans les villages voisins. C’est en tout cas en ces termes que le maire justifie ce choix coûteux, qui n’occupe pas moins de trois employés à plein temps et provoque quelques critiques de la part d’une population par ailleurs peu impliquée dans le concours. Ici, la présence de parterres imposants à base d’annuelles, sur les ronds-points et aux entrées de villes, les décors de charrettes anciennes et de vieux outils visent à faire obtenir des distinctions nationales et fournir à la ville, en dépit de son caractère industriel et rurbain, une image esthétique qui l’ancre dans la durée et dans une ruralité presque fictive.

29Accueil avec champagne ou indifférence marquée, la grande variété de l’accueil des jurys correspond, du point de vue de ces derniers, à l’importance accordée au fleurissement. D’autant plus clément qu’il est bien accueilli, le jury ne tient pas à froisser ceux qui ont pris la peine d’un accueil honorifique, ce qui souligne la dimension politique du concours et la capacité donnée aux fleurs d’établir du lien.

  • 7 En 1999, avec l’organisatrice du concours au conseil général et d’un cadre employé de la préfectur (...)

30Cette dimension recoupe un autre critère important : la récompense systématique de « la bonne volonté », du « travail », de l’« investissement », de l’« effort », quelle que soit la nature des aménagements et du fleurissement. Dans la petite ville de Saint-Céré (3 515 habitants), deux employés à plein temps et deux saisonniers sont chargés de l’entretien et de l’embellissement des espaces publics (1 200 fleurs plantées par an, essentiellement des annuelles, et des arbustes issus de pépinières, pour « une structure permanente des massifs »). La commune s’est inscrite plusieurs années consécutives, et, avant même de la visiter, mes collègues d’un jour7 envisagent de lui faciliter l’octroi du panneau départemental. Avec un fleurissement très classique (que je qualifiais de « monotone »), la commune obtient un 17 qui lui vaudra une distinction départementale (le prix d’honneur, qui précède généralement l’obtention du panneau). Le fait même de s’inscrire et de fleurir, de quelque façon que ce soit, peut donc suffire pour obtenir récompense. Cette gratification de l’« effort » prouve l’existence d’une diplomatie politique. En 1999 toujours, avec un autre jury, nous visitons la petite commune de Duravel, qui présente en son centre ce qui ressemble à un véritable parc urbain, avec ses allées, son bassin, ses arbustes de pépinière. Pourtant quelque peu incongrue dans une si petite commune, la présence de ce parc induit une note très favorable, pour récompenser le « mérite » et justifier la fierté de l’adjoint qui le présente.

  • 8 J’ai eu accès aux dossiers des différents jurys de district (32 au total) qui comprennent chacun t (...)
  • 9 « Effort » : 7, « manque d’effort » : 5, « valorisation » : 6, « travail » : 1, « mérite un prix » (...)
  • 10 « Espaces verts et jardins publics » : 4, « bonne utilisation du site » : 2, « respect du patrimoi (...)

31L’importance du critère « effort des jardiniers » se confirme à l’étude des commentaires écrits dans leurs dossiers8 par les différents membres des jurys de district. Les statistiques établies sur cette base permettent de mettre en valeur la hiérarchie des critères. Pour le concours des villages fleuris, sur 42 annotations communiquées au jury départemental, 22 mentionnent le critère « effort »9. Les commentaires relatifs aux espaces publics en général occupent la seconde position, avec 9 mentions10. Quant au fleurissement en lui-même, il concerne 7 commentaires (dont 2 négatifs). Enfin, 5 mentions approuvent l’aspect « propre », « entretenu » ou « soigné » des villages. Ainsi le geste jardinier représente-t-il le critère majeur et la représentation des hommes qui entreprennent l’espace est au moins aussi importante que celle de l’espace lui-même.

32Parmi les observations (96 sur un total de 226 dossiers) notées par

33les membres des jurys de district, la plupart traitent des réalisations inscrites au concours des maisons fleuries. Cette fois, elles concernent directement le fleurissement. Comme si, s’agissant du pourtour des habitations, bâtiments commerciaux ou administratifs, la présence de fleurs déterminait amplement la qualité du jardin. Parmi ces mentions, le caractère « bien fleuri » (ou « très bien fleuri », « joliment fleuri », « agréablement fleuri », « harmonie de fleurs », etc.) n’apparaît pas moins de 23 fois. La « variété de fleurs et de couleurs » compte également parmi les mentions les plus fréquentes (17 fois). Dix points de vue donnent pour positifs différents éléments du jardin (massifs, tonnelles, jardinières de géraniums). Et 13 mentions s’élèvent contre une relative pauvreté des espèces et variétés, la présence de géraniums étant le plus souvent en cause. L’insuffisance ou l’absence de fleurs est, quant à elle, déplorée à 12 reprises.

  • 11 « Joliment décoré » (4), « varié » (4), « coloré » (4), « harmonieux » (4), « superbe » (3), « ori (...)
  • 12 21 fois, plus les citations suivantes : « effort et propre », « effort et varié », « effort et har (...)

34Puis, on trouve cette série de 44 qualificatifs dont les deux tiers sont connotés positivement11. On compte 11 mentions qui soulignent un côté « banal » (2), « moyen » (5) ou suscitent un « bof » (4). La profusion de fleurs est souvent nécessaire pour produire un beau jardin et le jardin fleuri, majoritaire chez les lauréats sélectionnés, est rarement critiqué. Puis, faisant écho à l’histoire hygiéniste du fleurissement, des critères incombant à la propreté (11), à l’entretien (9), au soin (4), à l’ordre (2) semblent nécessaires pour l’attribution d’une bonne note. Comme le montrent aussi quelques critiques (« fouillis » : 3, « chargé » : 2), un certain ordre est promu, celui du jardin fleuri. Une seule mention (architecte du caue) conteste le caractère « propre et artificiel » d’une réalisation. Comme pour l’autre concours, l’« effort » est mentionné12 aussi souvent que ce qui relève de l’aménagement et de la mise en paysage. Les 21 mentions obtenues pour chacun des ces deux derniers critères se situent loin derrière les 96 mentions consacrées aux fleurs.

