Version classiqueVersion mobile

En son jardin

 | 
Martine Bergues

IV. Jalons pour une histoire du fleurissement

20. Modeler l’aspect de la France : tourisme, hygiénisme et premiers concours

Texte intégral

La modernité permet de se représenter une nature dont l’homme est absent ; on peut admirer cette nature pour elle-même. Aussi est-ce à cette époque que l’on commence à trouver beaux des paysages jugés jusque-là repoussants ou effrayants, parce qu’ils n’étaient pas la demeure des hommes : la montagne, les déserts ou la mer (Larrère & Larrère 1997 : 86).

1Différents sentiments paysagistes animent l’âme sensible au xixe siècle. Après le paysage pittoresque, après le paysage état d’âme, c’est, en cette fin de siècle, au paysage sublime d’exalter les sens (Luginbühl 1989 : 82-91).

Protecteurs et touristes à la découverte du territoire

2Au nouvel attrait qu’exercent la montagne et l’alpinisme, répond leur promotion par le Touring Club de France et le Club alpin français. Le TCF est fondé en 1890 à l’initiative d’un groupe de Parisiens amateurs de bicyclette et de tourisme, sur le modèle de l’association anglaise Cyclist’s Touring Club. L’intérêt pour les exploits sportifs, les techniques de la bicyclette puis de l’automobile le cède bientôt à celui pour l’esthétique et l’histoire des lieux. D’après l’article de Michel Conan et Juliette Favaron (1997 : 48-58) qui explore les liens entre Touring Club et mise en valeur touristique des villages, le TCF prend bientôt « le relais de la commission des Monuments historiques, créée en 1838, pour s’engager dans un inventaire des monuments qui forment le patrimoine du pays » et participe à l’élaboration de la nouvelle loi de protection des monuments historiques du 31 décembre 1913.

3Le rôle du Touring Club et du Club alpin est donc essentiel dans l’émergence du mouvement en faveur de la protection des paysages de la fin du xixe siècle, tandis que des critiques se font jour à propos d’un développement trop rapide des progrès techniques. Cette convergence entre critique du progrès et de l’industrialisation d’une part, et volonté de protéger un territoire produit comme paysage de l’autre n’est pas sans rappeler les termes du débat actuel autour de la biodiversité et de la patrimonialisation du monde rural.

4D’après Catherine Bertho-Lavenir (1999 : 242-246), le premier mouvement en faveur des sites et des paysages, à la fois esthétique et conservateur, est initié en Suisse à l’occasion de l’Exposition universelle de Lausanne en 1896, qui réunit des écrivains, des théoriciens politiques et des membres des arts décoratifs. Des associations se créent bientôt partout en Europe, dont, en 1901, la Société pour la protection des paysages de France, au sein de laquelle le Touring Club inscrit un Comité des sites et des monuments. En 1909, le premier Congrès international pour la protection des paysages a pour mission de « créer ou réveiller le sentiment du beau ». Dans le débat porté par les premiers protecteurs, le motif hygiéniste est central : la puissance régénératrice de la nature agit, non seulement sur la santé des corps, mais également sur celle de la pensée. La défense et la glorification de la patrie représentent un autre des arguments des protecteurs. Ainsi, parallèlement au développement de la géographie régionale, les animateurs de La Revue du Touring Club de France et de Sites et Monuments s’attachent à décrire et célébrer la diversité de la France.

5Quant à la protection, elle se justifie par les critères de l’art légitime et savant : « Le paysage digne d’être sauvegardé, c’est l’original du paysage peint. » Cet idéal, moral, hygiéniste et esthétique, conduit, en 1906, à la création de la première loi sur la protection des sites et monuments naturels à caractère artistique. Entre 1911 et 1930, le TCF établit, dans chaque département, un comité privé qui préfigure les futurs comités officiels des Sites et monuments. En leur sein, les notables font fonctionner leurs réseaux de relations pour agir sur les institutions et sauvegarder un nombre de sites choisis, sans toutefois accorder beaucoup d’attention aux autres manières de penser et de vivre le territoire ; les conflits qui surgiront entre municipalités et associations sont le signe de l’emprise d’un groupe social sur un autre. Ces idées, développées par Catherine Bertho-Lavenir, sont corroborées par l’analyse d’Yves Luginbühl (1989 : 92) :

Protéger les paysages, créer des parcs, sauvegarder la flore et la faune signifie également conserver pour le corps social un patrimoine, offrir « une soupape de sécurité » aux problèmes sociaux, une réserve d’air pur et d’esthétique ; d’une part, cette visée sociale repose toujours sur la recherche d’un ordre moral, et d’autre part, elle est souvent empreinte d’un sentiment élitiste sans que jamais soit posée la question des conflits existants au sein de la société, de leurs relations avec celle du paysage et des pratiques sociales de la nature.

Le tourisme naissant et ses critères

6Les premiers guides touristiques apparaissent dans le second xixe siècle tandis que se développent les chemins de fer. Dans les guides Joanne, créés en 1860, puis relayés par le Guide bleu en 1910, les textes visent à rassurer le voyageur confronté à un monde inconnu et « plein de mauvaises surprises » ; ils contribuent à « figer la sélection des endroits qui “méritent” d’être vus » ; ils incitent les hôtels à « normaliser leurs prestations », ils standardisent l’expérience du voyage (Bertho-Lavenir 1999 : 61). Au sein du Touring Club de France, les efforts des premiers automobilistes pour améliorer le réseau routier se déploient également en direction de l’hôtellerie. Le travail poursuivi des années durant agit considérablement sur l’aspect et l’état de la France rurale. « Les associations et leurs revues sont mobilisées pour conformer l’espace national aux désirs et aux besoins de la bourgeoisie en vacances » : hôtels propres avec salles de bains, tables d’hôtes garnies de mets sains et typiques, paysages intacts de toute construction moderne (ibid. : 218).

7Dans les guides touristiques ou dans la Revue du Touring Club de France, les descriptions touchant aux villages, aux modes de vie des habitants ou aux productions économiques (exception faite de traditions culinaires revalorisées) sont singulièrement absentes. Comme si la beauté des paysages et la perception sensible qu’ils suscitent conditionnaient à elles seules la compréhension du territoire.

