Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

V. Les concours des villes et villages fleuris : une institution

23. Le devenir du fleurissement

Texte intégral

1Une réforme radicale de la politique du fleurissement intervient au milieu des années 1990. En 1996, le réaménagement du règlement vient l’entériner et imposer de nouvelles règles. Mais une série d’indices arguait en faveur des changements à venir.

Les signes du changement

2En 1988, tandis que le règlement du concours est transformé, les discours du CNFF indiquent une attention renouvelée à la notion de qualité du cadre de vie. Les critères de sélection et d’appréciation mentionnent alors, rappelons-le, « la qualité du fleurissement, l’aménagement des espaces verts et sportifs, l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie, la propreté des communes ».

3Dans les règlements qui suivent, léger glissement des termes. Ainsi, en 1993, la notion de propreté ne fait plus l’objet d’un critère à part entière mais s’intègre à « l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie » (propreté de la voirie et des espaces publics, entretien de l’habitat, qualité de l’équipement urbain). En outre, les habitants, notamment les jeunes, doivent se faire le relais de toutes ces actions.

4À partir de 1989, de nouveaux prix spéciaux – prix de l’arbre et prix de la mise en valeur d’un monument historique – sont attribués par le jury national. Quant à ceux du fleurissement de printemps, du fleurissement d’automne, du ministère de l’Agriculture, institués en 1991, ils seront attribués par les jurys régionaux. Les deux premiers signalent bien le changement d’orientation en cours : les notions de paysage, d’environnement et de patrimoine se font jour. Ainsi, le prix de l’arbre est octroyé par le ministère de l’Environnement, celui de la mise en valeur d’un monument historique est décerné avec le soutien de la Caisse nationale des monuments historiques. En 1991, Jean-Michel Baylet, ministre du Tourisme, président du CNFF, souligne son attachement particulier à ces gratifications, pour illustrer un propos qui emprunte au vocabulaire désormais en vigueur :

Fleurir la France, c’est créer le paysage agréable de notre vie quotidienne ou de nos vacances. Aménagement du cadre de vie, accueil, qualité, respect et connaissance de l’environnement sont les garants d’un développement équilibré du territoire national pour le plaisir de tous. Créer le paysage de l’avenir ne se limite pas à agir sur le seul fleurissement.

5Ce que la fiche de présentation du CNFF de 1992 exprime également :

La composition de ce Comité ainsi que ses activités ont évolué dans le sens d’une intégration du fleurissement dans des ensembles paysagers afin de créer le paysage de l’avenir […]. Il est indispensable d’embellir les lieux publics, les espaces verts et sportifs, de veiller à la propreté, à l’entretien de l’habitat et à la qualité de l’équipement urbain. [Et désormais,] le concours national est placé sous le signe des fleurs, de l’environnement, de l’accueil (article 1 du règlement, 1991).

6Les Assises nationales du fleurissement du Touquet, en 1991, intitulent deux de leurs ateliers « mise en valeur de l’environnement paysager et floral » et « nouveaux végétaux et élargissement de la palette ». Celles de Thonon-les-Bains, l’année suivante, s’ouvrent de la sorte : « L’aménagement du cadre de vie, le respect et la connaissance de l’environnement, le développement équilibré du territoire national sont aujourd’hui des thèmes majeurs qui intéressent l’ensemble de la population. »

7Mais malgré ce nouvel habillage, les finalités du fleurissement restent « l’embellissement du cadre de vie et l’accueil touristique » (Lien horticole, n° 43, 24/10/1991 : 11) et ses effets demeurent encore très largement inchangés. Ainsi, les photographies des villes et villages primés ne montrent pas de différences significatives par rapport à celles des lauréats des années précédentes.

8Il n’est guère surprenant que ces notions nouvelles transparaissent ponctuellement dans les préoccupations et discours officiels des instances du fleurissement. En effet, la période est marquée par la multiplication des politiques publiques en faveur de la protection et de la valorisation des milieux naturels, des paysages et du patrimoine. « Au cours des années 1990, la préservation des qualités propres aux espaces ruraux apparaît plus que jamais nécessaire pour contrebalancer l’univers par trop chaotique de la ville », écrit Pierre Alphandéry à propos de « l’environnementalisation de l’espace rural » (2001 : 360). Ainsi, en écho d’une « mise en désir de la campagne » (Hervieu & Viard 1996 : 111), les politiques publiques traduisent « une demande nouvelle, hétérogène et contradictoire, où s’expriment tout à la fois la volonté de reconstituer une identité et un enracinement local, et le désir de préserver la qualité du cadre de vie le plus proche et le plus quotidien » (Dubost & Lizet 1995 : 240). Que ce soit sous l’angle des politiques publiques ou des pratiques quotidiennes des habitants, le phénomène du fleurissement apparaît significatif de ces transformations du rapport d’une société à son milieu.

9Dans cette période transitoire du début des années 1990, la plaquette de présentation des concours 1993 annonce les transformations à venir. La campagne « Ensemble, fleurissons notre commune » est encore placée sous la houlette de Marianne, souriante, sur chacun des logos, plaquette, affiche bicolore ou quadrichromique. Dans la version couleur, on discerne nettement la cocarde tricolore qui retient son bonnet tandis qu’un collier de fleurs aux couleurs vives agrémente son cou. Quant à la pochette de la plaquette, elle contient deux fascicules aux photographies de couverture emblématiques : l’une représente la façade d’une mairie avec ses six drapeaux tricolores et ses fenêtres abondamment fleuries de géraniums rouges et de Bidens jaunes, l’autre montre le panorama d’un village et de son immémorial clocher pointu au devant duquel se couchent les blés murs. Jusque-là, peu de modifications au regard des campagnes précédentes.

10Mais les différentes fiches sur papier luxueux portent, dans leur forme comme dans leur contenu, les indices d’une nouveauté, même si sont reprises une dernière fois les normes élaborées dans les années 1980. « Les règles du bien-fleurir », simplifiant à l’extrême le Guide de la France fleurie, lui adjoignent une terminologie d’actualité : « patrimoine » et « diversité » encadrent désormais les paragraphes au contenu inchangé. Le texte des fiches luxueuses répète à l’envi les termes « paysage », « patrimoine », « environnement », « nature » mais aussi « jardin » :

  • 1 C’est moi qui souligne.

– Environnement. Fleurir pour améliorer la qualité1 de la vie. […] Les fleurs engagent au respect de l’environnement : on respecte plus facilement un paysage fleuri qu’une zone détériorée. [Toutefois, mêmes recommandations sur les lieux à fleurir.]
– Tourisme. Choisissez des itinéraires fleuris ! […] La qualité de l’environnement fait partie intégrante de cet art de vivre et de la mise en valeur de ce patrimoine historique. […] On séjourne plus longtemps dans un cadre agréable à l’œil et dans les villes où la nature est présente. […] Par des taches de couleurs, on montre au passant ce qu’il n’aurait peut-être pas vu, on lui apprend en quelque sorte à mieux regarder.
– Jardinage. Développez votre talent ! […] Le jardin est un lieu de vie et de création. […] un espace préservé, un lieu de détente et de bien-être, le lieu d’une harmonie retrouvée entre soi et les autres. […] Terrasses et jardins fleuris sont autant de touches de couleur qui ensemble composent cette belle harmonie d’un village où il fait bon vivre ou d’une ville où l’on a tous les plaisirs d’une nature préservée.