35Entre concours des villages fleuris et concours des maisons fleuries, les mentions sont identiques : maisons et villages sont donc en homologie. Cependant, elles se trouvent différemment hiérarchisées. L’« effort », critère essentiel du concours des communes, devient moins fréquent pour celui des « maisons » qui suscite, à l’inverse, un nombre record d’annotations au sujet du fleurissement. L’« effort » est louable lorsqu’il s’agit du bien public, plus que lorsqu’il se rapporte au plaisir individuel d’un jardin fleuri. Quant au fleurissement, il est jugé évident pour les réalisations privées, mais semble procéder d’un choix politique récent à l’échelle des communes. Celles-ci se laissent davantage qualifier par les notions d’aménagement et d’environnement, comme si le discours actuel autour d’un nécessaire aménagement de l’espace public était intériorisé, de même, par ailleurs, que la présence de fleurs et la propreté des lieux suffisaient à produire une « maison fleurie » recevable.

L’élaboration du palmarès départemental des « maisons fleuries »

36Le jury départemental est composé de représentants de différentes collectivités territoriales (DDAF, CAUE, lycée agricole, CDT, conseil général) et d’élus (six conseillers généraux) et, en 1994, d’un seul professionnel (pépiniériste). Il doit départager, sur la base de photographies, les réalisations retenues par les jurys de districts au Concours des maisons fleuries, soit une vingtaine de candidats par catégorie. Ce sont donc quelque 108 réalisations que les 15 membres du jury ont à noter, dans une fourchette allant de 15 à 20.

37Depuis 1994, le nombre total des réalisations primées relevant du « jardin fleuri » reste majoritaire. Pourtant, et à l’inverse des appréciations des jurys de district, le jury départemental a, en 1994, accordé la plupart des premiers prix aux réalisations de la catégorie « jardin au naturel ». À cette date-là, ce type de jardin ne prévalait pas à l’échelle nationale, ce qui mérite d’être souligné. Mais la révision des critères qui font le beau jardin n’en est qu’à ses débuts car, en 1998, la grande majorité des prix vont de nouveau aux jardins fleuris. En 1999, la proportion de ces derniers redevient identique à celle de 1994, soit une réalisation sur deux. La tendance qui propulse les jardins « au naturel » aux premières places du concours se confirme mais n’augmente pas. Ainsi, le « jardin fleuri » semble avoir encore de beaux jours devant lui, même si les membres du jury départemental déplorent la « standardisation » des jardins et surtout des plantations (« Il y a peu de plantes locales ou de plantes vivaces, de celles qui mériteraient un prix », directeur du CAUE).

38Le même constat vaut pour les maisons et les villages. L’objet de la réunion est d’établir le palmarès des candidats du concours des maisons fleuries, mais les interventions orales concernent le plus souvent les pratiques des communes. Les différentes prises de parole émanent d’un petit groupe, composé d’abord du directeur du CAUE et du directeur du service Environnement et Tourisme du conseil général, responsable de l’organisation du concours, puis de la vice-présidente du conseil général (une élue, donc) et du pépiniériste spécialisé dans la production de roses anciennes. Ce sont des spécialistes, qui expriment, en guise de conclusion, des réflexions critiques au sujet du fleurissement (« Ce sont des réalisations très pauvres »). Jardin « au naturel », pratiques respectant « les traditions » ou encore « flore locale » fabriquent désormais la nouvelle grille, conformément à celle du CNFF alors en cours d’élaboration.

  • 13 Entretiens avec le directeur du service tourisme et environnement du conseil général et avec le di (...)

39Deux thèmes sont donc déterminants dans le discours des plus influents des organisateurs et jurys des concours : la standardisation du fleurissement, la promotion d’un nouveau modèle. Le fleurissement à base de géraniums est critiqué (« dès que je vois des géraniums, ça me donne des boutons ») comme la mise en scène d’objets patrimoniaux. En effet, les différentes municipalités ont abondamment recours aux charrettes, pressoirs, charrues et autres brouettes, autant d’outils d’un savoir-faire passé que les spécialistes du paysage13 s’appliquent à déconseiller :

Le concours induit une idée de représentation. Une commune voulait absolument placer une fausse brouette… ; une autre nous écrit régulièrement pour faire installer un pressoir à noix sur la place et on leur répond toujours que la place d’un pressoir n’a jamais été sur une place, mais à la cave.

40Mais la présence du pressoir dans la cave n’est-elle pas elle-même justifiée par la présence de noix à transformer en huile ? Désormais inutile, le pressoir devient « libre » de recevoir un nouveau sens, celui, par exemple, d’un acte de bricolage (Lévi-Strauss 1968 : 38). Les architectes réprouvent généralement la présence de ces « gadgets » sur l’espace public de même qu’ils critiquent, à l’image de ce maire qui a « peinturluré le calvaire situé sur sa commune », toute forme d’« expression de l’élu sur l’espace public ».