Les photographies des pages de la revue [du Touring club de France] laissent une impression étrange. Celle d’un pays qui ne serait constitué que de monuments et de paysages bien sages, sans une usine, sans un poteau, sans une affiche. Un pays inhabité, étrangement calme et probablement silencieux (ibid. : 286).

8Pour Catherine Bertho-Lavenir (ibid. : 250), le modèle du village touristique vient de Suisse ou d’Autriche : « Crépis blanc soigneusement rénovés et fleurs rouges aux fenêtres offrent une image d’opulence et de gaieté dans lequel est engagé l’honneur de la maisonnée. » D’ailleurs, le Village suisse, entièrement reconstitué, attrait majeur de l’Exposition internationale de Lausanne en 1896, symbolise l’identité idéale d’un pays « patriarcal, alpin et préservé » où la pureté et la beauté des paysages le disputent à la sagesse des habitants. Vers la fin du xixe siècle, comme le souligne Geneviève Heller (1979 : 11), la Suisse a érigé la propreté en « vertu nationale ». « L’obsession hygiénique », sous-tendue par une philosophie générale du progrès, s’y décline avec son cortège d’études scientifiques, de mesures préventives et éducatives, ou concrètes (démolition de quartiers insalubres, construction de logements hygiéniques et de bains publics, surveillance de l’état de santé des habitants). Déjà, Goethe évoquait « l’ordre et la propreté » de la Suisse, Rousseau y admirait « le mélange de nature sauvage et d’industrie humaine » (Luginbühl 1989 : 72).

9Au début du xxe siècle, tandis que la beauté de ses paysages draine vers elle un tourisme fortuné, la Suisse s’affirme comme le lieu privilégié de la cure sanitaire. Elle valorise ses eaux thermales, son air pur et tonique, tout en assurant la propreté artificielle de ses stations. Les hôtels de luxe multiplient les actions en faveur d’une hygiène et d’un service hors pair. La propreté devient un attribut essentiel du confort comme de la beauté. Le nouveau modèle se diffuse dans les stations touristiques, auprès de la population locale, mais aussi du Touring Club de France, qui le répercute dans le cadre de sa mission de sensibilisation en direction de l’hôtellerie.

Le Touring Club de France et le « Concours du village coquet »

  • 1 « Les concours de la gare fleurie. Palmarès du concours de 1937 », La Revue du Touring Club de Fran (...)

10Certes, les préconisations du TCF vers l’hôtellerie apparaissent dès le début du Concours du village coquet dans les années 1920. Mais auparavant, les gares, largement fréquentées par la petite bourgeoisie parisienne, ont été sujettes à caution. Dès 1869, Édouard André y suggérait l’établissement de jardins (Conan & Favaron 1987 : 53). C’est sous la pression de ses adhérents que le TCF, en 1909, organise le premier concours des gares fleuries. Ce concours sera reconduit quatre années durant, dans vingt-deux départements différents chaque année, puis repris de 1928 à 1939 : « Dix ans après l’Armistice, nous reprîmes notre propagande, fortement encouragés par l’État, les compagnies et les voyageurs, […] pour que le voyage devienne plus agréable à tous1. »

11À en croire le rédacteur de la revue du Jardin du cheminot, les compagnies ferroviaires accompagnent volontiers le mouvement :

  • 2 Le Jardin du cheminot, 1992. « Un peu d’histoire des années 30 ; des gares fleuries », réédition d’ (...)

La Compagnie d’Orléans avait dès son origine compris l’intérêt de parer ses gares de jardins. Le service spécial chargé de les établir et de les entretenir fut ensuite supprimé. La remise en faveur des jardins fut impulsée par le concours annuel des gares fleuries du Touring Club de France de 1910 à 1913, concours repris ensuite en 19282.

12De 1928 à 1932, les résultats sont notables et l’auteur de commenter la forte proportion de végétaux pérennes autour des gares (buis, ifs, fusains taillés), de déconseiller l’emploi de jardinières et de pots de toutes sortes, et de préconiser les parterres les plus simples et adaptés au sol comme au climat. Puis, une apologie de l’ordre et de la propreté est établie non seulement pour raisons esthétiques mais parce que ces valeurs participent à la bonne rentabilité du travail. Le propos réitère un trait courant du discours hygiéniste :

Nous avons hélas, connu un temps où les gares étaient sales. […] Dans les gares mal tenues régnait le désordre et le désordre entraîne toujours du temps perdu pour les agents, des erreurs, des fautes, sources de dépenses importantes, sans compter toutes les maladies qui se développent dans les locaux sales et tous les accidents […] Loin de coûter un centime, l’amélioration de la tenue des gares, par la notion d’ordre qu’elle a développée dans le personnel, a permis de réaliser des économies importantes. Il faut même aller plus loin et rechercher la coquetterie […] Le cheminot de l’État est, d’une manière très générale aujourd’hui, heureux et fier que le public reconnaisse ses efforts (ibid.).

13Encouragée par des entreprises horticoles comme Truffaut, Vilmorin et Clause, appuyée par les grandes compagnies de chemins de fer, la première campagne des gares fleuries est couronnée de succès, ce qui pousse le Touring Club à poursuivre sa politique de « développement culturel » en direction des villages (Conan & Favaron 1997 : 53). C’est ainsi qu’en 1919, un article du bulletin annonce la création du nouveau « concours pour les villages coquets », sur un itinéraire de Paris à Aurillac. Sont primés 19 villages, et leurs habitants récompensés par des primes en argent, sur les 59 villages sélectionnés en 1919 pour une période de trois ans. Fort de ce premier succès, le Touring Club de France ouvre d’autres itinéraires parmi lesquels, de 1921 à 1924, figure la Route des Pyrénées, de Biarritz à Perpignan, par Les Eaux-Bonnes, Cauterets, Bagnères-de-Luchon et Ax-les-Thermes ; puis en 1923-24 l’itinéraire de Besançon à Pontarlier, suivi, en 1924, de l’itinéraire entre Limousin, Quercy et Périgord. En plus des jurys des concours qui réitèrent leur entreprise tous les trois ans, on distribue aux voyageurs des fiches sur lesquelles noter leurs appréciations.

  • 3 « Le concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, nov. 1921, n° 328 : 340.

