Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

V. Les concours des villes et villages fleuris : une institution

22. Des années 1960 aux années 1980

Texte intégral

1Cette période est importante car elle correspond à la construction du fleurissement comme phénomène social, avec ses règles, ses critères esthétiques, ses attendus et ses effets. Au gré des concours, la France tend en effet à devenir un vaste « jardin fleuri ».

Les débuts du « fleurissement national officiel »

2En 1959, le Commissariat général au tourisme est chargé par le ministre des Travaux publics et des Transports d’organiser cinq concours (villes et villages, maisons particulières, gares, postes-frontières, stations-services) dans le cadre de la campagne intitulée : « Pour fleurir la France ». Comme pour souligner ce moment fondateur et l’associer à une figure, le nom de Robert Buron, alors ministre chargé du tourisme, ouvrira désormais nombre d’articles dans la presse spécialisée ou encore les plaquettes du comité du fleurissement. Aujourd’hui encore, les organisateurs associent toujours le début de l’histoire du fleurissement à une date, 1959, et à un nom, celui de Robert Buron.

  • 1 Le terme fait l’objet du titre d’un article du Lien horticole (15/4/1968 : 4). L’inventaire des pl (...)

3Le fleurissement est donc présenté comme une réponse à une initiative institutionnelle, alors qu’en réalité, il constitue dans les années 1960 une pratique largement répandue. En effet, le long travail effectué par le Touring Club de France, quelque cinquante années durant, de même que les modifications suscitées par le processus de modernisation ou par l’essor de l’horticulture après le tournant du siècle ont eu des résultats. Dans ces années-là, nombre de villes et villages, nombre de particuliers ont adopté les fleurs dans le sens voulu par le « fleurissement national officiel1 » qui les entérine ensuite.

4Si aucune mention officielle de l’action du Touring Club n’accompagne la création des concours, les responsables du TCF en soulignent discrètement la filiation tout en se félicitant de l’ampleur du mouvement.

Nous-mêmes avions organisé dans le passé trop de compétitions similaires pour ne pas applaudir chaleureusement à de telles initiatives. […] Les résultats obtenus sont extrêmement encourageants et sont pour l’avenir le gage d’une brillante réussite. […] Le goût des fleurs est intensément présent dans tout le pays. Le mouvement que nous avons nous-mêmes créé il y a dix ans et davantage, prend une ampleur qui donne aujourd’hui les plus grandes satisfactions et autorise les plus grandes espérances (« Fleurir la France », La Revue du Touring Club de France, n° 702, janv. 1960 : 18).

5Commentant les débuts du fleurissement officiel, Michel Conan et Juliette Favaron (1997 : 52) soulignent également combien « la mémoire de cinquante ans d’efforts accomplis par le Touring Club de France dans le but d’introduire des disciplines hygiéniques fut brumeuse ». On aura simplement concédé à l’organisme d’être présent aux réunions de préparation et convié son président à participer au premier jury national (La Revue du Touring Club de France, janvier 1960). Mais la reconnaissance écrite quant à l’influence de l’organisme touristique ne sera jamais effectuée.

6Pour faire l’analyse de l’histoire des concours, deux supports seront utilisés, les plaquettes officielles éditées et diffusées par l’organisme responsable du fleurissement, mais qui ne sont disponibles qu’à compter du début des années 1980, puis les articles de la presse spécialisée (Jardins de France, la revue de la SNHF, Lien Horticole et L’Or vert). Très peu nombreux dans les années 1960, les articles renseignent toutefois la période des débuts des concours officiels. À partir de 1972, date de la création du Comité national du fleurissement de la France (CNFF), ils se font plus abondants. Désormais, la presse spécialisée rend compte régulièrement de l’actualité du fleurissement, reproduisant le contenu des plaquettes officielles annuelles. Les articles montrent aussi l’existence d’un partenariat ponctuel des organes de presse. Ainsi, dès 1960, Rustica prend l’initiative de l’organisation d’un concours des maisons fleuries. En 1964, Lien horticole exhorte ses lecteurs (les professionnels de l’horticulture) à s’intéresser aux concours, y compris financièrement. Bien plus tard, en 1982, Mon jardin et ma maison seront partenaires du comité du fleurissement.

7Le concours, lancé à titre provisoire en 1959, est reconduit d’année en année. La première année, un film en couleur en fait la promotion. Dès 1964, un règlement l’organise de manière plus construite et lui donne un tour plus définitif (Lien horticole, 15/05/1964 : 5). Quatre catégories sont établies en fonction du nombre d’habitants : inférieur à 1 000 ; entre 1 001 et 5 000 ; entre 5 001 et 20 000 ; supérieur à 20 000.

8Le concours est organisé à l’échelle départementale par les services de la préfecture. Les communes sélectionnées par un jury régional sont visitées ensuite par un jury national qui établit le palmarès. Seules les communes de la première catégorie (moins de 1 000 habitants) reçoivent des prix en espèces. Les lauréats bénéficient du label « Ville fleurie » ou « Village fleuri » avec octroi d’un panneau portant deux, trois ou quatre fleurs « selon la richesse du fleurissement » (Lien horticole, 15/4/1968 : 4). Les grands principes de fonctionnement du concours sont donc établis d’emblée ; les révisions aménagées par la suite ne les mettront pas véritablement en cause.

  • 2 « La campagne nationale pour le fleurissement est ouverte » (Lien horticole, 15/5/1964 : 5).

9En ce début des concours officiels, d’autres manifestations sont organisées avec l’appui ou sous la direction de divers organismes. Il s’agit du concours des fermes fleuries, assuré par la direction des Services agricoles jusqu’en 1968, date à laquelle cette manifestation est supprimée, au regret du commissariat chargé du Tourisme. Il s’agit également du concours des écoles fleuries, organisé par La Maison française, du concours de la maison fleurie Rustica par le journal du même nom et enfin du concours des stations-services fleuries, organisé par les grandes compagnies pétrolières2. Les récompenses attribuées par les organismes pétroliers sont conséquentes (18 millions d’anciens francs en 1960) par rapport à celles allouées par l’organisme officiel (3,5 millions d’anciens francs pour la même année) qui bénéficie surtout des subventions du commissariat général au Tourisme. Dans le Lien Horticole (ibid. : 4), on s’étonne de l’absence de participation financière de l’horticulture à la manifestation. Une contribution tangible de la part de cette profession n’interviendra qu’à dater de 1972, moment de la création du CNFF.

  • 3 Il s’agit des chiffres donnés par La Revue du Touring Club de France (janv. 1960, « Fleurir la Fra (...)
  • 4 En 1982, 5 755 communes ont participé, 209 proposées par les régions pour participer à l’échelon n (...)

10Dès la première année, en 1959 donc, plus de 1 000 communes sont inscrites, appartenant à 86 départements3. Le jury national choisit 30 communes pour le palmarès et décerne 12 premiers prix. Le concours des maisons fleuries réunit 25 000 candidats dont 118 sont classés. Il faut ajouter à la compétition 20 hôtels-restaurants, 35 gares, 2 600 stations-services. Les années suivantes, la progression est spectaculaire, ce qui prouve que les communes d’ores et déjà fleuries sont relativement nombreuses. 2 000 communes participent en 1960, 3 000 en 1963, 3 400 en 1964 (dont 77 primées), 5 000 en 1967. Quant aux particuliers, on relève les chiffres de 60 000 en 1960, 80 000 en 1963, 100 000 en 1964 (450 lauréats). Par la suite, l’organisation du concours des maisons fleuries dépend du seul niveau départemental. En 1960, on compte encore l’inscription de 1 600 fermes, 1 000 gares, 80 postes de douanes, 3 500 stations-services ; en 1963, 760 gares, 68 postes de douanes et 500 stations-services, autant de concours appelés à disparaître les années suivantes. S’observe ensuite une relative stagnation, puis une augmentation progressive : en 1977, les communes inscrites sont au nombre de 5 317 ; en 1980, 5 810 (dont 158 primées). Puis, le chiffre de participation ne cesse de croître, pour concerner plus de 6 000 communes en 19834 et dépasser les 10 000 dès 1993. Il concerne dès lors près d’une commune sur trois, ampleur qui mérite d’être soulignée.

11En 1972, année de l’entrée du mot fleurissement dans le dictionnaire Larousse, le Comité national du fleurissement de la France est créé. Cette association loi de 1901, due à l’initiative du secrétaire d’État au Tourisme, prend le relais des ministères pour promouvoir la pratique et organiser les concours. Le secrétaire d’État au Tourisme, président de droit, nomme un président délégué, généralement inspecteur général du Tourisme, qui assure cette fonction. Le conseil d’administration est composé à parties égales des représentants de différents ministères (Intérieur, Agriculture, Environnement) ainsi que d’un représentant de l’Association des maires de France, des représentants des grandes associations horticoles et des représentants de la Fédération nationale des offices de tourisme et de la Fédération nationale des comités départementaux du tourisme.

