Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

VI. Les concours à l’échelle locale

24. Villages fleuris

Texte intégral

1À l’échelle villageoise, les positions ne sont pas identiques : chaque village choisit, interprète, décide de participer au concours des maisons, ou à celui des villes et villages, selon des modalités différentes. Au-delà d’une fonction esthétique, le fleurissement révèle un état des relations villageoises : les critères des élus, des comités délégués et des bénévoles, le rôle du concours comme lieu d’intégration (ou de « restructuration de la vie communale » : Dubost 1997 : 135) sont d’un lieu l’autre redistribués.

2En 1994, je faisais partie du jury départemental chargé de visiter les communes du canton de Labastide-Murat. L’enquête fut approfondie dans celles de Lunegarde, Caniac-du-Causse, Soulomès. Dans chacun des villages, les responsables du fleurissement, de nouveau rencontrés en 2002, exposent la situation communale, parfois en vis-à-vis de celle de leurs voisins.

Lunegarde, un village-jardin

  • 1 Ce terme provient peut-être d’une plaquette du CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et d’envi (...)

3À Lunegarde, petit village de soixante-treize habitants, situé sur un promontoire, le fleurissement crée une émulation, surtout avant le passage des jurys de concours. Au printemps, en été, les habitants s’activent autour de leur maison, investissant fossés et bordures : ici, il n’y a pas de limites véritablement marquées entre le domaine public, le domaine des uns et celui des autres. Les membres du jury le souligneront, décrivant Lunegarde comme « un village-jardin1 ».

4C’est la motivation de quelques-unes pour « faire quelque chose qui soit gai, accueillant », qui semble à l’origine du « village-jardin ». Les cousines jardinières habitent au pied de l’église dont on dit qu’elle couve les maisons qui l’enserrent (« elle me donne l’impression d’une poule et de ses poussins » ; « pour moi, c’est plutôt une brebis qui garde ses petits »). « C’est un village tout petit regroupé autour de l’église, cinquante et une personnes regroupées. On vit tout le temps dehors, on voit tout, on sait tout. »

5Le « regroupement » vaut pour les habitants comme pour leurs maisons. Est-ce pour autant un véritable groupe ? Assurément selon les cousines, pour qui la présence de « racines » au village a déterminé le départ de la ville et le « retour au pays », une fois la retraite venue. Elles occupent aujourd’hui les maisons familiales, héritées ou rachetées. L’étude des anciens registres a confirmé ce besoin d’ancrage : la famille est présente au village dès les années 1700.

  • 2 Lunegarde a obtenu toutes les faveurs départementales, mais n’a jamais pu convaincre les jurys rég (...)

6Lorsqu’elle s’installe à Lunegarde en 1985, la future « jardinière en chef », qui valorise la ruralité, décide d’installer des fleurs. Chaque maison ne comprend qu’un pas de porte de moins d’un mètre de large, le reste de l’espace étant du « communal ». Sous le regard tolérant du nouveau maire, l’emprise sur l’espace public se fait progressivement. Puis les cousines lisent un document publicitaire au sujet du concours des villages fleuris. C’est le début d’une longue série d’interventions jardinières, puis de récompenses départementales2.

7« Le village fleuri n’existe pas avant nous. » L’intitulé du concours est pris à la lettre et à son propre compte, manière d’appropriation du village. Le fleurissement, comme les autres formes d’investissement villageois, ont pour effet de redonner du sens à la vie locale. Ici comme ailleurs (Bergues 1998), on évoque volontiers la vie sociale et économique du village au début du xxe siècle, avec ses nombreux artisans et commerçants existant de concert avec le milieu agricole. La mémoire collective idéalise cette période d’autant que la suivante (après la dernière guerre) est marquée par l’effacement progressif des petites exploitations et de la pluriactivité et, bientôt, du lien social.

8Aujourd’hui, les habitants le soulignent, l’organisation spatiale du village joue un rôle dans la configuration des liens villageois. Mais la cohabitation n’est pas nécessairement conviviale. Or à Lunegarde, « on vit dans la rue », et au centre du village, « on vit ensemble ». Le cousinage est certes important mais cette dynamique semble s’étendre à l’ensemble des familles. Car au-delà de l’action des deux cousines, le traitement de l’espace villageois implique aujourd’hui « ceux qui n’avaient pas de fleurs ». Puis, la participation au fleurissement devient un moyen d’intégrer les nouveaux venus. Au-delà de la recherche d’une esthétique, l’entretien et le fleurissement du bourg fournissent l’image des relations villageoises. Ils démontrent qu’ici « on s’entend » et, contre la fin des fêtes, veillées et autres échanges traditionnels, signifient que la vie sociale est toujours possible à la campagne.