11En 1995, la plaquette annuelle est sensiblement modifiée. Tout d’abord, son format et sa texture : plus haute que large, elle se présente comme un porte-cartes luxueux, en papier vélin, avec une série de fiches illustrées d’aquarelles aux couleurs pastel représentant des scènes bucoliques de jardinage ou des ruelles de villages pittoresques. En page de garde, Marianne a disparu, pour laisser place à la silhouette du village au clocher de 1993, mais détourée, en creux et par conséquent discrète et sobre. Tout dans la présentation voudrait évoquer la nature, conformément au phénomène de mode qui, dans les dernières années de la décennie 1990, s’empare du naturel et de l’authentique (dans l’alimentaire, la confection, chez les fleuristes, etc.).

12Le système des fiches s’inspire de la plaquette de 1993, mais la forme également a été épurée. Pour la première fois depuis 1980, le propos n’est plus directif, ni directement adressé au maire ou au particulier ; il tend à devenir objectif et démonstratif, chiffres à l’appui à l’occasion. Le discours se fait plus sobre, les qualificatifs moins fleuris, moins nombreux. Certaines phrases sont reprises des discours précédents, mais élaguées, tandis que le nombre de références à la nature, à l’environnement, au paysage va croissant.

Un nécessaire « rajeunissement » du concours

  • 2 Entretien de mai 1999. Un second entretien est effectué en juillet 2001.

13La réorganisation de la politique du fleurissement intervient après les sixièmes Assises nationales de Bourges en novembre 1996. Fort de ses anciennes fonctions au ministère de l’Environnement, le nouvel inspecteur général du Tourisme et président délégué du CNFF, Jacques Mouget, en prend l’initiative. Il sera, selon les mots d’Anne Schirm, directrice du CNFF2, l’« artisan du renouveau ». Car ne manquait qu’un instigateur, investi du pouvoir adéquat, pour que soit revue une politique devenue antagoniste, autant des nouvelles mesures en faveur de l’environnement que des représentations d’une grande partie de la population. Décalage dont Diane Streichenberger (2000 : 22) rend compte dans sa lecture du Journal des maires d’avril 1988 : « Le CNFF est accusé d’enlaidir la France en la couvrant de plantes uniformes mais surtout de favoriser les villes où la quantité de fleurs prime sur la qualité. »

14Quant à Jacques Mouget, il écrit :

Le CNFF connaît des difficultés financières suite à la grave crise qu’a traversée l’interprofession horticole, des conditions de fonctionnement peu favorables et un certain immobilisme. De plus, il existe un contraste insupportable entre la valeur des acteurs du fleurissement, de leurs réalisations et l’image vieillotte du concours (Streichenberger 2000 : 15).

15Après s’être posé la question de la pérennité du concours, le nouveau président en démontre le nécessaire réaménagement, critiquant, d’après Anne Schirm, « des critères dépassés au vu des nouveaux rapports à l’environnement ». Ainsi, à l’encontre d’une visée touristique, le fleurissement « peut aller jusqu’à enlaidir les villages » ; on lui reproche d’être peu créatif, de privilégier la quantité au détriment de la qualité. Puis, il est jugé polluant, nécessitant l’apport d’engrais et de pesticides. Pénalisant la profession horticole enfin, ce « fleurissement ringard » conduit les villes à n’acheter qu’un seul type de végétaux, au détriment des autres (arbres notamment).

16Radicale, la critique conduit à la mise en place d’un nouveau règlement en 1996, mais vaut toutefois au président délégué d’être démis de ses fonctions en 1998. Son successeur, Michel Radelet, nommé par la nouvelle secrétaire d’État au Tourisme, Michelle Demessine, poursuit cependant la politique de changement engagée et les moyens financiers et humains de l’équipe dirigée par Anne Schirm vont croissant. Tandis que certains aspects du concours (organisation, attribution des « fleurs », catégories des communes) demeurent inchangés, le nouveau règlement bouscule la place accordée au fleurissement. Les fleurs ne sont plus que « touche finale » dans les 55 % de la note accordée par le jury (national, régional ou départemental) au traitement du végétal. Auparavant objet du concours à part entière, le fleurissement ne constitue désormais plus « qu’un des facteurs d’amélioration de la qualité de vie et de la sensibilisation aux exigences de l’accueil ». Ce que le rapport d’activités de 1997 résume de la sorte : « Des critères d’appréciation élargis ont été définis, récompensant les communes pour une politique portant sur l’embellissement, l’accueil et le soin apporté à l’environnement végétal. »

  • 3 Mais d’une autre manière que celle préconisée dans les années 1980.

17Constituée de deux rubriques : « Les éléments d’appréciation : que regarder ? » et « Les critères : comment regarder ? », l’annexe au règlement fournit à l’usage du jury un véritable guide d’évaluation qui renoue avec le ton directif des anciens écrits du CNFF. « Que regarder ? » : en premier lieu, « le végétal et les fleurs dans le paysage ». Simple élément du paysage, les fleurs sont donc conviées à plus de modestie. D’ailleurs, le fleurissement doit être « articulé avec la politique globale d’aménagement de la commune ». Le paragraphe se subdivise ensuite pour privilégier « le cadre végétal » (arbres, arbustes, pelouse) avant de laisser place au « fleurissement » (plantes saisonnières, plantes vivaces, rosiers). Ensuite, il convient de « regarder d’autres éléments : la propreté et les efforts faits en faveur de l’environnement ; l’embellissement du cadre bâti ; la publicité et les enseignes ; l’animation, le développement et la participation des habitants ». Le paragraphe « Comment regarder ? » favorise à nouveau le paysage. « Les aménagements paysagers doivent être répartis sur l’ensemble du territoire communal ». Cela suppose une volonté de maîtrise générale de l’espace qui, dans le cadre d’un plan de gestion, classe de nouveau3 centre et périphérie, accès et places centrales (voir infra). Par ailleurs, des critères dont la terminologie emprunte désormais au vocabulaire du paysagisme – « adaptation aux contraintes du site », « adaptation à la nature de la commune » – s’appliquent à cet aménagement.

18La nouvelle sensibilité à la nature n’est pas négligée avec la nécessaire « prise en compte des cinq sens » ou encore avec la « priorité accordée aux plantations de pleine terre ». Notons à ce propos que le temps des jardinières et des suspensions, fleuron du fleurissement « classique », est bien terminé (comme celui des alignements de pots des jardins paysans, encore qu’ils soient partiellement réhabilités par les nouveaux critères du fleurissement « au naturel »).

  • 4 L’influence du discours écologique se mesure en partie au succès de ce terme dans les différents c (...)

19Diversité, originalité, qualité décrivent le nouveau fleurissement. Véritable mot-clé, la diversité4 sous-entend un nécessaire élargissement de la palette végétale. Conformément aux règles écologiques, il s’agit d’encourager la recherche « de plantes adaptées aux conditions locales ». C’est là reconnaître un nouveau partage entre naturel et culturel : la flore spontanée a désormais droit de cité ou, tout au moins, on concède aux végétaux d’appartenir à un écosystème lié à un territoire. Puis l’utilisation jugée traditionnelle de certaines plantes (treilles, rosiers) est également valorisée. En cela, les dimensions patrimoniales et écologiques du nouveau rapport à l’environnement, médiatisé par les végétaux, se confondent volontiers. D’ailleurs, l’attention du jury est attirée sur « la gestion du patrimoine arboré ».

20La diversité se décline ensuite avec la recherche de « plantes originales ». On peut se poser la question de la compatibilité de ces plantes, issues de la variété horticole (et du savoir qui l’a produite), avec la nouvelle règle d’utilisation d’espèces adaptées aux conditions locales. En attribuant des qualités esthétiques aux légumes, aux plantes grimpantes et aromatiques par exemple, cette catégorie questionne les anciennes grilles. Dans ce vaste mouvement en faveur du naturel, est nouvellement esthétisé tout ce qui, de près ou de loin, inspire un sentiment de nature, tels les légumes ou la vigne. À ce sujet, on notera la création, cette même année, du prix du décor potager qui, dans sa justification, illustre parfaitement le propos :

Aujourd’hui, les Français recherchent de nouveaux décors où fleurs, légumes et plantes aromatiques se mêlent harmonieusement. Cette conception du jardin différente ouvre la porte aussi aux volumes, aux odeurs, à la diversité et à l’imagination. C’est pourquoi, depuis 1997, le prix du décor potager récompense une commune ayant utilisé de façon originale des semences potagères ou des plants de légumes (Fleurir la France, 1998 : 3).