14Avec le lancement du concours « du village coquet », en 1920, l’objectif du Touring Club est clair : il s’agit, sans pour autant vouloir se substituer aux autorités, d’inciter à l’application de la loi de 1902 sur l’hygiène publique, de façon à assurer le confort sanitaire, mais également visuel, du touriste. Dans un article de 19213, le vice-président énonce les raisons qui ont conduit le TCF à instituer ce concours. Rappelant les objectifs de l’association (« faciliter les voyages en assurant, dans la mesure du possible, le bien-être et la sécurité des touristes et leur faire connaître les régions et les sites qui présentent un intérêt, un charme spécial dans les meilleures conditions »), l’auteur en vient rapidement « aux questions qui se rattachent à l’hygiène » :

L’idéal, pour le touriste, serait de rencontrer partout des conditions hygiéniques : bonne qualité des eaux, éloignement des habitations de tous les résidus organiques qui, non seulement sont malodorants, mais qui peuvent être la cause du développement de maladies épidémiques, etc. [Et l’auteur de regretter que la loi de 1902 sur l’hygiène publique ne soit pas appliquée dans les localités de France.] Le Touring Club, pas plus qu’aucune autre société, ne pouvait songer à se substituer aux autorités chargées d’appliquer la loi. Mais sur un point particulier qui n’est, il est vrai, qu’un des éléments de l’hygiène : la propreté, il a pensé qu’il pouvait obtenir de réels résultats par persuasion.

15Ainsi l’élite parisienne entreprend-elle, par l’action du TCF, une véritable campagne en faveur de l’hygiène et de la propreté, dirigée, dans un premier temps, vers l’hôtellerie. Pour favoriser le « bien-être du touriste » (ibid.), c’est-à-dire d’une partie restreinte mais choisie de la population, le TCF recommande les établissements où le voyageur est assuré de « trouver les conditions de propreté auxquelles il est habitué ». Une discrimination sociale et spatiale à peine masquée met en vis-à-vis une bourgeoisie urbaine, cultivée et donc soignée, et une population rurale que qualifie « l’état sordide, misérable, sale de ses établissements » (ibid.).

Le panonceau du TCF n’a été accordé qu’aux hôteliers qui acceptaient de réaliser les améliorations qu’on leur imposait, parmi lesquelles nous signalerons notamment l’installation de WC propres, à chasse d’eau lorsqu’il était possible, la suppression des tapis et des tentures toujours pleines de poussière qui contiennent ou peuvent contenir des germes de maladies contagieuses, le remplacement des papiers généralement sales et déchirés par des peintures claires, faciles à maintenir en état de propreté par des lavages périodiques, toutes conditions réunies dans les chambres modèle du Touring Club (ibid.).

16La réforme de l’hôtellerie encouragée par les associations touristiques se définit par une politique pour l’adoption de normes hygiéniques et pour la standardisation des lieux et prestations. Diverses propagandes et campagnes effrénées du TCF se multiplient au début du xxe siècle en faveur de la « chambre hygiénique », concernant les hôtels des grandes villes comme les établissements provinciaux. Tandis que l’association dresse le portrait de l’hôtelier idéal, ses adhérents se convertissent en autant d’informateurs dont les goûts, conjuguant hygiénisme, simplicité et pittoresque, attendent d’être comblés. De nombreux concours visent à la modernisation de l’hôtellerie. Le Concours des villages coquets, quant à lui, déplace les nouvelles normes touristiques en direction de l’espace public et privé (Bertho-Lavenir 1999 : 217).

Mais le touriste ne passe pas ses journées à l’hôtel, il circule, il se promène et trop souvent, il est frappé par la saleté des routes et des rues : celles-ci sont couvertes de poussière par les temps secs, de boue et de flaques d’eau après la pluie ; des tas d’ordures, des fumiers sont déposés au pied des maisons : là encore se rencontrent des germes nocifs que le vent soulève ou qui, pénétrant dans le sol, vont contaminer les nappes d’eau souterraines qui alimentent les puits, dans les eaux stagnantes pullulent les larves d’insectes, tels que les moustiques qui irritent la peau par leurs piqûres, d’anophèles qui peuvent être les propagateurs des fièvres intermittentes, etc. (Revue du Touring Club de France, 1921 : 340).

17C’est ainsi sans ambiguïté que l’hygiène est placée au cœur de l’initiative du TCF. Après les gares, les hôtels et les auberges, c’est au tour des villages de se transformer à la demande d’une élite urbaine, pour le bien-être du touriste aisé.

18Avec l’instauration du Concours du village coquet, l’association s’octroie une noble entreprise, « une espérance plus haute », celle d’influencer l’hygiène générale : « Nous croyons que lorsque les habitants d’une localité auront pris l’habitude de voir propre l’extérieur de leurs habitations, ils seront conduits à rechercher la même propreté à l’intérieur. » Dans le texte de 1921 (ibid. : 340), le vice-président loue les générosités d’un « camarade » donateur, par qui l’octroi de primes pour le premier concours s’avère possible. L’argument financier semble important dans l’image que se font les organisateurs des motivations des municipalités et des habitants : « Il ne faut pas se dissimuler qu’un concours de ce genre produira d’autant plus d’effet que les primes seront plus élevées. » Appât du gain, convoitise, certaines représentations des ruraux affleurent dans les discours. Sous-jacente, la notion de pauvreté qui s’applique tout autant à l’aspect des localités qu’aux habitants eux-mêmes. L’écart économique entre gens de goût et ruraux est également un écart moral et idéologique.

19« Ce qu’il faut avant tout demander aux communes, c’est la propreté : chose essentielle et facile à obtenir à peu de frais. » N’intervenant qu’en arrière-plan, la « coquetterie » ne saurait faire écran à l’objectif hygiénique : le beau est propre avant tout. Et lorsque s’établit le passage de l’hygiène à la coquetterie, c’est le fleurissement qui joue le rôle d’opérateur. Les fleurs, garantes d’une propreté qui leur est préalable, sont conviées à produire, et signifier, la beauté des lieux, ou tout au moins, leur « coquetterie ».

  • 4 « Le Village coquet et la Route des Pyrénées », La Revue du Touring Club de France, janv. 1921, 319 (...)
  • 5 La Revue du Touring Club de France (sans titre), décembre 1920, n° 318.