41Du point de vue des spécialistes, et parce que eux-mêmes évoluent dans les sphères du pouvoir local, la dimension politique du concours contribue à cette tendance à la standardisation et à la valorisation du « mauvais goût ». « L’attitude des mairies, c’est de présenter des maisons type pavillons de banlieue » au concours. Pour contrer cette tendance, la création de catégories « libres » est imaginée, en dehors de tout rattachement à l’institution communale. « Jardins inventifs, jardins de cactus et de plantes grasses, jardins de fermes traditionnelles, etc. », les concurrents présenteraient directement leurs candidatures au conseil général, sans la sélection préalable du jury communal. Mais c’est compter sans la réaction des conseillers généraux, très sensibles sur la question du fleurissement et des concours : « Déjà que les élus nous reprochent que les maires ne sont pas prévenus [du passage des jurys], qu’ils n’ont rien préparé. » Les élus envisageraient difficilement que le concours puisse se passer d’eux, ou plutôt du territoire qu’ils représentent.

  • 14 Adressé, rappelons-le, aux lauréats du CMF entre 1990 et 2000. Les jardinières interviewées disent (...)

42« L’impossibilité de faire remonter un jardin intéressant, c’est en fait de la standardisation. Mais finalement, c’est représentatif du département puisque c’est ça qui domine. » « L’impossibilité de faire remonter » jusqu’au jury départemental un jardin qui corresponde aux nouveaux critères est due aux sélections des jurys communaux, mais également à celles des jurys de district. Selon les organisateurs, interviennent également les positions des habitants : « ce sont toujours les mêmes qui se présentent ». Plutôt, ce sont toujours les mêmes qui fleurissent. Celles rencontrées pendant l’enquête, comme celles qui ont répondu au questionnaire14 sont toutes « passionnées de fleurs ». Décision personnelle ou initiative communale, leurs réalisations se trouvent régulièrement présentées au concours. Donc, il existe un groupe de jardins souvent proposés, et souvent lauréats. Si l’on observe la liste des classements sur une période de dix ans, il apparaît qu’une série de prix consécutifs récompense ces jardins ; puis trois ans plus tard, lorsque la période de prescription est dépassée, ils sont de nouveau au palmarès. Parfois également, ils se trouvent inscrits puis honorés dans des catégories différentes (1, 2, 3 ou 7). En 1999, un tiers des jardins ont été primés l’année précédente. Cette présence des « fleurisseurs » dans les palmarès incite les organisateurs, comme à l’échelle communale, à « faire tourner », c’est-à-dire à récompenser des candidats différents d’une année l’autre. Il s’agit avant tout d’encourager au fleurissement et de sanctionner favorablement l’effort.

43Les organisateurs du concours évaluent les caractéristiques sociologiques et culturelles des concurrents : 95 % de femmes, le plus souvent retraitées, avec la culture des géraniums pour « tradition ». Conformément à ce que nous ont dit les jardinières, l’incidence du concours auprès des « fleurisseurs » est relative : « On a des coups de fil de personnes qui nous disent : “Je n’ai rien eu donc je ne me présente plus.” Mais on ne fleurit pas moins parce qu’on ne s’inscrit pas. 90 % des personnes participent pour gagner mais ont toujours fleuri. »

44« Ce sont toujours les mêmes qui se présentent. » Selon les organisateurs, le refus de concourir aurait souvent une raison politique : manière de dire avec des fleurs son opposition au maire, occasion d’exprimer un conflit avec la municipalité. Les autres raisons seraient « le souhait de ne pas se mettre en avant », la méconnaissance du concours, l’opposition au jardin fleuri et le choix d’un autre style de fleurissement. Dans les jardins « au naturel », cette raison expliquait le rejet pur et simple du concours. Le paradoxe étant que ses promoteurs appellent de leurs vœux et désirent « impulser ce genre de fleurissement plus sauvage ».

45Les critères des jurys de concours, aux échelles du département et du district, mettent en évidence les préférences pour le « jardin fleuri » ou le « jardin au naturel ». Avec cet écart entre les spécialistes du paysage, qui valorisent le second, et ceux qui ne le sont pas, qui continuent d’élire le premier. Le « jardin paysan », grand absent des concours, bénéficie toutefois d’un nouvel intérêt de la part des spécialistes. Invariablement, il s’agit d’encourager les différentes « prises » sur l’espace, privées ou publiques, et de favoriser le lien social pour produire un territoire départemental uni, impliqué dans un projet commun.

Le classement des Villages fleuris : l’échelle départementale privilégiée

46Le jury départemental dresse le seul palmarès des maisons fleuries. Celui des villes et villages fleuris incombe aux organisateurs du concours au conseil général, sur la base des sélections et dossiers des jurys de district et de leur connaissance du terrain. Les différents registres de choix instruisent sur les ressorts du concours.

47D’abord, l’échelle départementale est privilégiée, car les propositions de classement « ne sont jamais répercutées » à l’échelle régionale. En effet, très peu de communes lotoises (5 en 1999) sont dotées du panneau « village fleuri » et de ses fleurs. Le jury régional est réputé ne pas entériner les choix départementaux : c’est le cas pour le village de Lunegarde, présenté chaque année et jamais primé, qui a pourtant fait l’objet des plus hautes distinctions départementales, quatre feuilles de chêne sur le panneau « cité fleurie ». Ou encore de celui de Pern, récompensé par trois feuilles de chêne pour son « effort de traitement de l’espace public ». Le jury régional est-il davantage sensible à la valeur architecturale qu’à l’aménagement de l’espace public, « au nombre de fleurs au mètre carré » qu’à la qualité du fleurissement ? Ainsi, le village de Saint-Cirq-Lapopie, « primé alors que rien n’est fait » ou encore celui de Lascabanes, « truffé de géraniums » mais à l’architecture remarquable. Les critères d’évaluation sont donc variables, et les spécialistes du Lot valorisent un paysage d’ensemble, patrimonial et naturaliste. Dans ce décalage, intervient encore cette question des distinctions départementales : d’un côté, « la Région ne supporte pas nos panneaux », et de l’autre, on mise ici sur l’échelle locale. « Le Lot est le département de Midi-Pyrénées qui a le plus fort taux de participation des communes ». Cela lui confère une certaine reconnaissance, mais ce département fait aussi valoir son concours propre et ses critères. En cela, il conforte son identité territoriale.