21Mais l’« originalité » reste placée au service d’un argument « classique », celui de l’atout touristique. Il demeure malgré les orientations nouvelles, car demeurent avec lui l’inscription institutionnelle du concours, ses présidents, son financement. Le texte de Michelle Demessine (Fleurir la France, éditorial, mai 1998 : 4) le confirme :

Notre patrimoine naturel historique ou culturel constitue un atout majeur pour notre pays. […] Il est plus que jamais nécessaire de mettre dans un contexte touristique de plus en plus concurrentiel notre savoir-faire au service de l’embellissement de nos sites. […] La tâche est immense : centres-villes à verdir, banlieues à fleurir, sites à valoriser, jardins illustres à restaurer.

22« La recherche de l’originalité dans la composition [permet de] se créer une image en matière de fleurissement. » Comment s’articulent « originalité » et identité ? Sous couvert de nature et de diversité, ne s’agit-il pas de nouveau de créer du décor, de l’apparence, dans un geste contemporain autrement artificiel que le précédent ? D’ailleurs, une autre recommandation faite au jury s’attache à la prise en compte de « la recherche d’un intérêt décoratif toute l’année ». La décoration reste un objectif, imposant sa propre temporalité.

  • 5 Le rapport d’activité fournit l’occasion de faire le point sur les données chiffrées du concours. (...)

23En 1997, la plaquette du concours se présente sous un format inhabituel : il s’agit d’un rapport d’activité5 qui dresse le bilan du Comité, après le « tournant » que représente l’année 1996, comme si, désormais, les activités, animées d’un souffle nouveau, devaient être dotées d’une visibilité plus large. Cette année-là, qui voit la mise en application du nouveau règlement, est marquée par un « palmarès sévère », déclassant un certain nombre de communes trop inspirées par le fleurissement « classique » (voir infra).

24Le « rajeunissement » du concours a pour effet de voir son budget réévalué à la hausse : + 19 % en 1997. En 2001, les chiffres ont encore augmenté (3 500 000 francs soit 533 570 euros contre 1 200 000 francs ou 182 940 euros en 1995). Le jury national, « ouvert et rajeuni » également, comprend désormais 9 membres du CNFF, 3 élus, 6 représentants du tourisme, 21 de l’horticulture, 8 de la presse (pour 119 communes visitées en 1997). D’autre part, il est prévu de modifier les statuts du comité pour intégrer de nouveaux partenaires et donner davantage de responsabilités aux collectivités territoriales.

25Efforts pour la promotion du concours et l’animation, une nouvelle dynamique anime le Comité. En 1997, la lettre « Fleurir la France », désormais éditée par Horticulture et paysage Magazine, est envoyée aux 10 500 villes et villages inscrits. Par ailleurs, le CNFF est partenaire d’une opération, organisée par le secrétariat d’État au Tourisme, sur la Route historique Jacques Cœur. Enfin, les conférences de presse se multiplient, et des journalistes sont désormais associés aux jurys nationaux.

26Les années suivantes (1998, 1999, 2000, 2001), un guide des villes et villages fleuris est édité par le Comité, sur l’initiative de sa directrice : Balades dans les villes et les villages fleuris présente les quelque 130 cités primées « grand prix » et « quatre fleurs » (129 en 2000, 135 en 2001), en décrit le fleurissement et en souligne les qualités paysagères, historiques, patrimoniales et touristiques.

« Fleurs classiques » et « nouveau fleurissement »

27Effet d’annonce, contrastant vivement avec les vues habituelles des parterres colorés des cités primées, la page de couverture du numéro 1 de Fleurir la France (1995) montre un chemin de lavande agrémenté de fleurs printanières en lisière d’un bois. Se substituant aux plaquettes, le nouveau bulletin du CNFF présente un dossier technique intitulé « Le prêt-à-planter, tendances 1996 » : « Le fleurissement évolue au rythme des modes et doit répondre à la sensibilité du public auquel il est destiné. Aujourd’hui on ne fleurit pas une ville comme il y a vingt ans. »

28Vivaces contre annuelles, aspect naturel contre aspect ordonné, ces principes de fleurissement deviennent les nouvelles règles, à la manière de celles qu’ils supplantent et contre lesquels ils s’érigent.

Ce sont les qualités esthétiques qui déterminent le choix des plantes. Au côté des traditionnels fuchsias, géraniums, œillets d’Inde, pétunias, verveines, cannas, gazanias, sauges, les vivaces font leur apparition dans les massifs. À l’instar des annuelles, gaura, ancolie, allium, euphorbe, aster, delphinium seront remplacées tous les ans, fleurissement oblige. Le rendu des massifs doit être plus naturel et moins ordonné, à l’image des mixed-border anglo-saxonnes. Graminées et arbustes peuvent remplacer les annuelles, à la périphérie des villes, par exemple à l’intérieur des ronds-points, et font ainsi la transition avec l’environnement naturel.

  • 6 Le nombre d’articles consacrés au sujet dans la presse se multiplie, qu’il s’agisse de L’Horticult (...)

29Tandis que la presse, unanime6, relaie ce discours et les initiatives locales en faveur du nouveau fleurissement, le regard critique sur le fleurissement traditionnel se généralise. Assez soudainement donc, la triade géraniums, pétunias, œillets d’Inde devient symbole de mauvais goût :

Trop de fleurs tuent les fleurs. Attirer les touristes passe aussi par un fleurissement où les océans de fleurs composés souvent de variétés vues et revues laissent place à des espaces alternant fleurs et végétaux originaux (Martin, « Un bouquet de séduction », Village, 1997, n° 27 : 20).
Les villages français se ressemblent : déluge de surfinias, de géraniums lierre et Rois des balcons pour le principal, avec un soupçon de bidens et de fuchsias, pour faire anglais selon la mode en vigueur. Sauf dans la Drôme… (Jardins de France, 2000, n° 3 : 27).

30Dans un article de Rustica (« Les secrets de la réussite », 1997, no 1426 : 50-51), on souligne : « Dans une petite commune, les habitants sont autant impliqués que les élus ; pourtant, les uns et les autres ne peuvent plus se contenter d’installer des jardinières en béton, de planter des géraniums, des pétunias ou des œillets d’Inde à foison pour flatter l’œil. »

31Les arguments sont parfois inattendus, comme au Plessis-Robinson (région parisienne) où il s’agit de « privilégier la diversité, mettre en harmonie les couleurs afin d’intriguer nos citadins ». Généralement, comme l’étude du « jardin au naturel » le montre, les nouvelles règles font écho aux unes des mensuels et aux émissions de jardinage, et donc à l’existence d’une sensibilité nouvelle dans la population.

  • 7 Mais la ville qui vise le panneau « quatre fleurs » s’applique à la création d’un jardin des sente (...)