  • 3 On les appelle aussi « tours d’arbres » ou « roues d’arbres » : un petit muret d’environ un mètre (...)

9Devant les maisons, le long de la ruelle centrale, autour de l’église, les plantations de fleurs robustes principalement sont le fait des habitants et bénévoles. Sur l’initiative de la mairie, on a installé et fleuri des roudoulous3 autour des arbres publics. Le long des routes, sur tous les espaces publics, la pelouse naturelle est soigneusement entretenue par chacun. D’anciennes comportes hébergent des géraniums roses devant la mairie et la salle communale. Le « travail » (ouvrage de bois anciennement utilisé pour ferrer les vaches) a été déplacé à l’entrée du village « pour qu’on le voie bien depuis la route ». Objet agricole patrimonialisé, il témoigne de la culture paysanne locale. Les plantes, elles, proviennent d’une pépinière, mais aussi des relations d’échange et de « la nature qu’on laisse venir » (balsamines, pervenches, fragon petit-houx, etc.). Pour un fleurissement qui relève à la fois du jardin paysan et du jardin fleuri. Chaque année, la municipalité finance l’achat des fleurs, un artisan local l’aidant en cela par un don de 500 francs (75 euros). Chaque année donc, la bénévole responsable des plantations et la femme du maire se rendent « en bétaillère » dans une pépinière voisine afin de choisir et acheter les végétaux : géraniums surtout (« parce que ça tient tout l’été et résiste à la sécheresse »), mais aussi impatiens, pétunias, fuchsias, lobélias et autres « espèces qui tiennent » (sauges arbustives, marguerites et chrysanthèmes, lavatères, laurier-tin, etc.). Absence de serre et dons insuffisants, on regrette ici de « devoir acheter » car « faire avec les moyens du bord » est presque une condition de son implication.

10Les emprises sur le village sont de différentes natures. Les décorations de Noël installées pour deux mois et à profusion relèvent le plus souvent du bricolage. De vieilles balles de tennis offertes en quantité par un professeur de gymnastique deviennent, une fois « habillées », les boules de Noël ornant arbres et croix du village. Les guirlandes sont gardées d’année en année ou bien fabriquées à partir de lierre, de houx, de gui, d’épis de maïs ou encore de petits bouts de polystyrène utilisés pour l’emballage de produits fragiles. Elles voisinent avec de nombreux simili-cadeaux ou autres motifs à base de neige artificielle. Tandis que l’église était en travaux, la tradition de la crèche a été maintenue. Au cours des trente dernières années, une habitante de Lunegarde organisait des crèches vivantes pour la veillée de Noël. En 2002, on installe une crèche extérieure factice, avec des ballons de football en guise de têtes des personnages et des jerrycans habillés de sacs-poubelles pour figurer les corps. La création de la crèche marque moins le respect d’une pratique religieuse que le désir de faire quelque chose qui rassemble, qui « sert à tout le village ». Les décorations de Noël prouvent ainsi la vitalité du village. Lunegarde s’est illuminé de décorations bien avant que la pratique ne se répande, ces dernières années, dans nombre de jardins privés. Et le style de ces décorations, intimiste, s’apparente davantage à ce qui se fait à l’intérieur des maisons qu’aux arrangements réalisés par les municipalités.

  • 4 En général, le bénéfice sert à financer un repas pour les membres du comité des fêtes organisateur (...)

11Le fleurissement printanier et estival est la plus importante de cette série d’empreintes qui donne au village son caractère. À Lunegarde, le fleurissement s’effectue presque entièrement « sur la commune », sur un espace public en prise directe avec l’espace privé. Les portes des maisons demeurent ouvertes pour accueillir, qui le facteur déposant le courrier à même la table de la cuisine, qui la voisine ou même l’ethnologue en quête d’un renseignement, ou encore les touristes s’installant sur l’un des salons de jardin pour pique-niquer ou demander des boissons. Les habitants entretiennent sciemment la confusion, au bénéfice de l’espace communal. La fête annuelle qui se déroule au cœur de l’été génère des bénéfices qui sont, non pas employés au « retour de fête4 », mais à financer « quelque chose de communal », « pour la commune », « qui sert à tout le village » (bancs, table en bois, décorations de Noël, etc.).

  • 5 « Un milieu se manifeste comme un ensemble de prises avec lesquelles nous sommes en prise. […] Ce (...)