48Par ailleurs, il existe très peu de relations avec le CNFF. Les plaquettes ne sont lues que pour constater que les nouvelles prescriptions (1995) sont déjà de mise au sein du département. Le Lot n’est pas le seul département à faire figure de précurseur. Depuis 1992 également, le CAUE de Vendée, chargé de l’organisation des concours, les a remplacés par une opération intitulée « Paysage de votre commune ». Largement dotée (300 000 francs au lieu des 100 000 francs habituels soit 45 734 euros / 15 244 euros), elle anticipe très largement les futures orientations nationales. Donc, et contrairement à ce qu’on pourrait attendre, les modèles ne circulent pas depuis l’échelle hiérarchique et territoriale la plus grande jusqu’à la plus petite. C’est à l’échelle locale que les changements se jouent et se déploient. La présence d’un certain nombre de techniciens, néo-ruraux sensibles aux mouvances écologistes, n’est certainement pas étrangère à la production d’une singularité lotoise.

  • 15 Les citations suivantes sont extraites d’entretiens avec les organisateurs (directeur du service, (...)

49Pour ce qui est du palmarès des villages fleuris, les organisateurs du concours15 privilégient donc l’échelle départementale. Il s’agit plus de « distribuer des feuilles de chêne » que de participer au concours national pour que soient « données les fleurs ». Mais les « feuilles de chêne » en viennent à poser problème. En effet, pas moins de 70 communes sur les 130 inscrites, soit un quart des communes lotoises, disposent du panneau. Devant cette profusion, les organisateurs se questionnent même si ce sont souvent des personnes âgées qui assurent bénévolement le fleurissement « sans assurance de continuité ».

50Quoi qu’il en soit, le critère déterminant pour « la cuisine » du palmarès, c’est « le maintien de la mobilisation ». Les gestes sur l’espace doivent être reconnus, remarqués, récompensés. Comme s’il s’agissait d’un projet commun, vital, décidé entre tous. La fonction sociale du concours, celle d’assurer du lien, est réitérée. Commune, district ou département, « l’effort » de paysage semble la valeur majeure. Pour « encourager », on examine le nombre de feuilles de chêne et, outre les notes des jurys de district, l’évolution des inscriptions. Si la commune n’a pas été classée pendant quatre années successives, sa note est réévaluée pour qu’elle bénéficie d’un prix. « Il se peut qu’il faille remonter une commune qui n’a jamais eu de prix. Elle n’a pas de réalisations supplémentaires, mais il faut l’encourager. » « Le mauvais contact » avec une commune peut également être pris en compte dans le classement. Cet argument, dont on a vu l’importance du point de vue des jurys de district, permet de nouveau d’affirmer l’importance de la dimension sociale du concours.

51Enfin, dernier critère, l’incidence de l’aspect politique. Car « chaque conseiller général veut quelqu’un de primé sur son canton », soit qu’une de ses communes soit nominée. Cette forme de pression implique une vigilance certaine. Comme à l’échelle communale, il faut ménager les susceptibilités, ne pas faire d’impairs. « Spécialement là » car le concours offre l’occasion d’un véritable rituel d’agrégation et d’un moment de rémission de la vie politique. L’élaboration du palmarès prend donc parfois des allures de casse-tête, d’autant qu’il faut encore organiser la cérémonie de remise des prix, ce qui ne laisse que trop peu de temps « pour travailler sur le contenu ».

« Flower power », enjeux et mises en scène du politique

52Obligatoire, le dossier « fleurissement » a un statut ambivalent. Comme cela est parfois le cas à l’échelle communale ou à celle de la maison, le fleurissement représente au conseil général un « tout petit problème ». Qui n’a rien de commun avec des dossiers plus « sérieux », tel celui de l’assainissement. L’organisation des concours mobilise un budget, mineur, de 150 000 francs (22 867 euros), alloué annuellement (dont une moitié destinée au fonctionnement et à la promotion, l’autre représentant le montant des prix et bons d’achats) tandis que le secteur « solidarité », par exemple, représente 400 millions de francs (61 millions d’euros). Cette relative modestie du budget contribue à faire du concours un objet de consensus entre élus : ni revendication ni enjeu financier ne justifie de le maintenir ou de le supprimer. À l’inverse, d’autres dossiers peuvent générer dissensions et concurrences pour l’attribution de fonds publics sous forme de subventions. Le faible coût du concours participe donc à la cohésion de la communauté des élus, offrant une tribune pour une « mise en représentation » correcte du politique (Abélès 1997 : 247). Selon cet auteur, « donner à voir semble une dimension consubstantielle de l’ordre politique », permettant de « renvoyer à la collectivité qu’il incarne l’image de la cohérence et de la cohésion ».

  • 16 Le budget qui lui est consacré (100 000 francs/ 15 244 euros) reflète, là encore, sa faible import (...)
  • 17 « Le fleurissement n’est pas une mission à part entière. Il n’y a pas d’actions concertées, pas de (...)