Cette Association a pour objet, dans un but d’intérêt général, de concourir à la défense de l’environnement naturel et à l’amélioration du cadre de vie des villes et des villages de France. Elle entreprend et suscite toutes actions tendant à assurer et à promouvoir l’accueil, le fleurissement, la propreté des villes et des villages. Elle concourt à créer un environnement de qualité favorable tant à la vie des habitants dans la commune qu’à l’accueil des touristes en France. Son activité englobe toutes les actions menées en faveur de l’embellissement et du fleurissement des parcs, jardins, bâtiments, espaces, publics et privés (article 2 des statuts).

12En 1975, pour répondre à l’injonction européenne, « L’Entente florale », concours international de fleurissement, est créé par le CNFF en collaboration avec l’organisme britannique Britain in Bloom. Dès 1976, la Belgique participe à ce concours, suivie de l’Autriche, du grand-duché du Luxembourg et de l’Irlande. En 1988, les Pays-Bas entrent également dans la compétition. Le règlement y est calqué sur le modèle français. Les photographies des communes lauréates des différents pays présentent de nettes similarités, si bien que l’on peut supposer des pratiques relativement proches.

13Jusqu’en 1988, l’attribution des panneaux distinguant les communes les mieux fleuries relevait uniquement d’un jury national. Pour « sensibiliser un nombre croissant de communes », le nouveau règlement de 1988 instaure une décentralisation de l’organisation, octroyant davantage de responsabilités aux jurys départementaux et régionaux. À partir de 1988, deux nouveaux grands prix sont institués : le Grand Prix national du fleurissement et le Trophée du département fleuri. En 1988, outre les différents ministères représentés au sein du CNFF, les partenaires du concours sont la Fédération nationale des offices de tourisme, les professionnels de l’horticulture (ANIHORT), la société GESAL (fabricant de produits phytosanitaires).

Extraits du règlement (1988)

14Le Concours Départemental. Chaque Conseil Général organise le concours de façon autonome. Composé d’élus, de personnalités qualifiées et de professionnels de l’Horticulture désignés par le président du Conseil Général, le jury départemental établit le palmarès départemental après visite des communes candidates, sélectionne les communes qui vont concourir à l’échelon régional. Une remise des prix est organisée chaque année, à l’échelle du département.

  • 5 Cette structuration département/région/nation se retrouve dans d’autres organisations : concours d (...)

15Le Concours Régional. Les régions ont depuis l’année 1988 la responsabilité d’attribuer le panneau « Ville ou village fleuri » à un certain nombre de communes présentées par les départements. Le Jury Régional établit un palmarès après visite des communes proposées par les départements. Il attribue le panneau « Ville ou village fleuri » avec le nombre de fleurs correspondant au niveau de fleurissement : une, deux ou trois Fleurs. Pour obtenir le panneau « Une Fleur », la commune doit avoir participé au moins deux années consécutives et obtenu au moins un premier prix au niveau régional. Le Jury Régional établit la sélection des communes qui peuvent concourir à la quatrième Fleur et au Grand Prix National du Fleurissement. Le Concours National. Le Jury National octroie le label « quatre Fleurs » à partir des propositions émises par les régions l’année précédente. Il décerne les Grands Prix Nationaux, choisi parmi les communes déjà classées « quatre Fleurs », récompense le « Département Fleuri » de l’année et établit la liste des candidats en lice pour le Grand Prix Européen. Chaque année, une remise des prix est organisée au niveau national, sous le haut patronage de Monsieur le Président du Sénat et sous la Présidence de Monsieur le Ministre en charge du Tourisme5.

« Embellir le visage de la France »

16Des années 1960 au début des années 1990, première période des concours, l’action du « fleurissement national » est centrée sur la seule décoration florale. Prolongeant exactement le discours du Touring Club de France, les critères de beauté et d’embellissement font réponse au temps d’avant les concours, lorsque la France avait un aspect « austère et indifférent », et aux pratiques des pays voisins, modèles en la matière.

Il y a quelques années seulement, notre pays avait un certain retard du point de vue des villes et maisons fleuries, par rapport aux nations voisines, comme la Suisse par exemple, qui avaient compris l’intérêt et la nécessité du fleurissement, notamment pour le développement touristique (« Une action d’intérêt national : fleurir la France », Lien horticole, 1-4-1964 : 3).

17Dans un article de 1963, l’ingénieur horticole Fuchs (Jardins de France, 3 : 85-88), seul auteur à mentionner le rôle du TCF, relève l’impression de « coquetterie et de gaieté » qui se dégage des villages : « Ce sont eux qui, jusqu’à maintenant, ont accompli le plus gros effort », en vertu du faible nombre d’habitants et de l’héritage des « habitudes paysannes ». Ce type d’analyse est isolé, les autres discours tendent davantage à discréditer les pratiques paysannes anciennes. Ainsi, cet article de Jardins de France dont la description est typique du « jardin fleuri » (1980, 1 : 104) :

La ferme a été restaurée, modernisée, et la maison d’habitation dotée de tous les éléments qui constituent ce que l’on nomme « le confort ». D’autre part, l’ensemble se distingue par sa propreté, sa bonne tenue, et son excellente présentation, ce qui n’existait pas il y a seulement un demi-siècle. Presque partout, des arbustes décoratifs (rosiers, lilas, cotonéaster…), des potées fleuries (géraniums-lierre, pétunias, bégonias) convenablement disposés, des alignements de dahlias ou des touffes d’hortensias ont remplacé des empilements désordonnés de bûches, vieux matériel usagé, détritus, tout autour d’une cour boueuse et malodorante. […] La ferme se veut désormais accueillante, elle reflète une certaine conception heureuse de vivre. Cette même dignité se retrouve dans nos villages.

18Le Touring Club de France insistait sur le devoir d’hygiène en milieu rural, les nouveaux textes sur le fleurissement font rimer beauté et propreté. Tandis que « le fleurissement des villes est beaucoup moins spectaculaire », Fuchs (Jardins de France, 1963, n° 3 : 85-88) y relève « une évolution très nette de la mentalité que cet effort en commun amène à plus de compréhension mutuelle, dans une ambiance de bonne humeur salutaire ». Cette idée, qui pose le fleurissement comme élément fédérateur, porteur de paix sociale, est toujours de rigueur. Mais l’essentiel de l’article de 1963 est consacré au « visage de la France » et à son nécessaire embellissement. L’usage des fards est désormais « répandu chez les jolies femmes » tandis que « la France, se pliant aux caprices de la mode, juge utile de recourir à semblables artifices » pour se parer « d’iris et de roses, de jasmin et de lilas ». La métaphore entre la France et la jolie femme rappelle celle entre femme et fleur. Elles seront bientôt formalisées, avec l’affiche pour le lancement des concours des villes et villages fleuris de 1990 à 1993 arborant la silhouette de Marianne couronnée de fleurs.

  • 6 D’après l’article de G. Glenet, président de la Commission des sociétés affiliées à la SNHF (Lien (...)

19« Grande tâche en faveur de l’embellissement de notre pays », « grand mouvement qui doit changer le visage de la France », « œuvre d’intérêt national6 », le fleurissement est doté, dès 1964, d’un véritable pouvoir de transformation. Il est au cœur de « l’œuvre d’embellissement », associé aux valeurs de gaieté et de propreté jusqu’aux années 1980, au cœur ensuite de la « qualité du cadre de vie ». Le CNFF mène une « vaste entreprise pour apporter dans nos villes et nos villages ce sourire fleuri indispensable à la qualité du cadre de vie. […] Fleurir les maisons pour leur apporter la gaieté et la propreté, donner aux jeunes le goût du beau qui s’allie avec le besoin de propreté » (« Un mot d’ordre : fleurir la France », Jardins de France, 1980, n° 1 : 10-11).

20Le fleurissement reste central, pourtant, les statuts du CNFF prévoient une approche plus globale :

Ce concours concerne l’embellissement et le fleurissement des villes et des villages. Il tient compte en particulier : de la propreté de la commune ; des arbres et des espaces verts ; de l’harmonie entre la décoration florale, l’architecture et l’environnement (règlement de 1982, article 3).

  • 7 Article 4 : ce concours comporte six catégories : – 1re catégorie : communes dont la population es (...)

21En 1982, les catégories du concours sont affinées7. Il faudra attendre 1988 pour que le règlement intègre de manière plus explicite et plus durable d’autres éléments. Mais comme le montrent les photographies des villages primés, l’accent est toujours mis sur les massifs et autres pelouses fleuries.