12Le fleurissement et l’entretien du village participent donc d’une logique générale, où la pratique de l’espace est en même temps une pratique du temps. Ponctué par les saisons et les événements qui les spécifient (Noël et le Nouvel An, galette des Rois, Pâques, été et fête patronale), le temps qui passe s’imprime sur l’espace public. « Nous ne sommes que cinquante habitants. Pour qu’on ait l’impression de ne pas être isolés, alors on marque les choses », on marque l’espace comme les temps collectifs et festifs. « Empreinte », selon Pierre Bergounioux (1997), ou encore « prise » selon Augustin Berque5, la « marque » est le signe de l’appropriation, de l’action sur la matière. Elle est projection de soi, pour imprégner et donner à tous quelque chose de sa personne. La marque, c’est le signe de la vie contre une menace de mort, sociale autant que spatiale.

13Le « village-jardin » se définit par l’organisation de l’espace et par la nature des plantations ou décorations. Mais il doit aussi à la faible césure entre public et privé, entre collectif et individuel, entre dedans et dehors. Au-delà des normes, admettant bricolage, plantes du « sauvage » et plantes achetées, il traduit, sorte d’idéal paysager, « espace social total » qui rassemble et réunit, un mélange d’influences habilement orchestrées.

Soulomès : le concours communal ou les fleurs sociables

14Le village de Soulomès (107 habitants) « fait le concours » conformément à une orientation cantonale, une décision politique initié par le conseiller général du secteur. En 1994, troisième année d’inscription, l’adjointe au maire, déléguée au fleurissement et institutrice de son métier, constate avec satisfaction les progrès réalisés. Car, « adorant les fleurs », elle s’est chargée du dossier, profitant d’une subvention cantonale de 1 000 francs (654 euros). À Soulomès, faire le concours, c’est avant tout inciter la population à soigner ses cours et jardins, plutôt que mettre en valeur les espaces publics. La diversité des manières de faire, d’un village à l’autre, montre la relative singularité des situations communales.

15À Soulomès, le concours communal des maisons fleuries (et non le concours départemental, ni des maisons, ni des villages) est privilégié, et une hiérarchie établie entre ce qui relève du fleurissement « digne du département » et ce qui « mérite un prix à la commune ». Car s’il renvoie à des pratiques ordinaires, le fleurissement a malgré tout ses références : il est affaire de spécialistes. En 1994, lors de la tournée du jury départemental, l’adjointe de Soulomès nous interpellait : « Vous, vous voyez vraiment de belles choses. Vous, c’est les cracks ! C’est pas comme nous ! Au jury du département, vous en voyez de belles, plus que les nôtres. »

16À l’exception d’une cour de ferme présentée en catégorie « balcon », les autres réalisations ne valent pas, au dire de l’organisatrice, « un prix départemental ». Mais l’important, ici, est de récompenser les habitants ; le concours communal a pour vocation de « relancer le village ».

On n’a aucune chance d’avoir un prix départemental alors on tourne : entre les trois fermes, on a choisi celle qui n’a pas été primée à la commune les années précédentes. […] Au niveau départemental, ça pourrait être considéré comme erreur alors qu’au niveau communal, c’est important. Exemple : cette ferme, elle a fait ses parterres et ses jardinières. Quand même, pour une ferme, c’est quand même une femme qui a soixante ans, ça nécessite un peu de… sur le plan communal. C’est mignon, c’est propre. Même une ferme paumée peut avoir le premier prix communal. S’ils savent qu’ils ne pourront jamais avoir le premier prix, c’est pas marrant. Ça stimule le classement. Le concours, ça permet de relancer un peu les villages.

17L’appartenance communale, la cohésion et le lien social représentent les valeurs essentielles, que le concours réalise. Car l’entreprise est un succès : 20 familles sur 129 habitants y participent, soit les trois quarts de la population. « Tous ceux qui devaient s’inscrire l’ont fait. » Le fleurissement réunit et rassemble, et il n’est que les « antifleurisseurs » ou bien « ceux qui ont un parc très beau » pour ne pas participer. L’attitude envers le fleurissement résume positions et postures sociales au sein du village. Le concours favorise la cohésion, mais exclut à l’inverse ceux qui ne partagent pas ses normes (propreté, entretien, fleurs en nombre). Ainsi, le fleurissement est signe d’intégration, de bonne conduite presque. Le fait de ne pas participer marginalise, en particulier ceux qui occupent des positions extrêmes sur l’échelle sociale et ignorent les critères de bienséance et de convivialité locales.

