Desktop versionMobile Version

En son jardin

 | 
Martine Bergues

IV. Jalons pour une histoire du fleurissement

21. L’essor de l’horticulture

Volltext

1Il semble nécessaire de poser quelques jalons à propos de l’essor de l’horticulture, d’autant que son histoire, dans toute la finesse et la complexité de ses développements, reste à faire. Ce secteur relativement récent, au fort impact sur la nature du fleurissement, représente une série d’activités importantes dès la fin du xixe siècle.

Une horticulture élitaire

  • 1 Puteaux, Fontenay-aux-Roses, Montreuil sont spécialisées dans la culture des roses au xviiie siècl (...)

2Le métier d’horticulteur fait son apparition au xviiie siècle. L’introduction de plantes exotiques en provenance des colonies et du nouveau monde exerce très certainement une influence sur son développement. Dans les ports de la Loire, à partir de 1750, les jardiniers botanistes établissent les premiers ateliers horticoles, y multipliant les plantes à des fins commerciales. À la fin du xviiie siècle, une partie de la production provient également de grandes exploitations situées aux alentours de Paris1 et de quelques autres villes, où sont créées de nouvelles espèces, acclimatées les plantes exotiques, proposés des catalogues. Ces maisons réputées écoulent également une partie de la production des petits exploitants agricoles. Ces derniers assument d’ailleurs la part la plus importante de la production. Ils n’opteront pour la culture spécialisée qu’au cours du xixe siècle, dans le cadre d’établissements à l’origine de véritables lignées d’horticulteurs.

3Le développement de l’horticulture au xixe siècle bénéficie surtout de la création d’entreprises par les anciens jardiniers des maisons bourgeoises et nobles, lesquelles en financent parfois l’installation (Phlipponeau 1956 : 82). Dans ces établissements, sont formés des jardiniers qui s’installent à leur tour, premiers d’une lignée d’horticulteurs prospères. Ce mouvement s’accompagne d’une délocalisation des entreprises, du centre de Paris vers la banlieue proche (notamment à l’ouest et au sud de la capitale), ou d’Orléans, Nice, Nantes ou Angers vers leurs périphéries.

  • 2 Une grande lignée d’horticulteurs, dont certains membres furent très impliqués dans la vie hortico (...)

4Avant que ne se développe la profession de fleuriste à partir des années 1910, les plantes sont commercialisées en plants et fleurs coupées par les professionnels, ou vendus sur les marchés aux fleurs par les « marchands des quatre-saisons », la production de jeunes plants (arbres fruitiers et ornement) étant essentiellement destinée à l’exportation. La commercialisation des plantes à fleurs se fait par l’intermédiaire des marchands-grainiers, tel Vilmorin2, qui établissent des contrats de production auprès des agriculteurs, maraîchers et horticulteurs.

  • 3 « En passant du pavé au stand du marché, puis de la rue à la boutique, bref de l’extérieur vers l’ (...)

5À la fin du xixe siècle, depuis la « bouquetière », figure emblématique de la littérature romanesque, jusqu’aux premières boutiques de fleuristes3, le marché des fleurs évolue considérablement. Le développement des transports, ferroviaires notamment, semble déterminant dans l’expansion d’un marché floral qui inscrit les productions (Côte d’Azur, région parisienne, bords de la Loire, pays du Nord, Belgique et surtout Hollande) dans le marché international (Goody 1994 : 260-265). Enfin, le développement des serres permet une production hors saison qui renforce le marché hollandais, célèbre pour ses bulbes depuis la « tulipomanie » du xviie siècle.

Le rôle des sociétés horticoles

6La plupart des sociétés savantes d’horticulture naissent au milieu du xixe siècle, sur l’initiative d’une noblesse et d’une bourgeoisie passionnées par la mode des serres, des parcs à l’anglaise et de la botanique.

  • 4 Procès-verbal de l’assemblée générale du 29-8- 1828, Annales de la Société d’horticulture : 202-21 (...)

7La Société royale d’horticulture de France est fondée par Louis Héricart de Thury, alors président de la Société royale d’agriculture, en 1827, dans le but d’échanger expériences et savoir-faire, « d’acclimater des espèces sauvages ou étrangères ». Présidant la cérémonie d’investiture de la société, « Son Excellence, Monseigneur le Ministre de l’Intérieur »4 assure de « l’appui du gouvernement à tout ce qui est utile et bon » et souligne la place louable de la culture légumière et fruitière, mais aussi des fleurs, « décoration brillante et parfumée dont nos yeux sont éblouis ». « Pour que rien ne manquât à l’éclat de cette solennité horticulturale », la salle où se déroulait cette cérémonie, transformée en « temple de Flore et de Pomone », était ornée des plantes « les plus dignes d’attirer l’attention par leur rareté et leurs formes élégantes », et de draperies célébrant les noms des botanistes illustres, de Pline à André Thouin. Reconnue d’utilité publique en 1855, la Société royale d’horticulture bénéficie d’un décret impérial de 1858 pour l’achat d’un hôtel particulier, qui, reconstruit depuis, est toujours le siège de l’actuelle société. En 1885, elle prend son nom définitif de Société nationale d’horticulture de France.

La mission de la nouvelle société d’horticulture fut de démontrer que les jardins réclamaient une science particulière, étonnante, passionnante, mais aussi qu’il existait un art subtil, élégant, des jardins dont les multiples visages créaient l’enchantement (Michel Cointat, Jardins de France, 2000 : 3).

8Dès son origine, elle se présente comme un organisme élitaire, réunissant châtelains et promoteurs d’un savoir botaniste savant. Pourtant la société se veut aussi démocratique et se déclare vouée à la diffusion du progrès. Dès sa création, on veut y « agréger les hommes les plus recommandables et placés dans toutes les conditions de la vie sociale » :

  • 5 C. Bailly de Merlieux, introduction au tome second des Annales de la Société d’horticulture de Par (...)