Les critères de sélection portent essentiellement sur la qualité du fleurissement, l’aménagement des espaces verts et sportifs, l’amélioration de l’environnement et du cadre de vie, la propreté des communes (extraits du règlement 1988).
La campagne nationale pour le fleurissement des villes et des villages de France ambitionne non seulement de récompenser la qualité du fleurissement d’une commune mais également ses efforts en matière de lutte pour la propreté, de protection de ses sites, de valorisation de son patrimoine. En 1988, le CNFF a souhaité que cette recherche d’un développement harmonieux du territoire pour une meilleure intégration de l’activité touristique soit inscrite dans son nouveau règlement (Olivier Stirn, ministre délégué chargé du Tourisme, président du CNFF, avant-propos, concours 1989).

22Si le changement de vocabulaire indique un changement à l’œuvre dans la société, « la qualité du cadre de vie » demeure limitée à la « décoration florale » (voir les directives du « guide du savoir-fleurir » diffusé tout au long de la décennie).

Quand on parle de la fleur, il s’agit moins d’une concentration hétéroclite d’un grand nombre de fleurs en un point donné, que de la recherche d’une décoration, quelquefois très simple et peu onéreuse, réalisée à partir d’un thème « accroche-l’oeil » mais aussi la sensibilité, un motif qui aiguise et séduit l’esprit (M. Vidal, maire adjoint de Châteauroux, « Premières réflexions sur le fleurissement », Jardins de France, 1980, n° 1 : 10-11 ; « La grande promotion du fleurissement », Jardins de France, 1980, n° 4 : 153-163).

23Pour Vidal, l’essor prodigieux du fleurissement depuis l’après-guerre est dû à la croissance économique et à la volonté partagée de changer le cadre de vie ; et l’enthousiasme en faveur de l’embellissement a permis aux fleurs de transformer radicalement la physionomie du pays. Désormais, sur le visage de la France, se pose un sourire « qui facilite les actes de la vie et encourage le tourisme » (ibid.).

24Mais la citation qu’il faut retenir, éloquente, abondamment citée tout au long des années 1980 dans les publications officielles et les journaux, est bien celle qui ouvre le Guide du savoir-fleurir, publié pour la première fois en 1980.

  • 8 La version initiale, celle de 1980, donne la phrase suivante : « Des milliers de communes ont peu (...)

Faire de la France le plus beau des jardins, tel est le but des campagnes du Fleurissement dont le succès se confirme d’année en année. Oui, le visage de la France se modifie. Elle est toujours aussi belle, et elle devient de plus en plus souriante et accueillante. Des milliers de communes, autrefois un peu négligées, présentent aujourd’hui un visage net et soigné qui les rajeunit et leur donne cet air de bonheur qui ravit les visiteurs et fait que la vie y est encore plus agréable qu’autrefois8. Le bonheur, c’est aussi de se sentir bien dans sa ville ou son village. Cette croisade pour la beauté, tout le monde a les moyens d’y participer (Guide du savoir-fleurir, 1987).

Les « guides du savoir-fleurir », ou un modèle abouti

25Dès 1980, le Guide de la France fleurie décline les orientations, les critères et les valeurs du fleurissement. Il sera réédité chaque année et repris par pans dans les différentes publications du CNFF et dans nombre d’articles de Jardins de France, de L’Or vert ou du Lien horticole. Cette « bible » du fleurissement en cristallise les pratiques et favorise un modèle, toujours très lisible aujourd’hui dans de nombreux villages et villes. Elle sollicite un savoir rationalisé qui semble ne laisser que peu de place à l’imagination personnelle, à l’invention de formes et autres bricolages. Le ton impératif du discours, tout comme l’usage du futur simple, ne font que renforcer cet effet.

Les règles de la décoration florale

26Le Guide du savoir-fleurir comprend huit « recommandations générales » du « Plan d’aménagement floral » devenant, au fil des années 1980, « l’ABC du fleurissement » puis les « huit commandements du fleurissement ». Le propos ne change guère, mais les intitulés se font plus radicaux, ainsi le passage de « recommandation » à « commandement ». Dans les écrits de la presse spécialisée, on retient la seule première phrase (la « recommandation » écrite en caractère gras dans le guide de 1980 et exposée de cette façon dans la présentation qui suit) au détriment de l’explicitation. Ainsi, au fil du temps, l’idée semble se simplifier, et contribuer à la fabrication d’un stéréotype. L’usage récurrent du terme « décoration florale » dans chacun des huit points du Plan d’aménagement floral pose le fleurissement comme objet central, voisin de la « décoration » et de l’« embellissement ». Cette approche esthétisante émaille tous les discours de cette première période des concours officiels.

Article 1 – La décoration florale doit être établie en priorité dans les endroits les plus fréquentés par les habitants et les visiteurs : les entrées de l’agglomération, les rues principales, les places publiques et les carrefours les plus importants.

27Les termes « devoir » et « en priorité » marquent une formulation impérative. Puis, la fonction des fleurs tient en leur visibilité, en une image à donner. Elles ont à surligner des espaces centraux et donner à lire une hiérarchie des lieux qui correspond sans doute à l’imaginaire spatial de la cité. Cela évoque la scansion du jardin fleuri par les « plantes de seuil ». Les seuils sont représentés, qui par le portail, qui par le panneau d’entrée dans le bourg ; leur succède le traitement des cheminements principaux (allée centrale ou rues principales) ; les points focaux (abords du puits ou de la table de jardin, places publiques) sont marqués de manière identique ; quant aux seuils de l’espace domestique, ils correspondent aux abords des bâtiments publics avec leur traitement spécifique.

28Le fleurissement doit également concerner « les itinéraires touristiques, les sites intéressants et les abords immédiats des monuments ». Qu’il s’agisse de bâtiments publics ou d’édifices patrimoniaux, l’« aménagement floral » est toujours au service des lieux produits comme « bons à montrer », qu’il transforme de la sorte en espaces de représentation.

Article 2 – La décoration florale doit avoir une certaine concentration. Il vaut mieux, surtout dans les villages, ne fleurir que la seule rue principale si ce fleurissement est intégral et continu, plutôt que de fleurir de nombreuses rues d’une façon fragmentaire et dispersée qui donnera une impression d’inachevé.

29Cette recommandation fait référence aux déferlements de fleurs aux couleurs vives observables en certains points des villages fleuris. Elle fait encore écho aux critères retenus dans le cadre des activités des jurys de concours : pour les maisons comme pour les villages, la quantité de fleurs est toujours déterminante, ou tout au moins positive, quant à l’attribution d’une note très élevée.

Article 3 – La décoration florale doit se faire horizontalement et verticalement : fleurir au niveau du sol (trottoirs, bords de routes) et fleurir les fenêtres et balcons des maisons.

30L’aspect formel et architectural du fleurissement n’est pas négligé. Le fleurissement s’applique aux cheminements, aux abords comme aux façades, tous points qui fabriquent une unité. À l’échelle du bâtiment, les plantes marquent de nouveau les seuils et les passages. Ce point 3 du guide paraît par ailleurs s’adresser également au fleurissement privé.

Article 4 – La décoration florale doit présenter une certaine unité dans son style et sa composition ainsi que dans le choix des végétaux et des couleurs. Cette unité sera recherchée pour l’ensemble de la Commune et plus encore pour chacune de ses parties (une rue, une place, etc.).

31Difficile de savoir d’où provient ce choix et ce qui le légitime. Il sous-tend une certaine rationalisation des pratiques de fleurissement, et de l’espace plus généralement. Désir d’ordre, nécessité de se conformer à la norme dominante, contrôle et efficacité contre l’exubérance d’autres pratiques, tout cela constitue à l’évidence l’héritage des principes hygiénistes du xixe siècle.

  • 9 Soit les « fleurs-fleurs » du jardin fleuri. Les « plantes molles » sont une catégorie du jargon d (...)

32Rendre lisible une « certaine unité » : si beaucoup de villages s’y attachent, ils apprendront pourtant la relativité d’une telle option, lorsque, quelques années plus tard, les règles auront changé. « L’unité de la décoration peut être obtenue par le choix d’un thème de couleur applicable à toutes les parties du village pendant une saison. » Dans le paragraphe « Comment réaliser l’unité », on préconise le choix de thèmes monochromes rose ou rouge ou orangé ou jaune ou bleu, qui correspondent tous à une liste de plantes, « molles », annuelles et de corbeille9. Exemples :

Thème monochrome rose : Géranium rose A. Mame et Pétunia Prima Donna (associés ou non avec des Pétunias bleus ou blancs en petite quantité, rehaussés ou non de Géraniums rouges ou Pétunias rouges) ; Œillet de poète ; Œillet de Chine ; Reine-Marguerite ; Lavatère Aurore ; Phlox de Drummond.
À l’ombre, Bégonia semperflorens Trophée rose, Bégonia gracilis Beauté rose, Bégonia tubéreux rose et saumoné.
Thème monochrome rouge : Géranium Sans-souci écarlate, Géranium Jardin des plantes et Pétunia Cascade rouge (associés ou non avec des Pétunias Satin blanc ou Aurore Boréale, avec des Géraniums-lierre roses ou blancs, avec des touffes d’héliotropes) ; Sauge rouge, atténué de Verveine Rugueuse, de Leucanthème ou d’Anthémis ; Verveine hybride en mélange ; Zinnias en tapis Tom-Pouce varié et Lilliput.
À l’ombre : Impatiens Roméo, Bégonia gracilis Perle rouge, Bégonia tubéreux rouge, Capucine Globe écarlate.