Tous les inscrits viennent, et à la Coque de Pâques [réunion communale au cours de laquelle on déguste un gâteau traditionnel, la coque], tous les gens qui étaient là s’étaient aussi inscrits, soit les trois quarts de la commune. Et ceux qui ne viennent pas à la Coque, ça n’étonne pas le reste, ils sont spéciaux, ils se font voir par leur originalité. Dans les familles qui pourraient, seules deux ou trois viennent pas. Bon, il y a un parc très beau, ils ne veulent pas mettre de fleurs, ils veulent pas participer, c’est un choix. Sur la place, nous avons les antifleurisseurs. Il y a en un qui ne fait rien. Les autres, ils sont partis maintenant mais ils étaient sales ! Encore, on avait réussi pour la fête [à leur faire ranger un peu] en leur disant « ça ne fait pas très joli ». Mais ils s’en fichaient ! C’est dingue ! Leur intérieur pareil ! Mais vous savez, ça se porte sur la personne. Ça se porte sur le jardin.

18Le concours vise donc à stimuler, lier et récompenser les habitants qui « font un effort » pour un village propre et entretenu. La présence de fleurs, achetées de préférence, vient entériner une organisation jugée satisfaisante, opposée à la saleté, au désordre et à la confusion des genres. On retrouve à l’identique le type d’aménagement d’inspiration hygiéniste préconisé par les concours dès leur apparition. Constamment, « l’effort » apparaît comme une valeur majeure, toujours encouragé à l’échelle locale. On distingue en outre « ceux qui ont toujours fleuri » et ceux qui répondent de manière convenable aux incitations communales.

En trois ans, on voit une évolution très nette sur le fleurissement mais surtout sur la propreté. Les gens ont l’orgueil de présenter une cour propre, d’enlever les saletés, de faire des parterres. Même le maire, qui est seul, en fait. Ceux qui ont les premiers prix ont toujours fleuri, et améliorent quand même. Les gens ont fait de gros gros efforts, il y en a qui ont mis pour 1 000 francs (655 euros) de jardinières ! Ceux qui achètent veulent bien faire. Les autres ont fait un parterre, ils ont bien nettoyé leur devant de porte même si derrière c’est l’aspect d’autrefois. C’est tellement beau s’il y a beaucoup de fleurs, c’est gagné si les gens nettoient. Parce qu’avant, il y avait des fermes… Un village fleuri et propre est plus agréable, et propre aussi, c’est aussi important que fleuri.

19À Soulomès, « faire le concours » est une affaire sérieuse. Dès la première année, des délégués et un jury communal compétent ont été désignés. Car « on ne savait rien, on ne savait pas comment s’y prendre, on savait pas du tout ce que c’était ». Ainsi l’horticulteur qui fournit les villages voisins de Caniac et Lunegarde a-t-il été convié à participer, son point de vue de spécialiste faisant autorité. D’un village l’autre, ces manières de faire expriment une sociabilité intercommunale et semblent renforcer un territoire localisé. Les différences villageoises se révèlent également très vite : à l’inverse de ce qui se passe à Caniac, la demande faite au spécialiste n’est pas reconduite, de peur de froisser les habitants.

Nous, la première année, on l’a pris, parce qu’on s’est lancé, on savait pas du tout ce que c’était, ni où on allait, rien. Alors, on lui a dit de venir pour nous montrer, nous conseiller, voir comment il fallait faire. Mais après, on a dit : « C’est l’enquiquiner. » Je sais bien qu’il vend quelques fleurs pour ça mais enfin… Et puis en plus ça n’aurait pas plu aux gens… […] Parce qu’il se chantait : « C’est pour faire travailler le pépiniériste. »

20Dans un village, il faut donc faire preuve de diplomatie, surtout lorsqu’on porte la casquette d’élu. La première mesure est de récompenser tous les participants, pour encourager, inciter au fleurissement, pour également ne pas « faire de jaloux ». Lors de la remise des prix, à l’occasion de « la Coque de Pâques », les lauréats reçoivent une plante verte ou fleurie, et non des bons d’achat : « Les gens diraient que les bons donnés obligent à se servir chez l’horticulteur. »

21L’achat de plantes également est soigneusement réfléchi :

Pour le premier et le deuxième, il n’y pas de différence dans les prix, comme ça le deuxième n’est pas jaloux du premier prix, bon, c’est moins de 200 francs (30 euros), des caoutchoucs ou des géraniums, mais il faut réserver le budget pour tous les participants, il ne faut pas que ce soit ridicule. On pensait acheter des barquettes de 6 ou 12 pétunias ou impatients ; mais il ne faudrait pas que ce soit mal pris et puis chez les gens qui ont le dernier prix, il faudrait pas qu’ils les laissent périr en disant : « On m’oblige à planter. »

22Si le choix de « faire tourner » [les lauréats] permet de ménager les susceptibilités villageoises, le jury n’est pas pour autant exempt de critiques. Pour pallier celle d’une objectivité jugée difficile, il est désormais composé de cinq personnes.