32En 1997, l’article de Rustica mentionne la possibilité de sanctions (retrait d’une ou plusieurs fleurs) envers les communes qui ne suivraient pas les nouvelles directives du concours. En 1999, nouvelle mise en garde dans ce même magazine (« Les secrets de la réussite », no 1566 : 30-32) : « Château-Gontier a reçu les réserves du jury 1998 : manque de créativité, problème de couleurs et de volumes7. » En revanche, le même article fait l’éloge d’une petite commune de la Mayenne, Saint-Loup-du-Gast, grand prix national en 1998 : « Diversité des massifs, avec en vedette, les ricins et les plantes potagères comme les cardons ». Anciennes « mauvaises herbes » et légumes nouvellement esthétisés soutiennent mieux que les fleurs d’été colorées l’idée d’un fleurissement « devenu inséparable de la qualité de l’environnement ». À La Vraie-Croix (Morbihan, 1 100 habitants), village fleuri depuis vingt-cinq ans, le fleurissement classique ne représenterait plus que la « touche finale. De la plantation de quelques fleurs, nous sommes passés à l’intégration des bâtiments dans le paysage, à l’environnement global sur tout le territoire » (L’Horticulture française Magazine, 1997, 24 : 30).

  • 8 Entretien avec une chargée de mission du CNFF, juillet 1996. Les termes entre guillemets qui suive (...)

33« Pas de débauche de géraniums et pétunias, pas de pots de fleurs sur les sols bétonnés, pas de nains de jardin », le fleurissement « moche, ringard, indigne » est bien d’une autre époque, derrière… Si ce discours a pu, en substance, être émis au CNFF au moment du changement d’orientation8, désormais, le fleurissement dit « kitsch », « à l’ancienne » ou encore « traditionnel » et « classique » n’est pas sanctionné en tant que tel, mais simplement « encouragé à évoluer ». Du point de vue de la directrice du CNFF, la métaphore avec la cuisine est opportune : la nouvelle cuisine n’enlève rien à celle, traditionnelle, dont elle se démarque ; en renouvelant le genre, elle promeut conjointement les deux savoirs. En quelques années donc, le « nouveau fleurissement » acquiert ses lettres de noblesse. De « ringard », il devient artistique, engageant « savoir-faire sur les coloris, compétences botaniques et techniques, utilisation de plantes étonnantes ». Il hérite à la fois de la peinture et de la botanique, de la science et de l’art, pour devenir un savoir complexe et sophistiqué.

34Côté fleurs, au sein du fleurissement traditionnel, seule la mosaïculture est réhabilitée. On lui concède un caractère patrimonial, ce savoir-faire jardinier faisant, de plus, « plaisir aux gens ». « On n’est pas détenteur du bon goût » ; ainsi ne faut-il pas mésestimer « l’engouement des gens ». Dans les villes de moyenne importance avec service Espaces verts, « la cohérence en termes d’image » est assurée, par la nouvelle « gestion différenciée » (voir infra), qui propose une nouvelle classification des lieux (mosaïculture devant les hôtels xixe siècle ou les bâtiments administratifs de style, parterres au naturel dans les lieux moins formels : bords de voiries, etc.).

35Depuis 1996, le changement de règlement aurait incité les communes à réinvestir les concours. Mais seule la nouvelle approche est médiatisée, et de fait valorisée. L’inflexion nouvelle ne s’est cependant pas effectuée sans heurts, tout particulièrement en Alsace, région des plus primées. Ici, la réputation des villes fleuries aux fenêtres garnies de potées de géraniums rouges est bien établie, à tel point que ce fleurissement est souvent présenté comme une tradition. Or, appliquant la nouvelle grille, les jurys régionaux et nationaux, critiques, déclassent par endroits certaines communes. La réponse est très vive de la part des élus, président du conseil général compris. Scandale et lettres d’insultes viennent signifier l’attachement des Alsaciens à leurs fleurs. Selon Anne Schirm, la « petite » histoire voudrait qu’un curé, au sortir de la première guerre, ait entrepris de déloger quatre mille mines pour les remplacer par autant de fleurs rouges. Symbole de la souffrance, de la paix, du patriotisme, le géranium porte peut-être tout cela. Mais c’est dans les années 1960 que l’Alsace entame sa véritable entreprise de fleurissement à base de géraniums, sous l’impulsion d’un syndicat agricole, le Centre départemental des jeunes agriculteurs, et avec pour motif une vision de l’ordre et de la modernité (L’Horticulture française Magazine 1997, 24 : 31-32). Plus récemment, le fleurissement de l’Alsace participe pleinement de la construction de l’image touristique et de l’attractivité de la région.

  • 9 Herm, paré des « fleurs les plus brillantes et les plus variées », retrouvera ses quatre fleurs en (...)

36Le fleurissement peut être devenu constitutif d’une identité régionale, noble but du point de vue de ses promoteurs. Le remplacement d’un modèle longtemps promu, voire imposé, par un autre ne se fait donc pas sans une certaine violence symbolique. Une région peut opposer une résistance, ainsi l’Alsace, désormais « grillée » au niveau national, mais non un village isolé qui, comme Herm, dans les Landes, a appliqué à la lettre les consignes d’un jury national pour ensuite se voir sanctionner par cette même instance, sous prétexte qu’entre-temps les critères ont changé9.

37À l’inverse, première dans l’histoire des concours, Le Vésinet s’élève de une à quatre fleurs dès la première année. Un fleurissement à base de vivaces, « libre et naturel », établi depuis un siècle sur le modèle anglais à l’initiative d’un groupe d’impressionnistes (Conan & Favaron 1997) est de la sorte récompensé dans ce village résidentiel « haut de gamme » en bordure de la forêt de Saint-Germain-en-Laye. Savoir savant, population choisie, un nouveau duo courant dans le nouveau fleurissement ? Ainsi, le village de Gélaucourt (Meurthe-et- Moselle, 42 habitants), décrit par Anne Schirm comme le lieu d’une « nature haut de gamme », attire une population résidentielle du même ordre. Pour compenser l’absence de patrimoine historique local, le maire, passionné de plantes et « habitué de Courson », a voulu une mise en paysage de son village : pas de géraniums ni de bégonias, mais des « potirons sur les trottoirs » et des alignements d’arbres fruitiers.

38Si, comme dans ces deux villages, un fleurissement naturel et sophistiqué peut participer à fidéliser une certaine population urbaine, il est également requis pour valoriser le patrimoine de villages éloignés des circuits, à des fins touristiques. Ainsi, tel comité du tourisme préconise l’utilisation « d’espèces qui correspondent à l’identité régionale, de privilégier la bruyère et les hortensias associés au granit ». À Saint-Fraimbault (Orne, 800 habitants), la fête des plantes, les « Flories d’Antan », attire quelque douze mille visiteurs, invités à parcourir en calèche les différents hameaux du village et leurs fermes fleuries (Martin, Villages, 1997, n° 27 : 24). Dans la Drôme, à l’initiative d’un spécialiste employé par un syndicat intercommunal à vocation d’aménagements multiples, dix communes ont choisi différents thèmes pour un « autre » fleurissement. Chaque village privilégie un groupe ou un genre de plantes (pivoines et iris, plantes de rocaille, plantes grimpantes, roses anciennes, roses modernes), avec ses « inconnues botaniques ». Réunissant en un circuit touristique les différents villages, le projet implique de nombreux retraités bénévoles et quelques producteurs de plantes « belles et rares » (Jardins de France, 2000, n° 3 : 27).

39Les commentaires suivants sont extraits de Balades dans les villes et villages fleuris, la nouvelle publication du CNFF qui présente chaque année (2000, 2001) les villes et villages fleuris ayant obtenu quatre fleurs ou le grand prix du fleurissement. Ces commentaires se distribuent en fonction des deux grands types de fleurissement, l’un dit traditionnel ou classique, l’autre dit nouveau. Le premier, concernant souvent des petites communes embellies grâce à l’initiative ou l’aide des habitants, est qualifié de « spectaculaire », « impressionnant », « abondant », « coloré », « soigné ». Ces qualificatifs n’ont rien de commun avec ceux, élogieux, qui décrivent le nouveau fleurissement et ses plantes « peu banales », « variées », « rustiques » et vivaces : « élégant », « remarquable », « charmant », « de très grande classe », « varié », « riche », « harmonieux », « original », « innovant », « créatif », « savant » ou encore « digne des plus grands professionnels ». Sans grande surprise, les termes sont similaires à ceux qui ont pu être relevés dans la littérature sur les jardins « au naturel ». Élégance, originalité et variété en sont les formules emblématiques ; elles se conjuguent volontiers aux actions en faveur de l’environnement et à la mise en valeur du patrimoine.