53Le caractère ambivalent du dossier fleurissement se retrouve à l’identique à l’échelle régionale. Ainsi, en Pays de la Loire, l’organisation du concours régional dépend du comité régional du tourisme. Organisation fastidieuse, budget peu conséquent16 qui ne permet pas un véritable travail sur le fond, le dossier fleurissement est ainsi volontiers qualifié de « verrue », à « refiler aux assistants17 ». « Je n’ai rien contre les fleurs mais ça ne va pas changer la face du monde » : selon le chargé de mission responsable du dossier, la présidente a, sur la base de cet argument, missionné quelqu’un à la présidence du Concours régional des villes et villages fleuris. L’élu chargé du dossier n’a généralement « pas eu de poste pour autre chose ». Il s’agit, « non pas d’une tête de pont mais de quelqu’un qui a le temps et qui veut se faire connaître ». Car le bénéfice du poste est en terme d’image, « pour la gazette ». Le président endosse ainsi les mêmes qualités que le dossier dont il se charge : une ampleur relative en terme d’image. L’importance de la mise en représentation s’observe ainsi à l’échelle personnelle comme à celle, globale, du dossier. « On attend huit mois pour la remise des prix, pour décerner des diplômes un peu jolis. »

54La dimension politique du concours n’est cependant pas l’apanage des seuls élus. Les organismes de tutelle font également valoir leurs intérêts, qui recoupent parfois d’ailleurs ceux des hommes politiques. Dans les différents départements des Pays de la Loire, le dossier fleurissement représente un enjeu stratégique du point de vue des organismes chargés de l’organisation départementale des concours.

  • 18 Selon l’expression du technicien responsable de l’organisation du concours au comité régional du t (...)

55D’un département à l’autre, les institutions de rattachement ne sont pas les mêmes, ni, par ailleurs, les degrés d’investissement sur le dossier. Au comité du tourisme de Mayenne, le concours vise à faire du fleurissement un atout touristique. « Les cow-boys du fleurissement18 » mettent tout en œuvre pour générer à la fois des afflux touristiques (et de fait, quelque soixante cars par jour se dirigent, en été, vers le village fleuri lauréat du département) et des débouchés pour la filière horticole. Parmi leurs différents dossiers, celui du fleurissement occupe la place de choix. La Mayenne est le premier département fleuri des Pays de la Loire, un des plus primés du territoire français. Ces stratégies touristiques sont conjointes à des stratégies politiques, le fleurissement devenant à l’occasion « tremplin pour les campagnes » des élus. En Vendée, jusqu’en 1990, le dossier était du ressort du CDT. Imaginant qu’il relevait davantage de ses compétences, le CAUE a fait pression pour l’obtenir, contre l’avis du CDT qui protégeait « sa chasse gardée ». « Je vais avoir un dossier pour me faire reconnaître », la motivation de cet organisme est ainsi décrite par le technicien du CRT.

56« Tout est politique dans le fleurissement. » C’est du moins ainsi que le perçoivent, à différentes échelles, les techniciens rattachés à l’organisation des concours. Avec les membres du jury régional, entre la visite de deux villages ou dans le temps de pause des repas, les discussions portaient en effet le plus souvent sur la dimension politique du concours. Affaire politique, « show business » même : la représentation occupe une place centrale du point de vue de ses analystes.

57À l’échelle communale, l’obtention d’une fleur représente, pour les maires, un « enjeu formidable », occasion peut-être de « dégotter », « sans risque », des subventions sur d’autres postes ou tout au moins la reconnaissance qui peut y conduire. Quant au conseiller général, le concours lui assure une mise en représentation nécessaire. Rencontrer les maires sur leur terrain et à propos d’un sujet à la fois anecdotique et consensuel permet d’activer des liens, de réactiver des réseaux. Pouvoir dire au maire : « On pense à la première fleur », c’est à la fois l’encourager dans l’entreprise qu’il représente mais aussi l’assurer de son soutien, ce qui sous-tend peut-être une contrepartie.

58Les objectifs sont parfois quasi avoués : dans le département de la Sarthe, un conseiller général fait presque officiellement campagne pour les sénatoriales dans le cadre de sa participation au jury. Dans le jury régional dont je faisais partie, l’élue, conseillère générale et présidente du comité régional du fleurissement de la France, visitait, entre autres, les communes de son propre canton, et mentionnait à l’occasion à un élu que « ses efforts » se solderaient sans doute par l’obtention d’une fleur. Le fait que nous ayons rehaussé la note pour « faire plaisir à Madame la présidente » marque la prééminence du registre politique sur le registre technicien, cela pour éclairer la nature des relations, parfois complexes, entre les deux corps de compétences. Pour le technicien du CRT, les distinctions attribuées viennent métaphoriquement récompenser tel ou tel conseiller général, dans le cadre d’un fonctionnement « hypocrite ». D’une part, l’élu se comporterait comme si la reconnaissance sociale du canton qu’il représente était la reconnaissance de sa valeur propre. D’autre part, l’attribution de la distinction dépendrait de sa présence et de son action. « Le conseiller général a tout pour lui » : il bénéficie de l’accord tacite et d’une reconnaissance aux échelles départementale et cantonale. Trait d’union, il se trouve valorisé depuis les deux bords.

59Comme le jury de district, le jury régional ne se montre jamais sévère : les déclassements sont extrêmement rares, malgré un fleurissement et un aménagement de l’espace public souvent sujets à caution. Ne pas disqualifier l’effort, la consigne reste à l’encouragement. Argument politique et réflexion « objective » sur l’aménagement se contrebalancent ; le nombre de fleurs attribuées (ou retirées) dépend de la conjonction de ces deux facteurs.