33Dans les versions suivantes, le nom des variétés disparaît, la palette se simplifie encore, ce qui indique un appauvrissement au fil du temps. Proche de celle conseillée dès 1963 (Fuchs, Jardins de France, n° 3 : 125- 126), la palette florale semble directement héritée du fleurissement des parcs urbains de la fin du xixe siècle, comme le suggère, d’ailleurs, l’emploi du terme « plantes à corbeille ».

  • 10 À l’emploi de ces « plantes essentielles », l’auteur ajoute, entre autres, calcéolaires et agératu (...)

Les plantes à corbeille : ce sont toujours ces plantes qui constituent la base de décoration des fenêtres et balcons, jardinières et potées et principalement, parmi elles les géraniums, géraniums à feuilles de lierre et pétunias. […] C’est la variété « Roi des balcons », aux fleurs rose vif et aux pétales étroits, qui triomphe partout10.

34Avec ces listes, la gamme des « fleurs-fleurs » du jardin fleuri ou des rayonnages des jardineries se reconnaît aisément. Infiniment réduite par rapport aux végétaux disponibles à la fin du xixe siècle, cette palette relève des végétaux dits « de grande cavalerie » (ou des 20/80) de l’horticulture contemporaine. En 1985, sont donnés les conseils suivants :

Sur balcons et fenêtres, plantez de préférence en jardinière, soit terre cuite, fibrociment, ou plastique, les autres pots étant inesthétiques à la vue. […] Soyez assurés que les plus belles jardinières seront celles en géraniums-lierres ou en pétunias, les variétés de lierre « Roi des balcons » sont les plus florifères. [On conseille encore] verveines, géraniums zonale ou sauges rouges, bégonias et fuchsias. [Quant aux massifs], vous avez tous observé dans les parcs et squares : la partie haute est au milieu ou en fond. Il faut donc mettre en place une bordure en bégonias, toujours en opposition de couleur, puis œillets d’Inde ou roses d’Inde, agératums, pétunias nains, puis ensuite, des bégonias semperflorens, sauges, géraniums, cannas pour le centre. Le dahlia peut également s’utiliser. […] Pour ceux qui ont un peu de place au jardin, réservez un emplacement pour les fleurs à couper : zinnias, reines-marguerites, cosmos (« Pour un bon fleurissement », Jardins de France, 1985, n° 3 : 109-110).

  • 11 Voir D. Lejeune (Service Espaces verts de Bourges), « À propos des jardinières dans le fleurisseme (...)

35Au fil des années, la liste des plantes recommandées se réduit encore, et les conseils d’organisation se font plus directifs. Inlassablement reprise de 1960 à 1992, cette palette florale représente la marque des jardins et des villages fleuris, montrant l’efficacité des concours de fleurissement comme « outils de normalisation esthétique » (Dubost 1997 : 135). Quelque temps seulement avant les vives critiques de ses promoteurs eux-mêmes, la presse spécialisée, et notamment l’organe de la SNHF, la préconise amplement11.

L’unité ne signifie pas l’uniformité et… l’ennui. Des mélanges de fleurs de tailles et de couleurs différentes sont au contraire recommandés à condition que l’on ait l’impression d’un fleurissement homogène et de même nature tout au long d’un ensemble. [Le choix peut être] un thème bicolore avec les associations suivantes recommandées : rouge et blanc, rouge vif et rose, jaune et orangé, jaune et blanc, jaune vif et mauve, orange vif et violet, rose vif et bleu, saumon et rouge vif.

36De façon à établir un « décor permanent », le fleurissement d’été est privilégié, avec cette même gamme de plantes exploitée par la profession horticole et typique du jardin fleuri. On favorise les plantes annuelles « couvertes de fleurs durant la plus grande partie de l’été », qui, pour certaines d’entre elles, ont l’avantage de « se reproduire facilement par semis ». Quant aux vivaces qui « présentent les inconvénients suivants : durée de floraison brève, nécessité d’un entretien minutieux », seules sont retenues « celles qui fleurissent une grande partie de l’été ».

Rosiers, fleurs annuelles et plantes molles assurent une floraison permanente de mai à la fin de l’été. Quel que soit le thème, disposer toujours quelques touches de blanc qui éclairent l’ensemble et le mettent en valeur, surtout lorsque le blanc est associé au rouge, rose ou bleu.

37Les différentes règles se retrouvent à l’identique dans le « jardin fleuri », comme le mélange des espèces et l’utilisation de la couleur blanche. Ainsi se confirment le parallèle entre ce type de jardin et le fleurissement public et l’idée d’une normalisation qui joue à différentes échelles, aidée en cela par une solide diffusion médiatique.

Article 5 – La décoration florale doit être harmonieuse. Il faut pour cela rechercher un harmonieux rapport des tailles permettant les étagements, les rythmes alternés de plantes élevées et de plantes basses, l’intégration de sujets arbustifs à fleurs ou à feuillage décoratif.
La disposition des fleurs en plan peut être réalisée en lignes parallèles, le long d’une chaussée droite ou dans un square de tracé régulier et s’il s’agit d’une décoration monochrome. On préférera une disposition libre dans les rues sinueuses et si on emploie plusieurs couleurs. Les fleurs y seront groupées par taches s’imbriquant les unes dans les autres et plantées en quinconces irréguliers. Il est généralement déconseillé, surtout dans les petites villes et les communes rurales, de réaliser des massifs géométriques et des massifs en mosaïculture.

38La notion d’harmonie renvoie à celle d’ordre. Ordonnancement qui s’applique à la hauteur des végétaux comme à la sujétion des massifs à l’architecture spatiale (lignes droites pour chaussées droites, « disposition libre pour rues sinueuses »). L’esthétique se confond avec une géométrie du fleurissement qui, par ailleurs, déconseille la réalisation de massifs inspirés de la mosaïculture. Leur forme sophistiquée ou bien la somme de travail qu’ils nécessitent les rendent-ils inacceptables ? Toujours est-il que ce savoir-faire ne sera réhabilité qu’à la fin des années 1990 tandis que les massifs préconisés par le guide seront, eux, stigmatisés.

Article 6 – La décoration florale doit être accompagnée de plantations arbustives. […] Décor végétal permanent surtout si elles comportent des arbres ou arbustes à feuillage persistant, […] elles font disparaître la monotonie ou la tristesse d’une rue ou d’une place […] et rompent heureusement par leur structure verticale, la platitude d’une décoration florale au ras du sol.
Article 7 – La décoration florale et arbustive doit absolument être complétée par la création de pelouses. […] Elles assurent un décor permanent de verdure, […] mettent en valeur les fleurs qui sont plantées en bordure (éviter les massifs au milieu des pelouses), donnent à une ville ou un village un aspect soigné et un air de distinction.

  • 12 « Notre rêve n’est-il pas, non de nous soustraire définitivement aux aléas climatiques, mais seule (...)

39À nouveau, on insiste sur l’importance d’une décoration pérenne, les pratiques paysagères pouvant minimiser le rythme des saisons. Dans un autre texte qui reprend celui-ci, intitulé « une cité sans hiver », le geste du fleurissement en effet prend le pas sur les rythmes naturels12. Ce qui souligne l’importance de l’artifice au jardin au moyen de plantes qui n’ont plus à désigner la nature. Quant à ces végétaux à feuillage persistant, devant égayer rues et places, ils appartiennent également à la palette dite des « 20/80 » qui a fait depuis les années 1950 la fortune des pépiniéristes.

Article 8 – Le décor arbustif et floral aussi réussi soit-il n’aura son plein effet que s’il s’épanouit dans une Commune d’une très grande propreté. Celle-ci est sans aucun doute l’affaire du Maire […] mais elle dépend en réalité de chacun de ses habitants, de son attitude et du souci qu’il a de la réputation de sa ville ou de son village. [Parmi les recommandations :] nettoyer les caniveaux, arracher les mauvaises herbes, repousser hors de l’agglomération les dépôts d’ordures, faire disparaître les cimetières d’autos qui sont la honte de certaines agglomérations ainsi que les dépôts de matériel, boucler les mares inesthétiques et nauséabondes, faire en sorte que dans les communes rurales d’élevage, […] les animaux ne souillent pas les rues, en prévoyant des itinéraires de la ferme au pré.