Florilège
« Fleurissement classique » :
Baconnes (Marne, 200 habitants). « Un fleurissement traditionnel et spectaculaire porté par l’enthousiasme et le bénévolat des habitants. »
Hohwiller (Bas-Rhin, 300 habitants). « Fleurissement traditionnel alsacien réalisé surtout par les habitants. »
Itterswiller (Bas-Rhin, 271 habitants). « Un fleurissement alsacien traditionnel, abondant et coloré. »
Saint-Hilaire-les-Places (Haute-Vienne, 780 habitants). « Un fleurissement classique mais abondant et soigné. »
Autretot (Seine-Maritime, 633 habitants). « Un fleurissement impressionnant pour ce joli village normand. »
La Vraie-Croix (Morbihan, 1 100 habitants). « Un fleurissement très abondant, œuvre de tous les habitants. » Saint-Jean-de-la-Ruelle (Loiret, 1 700 habitants). « Un fleurissement classique mais extrêmement soigné et de très grande qualité. »
« Nouveau fleurissement » :
Moffans-et-Vacheresse (Haute-Saône, 541 habitants). « Beaucoup de charme pour ce fleurissement à base d’espèces variées, rustiques et vivaces. »
Montbéliard (Doubs, 30 000 habitants). « Un fleurissement remarquable. L’utilisation de légumes, de plantes peu banales, permet des réalisations très originales et inventives. »
Sens (Yonne, 27 000 habitants). « Un fleurissement de très grande classe, élégant, varié, pour une ville au charme provincial. »
Martigues (Bouches-du-Rhône, 44 500 habitants). « Un fleurissement élégant, varié, riche, en harmonie parfaite avec les couleurs et la lumière de cette Venise provençale. »
Biscarosse (Landes, 10 000 habitants). « Un fleurissement agréablement équilibré, associant arbustes et fleurs dans l’harmonie des couleurs, à base d’espèces variées pour une ville très engagée en faveur de l’environnement et de la mise en valeur de son patrimoine naturel. »
Cesson-Sévigné (Ille-et-Vilaine, 16 000 habitants). « Un fleurissement éblouissant par sa beauté et son originalité. »
Courcelles-la-Forêt (Sarthe, 362 habitants). « Un fleurissement rural, charmant, pour un petit village en lisière de forêt. […] sans prétention, avec les variétés de plantes anciennes (celles qu’on trouvait dans les jardins de grands-mères). »
Mont-de-Marsan (Landes, 32 000 habitants). « Un fleurissement élégant et innovant. »
Gélaucourt (Meurthe-et-Moselle, 42 habitants). « Ce village-jardin est l’œuvre de passionnés. L’équipe municipale et les habitants ont créé un véritable exploit avec un fleurissement innovant, créatif, original, digne des plus grands professionnels. »
Rollainville (Vosges, 300 habitants). « Le village rural, assez retiré, a su se mettre en valeur avec un fleurissement très varié, utilisant des vivaces et des arbustes de façon savante, qui valorisent un patrimoine digne d’intérêt. »
Vichy (Allier, 28 000 habitants). « Fleurissement extrêmement élégant, varié, appuyé sur un décor d’arbres anciens et rares, qui ont valu à Vichy le prix de l’Arbre. »
Le fleurissement de Paris a beaucoup évolué ces dernières années. Il est plus recherché, plus raffiné. On nous a incités à privilégier des compositions plus volumineuses, avec des teintes pastel, pour des ambiances impressionnistes. On se consacre à la « recherche de compositions originales » (« Paris, fleuri en ses jardins », L’Horticulture française Magazine, 1997, n° 24 : 24-26).

40« Originalité », « recherche », « raffinement », ces termes soulignent souvent « l’introduction de végétaux nouveaux pour une diversité des espèces ». Comme dans les jardins « au naturel », l’idée de nature est valorisée, d’autant qu’on se situe dans un milieu urbain dense : nature abondante et libre, pleine de promesses, qui fait pendant à un milieu qui l’en a exclue et contrebalance les excès de l’urbanisme et de la vie urbaine.

Certains s’éloignent des compositions très ordonnées et un peu artificielles pour s’orienter vers des plantations d’un naturel apparemment désordonné. La nature est recomposée dans son abondance, sa diversité, sa liberté (« Comment concilier amélioration des espaces verts et économies budgétaires ? », L’Horticulture française Magazine, numéro spécial fleurissement, 1997 : 9-10).

  • 10 « En simplifiant à peine, on peut dire que l’histoire nous apprend que depuis un siècle ou deux, c (...)

41Le fleurissement « traditionnel » était venu en renfort d’une idéologie du progrès et de la modernité, puis d’une vision partagée de la mise en ordre du territoire. Le nouvel ordre exprime une crise de ces valeurs, avec retour vers le passé, le local et la nature10. S’il s’accompagne d’une patrimonialisation du savoir jardinier et si, à ce titre, il génère des projets aptes à « donner de nouvelles définitions du territoire » (Chevallier et al. 2000 : 30), c’est surtout à une valorisation de la nature que le nouveau fleurissement convie, suivant en cela un discours plus général. Car la nature se trouve aujourd’hui élevée au rang de valeur souveraine, en réponse à la menace que l’homme fait peser sur elle et aux doutes qu’il ne manque pas de lever sur ses propres productions et manières d’habiter, de l’échelle locale à celle de la planète. Mais ce nouveau fleurissement est-il le signe d’une réelle transformation des façons de faire et d’agir, ne fournit-il pas une sorte de vernis de nature, une action rassurante parce que bien-pensante ? En effet, tandis que ce goût nouvellement partagé s’explique par « la recherche d’identité, l’affirmation de l’existence d’une conscience planétaire ou une critique sociale radicale » (Alphandéry 2001 : 285), on observe dans le même temps le développement des « pratiques hédonistes et consuméristes de la nature » (ibid.) au rang desquelles figure le jardinage ou encore les nouvelles pratiques de fleurissement.

42La question reste de savoir dans quelle mesure ce recours à la nature n’installe pas de nouveau un simple décor, conforme aux idées dominantes, qui ne se revendique plus comme tel mais a pour effet de rassurer plus que de transformer en profondeur. Quoi qu’il en soit, il en appelle à un nouveau partage de la spatialité de la ville.

« Oser semer des pissenlits » : de la gestion différenciée à la planète-jardin

43Il est significatif que ce nouveau chantier qui prend la nature pour fin ait pour cadre les grandes villes de France : Paris, Lyon, Montpellier, Rennes, Orléans pour n’en citer que quelques-unes. Là se déploient et se développent les discours relatifs à la fragilité écologique de la planète, aux luttes contre la pollution et à la préservation des espèces. Paris notamment − avec sa tradition centralisatrice − se doit, non plus d’être « la vitrine du luxe », comme à la fin du xixe siècle, mais celle de ce nouveau rapport à la nature.

La mairie de Paris doit développer son action en faveur de l’environnement naturel et s’inscrire dans une stratégie mondiale de préservation de la nature. Cette action consiste en une participation à la lutte pour le maintien de la biodiversité par une politique de conservation des espèces (« Paris fleuri en ses jardins », L’Horticulture française Magazine, art. cit. : 24).