Association nombreuse d’hommes éclairés, répandus sur toutes les portions du royaume, et mus par le seul désir de contribuer aux progrès de l’art qu’ils cultivent par état ou par goût […], la Société ne laisse plus de bornes au progrès qu’en doit attendre la Science horticulturale5.

9La formidable explosion du secteur horticole apparaît stimulée par quelques personnalités particulièrement actives au sein de la SNHF, qu’elles soient à la tête de grandes entreprises (Vilmorin, Truffaut par exemple) ou de courants paysagistes majeurs en cette fin de siècle (Barillet-Deschamps, Édouard André, les frères Bühler). Rappelons que le développement du fleurissement des parcs urbains, tout comme l’invention des corbeilles, massifs de couleurs vives, ou mosaïques fleuries doit beaucoup à l’influence de ces célèbres paysagistes de la fin du xixe siècle. Le mouvement en faveur du fleurissement des jardins publics est parfaitement connexe de l’essor de l’horticulture.

  • 6 Dès les années 1830, l’élite à l’origine de la création de la Société d’horticulture de Paris char (...)
  • 7 G.-T. Grignan, « L’exposition de la Société nationale d’horticulture », Revue horticole, 1906 : 25 (...)

10Les expositions florales annuelles de la SNHF s’apparentent à des opérations de prestige auxquelles sont conviées les grandes familles d’horticulteurs et non les « cultivateurs qui auraient bien mérité de l’Horticulture »6. À la fin du xixe siècle, brillant d’un « éclat exceptionnel » et de « splendeur », ces expositions illustrent le savoir-faire horticole et accordent « la place d’honneur aux nouveautés »7. La fleur devient objet de représentation et sert l’image d’une société du luxe, ce à quoi contribuent également grands magasins et expositions universelles de la fin du siècle.

La consommation de masse des produits de luxe est un projet économique et culturel du Second Empire, pour le bénéfice des nouveaux maîtres de la propriété et pour le prestige de Paris, capitale « de la mode et du luxe », comme Londres était la capitale de la finance et des affaires. Avec Haussmann et la percée des grands boulevards, les grands magasins abandonnent aux boutiques les rues écartées et conquièrent une place dominante, à la tête de Paris et à la face du monde (Goody 1994 : 258).
C’est pendant l’exposition de 1867 que la fantasmagorie de la civilisation capitaliste atteint à son développement le plus rayonnant. L’Empire est au sommet de sa puissance. Paris s’affirme comme la capitale du luxe et des modes (Walter Benjamin, « Paris, capitale du xixe siècle », Essais 2, 1935- 1940 : 45, cité par Lizet 1989 : 254).

  • 8 E. André, « Le nouveau Fleuriste de la ville de Paris », Revue horticole, 1899 : 577.

11L’Exposition universelle de 1878 requiert, « pour les besoins de la décoration de Paris », l’installation de serres provisoires. Puis, en 1880, sous la direction d’Édouard André, seront créés de nouveaux équipements en même temps qu’une école d’horticulture8.

12Lié à cet essor de l’horticulture et des sociétés savantes, le goût pour les fleurs se développe dans la société civile de la fin du xixe siècle. Ainsi, par exemple, les premiers concours de chars fleuris se déroulent à Nice en 1874 sur le modèle italien (Conan & Favaron 1997 : 52). Ces fêtes, occasions de vastes batailles de fleurs, se déroulent parfois six fois par an et réunissent jusqu’à sept cents voitures décorées de fleurs fraîches. Les stations thermales adoptent cette manifestation, avant Paris en 1903. Mais « la passion des fleurs se répand dans toutes les couches de la population parisienne » (ibid.). En témoigne le concours des fenêtres et des balcons fleuris organisé avant le tournant du siècle, et décrit comme étalage de « consommation ostentatoire » de la part des riches qui font fleurir leurs fenêtres par des spécialistes, et comme entreprise plus modeste orchestrée à la façon d’une œuvre charitable, où le fleurissement fait fonction de « vecteur de discipline hygiénique à l’intention des classes pauvres » (ibid.).

13Enfin, la Société nationale d’horticulture de France a, dès 1850, un rôle fondamental dans la création des premières écoles d’horticulture et de nombreuses sociétés savantes de province. Élaborées sur le modèle parisien dès le milieu du xixe siècle, différentes sociétés d’horticulture provinciales réunissent des notables passionnés par la collection de plantes et par l’art des jardins. Par le biais d’expositions, de conférences et de cycles de formation, elles jouent un rôle majeur dans la diffusion du savoir botanique et horticole (voir l’exemple de la Société horticole de l’Hérault, décrite par Françoise Dubost (1994 : 156)).

  • 9 Le « Comité horticole d’Angers » est créé au sein de la Société d’agriculture en 1838 ; il compren (...)

14Ainsi, la Société d’horticulture d’Angers et du département de Maine-et-Loire. Elle exerce d’abord ses compétences en direction de l’arboriculture avant de s’orienter davantage, dès les années 1920, vers la floriculture9. Aujourd’hui, la production de végétaux fleuris (fleurs coupées, plantes en pots, plants en mottes) reste une des spécialités de la région.

15Les activités de cette société mettent en évidence l’importance des aspects rationnels, scientifiques et progressistes défendus par la structure. L’accent est mis sur la vulgarisation des traitements chimiques et phytosanitaires, des outils (pulvérisateur, tourniquet…), tandis que les savoir-faire non spécifiquement horticoles se trouvent délégitimés. La double revendication de la science et du progrès représente l’idéologie marquante de cette entreprise (Portron 2000 : 26-27) :

On voit des volets très divers de l’activité de la Société qui informe, fait faire des essais, encourage des techniques, etc.
1865 : On essaie le soufrage contre l’oïdium de la vigne.
1870 : On dénonce les préjugés populaires, les vieilles croyances, la prétendue influence de la lune sur la croissance des plantes.
1872 : On essaie de vulgariser l’action bienfaisante des engrais chimiques.
1879 : La Société est dans une phase particulièrement florissante. Elle s’illustre par ses relations avec les autres sociétés, par ses expositions et par son enseignement.
1890 : On recommande des traitements contre le phylloxera.
1911 : Il est créé un Service d’inspection des maladies.
1921 : On utilise les premiers tourniquets d’arrosage.
1922 : Le concours des meilleurs jardins ouvriers est institué, ils seront bientôt organisés par la Société.
1929 : On essaie le pulvérisateur à dos.
1945 : On critique la manie des collections de variétés.