40La boue, la mauvaise herbe, l’ordure, et même l’objet usagé représentent les saletés et les souillures élémentaires. À ces pollutions, il faut rajouter « les publicités abusives », « les façades et les huisseries mal peintes ou délabrées ». Selon Mary Douglas (1971 : 54- 55), la souillure fait offense à l’ordre de nos classifications. Le succès du fleurissement tient à sa capacité de mise en ordre, héritée de l’hygiénisme. Soixante ans après que le Touring Club de France l’a érigé comme principe de base des concours, ce critère de propreté reste toujours valide. Sous un spectre très large, de l’hygiénisme à l’esthétisme, il suppose encore l’implication du citoyen : « Il faut inviter les habitants à ravaler la façade de leur maison ou pour le moins à repeindre les portes et fenêtres de leur maison, les grilles et les barrières de leur jardin en leur conseillant d’utiliser des teintes discrètes (proscrire absolument le violet, le rouge sang…). »

41Du Touring Club au CNFF, le discours reste constant : centrale dans les années 1920, la part hygiéniste devient toutefois mineure dans les années 1980, où le « Plan d’aménagement floral » s’organise autour des valeurs d’embellissement et de décoration. Situation, densité, architecture, composition, le fleurissement est soigneusement prescrit, et doit se reproduire à l’identique d’un lieu à l’autre du territoire.

Le village fleuri idéal

42La deuxième partie du guide, répétée pendant les dix années de sa diffusion, s’intitule « Quelques cas concrets particulièrement importants ». Elle reprend, de manière plus détaillée, les points essentiels du Plan d’aménagement floral. On insiste tout d’abord sur « l’aménagement indispensable des entrées du village ». Le fleurissement quasi systématique du pied de panneau d’entrée dans les villes et villages fleuris provient sans doute de l’influence directe ou indirecte de ce texte. Ce premier seuil de la cité est fabriqué comme symbole de l’accueil : « Afin de donner aux visiteurs une impression agréable et accueillante, il est indispensable d’aménager les entrées de l’agglomération. Il est souhaitable de disposer des fleurs au pied du panneau de signalisation. »

43Les autres commentaires sur les entrées de village mettent en garde sur ce qu’il convient de ne pas faire. Il y a donc des limites à ne pas dépasser : « Mais il faut absolument éviter que ces fleurs se présentent comme une succession de massifs géométriques. » La décoration florale doit s’intégrer à la campagne environnante pour conserver « un aspect naturel et spontané ». En fait, le discours officiel proscrit les pratiques jugées de mauvais goût qui dérivent d’une artificialisation excessive de l’idée de décor. Dans les villages, la pratique populaire qui met en scène des personnages ou des éléments de décor miniature est à rejeter :

Pour les pentes et les talus, résister à la tentation d’installer sur ce talus gazonné une horloge florale ou un écusson ou des motifs géométriques ou d’inscrire avec des fleurs ou du buis le nom du village. Il est absolument déconseillé d’utiliser aux entrées de village – comme dans le village lui-même – des pneus ou des bidons pour y recevoir les fleurs et de recourir à des accessoires artificiels comme les faux puits, les moulins ou les phares miniatures, les personnages et les animaux de faïence ou de poterie, et même les brouettes fleuries.

44Quant au fleurissement des rues, les prescriptions sont claires qui recommandent « les fleurs comme élément essentiel de la décoration », « dans de grandes jardinières sur les trottoirs », avec « des plantations en bordure des habitations ».

Les fleurs doivent, dans toute la mesure du possible, constituer une chaîne continue d’un bout à l’autre du village. C’est ce genre de fleurissement, tout à fait particulier aux villages français, qui constitue la décoration la plus spectaculaire et la plus appréciée des touristes, notamment des touristes étrangers.

45Difficile d’estimer à quel point les prescriptions s’inspirent d’une réalité ou simplement tendent à la fabriquer. Mais la tonalité touristique infléchit les discours du guide, comme elle marquait les volontés dans les premiers concours du TCF. Puis, on conseille le fleurissement de « quelques monuments et bâtiments publics ». « Certains bâtiments doivent être fleuris, la mairie, l’école, la poste. Il convient au minimum, de mettre des jardinières aux fenêtres et aux balcons » comme pour marquer les seuils. Appartenance institutionnelle du fleurissement, inscription des villages et villes dans l’espace national, la mairie, la poste, l’école sont au cœur de la cité. Par contre, les églises ne sont pas retenues comme lieux à fleurir. L’attention au tourisme se signale à nouveau avec la nécessité de « décorer les fontaines, les lavoirs, les abreuvoirs, les vieux puits », pour souligner, comme au jardin fleuri, leur statut d’antiquités. Quant aux maisons privées, elles sont d’emblée associées : « Les maisons doivent participer au fleurissement de la ville ou du village. » Mais leur traitement doit obéir à quelques directives, qui ne sont pas sans discréditer certaines pratiques des habitants :

Il est déconseillé d’accrocher aux murs des pots (et plus encore des sabots). […] Les jardinières en terre cuite ne sont pas conseillées […] Les deux meilleurs matériaux pour les jardinières sont le fibrociment et le bois. […] Les récipients utilisés, pot, jardinière ou jarre, doivent être le moins visibles possible. Il faut donc absolument éviter de les peindre avec les couleurs criardes comme le rouge, le jaune ou le violet. […] Les jardinières doivent avoir 20 cm au moins de large et 18 à 20 cm de profondeur.

46Le ton catégorique, le degré de précision des différentes recommandations ne sont sans doute pas sans effets sur les pratiques visées.

Ne pas oublier qu’une rue doit être fleurie avec une certaine unité et que les fleurs des fenêtres, balcons et terrasses doivent s’harmoniser avec celles plantées dans la rue. […] Parmi les fleurs d’été, retenons pour une exposition ensoleillée :
– celles à port retombant ou étalé : géranium-lierre (Roi des balcons), pétunia à balcon, pourpier, dimorphoteca, linaire, capucine, œillet retombant du Tyrol.
– celles à port dressé : agératum, eschscholtzia, lobelia, œillet d’Inde, pétunia, Viola cornuta, bégonia semperflorens, Lantana, pâquerette bleue, rose d’Inde, verveine, pélargonium.

47En préconisant pour les espaces privés les mêmes espèces que celles qui agrémentent les espaces publics, on dote les fleurs d’un pouvoir d’intégration. Les recommandations sont d’autant plus vives qu’elles s’adressent aux petites communes et à leurs habitants. Le même traitement, expression du « bon goût », doit s’appliquer à toutes les échelles, y compris les plus petites.

Impliquer les habitants : l’« indispensable propagande »

48Devoir de propreté et de fleurissement des maisons, les habitants sont conviés à la fabrication de l’« œuvre d’intérêt national » : « La population tout entière devant participer à l’exécution du plan de fleurissement, il est indispensable de la convaincre, de l’inciter et de l’aider à fleurir. »

49Dans le paragraphe intitulé « Conseils aux maires pour fleurir leur commune », le fleurissement relève du devoir civique et doit outrepasser le clivage entre espaces privé et public :

Dans les communes rurales, et même dans les petites villes, la participation des habitants devra être beaucoup plus importante et directe. Ce seront alors les habitants qui nettoieront, fleuriront et planteront le domaine public en même temps qu’ils fleuriront leurs maisons.

50La nécessité d’une « propagande en faveur du fleurissement » s’impose, pour le convoquer mais aussi pour en fournir les règles. Sans laisser jouer les critères et les envies de chacun réservés aux seuls « amis des fleurs et gens de goût ». Puis il y a la priorité d’une décoration homogène du village, de son ordre. Les fleurs doivent présenter l’image d’une collectivité également homogène, unie dans le partage de mêmes valeurs.

La solution de facilité consiste à laisser les habitants fleurir à leur gré leur maison et ses abords. Mais, sauf de rares exceptions, cette solution n’aboutit à aucun ensemble valable. D’abord parce que les habitants sont encore peu habitués à l’idée de fleurir surtout la voie publique, qu’ils ont besoin d’être entraînés par un mouvement général, de sentir qu’ils ont un rôle à jouer dans le fleurissement de la commune. Et aussi parce qu’il est nécessaire que ce fleurissement communal soit « orchestré ». […] Il est conseillé au maire de constituer un comité de fleurissement […] amis des fleurs et gens de goût ayant à cœur la beauté de leur commune. Il est souhaitable que le maire soit lui-même l’animateur de ce comité.