60« Le concours offre aux élus une tribune pour se montrer. » La dimension politique est bien connue des organisateurs, comme le souligne la directrice du Comité national pour le fleurissement de la France : le concours, « outil de communication politique » pourrait même être assimilé à un véritable « flower power ». Cette dimension est reprise, au niveau national, dans le cadre d’un projet de partenariat avec l’UNICEF : le concours sera utilisé comme « lieu de communication politique positive » pour inciter, en 2000, les communes à acheter des rosiers (un franc/0,65 euro par plant étant reversé à l’UNICEF). L’ambivalence des fleurs se résout ici par l’invention d’une destination utile. « Vers un fleurissement plus citoyen », la relation jardinière se réactualise avec le « nouveau fleurissement », au travers d’un thème déjà exploité dans les années 1960.

La cérémonie de remise des prix, un rituel d’agrégation

61Aux différentes échelles, communale, départementale, régionale, nationale, la mise en représentation du politique atteint son point d’orgue lors de la cérémonie de la remise des prix. Dotée d’une forte valeur symbolique, cette « grand-messe », ainsi nommée par ses différents organisateurs, se déroule le plus souvent « en grande pompe ».

62À Cahors, le grand salon de la préfecture est apprêté pour l’occasion. Dans cette imposante bâtisse de la fin du xviiie siècle, on a déroulé le tapis rouge dans les escaliers et agrémenté les paliers d’immenses bouquets, autant de « fleurs de seuil », composés par les meilleurs fleuristes de la ville. Dans la salle de réception, spectaculaire par sa hauteur de plafond, ses larges cheminées, ses décorations murales et son parquet parfaitement lisse et lustré, des guirlandes végétales et de nombreux bouquets chamarrés semblent suggérer l’objet du rassemblement : parler des fleurs et donner des fleurs. Pendant un temps d’attente, les quelque cent cinquante invités peuvent contempler à loisir la qualité des décorations florales et du buffet. Éloignés des sphères du pouvoir ou des catégories aisées de la population, nombre d’entre eux n’ont jamais eu l’occasion d’assister à une réception de ce type. À leur attitude un peu empruntée, on reconnaît ces « déplacés » d’un jour, agriculteurs(trices), employé(e)s ou commerçant(e)s, maires des petites communes aussi. Le silence se fait. Les regards se tournent vers la tribune où quelques hommes en costume et femmes en tailleur s’apprêtent à entendre le discours du président du conseil général. Sous les feux de la presse, la « grand-messe » peut débuter.

63À partir de ce moment, le silence constitue la toile de fond de la cérémonie. Il est d’abord ponctué par le discours du président, qui fait l’éloge des concurrents mais également de « notre beau département », avant que les applaudissements ne mettent fin à cette première séquence. C’est presque dans une ambiance de recueillement que sont ensuite conviés les lauréats, un à un, en commençant par ceux du concours des maisons fleuries (les 7 catégories, du 1er au 5e prix, plus les prix d’honneur). Suivent les maires, qui représentent les villages primés (concours des villages fleuris). Le responsable de l’organisation appelle, sa secrétaire offre le bouquet, le président remet le diplôme et donne l’accolade. La répétition des séquences occupe une bonne heure, après laquelle la tension peut se relâcher autour d’un verre de champagne et d’un buffet savamment composé. La salle s’emplit alors d’un brouhaha feutré et ravi. En outre, c’est le cas depuis quelques années seulement, vient le moment d’admirer les photographies des réalisations primées, avant qu’elles ne soient offertes aux lauréats.

64Composé de séquences soigneusement orchestrées et réitérées d’une année l’autre et d’une échelle l’autre, la remise des prix s’apparente à un rituel. Dans le « Finale » de L’Homme nu, Claude Lévi-Strauss (1971) le caractérise par deux procédés : le morcellement (multiplication des séquences) et la répétition (séquences de figures imposées). Dans le rituel de remise des prix, on pourrait distinguer les moments suivants : invitations (cartonnettes luxueuses), habillement cérémoniel, accès et installation dans le grand salon, discours du président, remise des prix elle-même avec dans l’ordre, palmarès du concours des maisons fleuries, puis palmarès du concours des villages fleuris, discours de clôture et invitation au buffet.

  • 19 Voir Henri-Pierre Jeudy (1997 : 245) : « “Le pouvoir sur scène” (Balandier 1980) implique des prat (...)

65Mais ce moment est davantage qu’un rituel politique. Bien sûr, la mise en scène, dimension inhérente au concept de pouvoir19, trouve dans la cérémonie une expression de choix. La remise des prix représente une occasion majeure d’assurer une visibilité de l’ordre politique et d’en fournir une image positive. Elle est « cette tribune où se montrer » dans un lieu également montré, dont parle la directrice du CNFF au sujet de la remise des prix nationale. Aux différentes échelles, la cérémonie réunit toutes « les huiles locales » mais également une partie des jurys et des candidats primés ainsi que la presse. En 1999, dans le département des Côtes-d’Armor, la remise des prix ne rassemble pas moins de mille personnes, sous la houlette du président du conseil général. En région Pays de la Loire, « on ne manque pas une remise des prix car y sont présents tous les grands électeurs ». À l’échelle nationale, c’est près de huit cents personnes qui assistent au discours du ministre et participent à une réception « chic et délicieuse ».