Pas de fumier devant les maisons, pas de boue sur les routes, pas d’ordures dans les ruisseaux, des façades propres, au besoin blanchies à la chaux, et c’est déjà la propreté. Qu’on y ajoute quelques plantes grimpantes entourant les portes et les fenêtres, un peu de verdure au pied des murs, quelques fleurs sur les appuis des croisées et l’aspect du village frappe agréablement les yeux, c’est vraiment le village coquet4.
De la propreté à la coquetterie, il n’y a qu’un pas, et il est moins coûteux encore. Quelques arbres devant la mairie, quelques arbustes et quelques fleurs devant l’école, quelques plantes grimpantes le long des bâtiments municipaux, et voilà le « village propre » en passe de devenir « village coquet », d’autant que l’exemple ainsi donné par les municipalités ne peut manquer d’être suivi par les administrés. Et alors les habitations de se fleurir, rosiers grimpants et clématites, chèvrefeuilles et glycines d’encadrer portes et fenêtres de leurs vives ou douces couleurs5.

20Murs blanchis à la chaux, plantes grimpantes le long des façades, fenêtres fleuries, lieux publics émaillés de végétaux, les recommandations du Touring Club fournissent les prémices du « jardin fleuri » appelé à se pérenniser tout au long du xxe siècle, qu’il soit celui des maisons, des villages ou des villes.

21Outre l’intérêt des touristes dans ce concours − « il est plus agréable de traverser une localité coquette qu’une localité sale, à l’aspect sordide et misérable » −, celui des habitants n’est pas négligé : le tourisme apporte « un grand bénéfice au commerce local ». Davantage, la « coquetterie » et l’« accueil » sont constitués comme « droit du touriste », « la bonne tenue et l’élégance » des villages comme droit des habitants.

  • 6 F. Dumesnil. « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, décembre 1920 : 22 (...)

Il n’y a pas de petite commune pour la bonne tenue et l’élégance, qui ne se mesure pas à la taille. L’habitant d’une petite commune a droit aux mêmes avantages et aux mêmes agréments que celui d’un gros bourg ou d’une ville. Et puis, le touriste qui traverse toutes les agglomérations, petites et grandes, le touriste qui répand sur son passage une manne bienfaisante dont profitent petits et grands, le touriste a droit partout au même accueil hospitalier, au même sourire des hommes et des choses, à la même « coquetterie » dont il convient de lui faire honneur6.

22Toutefois, « la bonne tenue et l’élégance », critères de la bourgeoisie urbaine, tiendraient davantage du devoir des habitants que du droit. Au principe de l’entreprise d’éducation du Touring Club, il y a cette idée selon laquelle les ruraux ne s’accordent pas au paysage qu’ils occupent et, quasiment, ne le méritent pas. Le résumé en est formulé à l’occasion du bilan de la deuxième année du concours des villages coquets sur la « Route des Pyrénées » :

  • 7 « Concours du village coquet, Pyrénées 1923 », La Revue du Touring Club de France, novembre 1923, n (...)

Nous souhaitons vivement que le bon exemple donné devienne rapidement contagieux, que tous les villages pyrénéens se modèlent sur ceux d’entre eux qui les précèdent dans la bonne voie et qui ont compris que l’œuvre humaine doit s’adapter à son cadre et correspondre à la beauté de la nature qui l’entoure7.

23Lors du concours initié en 1921 sur la « Route des Pyrénées », le jury se compose des administrateurs du TCF, mais également d’un délégué du journal La Dépêche de Toulouse, d’un délégué de la Compagnie des chemins de fer du Midi et encore, successivement, de conseillers ou secrétaires généraux des différentes préfectures concernées, de conseillers généraux, de représentants d’organismes touristiques (comme l’Union touristique et thermale de l’Ariège). On note également la présence d’ingénieurs en chef des Ponts et Chaussées.

  • 8 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, décembre 1921, n° 329 : 386.

24Dès la première année donc, les différents organismes publics prêtent leur caution au concours. La variété de leurs représentants, élus et fonctionnaires d’État, membres d’organismes privés, augure du réseau d’influence du TCF. Elle fournit également la preuve d’un intérêt partagé, d’un consensus dans les sphères du pouvoir local à propos du devoir d’hygiène. « Il est regrettable qu’un nombre assez restreint de villages, 33 sur plus de 120, aient décidé de prendre part au concours8. » Les maires des petites communes ne semblent pas tous convaincus du bien-fondé de la démarche.

25Dès la seconde année de la « Route des Pyrénées », d’après la littérature « propagande » du TCF, le concours est couronné du succès escompté. En même temps, dans les comptes rendus, le ton change sensiblement pour privilégier la dimension esthétique, paysagère et patrimoniale des lieux (Conan & Favaron 1997 : 55).

  • 9 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, novembre 1922, n° 339 : 440.
  • 10 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, novembre 1923, n° 350 : 459.

On note une tendance louable à s’élever au-dessus de la conception du village simplement propre et bien tenu pour atteindre celle du village vraiment coquet et avenant par le décor floral des façades et de ses maisons. […] La bonne tenue des villages du Pays basque est légendaire : citons seulement Bielle pour ses vieilles rues et ses curieuses façades où s’aperçoivent des vestiges du xvie siècle pieusement conservés. […] Au retour de cette belle randonnée de Biarritz à Cerbère, à travers des végétations luxuriantes, des gorges pittoresques aux gaves bouillonnants, des horizons de pics neigeux et de glaciers, des cols d’où l’on domine de riantes et fertiles vallées, un conseil pour finir […], c’est en septembre qu’il faut sans hésitation se mettre en route parce que c’est le mois où, dans le déclin du jour, les cimes s’illuminent des plus chatoyantes couleurs, et aussi parce que c’est le mois où, sans crainte de la cohue, le voyageur est assuré de trouver à l’étape bon souper et bon gîte9.
Le Village coquet : titre charmant, évocateur de bucoliques images : on l’imagine doucement assis dans la verdure de ses grands arbres et parmi les fleurs de ses jardinets avec ses jolies maisons aux façades claires égayées par la note vive des volets aux couleurs tranchées, enguirlandées de roses ou de glycines, festonnées par le velours des pampres ou les fruits jaunissants d’un plantureux poirier, avec ses rues propres et avenantes, avec sa vieille église qu’entoure un rustique cimetière ombragé par les ifs ou les sombres cyprès, avec son monument aux morts pieusement entouré de corbeilles fleuries, ses fontaines aux eaux jaillissantes et pures, sa mairie et son école toutes gracieuses dans le cachet de leur architecture locale et leur parure de feuillages et de plates-bandes10.