La sélection des plantes « décoratives »

16C’est dans le cercle des horticulteurs les plus influents, aussi bien par la taille de leur entreprise que par leur notoriété, que s’élabore la grande majorité des nouveautés. Une fois retenues, celles-ci seront substituées aux anciennes variétés et dupliquées dans différents établissements horticoles. Les établissements Vilmorin par exemple, dont une succursale est installée à la fin du xixe siècle dans la région d’Angers, placent des contrats de production auprès des agriculteurs, maraîchers et horticulteurs. Représentant l’une des plus puissantes lignées horticoles, les Vilmorin rédigent et éditent un catalogue apparenté à un véritable dictionnaire des végétaux d’ornement, qui comprend un article d’Édouard André sur le bon usage des plantes de mosaïculture et souligne l’importance des travaux de sélection.

Si quelques-unes sont destinées à céder, dans un temps plus ou moins proche, le rang qu’elles occupent à des plantes plus nouvelles, ce devra être, somme toute, au profit de l’horticulture, et parce que des espèces encore plus méritantes, des variétés encore plus belles et de culture plus facile auront été obtenues par le talent de l’horticulteur ou introduites de leur lointaine patrie. […]
Nombreuses sont les descriptions d’espèces nouvelles. Pour la première fois, nous admettons toute une série de plantes très belles, très utiles à la décoration des jardins, et que nous n’avions pas comprises jusqu’ici : Begonia, Pelargonium, etc., qui pour n’être pas des plantes rustiques et supportant nos hivers, n’en sont pas moins cultivées dans tous les jardins, où elles tiennent même une place importante pour la décoration (Vilmorin- Andrieux, 1894, 4e édition : 4).

17La création et l’amélioration d’espèces dans la seconde moitié du xixe siècle caractérisent ainsi la production horticole. Les textes des Annales de la SNHF puis de La Revue horticole font régulièrement état des nouveautés, qu’elles soient présentées et sélectionnées dans les « comités de floriculture », consignées sous forme de fiches consacrées à telle ou telle plante, ou encore figurent dans les catalogues des horticulteurs reçus par la Société. Les « comités de floriculture » de la SNHF comptent parmi les lieux clés pour la reconnaissance et la diffusion des plantes nouvelles.

  • 10 « Le Delphinium vivace hybride à fleurs doubles », Revue horticole, 1906 : 88.

Séance du 2 mars 1899, Comité de floriculture (Revue horticole 1906 : 169) : La série, fort belle et bien variée, des Primula obconica à grandes fleurs, présentée par MM. Vilmorin-Andrieux et Cie, a causé un véritable plaisir aux floriculteurs. À côté des coloris rose et blanc pur connus, on a admiré le rose à fleurs frangées, le rose chamoisé et le rose vif, que nous eussions plutôt appelé carmen foncé ; cette dernière variété a remporté tous les suffrages ainsi que le Primula elatior à fleur bleu foncé, d’un bleu indigo intense qu’on n’avait jamais vu dans ce genre de plantes et qui laisse loin derrière lui le bleu du Primula acaulis, annoncé l’année dernière sous le nom de Primevère bleue. Enfin on a enregistré aussi l’obtention du Primula denticulata blanc pur, et constaté la valeur ornementale du P. verticillata, aux ombelles de fleurs tubulées jaune vif.
Séance du 26 avril 1906, Comité de floriculture (Revue horticole 1906 : 242) : M. Bultel, jardinier chef au Domaine d’Armainvilliers, avait une série d’apports très remarquables ; d’abord, un lot d’Hydrangea Otaksa bleutés, portant des ombelles colossales ; les uns, cultivés sur une seule tige, ne portaient qu’une ombelle, d’autres plantes en avaient plusieurs, et jusqu’à sept sur un seul pied en pot. Le feuillage, très grand, vert foncé luisant, était d’une vigueur superbe. M. Bultel présentait aussi des Digitales à fleurs de Gloxinia forcées et d’une réussite parfaite ; des Lilium japonicum forcés ; de belles et vigoureuses plantes du Richardia Little Gem, de haute taille pour cette variété, qui est habituellement très naine, et portant des spathes énormes ; enfin le Pelargonium Glorinda, Hybride entre le P. quercifolium et le P. zonale, formant un élégant buisson ramifié tout couvert de fleurs rose vif et de boutons.
La création de la race des Delphiniums vivaces à fleurs doubles date de 1852. C’est cette année-là que M. Victor Lemoine, le célèbre semeur nancéen, mit au commerce son premier Delphinium de semis, sous le nom de D. ornatum. [Puis mention est faite des autres établissements horticoles qui « travaillent » sur le Delphinium dans l’est de la France.] Dès ce moment, M. Lemoine s’attacha à la culture et au perfectionnement de ce beau genre, qu’il enrichit d’année en année, et dans lequel, bientôt, il eut presque le monopole des nouveautés. On cultive encore maintenant le D. ranunculiflorum, qu’il mit au commerce en 1862. […] Nous avons saisi l’occasion que nous offrait une présentation faite à Paris par MM. Lemoine et fils pour choisir, dans leur collection des meilleurs types récents de Delphinums vivaces à fleurs doubles10.

  • 11 Selon le terme toujours en vigueur dans le langage des professionnels.