51Le maire est particulièrement mis à contribution. Relais des pouvoirs publics, il lui revient de persuader et convaincre ses administrés, c’est par lui que chacun doit faire acte de citoyenneté pour faire régner l’ordre et la beauté « dans la petite patrie ».

Il est nécessaire, en plus d’une action intensive de propagande et de persuasion, d’organiser un concours des maisons fleuries. Il sera sage de faire appel à des personnes extérieures à la commune et compétentes en matière de fleurissement. Il paraît souhaitable que les prix soient en nature. La remise des prix devra être présidée par le maire.
Pour mener à bien le fleurissement de sa commune, le maire doit surtout avoir la foi et la volonté, c’est-à-dire croire au pouvoir des fleurs pour transformer sa ville ou son village et être décidé à tout mettre en œuvre pour réussir le fleurissement. […] Il doit convaincre ses concitoyens qui souvent n’avaient pas l’idée ou le goût de cultiver. […] Si chacun a le désir passionné d’embellir sa petite patrie, si tous, sous la conduite éclairée de leur maire, se mettent à l’œuvre avec foi et enthousiasme, la réussite ne peut manquer de couronner leurs efforts.

52Élus, habitants, tous sont mis à contribution pour la réalisation d’une œuvre d’intérêt national : pourquoi une propagande aussi vive, pourquoi ce type de fleurissement, avec sa précision, ses limites parfaites, son ton parfois péremptoire ?

Les vertus du fleurissement : « une croisade pour la beauté »

53Triomphe d’une idéologie hygiéniste et décorative, discrédit sur certaines pratiques vernaculaires, la « croisade pour la beauté » doit aussi assurer le bonheur de tous, et notamment celui des touristes.

« Notre plaisir de recevoir nos hôtes, disons-le avec des fleurs »

54La référence aux touristes, destinataires affichés du fleurissement, résulte d’une histoire ancienne, avec l’action du Touring Club de France, et récente, avec le rattachement institutionnel du fleurissement au secrétariat d’État chargé du Tourisme.

Avec les fleurs, notre France encore plus belle, plus chaleureuse, plus accueillante… La France, notre France, est le pays de la douceur de vivre et de l’hospitalité. On y vient du monde entier respirer, contempler ses paysages aussi variés et somptueux, admirer les monuments témoins de son génie créateur, savourer sa célèbre gastronomie. On en repart en se faisant la promesse d’y revenir le plus rapidement possible. Les fleurs s’y épanouissent, sous son climat léger et doux, en un foisonnement naturel qui ne peut manquer de faire penser qu’elles aussi elles y ressentent le bonheur de vivre. Elles nous offrent en échange leurs senteurs délicates ou voluptueuses et la palette infinie de leurs couleurs chatoyantes.
Les fleurs sont joie et beauté, sourire et parure, lyrisme et tendresse. Le mot Fleur est l’un des plus doux de la langue française, l’un des préférés des poètes. Le langage des fleurs est universel. Notre plaisir de recevoir nos hôtes, disons-le avec des fleurs (Guide du savoir-fleurir, 1987).

55Où se situe ce « pays de la douceur de vivre et de l’hospitalité » ? Pays de rêves ou ode à la nation ? Dans tous les cas, le thème des fleurs fait déferler les références merveilleuses, chimériques, édéniques. Fait relativement rare dans la littérature administrative, il donne lieu également à un certain lyrisme. Quant aux sentiments prêtés aux touristes, ils sont à la hauteur des éloges conférés aux fleurs.

  • 13 Agence Repères, Étude d’impact du Concours des villes et villages fleuris.

56De manière assez inattendue, le fleurissement est réputé avoir un effet direct sur la fréquentation touristique. Il faudra attendre assez longtemps, 1994 notamment, après la publication d’une étude commandée par le CNFF et l’ONIFLHOR13, pour que cette affirmation se transforme en question. Les éléments objectifs prouvant la sensibilité des visiteurs aux villes et villages fleuris n’étant que difficilement établis, cette association s’explique sans doute par le rattachement institutionnel des concours.

Certaines communes se sont parées de tant de fleurs, ont aménagé des gazons et des espaces verts avec un tel bonheur qu’elles sont devenues de merveilleux jardins. Les touristes français et étrangers viennent en nombre croissant les admirer à la belle saison, leur apportant très souvent un complément de ressources appréciable (Guide de la France fleurie, 1980).

57Les fleurs ont été promues par une association touristique pour porter un message d’accueil aux visiteurs et d’hospitalité du pays. Aujourd’hui encore, justifiant du rattachement à l’institution de tutelle, le thème de l’accueil relie fleurissement et activité touristique.

  • 14 Depuis 1959, le gouvernement a songé à adjoindre à son slogan touristique « Accueillir, c’est sour (...)
  • 15 « Comment ne pas parler de l’extrême gentillesse et de la qualité de l’accueil qui donnent un char (...)

58« Accueillir, c’est sourire », « Sourire, c’est aussi fleurir »14. Apparu au début des années 1960, ce message qui emprunte au sourire est promis à succès : sourire du visage de la France, sourire adressé à l’autre, dans un idéal de convivialité et d’essor économique. Portant « la gentillesse, la générosité et la qualité de l’accueil15 », les fleurs sont dotées d’une grâce qui gagne ceux qui les cultivent comme ceux qui les regardent. Certes, dans les pratiques jardinières, les fleurs suscitent un lien très fort, à tel point qu’elles jouent presque comme un langage. Mais cette dimension se trouve exploitée en faveur du développement touristique. Si le TCF envisageait la fréquentation touristique comme un débouché pour les communes rurales, les promoteurs du fleurissement contemporain jouent l’argument du développement local.

Essentiel pour les habitants de la Commune, l’attrait des villes fleuries doit être perceptible des hôtes de passage, les touristes, vacanciers ou visiteurs, qui choisissent de revenir régulièrement et contribuent au développement de l’économie locale. À cet égard, le Fleurissement constitue la forme la plus simple, la plus généreuse et la plus immédiatement compréhensible de l’accueil (Fleurissons la France, 1988, fiche 1 « Cultiver la prospérité »).

  • 16 « Je souhaite que l’année 1987 soit placée sous le signe de l’accueil et que des actions concrètes (...)

59Lorsqu’en 1987, le secrétariat d’État chargé du Tourisme décide d’une politique de l’accueil, « élément essentiel pour développer les industries du Tourisme », le fleurissement est tout naturellement convoqué16.

60Le concours de 1987 fait l’objet d’une campagne « exceptionnelle par la mise en œuvre de moyens exceptionnels ». De façon à augmenter notablement le nombre de communes participant aux concours, la campagne « fleurs, prestige de l’accueil » se concrétise par l’envoi du « guide du savoir-fleurir » aux communes inscrites, mais également d’un message à l’ensemble des communes du pays, de 1 500 000 dépliants pour sensibiliser la population, de 20 000 brochures de conseils pour fleurir les maisons et les bords de routes.

61Dès 1988, tandis que les notions de cadre de vie, de « développement harmonieux du territoire » commencent à émailler les discours, la dimension touristique demeure prééminente. La campagne 1988 s’intitule « Fleurir, c’est accueillir », le fleurissement institutionnel est au service du développement du tourisme.

Je formule des vœux pour qu’en 1989, nombreuses soient les communes de France à participer à cet effort national, tout à fait essentiel pour donner à notre pays le cadre privilégié du développement de notre activité touristique (Olivier Stirn, ministre délégué chargé du Tourisme, président du CNFF, préface de la campagne 1989).
Nos villes et villages fleuris portent ainsi les flambeaux du rayonnement touristique français. […] En inscrivant votre commune au 33e Concours, vous harmonisez le développement touristique et la valorisation de l’environnement… et la France s’embellit (Jean-Michel Baylet, ministre délégué chargé du Tourisme, président du CNFF, préface de la campagne 1991, « J’inscris ma commune et la France s’embellit »).

L’ode à la nation

62La glorification de la beauté de la France sert un double discours, touristique et presque patriotique. « Notre France », décrite en termes élogieux dans le « guide du savoir-fleurir », devient « avec les fleurs, encore plus belle, plus chaleureuse, plus accueillante » : « Le fleurissement collectif poursuit partout le même but d’embellissement. C’est une question de volonté de la part du maire, l’image de marque de la commune est en jeu » (M. Vidal, Jardins de France, 1980, n° 1 : 10).

63Dans toutes les plaquettes ministérielles, on exhorte les maires à valoriser l’image de leur commune, à des fins certes touristiques mais également civiques. Élevés au rang de « chefs d’orchestre », de « maestro », ils doivent inciter leurs administrés à embellir « leur petite patrie ». En 1980, on demande aux écoles de faire « acte de conscience civique » en participant au projet de fleurissement municipal. La commune devient le modèle, à échelle réduite, de ce que doit être le pays en son entier.