26Et l’auteur de conclure que ce rêve s’est réalisé à plusieurs reprises lors du voyage d’inspection du jury dans les Pyrénées, et de noter les « progrès affirmés » d’année en année. « Ce n’est pas qu’une fois seulement que le cas s’est présenté de trouver le tas de fumier d’il y a trois ans remplacé par un joli coin fleuri. […] En s’efforçant de soigner leur village, les habitants en sont venus à mieux se soigner eux-mêmes » (ibid.).

27La « docilité » des habitants vis-à-vis des attendus du concours ne vient nullement intriguer les responsables du Touring Club. Il semble en effet qu’ils puissent appliquer des règles présentées comme évidentes et se soumettre sans ciller aux normes impulsées de l’extérieur. Mieux, ils accueillent parfois le jury par « de chaudes manifestations d’amitié, parfois même de véritables ovations, comme à Barèges, Saint-Savin, Ussat, Saint-Féliu-d’Amont, Cépie, où population et municipalités firent assaut de prévenances et de bouquets fleuris pour saluer son passage » (ibid.). Le concours n’est pas loin de porter une dimension messianique, à peine assombrie par « l’indifférence à peu près générale des villages roussillonnais, seule ombre au tableau. La notion de propreté encore obnubilée par des habitudes ancestrales y fera tout de même son chemin » (ibid.).

  • 11 « Notre Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, janvier 1937, n° 506 : 12

28Dès 1937, les chroniqueurs soulignent la fréquence toujours grande de l’implication locale dans l’organisation des concours. Donc, le discours hygiéniste et esthétique du Touring Club fait peu à peu des émules parmi la population locale. Certaines municipalités organisent des concours communaux de « décoration des maisons », d’autres des « fêtes de l’école fleurie » ; certaines Unions des combattants (Haut- Rhin) se dotent d’une commission des Maisons fleuries, l’Assistance publique crée un concours s’appliquant aux fermes où les enfants se trouvent placés. Mais la légitimité de l’action du Touring Club de France nécessite une reconnaissance de la part des instances autorisées : « Mais ce qui nous a le plus flattés, c’est de voir les grands organismes publics s’emparer de notre idée pour lui donner un caractère officiel. » Le préfet du Rhône vient en effet de décider de l’organisation d’un concours destiné à « récompenser les communes rurales qui auront fait les plus grands efforts pour l’hygiène et l’embellissement des agglomérations »11.

29Le développement du tourisme comme vecteur d’hygiène et comme garant du maintien d’une vie locale est par ailleurs prôné, sous la IIIe République, dans les manuels départementaux rédigés par les autorités pédagogiques. Anne-Marie Thiesse, qui en a fait l’étude (1997 : 96-97), montre comment ce discours en faveur du tourisme s’inscrit dans un propos plus général, qui célèbre l’exaltation d’une Patrie commune à partir de la beauté des « petites Patries » et de la « patrimonialisation des identités régionales » (ibid. : 120).

La fleur au principe des nouveaux concours

30À partir de 1937, le terme de « village coquet » disparaît de l’intitulé des concours au profit de mentions liées à la décoration florale. « Façades fleuries », « Balcons fleuris », « Routes fleuries » font désormais l’essentiel des concours, tandis que les aspects hygiéniques deviennent l’objet d’initiatives séparées et ciblées (voir infra).

  • 12 « Le paysage fut admirable d’un bout à l’autre, et l’intérêt touristique ne faiblit pas un seul ins (...)

31Les textes consacrés aux concours de fleurissement – le terme n’apparaît que dans les années 1950 – ne mentionnent plus ni l’hygiène ni la propreté, comme si les résultats obtenus permettaient d’y favoriser la seule dimension esthétique. Peut-être également n’est-il plus de rigueur d’évoquer ces notions dans le cadre de discours touristiques. Dès 1922, les descriptions de paysage émergent discrètement12 mais elles deviennent essentielles dans la propagande touristique de la fin des années 1930. Quant aux fleurs, elles se parent des vertus d’accueil et de gaieté promises à un large succès dans les décennies suivantes.

  • 13 « Le concours des Façades fleuries », La Revue du Touring club de France, août 1938 : 249-250.

32Le premier concours des façades fleuries13, organisé en 1938, « avec l’espoir de rendre ainsi les routes touristiques de France encore plus gaies et plus accueillantes », enregistre un « succès complet ». L’itinéraire de Paris à Deauville et de Trouville à Cabourg est ouvert dans le cadre de la « charmante fête des fleurs » de Neuilly-sur-Seine, occasion d’une concentration automobile organisée par le Touring Club. Un représentant de la Société nationale d’horticulture fait partie du jury chargé d’examiner 260 concurrents. Cette première participation de la SNHF souligne le changement en cours : désormais, sans besoin de mention plus explicite, charge est faite aux fleurs de signifier, entre autres vertus esthétiques, l’ordre et la propreté.

  • 14 « Routes fleuries, façades fleuries, balcons fleuris », La Revue du Touring Club de France, novembr (...)

33Avec la relance du concours en 1949, son objectif est réaffirmé : « inciter les municipalités et les riverains de nos grandes routes à réaliser la décoration florale permanente des façades des édifices publics et des habitations privées14 ». La relance profite de l’appui de la Fédération des horticulteurs et de l’appel lancé par la Ligue urbaine et rurale à l’occasion de l’organisation « de la Semaine de la plus belle France ». Dans un élan de patriotisme et de reconstruction, le concours concerne un nombre croissant d’organismes privés et publics. Les prix offerts par le commissariat au Tourisme, le ministère de l’Agriculture, la SNHF viennent témoigner de l’intérêt croissant des organismes publics ou spécialisés pour le fleurissement.

  • 15 « Le tourisme dans la vie rurale », La Revue du Touring Club de France, mai 1949, n° 585 : 90-93.
  • 16 Parallèlement, est organisé un concours annexe sur les aménagements réalisés dans le domaine de l’e (...)
  • 17 « Pour la propreté et la beauté de nos villes et villages », La Revue du Touring Club de France, ja (...)