18Dans un article consacré à l’aster de Chine (Revue horticole 1906, t. VI : 169), l’auteur décrit le nouvel intérêt des horticulteurs pour les fleurs simples, après la vogue des variétés doubles. Il s’agit là d’une indication au sujet des critères, des normes culturelles et esthétiques de la sélection horticole. Car le travail sur les espèces a d’abord privilégié les formes et les couleurs les plus spectaculaires avant de réintégrer dans son corpus des « obtentions11 » plus proches des espèces spontanées. Mais toujours, comme le montre l’exemple de la reine-marguerite (ou celui de l’aster de Chine), on proscrit « les fleurs laides et de mauvaise forme : ligules ou pétales courts, disques larges et plats ; bref les fleurs absolument disgracieuses, à rejeter ». Autre exemple [séance du 2 mars 1899] : « M. Duval s’applique particulièrement à faire disparaître, dans les Broméliacées, ce qu’elles avaient de trop raide et guindé dans leur port. »

19D’après les comptes rendus, un réel enthousiasme accompagne le travail de création et d’amélioration des variétés. Cette émulation d’un milieu horticole passionné de botanique et engagé dans le développement des entreprises a un effet considérable sur l’accroissement de la palette végétale. Aussi, les plantes référencées atteignent, en cette fin de xixe siècle, leur nombre maximal. En 1900, le catalogue Clause compte plus de trois cents espèces florales différentes proposées sous forme de graines. Par contre, chaque espèce ne comprend que trois ou quatre variétés au maximum (Gérard 1977 : 29-36). Au cours du xxe siècle, cette proportion va s’inverser de manière significative. Le nombre d’espèces ira décroissant jusqu’à produire ce qu’on appellera dès les années 1980 « l’appauvrissement de la palette végétale ». En revanche, le nombre de variétés issues de quelques « grandes » espèces végétales va, lui, se multipliant.

20Concrètement, les critères de sélection procèdent de l’observation et/ou de l’intervention sur les sujets cultivés. Il s’agit d’amplifier certains caractères ou de les réunir sur une même plante (forme et couleur essentiellement). Il s’agit également de repérer des mutations spontanées ou induites par des insectes, des hybridations fortuites entre plantes génétiquement proches, ou encore d’effectuer des tentatives de croisement. Si les types botaniques de la plupart des espèces « décoratives » sont introduits dès les années 1830 (Ageratum mexicanum, Begonia gracilis, Begonia semperflorens, Petunia variabilis, Salvia splendens), elles font bientôt l’objet de nombreux travaux de sélection et de multiplication par « les grands jardiniers ». Vers 1900, on compte 13 variétés de pétunias, 12 de pois de senteur, 7 de bégonias, 5 d’œillets d’Inde, 5 de roses d’Inde, 4 de cyclamens, 1 de sauge.

21Les comptes rendus du Comité horticole d’Angers de 1842 citent 1 710 variétés de plantes herbacées vivaces ou bulbeuses cultivées dans le Maine-et-Loire (dont 400 variétés de dahlias) destinées, en partie seulement, à la production de fleurs coupées, et 280 variétés de plantes annuelles ou bisannuelles. Les travaux de sélection (anémones, renoncules, etc.) et d’hybridation (roses, iris, glaïeul, dahlia, etc.) y sont à l’origine de la formation d’une identité professionnelle horticole locale (Portron 2000 : 225-229).

  • 12 Dans la littérature horticole, elles sont regroupées dans la catégorie « plantes à massifs ». Parm (...)

22À l’occasion du 150e anniversaire de la Société nationale d’horticulture de France, le numéro spécial de Jardins de France (1977, 5 : 4) retrace, du point de vue des techniciens et ingénieurs de l’horticulture, « l’évolution ou l’histoire des principales techniques et productions depuis le début du xixe siècle ». R. Gérard (1977 : 29-36) fait l’historique de ce qu’il nomme les « grandes espèces largement utilisées actuellement en décoration12 ». Il suit l’évolution de la palette des seules plantes estivales aux couleurs vives, celle-là même qui dessine le fleurissement dès les années 1950. Car le travail des horticulteurs s’est focalisé sur cette portion de la palette, jusqu’à produire une certaine perfection des plantes qui la composent et la rendre ainsi en quelque sorte incontournable. Mais ce choix est lui-même le produit d’une histoire enracinée au xixe siècle, avec le développement des parcs urbains, un choix et une histoire qui seront poursuivis au xxe siècle, avec les concours de fleurissement.

23Cela étant, « les raisons économiques ne sont sans doute pas étrangères aux choix de la sélection horticole », comme il est dit dans l’avant-propos du numéro spécial, « car ce sont bien en définitive les transactions commerciales qui sanctionnent (au moins momentanément) tel ou tel progrès ». Les « plantes de fonds » ou « plantes décoratives », celles qui fabriquent le jardin fleuri, représentent aussi « des espèces ou variétés de culture facile », reconnaît Vilmorin dès 1894 (1894 : 4). En outre, la production de plantes de qualité est aussi une référence dans la constitution de l’identité professionnelle. Enfin, ces critères doivent répondre à l’exigence des utilisateurs, privés ou professionnels, et apporter satisfaction notamment à ceux qui se consacrent à la multiplication des produits sélectionnés.

24Le phénomène de sélection s’accélère « de manière spectaculaire » (Gérard 1977 : 29) à partir des années 1930. Par exemple, agératum : 13 variétés, dont plusieurs variétés naines ; Begonia gracilis : 9 variétés ; Begonia semperflorens : 13 variétés ; cyclamen : 15 variétés ; Eschscholtzia : 12 variétés ; pensée : apparition des pensées à fleurs géantes ; pétunia : 24 variétés dont les variétés doubles et naines ; pois de senteur : 47 variétés. La sélection s’attache toujours à obtenir de nouveaux coloris, de nouvelles formes, naines ou géantes, mais améliore également la qualité génétique des plantes, annonçant en cela les travaux incomparables en la matière de la période suivante. À partir des années 1950, s’ouvre en effet une nouvelle phase d’expansion.