On s’est mis assez nombreux parce que comme ça, tout le monde en prend sur le nez ! Parce que dans les petits villages, ça parle ; alors on prend tous ceux qui veulent venir, de tous bords et de partout. Cette année d’ailleurs, j’ai fait paraître une annonce dans La Dépêche du Midi : que ceux qui veulent venir au jury se présentent ; comme ça, ils ne peuvent pas dire que c’est toujours les mêmes.

  • 6 Tout au moins, tels qu’ils sont définis jusque dans les années 1990, avant le « nouveau fleurissem (...)

23Enfin, et à l’inverse des critères des concours, départementaux ou nationaux6, le jury communal reconnaît les pratiques de fleurissement ordinaire des jardins paysans. Mais il s’agit d’une forme de reconnaissance plus sociale qu’esthétique. Car « il y a une différence entre plantes achetées et plantes robustes, qui sont un peu plus fouillis », différence confirmée par l’horticulteur lors de sa participation à la première édition du concours. Cependant, la valorisation des fleurs achetées va à l’encontre du rôle d’intégration et de cohésion conféré au concours : « On y fait très attention : si les gens font repousser les fleurs, pour nous c’est pareil. Ou s’il y a un effort de propreté. Mais ça pose problème par rapport à ce qui est premier au concours départemental. »

24Le modèle de référence, entériné par les spécialistes (horticulteur, jury départemental) est bien celui du jardin fleuri, où les plantes annuelles de « couleurs gaies », achetées chaque printemps et installées en quantité, ont la part belle. Alors, si on récompense également « ceux qui savent faire renaître [les plantes d’une année l’autre] », si on admet les « petites fleurs en plus des fleurs achetées », c’est bien pour ménager et encourager les habitants. Mais le vrai fleurissement reste celui qui s’achète et s’entretient avec frais. Ce point de vue est tellement partagé qu’il a impliqué des précautions à l’échelle du concours communal :

Dans le jury, il y avait une dame qui aimait les fleurs, qui disait : « Le pépiniériste nous a choqués, il disait : “Les rosiers ça compte pas”, que seules les plantes achetées marquent des points. » Mais si les gens gardent les fleurs : c’est des fleurs qui sont très belles au début de l’été. Mais ceux qui savent faire renaître n’ont rien en août. Ce qui fait qu’être jury, c’est difficile. Il faut un peu maîtriser tout ça. Et elle qui chantait : « Il y a que les fleurs achetées qui comptent. » Or c’est de tout, et pas quelque chose de visé. Bon, elle a un parc, elle le trouve magnifique, mais lui le pépiniériste disait : « C’est le concours des maisons fleuries ! » Ce n’est pas des réactions justes, justes. Il faut faire attention à ce qui va se dire dans le village. Dire : « C’est les fleurs achetées qui jettent », ça peut faire capoter le truc. […] Bon, il faut voir que les gens n’ont pas d’argent à mettre sur les fleurs, et c’est pas dans les mœurs. Mais il en faut pas beaucoup pour égayer.

25Les fleurs achetées doivent faire de l’effet en quantité. Occasion pour la déléguée de commenter les difficultés que pose, à investissement similaire, la variété des situations à évaluer. Son analyse inclut habilement les variations architecturales ou financières qui jouent sur la qualité des aménagements. Aussi, l’« effort » est-il un critère majeur, d’autant plus qu’il est le plus souvent à la fois physique et économique (« ils ont fait des efforts, ils ont fait des frais »).

Voyez comme ce n’est pas juste. Les balcons, c’est petit, donc c’est vite rempli. Mais certains ont du mérite autant que d’autres avec des résultats qui tapent moins à l’œil. Parce qu’il faut que ça fasse de l’effet… […] C’est pour ça que c’est difficile à juger, parce qu’il y en a qui ont fait un tout petit truc, mais c’est très joli car tout s’y prête, il y a ceci, il y a cela, c’est déjà beau. Et puis il y a les autres qui ont fait de gros efforts, mais où c’est toujours le bazar, parce qu’ils n’ont pas eu l’argent pour tenir la maison, finir l’escalier… Il y a plein de choses qui entrent en ligne de compte.

26Le fleurissement public est également rendu possible en raison de son faible coût. Car pour les conseillers municipaux, surtout s’ils ne sont « pas évolués », le fleurissement reste très accessoire. À la déléguée revient la responsabilité des plantations et de l’entretien des massifs, « pas sauvages mais un peu fouillis » comme dans les jardins paysans. Mais elle préférerait de vrais parterres, « quelque chose de vraiment beau » à base de fleurs achetées. Ses références (celles du jardin fleuri) ne correspondent plus aux nouvelles normes qui réhabilitent le jardin paysan. Ainsi, lors de la tournée du jury départemental, l’architecte du CAUE et moi-même admirons ces plantations « un peu fouillis » que la déléguée au fleurissement éprouve le besoin de justifier.