  • 17 Dans le guide du fleurissement (supra), il est conseillé aux maires d’organiser le concours des ma (...)

64La cérémonie d’ouverture du vingtième anniversaire de la naissance officielle des concours illustre bien ces rapports d’échelles. Ces cérémonies étant toujours ritualisées17, celle de 1980 met en scène, sous la présidence de Jacques Médecin, secrétaire d’État au Tourisme jusqu’en 1978, les différentes régions de France sous les traits de jolies filles arborant le costume et la coiffe régionaux. En tête du cortège, vient « la payse de France » (sic) censée représenter la nation.

65Sur les affiches promotionnelles de la période 1980 à 1993, ce sont les emblèmes patriotes de la France, le coq et Marianne qui, dûment fleuris, occupent l’essentiel de l’espace. De 1980 à 1986, pour la campagne « Fleurissons la France » et son Guide de la France fleurie, le dessin de l’affiche montre la silhouette du coq avec sa queue panachée de fleurs aux teintes jaunes et bleues. La nouvelle affiche de 1987 et son Guide du savoir-fleurir montrent un panneau signalétique qui indique « La France fleurie », surmonté d’une silhouette de coq en forme de tulipe. Les deux emblèmes de la France et de la fleur fusionnent donc à l’occasion de cette campagne intitulée « Fleurs, premier geste de l’accueil ». En 1988 et 1989, dans une ambiance de célébration du bicentenaire de la Révolution, une nouvelle affiche représente l’Hexagone ceint de l’écharpe tricolore, entièrement couvert d’une avalanche de fleurs et d’arbustes. Patriotique et fleurie, presque idyllique, elle reprend le slogan « Fleurissons la France ». Dans la préface « aux Fleurs, citoyens… », Jean-Pierre Harris, inspecteur général du Tourisme, président délégué du CNFF de 1985 à 1993, rappelle : « Le Fleurissement est une cause nationale, d’autant plus forte qu’elle se situe la veille de notre mariage avec l’Europe. » De 1990 à 1993, les nouvelles campagnes marquent les différentes échelles territoriales : « J’inscris ma commune et la France s’embellit », « Je fleuris ma maison et la France s’embellit », sur fond de pivoines roses épanouies, visage souriant de Marianne, orné d’un collier de fleurs, et motif de clochers pointus. « La qualité et l’étendue du fleurissement, c’est d’abord la joie de chacun d’entre nous, c’est aussi le renforcement de l’image de marque de nos villes et villages, pour tout dire une part du prestige de la France » (M. Vidal, Jardins de France, 1980, n° 1 : 10).

66Rapports d’échelles qui vont de l’individu au village, de la ville à la nation, juxtaposition des registres touristiques et patriotiques, les fleurs disent l’honneur de la cité, celui des élus, celui des citoyens. Ce projet commun « qui anime les citoyens qui désirent se faire honneur » et « les décideurs bien convaincus de sa valeur, de sa noblesse et de sa force » porte une idéologie de la communauté. « Le fleurissement dépasse le stade de l’autosatisfaction pour devenir un instrument, combien agréable et efficace de rapprochement entre les citoyens d’une même cité, de communication et d’accueil vis-à-vis des étrangers, en particulier des touristes » (ibid. : 10-11).

67Cette communauté engage élus et administrés, mais aussi visiteurs. Les fleurs, ces végétaux qui ne font que déployer leurs corolles, sont commises pour médiatiser un idéal communautariste, voire l’idée d’un monde meilleur.

68« Demain, nous serons 10 000 communes pour fleurir la France et assurer de manière triomphale la grande promotion du fleurissement. » Cette conclusion de l’article de l’adjoint au maire de Châteauroux a des accents prosélytes et prône l’expansion. Des idées déjà contenues dans les intitulés ou articles comme « Un mot d’ordre : fleurir la France », « Une action d’intérêt national : fleurir la France » (voir supra) ou cette phrase de Jean-Pierre Harris (président délégué du CNFF, 1985) : « Nous ne pouvons que souhaiter que chacun de ceux que nous honorons aujourd’hui se fassent les missionnaires de la noble cause du fleurissement. » Acharnement soutenu, mission sans religion, un même son s’égrène avec « la croisade pour la beauté » du « Guide de la France fleurie ».

Une utopie, ou le bonheur de vivre

69Profusion de discours esthétiques, codage politique, les fleurs suscitent également des développements poétiques et philosophiques. Relativement anecdotique par rapport aux autres domaines de la vie publique, politique et économique, le fleurissement permettrait des investissements en tous genres.

70Bonheur de fleurir, environnement heureux, droit au bonheur, bonheur de vivre, bonheur tranquille, bonheur de la cité, le terme parcourt les textes des deux auteurs les plus lyriques du corpus. Mais, de manière allusive, chacune des plaquettes annuelles y fait également référence. Les extraits présentés ici sont exaltés, mais n’en reflètent que mieux l’utopie fleuriste. « Fleurir, c’est mettre en forme les qualités les plus précieuses et les plus heureuses de la vie » (Jean-Pierre Harris, Fleurissons la France, CNFF, 1985, préface).

71La forme poétique est d’abord privilégiée pour rendre hommage aux jardiniers, véritables chantres du fleurissement. Dans les préfaces des plaquettes de 1985, 1987, 1988, sous la plume du président délégué, Jean-Pierre Harris, « les chercheurs de beauté » cultivent la poésie, l’innocence, la sensibilité de l’âme comme leur génie propre pour assurer bonheur et identité à tous, habitants et visiteurs :

Le maître en art floral a les audaces et les pudeurs du poète qui sonde l’âme des choses (1985).
Tout compositeur d’espaces floraux garde l’âme du poète et cultive l’innocence de l’enfance (1987).
Chacun y apporte son génie propre et cet état d’âme sans lequel les fleurs n’ont pas tout leur parfum, toute leur beauté, toute leur gloire ! Le fleurissement met en relief le génie propre des compositeurs floraux, inventeurs d’espaces de bonheur pour tous. […] Tous ces patients chercheurs de beauté nous donnent une leçon de poésie. Ils nous offrent ces espaces […] sans lesquels nous ne serions pas vraiment ce que nous sommes (1988).

72Parmi « les qualités les plus précieuses de la vie », le « bonheur de fleurir » est essentiel pour l’équilibre et l’harmonie de ceux qui s’y adonnent.

C’est avec enthousiasme que toutes les municipalités, tous les particuliers retrouveront le bonheur de fleurir, de composer ces espaces floraux qui colorent et harmonisent notre vie (ibid.).

73En 1984, on mentionnait : « Les petites communes ne savent comment procéder, ce guide est fait pour leur venir en aide » ; en 1986, « il est des fautes à ne pas commettre ». Mais, en dépit de son lot de prescriptions pour la mise en ordre de l’espace public et privé, le fleurissement est réputé atténuer les épreuves du quotidien. Baume de la vie qui en adoucit les revers, assurant le « droit au bonheur » et « des espaces de bonheur pour tous », il pose l’élévation de l’âme et de l’espoir d’un monde meilleur.

J’ajouterai que le fleurissement ne concerne pas les seules fleurs, mais aussi et peut-être surtout la recherche et la mise en valeur d’un environnement heureux, où s’affirment des compositions harmonieuses, des espaces protégés, des plages de liberté, même là où parfois l’urbanisation leur tourne le dos (J.-P. Harris, 1 985).
Pour que notre pays se donne à lui-même et offre à tous ses visiteurs un visage heureux (J.-P. Harris, 1987).
Le fleurissement, « c’est une affaire de bon goût et d’émulation qui apporte beaucoup sur le plan humain et qui mériterait une plus grande audience de la part des pouvoirs publics, […] pour rendre la vie plus agréable, adoucir les épreuves. [Il représente] une autre manière de vivre, plus humaine, plus joyeuse, plus détendue. [Aussi], les maires doivent encourager les efforts […] pour le plus grand bonheur de la cité (M. Vidal, Jardins de France, 1980, n° 1 : 10).

74Pour ces auteurs, faire pousser la rose ou le lilas, c’est d’abord écouter la nature. Nature qui porte un idéal de paix et de bonheur, leçon de vie opposée aux vicissitudes de l’aventure humaine. Même si cette nature hautement domestiquée en dit au moins autant du jardinier que d’elle-même.

Le fleurissement, c’est « enfin, l’occasion de cultiver ces grands rythmes de la nature jusqu’à la floraison, dans un monde où dominent l’abstraction fonctionnelle, la consommation mécanique, l’indifférence mercenaire (J.-P. Harris, 1988).