L’horticulture contemporaine

25Dès les années 1950, l’horticulture française amorce une nouvelle période, marquée par une véritable explosion du marché mais aussi de la production (cultures en serres et sous abri, techniques culturales toujours plus pointues, nouvelles options de production et de commercialisation).

Grandes entreprises spécialisées

26Nombre d’établissements, techniques de production, l’horticulture s’intensifie, notamment pour ce qui est des cultures florales (Phlipponeau 1956 : 258). Le secteur des bulbes, boutures et jeunes plantes, consacré au marché des jardins particuliers, est en essor, même s’il reste moins important que ceux des plantes en pots et des fleurs à couper. À la différence de ces derniers, il nécessite un service commercial, l’édition de catalogues, en collaboration ou en concurrence avec les marchands grainiers. Comme aux siècles précédents, les bulbes proviennent de Hollande (tulipes) ou de Belgique (bégonias) tandis que les horticulteurs s’emploient généralement aux multiplications et forçages de plants de chrysanthèmes et de rosiers achetés chez des obtenteurs du Midi. La séparation entre sélectionneurs et multiplicateurs, pour employer le langage des professionnels, se fait de plus en plus étanche.

  • 13 Pour une analyse de l’exemple orléanais, voir Bergues 1992.

27Ces diverses productions nécessitent un savoir-faire technique et commercial et un matériel importants qui exigent des établissements solides. Largement mécanisés, ceux-ci s’orientent peu à peu vers une spécialisation extrême pour ne produire en très grande quantité que deux ou trois types de plantes. Structures économiques et techniques des établissements sont liées à l’importance des superficies de serres et de châssis. De grandes entreprises – ou encore des regroupements de producteurs – succèdent ainsi aux « grandes maisons bourgeoises » qui ont fait l’histoire de l’horticulture13. Sous la pression de la concentration des marchés (par la grande distribution), et conformément à l’ensemble du secteur agricole, le phénomène de spécialisation s’accompagne de celui d’une concentration de la production et d’une disparition des petits exploitants.

28Sous la double impulsion de changements techniques – l’invention de la machine à fabriquer les mottes de terreau permet par exemple de proposer les jeunes plants fleuris d’annuelles ou bisannuelles par paquets de 10, 20 ou 50 – et commerciaux, l’essor considérable de la vente en jardineries, un nouveau marché (dit « de la plante en motte ») s’ouvre dans les années 1970. Les maraîchers et « petits » horticulteurs suppléent ainsi aux difficultés d’écoulement de leurs produits et s’orientent vers la culture de ces plantes peu exigeantes et directement commercialisables. Répondant à la sollicitation de ce marché, les particuliers cessent de produire leurs plants (semis, boutures, de fleurs et légumes). Moyennant un coût faible, ils peuvent ainsi apprécier leurs fleurs et consommer leurs légumes plus tôt dans la saison (Portron 2000 : 392). La technique du « conteneur » a également des effets sur le marché des années 1980. Les jeunes plantes terminent leur croissance en pépinière, non plus en pleine terre, mais dans de larges pots en plastique, ce qui favorise ensuite une meilleure présentation à la vente. Propice aux producteurs comme aux jardineries, cette technique permet l’allongement des saisons de vente, la diminution des pertes de végétaux, et donc l’augmentation des profits. Les « nouvelles » plantes deviennent « des plantes de consommation » :

Avant les conteneurs, peu de plantes étaient vendues en été ; aujourd’hui, on vend toutes les plantes méditerranéennes et bretonnes, de bord de mer pour les terrasses. Ceci vient de la modification de l’offre par la technique et aussi par la demande du client. On achète la plante horticole comme on achète des fleurs coupées. […] Une plante horticole, de gros pots fleuris, avec plusieurs fleurs, c’est agréable, c’est le coup de cœur. Les plantes sont de nouvelles plantes à partir du moment où on les présente […] Ce n’est plus une plante de pépinière mais une plante horticole pour le décor, le plaisir. C’est une plante à présentation : le bougainvillier, il fleurit, gèle et disparaît ; c’est une plante de commercialisation, de consommation. Il faut diversifier et supprimer tout ce qui est triste au niveau de la présentation : les bâtons à planter, les rosiers-branches en racines nues qui font se geler les doigts ; tout ça, c’est d’arrière-garde par rapport au conteneur fleuri. Je prétends que si on faisait partout un effort, on vendrait plus d’arbres au printemps et en été qu’en hiver. (Entretien avec le directeur de la jardinerie Clause à Orléans, juillet 1990, in Bergues 1992 : 139.)

La fabrication de la palette végétale

29Soutenus depuis le xixe siècle, les travaux de sélection ne vont cesser de se développer pour bénéficier, à partir des années 1950, de l’apport des départements de recherche de l’INRA et des nouvelles techniques in vitro. La grande innovation provient des progrès de la génétique. Le travail sur le capital génétique des espèces permet la création de variétés nouvelles qui satisfont aux multiples exigences des producteurs et usagers, en termes d’attractivité, de précocité, de rentabilité (Gérard 1977 : 31). Effectuée suivant une sélection généalogique rigoureuse à partir des lignées disponibles, la recherche de la qualité génétique, soit de la « pureté variétale absolue » (ibid.), conduit à l’apparition des hybrides dits F.1 (de première génération) ou F.2 (de seconde génération), variétés nouvelles en morphologie comme en physiologie.

30« Les améliorations spectaculaires » intervenues depuis les années 1950 (ibid. : 35) s’appliquent essentiellement à la palette du jardin fleuri, celle des plantes estivales aux couleurs vives préconisée dans les concours, à savoir : agératum – bégonia – cyclamen – impatiens – muflier – œillet d’Inde – pélargonium zonale – pétunia – primevère des jardins – rose d’Inde – sauge.