66Plus que politique, la vocation du rituel est d’ordre social et idéel. Par la consécration des fleurs, le rituel organise la mise en représentation d’un désir, d’un idéal, d’une illusion : celle d’une communauté locale unie, non conflictuelle, dans un cadre de vie maîtrisé et esthétique. Harmonie entre citoyens et élus, harmonie entre communauté et paysage, chacun se trouve convié au vœu d’une harmonie du territoire, ou à son illusion. Selon la directrice du CNFF, la remise des prix, et à travers elle, le concours en son entier, a une « fonction libératoire » : « Un responsable du fleurissement l’appelle son dossier de respiration. Ce moment, non conflictuel, permet de faire travailler ensemble et donc de dépasser les appartenances politiques. » Lieu de rémission de la vie politique, « respiration » collective dont la fleur est symbole et support, le moment de la remise des prix offre une parenthèse qui sert à souder et fabriquer la collectivité. Au-delà de l’« intention de communication politique » et de la mise en scène du lien, il y a la création d’un « vrai moment de convivialité ». La cérémonie, ce « rituel très attendu », s’ouvre toujours par un sourire, du ministre, du président du conseil régional, du président du conseil général ou du maire, selon l’échelle à laquelle elle se place. Signe de convivialité, de mise en parenthèses des conflits comme des différences, le sourire unit et fédère. Au même titre que les fleurs qu’il consacre, il voudrait le territoire à l’image d’un jardin d’Éden retrouvé.

  • 20 Dossier de presse de la remise des prix de 1998.

67Dans le discours d’ouverture de la cérémonie, le président du conseil général tient à récompenser « tout le soin, toute l’énergie et tout le talent que les Lotois mettent à fleurir leur département. C’est en effet une grande fierté pour le Département20 ». Population mobilisée, élus et responsables, tous, impliqués dans un projet commun, se félicitent ou sont félicités du résultat. Cette idée d’un territoire dont on peut être « fier » et qui, dans le même temps, lui donne substance est mise en perspective par le recours à un tiers. En 1993, le président exhortait habitants et élus à la mobilisation en déclarant que « le Lot devait battre l’Alsace ». Mais plus généralement, « lors de la cérémonie de remise des prix, le président remercie les gens d’être mobilisés sur la symbolique de l’accueil ». L’accueil de l’autre, le touriste essentiellement, vaut comme motif. Médiation symbolique entre élus et population, le « passage » par un tiers a un effet de cohésion sociale.

  • 21 « Intervention du sénateur-maire d’Alençon, lors de la réception des balcons fleuris et des jardin (...)

68Le discours du sénateur-maire d’Alençon21 lors de la remise des prix du concours des maisons fleuries de 1998 résume, aussi bien que toute analyse, cette fonction d’agrégation et de fabrique territoriale par le projet du fleurissement :

Embellir notre ville est le plus grand service personnel que vous pouvez lui rendre. Par vos compositions, vous transformez l’ennui et la grisaille des lieux en beauté esthétique. […] Fleurir fenêtres et balcons embellit aussi la maison et reflète le bonheur. […] Je décrète la mobilisation générale de tous les habitants pour le fleurissement. Alençon, en 1999, doit obtenir sa troisième fleur du Concours des villes et villages fleuris. Avant la lecture du palmarès et pour conclure, je veux vous dire que vous appartenez à l’équipe de ceux qui veulent faire de notre cité la plus belle de toutes. Vous êtes de ceux qui ont compris que chacun peut beaucoup plus qu’il ne le croit pour sa ville, et sa commune. Le fleurissement, la beauté, la propreté sont des atouts majeurs qui ne dépendent que de nous. […] Lorsque tout le monde s’y sera mis, notre ville sera la plus belle… de France.

69Les habitants sont donc tenus à l’appartenance à une communauté. Communauté qui, unie par son geste au-delà des frontières entre espace public et espace privé, fait à son tour exister la ville ou le village. Ainsi, le fleurissement a pour fonction d’assurer du lien entre les habitants tandis que, en retour, le lien se fait autour de cet intérêt commun, « la beauté esthétique ». S’il justifie une exhortation à la population, ce projet est dirigé vers un objectif, l’appartenance à un territoire valorisé et valorisant.

70Ce qui se dit ici à l’échelle de la ville et qui a été décrit à l’échelle du village, ce qui se passe à l’échelle du département, ce qui a été établi à l’échelle de la nation et, dans une moindre mesure, à celle de la maison, l’ensemble de ces propos et de ces gestes est tendu vers un unique horizon, la fabrication conjointe du lien et de l’espace : fabriquer du lien pour faire exister l’espace, et fabriquer de l’espace pour faire exister du lien. Avec les fleurs pour prétexte, l’assise territoriale pour cadre et le bonheur pour utopie.

***

71« Un monde plastique, prêt à être formé et façonné », c’est dans ces termes que Keith Thomas (1985 : 33) décrit la palette des végétaux exotiques introduits au xviiie siècle. Un siècle plus tard, en Angleterre, éclot « une sensibilité nouvelle » à la nature ; en France, à compter du Second Empire, l’idéologie du progrès et de l’hygiénisme imprègne durablement les savoir-faire jardiniers. C’est sous ces auspices et avec le développement touristique que s’ouvre l’histoire des concours. Le premier « Village coquet » est organisé par le Touring Club de France en 1920. Puis le fleurissement, sous couvert d’esthétique, prend progressivement le pas sur les consignes de propreté et d’hygiène qui produisent des villages « en ordre » (Heller 1979). Il devient un but en soi, avec sa logique et ses règles propres, édictées par les organisateurs des concours et, incidemment, par une profession horticole en plein essor. Avec la professionnalisation progressive du paysagisme après la dernière guerre et une attention environnementale de plus en plus partagée, le fleurissement change de statut pour ne bientôt représenter qu’un des pans de l’aménagement paysager.