On a réparé le tour de l’arbre pour mettre des fleurs dedans. J’avais proposé de mettre des fleurs, des fleurs robustes, faire des semis pour que ce ne soit pas cher, mettre des œillets de poète, des lavatères, des belle-de-nuit, et quelques fleurs achetées, des œillets d’Inde. Un massif pas sauvage mais un peu fouillis. Parce que si on veut faire quelque chose de vraiment beau, il faut employer quelqu’un de plus. Or, on dit : il faut faire avec nos moyens. Bon, il y aurait sûrement des parterres à ajouter. J’ai lancé l’idée des parterres à l’entrée du village, mais les parterres, c’est trop cher.

27Le fleurissement donne à voir le fonctionnement du village, avec ses normes implicites, son contrôle social, le rôle du « qu’en-dira-t-on ».

Moi, je pense qu’un village trop beau, où il y en a trop de fait serait plus critiqué qu’en extase (moi, je le serais). Ça dépend de ceux qui parlent le plus : il y en a toujours qui parlent plus haut que les autres au conseil municipal. Parce que si on fait trop d’un coup, on va être critiqué, alors que là, les forsythias, les parterres faits avec les semis, ça ne coûte rien, c’est une façon de les faire passer. Si on avait acheté pour tant de jardinières, ouh là là, ça ne serait pas passé ! Puis, la critique est absorbée par le petit cadeau à la fête de Pâques, et on nous dit que « c’est bien », et : « Comment vous faites » et des remerciements… !

28La mise en place du concours a contribué à transformer l’aspect du village de Soulomès. Tout ce qui était « fouillis », « sale », « en désordre » « affreux » (« jouets qui traînent », fumier, poules en liberté) a plus ou moins disparu au prix de « l’effort » des villageois, qui, plus qu’auparavant, nettoient, entretiennent, tondent les pelouses, installent jardinières et fleurs. Condition pour une bonne intégration villageoise, le fleurissement porte aussi l’image de la commune par rapport aux autres et par rapport au département. Lors de la tournée du jury départemental, la déléguée nous questionnait : « Où avez-vous été et qu’est-ce que vous avez vu ? Comment on se place ? Comment on est par rapport à Caniac : on est rien du tout, on ne peut pas faire face. Et par rapport aux autres communes ? »

Caniac : le fleurissement, une affaire publique

29À Caniac-du-Causse (246 habitants), le fleurissement procède d’une volonté municipale. L’initiative débute dans les années 1986-1987, en réponse aux propositions de concours du conseil général. En 1998, le village accède au plus haut niveau de récompense départemental : la quatrième « feuille de chêne ». Lorsque le maire actuel (élu depuis 1977) devient conseiller général (de 1988 à 1994), l’aménagement et la décoration des villages du canton prennent un tour plus définitif. Ce qu’il explique en ces termes : « L’aménagement des espaces publics, l’embellissement des villages font partie des missions de l’élu. Cela fait partie de l’environnement. On ne s’occupe pas que des routes et bâtiments. Tout comme le fait de développer la vie sociale, qui arrime les habitants à la commune, le fleurissement fait partie des actions du conseil municipal. »

  • 7 C’est pour cette raison qu’il a accepté d’être membre du jury départemental pendant plusieurs anné (...)

30Ainsi, le fleurissement s’inscrit dans une politique communale. C’est « quelque chose qui se remarque. […] Lorsqu’on arrive quelque part, c’est toujours mieux si c’est propre, entretenu, fleuri que si c’est très sale et pas entretenu ». Cette « mission » se justifie donc par le goût de l’ordre et de la propreté. Aménagement et fleurissement permettent une mise en représentation du village : l’« honneur jardinier » (Weber 1998) se forge à l’identique à l’échelle de l’habitation et à celle de la commune. Mais le beau village, avec « l’image qu’on veut donner » par le fleurissement, prouve aussi la volonté de maintien d’une vie locale. L’aménagement de l’espace participe de « la gestion de l’état du patrimoine, [de] la vie sociale et [du] fleurissement ». Également adressé aux touristes, il se résume en trois termes : « fleuri, propre, vivant ». « Le fleurissement est pour les habitants de la commune, ils en sont les acteurs et les bénéficiaires. » Pan de la vie sociale, l’initiative communale est toutefois soigneusement distinguée du privé. C’est « d’abord la commune qui a donné l’exemple » en fleurissant la mairie, en aménageant l’espace public autour de l’église, en installant des parterres sur le terrain communal et les entrées de bourg. Effectuée sans recours à des architectes ou paysagistes, la réfection de l’espace public est subordonnée à l’installation du fleurissement. Réalisé en trois tranches, le traitement des places centrales et entrées de bourg privilégie un aspect « propre » donné par le goudronnage et souligné par des jardinières ou par les massifs. À la sortie du village, sur le terrain communal qui reste enherbé, trône un massif avec « des plantes qui piquent », selon la terminologie paysanne qui désigne ainsi les plantes à feuilles persistantes (Pyracantha, Mahonia, etc.) produites en pépinière. Les fleurs, celles de la palette du jardin fleuri (rosiers, géraniums, pétunias, etc.) encadrent la mairie et le monument aux morts, les panneaux d’entrée et de sortie du village. Le maire mentionne son influence sur ces aménagements et raconte « s’être inspiré de ce qui se fait ailleurs, dans d’autres villages », « avoir pris des idées ailleurs7 », comme d’autres viennent en prendre à Caniac. De cette façon aussi, auront essaimé le jardin ou le village fleuri.