44« Espaces verts » d’hier (Bergues 1992 : 65), jardins publics et historiques participent aujourd’hui du phénomène de « reconvocation de la nature » en ville (Micoud 1997 : 21). Mais l’espace public tout entier devient l’objet des paysagistes et des services municipaux spécialisés. Après les jardins, les parterres des édifices publics et des monuments, les mails et les squares, on intègre désormais les espaces jusque-là déconsidérés de la ville. Les friches urbaines endossent le statut plus gratifiant de lieux de nature à préserver. Bernadette Lizet souligne dans un article de 1989 (Lizet 1989 : 269) « le regain de faveur dans l’opinion publique pour l’herbe folle urbaine [et son utilisation dans des projets qui] donnent la vedette aux rythmes biologiques et aux aléas floristiques des installations spontanées ».

45Tandis que dans les années 1960-1970, une politique fonctionnaliste visait à fournir un quota en mètres carrés d’« espaces verts » par habitant, aujourd’hui l’écologie urbaine induit une nouvelle façon de voir et de faire. D’après l’analyse d’Yves-Marie Allain, (1997 : 199- 218), l’un des pionniers de l’élaboration de la gestion dite différenciée dans le cadre de son travail de directeur du service des Espaces verts de la ville d’Orléans, c’est au début des années 1980 que se conjugue le triple intérêt des responsables politiques, des services espaces verts des villes et du public pour la revalorisation de la « flore ordinaire ». La ville devient le « lieu d’une diversité biologique possible, lieu de la sauvegarde de nombreuses espèces, lieu d’évolution non connue et pas toujours maîtrisée, lieu de rencontre des flores » (ibid. : 208). Mais, plus qu’ils « n’assistent à un retour de la “nature” en ville », ainsi que le mentionne l’auteur, « botanistes, écologues, paysagistes, gestionnaires et décideurs » sont précisément ceux qui, s’accordant, la favorisent.

  • 11 Au terme d’une enquête menée en 1982 sur les attentes des Orléanais en matière d’espaces verts, il (...)

46Cet intérêt se double d’une critique du fleurissement des parcs, jardins et parterres urbains en ce moment des années 1980 où le discours du CNFF en faveur du fleurissement « classique » est le plus directif11. Ce décalage est sans doute pour beaucoup dans les menaces de dissolution qui pèsent sur le Comité vers le milieu des années 1990.

47L’écologie gestionnaire des espaces sensibles des années 1970-1980 inspire très certainement la création d’une écologie urbaine appliquée à la conduite des espaces verts urbains, et plus largement à l’espace public, au moins dans les villes pionnières d’Orléans et de Rennes. À Orléans, les premiers plans de gestion augurent d’un découpage de l’espace urbain selon des critères écologiques et horticoles en quatre « classes » (huit à Rennes) : espaces laissés à leur état naturel (entretien sommaire), espaces de conception libre ou naturelle (entretien de type urbain), espaces verts créés en ville (entretien soigné), espaces verts de prestige (entretien le plus soigné possible). L’approche écologique permet ensuite de réévaluer les deux premiers types d’espaces qui étaient définis négativement, puis de « transformer le statut hiérarchique des plantes, de réhabiliter la flore spontanée » urbaine pour une « gestion nouvelle » « sans référence à l’horticulture ». Le concept de gestion différenciée est né, défini en ces termes par Yves-Marie Allain (ibid. : 205) :

Méthode d’entretien selon laquelle chaque espace et donc chaque élément du patrimoine (foncier et végétal) doit bénéficier d’un traitement approprié, avec des niveaux de prestation variables selon la catégorie dont il relève (parc ou jardin), sa fonction culturelle, sociale et biologique, son rôle dans le tissu urbain et la relation qu’on souhaite créer avec le végétal. L’entretien dit « différencié » traduit un important changement dans la relation au territoire et au végétal urbain chez les ingénieurs des villes européennes.

48Engagée dès 1975 en Allemagne, la réflexion sur l’entretien différencié est « officiellement entérinée » en France au milieu des années 1990 lors de colloques réunissant les ingénieurs des villes européennes, et rapidement suivie d’effets. Ainsi, un article intitulé « Une démarche originale sinon avant-gardiste à Montpellier » énonce-t-il dans un numéro spécial consacré au fleurissement (L’Horticulture française Magazine 1997 : 11) :

Si les parterres des parcs historiques du centre-ville s’agrémentent de la gamme classique horticole (annuelles et bisannuelles), la ville expérimente et valide des méthodes de fleurissement « sauvage ». À Montpellier, cette pratique de gestion différenciée intégrant le principe de biodiversité et de conservation des espèces menacées amène progressivement l’équipe du service des espaces verts à s’orienter vers un fleurissement de type plus naturel en expérimentant de nouvelles gammes.

49Tandis que « de telles expériences peuvent paraître incongrues, il faut être précurseur et surtout oser semer des pissenlits », des prairies fleuries (lin pérenne, mufliers, bleuets, lin de Narbonne, anthémis, chrysanthèmes, coronilles, pissenlits) sont installées dans « les zones périphériques, les parcs naturels aménagés, les abords de voiries » (ibid.).

  • 12 « Quand Lyon repense la végétalisation », L’Horticulture française Magazine, 1998, n° 32 : 17-19.

50L’exemple de la ville de Lyon est également significatif, avec le concours pour la mise en place d’un schéma directeur de végétalisation et de fleurissement. L’équipe lauréate est composée de Gilles Clément, initiateur du courant paysagiste inspiré de l’écologie, et de l’agence lyonnaise Carré Vert. Le commentaire du projet12 en souligne les spécificités : adhésion aux concepts de gestion différenciée et de développement durable, nouveau fleurissement, et surtout importance réservée au « sauvage » dans la ville.

Le fleurissement est là pour accompagner un site, pour le révéler et non pour ornementer. […] Quand on végétalise ou que l’on fleurit, l’une des premières démarches consiste à repérer ce qu’il est indiscutable d’apparenter à la nature et de traiter comme tel par opposition à ce qu’il est peu raisonnable de fleurir, sauf au prix d’un effort démesuré. Cela suppose la suppression de jardinières partout où cela est possible et le renforcement de certains secteurs existants en introduisant plus de « sauvage » dans le site.

51C’est la fin de l’ornementation, des jardinières, des couleurs diversifiées : « La diversité des couleurs et l’allure massive des espèces rendent l’ensemble lourd et maladroit alors que le choix d’une unité de couleurs est un véritable plaisir pour les yeux » (ibid.). Les nouvelles valeurs sont inséparablement écologiques et esthétiques.

52Un succès évident, que « le jardin en mouvement » du parc parisien André-Citroën s’était déjà assuré. Cette friche jardinée est définie par Gilles Clément (1997 : 162) comme un « manifeste pour la ville », manière d’établir la nouvelle proximité entre nature et urbanité. Car, comme le souligne André Micoud (1997 : 23) : « Sous le nom d’écologie urbaine, il s’agit d’inventer une autre façon d’être citadin. » Dans cette nouvelle figure de la nature en ville, les notions-slogans de « développement durable » et de « patrimoine » jouent un rôle fondamental pour faire tenir ensemble durée et utilité, « exploitation et reproductibilité dans le temps », pour poser « la Vie comme référent majeur du nouveau génie écologique ». S’ensuit une redéfinition de la ville comme « sujet politique, c’est-à-dire comme devant répondre, en tant que lieu des humains, de sa responsabilité au regard de ce qui n’est pas elle : la biosphère » (ibid.). Ainsi les nouveaux concepts de l’écologie urbaine servent-ils à produire, régler et montrer une nature magnifiée, diverse et pérenne, à l’usage des citoyens du monde.

  • 13 Présentée par la Grande Halle de la Villette et la Mission pour la célébration de l’an 2000. Il es (...)