72Le type « fleuri », qui naît au xixe siècle, fil rouge de cette histoire du fleurissement, semble encore avoir de beaux jours devant lui, notamment parce qu’il représente un facteur d’unité et d’intégration aux différentes échelles territoriales. On pourrait penser que le « jardin au naturel », en passe de devenir la nouvelle norme, et le « jardin paysan », qu’il réhabilite en partie, présentent de ce fait une parenté. En revanche, avec toutes leurs divergences formelles, notamment la mise en scène de leur palette végétale respective, les jardins « fleuris » et « au naturel » partagent une idée de l’ordre, et une légitimité. Rarement primé, faiblement pris en compte dans les réhabilitations de l’espace public, l’avenir du jardin paysan semble par contre peu assuré, même si quelques initiatives villageoises, comme à Lunegarde par exemple, viennent parfois le réactualiser

Notes

1 Durant l’été 2001, j’ai été membre du jury régional du concours de fleurissement dans la région Pays de Loire. Une semaine durant, nous avons visité les villages et les villes et octroyé les distinctions (une à trois fleurs) dans le département de la Mayenne. Le jury était composé d’un horticulteur retraité, d’un employé du comité régional du tourisme, du directeur de la Fédération régionale des CAUE, d’une conseillère générale de la Mayenne.

2 En 1998, 35 communes sur 130 participantes sont primées, et 39 prix récompensent les lauréats du concours départemental des maisons fleuries parmi 600 candidats. Les diplômes sont accompagnés de bons d’achat d’une valeur de 250 à 500 francs (40 à 80 euros), à faire valoir chez les horticulteurs lotois. Les dotations sont apportées par le conseil général (15 000 francs) (2 286 euros) sur un budget de 300 000 francs (45 734 euros), la Banque populaire et le CDT du Lot.

3 Le directeur, ingénieur des Eaux et Forêts, néorural dans les années 1970, a effectué différentes missions pour les collectivités locales (dont le CAUE) avant d’être engagé en 1991 par le conseil général.

4 Je le jugerai suffisamment exemplaire pour vouloir l’analyser en détail (chapitre 1, « Le jardin de Suzanne »).

5 « On m’en a parlé. On m’a dit tu verras c’est la plus belle de toutes avec ses charrettes », s’exclame une des secrétaires du conseil général.

6 En revanche, en 1999, le village obtient sa première feuille de chêne. Ce qui montre bien que les choses ne sont pas définitives : une volonté politique nouvelle, un accueil différent fait au jury, et par ailleurs, la qualité de l’architecture locale auront su générer des appréciations plus favorables.

7 En 1999, avec l’organisatrice du concours au conseil général et d’un cadre employé de la préfecture, nous étions chargés d’examiner les réalisations du nord du département.

8 J’ai eu accès aux dossiers des différents jurys de district (32 au total) qui comprennent chacun trois ou quatre personnes au plus. Un sur deux environ ne comprend, sinon les notes, aucune observation supplémentaire.

9 « Effort » : 7, « manque d’effort » : 5, « valorisation » : 6, « travail » : 1, « mérite un prix » : 2, « à encourager » : 1.

10 « Espaces verts et jardins publics » : 4, « bonne utilisation du site » : 2, « respect du patrimoine » : 1, « bonne qualité générale » : 1, « bonne qualité de l’environnement » : 1.

11 « Joliment décoré » (4), « varié » (4), « coloré » (4), « harmonieux » (4), « superbe » (3), « original » (3), « joli » (3), « sympathique » (3), « rustique » (3), « mignon » (3), « magnifique » (2), « coquet » (2), « agréable » (2), « sauvage » (2), « de rêve » (2). L’observation « bien fleuri » est parfois doublée d’un autre terme : « effort et fleuri » (5), « propre et fleuri » (5), « Aménagé et fleuri » (3), « bon goût et fleuri »(1).

12 21 fois, plus les citations suivantes : « effort et propre », « effort et varié », « effort et harmonie », « effort sans harmonie ».

13 Entretiens avec le directeur du service tourisme et environnement du conseil général et avec le directeur du CAUE.

14 Adressé, rappelons-le, aux lauréats du CMF entre 1990 et 2000. Les jardinières interviewées disent n’accorder, dans leur pratique, qu’un très faible crédit à l’existence du concours.

15 Les citations suivantes sont extraites d’entretiens avec les organisateurs (directeur du service, chargée de mission).

16 Le budget qui lui est consacré (100 000 francs/ 15 244 euros) reflète, là encore, sa faible importance (par rapport aux 30 millions de francs/4,573 millions d’euros dont dispose la Région).

17 « Le fleurissement n’est pas une mission à part entière. Il n’y a pas d’actions concertées, pas de réunions, pas de stratégies, pas de communication. C’est le dernier dossier, à la traîne, de la Région. Seule compte la dimension vedette pour la remise des prix. » Le technicien du CRT chargé du dossier.

18 Selon l’expression du technicien responsable de l’organisation du concours au comité régional du tourisme. Les autres citations de ce paragraphe sont extraites du même entretien.

19 Voir Henri-Pierre Jeudy (1997 : 245) : « “Le pouvoir sur scène” (Balandier 1980) implique des pratiques symboliques qui entretiennent le principe de la visibilité » et Marc Abélès (1997 : 247) : « Donner à voir semble une dimension consubstantielle de l’ordre politique. »

20 Dossier de presse de la remise des prix de 1998.

21 « Intervention du sénateur-maire d’Alençon, lors de la réception des balcons fleuris et des jardins familiaux ». Source : http://perso.wanadoo.fr/senateur.alain.lambert/balcons_fleuris.htm

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search