34Donc, à partir de 1938 (et davantage après la guerre), la volonté d’esthétisme se substitue au devoir de propreté lorsque ce dernier devient, du point de vue des autorités locales, acquis. Mais, « absorbés par le souci exclusif de leurs travaux agricoles, les ruraux sont, sauf de rares exceptions, indifférents à la bonne tenue de ce qui n’est pas leur bien propre15 ». Les agriculteurs, notamment, sont supposés résister au devoir d’hygiène. Ainsi, parallèlement aux concours de fleurissement, est repris « le concours annuel d’hygiène et de bonne tenue des petites villes et villages, récompensant les municipalités, trop rares encore, qui ont fait un gros effort, avec des moyens réduits, pour assurer la bonne tenue, la propreté et l’assainissement de leur territoire16 ». En 1948, le maire de Beaulieu-sur-Dordogne (Corrèze) prend un arrêté qui invite les villageois à veiller à la propreté des rues et des places, constituée à cette occasion comme « bien public17 » :

L’amour de la petite patrie, le désir de concourir à son bon renom, comme à l’accroissement de sa prospérité, suffiront pour orienter fructueusement tous les esprits et diriger les consciences, vers la recherche du bien public. Seuls les récalcitrants, les indifférents ou les négligents obstinés, seront rigoureusement poursuivis sans ménagement et sans partialité.

35Avec Catherine Bertho-Lavenir (1999 : 219), on peut conclure que la bourgeoisie en vacances aura su construire le tourisme comme un projet collectif impliquant non seulement les visiteurs, mais aussi les habitants. L’aménagement touristique est devenu une entreprise d’intérêt général, en réponse aux ferments de menaces que représentent la désertification des campagnes et son corollaire, la concentration urbaine dans les banlieues industrielles. Le tourisme se pare d’un pouvoir inattendu et sans doute efficace, celui de maintenir les populations en place en redonnant une vitalité aux espaces ruraux. Ce projet politique, consensuel dans la moyenne bourgeoisie, n’est pas exempt d’une certaine domination, « celle fait aux espaces et aux gens par une bourgeoisie qui entreprend de conformer à ses propres habitudes et à ses propres désirs les espaces publics et privés, qui façonne les sites pour sa délectation esthétique en dépit des besoins et des goûts des usagers habituels » (ibid.). Une des conséquences de cette perception du territoire tient en ce qu’elle entre peu à peu dans la culture ordinaire.

36Donc, les concours du Touring Club ont contribué à façonner une nouvelle image de la France, à transformer « les villages en paysages » (Conan & Favaron 1997), à imposer le fleurissement comme norme bien avant que l’entreprise ne soit, en 1959, rendue officielle et pérenne.

Progrès et modernité, la femme au foyer et l’esthétique hygiéniste

La saleté est une offense contre l’ordre. En l’éliminant, nous n’accomplissons pas un geste négatif ; au contraire, nous nous contentons, positivement, d’organiser notre milieu […] Notre comportement vis-à-vis de la pollution consiste à condamner toute idée susceptible de jeter la confusion sur, ou de contredire, nos précieuses classifications (Douglas 1971 : 34).

37Le succès de l’hygiénisme corrobore les thèses de Mary Douglas. D’après Geneviève Heller (1979 : 14), dès la deuxième moitié du xixe siècle, en Suisse comme en France, les expressions techniques, morales et économiques d’une philosophie du progrès s’adossent en effet à un vaste projet hygiéniste. Manifestation de la science et de la médecine (avec l’hydrothérapie scientifique, la bactériologie, le développement du tourisme sanitaire), il s’applique également aux équipements urbains (lois sur la construction, surveillance de la santé, installation de logements salubres et de bains publics, pour une classe ouvrière jugée inquiétante). Par ailleurs, la diffusion des manuels d’économie domestique, de l’enseignement ménager, de la nécessité de l’usage des bains publics, vise à l’éducation de la population : « Il fallait parvenir à ce que chaque individu collabore à l’œuvre d’assainissement, préalable indispensable au progrès de la société » (ibid. : 140).

38C’est surtout à la femme, gardienne du foyer, qu’il incombe d’acquérir les nouvelles valeurs de l’hygiène domestique. Les manuels construisent une image de la femme selon les fonctions auxquelles on la destine : la vie domestique devient le lieu de sa valorisation. Vocation voulue par Dieu, la femme au foyer « faite pour une si noble tâche » y déploie ses qualités de dévouement, d’amour et d’un « indispensable sens pratique » (ibid. : 147). Ainsi, manuels d’économie domestique et enseignement ménager s’adressent en priorité aux jeunes femmes « pour qu’elles apprennent à servir la science, utiliser la technique et devenir des consommatrices avisées ». En Suisse tout au moins, l’enseignement ménager, « institution d’avant-garde » pendant la première décennie du xxe siècle, a une importance décisive : « Les manuels et les maîtresses qui ont dispensé cet enseignement sont responsables dans une large mesure des valeurs domestiques aujourd’hui acquises que sont l’ordre, la propreté, la discipline » (ibid. : 155).

39Pour obéir aux principes scientifiques de l’hygiène, les femmes ont à accomplir les tâches domestiques avec assiduité, persévérance, minutie, sans que ne soit épargné aucun effort, tandis que le décor quotidien est soumis à changements. Jusqu’alors signes de richesse, rideaux, tentures, tapis deviennent réceptacles des miasmes et des poussières, et doivent être remplacés par des matières lisses et lavables. L’accumulation d’objets est proscrite : la clarté, la lumière, la sobriété, la simplicité deviennent les nouvelles valeurs.

40Les exigences de l’hygiène font ainsi naître une nouvelle sensibilité du goût où se confondent beauté et propreté. « La propreté et la simplicité sont un premier pas vers la beauté. » Avec une nuance toutefois : « La propreté c’est la beauté, tel est le lot des gens simples ; pour les autres, la propreté n’est qu’une partie de la beauté » (ibid. : 186). Dirigée vers l’éducation morale du peuple, la nouvelle esthétique en rejette les pratiques et prône une adaptation de l’objet aux besoins. L’« hygiène esthétique » vient ouvrir au peuple un domaine jusque-là réservé, celui de l’art et du bon goût, mais dans une acception limitative.

  • 18 Congrès de l’école ménagère de 1908, Fribourg. Cité par Heller (1979 : 190).

L’art peut être hygiénique, on le sait et l’hygiène, on le sait aussi, peut être artistique. L’ordre, la propreté sont le commencement de la beauté. Si tout luit et reluit, c’est de l’art et du meilleur, et voilà ce qui fait la grâce de la vie intime du foyer18.