31De fait, les habitants ont joué le jeu du fleurissement, stimulés par l’inscription au concours départemental des maisons fleuries. On se souvient du jardin de Marthe A., situé à l’entrée sud du village, qui a pu voir le jour grâce à cet engagement : « Avant, les gens auraient pensé que j’étais orgueilleuse [faire le concours eût été orgueilleux]. Ils m’auraient dit : “Tu veux quoi, partir à Paris ?” [être primée au niveau national]. »

  • 8 Selon le maire, « les habitants fleurissent mais n’osent pas s’inscrire ».

32Rappelons une des vocations de ce jardin, qui montre à cette échelle ce qui se passe au niveau communal. En discutant affaires de fleurs avec visiteurs et touristes de passage, Marthe a trouvé un moyen de nouer des relations, de s’extraire du territoire qu’elle ne quitte jamais, de voyager, presque. Les fleurs publiques, donnant à voir un village vivant, sont aussi, d’une certaine manière, investies de ce pouvoir de relations. Fonction d’autant plus importante que la vie sociale de Caniac est dépendante des initiatives municipales. Moment fort de la vie sociale, ponctuant l’arrivée du printemps, la remise des prix du concours des maisons fleuries réunit les villageois, sous la houlette du maire et du conseiller général. Y sont conviés tous ceux qui ont bien voulu fleurir leur habitation, sélectionnés lors du passage du jury communal (soit une quarantaine de maisons)8. Trois élus, ceux à qui l’on doit le choix des plantations sur l’espace public, et un horticulteur, fournisseur des fleurs, composent ce jury averti qui décide de l’inscription et sélectionne un concurrent par catégorie pour le concours départemental. Lors de la remise des prix, les candidats sélectionnés reçoivent un bon d’achat à effectuer chez l’horticulteur, tandis que tous les inscrits se voient remettre un géranium. La profusion de géraniums et la diffusion du « jardin fleuri » procèdent en partie de la pratique du concours communal.

33Les fleurs publiques représentent un budget annuel de plus de 3 000 francs (457 euros). La même somme est allouée aux participants du concours communal des maisons fleuries, sous forme de récompenses en nature. Le fleurissement représente donc un effort important pour une petite municipalité telle que Caniac. Le geste municipal est volontariste : « Au départ, ça aurait choqué les gens qui préfèrent voir l’argent mis dans l’entretien des chemins. » Aujourd’hui, le fleurissement et son coût sont « entrés dans les mœurs », mais on reconnaît toutefois que « pour les fleurs, il vaut mieux ne pas compter ». Comme dans les jardins fleuris, le plaisir a un coût qu’il vaut mieux ignorer. Le fleurissement s’achète, cette règle partagée souligne à nouveau les relations d’homologie entre jardins et villages. À Caniac, on obtient toutefois des tarifs intéressants grâce au contrat passé voilà plus de dix ans avec l’horticulteur. Le coût de la décoration florale est augmenté par celui de l’entretien (soit 1,5 jour de travail par semaine d’avril à septembre). Loin du bénévolat, du bricolage et de l’échange, le fleurissement est une affaire publique, une véritable entreprise communale.

34Dès 1990, les efforts du conseil municipal sont récompensés par les distinctions départementales : la mairie reçoit le premier prix (catégorie « Édifices publics » du concours départemental des maisons fleuries). En 1991, Caniac obtient le panneau « Citée fleurie » puis, les années suivantes, les quatre feuilles de chêne.

  • 9 Le paysage, écrivent Françoise Dubost & Bernadette Lizet (1995 : 240), est « convoqué avec insista (...)