Bégonia : que de chemin parcouru entre le bégonia semperflorens de 1900 ou même les variétés naines de 1930, chétives, peu florifères, et les variétés d’aujourd’hui dont l’évolution est certainement encore loin d’être terminée. Impatiens : c’est une évolution extraordinaire, rapide et extrêmement récente si l’on compare l’Impatiens sultanii offerte en 1900 et les impatiens hybrides qui n’ont pas plus de dix ans maintenant.

Apparition des variétés hybrides F.1 sur les catalogues français (Clause) (Source : Gérard 1977 : 31)
Pétunia mult. F.1 : à fleur moyenne ; Pétunia grand F.1 : à grande fleur.

31Dans l’élaboration des variétés hybrides, les caractères sélectionnés s’organisent autour de deux pôles : qualités décoratives (coloris, taille des fleurs, des feuilles ou de la plante) mais également critères d’adaptabilité (résistance aux intempéries, résistance aux maladies, adaptation à une production sous serre, etc.) et de précocité. On crée par exemple des bégonias et des impatiens supportant l’ensoleillement, des pétunias, des tabacs et des pélargoniums endurant la pluie, des pensées résistant à des hivers variables. On élimine les risques de maladies (alternaria, fusariose, botrytis, mildiou). On favorise une floraison rapide des plantes, ce qui permet de les commercialiser très vite. On modifie les rythmes des cycles végétatifs de façon à augmenter la période de fleurissement (pensée, cyclamen, pélargonium, bégonia, muflier, chrysanthème, etc.).

32Pendant ces cinquante dernières années, le travail et l’intervention sur la nature entamés dès les débuts de l’horticulture atteignent une intensification et une sophistication qu’augmentent encore les nouvelles techniques in vitro (guérison de clones, multiplication à partir de méristèmes) ou de la culture sans sol (hydroponie). À ces résultats techniques correspondent, d’une part, l’intense spécialisation et la production en quantité des grandes entreprises horticoles et, d’autre part, le développement d’un marché.

33Les plantes « décoratives » représentent l’essentiel de la vente des plantes à massifs désormais assurée à près de 70 % par le marché de grande distribution (jardineries, grandes surfaces de bricolage et multiservices, etc.). Ainsi, dans le département de Maine-et-Loire, en 1998, sont produits 33 millions de géraniums et 8 millions de bégonias fleurs (Portron 2000 : 394). En Alsace, la dynamique du fleurissement génère un chiffre d’affaires de 350 MF (54 ME) et la moitié de la production est consacrée au géranium. La profession horticole a instauré en 1998 un cahier des charges pour des plantes dites « géranium d’Alsace » et « géranium des Côtes-d’Armor » (Horticulture française Magazine, 1997, 24 : 31-32).

  • 14 En 1998, 5 espèces de fleurs coupées représentent plus des 2/3 du total de la production : gerbera (...)
  • 15 J. Pourtet, « Quelques aspects de l’origine et de l’histoire des arbres et des arbustes d’ornement (...)
  • 16 École nationale supérieure du paysage, « Journée de l’arbre » (cité dans Bergues 1992 : 135). Selo (...)

34Ces plantes à massifs font partie de « la grande cavalerie » qui garantit la part essentielle du chiffre d’affaires des entreprises. « La règle sacro-sainte des 20/80 », selon l’expression d’un pépiniériste orléanais, signifiant que 20 % de la palette produite assurent 80 % du chiffre d’affaires, est valable pour les plantes à massifs comme pour les arbres et arbustes d’ornement ou les fleurs coupées14. J. Pourtet15 indique que la sélection et l’hybridation aboutissent en 1971 à la distinction de quelque 2 000 arbres et arbustes d’ornement, soit huit fois plus que deux siècles plus tôt, qui s’ajoutent aux quelque 600 espèces botaniques (dont 118 conifères) présentes dans les catalogues, auxquelles s’adjoignent encore quelque 2 000 cultivars (dont le nombre est ainsi multiplié par 40). Pourtant, malgré ces chiffres éloquents et comme pour les plantes à fleurs, l’appauvrissement de la palette reste réel. La culture ne concerne en effet que les végétaux les plus connus et les plus vendus au détriment de tous les autres. Ainsi, 250 des 4 000 références mentionnées dans le catalogue du GIE Plandorpac d’Orléans fournissent l’essentiel de la gamme disponible. Évoluant des haies de conifères aux haies « mélangées » (feuillus et arbustes à fleurs), les plantes de haies forment l’essentiel de cette « grosse cavalerie ». Pour les arbres, elle concerne seulement 40 à 50 références (espèces, variétés, cultivars et tailles du végétal confondus)16. En moyenne, les producteurs proposent une gamme courante d’une vingtaine d’arbres (Bergues 1992 : 128-138).

35À cette logique de production dominante en répond une autre, minoritaire, mais en développement. Optant pour une production par genre (les Hydrangea ou les clématites par exemple) ou par catégorie (plantes rares, de collection, ou de qualité, en vivaces, arbres fléchés, « gros sujets », etc.), les pépinières dites spécialisées deviennent toujours plus nombreuses pendant ces dernières décennies. Ces « vrais professionnels », comme ils se définissent eux-mêmes, privilégient la recherche de la diversité botanique et de la qualité, et des savoir-faire respectueux de l’environnement. Les paysagistes et gestionnaires sensibles à une approche qualitative du végétal, les jardiniers amateurs de plantes « au naturel » représentent bien évidemment le public de choix des ces professionnels (Bergues 2003). Le marché du jardinage lui-même, au travers de l’offre des jardineries, tend à répercuter ce nouveau goût pour la qualité et la variété végétale.

Le marché du jardinage, un secteur florissant

  • 17 80 % des habitants des zones rurales ou des villes de moins de 2 000 habitants disposent d’un jard (...)
  • 18 Les conditions climatiques de cette année-là furent défavorables à la vente de végétaux.