53À la fin des années 1990, l’idée de « jardin planétaire » est lancée, puis largement développée et médiatisée par Gilles Clément. Le paysagiste de renom se voit notamment confier l’organisation de l’exposition portant le même intitulé, à la Grande Halle de la Villette à Paris (du 15 septembre 1999 au 23 janvier 2000)13.

Et si on déplaçait l’enclos ? Disons un peu plus loin, à quelques kilomètres, au-delà de l’horizon ? Étendre l’enclos en l’agrandissant jusqu’à le faire coïncider avec les limites de notre biosphère, c’est désigner la planète comme jardin. Tel pourrait être le souhait d’une humanité en quête d’arrangement avec tout ce qui l’environne. Assez curieusement, c’est le constat écologique – à travers le principe de finitude du monde vivant – qui vient à la rencontre du jardinier en lui indiquant à la fois l’étendue de sa responsabilité et ses limites : la biosphère exactement (Clément 2000 : 13).

54La planète comme jardin : en réponse à une préoccupation presque unanime, le projet propose une réflexion sur le devenir des sociétés dans leur environnement. Les présupposés de ce chantier fournissent contribution à un projet de société où le jardin joue pleinement sa position d’interface. Après le modèle issu de l’urbanisme haussmannien, le projet de paysage dont René-Louis de Girardin et les paysagistes des Lumières rêvaient semble en cours de réactualisation. Ce projet qui se déployait, non seulement à l’échelle de la parcelle mais à celle du pays en son entier, pour en faire un vaste jardin, dans un idéal de prospérité et de bonheur pour tous. L’échelle s’est déplacée à « la biosphère exactement ». Mais la parenté est saisissante : d’un projet l’autre, même jeu sur les échelles, même acception « totale » de l’idée de nature englobant l’homme. Désormais, « le parc n’est plus dans la ville, c’est l’humain-urbain qui est dans le jardin de la Terre » (Micoud 1997 : 30).

55L’époque contemporaine signerait-elle la fin du « jardinier-fleuriste » et la réinvention de « l’art du jardinier-paysagiste du xviiie siècle », comme l’affirme de son côté Yves-Marie Allain ?

Au regard des pratiques de l’espace vert, héritées de l’urbanisme haussmannien, la gestion différenciée opère une rupture profonde. Mais au travers de cette rupture, elle renoue avec une grande tradition, et réinvente une attitude devant la nature et une lecture du paysage prônées par des théoriciens et des praticiens de l’Art des Jardins des siècles passés (Allain 1997 : 208).

56Depuis plus d’un siècle, l’histoire du fleurissement l’avait produit comme phénomène isolé. Tandis qu’elle semble connaître un tour décisif, les nouveaux modes de gestion de l’espace urbain réunissent des savoirs jusqu’ici éclatés dans le but de restaurer une nature en ville devenue symbole du devenir de l’homme comme de celui de la planète.

Effervescence autour du jardin

57Le CNFF a toujours promu le fleurissement dans le cadre d’une politique touristique. Mais ce n’est que ces dernières années que le jardin accède au statut de « produit touristique ». « Le tourisme des jardins progresse, en France, car il constitue une réponse adaptée à la demande croissante de loisirs de proximité et de tourisme vert, générée par un mode de vie urbain » (« Quand le jardin devient un produit touristique », La Gazette des communes, 4/6/2001 : 30-36). Les différentes initiatives autour du jardin expriment un goût nouveau pour la nature, mais aussi pour le patrimoine et « la production d’une histoire à soi, c’est-à-dire instituer une identité locale par la figuration du passé » (Fabre 2001 : 23). Toutefois, « s’il est géré rationnellement, un jardin ajoute à sa vocation patrimoniale celle de produit touristique générateur de recettes et constitue un pôle de développement local » (La Gazette des communes, art. cit.).

58Une série d’initiatives publiques ont contribué à ce renouveau de l’intérêt patrimonial et touristique des jardins : inventaires régionaux de jardins d’intérêt historique, botanique et paysager, suivis dans les années 1990 par des opérations de protection et de réhabilitation. Le « mois des jardins », initié en 1998, contribue à mobiliser l’attention du public sur ce patrimoine oublié. L’opération « Adoptez un jardin », lancée en 1996 par le ministère de la Culture, s’adresse à des classes du primaire, en vue d’une éducation du regard sur un jardin historique. Quant aux collectivités territoriales, elles s’impliquent dans la création de sites ou d’événements ayant trait au jardin. D’ores et déjà, certains comités départementaux du tourisme ont soutenu les initiatives de création de Routes fleuries, itinéraires de villes et villages primés : Route fleurie du Beaujolais, des Côtes-d’Armor ou encore Route des fleurs de l’Aisne pour n’en citer que quelques-unes. Mais le comité départemental du tourisme de l’Aisne mentionne que l’itinéraire ne rencontre pas le succès escompté : les visiteurs des villages fleuris ne sont pas ceux qui vont dans les jardins (Village, 1997, n° 27 : 21). Dilemme résolu dans le cas déjà présenté des « villages botaniques de la Drôme » (voir supra), soutenus par le CDT, et qui connaissent une fréquentation touristique importante.

59Certains CDT cherchent encore à fédérer propriétaires privés et propriétaires publics pour constituer des réseaux et offrir visites et animations autour des parcs et jardins. Ainsi, le Club des parcs et jardins de Normandie compte trente-six lieux à visiter, liés par une charte de qualité, ou encore le réseau transfrontalier « Éden, jardins sans frontières » regroupe treize jardins en Moselle, Sarre et Luxembourg. Initié en 1998, soutenu par le conseil général de Moselle et financé par des crédits européens, ce réseau comprend de nouvelles créations (petits jardins de curé, médiévaux, baroques, contemporains) éventuellement entretenues en partenariat avec des associations d’insertion. Il intègre aussi des sites privés ou publics, auxquels est apporté un soutien financier pour une mise en valeur touristique (La Gazette des communes, art. cit. : 32). En Moselle encore, l’opération « Jardins à suivre » concernant dix communes fait appel tous les deux ans à des paysagistes pour la construction de jardins éphémères qui implique la population. Le succès de cette initiative se mesure à la réticence des habitants lorsqu’il s’agit de défaire les réalisations, comme aux changements qui, suite à ces événements, s’opèrent en leurs jardins. On peut encore citer une initiative communale en Mayenne (Pays de Grez-en-Bouère). Le « Village nature et jardinage » propose depuis 2000 des séjours d’une semaine tout au long de l’année, comprenant hébergement et activités encadrées par le personnel technique de la commune, avec des ateliers ( jardin potager, jardin fleuri, aménagement paysager, art floral), des visites de jardins, de villages fleuris, de sites patrimoniaux. Quant au projet lancé à l’initiative de la ville de Royan, il s’inscrit dans une logique résolument touristique et marchande. Sur une superficie de quelque six hectares, les « jardins du monde » (serre aux orchidées, forêt tropicale, bonsaï et jardin japonais, cyprès chauves de Louisiane, maison du marais, labyrinthe de bambous) ouvrent leurs portes en 2002 et attendent 300 000 visiteurs dès la première année. Enfin, dans ce rapide inventaire à propos de la floraison d’initiatives de toutes sortes, il faut encore citer le Conservatoire international des parcs et jardins de Chaumont-sur-Loire, créé en 1992 à l’initiative de la région Centre (avec l’appui du ministère de la Culture et du conseil général du Loir-et-Cher). Le Festival des jardins, qui présente trente réalisations éphémères et thématiques, a accueilli 135 000 visiteurs en 2000. Mais le Conservatoire a aussi d’autres fonctions, parmi lesquelles celle d’être un centre de formation pour tous les métiers du paysage.