35Fruit d’une volonté politique pour la création d’une « cité fleurie », l’exemple de Caniac montre la complémentarité entre fleurissement et aménagement. Selon le message des nouvelles directives nationales qui prônent aussi d’autres productions florales, ce pas de l’un à l’autre devrait être franchi par tout village postulant au concours. Comme pour illustrer le regain de légitimité dont bénéficie le paysage9 ces dernières décennies.

36À Lunegarde, le fleurissement participe des pratiques et des relations ordinaires, qu’il stimule et développe. Affaire publique à Caniac, il implique toutefois les habitants dans le cadre du concours communal. À Soulomès, ce concours a vocation d’intégration et de reconnaissance des « gens du village ». Les pratiques jardinières répercutent ces différences. Quand, comme à Caniac, le fleurissement renvoie à une volonté municipale, avec la mise en évidence d’un espace public bientôt aménagé, le type du jardin fleuri est privilégié. À Soulomès, la norme défendue par les organisateurs du concours relève également de ce modèle, mais la reconnaissance d’un « effort » de mise en ordre permet d’accepter des pratiques plus proches du jardin paysan. Quant à Lunegarde, les différentes prises sur l’espace renvoient à une approche « totale » qui unit privé et public, dedans et dehors, individuel et collectif, et qui emprunte la voie du bricolage et de l’échange pour les apparenter au jardin paysan. Les végétaux de « la nature qu’on laisse venir » et les pelouses naturelles lui donnent également un caractère de jardin « au naturel ». Ce sont sans doute ces affinités qui lui valent une reconnaissance de la part des organisateurs du concours départemental, mais c’est sûrement la faible conformité à la norme dominante qui entraîne la relative indifférence du jury régional.

37Réalisé à Caniac, préconisé à Soulomès, le « village fleuri » est d’autant plus établi qu’il résulte d’une implication municipale. Cette implication suppose l’adhésion à une norme plus générale, promue par les concours nationaux et départementaux, même si, à l’échelle du Lot, elle s’avère controversée. Le jardin fleuri marquait l’adhésion des jardiniers à la société globale. Il en va de même des communes, où le fleurissement permet l’intégration aux différentes échelles territoriales (communale, cantonale, départementale, nationale). Ce qui souligne encore l’homologie entre jardins et villages, entre domaine privé et domaine public.

Notes

1 Ce terme provient peut-être d’une plaquette du CAUE (conseil d’architecture, d’urbanisme et d’environnement) qui vulgarise un art de faire des plantations publiques. Selon le concepteur de la plaquette, ce terme fut inventé à propos de Saint-Cirq-Lapopie, lieu où les surréalistes ont vraisemblablement induit un paysage villageois, dont témoigne encore la présence de buis taillés et de roses trémières.

2 Lunegarde a obtenu toutes les faveurs départementales, mais n’a jamais pu convaincre les jurys régionaux (voir supra). Le village est classé « cité fleurie » avec quatre « feuilles de chêne » en 1998, ce qui représente la plus haute distinction départementale. En 1994, Michelle T. a obtenu le prix régional du meilleur jardinier.

3 On les appelle aussi « tours d’arbres » ou « roues d’arbres » : un petit muret d’environ un mètre de haut contourne le tronc. Une réserve de terre peut être prévue entre arbre et pierres pour accueillir des plantations. On rencontre des roudoulous dans pratiquement tous les villages du Causse, sur les places centrales où ils servent de bancs et donnent cadre aux conversations.

4 En général, le bénéfice sert à financer un repas pour les membres du comité des fêtes organisateur de la manifestation. Ici, le comité des fêtes organise aussi chaque année le réveillon du premier janvier ainsi que des lotos.

5 « Un milieu se manifeste comme un ensemble de prises avec lesquelles nous sommes en prise. […] Ce sont des réalités mésologiques : ni l’en-soi de la physique, ni le pour-soi de la psychologie, mais l’avec-soi d’un potentiel qui se réalise dans la relation d’une société à l’espace et à la nature » (Berque 1990 : 103).

6 Tout au moins, tels qu’ils sont définis jusque dans les années 1990, avant le « nouveau fleurissement » de tendance naturaliste (voir supra).

7 C’est pour cette raison qu’il a accepté d’être membre du jury départemental pendant plusieurs années, « pour voir ce qui se faisait ailleurs et ramener des idées ».

8 Selon le maire, « les habitants fleurissent mais n’osent pas s’inscrire ».

9 Le paysage, écrivent Françoise Dubost & Bernadette Lizet (1995 : 240), est « convoqué avec insistance en matière d’aménagement du territoire, de développement local ou de valorisation touristique – comme d’ailleurs le patrimoine et ce n’est pas par hasard si les deux notions sont voisines, et parfois même se confondent ».

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search