36Depuis les années 1980, on constate une véritable explosion du marché du jardin, avec une croissance de 4 % par an (+ 5 % en 1999). Plus d’un Français sur deux (69 % en 1999) s’adonne au jardinage. 59 % des Français disposent d’un jardin17, 20 % d’un balcon ou d’une terrasse. Si ces chiffres recouvrent une réalité très diverse, ils illustrent néanmoins le développement considérable du marché. On compte 13 millions de jardins en 1999 : au cours des huit années précédentes, le nombre de possesseurs de jardins a progressé de 9 %, soit près de 1 % par an. D’après Promojardin, en 1999, le marché du jardinage représente 33,738 milliards de francs de chiffre d’affaires (soit 5,143 milliards d’euros) ; en 1983, il se situait à 17 milliards de francs (dont 3 pour l’achat des végétaux d’ornement). La progression est spectaculaire pour un marché qui a quasiment doublé en quelque vingt ans. Peu de secteurs de l’économie ont connu une telle croissance : celui-ci s’élève à hauteur des trois quarts de la consommation de la hi-fi ou des articles de sport. En 1998, le budget annuel de ce qui représente le cinquième poste du budget familial est de 2 325 francs (355 euros) pour 1 700 francs (260 euros) en 1994 (Promojardin 1999). De 1998 à 1999, son évolution (en francs) est de + 4,64 %, imputables aux autres postes que les végétaux18. La France occupe la deuxième place européenne après l’Allemagne pour ce qui concerne les dépenses de jardinage.

  • 19 Les circuits de distribution du marché du jardin (source : Promojardin, 1999) sont les suivants :
    (...)
  • 20 Rhône-Poulenc jardin, Terreaux de France, Wolf, Bayer, Castorama, Honda, Leroy-Merlin, Mon jardin (...)

37Un des changements majeurs du marché pendant les cinquante dernières années concerne les circuits de distribution. Grandes surfaces et jardineries apparaissent dans les années 1970, supplantant progressivement le secteur de vente traditionnel des producteurs et marchands-grainiers. Les modes et les pratiques jardinières en sont bien sûr influencées. En 1999, on ne compte plus que 18,8 % de vente « traditionnelle » contre 67,6 % de vente assurée par la grande distribution19, par ailleurs soutenue par des associations interprofessionnelles. Depuis les années 1970, signe de la vitalité du secteur, sont créées plusieurs associations interprofessionnelles, qui se font et se défont au gré des relations entre professions associées. Le Centre national interprofessionnel de l’horticulture est ainsi dissous à la fin des années 1980. Ces associations ne sont pas sans influence sur le développement du marché. Par exemple, Promojardin réunit en son sein des adhérents- fabricants, producteurs, distributeurs, prescripteurs et sociétés de services, représentants d’entreprises souvent importantes20. Le but de l’association est d’étudier la profession et le marché, et d’organiser des actions de développement et de promotion : « Faire progresser l’activité du jardinage et en développer les concepts, faire naître la connaissance de cette activité chez le plus grand nombre, stimuler le marché du jardin et l’aider dans son développement » (extraits de la plaquette Promojardin : 4). Au service du développement de la consommation, les enquêtes montrent l’existence d’un marché non saturé, celui des « plantes de balcons et de terrasses », ce qui engage l’association à mener, à grand renfort de moyens publicitaires, une de ses campagnes majeures depuis 1993, « la fête des balcons ». L’organisme accorde également une place importante à l’aspect non végétal du marché, parce qu’il représente la part majoritaire du marché du jardin. 70 % du marché sont en effet occupés par des postes aussi divers que la motoculture de plaisance, l’outillage à moteur et à main, les produits et équipements de jardin (engrais, arrosage…), les mobiliers extérieurs et barbecues, les contenants (pots, poteries, supports), les clôtures, y compris décoratives (pergola, treillage, etc.) et aménagements (abris, éclairage, terrasses…), les loisirs (jeux, piscines hors sol) (Promojardin 1999). Les végétaux d’extérieur (ornement, potager) et d’intérieur (vérandas) ne représentent donc qu’environ 30 % du marché, tandis que fleurs et arbustes restent le symbole du jardin. D’après Promojardin, les professionnels sont particulièrement attentifs à ce qu’ils nomment les « poupouilles », soit les petits équipements décoratifs ou utilitaires (palissades, claustras, nains de jardin, arrosoirs, parasols, etc.) qui, à eux seuls, couvrent environ 35 % du marché (soit autant que les végétaux d’extérieur). La palette végétale est quant à elle sensiblement élargie pour tenir compte de la nouvelle demande. Spécifique, le marché du jardinage ressemble aux autres secteurs de la consommation, dominés par la grande distribution et marqués par le lobbying industriel, le marketing et la publicité.

38Ce résumé de l’histoire de l’horticulture, pour rapide qu’il soit, montre toutefois la part active de cette profession dans l’histoire des choix jardiniers. Les types de jardins ne peuvent être décrits sans les valeurs sociales et culturelles, mais également économiques, qui ont les ont en partie fabriqués.

39Dans le contexte d’une nouvelle « civilisation des mœurs » (Elias 1991), l’influence conjointe des professions horticoles, paysagistes et touristiques offre une mise en perspective des pratiques jardinières contemporaines. Elle éclaire également la fabrication d’un modèle bientôt valorisé dans les concours de fleurissement de la seconde moitié du xxe siècle. Dès les années 1920, les premiers concours sont eux-mêmes motivés par des considérations d’ordre hygiéniste et esthétique élaborées par les élites urbaines. Du côté des manuels d’école ménagère, comme de celui d’organismes ayant joué un rôle décisif dans les orientations de l’agriculture au tournant du siècle, ce modèle est promu en même temps qu’une certaine idée de l’ordre, du propre, du « bon à regarder ». Ces différentes normes se cristallisent au travers des concours du Comité national du fleurissement de la France, qu’il reste à analyser.