75Violence, intérêt économique, dysharmonie ou indifférence des relations humaines, le fleurissement apparaît a contrario comme une « grande leçon de paix ». Avant même l’injonction « Aux fleurs, citoyens ! » de 1989, cet angélisme prend des accents messianiques :

N’est-ce pas une leçon de paix, de bonheur tranquille que nous donnent les fleurs toujours renaissantes, au-delà des vaines querelles, des frontières incertaines et même des discours d’usage (J.-P. Harris, 1 985).
Fleurir oblige qui s’y consacre à faire œuvre de paix. Dans un monde fasciné par la violence, il n’est qu’à regarder la télévision pour s’en persuader, il importe de réveiller l’angélisme par l’heureuse concordance des harmonies florales » (J.-P. Harris, 1987).

76Idéal de nature, espoir d’une « société meilleure et plus fraternelle », l’utopie est de considérer que la vue de simples massifs, si « savamment composés et heureusement accomplis » qu’ils soient, puisse engendrer la communion des âmes, ou même la communication des êtres entre eux. Mais seraient-ils ensemble à les contempler tandis que le fleurissement n’est le plus souvent qu’un simple décor ?

Car, il ne faut pas s’y tromper, le fleurissement engendre un nouveau mode de vie en communauté, aussi bien par l’échange des secrets de la maturation que par cette alchimie, toujours renouvelée, des couleurs et des odeurs (J.-P. Harris, 1988).
Dans ce monde adonné aux apparences, l’important est que les âmes se rejoignent dans des communions simples et vraies, telles que la contemplation de ces massifs savamment composés et heureusement accomplis. Châteauroux [trophée de l’Entente florale en 1986] nous livre sa grande leçon de paix (J.-P. Harris, 1987).

77« Reflet de l’épanouissement véritable de l’homme », incitation à la paix, invitation à « une autre manière de vivre » comme à une « société meilleure et plus fraternelle », voilà qui met en perspective les normes du « savoir-fleurir ». Le discours d’accompagnement plus que la pratique semble formaliser l’utopie fleuriste. Construit comme point d’orgue des acquis positifs de l’histoire humaine, l’acte de fleurir y est témoin de l’humanisme, de la justice et de l’équité, ainsi que de toutes les « grandes conquêtes sociales, scientifiques et économiques ». Le contraste avec le discours officiel normatif et impérieux est saisissant.

Le fleurissement est le reflet de l’épanouissement véritable de l’homme et n’a pu se concevoir et se développer qu’au prix des luttes qu’il a menées de front pour faire triompher la justice sur la force, pour recouvrer sa véritable autonomie et son droit au bonheur. […] Il doit rester la plus belle expression et le vivant symbole des grandes conquêtes sociales, scientifiques et économiques, et la volonté toute pacifique et délicate d’une société meilleure et plus fraternelle (M. Vidal, Jardins de France, 1980, n° 1 : 59, italique dans le texte original).

Notes

1 Le terme fait l’objet du titre d’un article du Lien horticole (15/4/1968 : 4). L’inventaire des plantations, et notamment des « plantes à corbeilles », établi dans les villages par H. Fuchs, ingénieur horticole aux établissements Truffaut, valide l’existence de ces pratiques (H. Fuchs, « Le visage de la France », Jardins de France, 1963, n° 3 : 85-88 et n° 4 : 125-131). Par ailleurs, pour Michel Conan et Juliette Favaron (1997 : 52), « le fleurissement faisait enfin son entrée dans l’administration publique après qu’il eut provoqué un changement général des attitudes de la population vis-à-vis de l’environnement ».

2 « La campagne nationale pour le fleurissement est ouverte » (Lien horticole, 15/5/1964 : 5).

3 Il s’agit des chiffres donnés par La Revue du Touring Club de France (janv. 1960, « Fleurir la France », n° 702 : 18). Dans un article du commissariat général au Tourisme (1964), on fait état de 900 communes inscrites pour ce premier concours.

4 En 1982, 5 755 communes ont participé, 209 proposées par les régions pour participer à l’échelon national ; le jury a parcouru environ 20 000 km, 107 communes ont été retenues, soit 21 de plus qu’en 1981. La répartition des communes inscrites par département donne la liste suivante : Ain 71 %, Seine-Saint-Denis 60 %, Loiret 58 %, Hauts-de-Seine 55 %, Landes 46 %, Territoire de Belfort 42 %, Rhône 40 %.

5 Cette structuration département/région/nation se retrouve dans d’autres organisations : concours d’animaux de race, compétitions d’attelage, etc. (Lizet 1989).

6 D’après l’article de G. Glenet, président de la Commission des sociétés affiliées à la SNHF (Lien horticole, 1/4/1964 : 3) qui s’intitule « Une action d’intérêt national : fleurir la France ». Ce même titre est utilisé en 1991 et 1993 sous la plume du ministre du Tourisme.

7 Article 4 : ce concours comporte six catégories : – 1re catégorie : communes dont la population est inférieure à 300 habitants. – 2e catégorie : entre 301 et 1 000 habitants. – 3e catégorie : entre 1 001 et 5 000 habitants. – 4e catégorie : entre 5 001 et 15 000 habitants. – 5e catégorie : entre 15 001 et 40 000 habitants. – 6e catégorie : entre 40 001 et 80 000 habitants. En 1988, les deux dernières catégories sont à nouveau partagées

8 La version initiale, celle de 1980, donne la phrase suivante : « Des milliers de communes ont peu à peu abandonné leur aspect triste et négligé, pour devenir, par la grâce des fleurs, des communes propres et coquettes où il fait bon vivre. » En 1987, on a donc abandonné les termes de « triste » et de « propre » et édulcoré quelque peu le propos.

9 Soit les « fleurs-fleurs » du jardin fleuri. Les « plantes molles » sont une catégorie du jargon des horticulteurs (voir supra). Elles désignent les plantes qui sont reproduites par bouturage ou par éclat : géraniums, bégonias, Coleus, etc.

10 À l’emploi de ces « plantes essentielles », l’auteur ajoute, entre autres, calcéolaires et agératums, sauges et cinéraires, héliotropes, bégonias et dahlias, œillets d’Inde et roses d’Inde, soucis, cosmos et, parmi les arbustes, forsythia et cognassier, lilas et seringat, buddleia et hortensia.

11 Voir D. Lejeune (Service Espaces verts de Bourges), « À propos des jardinières dans le fleurissement urbain », Jardins de France, 1991, n° 3 : 36-37. B. Javault (chargé de mission SNHF), « Fleurir la France, lettre aux élus », Jardins de France, 1991, n° 1 : 11 : « Au printemps, on utilisera les tons pastel, en été, les plantes annuelles de couleurs vives, à l’automne, les couleurs sobres. »

12 « Notre rêve n’est-il pas, non de nous soustraire définitivement aux aléas climatiques, mais seulement de les contourner ? Non de supprimer les saisons mais de les commander ? » (Soudière 1999 : 320). Ce que l’auteur explique par « le besoin grandissant que nous avons de nous sécuriser dans tous les domaines de notre vie ».

13 Agence Repères, Étude d’impact du Concours des villes et villages fleuris.

14 Depuis 1959, le gouvernement a songé à adjoindre à son slogan touristique « Accueillir, c’est sourire » celui de « Sourire, c’est fleurir » (Glenet, Lien horticole, 1/4/1964). Voir encore Jardins de France, 1980, n° 1 : 10-11 : « Un mot d’ordre : fleurir la France ».

15 « Comment ne pas parler de l’extrême gentillesse et de la qualité de l’accueil qui donnent un charme supplémentaire, et non des moindres, aux villes et villages fleuris ? Du maire au jardinier, de l’institutrice à la commerçante, de l’expert horticole aux simples particuliers surpris dans l’encadrement de leurs fenêtres débordantes de corolles aux vives couleurs, le sourire, la fierté, l’amour de sa petite patrie et de sa maison sont de règle et ont vite fait de conquérir l’étranger de passage. Est-il beaucoup de mobilisations semblables au service de l’intérêt général ? » (Guide de la France fleurie, 1980 : 5).

16 « Je souhaite que l’année 1987 soit placée sous le signe de l’accueil et que des actions concrètes telles que la France fleurie marquent cette volonté. La France doit devenir le jardin fleuri de l’Europe. » Jean-Jacques Descamps, secrétaire d’État chargé du Tourisme, président du CNFF (« 1987, l’année de l’accueil et du fleurissement de la France »).

17 Dans le guide du fleurissement (supra), il est conseillé aux maires d’organiser le concours des maisons fleuries à l’échelle de leur commune, puis d’organiser la remise des prix avec « une certaine solennité ». « La remise des prix devra être présidée par le maire et s’effectuer avec une certaine solennité et une certaine publicité, tout en gardant le caractère d’une réunion familiale. »

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search