  • 14 Ils se trouvent désormais intégrés dans les inventaires dressés par les services des DRAC, au même (...)

60Dans les différentes initiatives présentées, à l’exception peut-être de « Jardins à suivre » et de « Adoptez un jardin », le jardin se fait spectacle, et donne à voir une nouvelle relation, urbaine, à la nature tandis que sa dimension sociale est valorisée. En témoigne l’intérêt nouveau que suscitent les jardins ouvriers ou familiaux14, ou encore la multiplication des « jardins d’insertion » (Fortier 2003).

61Selon la directrice du CNFF, « au-delà du décor, le fleurissement est un outil fédérateur et pédagogique. On ne veut pas le fleurissement pour le fleurissement mais pour développer du lien social ». D’ailleurs, si le fleurissement « classique » reste toléré, c’est qu’il comprend fréquemment une implication des populations villageoises. Mais une pédagogie réussie doit montrer l’intérêt de nouvelles façons de faire : « C’est pour répondre à la demande que la tendance actuelle est de préconiser des choses qui sont naturelles. » Par ailleurs, le travail entamé au CNFF privilégie un partenariat avec les collectivités territoriales pour un fleurissement « outil de communication politique ». Le jardin relèverait-il de ces nouveaux « biens communs » (Micoud 2000 : 9), au même titre qu’un espace rural redéfini par la pluralité de ses rôles, le développement durable et la patrimonialisation ?

  • 15 Rappelons-le, la moitié des 2 690 références du Catalogue de l’édition française consacrées au jar (...)

62Malgré la croissance spectaculaire du marché (qui a, rappelons-le, quasiment doublé depuis 1990), le développement du goût jardinier n’est pas une simple réponse à l’offre marchande. Il procède de l’histoire des cinquante dernières années où le développement d’une société de croissance, et des valeurs qu’elle privilégie, est assorti de celui d’une mosaïque de loisirs. Parmi ceux-ci, le jardinage illustre le désir d’épanouissement personnel relatif à l’essor de l’habitat individuel en zone urbaine et périurbaine. Sous l’effet de politiques publiques et de l’activité des filières professionnelles, le développement des pratiques touristiques et paysagères contribue encore à forger ce nouveau regard sur l’espace et le jardin. Mais le succès spectaculaire de ce dernier (essor du marché, développement de produits touristiques, étendue de la littérature15 et de la presse spécialisées) est à rapprocher de la redécouverte de ses qualités propres. En écho aux préoccupations écologistes, à la sensibilité environnementale, au désir de campagne, le jardin met en scène une relation naturaliste au monde, privilégiée. En réaction au « tout-marché », auquel il continue de participer, il représente ce havre que qualifient un autre rythme, saisonnier et dans la durée, et une autre sociabilité : celle de la famille réduite, et celle des liens choisis.

63Les instances des concours ont longtemps considéré le seul jardin fleuri. Depuis la fin des années 1990, elles élargissent leurs perspectives. Même si la catégorie du « fleuri » résiste, le parti pris pour le « naturel » indique que les critères du fleurissement, et plus largement de la mise en paysage, doivent à l’époque dans laquelle ils s’inscrivent : multiplication des entreprises de patrimonialisation qui redonnent sens aux territoires (Chevallier et al. 2000 ; Rautenberg et al. 2000 ; Alphandéry & Bergues 2004), intervention de l’écologie dans la gestion des espaces sensibles et des milieux urbains (Lizet 1989 ; Micoud 1997, 2004, etc.). Les hommes s’emploieraient-ils à redéfinir leur place dans la nature, à réévaluer leurs relations avec les autres espèces, élaborant ce « jardin planétaire » que Gilles Clément (1995, 1997) appelle de ses vœux ? Ou bien entre-t-on dans une nouvelle phase de consommation hédoniste, qui prend la nature pour prétexte ?

64La manière « naturelle » de jardiner est désormais valorisée à l’échelle nationale (et sans doute plus large). Mais Rose V. ou « Les Anglais dans nos campagnes » (Barou & Prado 1995) ont travaillé en précurseurs en composant leur jardin. Certaines instances départementales chargées des concours ont elles-mêmes développé une action pionnière. L’étude de ces évolutions à l’échelle départementale et communale permet de confronter les pratiques locales aux pratiques nationales, et de retrouver l’échelle ethnographique des jardins.

Notes

1 C’est moi qui souligne.

2 Entretien de mai 1999. Un second entretien est effectué en juillet 2001.

3 Mais d’une autre manière que celle préconisée dans les années 1980.

4 L’influence du discours écologique se mesure en partie au succès de ce terme dans les différents champs où il exerce son influence.

5 Le rapport d’activité fournit l’occasion de faire le point sur les données chiffrées du concours. En 1997, 10 453 communes sont inscrites au concours national (en 1987, 7 000 communes sont inscrites, en 1991 : 9 840, en 1993 : 10 180), auxquelles sont attribuées 378 nouvelles fleurs. En 1998, 1 211 communes sont détentrices du panneau. 107 d’entre elles ont quatre fleurs, parmi lesquelles 57 sont classées « grand prix national » ; 265 communes sont classées « trois fleurs » ; 351 d’entre elles en ont deux et 488 une. En 1998, un tiers des communes ont moins de 700 habitants.

6 Le nombre d’articles consacrés au sujet dans la presse se multiplie, qu’il s’agisse de L’Horticulture française Magazine, de Rustica, de Jardins de France, de Mon jardin et ma maison, de Village ou de la Gazette des communes, pour ne citer que les magazines consultés ici.

7 Mais la ville qui vise le panneau « quatre fleurs » s’applique à la création d’un jardin des senteurs et revoit l’ensemble des massifs. En 2000, elle obtient sa quatrième fleur, confirmée en 2001.

8 Entretien avec une chargée de mission du CNFF, juillet 1996. Les termes entre guillemets qui suivent sont extraits d’un entretien avec la directrice, Anne Schirm, en mai 1999.

9 Herm, paré des « fleurs les plus brillantes et les plus variées », retrouvera ses quatre fleurs en 2000 (Balades dans les villes et villages fleuris, 2001 : 69).

10 « En simplifiant à peine, on peut dire que l’histoire nous apprend que depuis un siècle ou deux, comme si elle suivait un modèle culturel, la société française réagit, dans des circonstances de crise, par un mouvement de retour vers le passé, par une aspiration vers la nature, enfin par un regroupement sous la bannière du local » (Chiva 1990 : 235).

11 Au terme d’une enquête menée en 1982 sur les attentes des Orléanais en matière d’espaces verts, il apparaît que « la fleur [des massifs classiques] est considérée par plus de 60 % des personnes interrogées comme le symbole de la répression : "c’est un zoo à plantes, les plantes sont en cage" » (Allain 1997 : 201).

12 « Quand Lyon repense la végétalisation », L’Horticulture française Magazine, 1998, n° 32 : 17-19.

13 Présentée par la Grande Halle de la Villette et la Mission pour la célébration de l’an 2000. Il est symptomatique que ce projet vienne célébrer le passage au troisième millénaire : ainsi devient-il le signe d’une nouvelle époque, tout au moins est-il celui d’une projection dans le futur.

14 Ils se trouvent désormais intégrés dans les inventaires dressés par les services des DRAC, au même titre que les jardins historiques. D’autre part, leur esthétique est revalorisée : « Les jardins ouvriers sont sans doute les meilleurs exemples de l’association de cultures vivrières et florales » (« Quand Lyon repense la végétalisation », L’Horticulture française Magazine, 1998, n° 32 : 18).

15 Rappelons-le, la moitié des 2 690 références du Catalogue de l’édition française consacrées au jardin ne sont pas antérieures aux années 1990.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search