Anmerkungen

1 Puteaux, Fontenay-aux-Roses, Montreuil sont spécialisées dans la culture des roses au xviiie siècle, pour la parfumerie et la pharmacie (Phlipponeau 1956 : 75).

2 Une grande lignée d’horticulteurs, dont certains membres furent très impliqués dans la vie horticole (voir infra). Éteinte au milieu du xxe siècle, il en subsiste l’enseigne, désignant toute une gamme de produits horticoles.

3 « En passant du pavé au stand du marché, puis de la rue à la boutique, bref de l’extérieur vers l’intérieur, le petit commerce des fleurs change de nature : il était âpre et rude, il devient doux et policé ; il était sale, il devient propre ; il était méprisable, il devient respectable » (Goody 1994 : 253).

4 Procès-verbal de l’assemblée générale du 29-8- 1828, Annales de la Société d’horticulture : 202-215.

5 C. Bailly de Merlieux, introduction au tome second des Annales de la Société d’horticulture de Paris, 1829 : 5-7.

6 Dès les années 1830, l’élite à l’origine de la création de la Société d’horticulture de Paris charge une commission d’observer les expositions du Marché aux fleurs, pour récompenser et gratifier d’une médaille les « cultivateurs qui auraient bien mérité de l’Horticulture », par leur production d’arbustes et de plantes indigènes ou exotiques – camélias, dahlias, chrysanthèmes, azalées, etc. (Boursault, « Notice sur le marché aux fleurs de Paris », Annales d’horticulture, 1828 : 255-259).

7 G.-T. Grignan, « L’exposition de la Société nationale d’horticulture », Revue horticole, 1906 : 251- 253.

8 E. André, « Le nouveau Fleuriste de la ville de Paris », Revue horticole, 1899 : 577.

9 Le « Comité horticole d’Angers » est créé au sein de la Société d’agriculture en 1838 ; il comprend 136 membres. En 1864, il devient la Société d’horticulture d’Angers et du département de Maine-et-Loire. La société est à l’origine d’un enseignement horticole : 1907, arboriculture d’ornement ; 1917, culture potagère ; 1923, floriculture. Elle comprend la plupart du temps entre 150 et 250 membres (1 000 en 1956, 500 en 1975, 250 aujourd’hui).

10 « Le Delphinium vivace hybride à fleurs doubles », Revue horticole, 1906 : 88.

11 Selon le terme toujours en vigueur dans le langage des professionnels.

12 Dans la littérature horticole, elles sont regroupées dans la catégorie « plantes à massifs ». Parmi les espèces « décoratives », nombre d’entre elles sont des « plantes molles » (reproduites par multiplication végétative à partir d’un pied mère) avant que, au terme de travaux en génétique, ne leur soit substituée la production d’hybrides par multiplication sexuée.

13 Pour une analyse de l’exemple orléanais, voir Bergues 1992.

14 En 1998, 5 espèces de fleurs coupées représentent plus des 2/3 du total de la production : gerbera, rose, alstroémère, glaïeul, chrysanthème, et 5 autres 22 % : lis, tulipe, muflier, œillet, freesia. Donc seulement 10 % pour les 17 dernières. La spécialisation est maximale, à l’inverse des chiffres de 1842 (Portron 2000 : 394).

15 J. Pourtet, « Quelques aspects de l’origine et de l’histoire des arbres et des arbustes d’ornement », Jardins de France, 1977, n° 5 : 44-49.

16 École nationale supérieure du paysage, « Journée de l’arbre » (cité dans Bergues 1992 : 135). Selon les professionnels, notamment responsables de services Espaces verts, de nombreux arbres sont difficiles à trouver, notamment chêne, magnolia, cèdre du Liban, fusain rampant, cèdre pyramidal, Gallocedrus collonaire, Cercis tige, conifères de grande taille (Abies grandis, épicéa, thuya…). « Le problème par exemple des arbres colorés : où trouver du doré sauf le robinier frisia, pas de chêne rouge d’Amérique doré, pas d’érable champêtre doré ; dans les rouges : que du platane « Crimson King », où trouver les nuances entre vert et rouge sauf Acer aliendes black, les transitions entre vert et bleu ? À Orléans les gros sujets ne sont que porte-greffes ; chez eux allez voir les forsythias, ou les cèdres bleus suffisants ; on ne trouve pas de couleur nuancée. »

17 80 % des habitants des zones rurales ou des villes de moins de 2 000 habitants disposent d’un jardin, d’une superficie moyenne de 900 m2, avec un temps moyen d’entretien de six heures par semaine au printemps, de trois heures en automne, d’une heure en hiver (source : ONIFLHOR 1998).

18 Les conditions climatiques de cette année-là furent défavorables à la vente de végétaux.

19 Les circuits de distribution du marché du jardin (source : Promojardin, 1999) sont les suivants :
– Vente « traditionnelle » (total = 18,8 %) : vente directe, foires et marchés : 5,6 % ; magasins grainiers, fleuristes : 9,5 % ; vente par correspondance : 3,7 %.
– Vente en grande distribution (total = 67,6 %) : hyper, supermarchés : 19 % ; grandes surfaces bricolage : 21 % ; jardineries et spécialisés : 27,6 %. Plus spécialistes- motocultures : 13,5 %.

20 Rhône-Poulenc jardin, Terreaux de France, Wolf, Bayer, Castorama, Honda, Leroy-Merlin, Mon jardin et ma maison, Pépinières Briant, Pépinières Minier, Truffaut, Auchan, Clause, Gamm Vert, Algoflash, Carrefour, etc. pour ne citer que les plus célèbres d’entre elles.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Apparition des variétés hybrides F.1 sur les catalogues français (Clause) (Source : Gérard 1977 : 31)Pétunia mult. F.1 : à fleur moyenne ; Pétunia grand F.1 : à grande fleur.
URL http://books.openedition.org/editionsmsh/docannexe/image/2703/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 148k

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search