  • 19 Geneviève Heller note que les auteurs européens se sont tout particulièrement intéressés au domesti (...)

41Parce que le peuple « a perdu le sens de la beauté et est submergé par des produits industriels de mauvais goût » (ibid. : 189), il faut encourager la création de masse de modèles conformes à la nouvelle esthétique et les diffuser au moyen des grands magasins, mais également par des expositions et des concours. Dans l’entre-deux-guerres, « dès lors que l’hygiène est devenue une nécessité admise », l’idéal d’économie et d’efficacité issu du taylorisme vient prolonger et remplacer l’impératif de qualité minutieuse du travail. Les procédés d’exécution des tâches sont soigneusement élaborés, tandis que l’espace est organisé de façon rationnelle19.

42L’esthétique de la propreté et l’organisation rationnelle du travail se conjuguent pour donner à voir un ordre nouveau, non seulement dans les habitations, mais également dans le traitement des abords de l’espace privé et public. L’histoire des concours organisés par le Touring Club de France prend ainsi un nouvel éclairage : ils deviennent partie d’un vaste mouvement qui opère à l’échelle de la société en son entier. La vulgarisation de l’hygiénisme, appliquée à l’espace habité (maison ou village), fournit un modèle esthétique qui éclaire l’émergence progressive de l’idée de fleurissement dans les concours. Par ailleurs, tandis que l’« école hygiéniste » investit la femme d’un rôle essentiel pour faire valoir ses impératifs, que le Touring Club de France dirige ses efforts en direction d’un milieu rural jugé rétif au devoir d’hygiène, d’autres organismes se font le relais d’une idéologie du progrès qui passe par les valeurs d’ordre et de propreté.

43En milieu agricole, un organisme va jouer ce rôle, en intervenant sur la construction sociale de la double figure de la femme et de la modernité. Il s’agit de la Jeunesse agricole catholique, fondée en 1929, dont l’objectif consiste en la promotion sociale des agriculteurs par la diffusion du progrès technique. Le double projet de rendre la campagne moderne tout en valorisant la dignité paysanne apparaît également, pour la jeune génération, comme moyen d’échapper à l’autorité parentale (Perrot 1987 : 34-35). Dans ce cadre, il s’agit d’affecter des domaines précis aux travaux féminins et masculins.

  • 20 À partir de 1938, l’enseignement est obligatoire pour les jeunes filles de 14 à 17 ans.

44Peu à peu, la femme est appelée à se départir de son rôle de paysanne pour se consacrer davantage à son foyer. L’enseignement ménager20 est vivement conseillé : si « faire le ménage, ça s’apprend », il s’agit tout autant de présenter une jolie maison, où le confort, la propreté, la modernité, représentent les gages d’une « vie épanouie ». La femme, vouée à être « organisée, propre, accueillante », apprend « l’art domestique » dans les écoles ménagères, les discours de la JAC, au travers des revues ou encore, en 1948, grâce à l’exposition ambulante du modèle de la maison rurale de la JAC. Cette maison idéale présente une salle accueillante, une cuisine-atelier conforme aux normes hygiénistes, et l’image d’une famille heureuse (ibid. : 50).

  • 21 Ainsi, une agricultrice lotoise me raconte comment les réunions de la section féminine de la JAC on (...)

45C’est à partir des années 1950 que les textes de la JAC visent à produire la femme comme l’« associée du mari ». Cette promotion professionnelle, qui passe par l’acquisition de nouvelles compétences techniques (en matière de petits élevages ou d’activités qui confinent à nouveau la fermière aux alentours de la maison), ne remet pas fondamentalement en cause la division du travail. « La femme au foyer fait à nouveau l’unanimité » (ibid.) tandis qu’en 1958, l’exploitation agricole est réaffirmée comme cellule économique et comme communauté humaine. Si, comme l’indique Pierre Alphandéry (2001 : 92), la JAC a su instruire le mouvement de modernisation de l’agriculture, c’est que « opérant la synthèse des conceptions planiste et corporatiste de l’agriculture […], la JAC a fait du développement et du progrès des impératifs d’ordre religieux, mettant en avant la solidarité et le service des autres en même temps que l’efficacité économique ». Selon cet auteur, le succès de la JAC tient au fait qu’elle a su fusionner les valeurs culturelles communautaires issues de la société paysanne et celles de la logique marchande développée par les modernisateurs planistes. De fait, si les nouveaux critères de la production d’un ordre domestique se généralisent, c’est aussi parce que les groupes de militant(e)s sont très actifs localement, organisant réunions et sessions de formation et d’entraide21.

  • 22 Mais son statut ne change pas vraiment : au plus, elle devient militante, le plus souvent, elle res (...)

46En 1958, les membres de la JAC rejoignent massivement les rangs du Centre national des jeunes agriculteurs pour défendre les idées d’une modernité construite par la JAC comme « moyen d’épanouir l’individu et la pratique de la solidarité » (ibid. : 133). Parallèlement à l’intensification des exploitations, la vulgarisation d’un savoir technique et rationnel se développent à partir des années 1960 (ibid. : 57) tandis que se diffuse le modèle d’une agricultrice moderne, inspiré du mode de vie urbain (Albert 1987 : 73)22.

  • 23 « Il s’agissait d’apprendre aux agriculteurs à améliorer leur production, à évoluer, à s’adapter. P (...)
  • 24 Je remercie Anne Bourdon, agricultrice et ethnologue, d’avoir bien voulu me fournir ces information (...)

47À partir des années 1960, les femmes actives au sein des organismes agricoles (Centres départementaux ou cantonaux des jeunes agriculteurs, Groupements de vulgarisation agricole) jouent donc un grand rôle en faveur de l’aménagement des abords des exploitations et des villages. En Alsace, l’action du CDJA favorise le lancement des opérations de fleurissement, « large mouvement repris dans toutes les communes », et bientôt constitutif de l’identité régionale (Horticulture française Magazine, 1997, 24 : 32). Insigne du progrès, celui d’une agriculture progressiste23 en phase avec la société où elle s’inscrit, le jardin fleuri fait aujourd’hui place à un autre, plus « naturel », mais, toujours, le relais se fait localement, notamment par le biais des sections féminines de ces organismes agricoles. Ainsi, dans le Morbihan24, différents Groupements de vulgarisation agricole (Gourin, Le Faouët, Lorient-Pont-Scorff) développent en ces dernières décennies des « actions d’embellissement » et des « sessions Harmonie », destinées à « embellir le siège de l’exploitation » sur le modèle du jardin « au naturel ». Des bourses aux plantes, des achats groupés, des plantations de vivaces et de haies fleuries sont organisés par des GVA fidèles à leur vocation de promotion du modernisme et de la profession. Le Concours des fermes embellies, organisé par le Comité départemental d’embellissement du Morbihan (constitué de membres de la chambre d’agriculture, de l’Union des GVA, de la DDAF, de l’association Agriculture et Tourisme) représente bien cette volonté de mettre en phase les aspirations des agriculteurs et celles de la société contemporaine.

Nous contribuons à valoriser l’image de l’agriculture, de notre milieu et du monde rural. Faisons-le savoir… en nous inscrivant à ce concours. Y participer, c’est aussi : montrer un cadre de vie et de travail agréable (organisation de circuits pour les personnes, les animaux et le matériel), améliorer notre environnement (intégration des bâtiments dans le paysage…), partager nos savoir-faire : aménagement, plantations… (Maison de l’agriculture 1999).

48Organisations professionnelles, organismes touristiques, établissements d’enseignement ménager, ces institutions très différentes de la société française du premier xxe siècle mettent toutefois en œuvre un discours commun à propos de la cause hygiéniste et de l’éloge du progrès et de la modernité. Ces différentes instances « travaillent » à leur manière des conceptions ayant un véritable effet sur l’aspect des espaces habités domestiques et publics. Devoir d’hygiène et nécessité de propreté sont constitués comme préalables nécessaires à la diffusion du progrès et à la mise en ordre du milieu. Avec pour conséquences « l’obéissance, la discipline, l’uniformisation » (Heller 1979 : 219), sorte de « tyrannie douce » (ibid.) bientôt déclinée dans de nombreux champs de la vie sociale.

49Tout autre registre aux incidences également réelles sur l’aménagement des abords de l’habitat, et surtout sur son fleurissement, le développement du secteur professionnel des métiers de l’horticulture.

Notes

1 « Les concours de la gare fleurie. Palmarès du concours de 1937 », La Revue du Touring Club de France, avril 1938 : 127.

2 Le Jardin du cheminot, 1992. « Un peu d’histoire des années 30 ; des gares fleuries », réédition d’un article de 1933, 270 : 20-21.

3 « Le concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, nov. 1921, n° 328 : 340.

4 « Le Village coquet et la Route des Pyrénées », La Revue du Touring Club de France, janv. 1921, 319 : 6.

5 La Revue du Touring Club de France (sans titre), décembre 1920, n° 318.

6 F. Dumesnil. « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, décembre 1920 : 220.

7 « Concours du village coquet, Pyrénées 1923 », La Revue du Touring Club de France, novembre 1923, n° 350 : 459.

8 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, décembre 1921, n° 329 : 386.

9 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, novembre 1922, n° 339 : 440.

10 « Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, novembre 1923, n° 350 : 459.

11 « Notre Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, janvier 1937, n° 506 : 12.

12 « Le paysage fut admirable d’un bout à l’autre, et l’intérêt touristique ne faiblit pas un seul instant tant les joyaux abondent dans les régions limousine et périgourdine. » Première tournée dans le Limousin, Quercy, Périgord, « Le Concours du village coquet », La Revue du Touring Club de France, novembre 1924, n° 358 : 346.

13 « Le concours des Façades fleuries », La Revue du Touring club de France, août 1938 : 249-250.

14 « Routes fleuries, façades fleuries, balcons fleuris », La Revue du Touring Club de France, novembre 1949, n° 590 : 197.

15 « Le tourisme dans la vie rurale », La Revue du Touring Club de France, mai 1949, n° 585 : 90-93.

16 Parallèlement, est organisé un concours annexe sur les aménagements réalisés dans le domaine de l’eau potable et de l’assainissement. « Concours annuel d’hygiène et de bonne tenue des petites villes et villages, Palmarès du concours de 1949 », La Revue du Touring Club de France, avril 1950, n° 595 : 73.

17 « Pour la propreté et la beauté de nos villes et villages », La Revue du Touring Club de France, janvier 1949, n° 581 : 16. Souligné dans le texte.

18 Congrès de l’école ménagère de 1908, Fribourg. Cité par Heller (1979 : 190).

19 Geneviève Heller note que les auteurs européens se sont tout particulièrement intéressés au domestic management, application des théories de l’organisation scientifique du travail, et en déduit une large influence sur l’économie domestique. Quelques règles citées par l’auteur (1979 : 169) : – que chaque chose ait sa place, à un endroit rationnel, – pour chaque opération, déranger et salir le moins possible, – faire les choses en série, – éviter tout trajet et tout mouvement inutiles ou fatigants, – substituer les outils mécaniques au travail manuel, etc.).

20 À partir de 1938, l’enseignement est obligatoire pour les jeunes filles de 14 à 17 ans.

21 Ainsi, une agricultrice lotoise me raconte comment les réunions de la section féminine de la JAC ont pu avoir pour thème l’aménagement intérieur et extérieur des maisons, et donné lieu à des visites organisées chez les unes et les autres de ces « agricultrices modernes ». Pour ce qui est plus directement lié au thème des jardins, elle relate comment on préconisait, par exemple, la fabrication de massifs printaniers à base de tulipes. C’est en parlant de ses fleurs et en décrivant son massif qu’elle en narre l’origine : les réunions de la JAC.

22 Mais son statut ne change pas vraiment : au plus, elle devient militante, le plus souvent, elle reste femme d’agriculteur. Il faudra attendre la fin des années 1980 pour que lui soit conféré un véritable statut légal (Lagrave & Caniou 1987 : 114).

23 « Il s’agissait d’apprendre aux agriculteurs à améliorer leur production, à évoluer, à s’adapter. Plus tard, la création de la section féminine bouleversait l’aspect environnement des fermes » (Maison de l’agriculture, 1999, L’agriculteur, GVA, des Montagnes Noires à la Presqu’île : 285).

24 Je remercie Anne Bourdon, agricultrice et ethnologue, d’avoir bien voulu me fournir ces informations.

© Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search